Coupe de France

Coupe de France 2019
Saint Vallier piège Aix-Maurienne
Ce soir lors des 64e de finale de la Coupe de France, Cholet a surclassé le Stade de Vanves (93-74) et Saint Vallier a piégé Aix-Maurienne 82-79. La suite et la fin de ce premier tour aura lieu demain...
Un tour préliminaire qui vaut cher
Demain à 20h00, aura lieu, pour 8 clubs de JEEP Elite (huit premiers de la saison 2018/2019), le tour préliminaire de la Coupe de France. Ce premier match officiel de la saiso...
Andrézieux a fini par craquer
En match avancé des 64e de finale de la Coupe de France, le pensionnaire de NM1, Andrézieux-Bouthéon a longtemps cru que l'exploit était possible mais Antibes a fini par...
Caen résiste à Saint Quentin
Ce soir en match avancé des 64e de finale de la Coupe de France, Caen (NM1) a tenu tête à Saint Quentin (Pro B) 59 à 60 et . Suite de la Coupe de France, demain avec Andrézieux Bouthéon (NM1) qui accueillera Antibes (Pro B).
Cergy profite d'un Lorient diminué
Ce soir en match avancé des 64e de finale de la Coupe de France, Cergy Pontoise (NM2) a créé la surprise en battant (61-54) une équipe diminuée de Lorient, pensionnaire de NM1. La suite de ce premier...
La Coupe de France reprend ses droits
Demain soir en match avancé du 1er tour du Trophée Robert Busnel, Cergy Pontoise...
Les affiches des 32e de finale
Un tour préliminaire à forts enjeux
Les dockers retrouvent la Coupe

Pages

Une si longue attente

Corps: 

Aymeric Jeanneau l'avait annoncé dans les colonnes de l'Equipe, l'ASVEL a parfois tendance à ne pas alimenter suffisament son gigantesque pivot nigerian, Uche Nsonwu. Un manque vite réparé au coup d'envoi de la finale de la Coupe de France. L'Hercule domine les débats et force Erman Künter à s'adapter en envoyant au feu Saïd Bendriss. Sans grand effet d'autant plus que, hantise des adversaires des Verts, Robert Conley est également inspiré à l'extérieur. Yves Baratet peut être satisfait, ses troupes bouclent le premier quart-temps à 65% de réussite et ont tenu Nando De Colo à un zéro pointé pendant neuf minutes (27-17).

Mais le triple MVP de la saison (All-Star Game, Semaine des As, saison régulière) finit par sortir de sa boîte. Et de quelle manière ! A trois-points, en drive et enfin sur un hallucinant panier renversé qui enflamme le POPB. CB renverse la vapeur à la faveur d'un 10-0 express qui lance définitivement la finale. L'adresse au-delà des 6,25 m est cette fois bien présente et les joueurs du Rhône souffrent pour contenir une attaque choletaise où la capacité de Justin Doellman à s'écarter se révèle une arme efficace. Le spectacle est de haute volée et à la pause, l'écart est minime en faveur de l'ASVEL.

Au retour des vestiaires, Nsonwu reprend son travail de sape et renvoie rapidement Claude Marquis sur le banc, lesté de quatre fautes. La voie est libre pour le Nigerian qui dévaste la raquette maugeoise, Conley faisant de nouveau office de deuxième lame. Après 26 minutes, l'écart atteint les dix unités (58-58). Il faut un bon passage de Doellman pour ne pas que Villeurbanne s'envole. Le troisième quart-temps ressemble à un copier-coller du premier et bien que dominatrice la Green Team a payé pour savoir qu'elle ne s'est pas encore mis à l'abri (68-60). Marko Cakarevic puis Conley poussent rapidement Cholet dans les cordes (74-60) mais le puncheur De Colo continue de porter des coups. Cependant, l'homme dont les prises de risque individuelles avait pénalisé son équipe aux As est, à Bercy, dans un grand soir. Robert Conley est incontestablement l'un des joueurs les plus talentueux de Pro A. D'une puissance rare pour un extérieur ce grand voyageur est un pur casse-tête pour des Choletais incapable de le contenir. Son tir primé à sept minutes du terme, son 30e point, ressemble à un K.-0. (80-64). L'ASVEL a beau trembler quelque peu en fin de rencontre, Yohann Sangare fait suffisament tourner le chronomètre pour éviter tout retour choletais. Six ans après son dernier titre l'un des clubs mythiques du basket français ajoute un trophée à son fabuleux palmarès.

Déclarations d’après-match :

Nando DE COLO (Cholet) : "Nous les avons laissés dérouler leur jeu. On a su relever la tête a un certain moment en défense mais c’était déjà trop tard."

Erman KUNTER (Entraîneur de Cholet) : "Nous avons perdu de l’énergie. Ça a très mal commencé pour nous, on a pris des paniers faciles. A l’intérieur, on a vraiment eu du mal, on a pris des fautes très vite et ensuite c’est dur de courir après le score. L’ASVEL a très bien joué le coup. Il faut désormais tourner une page et penser aux playoffs."

Aymeric JEANNEAU (ASVEL) : "C’était un désir pour nous tous de ramener ce trophée. Sur ces dernières années le club s’est reconstruit et on a ainsi concrétisé le travail qui a été fait."

Yohann SANGARÉ (ASVEL) : "Cholet est bien revenu, mais on a réussi à rester concentré. On a su gérer la fin de match qui était pourtant difficile. Nous les avions battus à Cholet, il ne fallait pas avoir d’excès de confiance pour cette finale."

Yves BARATET (Entraîneur ASVEL) : "On a gagné un trophée, c’est une très belle chose pour nous depuis le temps que l’ASVEL attendait ce trophée. Ce soir, j’espère que ce n’est qu’un commencement. Je suis fier d’avoir participer à la réussite de ce club."

ASVEL Villeurbanne bat Cholet Basket : 86-76

Les photos du match

Catégorie: 
Surtitre: 
Finales Coupe de France - Seniors masculins
Poids: 
-994
Date d’écriture: 
Dimanche, 18. Mai 2008
Vignette: 
Chapeau: 
Six ans après son dernier titre l'ASVEL a remporté la Coupe de France au terme d'un superbe match face à Cholet. Le duo Robert Conley-Uche Nsonwu (55 pts) aura fait la différence (86-76).

Le triplé de Bourges

Corps: 

Le début match est équilibré, Villeneuve joue même crânement sa chance (9-7) dans un POPB où les plus de 400 supporters nordistes n’hésitent pas à donner de la voix. Mais en provoquant des fautes, Bourges prend petit à petit le match à son compte à l’image d’une Cathy Melain, future MVP de la finale, en réussite (16-9, 8’). Une belle réaction initiée par un tir primé de Bénédicte Fombonne permet à la formation du Nord de revenir à deux longueurs avant que Céline Dumerc ne redonne un peu d’air à ses partenaires (24-16, 13’). Bourges fait alors la course en tête et grâce à l’adresse de Sonja Petrovic et la vista de Belinda Snell compte jusqu’à 12 points d’avance (33-21, 17’).

Sous l’impulsion de Cathy Melain à trois-points puis à la passe, Bourges fait le break dès le retour des vestiaires. Malgré les fautes, Villeneuve ne craque pas et l’écart se stabilise autour d’une dizaine de points (47-35, 28’). Dans le dernier quart-temps, Géraldine Robert maintient le suspense en inscrivant des paniers importants dans la raquette (53-41, 33’). Ce dernier match de la saison montre également deux équipes fatiguées, Villeneuve d’Ascq revient pourtant sous la barre des dix points (58-50, 38’) grâce aux efforts de Géraldine Robert puis Fatimatou Sacko. Bourges gère parfaitement la fin de match et conclut son triplé national sans frayeur (63-51)

Bourges Basket bat ESB Villeneuve d'Ascq LM : : 63 - 51

Les photos du match

Catégorie: 
Surtitre: 
Finales Coupe de France – Seniors féminines
Poids: 
-994
Auteur: 
Sylvain Bourdois Chupin (FFBB)
Date d’écriture: 
Dimanche, 18. Mai 2008
Vignette: 
Catégorie 2: 
Chapeau: 
En s’imposant 63 à 51 cet après-midi en finale de la Coupe de France, Bourges a réussi son pari de remporter tous les titres nationaux cette saison. Villeneuve d’Ascq a bien tenté de résister à la suprématie des Berruyères, mais les joueuses de Pierre Vincent sont restées solides jusqu’au bout.

Le Havre d'un souffle

Corps: 

L'Elan a les jambes en coton lors des premiers échanges, à l'image de son leader, Nicolas Lang, en échec au shoot. Ce n'est pas le cas des Havrais qui, eux, trouvent des solutions offensives et se promènent au rebond, notamment Quentin Bordin. Bilan des opérations 18-8 après six minutes. Il faut que Lang aille chercher ses points plus près du cercle et que le tonique Rémi Barry intercepte quelques ballons pour équilibrer les débats.

La réaction des Bourguignons est cinglante : 17-7. Comme depuis le début du week-end Coupe de France, on se dirige vers un face à face extrêmement serré. Mais les Havrais ne l'entendent pas de cette oreille. Tandis que leurs adversaires enchaînent les ratés de loin, une pluie de tirs primés s'abat sur le parquet de Bercy avec comme artificier en chef Benjamin Sousa. Chalon a tout juste le temps de savourer son retour qu'un 13-0 les renvoie dans les cordes. Le match est placé sous le signe des séries. Un Barry très présent (15 pts à la pause) redonnent du mordant aux siens. 14-0 pour conclure le deuxième quart-temps et les finalistes cadets rentrent dos à dos aux vestiaires (39-38 pour Chalon).

Le duel se poursuit en troisième quart-temps avec une marque très équilibrée au STB alors que le rendement offensif de l'Elan est très dépendant des inspirations du duo Lang-Barry. Le premier affiche sa panoplie d'extérieur complet d'une grande aisance sur les drives. Le second a choisi la finale pour réaliser son meilleur match de la Coupe de France. Sur une fixation de Lang, Arthur Morandet fait mouche à 6,25 m pour redonner l'avantage à Chalon (59-56).

A côté de la plaque de loin, cette réussite semble libérer les shooteurs bourguignons. Lang trouve à son tour la mire et si les Havrais sont bousculés, ils ne craquent pas. Fabien Paschal gobe tous les rebonds passant à portée de main et Sousa remet le nez à la fenêtre pour s'arrurer que le money-time sera tendu (69-69, 36e). Un trois-points de Clément Corbel répond à un 2+1 incisif de Lang (74-74, 39e). A 30 secondes du buzzer le STB possède un point d'avance mais Chalon la balle. Maxence Broyer rate sa pénétration. Quelque secondes plus tard Lang est intercepté et Adrien Boivin, éblouissant dans le dernier quart-temps, finalise, sur la ligne des lancers-francs, le succès normand.

STB Le Havre bat ES Chalon-sur-Saône : 78-74

Réactions d’après match :

Nicolas Lang (Chalon-sur-Saône) : "Ca se joue à pas grand chose, vraiment sur de petits détails. On aurait pu mieux gérer la fin. On a commis quelques erreurs défensives qui nous ont été fatales. "

Nare-Famakan Keita (Chalon-sur-Saône) : "On a pas été assez agressif en défense et en attaque on a pas su développer notre jeu. "

Emmanuel Pinda (Entraîneur de Chalon-sur-Saône) : " On a manqué d’agressivité dans le 4ème quart-temps. Ils mettent les shoots ouverts, nous non. Ca se joue vraiment à rien. On a pas su mettre l’intensité nécessaire sur les 40 minutes. "

Adrien Boivin (Le Havre et MVP de la finale) : "On a eu un peu plus de mal en première mi-temps d’autant plus que l’on dispute le match à Bercy. Dans une finale de Coupe de France, on réfléchit pas et on donne tout ce qu’on a. "

Franck Maignan (Entraîneur du Havre) : "Le 3ème quart-temps a été décisif. On a fait en sorte que tout le monde ne subisse pas trop de pression surtout avec un meneur de jeu en moins. Ils ont très bien géré la fin du match. En plus de cela, on a tenu sans les garçons qui étaient censés gérer le jeu. Enfin, on a eu un parcours idéal en Coupe de France cette année, puisque nous avons rencontré la plupart du temps des équipes de seconde division."

Les photos du match

Catégorie: 
Surtitre: 
Finale Coupe de France - Cadets Stabilo
Poids: 
-994
Auteur: 
Julien Guérineau
Date d’écriture: 
Dimanche, 18. Mai 2008
Vignette: 
Chapeau: 
Au terme d'une finale superbe et indécise de bout en bout, le STB Le Havre a pris le dessus sur l'Elan Chalon (78-74) dans le sillage du MVP, Adrien Boivin, décisif dans le quatrième quart-temps. Un nouveau succès pour un centre de formation havrais extrêmement performant, en espoirs comme en cadets.

Mondeville détrône VO

Corps: 

Victimes de leur manque d'adresse, le début du match est très compliqué pour les récentes championnes de France,  ce sont donc logiquement les Valenciennoises qui prennent les commandes du match. Emmenées par Aminata Konate, qui propose un jeu très rythmé et sert merveilleusement ses coéquipières, les Nordistes font la course en tête. Les Normandes mettent du temps à réagir, mais parviennent cependant à passer devant au score juste avant la mi-temps, grâce à un panier à trois-points de Caroline Trottin qui redonne confiance à toute l’équipe (28-27, 20').

Le match est alors très serré, ce sont tour à tour les Nordistes puis les Normandes qui font le break avant de revenir dans le sillage de leur adversaire.  Valenciennes profite bien de la maladresse de Mondeville et s'en remet à Doussouba Bouare pour prendre quatre points d’avance à 3 minutes de la fin du quart temps.

Au retour des vestiaires, les championnes de France ne lâchent rien et reviennent à 40-40 grâce à un panier à trois-points de Kelly Corre et un tir extérieur de Stéphanie Dufour. Le match est alors relancé, les deux équipes se rendent coup pour coup. Une excellente fin de match de la future MVP Kelly Corre permet à Mondeville de bien contrôler les débats (42-49, 32'). Après s'être fait une petite frayeur, le duo Corre-Dufour prouve son efficacité en cette fin de match et permet même à leur formation de creuser l’écart. (49-56). Sur une nouvelle percée de Melissa Micaletto, Mondeville s'adjuge définitivement la victoire (66 à 61).

USO Mondeville bat US Valenciennes Olympic : 66-61

Réactions d’après match :

Aminata Konate (joueuse de Valenciennes Olympic) : "Au niveau du jeu, nous avons été plus rapides, mais pas très adroites, on a fait preuve d’une certaine fébrilité. Mondeville méritait de gagner, je suis tout de même contente d’être arrivée jusqu’à Bercy. "

Mathieu Bocquet (coach de Valenciennes Olympic) : "Il ne nous a pas manqué grand chose aujourd’hui, mais on a rencontré une très bonne équipe de Mondeville. Je tiens à tirer un coup de chapeau à notre équipe. "

Kelly Corre ( joueuse de Mondeville et MVP de la finale) : "On a vraiment eu du mal à rentrer dans le match. La victoire au bout, c’est un réel aboutissement après deux ans de travail. Le match s’est joué sur les rebonds et l’agressivité. Pour ce qui est de mon titre de MVP, c’est un plus mais c’est avant tout grâce à mes coéquipières. "

Didier Godefroy (coach de Mondeville) : "Cette finale tient à peu de choses. Les deux équipes ont fait preuve de beaucoup de fébrilité lors de la première mi-temps. J’ai vraiment eu une bonne expérience au sein d’un groupe de filles qui est tout nouveau pour moi. "

Les photos du match

Catégorie: 
Surtitre: 
Finale Coupe de France – Cadettes Stabilo
Poids: 
-994
Auteur: 
Henri Galipon (FFBB)
Date d’écriture: 
Dimanche, 18. Mai 2008
Vignette: 
Catégorie 2: 
Chapeau: 
En remportant la Coupe de France, l'USO Mondeville réalise le doublé Coupe-Championnat et détrône ainsi les Valenciennoises (66-61), tenantes du titre. Les jeunes normandes empochent donc ainsi leur troisième Coupe de France après leurs sacres de 2001 et 2005.

Sorgues en force

Corps: 

Après quelques minutes de fébrilité dans les deux camps. Les joueurs se lâchent enfin. Thomas Albenque est le premier à artiller à trois-points pour Angers, il est rapidement imité par son coéquipier Johann Rathieuville. Sorgues ne reste pas sans réagir, et le duo Redouane Fergati-Magloire Djimrangaye permet aux Sudistes de faire la course en tête jusqu’à la mi-temps, bien aidé en outre par le réveil de Cyril Guillarme, scoreur patenté mais fâché avec son tir lors des premiers échanges. Son impact près du cercle contrecarre les efforts de l'ancien MVP espoirs de Pro B, Rathieuville. Les deux pensionnaires de N2 ne se lâchent pas d'une semelle.

Le premier écart va se faire en fin de troisième quart-temps et au début du quatrième. L'ESSL laisse échapper quelques ballons et Sorgues en profite pour lâcher les chevaux. Après une claquette de Guillarme, un dunk gigantesque du bondissant Dawn Obadina offre neuf points d'avance aux Sudistes à sept minutes du terme. L'adresse des jaunes, soutenus par un contingent de supporteurs, est absente et les balles perdues commencent à frustrer les troupes de Christophe Henry qui perdent leur lucidité. Très présents au rebond les intérieurs de Sorgues pèsent sur les débats et permettent de faire tourner un chrono qui les rapproche chaque second un peu plus du succès. La réussite toujours en berne, Angers ne reviendra pas.

Sorgues BC bat Angers EOSL : 68 - 56

Réactions d’après match :

Alexandre CRASNIER (joueur d’Angers ESSL) : "Nous avons fait une première mi-temps correcte mais nous n’avons jamais réussi à passer devant. En seconde période, on prend un éclat sur jeu rapide, et ensuite nous n’avons pas trouvé de solutions offensives pour revenir."

Christophe HENRY (entraîneur d’Angers ESSL) : "Ça fait deux matches de suite où l’on ne met pas dedans, l’adresse n’était pas au rendez-vous. Sorgues mérite de gagner, nous n’avons pas réussi à inverser la tendance. C’est une deuxième grosse déception en une semaine mais nous garderons plein de bons souvenirs de cette saison."

Cyril GUILLARME (joueur de Sorgues) : "Cela a été une finale assez accrochée. Jouer à Bercy est une récompense pour les efforts que l’on a fait tous les jours à l’entraînement. Avec ce trophée, le groupe voulait se racheter de sa troisième place de la saison. Face à une équipe accrocheuse, nous avons eu la gnaque pour faire la différence."

Stéphane DAO (entraîneur de Sorgues) : "Une finale ce n’est jamais un grand match. On s’attendait à un match difficile dans une enceinte où il est difficile de trouver ses repères. En fin de match, la décision s’est surtout faite sur la fraîcheur physique."

Les photos du match

Catégorie: 
Surtitre: 
Finale Coupe de France - Trophée Masculin
Poids: 
-994
Auteur: 
Julien Guérineau (FFBB)
Date d’écriture: 
Samedi, 17. Mai 2008
Vignette: 
Chapeau: 
Sorgues a remporté le Trophée Coupe de France après avoir bien contrôlé sa rencontre face à l'ESSL Angers, très maladroit sur le parquet de Bercy. Plus puissants sous le cercle les joueurs de Stéphane Dao ont fait la différence lors des douze dernières minutes et s'imposent 68-56.

Enfin le titre pour la SIG

Corps: 

Pas de round d’observation entre les deux finalistes du trophée, l’US Laveyron allume les premières mèches, la SIG lui répond immédiatement et prend même la direction des opérations 9 à 5 grâce à Céline Schmitt-Sender (18 points, 12 rebonds) avant de buter sur un collectif adverse très solide et d’encaisser un terrible 13 à 0 (18-9, 18’).

Les joueuses d’Etienne Faye font toujours la course en tête dans le deuxième quart-temps, mais malgré les efforts dans la raquette de Kerline Verjuin (4 points et 13 rebonds) l’écart se stabilise autour des dix points (31-21). Sous l’impulsion de Caroline Nestor (10 points et 8 rebonds), les Alsaciennes grignotent peu à peu leur retard. Et sur un tir primé de Aline Fischbach (10 points et 4 rebonds), Strasbourg reprend la tête des opérations (33-31, 18’).

A 37 partout au moment de débuter la deuxième mi-temps, tout est à refaire pour les deux équipes. L’US Aveyron ne parvient plus à trouver de solution face à une défense strasbourgeoise totalement hermétique. Le score évolue peu, la SIG mène 41 à 37, 24’. Katia Forel et ses partenaires recollent au score sur un panier de Coralie Rouat (43-43, 28’).

Le dernier quart est très tendu, aucune des deux équipes ne veut céder. Strasbourg compte jusqu’à cinq points d’avance (48-43), mais une nouvelle fois les joueuses de l’Est se laissent rejoindre, avant de refaire un nouveau break grâce notamment à Marie-Noémie Privet (53-49, 34’). La tonique arri ère de Laveyron, Pulcherie Ayi (9 points, 7 rebonds et 6 interceptions) entretient le suspens et redonne même l’avantage à sa formation sur une nouvelle contre-attaque, 58 à 56, à deux minutes du buzzer. La tension est insoutenable, les deux équipes sont encore à égalité (60-60) alors qu’il ne reste que quarante secondes. Tout se joue alors aux lancer-francs, Aurélie Carmona est la première à craquer, Strasbourg l’emporte 62 à 61.

Strasbourg Illkirch Graffenstaden - US Laveyron : 62-61

Réactions d’après match :

Aurélie CARMONA (joueuse de l'US Laveyron) : "Nous sommes restées solidaires, mais elles sont revenues. On a tout donner pour gagner la finale, mais c’est une courte défaite au bout. On a tout de même fait un beau parcours cette année avec une finale du trophée Coupe de France et une accession en Nationale Féminine 1."

Etienne FAYE (entraîneur de l'US Laveyron) : " Ca a été un match difficile pour l’équipe. En finale on doit se préparer à tout. Tous les détails sont importants. On s’est dit qu’on aurait pu faire le break. Mais on a eu trop de maladresse, notamment sur un ou deux lancers francs, des shoots trop précipités. J’ai pourtant essayé de prendre quelques temps mort pour ramener un peu de confiance. On a eu une avance de 10 points pendant le match, mais dans un match de basket on est jamais à l’abri. On est venu, on a vu. On va essayer de régler les détails pour la fin du championnat. Avec un peu plus d’adresse on aurait pu prétendre à la victoire."

Céline SCHMITT-SENDNER (joueuse de Strasbourg IG) : "Plusieurs facteurs ont fait basculer le match. Déjà mes coéquipières ont déjà une expérience à Bercy. On connaît bien le déroulement de l’événement. Ensuite, c’est une succession de petits détails. Il faut savoir que notre équipe est excellente quand elle est sous pression. On a toutes mis du temps à se mettre dans le match. De plus, Laveyron a fait une excellente entame de match. Je suis arrivé cette année, ce que je peux dire c’est que la SIG est avant tout une équipe de copines et on s'est fait plaisir sur le terrain."

Philippe BREITENBUCHER (entraîneur de Strasbourg IG) : "Tout d’abord je suis content pour mes joueuses. On a essayé de se préparer au mieux, de régler les imperfections. On a beaucoup de mauvais souvenirs des précédentes finales à Bercy qui se sont joué à chaque fois sur des détails, comme des rebonds ratés par exemple. Mais cette année on a pas lâché. Cependant, je ne pensais pas qu’on démarrerait aussi mal, on les a laissé développer leur basket dans le premier quart. Le match s’est vraiment gagné « aux tripes ». Cette saison, l’objectif du club c’était l’accession en NF1, maintenant c’est fait. Quant au Trophée Coupe de France, repartir avec une troisième défaite en finale au POPB n’était pas envisageable."

Les photos du match

Catégorie: 
Surtitre: 
Finale Coupe de France – Trophée féminin
Poids: 
-994
Auteur: 
Sylvain Bourdois Chupin (FFBB)
Date d’écriture: 
Samedi, 17. Mai 2008
Vignette: 
Chapeau: 
Pour sa troisième participation à la finale du Trophée en trois ans, Strasbourg Illkirch Graffenstaden a vaincu ses démons et s’est imposé sur le fil 62 à 61 face à l’US Laveyron. La troisième tentative de Philippe Breitenbucher et ses joueuses a donc été la bonne.

Graine de champions

Corps: 

Le Challenge Benjamins-Benjamines est une épreuve individuelle ouverte à tous les jeunes de 11 et 12 ans qui pratiquent le basket en club ou au collège. 3 000 jeunes, licenciés FFBB ou non, se sont inscrits sur le site www.basketfrance.com pour participer aux phases départementales. Les meilleurs d'entre eux se sont ensuite affrontés lors de la phase régionale.


Ce sont donc les meilleurs garçons et filles de chaque région de France qui se sont retrouvés cet après-midi à Bercy. Les 4 épreuves, identiques pour toutes les phases, font appel à tous les fondamentaux du basket.

Classement des finales du Challenge benjamin(e)s

Les photos du Challenge

Image 2 : Florent Pehau (Aquitaine) et Eulalie Ribas (Languedoc Roussillon), vainqueurs du Challenge - Bellenger/IS/FFBB

Catégorie: 
Surtitre: 
Challenge benjamin(e)s
Poids: 
-994
Auteur: 
Sylvain Bourdois Chupin (FFBB)
Date d’écriture: 
Samedi, 17. Mai 2008
Vignette: 
Catégorie 2: 
Chapeau: 
Après le basket en entreprise, c'est une cinquantaine de jeunes basketteurs, âgés de 11 et 12 ans, qui a pris possession du Palais Omnisports de Paris Bercy pour disputer les finales du Challenge Benjamins-Benjamines. A l'issue des quatre épreuves ce sont Eulalie Ribas (Languedoc Roussillon) et Florent Pehau (Aquitaine) qui ont remporté la première édition de ce challenge.

Un nouveau logo pour la Coupe

Corps: 

La Coupe de France de Basket est une compétition ouverte à tous les clubs. Chaque équipe a la possibilité de la gagner dans sa catégorie. C’est à la fois une compétition populaire et prestigieuse avec ses finales à Bercy. La gagner est un moment inoubliable.

Sa nouvelle identité visuelle sublime les valeurs qu’elle incarne : l’excellence, le prestige et la ferveur.

La typographie et l’emblème révèlent également l’association actuelle et culturelle du basket et de la technologie.

- L’emblème est constitué d’un ballon de basket dans lequel s’inscrit une carte de France stylisée. Ce ballon est une planète aux reflets métalliques. Autour de cette planète gravitent des étoiles qui symbolisent l’élite du basket français.

- La dénomination Coupe de France de Basket est bricolore afin d’accroître la rapidité de lecture : "Coupe / France / Basket".

Catégorie: 
Surtitre: 
Coupe de France de Basket
Poids: 
-994
Date d’écriture: 
Samedi, 17. Mai 2008
Vignette: 
Chapeau: 
A l’occasion des finales de la Coupe de France 2008, qui se déroulent ce week-end au Palais Omnisports de Paris Bercy, la Fédération Française de Basket-Ball a dévoilé la nouvelle identité visuelle de cet événement.

Toute la puissance du Port du Havre

Corps: 

Rapidement dans cette première finale de la journée, le Port du Havre a pris les choses en main grâce à l’incontournable Willy Ndong (11 points en 6’), l’addition est alors déjà salée : 23 à 4. Un tir longue distance de Jérémy Brillu (17 points et 5 interceptions) puis quelques lancers permettent cependant aux Bretons de revenir dans la partie juste avant la fin du premier quart (27-15, 10’).

Rennes poursuit ensuite son effort, grâce à l’adresse à trois-points de Jean-Christophe Rouaud (13 points) et un panier de l’intérieur Emeric Campion (10 points et 10 rebonds). PSA revient ainsi à sept longueurs (27-20). La réaction des Dockers ne se fait pas attendre sous l’impulsion d’Arnaud Allais (8 points), soutenu par une petite délégation de supporters. La maladresse et de nombreuses pertes de balles empêchent les Havrais de véritablement creuser l’écart (52-39, 20’).

En seconde période, les Havrais augmentent encore un peu plus leur supériorité et comptent rapidement plus de 20 points d’avance (74-51, 27’). La domination des Normands est sans partage malgré quelques bonnes réactions rennaises (76-56, 30’). La fin du match est sans frayeur pour les tenants du titre, Djibrill Sarr (20 points, 11 rebonds) et ses coéquipiers empochent un nouveau trophée sur un très large succès (106 à 68).

RC Port du Havre bat Peugeot Citroën Rennes : 106-68

Les photos du match

Catégorie: 
Surtitre: 
Finale Coupe de France – Basket en Entreprise
Poids: 
-994
Auteur: 
Sylvain Bourdois Chupin (FFBB)
Date d’écriture: 
Samedi, 17. Mai 2008
Vignette: 
Chapeau: 
Ce matin en finale de la Coupe de France Basket en Entreprise, Peugeot-Citroën Rennes a subi la domination sans partage des joueurs du Port du Havre (106-68). Les Dockers empochent ainsi leur deuxième titre de suite dans cette compétition.

Hyères conserve son titre

Corps: 

Dès les premières minutes de la rencontre, les franciliens se montrent très actifs dans le sillage du duo Mehiaoui-Pliska et prennent la direction des opérations. En face, la réaction des coéquipiers de Mohamed Elhadef ne se fait pas attendre et les Varois parviennent même à finir le premier quart-temps en tête (20-16, 10’). Une avance que Sofyane Mehiaoui réduit rapidement sur un tir primé qui ramène sa formation dans le sillage des sudistes (20-19). Mais rapidement l’adresse et quelques contre-attaques des Hyèrois, bien emmenés par un Kossi Amah efficace et un solide Houhaid Boustilla, font la différence (37-24, 18’).

La pause n’a rien enlevé de l’énergie des deux équipes qui se rendent coup pour coup, Ondrej Pliska (Meaux) répondant efficacement à l’adresse de Kossi Amah (Hyères). Les joueurs de Jérôme Mugnaini imposent leur rythme et portent ainsi leur avance à 17 points sur un panier de Lakdar Badache (47-30, 24’). Meaux semble alors en panne d’inspiration et est victime de la vitesse de Frédéric Guyot en contre-attaque. Un sursaut d’orgueil des Franciliens, permet à Meaux de réduire l’écart juste avant l’ultime quart-temps (57-43,30’).

Dans le dernier quart-temps, les tenants du titre résistent bien face à la tentative de retour de Sofyane Mehiaoui et ses partenaires. Le collectif Hyèrois ne tremble pas et s’impose finalement 74 à 58.

Les photos du match

Catégorie: 
Surtitre: 
Finale Coupe de France Basket Fauteuil
Poids: 
-994
Auteur: 
Sylvain Bourdois Chupin (FFBB)
Date d’écriture: 
Vendredi, 16. Mai 2008
Vignette: 
Chapeau: 
Ce vendredi en ouverture de la Coupe de France, le parquet de Bercy accueillait la finale de la Coupe de France de basket fauteuil. Ce sont les deux grosses cylindrées du championnat qui s’affrontaient Meaux et Hyères. Vainqueur en 2006, Hyères a conservé son titre au terme d’un match très musclé (74-58).

Pages

S'abonner à RSS - Coupe de France
close
Envoyer à un ami

Ce contenu a attiré votre attention et vous souhaitez le partager ? Envoyez le lien de cette page à vos amis et collègues en remplissant simplement le formulaire ci-dessous.

*Les champs obligatoires sont signalés par un astérisque

'