Equipe de France féminine

Equipe de France féminine
19 joueuses rassemblées
Jacques Commères (Directeur de la Performance et des Équipes de France) et Valérie Garnier (entraîneur de l’Équipe de France féminine) ont dévoilé la liste des 19 joueuses qui seront rassemblées du 9...
Comment ça va Diandra Tchatchouang ?
Quelques jours après la fin du confinement, nous avons posé quelques questions à Diandra Tchatchouang. À 28 ans, la joueuse originaire de Seine-Saint-Denis se définit comme un...
L'Odyssée de Filip
Internationale française de 5x5 puis de 3x3, Ana Maria Filip (1,94 m, 30 ans) a presque tout connu en Équipe de France. Redoutable dès ses premiers pas dans la nouvelle discip...
Vincent Collet et Valérie Garnier confirmés jusqu'en 2021
Le président de la Fédération Française de BasketBall, Jean-Pierre Siutat et le Directeur Technique National, Alain Contensoux, ont annoncé ce jour la prolongation des contrats de Vincent Collet et Valérie Garnier jusqu’aux Jeux Olympiques et Paralympiques de Tokyo qui se dérouleront duran...
Clap de fin pour Salagnac
La fin de la saison LFB 2019-2020, annoncée vendredi par le Bureau Fédéral, est aussi marque également la fin de la carrière de Paoline Salagnac (36 ans, 1,76m).
Laetitia Kamba prend sa retraite
À 33 ans, et alors que l'on a appris ce vendredi que la saison 2019-2021 ne...
Quiz : Les meilleures marqueuses françaises à la Coupe du Monde
Quiz : Les Françaises en EuroLeague Women
Quiz : Qui sont les internationales françaises aux Jeux Olympiques ?

Pages

"Le basket français n'était pas ce qu'il est aujourd'hui"

Corps: 

Tout le monde se souvient des deux précédents TQO en 2012 et 2016, mais on oublie souvent que vous avez participé à un autre TQO, en tant que joueuse de l’Equipe de France (ndlr, 61 sélections) en 1988 en Malaisie…

Oui ça remonte, c’était à Kota Kinabalu sur l’île de Bornéo… J’avais un peu oublié, c’est le fait que vous m’en parliez qui fait remonter quelques souvenirs. Je me rappelle que nous dormions dans un immense hôtel qui était magnifique, mais dont les balcons donnaient sur des bidonvilles… C’était une autre époque, le basket était dominé par l’URSS, la Yougoslavie, la Bulgarie… Et dans ce TQO, on retrouvait ces deux dernières nations contre qui on avait perdu logiquement. Le basket féminin français n’était pas ce qu’il est aujourd’hui, sa place au niveau international n’avait rien à voir avec celle actuellement, tout comme l’importance – médiatique notamment – qu’on lui donnait. Aujourd’hui, on est respecté, reconnu, on est dans le haut du ranking FIBA et sur de nombreux podiums internationaux, en seniors comme en jeunes.

En 2012, vous participez à Ankara en Turquie à un autre TQO, cette fois en tant qu’assistante de Pierre Vincent. Le contexte avait changé, et la France était davantage attendue…

Je me souviens de ce premier match du tournoi contre le Canada. On savait que c’était un match crucial et que les deux équipes étaient très proches l’une de l’autre. On l’avait emporté sur un petit score (56-47), ce qui nous avait ouvert un tableau plus facile puisqu’après on avait battu la Corée du Sud pour se qualifier pour Londres 2012 (victoire 80-63). Je me rappelle de l’effervescence et de l’excitation de toute l’équipe, staff compris, d’emmener la France aux J.O. pour la 2e fois de son histoire.

Quatre ans plus tard, vous avez entre temps pris les rênes de la sélection nationale. Les émotions à Nantes pour le Tournoi de Qualification Olympique étaient-elles différentes ?

 Bien évidemment, mais c’est aussi parce qu’on a eu la chance de le disputer à domicile, à la Trocardière de Nantes, avec tout ce que ça génère de positif sur le fait de le jouer devant son public, mais aussi en termes de pression et d’obligation de résultat. On a vécu des moments formidables avec le public, c’était un vrai partage qui nous a permis de nous propulser vers les Jeux Olympiques de Rio. Rien que d’en parler, j’en ai des frissons. Représenter son pays dans cette compétition phare, c’est toujours exceptionnel.

Dans un peu moins d’une semaine, le TQO de Bourges sera lancé dans un Palais des Sports du Prado que vous connaissez bien. Qu’est-ce que cela vous fait de revenir dans cette salle où vous avez coaché le Bourges Basket de 2011 à 2017 ?

C’est un club qui m’a marqué. On ne passe pas impunément six saisons à Bourges, à gagner plusieurs trophées, à connaître un public, croiser des joueuses merveilleuses, des dirigeants, des bénévoles ; sans avoir le cœur qui bat en revenant. Bien sûr que ça sera empreint d’émotions. Le Prado est juste parfait pour accueillir ce genre de compétitions, c’est un outil formidable, le public français va être présent. À nous de faire ce qu’il faut sur le terrain et de représenter au mieux le basket féminin français en allant chercher cette qualification pour Tokyo 2020.

Places à partir de 10 euros pour venir soutenir les Bleues au Prado de Bourges pendant le TQO.
Tarifs préférentiels pour les clubs, groupes/CE (à partir de 10 places)

Toutes les offres sont sur :
https://billetterie.ffbb.com

 

Surtitre: 
Equipe de France féminine
Auteur: 
Propos recueillis par Kévin Bosi (FFBB)
Date d’écriture: 
Vendredi, 31. Janvier 2020
Vignette: 
Catégorie 2: 
Chapeau: 
À quelques jours du début du TQO (pour lequel les Bleues sont réunies dès ce vendredi en préparation), Valérie Garnier s'est confiée sur cette échéance importante pour le basket français. La coach des Bleues participe à Bourges à son 4ème Tournoi de Qualification Olympique et présente la particularité d'avoir participé à un TQO en tant que joueuse de l'Equipe de France.
crédit: 
(Crédit : Bacot/FFBB)

Les plus mystérieuses

Corps: 

Il s’agira du match qui clôturera ce TQO à Bourges : la France rencontrera Porto Rico le dimanche 9 février à 16h30. Si les Bleues connaissent une seule défaite pendant leurs deux premiers matches face aux Australiennes ou aux Brésiliennes, leur dernier face à face pourrait s’avérer décisif afin d’éviter le jeu dangereux des points average.

Actuellement 23e au classement FIBA, l’équipe portoricaine "sera un peu une inconnue" selon Valérie Garnier. Elle n’a encore jamais participé aux Jeux Olympiques. En 2018, elle a pris part pour la première fois à la Coupe du Monde, finissant à la dernière place. Plus présente lors des compétitions continentales avec 11 participations à l’Americup (dont 2 médailles de bronze) et 4 participations aux Jeux Panaméricains (dont 1 médaille d’or et 1 médaille de bronze), elle a réussi à se qualifier au TQO avec l’espoir de réaliser pour la première fois son rêve olympique.

Pour ce TQO, l’entraîneur Gerardo « Jerry » Batista a sélectionné 12 joueuses :
• Jennifer O’Neil – Artego Bydgoszcz (Pologne)
• Pamela Rosado – Atenienses de Manati
• Dayshalee Salamán – IK Eos Boras (Suède)
• Deanna Kuzmanic – Atenienses de Manati
• Allison Gibson – Gigantes de Carolina
• Daneichka Canales – Gigantes de Carolina
• Jazmon Gwathmey – Atenienses de Manati
• Isalys Quinones – Dartmouth (NCAA)
• Sofia Roma – Duke  (NCAA)
• Sabrina Lozada – Vitoria Guimaraes (Portugal)
• Tayra Meléndez – Rhode Island (NCAA)
• Yolanda Jones –

Cette sélection met en vedette le retour de la pivot Yolanda Jones qui avait pris sa retraite après la Coupe du monde 2018. "Son intégration dans l’équipe nous donnera beaucoup d’expérience et nous aidera dans ce type de tournoi"¸ a déclaré l’entraîneur. Il comptera aussi sur la capitaine Pamela Rosado pour mener l’équipe vers l’objectif olympique. "Nous allons vers un tournoi historique avec l’opportunité de se qualifier aux Jeux Olympiques. Les filles sont très concentrées. Nous sommes très satisfaits de la sélection de ces joueuses qui tiennent un engagement réel de représenter le pays", a-t-il ajouté. Jerry Batista et ses joueuses ont rallié la France le 29 janvier pour poursuivre leur préparation jusqu’au jour-J, le 6 février, où elles disputeront le match d’ouverture contre le Brésil.

Surtitre: 
TQO 2020 – Les adversaires des bleues (3/3)
Auteur: 
Christina Ly/FFBB
Date d’écriture: 
Mercredi, 29. Janvier 2020
Vignette: 
Catégorie 2: 
Chapeau: 
Pour aller défendre les couleurs de la France aux côtés de l’équipe masculine cet été à Tokyo, les joueuses de Valérie Garnier devront affronter l’Australie, le Brésil et Porto Rico lors du TQO qui se déroulera à domicile du 6 au 9 février prochain. Pour comprendre ce qui attend nos bleues, fin de notre tour d’horizon avec leurs dernières adversaires : les Portoricaines.
crédit: 
FIBA

"Le maillot bleu est devenu comme une deuxième peau"

Corps: 

En 2012, vous participiez à votre premier TQO avec l'Equipe de France féminine, qui n'avait pas connu les J.O. depuis Sydney en 2000. Quels souvenirs gardez-vous de ce tournoi à Ankara (Turquie) ?
C'était nouveau sans vraiment l'être. L'enjeu était différent, celui de se qualifier pour les Jeux Olympiques, mais on se retrouvait dans un contexte d'un tournoi international. À l'époque, seule Edwige Lawson-Wade avait connu les Jeux en 2000. On ne réalisait pas vraiment à ce moment ce que cela pouvait représenter de s'y qualifier, on ne se projetait pas du tout à Londres. En revanche, au moment où on bat la Corée du Sud et où on valide notre billet pour les J.O., je me dis : "Wouah !". Je réalise enfin que je vais disputer cette fameuse compétition prestigieuse, où les athlètes les plus méritants participent, et qui couronne la carrière d'un athlète. Je réalise que je vais participer à cette compétition, que je regardais à la télévision quand j'étais enfant en Martinique, qui me paraissait intouchable. Et là, je vais me retrouver de l'autre côté du téléviseur.

 Quatre ans plus tard, abordez-vous le TQO de Nantes en 2016 d'une manière différente, dans la mesure où vous avez déjà participé aux J.O. ?
Sportivement, je l'appréhende de la même manière, ça reste un tournoi où il faut gagner des matches. En 2016, quand on valide notre ticket pour Rio, le fait d'avoir déjà joué les J.O., je n'ai plus ces étoiles dans les yeux. Par contre, la motivation vient d'ailleurs : il y a toujours cette fierté de représenter le basket français dans cette compétition, et le fait d'avoir déjà goûté en plus à une médaille olympique te donne encore envie de recommencer. J'avais aussi hâte de revivre cet élan de solidarité qu'il existe entre tous les athlètes français, on tisse des liens, on se croise, on s'encourage pour les matches à venir.

Pour la 2ème fois après Nantes, vous allez disputer un TQO à domicile à Bourges dans quelque jours. Que cela vous inspire t-il ?
Je ne m'en lasse pas. Je porte le maillot bleu depuis 2006, j'en suis honoré à chaque fois. C'est un peu devenu comme une deuxième peau. J'ai évolué 13 ans à l'étranger dans ma carrière, je sais ce que c'est d'être français dans un autre pays, je sais ce que cela représente. Rien que le fait d'en parler, j'en ai des frissons. Et pouvoir ressentir tout cela à domicile, c'est incommensurable.

 

Places à partir de 10 euros pour venir soutenir les Bleues au Prado de Bourges pendant le TQO.
Tarifs préférentiels pour les clubs, groupes/CE (à partir de 10 places)

Toutes les offres sont sur :
https://billetterie.ffbb.com

 

Surtitre: 
Equipe de France féminine
Auteur: 
Propos recueillis par Kévin Bosi (FFBB)
Date d’écriture: 
Vendredi, 24. Janvier 2020
Vignette: 
Catégorie 2: 
Chapeau: 
Dans moins de deux semaines, Sandrine Gruda et les Bleues joueront à domicile leur Tournoi de Qualification Olympique qui doit les conduire vers les J.O. de Tokyo 2020. La troisième meilleure marqueuse de l'histoire se livre à quelques jours de cette échéance importante qu'elle connait bien, pour avoir déjà joué le TQO en 2012 et en 2016.
crédit: 
(Crédit : Bacot/FFBB)

Les plus déterminées : le Brésil

Corps: 

Le 8 février prochain à 16h30, les bleues disputeront leur deuxième match du TQO face aux Brésiliennes, actuellement 15e au classement FIBA (pour rappel, la France est 5e). Depuis 2011, où elle avait combiné l’or à l’AmeriCup et le bronze aux Jeux Panaméricains, l’équipe brésilienne a un peu perdu de sa superbe, connaissant une longue période de retrait sur les compétitions internationales : elle n’avait pas atteint les quarts de finale du TQO en 2016, éliminée par la France, et elle n’avait pas non plus participé à la dernière Coupe du Monde en 2018.

Mais, en 2019, elle s’est relevée en brillant sur ses dernières compétitions : elle s’est emparée du bronze à la dernière AmeriCup, en battant notamment l’équipe portoricaine qu’elle retrouvera au prochain TQO, et elle a remporté l’or aux Jeux Panaméricains. Deux belles performances qui sont venues garnir le palmarès suivant :
• 7 participations aux Jeux Olympiques dont 1 médaille d’argent et 1 médaille de bronze
• 16 participations en Coupe du Monde dont 1 médaille d’or et 1 médaille de bronze
• 14 participations à l’AmeriCup dont 5 médailles d’or, 4 médailles d’argent et 3 médailles de bronze
• 16 participations aux Jeux Panaméricains dont 4 médailles d’or, 4 médailles d’argent et 4 médailles de bronze

Ces dernières réussites, la Confédération Brésilienne de Basketball les doit à l’arrivée du nouvel entraineur, José Neto, en juin 2019. "Nous avons entamé un processus pour que le basketball féminin puisse rejouer dans une compétition de niveau mondial. Nous avons atteint ce but, mais nous suivons maintenant un objectif encore plus grand. Nous allons continuer notre préparation pour aller chercher une place aux Jeux Olympiques de Tokyo. Ce sera une compétition difficile, mais nous sommes très motivés et prêts à affronter ces difficultés lors de cette étape" a-t-il exprimé.

Pour atteindre ce nouvel objectif, José Neto a rassemblé 16 joueuses :
• Alana da Silva – Santo André / Apaba
• Débora Costa – SESI Araraquara
• Lays da Silva – Vera Cruz Campinas
• Isabela Ramona – Uninassau
• Patricia Teixeira – Vera Cruz Campinas
• Taina Paixao – Sampaio Basquete
• Raphaella Monteiro – Ituano
• Tatiane Pacheco – Ituano
• Jeanne Flausino – Vera Cruz Campinas
• Damiris Dantas – Busan BNK Sum KOR
• Mariana Dias – Vera Cruz Campinas
• Vitoria Domingos – Sampaio Basquete
• Erika de Souza – San Sebastian
• Jennifer Calixto – Pro Esporte Sorocaba
• Juliana Souza – Vera Cruz Campinas
• Maria Carolina Oliveira – Pro Esporté Sorocaba

Prévue initialement dans la composition, la pivot du LDLC ASVEL Féminin, Clarissa dos Santos, celle qui devait représenter l'atout de cette équipe brésilienne avec Erika de Souza et Damiris Dantas, se blesse quelques semaines après l'annonce de l'entraineur, l'empêchant de participer à ce TQO. Malgré tout, José Neto et ses joueuses sont déterminés à prendre l’une des trois premières places qui leur permettra de participer aux Jeux de Tokyo.

"Nous savons que ce seront des matchs très difficiles et nous espérons bien faire, non seulement dans le match contre Porto Rico qui sera compliqué, mais aussi contre la France et l’Australie" a indiqué la joueuse Taina da Paixao. Sa coéquipière Patricia Ribeiro a tenu le même discours : "Le Pré-Olympique est très fort, avec les meilleures équipes, mais nous sommes déterminés à poursuivre notre objectif à la recherche d’une place. Nous ferons de notre mieux, nous mettrons en pratique ce que nous avons mis en place lors du dernier championnat."

Avec 37 séances d’entraînement prévues avant de s’envoler pour l’Europe le 27 janvier prochain, la seleçao brésilienne est bien déterminée à battre la France et ses autres adversaires pour décrocher sa place pour les JO de cet été.

Surtitre: 
TQO 2020 – Les adversaires des bleues (2/3)
Auteur: 
Christina Ly/FFBB
Date d’écriture: 
Mercredi, 22. Janvier 2020
Vignette: 
Catégorie 2: 
Chapeau: 
Pour défendre les couleurs de la France aux côtés de l’équipe masculine cet été aux Jeux de Tokyo, les joueuses de Valérie Garnier devront affronter l’Australie, le Brésil et Porto Rico lors du TQO qui se déroulera à Bourges du 6 au 9 février prochain. Tour d’horizon sur leurs adversaires. Après l’équipe féminine d’Australie, zoom sur celle du Brésil.
crédit: 
FIBA

Le TQO des Bleues sur Canal +, un match sur W9

Corps: 

Programme TV du Tournoi de Qualification Olympique de Bourges

Jeudi 6 février à 20h30 / France-Australie : en direct sur Canal + Sport

Samedi 8 février à 20h30 / Brésil-France : en direct sur Canal + Décalé et en direct et en clair sur W9

Dimanche 9 février à 16h30 / France-Porto-Rico : en direct sur Canal + Décalé

Surtitre: 
Equipe de France féminine
Auteur: 
Kévin Bosi (FFBB)
Date d’écriture: 
Mercredi, 22. Janvier 2020
Vignette: 
Catégorie 2: 
Chapeau: 
Les Bleues tenteront d'aller chercher leur billet olympique pour Tokyo 2020 à l'occasion du Tournoi de Qualification Olympique, qui se déroulera à Bourges du 6 au 9 février prochain. Un événement qui sera diffusé en intégralité sur les chaînes du Groupe Canal +, avec un match également diffusé en direct et en clair sur W9 (Brésil-France le samedi 8 février à 20h30).
crédit: 
(Photo : Lhuiller/FFBB)
Social_posts: 
<blockquote class="twitter-tweet" data-partner="tweetdeck"><p lang="fr" dir="ltr"> W9 diffuse l&#39;un des matches du Tournoi de Qualification Olympique féminin de basket : France - Brésil, samedi 8 février à 20:20, en exclusivité en clair et en direct, avec les commentaires de <a href="https://twitter.com/VincentCoueffe?ref_src=twsrc%5Etfw">@VincentCoueffe</a> et <a href="https://twitter.com/YannickSouvre?ref_src=twsrc%5Etfw">@YannickSouvre</a> <a href="https://t.co/Qwh8Vpz93r">pic.twitter.com/Qwh8Vpz93r</a></p>&mdash; W9 (@W9) <a href="https://twitter.com/W9/status/1219655023057080320?ref_src=twsrc%5Etfw">January 21, 2020</a></blockquote> <script async src="https://platform.twitter.com/widgets.js" charset="utf-8"></script>

La France et les Jeux

Corps: 

Le basket féminin a fait son apparition aux Jeux Olympiques en 1976, à Montréal, 40 ans après le basket masculin. L’Equipe de France féminine a longuement patienté avant de goûter à l’ivresse des cimes olympiques puisqu’elle a dû attendre 2000 pour disputer son premier tournoi. Au total, les Bleues n’ont participé qu’à trois éditions sur les onze organisées depuis 1976. A Sydney, elle avait obtenu directement son ticket grâce à son statut de championne d’Europe, à Londres puis Rio elle était passée par un Tournoi de Qualification Olympique, comme celui qui se prépare à Bourges.

 Au total, 32 joueuses ont participé à une campagne et 4 l’ont fait à deux reprises : Edwige Lawson-Wade (2000, en photo, et 2012), Isabelle Yacoubou, Endéné Miyem et Sandrine Gruda (2012-2016). Ces deux dernières ont la possibilité, en cas de qualification, de réaliser la passe de trois. Une performance que seuls deux athlètes ont réalisée dans l’histoire du basket français : Jean-Paul Beugnot et Robert Monclar en 1952, 1956 et 1960.

Sans surprise les trois intérieures tricolores trustent le classement des meilleures marqueuses aux Jeux Olympiques. Sandrine Gruda (150 points) devancent ainsi Isabelle Yacoubou (149 pts) par la plus petite des marges tandis qu’Endéné Miyem suit à distance respectable (134 pts). Céline Dumerc aurait pu occuper la première place après son coup de chaud londonien (14,3 pts de moyenne) mais sa blessure à la cheville à la veille de Rio l’a coupée dans son élan (114 pts). Cathy Melain, qui présente la meilleure moyenne de points française sur une édition (14,9) est cinquième (104 pts).


Au total, l’Equipe de France a disputé 23 rencontres olympiques avec un bilan de 16 victoires et 7 défaites. La compétition est la chasse gardée des Américaines qui ont remporté 10 médailles en 11 participations (les Etats-Unis ont boycotté les Jeux de Moscou en 1980), dont 8 en or. Elles affichent un bilan effrayant de 66 victoires en 69 matches dont 49 succès consécutifs, série en cours.

 

Places à partir de 10 euros pour venir soutenir les Bleues au Prado de Bourges pendant le TQO.
Tarifs préférentiels pour les clubs, groupes/CE (à partir de 10 places)

Toutes les offres sont sur :
https://billetterie.ffbb.com

 

Surtitre: 
Equipe de France féminine
Auteur: 
Par Julien Guérineau (FFBB)
Date d’écriture: 
Lundi, 20. Janvier 2020
Vignette: 
Catégorie 2: 
Chapeau: 
Dans 17 jours l’Equipe de France féminine tentera de se qualifier pour la quatrième fois de son histoire aux Jeux Olympiques. Une compétition qu’elle a mis longtemps à apprivoiser.

"On sent l’effervescence qui monte"

Corps: 

En 2012 à Ankara, vous participiez à votre premier Tournoi de Qualification Olympique ? Quels souvenirs en gardez-vous ?
Je ne me souviens plus de tous les détails, de tous les adversaires, mais je garde clairement en moi tous les sentiments que nous avons vécus. C’était totalement nouveau pour l’Equipe de France féminine à l’époque (ndlr, qui n’avait pas disputé les J.O. depuis 2000 à Sydney). On ne savait pas trop où on mettait les pieds, on n’avait jamais été aussi proches de réaliser le rêve de chacune d’entre nous, c’est-à-dire de participer aux Jeux Olympiques. Quand on a validé notre qualification pour Londres 2012, on a réellement toutes comprises ce que cela signifiait de qualifier son pays pour les J.O. C’était un sentiment d’excitation et de fierté incroyable. Quand tu as vécu cela une fois, tu mesures combien c’est important d’emmener ton sport aux Jeux Olympiques.

Quatre ans plus tard pour le TQO 2016 à Nantes, l’histoire était différente. Vous connaissiez ce type de compétition et vous aviez l’expérience d’Ankara…
Totalement. On était quatre à avoir vécu le TQO de 2012 (ndlr, Miyem, Dumerc, Gruda et Yacoubou), et au-delà de la formule de la compétition ou du TQO en lui-même, on connaissait l’importance de ce rendez-vous pour notre sport. On avait vécu les J.O. quatre ans plus tôt, et on voulait tout faire pour revivre cette expérience à Rio. On a eu la chance de jouer ce ticket olympique à domicile : c’était incroyable ! L’ambiance était dingue, tout le public français était avec nous. On se sentait pousser des ailes, on avait une telle énergie derrière notre équipe.

 En 2020, le TQO de Bourges se déroulera en plein milieu de la saison de club. C’est une situation totalement différente de 2012 et 2016. Comment gérez-vous cela ?
C’est vrai que c’est une approche différente. À Ankara et à Nantes, on avait disputé le TQO à la fin de la saison au mois de juin, on avait pu se concentrer psychologiquement sur cette échéance. Et puis une fois qualifié, on avait pu savourer et entrer directement dans la campagne de préparation olympique. En 2020, ça arrive en plein milieu de notre saison où on doit malgré tout continuer notre travail dans nos clubs respectifs. C’est différent, mais la chance que l’on a c’est de disputer pour la deuxième fois le Tournoi de Qualification Olympique à domicile, à Bourges. À trois semaines de la compétition, les gens commencent à nous en parler, on sent l’effervescence qui monte autour de l’événement.

Vous tenterez de valider votre billet pour Tokyo 2020 au Palais des Sports du Prado dans une salle que vous connaissez très bien…
Bourges, c’est un endroit spécial pour moi. C’est le club qui m’a accueilli à ma sortie de l’INSEP et j’y suis resté neuf saisons en tout ! C’est toujours particulier pour moi d’évoluer au Prado, et là encore plus avec le maillot de l’Equipe de France. On va défendre nos couleurs dans une très belle salle, toute entière acquise à notre cause, et pouvoir porter le maillot bleu devant ce public, c’est une chance. Je me rappelle très bien de l’ambiance formidable que nous avons connu en 2016 à Nantes, je ne doute pas un seul instant que celle de Bourges dans quelques semaines le sera tout autant !

 

Places à partir de 10 euros pour venir soutenir les Bleues au Prado de Bourges pendant le TQO.
Tarifs préférentiels pour les clubs, groupes/CE (à partir de 10 places)

Toutes les offres sont sur :
https://billetterie.ffbb.com

Surtitre: 
Equipe de France féminine
Auteur: 
Propos recueillis par Kévin Bosi (FFBB)
Date d’écriture: 
Vendredi, 17. Janvier 2020
Vignette: 
Catégorie 2: 
Chapeau: 
Endy Miyem disputera à Bourges son troisième TQO sous le maillot bleu, après Ankara en 2012 et Nantes en 2016. La capitaine des Bleues se souvient de ces deux expériences victorieuses pour l’Équipe de France féminine, et aborde le TQO de Bourges dans quelques semaines avec détermination.
crédit: 
(Crédit photos : Bacot/FFBB)

Les plus redoutables : l'Australie

Corps: 

Les Australiennes seront les premières adversaires des Bleues avec un match prévu le jeudi 6 février à 20h30. Surnommées les « Opals » (en référence à la pierre précieuse), elles occupent actuellement le deuxième rang mondial (la France étant cinquième) avec un riche palmarès à leur actif :
9 participations aux Jeux Olympiques dont 3 médailles d’argent et 2 médailles de bronze
15 participations en Coupe du Monde dont 1 médaille d’or, 1 médaille d’argent et 3 médailles de bronze
15 fois championnes d’Océanie en 15 participations, la concurrence étant cependant très limitée
2 participations en Coupe d’Asie dont 1 médaille d’argent et 1 médaille de bronze

En vue de ce TQO, 12 joueuses australiennes ont été retenues pour composer l’équipe :
Rebecca Allen – Arka Gdynia / New York Liberty
- Elizabeth Cambage – Shanxi Xing Rui Flame / Las Vegas Aces 
- Katie-Rae Ebzery – Perth Lynx
Cayla George – Deakin Melbourne Boomers
Ezi Magbegor – Deakin Melbourne Boomers
Leilani Mitchell – Jayco Southside Flyers
Lauren Nicholson – Adelaide Lightning
Jenna O’Hea (capitaine de l’équipe) – Jayco Southside Flyers
Nicole Seekamp – Adelaide Lightning
Alanna Smith – Incheon Shinhan Bank S-Birds / Phoenix Mercury
Stephanie Talbot – Adelaide Lightning / Minnesota Lynx
Marianna Tolo – University of Canberra Capitals

Une composition qui regroupe des joueuses cadres (Elizabeth Cambage, Alanna Smith, Jenna O’Hea, Rebecca Allen, Nicole Seekamp, Stephanie Talbot), accompagnées par les nouveaux talents du basket australien (Ezi Magbegor, Lauren Nicholson…).

"Nous avons choisi un groupe bien équilibré, polyvalent et solide qui est, surtout, constitué de joueuses en bonne forme. Cela sera vital pour la préparation limitée que l’on aura pour nous mener à ces matchs importants", a expliqué la coach Sandy Brondello.

Mais depuis cette annonce, la capitaine Jenna O’Hea a été touchée par une blessure au poignet qui l’empêchera de participer au TQO. Sara Blicavs (Jayco Southside Flyers) a été nommée pour la remplacer.

Face à une telle équipe, la France a déjà prouvé par le passé qu’elle pouvait être à la hauteur. Elle avait réalisé un exploit mémorable lors des Jeux de Londres en 2012 lors d’une demi-finale remportée en prolongation. Les Bleues étaient alors devenue la première équipe, exceptée les Etats-Unis, à battre l’Australie lors d’un tournoi olympique. Quatre ans plus tard, à Rio, l’issue avait été moins favorable, la défense des joueuses de Valérie Garnier sombrant 89-71 face au festival de Penny Taylor (31 points et 9 passes).

Surtitre: 
TQO 2020 – Les adversaires des Bleues (1/3)
Auteur: 
Christina Ly/FFBB
Date d’écriture: 
Mercredi, 15. Janvier 2020
Vignette: 
Catégorie 2: 
Chapeau: 
Pour défendre les couleurs de la France aux côtés de l’équipe masculine cet été aux Jeux de Tokyo, les joueuses de Valérie Garnier devront affronter l’Australie, le Brésil et Porto Rico lors du TQO qui se déroulera à Bourges du 6 au 9 février prochain. Tour d’horizon de leurs adversaires avec un premier focus sur les « Opals » d’Australie.
crédit: 
FIBA

TQO, JO : les Bleues en chiffres

Corps: 

3 : L’Equipe de France féminine a participé à trois reprises aux J.O. : à Sydney en Australie pour la toute première fois en 2000 avec Alain Jardel à sa tête ; à Londres en 2012 avec une médaille d’argent olympique (la seule de l’histoire) pour Pierre Vincent et ses joueuses ; et à Rio en 2016 avec une 4ème place pour les troupes de Valérie Garnier.

4 : Il y aura 4 TQO qui se disputeront en simultané du 6 au 9 février prochain. En plus de celui de Bourges, trois autres auront lieu respectivement à Ostende (Belgique), Belgrade (Serbie) et Foshan (Chine).

6 : Si l’on a en tête les derniers TQO victorieux en 2012 à Ankara (Turquie), en photo ci-contre, et Nantes en 2016, la France a déjà participé à d’autres tournois pré-olympiques. En 1976 à Hamilton (Canada), la France tente de décrocher son billet pour le premier tournoi olympique ouvert aux femmes, mais les coéquipières de Jacky Chazalon échouent après deux revers contre les Etats-Unis et la Pologne. Quatre ans plus tard à Varna en Bulgarie, Cathy Malfois et Elisabeth Riffiod butent encore sur le TQO et ne parviennent pas à qualifier les leurs. Les Françaises échoueront ensuite en 1988 à Kota Kinbalu (Malaisie) avec deux défaites face à la Bulgarie et la Yougoslavie, un tournoi auquel avait participé Valérie Garnier, actuelle coach des Bleues. À Bourges, la France prendra donc part à son 6ème TQO.

7 : Sur les 14 joueuses convoquées en stage de préparation à Bourges le 31 janvier prochain, 7 d’entre elles ont déjà participé à un TQO. Ciak, Epoupa, Johannes, Michel, et Vukosavljevic étaient de la partie à la Trocardière à Nantes il y a quatre ans, tout comme Gruda et Miyem, qui ont aussi participé à celui d’Ankara (Turquie) en 2012.

22 : À travers l’ensemble des TQO qu’elle a disputé, l’Equipe de France féminine a participé à 22 rencontres avec un bilan de 13 victoires pour 9 défaites. Les Bleues restent sur 6 victoires d’affilée lors des dernières éditions à Ankara et Nantes.

26 : C’est la moyenne d’âge des 14 joueuses tricolores qui ont été convoquées pour préparer le TQO de Bourges par Valérie Garnier. En 2016 à Nantes pour le dernier Tournoi de Qualification Olympique, la moyenne d’âge des Bleues étaient de 27,5 ans.

5027 : C’est le nombre de places du Palais des Sports du Prado qui va accueillir le TQO du 6 au 9 février prochain. Inauguré en 1969 puis rénové en 2015, le Prado accueillera donc une nouvelle compétition internationale après l’Euro U16 qui s’est déroulé en 2017, et qui avait été remporté par l’Equipe de France cadettes, dont faisait partie Iliana Rupert et Marine Fauthoux.

 


Places à partir de 10 euros pour venir soutenir les Bleues au Prado de Bourges pendant le TQO.
Tarifs préférentiels pour les clubs, groupes/CE (à partir de 10 places)

Toutes les offres sont sur :
https://billetterie.ffbb.com

 

Surtitre: 
Equipe de France féminine
Auteur: 
Kévin Bosi (FFBB)
Date d’écriture: 
Lundi, 13. Janvier 2020
Vignette: 
Catégorie 2: 
Chapeau: 
24 jours, c’est le temps qui sépare les Bleues de leur entrée dans le Tournoi de Qualification Olympique de Bourges face à l’Australie. À quelques semaines de ce rendez-vous crucial, quelques chiffres clés sur l’histoire des Bleues aux Jeux Olympiques et aux TQO.

14 joueuses retenues pour la préparation au TQO à Bourges

Corps: 

En présence de Pascal Blanc (maire de Bourges) et Jean-Pierre Siutat (Président de la Fédération Française de BasketBall), Valérie Garnier a présenté la liste de 14 joueuses qui se réuniront à partir du 31 janvier à Bourges pour débuter la préparation au TQO. Le staff tricolore devra ensuite retenir 12 joueuses pour le début de la compétition au Prado le 6 février 2020, et les trois rencontres face à l’Australie, le Brésil et Porto Rico.

Prénom Nom Naissance Taille Poste Sél . Points Club 2019 / 2020
6 Alexia CHARTEREAU 05/09/1998 1,91 4 47 337 Bourges Basket
8 Helena CIAK 15/12/1989 1,97 5 91 534 LDLC ASVEL Féminin
39 Alix DUCHET 30/12/1997 1,63 1 16 27 BLMA
0 Olivia EPOUPA 30/04/1994 1,65 1 86 440 Canberra Capitals (Austalie)
4 Marine FAUTHOUX 23/01/2001 1,73 1 13 22 Tarbes Gespe Bigorre
7 Sandrine GRUDA 25/06/1987 1,97 4/5 190 2465 Schio (Italie)
14 Bria HARTLEY 30/09/1992 1,76 1/2 14 166 Besiktas (Turquie)
17 Marine JOHANNES 21/01/1995 1,77 2 72 626 LDLC ASVEL Féminin
94 Magali MENDY 06/02/1990 1,75 2/3 2 7 Uni Géjone CB (Espagne)
10 Sarah MICHEL 10/01/1989 1,80 2 79 362 Bourges Basket
5 Endy MIYEM 15/05/1988 1,88 4 208 1852 Flammes Carolo
12 Iliana RUPERT 12/07/2001 1,94 5 13 33 Bourges Basket
93 Diandra TCHATCHOUANG 14/01/1991 1,89 3 84 490 BLMA
11 Valériane VUKOSAVLJEVIC 29/04/1994 1,85 3 100 595 USK Prague (Rép Tchèque)

Vice-championne d’Europe l’été dernier en Lettonie et en Serbie, l’Équipe de France féminine devra terminer à l’une des trois premières places du Tournoi de Qualification Olympique de Bourges pour valider son billet pour les J.O. de Tokyo 2020.

 

  TOURNOI DE QUALIFICATION OLYMPIQUE

BOURGES – 6 AU 9 FÉVRIER 2020

Jeudi 6 février :
18h00 : BRÉSIL / PORTO RICO
20h30 : FRANCE / AUSTRALIE

Samedi 8 février :
18h00 : PORTO RICO/ AUSTRALIE
20h30 : FRANCE / BRÉSIL

Dimanche 9 février :
14h00 : AUSTRALIE / BRÉSIL
16h30 : FRANCE / PORTO RICO

Places à partir de 10 euros pour venir soutenir les Bleues au Prado de Bourges pendant le TQO. Tarifs préférentiels pour les clubs, groupes/CE (à partir de 10 places)

Toutes les offres sont sur : https://billetterie.ffbb.com


Suivez le TQO 2020 de Bourges sur les réseaux sociaux avec #FIBAOQT et retrouvez toute l’actualité sur la page Facebook Equipe de France féminine de Basketball

Surtitre: 
Equipe de France féminine
Auteur: 
À Bourges, Kévin Bosi (FFBB)
Date d’écriture: 
Mardi, 7. Janvier 2020
Vignette: 
Catégorie 2: 
Chapeau: 
À l’occasion d’une conférence de presse qui s’est déroulée ce mardi à la Mairie de Bourges, Jacques Commères (Directeur de la Performance et des Équipes de France) et Valérie Garnier (entraîneur de l’Équipe de France féminine) ont dévoilé les 14 joueuses retenues pour préparer le Tournoi de Qualification Olympique, qui se déroulera au Palais des Sports du Prado à Bourges du 6 au 9 février prochain.

Pages

S'abonner à RSS - Equipe de France féminine