FFBB

Ligue Féminine
Décision définitive le 10 avril
La crise sanitaire mondiale liée au Coronavirus COVID-19 a entraîné la suspension de toutes les activités sportives dès le 13 mars dernier. Le Premier Ministre venant très récemment de prolonger la pé...
Modification de la réglementation en LFB
Suite à la qualification aux Jeux Olympiques de Tokyo 2020, brillamment acquise lors du Tournoi Qualificatif Olympique à Bourges le 8 février, le Bureau Fédéral, réuni les 14...
Le Top 10 du weekend est en ligne
Encore d'énormes actions ce weekend sur les parquets des championnats nationaux et un dunk monstrueux en numéro 1. A voir très vite !
Une avalanche de CGB !
Vous n’avez pas prévu d’aller au Ski pour les vacances scolaires ? Pas de problème, un Centre Génération Basket s’organise proche de chez vous. C’est le moment d’apprendre ou de vous perfectionner. 37 Centres Génération Basket dont 6 nouveaux vous accueillent pendant les vacances d’hiver....
Le Top 10 du weekend est en ligne
Un Top 10 très lourd cette semaine avec des tomars venus d'ailleurs : claquette dunk, poster, vol au dessus de la raquette !
Le Top 10 du weekend est en ligne
Les actions les plus chaudes du weekend sont dans le Top 10. Vous êtes bien sur...
Ouverture de la billetterie demain à 11h00
Jean Bellucci est décédé
Le Top 10 du weekend est en ligne

Pages

Lyon-Villeurbanne, titre en jeu

Corps: 

Après 21 ans de disette, les joueurs de LYON-VILLEURBANNE ont décroché le titre de Champion de France. Les prétendants à la succession seront encore nombreux cette année mais le club le plus titré de l’hexagone, emmené par son joueur emblématique Yann Bonato (notre photo), fera tout pour conserver sa couronne.

Changements de tête

Les deux meilleurs clubs du dernier exercice ont changé d’entraîneurs. Les Palois devront désormais se plier aux choix de Frédéric Sarre, auteur d’une belle saison 2001/02 avec Rueil Malmaison en PRO B. Quatrième de la saison régulière, les Banlieusards se sont fait sortir en quart de finale de la deuxième phase par Chalons en Champagne. Claude Bergeaud, quant à lui, reste dans l’encadrement du club.

Du côté de Lyon-Villeurbanne, c’est Philippe Hervé qui prend le commandement. Ce dernier a eu de très beaux résultats avec son équipe de Chalon sur Saône, demi-finaliste des playoffs la saison dernière, éliminé par Pau-Orthez.

Des Bleus de retour

Quatre Internationaux français font leur retour au sein du Championnat national. Vasco Evtimov vient gonfler les rangs du tenant du titre après une saison mouvementée au Fortitudo Bologne (Italie) puis à Perm (Russie). Laurent Sciarra revient de Grèce et du Panionios Athènes pour retrouver le Paris Basket Racing avec lequel il brillait voici deux ans. Strasbourg, de son côté, a réussi à faire revenir Crawford Palmer de son exil espagnol à Badalone puis Caceres. Enfin, Makan Dioumassi effectue lui aussi son retour en PRO A après avoir joué à Trieste (Italie), Imola (Italie) et Séville (Espagne). Il rejoint le midi et le club de Hyères-Toulon.

Parmi ces quatre joueurs, seul Vasco Evtimov n’a pas participé à la campagne des JO de Sydney conclue par la très belle médaille d’argent des Bleus.

Les derniers matches amicaux :

Pau-Orthez – Perm (Russie) 83-79


Le Mans – Lyon-Villeurbanne 76-59


Maurienne (PRO B) – Bourg-en-Bresse 85-71


Chalon-sur-Saône – Dijon 86-71


Vichy – Antibes (PRO B) 81-61


Pau-Orthez – Le Mans 90-81


Nantes (PRO B) - Cholet 77-76


Roanne – Antibes (PRO B) 88-87


Hyères-Toulon – Vichy 82-78


Perm (Russie) – Lyon-Villeurbanne 99-98


Paris BR – Limoges 97-57


Paris BR – Francfort (Allemagne) 75-56


Le Mans – Perm (Russie) 94-88


Gravelines – Francfort (Allemagne) 102-68


Nancy – Strasbourg 88-80


Gravelines – Limoges 73-59



Alexandre CARLIER - Service de Presse FFBB

Catégorie: 
Surtitre: 
PRO A
Poids: 
-994
Date d’écriture: 
Lundi, 30. Septembre 2002
Vignette: 
Chapeau: 
Samedi, les équipes de l’élite seront sur le pont pour le début du championnat de France 2002/2003. Avant ce premier rendez-vous officiel, chaque formation a pu se jauger lors des différents matches amicaux de pré-saison.
Tags: 

La France face à l’Australie en quart

Catégorie: 
Surtitre: 
MONDIAL FEMININ
Poids: 
-994
Date d’écriture: 
Vendredi, 20. Septembre 2002
Vignette: 
Chapeau: 
Dans un match anecdotique face aux Américaines (68-101), la France termine à la troisième place du groupe F et rencontrera l’Australie en quart, qui à la surprise général, s’est inclinée face au Brésil, et termine ainsi second du groupe E. La Corée se qualifie également grâce à sa victoire face à la Lituanie (76-70). La Chine a logiquement battu l’Argentine. Dans le groupe F, Cuba et la Lituanie joueront les places de classement, tout comme l’Argentine et la Yougoslavie pour le groupe E. <BR>&#13; <a href="http://www.basketmondial.com" target="_blank">Toute l'actualité du championnat du monde sur basketmondial.com</a>
Tags: 

La Yougoslavie sur le toit du Monde

Corps: 

Quelque fut le résultat du match de dimanche, le vainqueur aurait de toute façon été légitime. En effet, l’Argentine, première Nation à vaincre les Etats-Unis version NBA, affrontait la Yougoslavie, première sélection à avoir éliminé ces mêmes Etats-Unis. Si l’histoire ne retiendra probablement que les vainqueurs, les esthètes conserveront en mémoire cette formation argentine que l’on devrait retrouver à l’affiche dans quatre ans pour une revanche.

Privée d’Emanuel Ginobili, qui ne jouera finalement que 12 minutes en raison d’une entorse à la cheville, cette dernière démarrait bien son match en se montrant agressive dans le bon sens du terme sur le porteur de la balle. Les Yougoslaves, déjà défaits deux fois depuis le début de la compétition (contre l’Espagne et Porto Rico) ne voulaient pas laisser passer la chance qui leur était offerte de remporter le cinquième titre de leur histoire. D’entrée, ils affichaient une légère supériorité et prenait une petite avance de 5 unités (24-19) après le premier quart-temps.

Très présente dans tous les compartiments du jeu, l’Argentine, que personne n’attendait vraiment à ce niveau, tentait crânement sa chance et jouait pleinement son rôle d’outsider. La pression montait donc sur les épaules du tenant du titre et favori pour sa succession. Les shoots étaient moins précis côté yougoslave et Fabricio Oberto (28 points, 10 rebonds) redonnait des couleurs à la Céleste juste avant la mi-temps où la Yougoslavie conservait un avantage minime (41-39).

A son retour sur le parquet, après la pause réglementaire, la seule équipe encore invaincue dans la compétition prenait le dessus et se montrait intraitable en défense. Pedrag Stojakovic (26 points, 75% au shoot, 6 rebonds), lui-même, calait devant le mur dressé par les Argentins qui prenaient l’avantage avant la dernière période (59- 50). Il n’allaient d’ailleurs plus lâcher cette avance jusqu’à 2 minutes de la fin où le festival de Dejan Bodiroga (27 points, 6 rebonds) prenait place. Le joueur de Panathinaikos permettait dans un premier temps à sa sélection de remonter au score, notamment grâce à un tir primé extrêmement difficile. La lutte était acharnée dans ces derniers instants où les Argentins perdaient leur basket. Ils perdaient également le ballon et concédaient une ultime faute sur Vlade Divac (3 points, 8 rebonds) à 6 secondes du terme. Mais le géant yougoslave, impérial en fin de rencontre manquait ses deux lancers francs. Les Sud-Américains récupéraient le ballon a rebond et trouvaient Hugo Sconochini (3 points, 4 rebonds). Ce dernier tentait d’y aller seul mais était stoppé irrégulièrement par la défense des Champions du Monde. L’arbitre ne s’engageait pas et ne sifflait pas la faute à moins d’une seconde du buzzer. Que c’était chaud !

Durant la prolongation, les Yougoslaves mettaient un terme aux rêves dorés de leurs adversaires qui ironiquement applaudissaient l’arbitre pour ses décisions en fin de rencontre. Les anciens et nouveaux Champions du Monde, quant à eux fêtaient dignement ce succès plus ou moins attendu (84-77).

Finale


Yougoslavie - Argentine 84-77 a.p.

Petite finale


Allemagne – Nouvelle Zélande 117-95

Le classement final

1 – Yougoslavie


2 – Argentine


3 – Allemagne


4 – Nouvelle Zélande


5 – Espagne


6 – Etats-Unis


7 – Porto Rico


8 – Brésil


9 – Turquie


10 – Russie


11 – Angola


12 – Chine


13 – Canada


14 – Venezuela


15 – Algérie


16 – Liban



Alexandre Carlier – Service de presse FFBB

Catégorie: 
Surtitre: 
Championnat du Monde masculin – Indianapolis 2002
Poids: 
-994
Date d’écriture: 
Lundi, 9. Septembre 2002
Vignette: 
Chapeau: 
Au terme d’un superbe rencontre, riche en rebondissement, face à l’Argentine, la Yougoslavie a conservé son titre de championne du Monde dimanche. Grâce à Pedrag Stojakovic et surtout Dejan Bodiroga (notre photo), cette génération inscrit son nom en lettre d’or sur le palmarès de cette prestigieuse épreuve.
Tags: 

Yougoslavie-Argentine, tout pour le sacre

Corps: 

Finalement, ce sont les deux équipes qui ont créé la sensation dans ce Mondial qui se disputeront le précieux métal doré du vainqueur. Après que l’Argentine ait battu les Etats-Unis en poule lors du deuxième tour, c’est la Yougoslavie qui a éliminé définitivement la Team USA de la compétition. Au final, il n’est donc pas vraiment étonnant de les retrouver à la lutte sur la dernière marche.

Pour accéder à la finale, les Yougoslaves ont eu affaire à une incroyable Nouvelle-Zélande en demi-finale. Complètement inattendus à ce niveau de la compétition, les Tall Blacks tentaient crânement leur chance et se montraient très entreprenants dans le premier quart-temps. Sous l’impulsion d’un Kirk Penney hyper-réaliste à trois points (4/6 en tout), ils viraient largement en tête après 10 minutes de jeu (30-19)., Mais la machine yougoslave est implacable et se mettait à ronronner à nouveau au retour sur le parquet. Dejan Koturovic (18 points, 6 rebonds) prenait les choses en main et permettait au jeu de s’équilibrer entre ces deux formations ambitieuses. Après le repos de la mi-temps, Marko Jaric (16 points, 8 rebonds, 6 passes) guidait les pas yougoslaves et faisait passer sa sélection devant au tableau d’affichage (66-58). Dans le dernier quart-temps, les hommes de Miroslav Pesic géraient leur petite avance et arrachaient leur billet pour la finale (89-78).

Dans l’autre demi-finale, l’Argentine a connu de grosses difficultés pour venir à bout de l’Allemagne. Prenant d’entrée un léger avantage, les Sud-Américains comptaient surtout sur la « vista » de Hugo Sconochini (18 points) et Emanuel Ginobili (9 points, 3 rebonds en 15 minutes, notre photo). Malheureusement pour eux, ce dernier se blessait (entorse de la cheville) et s’arrêtait au cours d’un deuxième quart-temps complètement dominé par les Allemands (30-20). Dirk Nowitzki (24 points, 11 rebonds) portait sa sélection jusqu’à la mi-temps où elle menait (41-36). Le coach de la Céleste, Ruben Magnano, devait redonner de l’ordre à ses joueurs. Après un petit temps d’adaptation sans leur figure de proue, les Argentins reprenaient des couleurs et remontaient progressivement leur avance pour finalement l’emporter en fin de match (86-80).

Les demi-finales


Yougoslavie – Nouvelle Zélande 89-78


Argentine – Allemagne 86-80

Matches de classement

Matches pour les places de 9 à 12


Turquie – Chine 94-86


Russie – Angola 77-66

Match pour la 9ème place


Turquie – Russie 91-86

Match pour la 11ème place


Angola – Chine 96-84

Matches pour les places de 5 à 8


Etats-Unis – Porto Rico 84-74


Espagne – Brésil 105-89

Match pour la 5ème place


Espagne – Etats-Unis 81-75

Match pour le 7ème place


Porto Rico – Brésil 91-84




Le programme de la dernière journée (8 septembre 2002)

19h30 : Allemagne – Nouvelle Zélande (Match pour la troisième place)


22h00 : Yougoslavie – Argentine (Finale)

Heures françaises



Alexandre Carlier – Service de presse FFBB

Catégorie: 
Surtitre: 
Championnat du Monde masculin – Indianapolis 2002
Poids: 
-994
Date d’écriture: 
Samedi, 7. Septembre 2002
Vignette: 
Chapeau: 
La finale du Championnat du Monde masculin opposera ce dimanche la Yougoslavie, tenante du titre, à l’Argentine. Hasard ou logique, ces deux équipes sont les deux premières et les deux seules à avoir battu les Etats-Unis version NBA. Une finale haute en couleur qui promet un beau spectacle au public américain.
Tags: 

Cette équipe a du caractère

Corps: 

Certes le match s’est conclu par une défaite, mais le Brésil n’est n’importe quelle équipe. Médaillée de bronze des derniers Jeux Olympiques de Sydney, les Sud-Américaines ont livré une très bonne partie face à nos Championnes d’Europe à Newcastle.

Les Brésiliennes affichaient leur supériorité dès les premières minutes de la rencontre en affligeant un sévère 12-0 à leurs adversaires d’un jour. Alain Jardel, quelque peu troublé par cette entrée en matière délicate, demandait un temps-mort afin de replacer son équipe désordonnée. Ses filles, sous l’influence d’Audrey Sauret, qui récupère de son opération de l’appendicite courant août et qui s’est montrée efficace (13 points, 2 interceptions), refaisaient un peu leur retard avant la fin du premier quart-temps (28-20) mais n’arrivaient à trouver la solution en défense. Helen Luz continuait de faire des misères aux Tricolores en rendant une très belle feuille de stats (21 points, 8/12 au shoot, 5 passes). A la mi-temps, le Brésil était en tête (42-24).

A leur retour sur la parquet, les Sud-Américaines bloquaient toujours aussi bien l’accès au cercle et obligeaient les Françaises à tirer (33 % au shoot). Le troisième quart-temps était une copie conforme des deux précédents (21-14). Loetitia Moussard (11 points, 5 rebonds) continuaient de montrer une belle réussite mais Cintia Santos (13 points, 8 rebonds) et ses partenaires restaient encore un cran au-dessus. Le dernier quart-temps, en revanche allaient voir les filles d’Alain Jardel avoir une grosse réaction d’orgueil. Largement menées (63-38), elles montraient l’étendue de leur talent au cours des dix dernières minutes. La défaite était tout de même au rendez-vous mais moins ample qu’annoncée (73-65).

Les Statistiques du match

Dans l’autre match de la journée, les Etats-Unis n’ont fait qu’une bouchée de l’équipe hôte de ce tournoi. Grâce à Shannon Johnson, notamment, très en réussite samedi (4/6 à trois points, 20 points), les Américaines ont réalisé trois premiers quart-temps de haute volée, empochant le gain de ces périodes par un écart entre 8 et 12 points à chaque fois. De ce fait, l’entraîneur US faisait largement tourner ses joueuses. Lisa Leslie, fer de lance des Los Angeles Sparks et de la sélection, a, elle aussi, réussi une belle performance (11 points, 13 rebonds). Du côté des Opals, la satisfaction est venue de Penny Taylor (13 points 4 rebonds) mais celle-ci n’était pas suffisamment épaulée pour gagner le match. Les Etats-Unis l’emportaient (84-55).

Les Statistiques du match

La première journée


Australie – France 75-61


Etats-Unis – Brésil 73-60

La deuxième journée


Brésil – France 73-65


Etats-Unis – Australie 84-55


Le programme du tournoi en Australie (heures françaises) :

Lundi 9 septembre 2002


10h00 : France – Etats-Unis


12h15 : Australie - Brésil

Mardi 10 septembre 2002


10h00 : Équipe n°3 – Équipe n°4


12h15 : Équipe n°1 – Équipe n°2




Alexandre Carlier - Service de presse

Catégorie: 
Surtitre: 
Tournoi en Australie
Poids: 
-994
Date d’écriture: 
Samedi, 7. Septembre 2002
Vignette: 
Chapeau: 
L’Equipe de France féminine s’est inclinée contre le Brésil (73-65), samedi, lors du tournoi amical qu’elle dispute en Australie. Avant d’affronter les Etats-Unis lundi, Alain Jardel peut se satisfaire de la réaction de son équipe, notamment Audrey Sauret, meilleure marqueuse française de la rencontre.
Tags: 

LES ETATS-UNIS ELIMINES

Corps: 

Ils laisseront leurs noms dans l’histoire, tout comme les joueurs argentins l’avaient fait la veille. Le mythe entourant l’équipe américaine ne comprenant que des joueurs issus de la NBA est bel et bien tombé dans la nuit de jeudi à vendredi. Invaincue en 58 matches officiels, cette sélection a chuté en poule puis en quart de finale. Une défaite synonyme d’élimination du Mondial. En terre américaine !

Dans ce dernier match, les Yougoslaves, bourreaux annoncés, affichaient d’entrée la couleur en débutant par un cinglant 9-0, obligeant George Karl, déboussolé, à prendre son premier temps mort au bout de deux minutes. Les Américains, habitués à se faire bouger depuis le début de la compétition, se remettaient de suite en selle et revenaient à égalité après 10 minutes de jeu. En défense comme en attaque, Vlade Divac (16 points, 11 rebonds, 2 contres) était impérial et provoquait de nombreuses fautes offensives. Dejan Bodiroga, lui, passait un peu à côté offensivement (1/7 au shoot) mais était tout de même très important dans le système défensif mis en place par Miroslav Pesic. La révolte US passait par André Miller (19 points, 7 passes) et Paul Pierce (19 points, 6 rebonds) et se traduisait par un troisième quart-temps mené de bout en bout (22-12). Avec six unités d’avance (58-52), les Américains contenaient les assauts yougoslaves emmenés par Predrag Stojakovic (20 points) et contraient. Toujours menés à moins d’un seconde de la fin (77-73), les Européens s’en remettaient au shoot à trois points de Milan Gurovic. Ce dernier faisait pencher la balance du côté des siens par son efficacité (4/6). L’exploit était bien au rendez-vous (81-77).

L’autre choc de la soirée avait eu lieu deux heures et demi plus tôt entre l’Espagne et l’Allemagne, soit un choc frontal entre Pau Gasol et Dirk Nowitzki. Mithat Demirel (9 points en tout, 4/4 dans les trois premières minutes) démarrait le match en trombe et maintenait sa sélection au contact des Ibériques beaucoup trop imprécis. Pau Gasol (14 points, 7 rebonds), lui-même ne réussissait qu’un triste 3/10 au shoot. Mais cette imprécision ne pénalisait pas son équipe car la machine Nowitzki (20 points, 8 rebonds) n’était pas non plus lancée. A la mi-temps, les Allemands avaient tranquillement creusé un écart (40-31). Les Espagnols se rebellaient après le repos et revenaient à la hauteur de leur adversaire au milieu du troisième quart-temps (42-42). Mais l’incroyable maladresse de Juan Carlos Navarro (4/12 à deux points, 3/10 à trois points, 21 points tout de même) allait leur coûter cher. Ce dernier tirait à tout va et gâchait les chances espagnoles. L’Allemagne s’imposait (70-62).

L’Argentine continue son chemin dans ce Mondial et reste la seule formation invaincue depuis le début des hostilités. Cette fois, c’est le Brésil qui a dû plier sous les assauts incessants d’Emanuel Ginobili (19 points, 7 rebonds) et ses compères. Le match était assez équilibré et les deux équipes ne se lâchaient quasiment pas jusqu’à la mi-temps. Vanderleï Mazzuchini (20 points) gardait l’essentiel côté brésilien et suppléait un Marcelo Machado moins en réussite qu’à son habitude (14 points, 5 rebonds tout de même). Dans l’autre camp, Andres Nocioni (16 points) et Fabricio Oberto (19 points, 9/10 au shoot, 8 rebonds) assuraient le spectacle et la victoire argentine par la même occasion dans le troisième quart-temps (22-12). Il ne restait plus qu’à conserver cette avance pour décrocher sa place en demi-finale (78-67).

Dans un quart de finale totalement inattendu, la Nouvelle Zélande l’a emporté sur Porto Rico et s’est placée dans le dernier carré. Au cours d’une rencontre très serrée, les Tall Blacks comptaient sur Phil Jones (21 points, 6 rebonds) pour tenir tête à la formation des Caraïbes. Côté Portoricain, Elias Ayuso retrouvait ses ailes du premier tour (24 points) et maintenait une bonne cadence à la partie. Mais ces derniers n’étaient pas assez habiles dans le shoot extérieur (27 %). Les Néo-Zélandais l’emportait (65-63) malgré un faible pourcentage au tir (37.5 %).




Les quarts de finale :

Yougoslavie - Etats-Unis 81-77


Allemagne - Espagne 70-62


Argentine - Brésil 78-67


Nouvelle Zélande - Porto Rico 65-63




Le programme des demi-finales (samedi 7 septembre 2002) :

20h15 : Argentine - Allemagne


22h30 : Nouvelle Zélande – Yougoslavie




Matches de classement

Place 9 à 12 (vendredi 6 septembre)

18h00 : Angola – Russie


20h30 : Turquie – Chine

Place 5 à 8 (samedi 7 septembre)

00h30 : Espagne – Brésil


03h30 : Etats-Unis – Porto Rico

Heures françaises




Alexandre Carlier - Service de Presse FFBB

Catégorie: 
Surtitre: 
Championnat du Monde masculin – Indianapolis 2002
Poids: 
-994
Date d’écriture: 
Vendredi, 6. Septembre 2002
Vignette: 
Chapeau: 
Cette fois, le mythe est bien à terre. Après avoir subi leur première défaite en compétition officielle contre l’Argentine, les Etats-Unis, version NBA, ont été éliminés en quart de finale par une Yougoslavie ambitieuse et retrouvée (notre photo). L’Argentine, l’Allemagne et une très inattendue Nouvelle Zélande sont encore en lice pour la couronne mondiale. Étonnant dernier carré !
Tags: 

L’Argentine fait chuter le géant

Corps: 

GROUPE E

Après un début de compétition difficilement géré, il ne pouvait rester qu’une équipe en lice entre la Turquie et la Yougoslavie. C’est finalement cette dernière qui est sortie vainqueur de cette confrontation au sommet. Prenant rapidement les devants, Predrag Stojakovic et Milan Gurovic (16 unités chacun) étaient les maîtres d’œuvre d’un collectif bien huilé où six joueurs inscrivaient plus de 10 points. Les Turcs, malgré un Mehmet Okur déchaîné (21 points, 9 rebonds, 4 contres) perdaient progressivement du terrain, accusant 6 unités de retard après 10 minutes, 16 à la pause. C’était trop face à une Yougoslavie retrouvée qui s’imposait finalement (110-78).

A la surprise générale, c’est donc Porto Rico qui s’empare de la première place du groupe au bénéfice de sa victoire face à l’Angola. Après un étonnant 2/10 au shoot, Carlos Arroyo(20 points) et les siens se faisaient largement distancer dans le premier quart-temps (22-12). Par la suite, Porto Rico refaisait son retard petit à petit pour enfin prendre son premier avantage à 5 minutes de la fin. Au final, le score était de parité (71-71). Après 5 minutes de lutte serrée (9-9), Miguel Lutonda(18 points en tout) marquait les 7 points angolais dans la seconde prolongation et pensait avoir fait le plus dur. Mais l’excellent José Ortiz (25 points) donnait la victoire à Porto Rico sur le buzzer (89-87).

L’Espagne, quant à elle, s’empare de la deuxième place du groupe. Elle a eu un démarrage poussif face à des Brésiliens accrocheurs (23-21 dans le premier quart-temps) mais a su rapidement faire la différence notamment grâce à un festival de l’incontournable Pau Gasol (25 points, 10/12 au shoot, 11 rebonds). Côté sud-américain, Marcelo Machado (25 points) tentait de lancer la révolte mais n’était pas suivi par ses équipiers déjà satisfaits semble-t-il de la qualification acquise. Leur maladresse au shoot (39 %) leur était préjudiciable et l’Espagne s’imposait sans difficultés (84-67).

Yougoslavie - Turquie 110-78


Porto Rico - Angola 89-87 a. p.


Espagne - Brésil 84-67

1 - Porto Rico 11 5-1


2 - Espagne 11 5-1


3 - Yougoslavie 10 4-2


4 - Brésil 10 4-2


5 - Turquie 8 2-4


6 - Angola 7 1-5




GROUPE F

Cette fois-ci, c’est sûr : la Dream Team n’est plus. Les Argentins ont fait tomber le mythe de l’équipe labellisée NBA, invincible et invaincue pendant 58 rencontres. Mercredi soir, les Sud-Américains démarraient le match sur les chapeaux de roue et mettaient au pas une formation américaine trop brouillonne, tant en attaque (38 % au shoot) qu’en défense. L’Équipe d’Emanuel Ginobli (15 points) menait la danse jusqu’à la mi-temps (53-37). Après le repos, l’ailier des Boston Celtics Paul Pierce (22 points) se reprenait tout comme la sélection entière. Mais il était trop tard car la défense des Argentins, à l’image de Gabriel Fernandez (notre photo), se resserrait efficacement (seulement 12 pertes de balles). L’Argentine crée l’exploit (87-80).

Pour être certaine de décrocher son billet pour les quarts, il fallait encore à l’Allemagne un succès face aux Russes. Ces derniers étaient également au pied du mur et voulaient à tout prix l’emporter. La Mannschaft prenait le match par le bon bout et se montrait intraitable en défense. Sous la houlette du meilleur marqueur de la compétition, Dirk Nowitzki (23.8 points de moyenne, 17 mercredi soir), les Allemands s’éloignaient au tableau d’affichage (58-36 à la mi-temps). Ils pouvaient gérer les assauts russes après le repos et l’emporter tranquillement (103-85) malgré la belle performance de Zakhar Pachoutine (28 points). La route s’arrête ici pour le vice-champion du Monde.

La Nouvelle Zélande sera là où on ne l’attendait sûrement pas : en quart de finale. Pourtant, mercredi soir, on a longtemps cru que la Chine serait en mesure de s’en sortir. Auteurs d’un premier quart-temps quasiment parfait (35-13), les champions d’Asie se faisaient reprendre du terrain avant la pause (52-43), notamment grâce à Phil Jones (33 points en tout). Le match reprenait et restait équilibré jusqu’aux 10 dernières minutes où Yao Ming (27 points, 7 rebonds), Li Nan (33 points, 6 rebonds) et leur troupe ne faisait plus qu’illusion. Les Tall Blacks s’imposaient (94-88).

Argentine - Etats-Unis 87-80


Allemagne - Russie 103-85


Nouvelle Zélande - Chine 94-88

1 - Argentine 12 6-0


2 - Etats-Unis 11 5-1


3 - Allemagne 10 4-2


4 - Nouvelle Zélande 9 3-3


5 - Russie 8 2-4


6 - Chine 7 1-5




Le Programme de la journée (heures françaises) :

Matches de classement pour les places 9 à 12


18h00 : Angola –Russie


20h30 : Turquie - Chine

Quart de finales :


00h30 : Argentine – Brésil


00h30 : Espagne – Allemagne


03h30 : Porto Rico – Nouvelle Zélande


03h30 : Etat-Unis – Yougoslavie




Alexandre Carlier – Service de Presse

Catégorie: 
Surtitre: 
Championnat du Monde – Indianapolis 2002
Poids: 
-994
Date d’écriture: 
Jeudi, 5. Septembre 2002
Vignette: 
Chapeau: 
Les Etats-Unis, grands favoris pour la couronne mondiale, ont chuté devant une fantastique équipe d’Argentine. C’est la première fois qu’une Équipe américain entièrement composée de joueurs de la NBA perd un match dans une compétition de cet ordre. Le quart de finale face à la Yougoslavie s’annonce chaud. De leur côté, la Turquie et la Russie trépassent logiquement et joueront pour la neuvième place.
Tags: 

Il ne pourra en rester qu’un

Corps: 

GROUPE E

Une fois de plus, Porto Rico a créé la surprise. Face à une Espagne impressionnante depuis le début du Mondial, la rencontre a longtemps été très serrée. Au toujours très dynamique ibérique Pau Gasol (16 points, 11 rebonds), répondait la complémentarité entre Antonio Laitmer (18 points) et Carlos Arroyo (18 points, 6 passes). En retard de neuf points dans le troisième quart-temps, Porto Rico misait surtout sur l’expérience de ce dernier pour passer en tête à huit minutes de la fin. La dernière période était menée de main de maître (24-13) et l’Espagne chutait pour la première fois du tournoi (73-65).

La Yougoslavie s’est bien rachetée de son faux face à Porto Rico. C’est la Brésil, d’ores et déjà qualifié, qui a subit les conséquences de la révolte des Champions du Monde en titre. Très rapidement devant au tableau d’affichage (+10 après trois minutes de jeu), les Yougoslaves n’allaient plus lâcher leur tempo infernal et l’ailier de Sacramento, Predrag Stojakovic (19 points, 4 rebonds, 4 passes), s’en donnait à cœur joie et redonnait des couleurs à son équipe, méconnaissable depuis le début de la compétition. Son équipiers chez les Kings, Vlade Divac (7 points, 8 rebonds, 5 passes, 3 interceptions, notre photo) affichait également les signes du renouveau. En face, Marcelo Machado (15 points) ne pouvait empêcher le Brésil de s’incliner (90-69).

La Turquie, quant à elle, s’est logiquement imposée contre l’Angola. L’ailier fort du CSKA Moscou Mirsad Turkcan a réalisé un festival (26 points, 11 rebonds) tout comme le vainqueur de l’Euroligue 2002 avec le Panathinaïkos Athènes, Ibrahim Kutluay (23 points). Accrochés durant les 20 premières minutes, les Turcs ont montré un visage plus familier en seconde mi-temps, digne d’un Vice-champion d’Europe. Malgré un percutant Miguel Lutonda (16 points), l’Angola lâchait prise dans le troisième quart-temps (22-8) et s’inclinait finalement (86-66). Pour la Turquie, une place en quart de finale passe désormais par un succès contre la Yougoslavie. La tâche sera ardue.

Porto Rico - Espagne 73-65


Yougoslavie - Brésil 90-69


Turquie - Angola 86-66

1 - Espagne 9 4-1


2 - Porto Rico 9 4-1


3 - Brésil 9 4-1


4 - Yougoslavie 8 3-2


5 - Turquie 7 2-3


6 - Angola 6 1-4




GROUPE F

Les matches passent et se ressemblent pour les Etats-Unis. Comme depuis le début du Mondial, les Américains n’ont pas produit un jeu extraordinaire contre la Nouvelle Zélande mais se sont tout de même largement imposés. Paul Pierce (20 points, 8 rebonds, 4 passes) et Michael Finley (20 points, 4 rebonds, 5 passes) ont mené la Team USA vers un succès facile, malgré un premier quart-temps mal négocié. Dominateurs dans les dix premières minutes, les Tall Blacks, emmenés par Kirk Penney (16 points) se sont montrés trop imprécis par la suite (36.6 % à deux points) et chutent lourdement (110-62).

L’Argentine reste avec les Etats-Unis, la seule sélection encore invaincue dans la compétition. Contre l’Allemagne, l’ailier de Tau Vitoria, Andres Nocioni a été plutôt à son aise (19 points, 6 rebonds) et a très vite guidé les siens sur les rails du succès (31-20 dans le premier quart-temps). Les trois autres périodes de la partie était âprement disputées et ne se jouaient au final qu’à un ou deux points. Dirk Nowitzki (21 points, 10 rebonds) portait une nouvelle fois son équipe sur ses épaules, mais son incompréhensible 0/8 à trois points lui était préjudiciable. L’Argentine remporte sa cinquième victoire en autant de matches (86-77) et s’apprête à défier les Etas-Unis lors du dernier acte de ce groupe.

Enfin, la Russie s’est tranquillement imposée face à la Chine. Devant plus de 4000 personnes (un belle performance tant la compétition ne rameute pas les foules), les vice-champions du Monde ont dû se passer des services d’Andreï Kirilenko, blessé au genou. C’est Vassili Karassev (21 points) et Nikita Morgunov (18 points, 6 rebonds) qui prenaient les choses en main. Rapidement devant au score, les Russes géraient leur avance dans les deuxièmes et troisièmes quart-temps avant d’assommer définitivement leurs adversaires dans la dernière période (28-16). En face, le pivot de Denver Menke Bateer (18 points) et le futur joueur de Houston Yao Ming (13 points, 9 rebonds) faisaient ce qu’ils pouvaient. En vain. La Russie s’imposait (95-68).

Etats-Unis - Nouvelle Zélande 110-62


Argentine - Allemagne 86-77


Russie - Chine 95-68

1 - Etats-Unis 10 5-0


2 - Argentine 10 5-0


3 - Allemagne 8 3-2


4 - Russie 7 2-3


5 - Nouvelle Zélande 7 2-3


6 - Chine 6 1-4




MATCHES DE CLASSEMENT

Match pour la 13ème place :


Canada – Venezuela 98-97

Match pour la 15ème place :


Algérie – Liban 100-70



Le programme de la journée (heures françaises) :

21h00 : Yougoslavie – Turquie (Groupe E) – En différé sur Pathé Sport, le jeudi 5 septembre à 08h00


22h00 : Brésil – Espagne (Groupe E)


23h30 : Chine – Nouvelle Zélande (Groupe F)


00h30 : Russie – Allemagne (Groupe F) - En direct sur Pathé Sport


02h00 : Argentine – Etats-Unis (Groupe F) - En direct sur Pathé Sport


03h00 : Porto Rico – Angola (Groupe E)




Alexandre Carlier – Service de Presse FFBB

Catégorie: 
Surtitre: 
Championnat du Monde masculin – Indianapolis 2002
Poids: 
-994
Date d’écriture: 
Mercredi, 4. Septembre 2002
Vignette: 
Chapeau: 
La Yougoslavie et la Turquie s’affronteront cette nuit dans un match décisif pour la qualification en quart de finale. L’un des deux finalistes du dernier Euro ne poursuivra pas sa route dans la compétition. Porto Rico, de son côté, continue à épater. Les hommes de Julio Toro ont empoché leur billet pour les quarts en prenant le meilleur sur l’Espagne.
Tags: 

Étonnant Porto Rico

Corps: 

GROUPE E

C’est donc de cette incroyable équipe de Porto Rico qu’est venue la grosse surprise. Pas vraiment considérés comme des candidats potentiels à une médaille avant le début de l’épreuve, Elias Ayuso (révélation de ce tournoi) et sa bande commencent à croire en leurs chances. C’est Daniel Santiago (31 points, 10 rebonds, notre photo) qui a porté l’équipe vers la victoire lundi soir face à la Yougoslavie. Les deus sélections emportaient les quart-temps tour à tour et assez largement (entre 6 et 8 points d’écart). Malgré la belle performance de Predrag Stojakovic (26 points, 5 rebonds), la Yougoslavie était loin de son meilleur niveau et chutait pour la deuxième fois du Mondial (85-83).

Pour la troisième fois de la compétition, le Brésil s’est imposé de justesse. Cette fois-ci, l’adversaire était l’Angola, tombeur du Canada au premier tour. Sous l’impulsion d’un Marcelo Machado encore en grande forme (25 points), les Sud-Américains ont courus après le score durant toute la partie. L’Angolais Edmar Victoriano (22 points, 11 rebonds) faisait des misères aux cariocas qui ne revenaient que dans le dernier quart-temps. Il fallait attendre la prolongation pour voir un vainqueur se dessiner. Ce fût le Brésil (86-83) mais que ce fût juste.

Après un premier tour mal négocié (deux revers en trois matches), la Turquie, finaliste du dernier Euro, a lourdement chuté contre une équipe d’Espagne aux allures de prétendant au titre. La star des Memphis Grizzlies, Pau Gasol (19 points, 5/6 à deux points, 7 rebonds) a encore été un pion essentiel de sa sélection. Prenant rapidement l’avantage, les Ibériques ont réussi à contenir les assauts turcs de Mehmet Okur (17 points, 7 rebonds) et les siens. Au final, la victoire est espagnole (87-64) et oblige probablement les Turcs à prendre leur billet retour pour le Bosphore. Les quarts de finale s’éloignent.

Porto Rico - Yougoslavie 85-83


Brésil - Angola 86-83 a. p.


Espagne - Turquie 87-64

1 - Espagne 8 pts 4-0


2 - Brésil 8 pts 4-0


3 - Porto Rico 7 pts 3-1


4 - Yougoslavie 6 pts 2-2


5 - Turquie 5 pts 1-3


6 - Angola 5 pts 1-3




GROUPE F

Si les Etats-Unis n’ont pas vraiment confirmé leur statut de favori dans le jeu, il l’ont fait dans les résultats. Face à une bien faible Russie, les Américains n’ont pas vraiment connu de difficultés, prenant d’emblée la mesure de l’opposition. Paul Pierce (27 points dont 20 dans le troisième quart-temps !) a conservé sa cadence et André Miller (18 points, 8/11 à deux points) lui a emboîté le pas. Menés de 26 points à l’entrée du dernier quart-temps, les Russes ont montrés leurs limites, privés d’Andreï Kirilenko, blessé au genou. Les 16 points de Zakhar Pachoutine n’y changeront rien, la Team USA s’impose (106-82).

Les Argentins continuent leur petit bonhomme de chemin dans cette compétition taillée à leur mesure. La Chine a, à son tour, subit la loi des champions d’Amérique du Sud. D’entrée, ces derniers affichaient leurs intentions et écrasaient le premier quart-temps (32-14). Dès lors, il devenait difficile de revenir pour Menke Bateer (13 point) et les siens. Après s’être fait reprendre quatre points avant la mi-temps, Leandro Palladino (14 points, meilleur marqueur du match) en rajoutait après le repos pour une large victoire finale (95-71). Qui les arrêtera ?

L’Allemagne, enfin, est venu tranquillement à bout d’une Nouvelle Zélande un peu à bout de souffle. Les joueurs de la Mannschaft commençaient timidement mais sûrement la rencontre, leur avantage n’excédant pas 8 points. Après la mi-temps, Ademola Okulaja (17 points, 9 rebonds) et Dirk Nowitzki (17 points) achevaient le travail. Malgré un sursaut d’orgueil de Kirk Penney (15 points), les Tall Blacks s’inclinaient (84-64).

Etats-Unis - Russie 106-82


Argentine - Chine 95-71


Allemagne - Nouvelle Zélande 84-64

1 - Etats-Unis 8 pts 4-0


2 - Argentine 8 pts 4-0


3 - Allemagne 7 pts 3-1


4 - Nouvelle Zélande 6 pts 2-2


5 - Russie 5 pts 1-3


6 - Chine 5 pts 1-3




MATCHES DE CLASSEMENT

Canada - Liban 91-67


Venezuela - Algérie 98-83

Le programme de la journée

18h00 : Canada – Venezuela (Match pour la 13ème place)


18h00 : Liban – Algérie (Match pour la 15ème place)


20h30 : Yougoslavie – Brésil (Groupe E) - En direct sur Pathé Sport


20h30 : Angola – Turquie (Groupe E)


00h30 : Espagne – Porto Rico (Groupe E)


00h30 : Allemagne – Argentine (Groupe F) - En direct sur Pathé Sport


03h00 : Chine – Russie (Groupe F)


03h00 : Etats-Unis – Nouvelle Zélande (Groupe F) - En direct sur Pathé Sport




Alexandre Carlier - Service de Presse FFBB

Catégorie: 
Surtitre: 
Championnat du Monde masculin – Indianapolis 2002
Poids: 
-994
Date d’écriture: 
Mardi, 3. Septembre 2002
Vignette: 
Chapeau: 
Énorme sensation lundi soir à Indianapolis, où la modeste équipe de Porto Rico est venue à bout de la Yougoslavie. Le Champion du Monde en titre est désormais au pied du mur et devra remporter ses deux matches restants pour poursuivre sa route. De leur côté, la Russie et la Turquie ont toutes deux été battues et sont quasiment éliminées.
Tags: 

Les gros sont bien là

Corps: 

GROUPE A

L’Espagne a fini son grand chelem du premier tour en dominant facilement l’Angola samedi soir. Jamais en danger, la formation ibérique a suivi les pas du Madrilène Felipe Reyes (19 points, 11 rebonds) et s’est tranquillement imposé dans les quatre quart-temps du match. En face, les Africains, sous la houlette de Joaquim Gomes (24 points) n’ont pas fait illusion mais empochent tout de même leur billet pour le deuxième tour malgré la défaite (88-55).

Dans l’autre match de la poule, on a cru un temps que le Canada pourrait refaire surface et arracher la qualification. Mais la Yougoslavie en a voulu autrement. Après un départ tardif, Predrag Stojakovic (23 points, 10 rebonds) et les siens ont pris l’avantage et se sont rachetés de leur accroc face à l’Espagne. Pourtant, Rowan Barrett (18 points) faisait regretter l’absence des stars NBA et une association de certains éléments à ses côtés. Le Canada quitte la compétition prématurément avec cette défaite (87-71).

Espagne - Angola 88-55


Yougoslavie - Canada 87-71

1 - Espagne 6


2 - Yougoslavie 5


3 - Angola 4


4 - Canada 3

GROUPE B

La Turquie a finalement arraché son pass pour le deuxième tour. Après deux revers face à Porto Rico et le Brésil, les équipiers de Mehmet Okur (27 points, 8 rebonds) ont enfin justifié leur statut de vice-champion d’Europe. Certes, ce n’était « que » le Liban en face mais il fallait tout de même venir à bout de cette équipe novice et qui jouait crânement sa chance. Sans complexes, les Libanais auront montré de belles choses durant ce Mondial qu’ils quittent tête haute malgré la lourde défaite (107-80).

Le Brésil, de son côté s’est difficilement imposé dans son dernier match face à une étonnante équipe de Porto Rico. Il aura fallu toute la classe de Marcelo Machado (23 points) et tout le sang froid d’Anderson Varejao (18 points) pour venir à bout de ce challenger plutôt inattendu. Comptant essentiellement sur Elias Ayuso (31 points samedi soir) et José Ortiz (21), Porto Rico commence à croire en ses chances de médailles et ce malgré ce dernier revers (90-86).

Turquie - Liban 107-80


Brésil – Porto Rico 90-86

1 - Brésil 6


2 - Porto Rico 5


3 - Turquie 4


4 - Liban 3

GROUPE C

Comme prévu, l’Allemagne n’a connu aucune difficulté devant l’Algérie. Dans le sillage d’un Dirk Nowitzki impeccable depuis le début de la compétition (24 points cette fois-ci), la formation européenne a fait la différence avant la mi-temps (60-24). Les Algériens ont courus après le score durant tout le match mais leur imprécision à trois points (19.2 %) était préjudiciable à l’Antibois Miloud Doubal (16 points) et les siens qui concédaient leur troisième défaite en autant de matches (102-70).

La Team USA, en revanche, a connu quelques difficultés à se débarrasser de Chinois accrocheurs. Entamant le match sur les chapeaux de roue, la sélection asiatique menait rapidement les débats pour arriver à +12 après le premier quart-temps. Menke Bateer (19 points) faisait quelques misères à ses habituels adversaires de NBA qui ne réagissaient que peu de temps avant la mi-temps. Paul Pierce (19 points), notamment, prenait les choses en main et ramenait les siens à égalité avant de les aider à prendre le large (84-65).

Allemagne - Algérie 102-70


Etats-Unis - Chine 84-65

1 - Etats-Unis 6


2 - Allemagne 5


3 - Chine 4


4 - Algérie 3

GROUPE D

La Russie a enfin remporté un match dans ce Mondial. Le vice-champion du Monde, qui avait chuté lors de ses deux premiers rendez-vous est venu à bout du Venezuela samedi soir. Le joueur des Utah Jazz Andreï Kirilenko a été à la fête (24 points, 12 rebonds, notre photo) et a porté sa sélection vers le deuxième tour. Côté sud-américain, les équipiers de Victor Diaz (27 points) et Richard Lugo (18 points, 16 rebonds) quittent la compétition sur un revers (86-69).

Enfin, l’Argentine confirme tout le bien que l’on pouvait penser d’elle. Les joueurs au maillots rayés horizontalement bleu ciel et blancs se sont imposés face à la Nouvelle-Zélande en clôture de ce groupe. Pourtant, ce sont les Tall Balcks qui entamaient bien le match. Pero Cameron (21 points) portait l’avance néo-zélandaise à 5 unités après 10 minutes de jeu. Mais Emanuel Ginobili (24 points) inversait totalement la tendance avant la mi-temps (52-44 pour l’Argentine). Malgré une avant-dernière période bien menée, les joueurs océaniens subissaient la loi des Sud-Américains en fin de match (112-85).

Russie - Venezuela 86-69


Argentine – Nouvelle Zélande 112-85

1 - Argentine 6


2 - Nouvelle Zélande 5


3 - Russie 4


4 - Venezuela 3




Le deuxième tour (du lundi 2 au mercredi 4 septembre 2002)

Composition de la Poule E :


Espagne, Yougoslavie, Angola, Brésil, Porto Rico, Turquie

Composition de la poule F :


Etats-Unis, Allemagne, Chine, Argentine, Nouvelle Zélande, Russie

Le Programme de la journée de lundi (heures françaises) :

20h30 : Turquie – Espagne (Groupe E) - En différé sur Pathé Sport mardi matin à 08h00


20h30 : Brésil – Angola (Groupe E)


00h30 : Porto Rico – Yougoslavie (Groupe E) - En direct sur Pathé Sport


00h30 : Nouvelle Zélande – Allemagne (Groupe F)


03h00 : Russie – Etats-Unis (Groupe F) - En direct sur Pathé Sport


03h00 : Argentine – Chine (Groupe F)



Alexandre Carlier - Service de Presse FFBB

Catégorie: 
Surtitre: 
Championnat du Monde – Indianapolis 2002
Poids: 
-994
Date d’écriture: 
Dimanche, 1. Septembre 2002
Vignette: 
Chapeau: 
Malgré quelques surprises, on retrouvera bien tous les favoris au deuxième tour. Seul le Canada est passé au travers de son Mondial et jouera pour la neuvième place. La Turquie et la Russie, défaites lors de leurs deux premiers matches, ont finalement arraché leur qualification. Un belle suite de compétition en perspective.
Tags: 

Pages

S'abonner à RSS - FFBB
close
Envoyer à un ami

Ce contenu a attiré votre attention et vous souhaitez le partager ? Envoyez le lien de cette page à vos amis et collègues en remplissant simplement le formulaire ci-dessous.

*Les champs obligatoires sont signalés par un astérisque

'