Evan Fournier

NBA
Attention au départ
Cette nuit débutera la saison NBA 2017-2018, 12 français sont sur la ligne de départ avec Rudy Gobert, Evan Fournier et Frank Ntilikina en chefs de file de la délégation tricolore.
Le dernier BasketBall Magazine est sorti !
Le dernier numéro de BasketBall Magazine est désormais disponible. Au sommaire : retour sur la campagne 2017 de l'Equipe de France masculine, un retour complet sur les Eq...
La FFBB sanctionnée - Fournier paiera l'amende
Suite à la disqualification du joueur de l’Équipe de France, Evan FOURNIER, lors du match France – Slovénie du mercredi 6 septembre à Helsinki (Finlande), dans le cadre du pre...
Dans la tanière des loups
L’Equipe de France débute ce jeudi à 19h00 (heure française) à Helsinki l’Eurobasket 2017 face au pays hôte de la compétition. La Finlande soutenue par tout un peuple ne sera pas un adversaire facile à manœuvrer à domicile, la dernière victoire française en terre finlandaise remonte à 1988...
"Tu préfères" avec Evan Fournier
Godzilla ou Gobzilla, Hawaï ou Philippines, Google or not Google ? Une minute pour tout savoir sur Evan Fournier. #TeamFranceBasket
Charlotte et Batum y croient encore
En s'imposant cette nuit 110 à 106 face à Toronto, les Charlotte Hornets et...
Fournier et le Magic renversent les Philadelphie
Une nuit sans succès
Nuit chargée pour les "Frenchies"

Pages

Parker et Diaw ont reçu leur bague

Corps: 

Quatre mois après le cinquième sacre de leur histoire, les Spurs ont débuté la soirée par une cérémonie où joueurs et entraîneurs ont reçu la traditionnelle chevalière remis à chaque champion NBA. "C'est toujours beaucoup d'émotion de recevoir la bague de champion, c'était vraiment la dernière fois où on pouvait célébrer la fantastique saison réussie l'an dernier", a admet Tony ParkerCette cérémonie, mais aussi les absences de Kawhi Leonard, MVP de la finale 2014 victime d'une infection oculaire et de Tiago Splitter peuvent expliquer les difficultés des Spurs à venir à bout des Dallas Mavericks, équipe qui leur avait causé bien des problèmes au premier tour des play-offs. "L'exécution n'a pas été bonne, mais notre état d'esprit combatif a fait la différence", a apprécié Popovich, dépité tout de même par les 20 pertes de ballon. Menés 53 à 45 à la pause, les Spurs ont repris l'ascendant dans le troisième quart-temps avant de laisser les Mavericks revenir dans le match en dernière période. Dallas, emmené par l'inusable Dirk Nowitzki (16 pts), menait de deux points à une minute de la sirène, avant que Parker ne réussisse un panier à trois points décisif. Il termine avec 23 points, 3 rebonds, 3 passes en 35 minutes, tandis que son compère Boris Diaw totalise 5 points, 9 rebonds et 6 passes en 33 minutes.

 

You all wanted to see it, so happy to get that ring tonight. Lets get another one now!!! #gospursgo

Une photo publiée par Borisdiaw (@diawboris) le

 

Dans les autres rencontres, le duel entre le Magic d'Evan Fournier et les Pelicans d'Alexis Ajinça a tourné à l'avantage de l'intérieur français. Malgré un très bon Evan Fournier qui a débuté dans le cinq (11 points, 3 rebonds, 2 passes en 32 minutes), New Orleans l'emporte 101-84. Alexis Ajinça a joué 2 minutes pour 2 points.

Surtitre: 
Français de NBA
Auteur: 
Kévin Bosi (FFBB) avec AFP
Date d’écriture: 
Mercredi, 29. Octobre 2014
Vignette: 
Chapeau: 
La NBA reprenait la nuit dernière par sa traditionnelle remise de bague. Les Spurs de Tony Parker et Boris Diaw ont donc reçu la leur avant la rencontre face à Dallas, remportée dans la douleur (101-100).

La France jouera pour le bronze

Corps: 
Si la recette n’allait pas être la même, Vincent Collet avait prévenu ses troupes : "ne pas oublier le mode d’emploi." C’est malheureusement ce que les Bleus ont fait contre la Serbie, notamment lors d’une première mi-temps ratée au cours de laquelle Milos Teodosic a livré un véritable récital. L’entraîneur tricolore avait pourtant fait du chef d’orchestre serbe l’ennemi public numéro un. Si la Serbie a joué le plus beau basket du tournoi en huitième puis en quart de finale, elle le doit en grande partie au meneur du CSKA. Mais le génial barbu a bénéficié de largesses que son immense talent lui a permis de pleinement exploiter. "Nous n’étions pas redescendus de notre nuage contre une équipe tout à fait prête", analysait Vincent Collet. "Il y a des choses sur lesquelles nous avions beaucoup insisté et que nous n’avons pas faites. On voulait défendre haut et on les a attendus à la ligne à trois-points pendant toute une mi-temps. Nous avons été immatures sur certaines séquences, certains comportements. Tout le monde voulait, j’en suis sûr faire un grand match. Mais ce n’est pas suffisant. Le grand match il faut le faire ensemble. On ne bat pas la Serbie en demi-finale d’une Coupe du Monde avec des individualités mais en respectant ce qu’on a mis en place. Et en première mi-temps on ne l’a pas fait."
 
La feuille de stats de Teodosic lors des 20 premières minutes tenait ainsi du sublime : 18 points à 7/8 aux tirs, 3 passes décisives. Dans son sillage c’est toute la ligne extérieure serbe qui se régalait. Alors que la France avait laissé l’Espagne à 52 points mercredi soir, elle en avait concédé 46 en une mi-temps contre la Serbie. "Teodosic met beaucoup de tirs mais quand on le laisse jouer évidemment qu’il met dedans", pestait Evan Fournier après le match. "Sur la fin il ne fait plus rien parce que nous avons été bien plus agressifs. Mais on commence à le faire trop tard. Nous ne sommes pas rentrés dans le match. Nous étions softs, pas concentrés. C’est là qu’on perd."


 
Largués à -14 à la pause les Bleus ont ensuite subi l’impact du revenant Nenad Krstic près du cercle. L’écart n’avait pas bougé ou presque au début du quatrième quart-temps (-15) et la question de gérer les organismes avant le match pour le bronze aurait pu se poser. Tout au contraire, la France s’est alors lancée dans un retour phénoménal sur les ailes d’Evan Fournier et d’un Nicolas Batum incandescent, auteur de 35 points à 8/12 à longue distance, son record de points en équipe nationale et le record historique d’un international lors d’une Coupe du Monde. Après une pluie de tirs primés, l’écart aura été réduit à deux points (82-84) mais les Serbes sauront toujours trouver la solution pour ne pas s’effondrer.
 
Les Tricolores peuvent donc nourrir de sérieux regrets quant à leur entame totalement manquée. "On ne mérite pas gagner. Ils ont joué dès le début alors qu’on ne joue qu’une mi-temps. C’est tout", tranchait Evan Fournier. "Une défaite comme ça tu ne l’oublies jamais." Le capitaine Boris Diaw livrait la même analyse : "Forcément nous sommes déçus mais on ne méritait pas de gagner ce match. On essaye de revenir mais nous n’étions pas concentrés dès le début. Je pense qu’on a encore une marge de progression par rapport à ça. C’est un manque de maturité : ils sont rentrés très agressifs et nous n’étions pas prêts."
 
Désormais, la France n’a que quelques heures pour panser ses plaies. Elle a rendez-vous à 18h00 avec la Lituanie, qui a bénéficié d’une journée de plus de récupération, pour un remake de la finale de l’EuroBasket 2013. "On va voir si nous sommes durs mentalement. Ce n’est pas évident mais il le faut. Dans ce cas-là le physique est moins important que le mental", estimait Evan Fournier. "Il faut gagner demain", poursuivait Nicolas Batum."Si on ne trouve pas la motivation ça ne sert à rien de faire ce sport. La finale c’est fini, on ne la jouera pas. Maintenant il ne faut pas se prendre la tête et passer à autre chose. Restons conquérants, une médaille ça n’a jamais été fait dans le basket français." En 2005, au lendemain d’un dénouement encore plus cruel contre la Grèce, l’Equipe de France avait survolé un match contre l’Espagne pour remporter une médaille de bronze à l’EuroBasket. C’est à ce souvenir que devront se raccrocher les Bleus pour monter pour la première fois sur un podium mondial.
 

 

Surtitre: 
Coupe du Monde FIBA 2014
Auteur: 
Julien Guérineau (à Madrid)
Date d’écriture: 
Vendredi, 12. Septembre 2014
Vignette: 
Chapeau: 
L’Equipe de France a été dominée 85-90 par la Serbie vendredi soir à Madrid. Il lui faudra rapidement surmonter sa déception puisqu’elle retrouvera le parquet dès 18h00 samedi face à la Lituanie. En jeu une place sur le podium, une première dans son histoire au Mondial.
crédit: 
Bellenger/IS/FFBB

"Faire du basket pour vivre ça"

Corps: 
Embarquez avec les Bleus pour la Coupe du Monde en Espagne en partageant tous les jours une Minute Inside de la vie de l’Équipe de France.
@FRAbasketball #LaMinuteInside
 

Date d’écriture: 
Jeudi, 11. Septembre 2014
Vignette: 
Chapeau: 
Retrouvez l'ambiance dans le vestiaire des Bleus après leur exploit face à l'Espagne en quart de finale de la Coupe du Monde avec la Minute Inside du jour.

Objectif atteint

Corps: 
L’Equipe de France a atteint l’objectif qu’elle s’était fixée avant le début de la Coupe du Monde : atteindre les quarts de finale. Malgré des absences de marque les Bleus ont démontré qu’ils avaient de la ressource et de jeunes joueurs capables de lui assurer une place parmi le gratin de la planète basket. "Nous étions affaiblis et c’est une satisfaction d’aller en quart de finale. Mais je ne veux pas faire de bilan avant un match qui doit être un sommet", souriait Vincent Collet après la rencontre. "On va jouer contre une équipe exceptionnelle qui est à son apogée et à domicile. Mais même s’il n’existe qu’une seule chance, il faut la jouer à fond. Les jouer est un privilège. Ne le gâchons pas."

Pour obtenir le droit de défier à nouveau la Roja, les Bleus ont écarté la Croatie, candidate annoncée à une médaille. Un match pourtant bien mal engagé à la suite d’un premier quart-temps cauchemardesque, sans rythme et sans adresse, marqué par un famélique 3/19 aux tirs. "Heureusement qu’on défend. Être devant d’un point à la mi-temps en shootant à 30% ça tient du miracle", soufflait ainsi Nicolas Batum. Les Bleus ont en effet cette capacité à éteindre leurs adversaires et l’ont prouvé samedi soir. Mis à part Bogdan Bogdanovic (27 pts) et Ante Tomic (17 pts) les autres joueurs majeurs croates ont été rayés de la carte : 5 sur 34 pour le quintet Lafayette-Saric-Rudez-Ukic-Simon. Un investissement défensif symbolisé par l’envolée de Boris Diaw pour un contre digne de ses plus belles années juniors lors du premier quart-temps. Le capitaine tricolore a pourtant vécu une soirée difficile de l’autre côté du terrain mais son entraîneur ne s’en émeut guère. "On joue mieux avec lui que sans lui. Avec Boris on ne peut pas se focaliser que sur les paniers. Il fait briller les autres et a été remarquable défensivement en mettant Saric sous clé."



Rapidement, la France est parvenue à effacer son débours des dix minutes initiales (7-15) grâce notamment à l’entrée déterminante d’Evan Fournier. Le benjamin du groupe s’est révélé tranchant et tandis que Florent Pietrus donnait le ton défensivement, l’arrière du Magic alternait tir de loin et agressivité vers le cercle. "Je rate encore mes lancers-francs mais il y a du mieux. Ce soir on gagne grâce à la défense. Il va falloir construire sur ce succès. Je ne sais pas si j’ai trouvé le déclic mais j’ai essayé de mettre du rythme, c’est mon rôle en sortie de banc." Vincent Collet n’hésitera pas à l’heure de le remettre directement sur le terrain au retour des vestiaires. Une option payante puisque ses points sur contre-attaques ont enfoncé une Croatie à côté de son basket qui offrait à Nicolas Batum plusieurs occasions de martyriser les cercles du Palacio de Deportes.

Mais ces Bleus new-look ont les défauts de leurs qualités et leur "légèreté" de l’aveu même de leur coach, leur joue souvent des tours. A +16 (46-30) à la fin du troisième quart-temps quelques choix douteux remettront les Croates dans le sens de la marche. Bis repetita dans le quatrième à +9 (63-54) alors que Mickaël Gélabale semblait avoir assuré l’essentiel. Les troupes de Jasmin Repesa serviront inlassablement leur génial pivot Tomic pour se rapprocher avant que Bogdanovic de loin ne donne des sueurs froides au staff français (66-64 à 50’ du buzzer). "J’ai mis en avant deux joueurs dans le vestiaire : Thomas Heurtel et Evan Fournier", analysait Vincent Collet en conférence de presse. "Et en même temps j’ai expliqué qu’Evan, après avoir fait des choses magnifiques, a failli remettre les Croates dans le match en se précipitant sur la zone. Et Thomas, après avoir gagné le match avec deux passes magnifiques et un panier exceptionnel sur Tomic, tombe un peu dans l’euphorie. A très haut niveau il faut de l’émotion mais garder la tête froide pour gérer les possessions. Nous avons quatre jours pour franchir un cap dans ce domaine. Cela compte autant que le talent. Cela fait partie de nos faiblesses récurrentes."
Surtitre: 
Coupe du Monde FIBA 2014
Auteur: 
Julien Guérineau (à Madrid)
Date d’écriture: 
Samedi, 6. Septembre 2014
Vignette: 
Chapeau: 
Les Bleus ont dominé la Croatie 69-64 en huitième de finale de la Coupe du Monde. Comme en 2006 au Japon, ils intègrent le top 8 mondial. La France va retrouver sur sa route le favori de la compétition, l’Espagne, mercredi soir à 22h00.
crédit: 
Bellenger/IS/FFBB

Sérieux et appliqués

Corps: 
Les joueurs français avaient sans doute en tête la victoire surprise du Sénégal sur la Croatie lors du premier match de la journée de lundi. Boris Diaw n’a pas manqué de féliciter sur Twitter les représentants du pays de son père et a peut-être mis en garde ses coéquipiers. Pas question de se compliquer la vie face à une formation égyptienne apparue bien limitée lors des deux premières rencontres. Les Bleus ont en tout cas fait preuve d’application et de sérieux pour tuer dans l’œuf tout suspense. 
 
13-4 en cinq minutes, 35-17 en quinze, le travail a été vite fait et bien fait. La pression défensive et les longs segments tricolores ont totalement annihilé l’attaque adverse qui n’a tenu que par l’adresse de son shooteur Ibrahim El Gammal. "L’état d’esprit était le bon. Si je n’avais pas de crainte sur une défaite éventuelle, on aurait pu s’embêter. Mais les joueurs ont été responsables", estime Vincent Collet qui a pu économiser Nicolas Batum (14 minutes) et Boris Diaw (8 minutes). "On a permis à certains joueurs de se reposer, à d’autres de trouver du rythme. On également pu tester des choses qui pourraient nous servir dans les prochains matches. Donc c’est une bonne journée. Mais le gros morceau du menu arrive dans deux jours."
 
Mercredi soir, la France retrouvera en effet l’Espagne. Mais en attendant elle pourra apprécier un jour de repos et se féliciter du rendement de ses joueurs de banc. Evan Fournier, en difficulté depuis le début de la compétition (0 pt, 0/7 aux tirs), a trouvé le chemin du cercle et effectué un passage intéressant au poste de meneur. Un alignement qui lui permet d’avoir plus souvent la balle en main et ainsi de retrouver des sensations : "Lors de l’Euro U18 en 2009 j’avais très mal commencé et j’avais fini dans le cinq du tournoi. Donc je suis déjà passé par là. Voir la balle rentrer ça fait du bien même si tout n’est pas top, notamment à trois-points. J’ai fait deux ans de NBA sans compétition internationale et je sens clairement que le jeu est différent. "


 
Autre remplaçant en vue lundi soir, Kim Tillie a pu totalement lancer sa Coupe du Monde. Rappelé de dernière minute pour prendre la place de Ian Mahinmi, blessé, l’intérieur de Vitoria n’était pas entré en jeu contre le Brésil et n’avait pu masquer son stress lors de ses trois minutes contre la Serbie. Ses qualités offensives ont été pleinement exploitées face à l’Egypte. "Hier je n’étais pas du tout dans le rythme. Je n’avais pas fait d’entraînement et je n’avais pas mes marques. L’Egypte c’est le genre de match où le coach peut faire tourner. Mais il faut que les cadres fassent le boulot dès le début parce que si tu es à égalité à la mi-temps… Là tout le monde s’est concentré sur les consignes et ça s’est bien passé. Quand tu rentres il ne faut pas se relâcher afin de maintenir l’écart et montrer que tu peux aider l’équipe."
 
L’intensité des Bleus est restée constante pendant 40 minutes et la France en a profité pour établir l’écart le plus conséquent de son histoire lors d’un Mondial (+27 auparavant face au Liban en 2010). Avec 31 passes décisives pour 38 paniers inscrits, de la course, de l’adresse, l’ensemble du groupe a pu faire le plein de confiance avant son rendez-vous face à l’Espagne. "On va essayer de résister à leur furia", prévient Vincent Collet. "C’est leur Coupe du Monde et ils ne parlent que de leur finale contre les Américains. Ils sont en marche et quand il accélèrent c’est très impressionnant."
 
Surtitre: 
Coupe du Monde FIBA 2014
Auteur: 
Julien Guérineau (à Grenade)
Date d’écriture: 
Lundi, 1. Septembre 2014
Vignette: 
Chapeau: 
Les Bleus ont parfaitement saisi l’opportunité qui leur était offerte de faire tourner l’effectif en disposant tranquillement de l’Egypte 94-55. Ils remportent ainsi un deuxième succès avant une journée de repos demain.
crédit: 
Bellenger/IS/FFBB

Edwin Jackson vs. Evan Fournier

Corps: 

Surtitre: 
Bleu Blanc Tour - le quiz
Auteur: 
FFBB
Date d’écriture: 
Vendredi, 1. Août 2014
Vignette: 
Chapeau: 
Tous les vendredis jusqu'au 22 août, le Quiz Bleu Blanc Tour oppose deux joueurs de l’Équipe de France. Sujet : l'histoire des Bleus. Principe : le premier à 3 bonnes réponses remporte la partie. Qui sera le plus cultivé ?
crédit: 
FFBB

Evan Fournier à Orlando

Corps: 

Après avoir passé deux ans dans le Colorado, Evan Fournier poursuivra sa carrière NBA à Orlando. La saison dernière, l'arrière tricolore tournait à 8,4 points de moyenne en 19 minutes de jeu.

 

Surtitre: 
Transfert
Auteur: 
Sylvain Bourdois Chupin
Date d’écriture: 
Vendredi, 27. Juin 2014
Vignette: 
Chapeau: 
La nouvelle est tombée à quelques heures de la draft. Evan Fournier ne portera plus la tunique des Denver Nuggets mais celle du Magic d'Orlando.

Boris Diaw et Evan Fournier victorieux

Corps: 

La nuit des Français en NBA :

Tony Parker (San Antonio) : 3 rebonds, 1 interception en 19 minutes face à Dallas (victoire 109-100)
 
Evan Fournier (Denver) : 9 points (à 3/11 aux tirs), 2 rebonds, 4 passes, 2 interceptions en 28 minutes face à Golden State (victoire 100-99)
Surtitre: 
Français de NBA
Auteur: 
Kévin Bosi (FFBB)
Date d’écriture: 
Vendredi, 11. Avril 2014
Vignette: 
Chapeau: 
100% de victoires pour les Français en NBA cette nuit. Sans Tony Parker laissé au repos, les Spurs et Boris Diaw l'ont emporté face à Dallas (109-100). Victoire également pour Evan Fournier avec Denver face aux Warriors (100-99).
crédit: 
(Presse Sports/Hahn)

Evan Fournier se balade

Corps: 

La nuit des Français en NBA :

Ian Mahinmi (Indiana) : 10 points (à 3/3 aux tirs), 1 rebond, 1 passe en 17 minutes face à Atlanta (défaite 88-107)
 
Evan Fournier (Denver) : 26 points (à 6/10 aux tirs), 4 rebonds, 4 passes en 39 minutes face à Houston (défaite 125-130)
 
Tony Parker (San Antonio) : 10 points (à 4 aux tirs), 1 rebond, 1 passe en 9 minutes face à Memphis (victoire 112-92)
 
Boris Diaw (San Antonio) : 4 rebonds, 1 passe, 1 interception en 19 minutes face à Houston (victoire 112-92)
 
Rudy Gobert (Utah) : 2 points (à 1/1 aux tirs), 1 rebond en 5 minutes face à Golden State (défaite 102-130)
 
Alexis Ajinça (New Orleans) : 13 points (à 6/11 aux tirs), 7 rebonds, 2 interceptions en 14 minutes face à Porltand (défaite 94-100)
 
Nicolas Batum (Portland) : 16 points (à 7/12 aux tirs), 12 rebonds, 4 passes, 1 interception et 1 contre en 39 minutes face à New Orleans (victoire 100-94)
Surtitre: 
Français de NBA
Auteur: 
Kévin Bosi (FFBB)
Date d’écriture: 
Lundi, 7. Avril 2014
Vignette: 
Chapeau: 
Malgré les 26 points, 4 rebonds et 4 passes en 36 minutes d'Evan Fournier, Denver s'incline après prolongations face à Houston (125-130).

Evan Fournier efficace

Corps: 
La nuit des Français en NBA :
 
Evan Fournier (Denver) : 9 points (à 4/10 aux tirs), 3 rebonds, 4 passes et 3 interceptions en 21 minutes face à Washington (victoire 105-102)
 
Nando De Colo (Toronto) : 3 points (à 1/2 aux tirs), 1 rebond, 1 passe en 10 minutes face à Atlanta (victoire 96-86)
 
Ronny Turiaf (Minnesota) n'a pas joué face à Phoenix (défaite 120-127)
 
Kevin Séraphin (Washington) n'a pas joué face à Denver (défaite 102-105)
Surtitre: 
Français de NBA
Date d’écriture: 
Lundi, 24. Mars 2014
Vignette: 
Chapeau: 
Le Français de Denver a parfaitement rentabilisé ses 21 minutes passées sur le parquet, avec 9 points (à 4/10 aux tirs), 3 rebonds, 4 passes et 3 interceptions.
crédit: 
(Bellenger/IS/FFBB)

Pages

S'abonner à RSS - Evan Fournier
close
Envoyer à un ami

Ce contenu a attiré votre attention et vous souhaitez le partager ? Envoyez le lien de cette page à vos amis et collègues en remplissant simplement le formulaire ci-dessous.

*Les champs obligatoires sont signalés par un astérisque

'