Héléna Ciak

20 ans LFB
Un tremplin vers le monde
La Ligue Féminine de Basket fête ses 20 ans. Tout au long de la saison, la LFB vous propose de découvrir ou redécouvrir, les faits marquants, les équipes, les entraîneurs ou encore les joueuses qui on...
Tirage au sort des huitièmes de finale
En marge du stage des Bleues à Villeneuve d’Ascq (qui rencontre la Roumanie dans le cadre des qualifications à l’Euro 2019), les joueuses de l’Équipe de France féminine, Endy...
Ciak et Bouderra étaient en live
Helena Ciak et Amel Bouderra ont répondu en direct aux fans de l'Equipe de France féminine sur la page Facebook officielle. Retrouvez le replay.
One Shot avec Helena Ciak
L'intérieure des Bleues Helena Ciak, auteur de 13 points hier contre l'Espagne et MVP Pierre Lannier, est à retrouver dans un nouvel épisode de #OneShot.
Le titre russe échappe à Koursk et Ciak
Ekaterinbourg et Koursk s'affrontaient hier lundi pour la dernière manche de la finale du championnat russe. Un ultime choc qu'Ekaterinbourg a remporté sur le fil (82-83) pour s'adjuger...
"C'était un de mes rêves les plus fous, et je l’ai réalisé"
Helena Ciak a remporté dimanche avec Koursk l'Euroligue aux dépens du Fener...
Ciak et Koursk sur le toit de l'Europe
Gruda et Ciak, titre en vue...
Koursk en finale, Schio en demi-finale

Pages

Un tremplin vers le monde

Corps: 

La Ligue Féminine a aussi servi de tremplin à quelques-unes des meilleures joueuses françaises qui ont intégré ensuite des clubs européens au standing sportif élevé et plus rémunérateurs.

Recrutée à dix-huit ans par Valenciennes, Sandrine Gruda y demeura deux saisons, le temps de cumuler deux titres de MVP française et de MVP Espoir. Ensuite, la jeune femme aux dents longues n’hésita pas à rejoindre Ekaterinbourg située sur le pan asiatique de l’Oural où elle retrouva son entraîneur à l’USVO, Laurent Buffard. Rien à voir avec la luxuriante Martinique de son enfance. Elle confia y vivre dans sa bulle hermétique même si Ekat’ n’est pas aussi paumée qu’on pourrait le croire.
« J’ai mon appartement à dix minutes du centre-ville. Ekaterinbourg est une très grande ville, en travaux, en plein développement, qui sera à l’avenir l’une des villes les plus belles de Russie. La vie est très chère là-bas. Il y a beaucoup de magasins comme Louis Vuitton, Chanel, Gucci. Je sais que l’on n’imagine pas ça ! » 
C’est à Ekaterinbourg que Sandrine parvint au statut d’étoile mondiale, remportant deux Euroligue et pas moins de six titres de championne de Russie. Elle eut un temps comme équipière Caroline Aubert pour quelques semaines et Céline Dumerc pour deux saisons. Plus récemment, c’est l’Eldorado turc qui l’a séduite, Fenerbahçe pour commencer puis Yakin Dogu Üniversitesi après un court retour au pays à l’ASVEL.

L’autre Française qui a connu la gloire en Russie, c’est Edwige Lawson-Wade avec notamment un trophée d’Euroligue avec le CSKA Samara. Nous y reviendrons dans un autre épisode. Mais en fait la pionnière à UMMC Ekaterinbourg, ce fut Audrey Sauret dont le nom fut intimement lié à l’aventure valenciennoise. L’actuel manager général de Charleville-Mézières en Pro B a ensuite passé six saisons en Italie, à Tarente, Schio et Parme.

L’Italie, destination privilégiée

Membre comme Audrey Sauret des fameuses « Filles en Or » Championnes d’Europe en 2001, Sandra Dijon a choisi l’Espagne (Puig d’en Valls) et, plus exotique, la Lettonie (Cesis) comme destinations européennes.
« J’ai un appartement totalement meublé, tout confort, avec deux chambres puisqu’il était initialement prévu que mon mari et mon fils viennent en Lettonie avec moi. Ils ne sont pas venus », nous confiait-elle alors, évoquant son fils Melvyn Govendy qui allait grandir jusqu’à 2,14m ! « Mon mari a un boulot qui lui plaît en France et ce n’est pas facile pour un homme d’être le mari d’une joueuse professionnelle. Il a envie de s’assumer tout seul. Il n’y avait pas d’école française pour mon fils sinon à Riga qui est à une heure de route. Moi, j’ai un lit fait sur mesure. »

Egalement sacrée Championne d’Europe au Mans en 2001, Sandra Le Dréan s’installa à Prague pour de bon puisqu’elle y rencontra l’homme de sa vie, médecin du club et chirurgien. Mais c’est bien à Valenciennes et avec ses copines de l’USVO qu’elle fêta son jubilé en 2010.

L’Italie est une destination privilégiée des internationales françaises. Elodie Godin y gagna avec Tarento et Schio quatre titres nationaux, deux coupes et une SuperCoupe. Sa science du rebond, sa hargne, son shoot au post y furent très appréciées.

L’Italie et Schio, c’est l’actuel club d'Isabelle Yacoubou après y avoir déjà séjourné lors de la saison 2010-11 mais entre-temps Baby Shaq a roulé sa bosse : en Espagne (à Valence avec qui elle gagna l’Euroligue en 2012), en Russie (Spartak Moscou), en Turquie (Fenerbahçe) et même… en Chine, au Heilongjiang Chenneng. L’Aventure avec un A. « Ce que je retiens, c’est qu’au niveau humain, cela a été la plus belle expérience que j’ai vécue avec une équipe. C’est un peu bizarre au début. Quand tu arrives, tout le monde est assez fermé. Mais au bout de deux semaines avec moi, les filles se sont ouvertes et cela a été un échange incroyable. Même si j’étais l’étrangère, que j’avais ma suite et que je pouvais faire ce que je voulais, j’ai essayé comme toujours de m’intégrer, de manger comme elles et avec elles. »

Koursk pour Endy Miyem et Héléna Ciak

A Schio, Isabelle Yacoubou fait équipe avec Endy Miyem sous les ordres de Pierre Vincent qui les emmena au titre de Championnes d’Europe avec les Bleues en 2009. Endy avait choisi auparavant de transiter par Koursk, un autre club russe fortuné. Quand on lui demandait les raisons de son choix de s’expatrier, la Berruyère répondait : « Déjà avoir un peu mieux financièrement car c’est compliqué pour Bourges de pouvoir s’aligner sur certains clubs européens. Surtout comme joueuse française, ça reviendrait assez cher au club. Malgré les moyens que l’on a à Bourges, qui sont inférieurs à certaines équipes européennes, ça ne nous a pas empêché de faire de bons résultats ces dernières années. On va dire qu’il y a des endroits où, du fait de tout l’argent qu’ils mettent, ils ont peut-être davantage d’obligations d’aller plus loin encore. »

A Koursk, Endy Miyem a passé le relais à une autre Française, Héléna Ciak. Et le pivot de l’Équipe de France ne peut que se féliciter de son choix puisqu’un titre de champion d’Europe est venue couronner une saison 2016-17 de la renaissance.
« Quand j’ai su que c’était le coach Lucas Mondelo qui était là-bas, je me suis dit que c’était un projet vraiment intéressant. C’est un style de jeu qui est un peu plus libéré. Je ne me suis pas posée de question, j’ai déroulé. Au fur et à mesure des matches, j’ai pris plaisir et je me suis rendu compte que je jouais mieux comme ça. Je ne dirai pas que c’était pour moi une « délivrance » car ça serait un trop gros mot mais j’ai repris du plaisir à jouer. J’ai pris ça comme une expérience, j’ai tout lâché, j’ai profité. C’est une chance qui n’est pas donnée à tout le monde. »

Catégorie: 
Surtitre: 
20 ans LFB
Auteur: 
Texte : Pascal Legendre - Visuel : Chloé Bérard
Date d’écriture: 
Vendredi, 23. Février 2018
Vignette: 
Chapeau: 
La Ligue Féminine de Basket fête ses 20 ans. Tout au long de la saison, la LFB vous propose de découvrir ou redécouvrir, les faits marquants, les équipes, les entraîneurs ou encore les joueuses qui ont fait sa légende. Aujourd'hui, zoom sur les joueuses françaises qui, après leur passage en LFB, ont connu les sommets à l'étranger.
Social_posts: 
<blockquote class="twitter-tweet" data-lang="fr"><p lang="fr" dir="ltr"><a href="https://twitter.com/hashtag/20ansLFB?src=hash&amp;ref_src=twsrc%5Etfw">#20ansLFB</a> - La <a href="https://twitter.com/hashtag/LFB?src=hash&amp;ref_src=twsrc%5Etfw">#LFB</a> a, pour plusieurs joueuses de <a href="https://twitter.com/FRABasketball?ref_src=twsrc%5Etfw">@FRABasketball</a>, servi de tremplin pour des clubs européens au standing sportif élevé et plus rémunérateur <a href="https://t.co/OvOL8tFlzq">https://t.co/OvOL8tFlzq</a> <a href="https://t.co/I3Rwt53IwN">pic.twitter.com/I3Rwt53IwN</a></p>&mdash; LFB (@basketlfb) <a href="https://twitter.com/basketlfb/status/967023177967816705?ref_src=twsrc%5Etfw">23 février 2018</a></blockquote> <script async src="https://platform.twitter.com/widgets.js" charset="utf-8"></script>

Tirage au sort des huitièmes de finale

Corps: 

 

Côte d’Opale Basket Calais (LF2) / Tarbes Gespe Bigorre (LFB)
USO Mondeville Basket (LFB) / Lyon Basket Féminin (LFB)
Angers UFAB 49 (LF2) / Cavigal Nice Basket (LFB)
Saint Amand Hainaut Basket (LFB) / Flammes Carolo Basket Ardennes (LFB)
Toulouse Métropole Basket (LF2) / Roche Vendée BC (LFB)

Les rencontres se dérouleront le samedi 9 décembre 2017 à 20h00 (sous réserve de modifications).

Suivez la Coupe de France sur les Réseaux Sociaux avec #CDFBasket et retrouvez toute l’actualité sur la page Facebook Coupe de France de BasketBall

Catégorie: 
Surtitre: 
Coupe de France féminine - Trophée Joë Jaunay
Auteur: 
À Villeneuve d'Ascq, Kévin Bosi (FFBB)
Date d’écriture: 
Mardi, 14. Novembre 2017
Vignette: 
Chapeau: 
En marge du stage des Bleues à Villeneuve d’Ascq (qui rencontre la Roumanie dans le cadre des qualifications à l’Euro 2019), les joueuses de l’Équipe de France féminine, Endy Miyem et Helena Ciak, ont procédé au tirage au sort des huitièmes de finale de la Coupe de France féminine.
crédit: 
(Crédit : Bosi/FFBB)

Ciak et Bouderra étaient en live

Surtitre: 
Equipe de France féminine - Qualifs Euro 2019
Auteur: 
Kévin Bosi (FFBB)
Date d’écriture: 
Vendredi, 10. Novembre 2017
Vignette: 
Catégorie 2: 
Chapeau: 
Helena Ciak et Amel Bouderra ont répondu en direct aux fans de l'Equipe de France féminine sur la page Facebook officielle. Retrouvez le replay.

One Shot avec Helena Ciak

Surtitre: 
Equipe de France féminine
Auteur: 
Kévin Bosi (FFBB)
Date d’écriture: 
Lundi, 12. Juin 2017
Vignette: 
Catégorie 2: 
Chapeau: 
L'intérieure des Bleues Helena Ciak, auteur de 13 points hier contre l'Espagne et MVP Pierre Lannier, est à retrouver dans un nouvel épisode de #OneShot.
Social_posts: 
<iframe src="https://www.facebook.com/plugins/video.php?href=https%3A%2F%2Fwww.facebook.com%2FEquipeDeFranceFeminineDeBasketBall%2Fvideos%2F1102681346531871%2F&show_text=0&width=400" width="400" height="400" style="border:none;overflow:hidden" scrolling="no" frameborder="0" allowTransparency="true" allowFullScreen="true"></iframe>

Le titre russe échappe à Koursk et Ciak

Corps: 

Koursk avait certes l'avantage du terrain dans cette finale, ayant terminé en tête de la saison régulière. Les coéquipières d'Helena Ciak (10 points dans la dernière manche) avaient même gagné les matches 2 et 3. Mais au final, l'éternel Ekaterinbourg s'est remis en ordre de bataille pour égaliser d'abord vendredi soir, puis remporter le dernier match lundi en s'imposant d'un petit point (82-83).

Helena Ciak, qui a annoncé il y a quelques semaines avoir prolongé son bail à Koursk d'un an pour la saison prochaine, a désormais rendez-vous avec l'Equipe de France féminine qui débutera sa préparation pour l'EuroBasket Women 2017 à Anglet fin mai.

Surtitre: 
Françaises de l'Etranger
Auteur: 
Kévin Bosi (FFBB)
Date d’écriture: 
Mardi, 2. Mai 2017
Vignette: 
Chapeau: 
Ekaterinbourg et Koursk s'affrontaient hier lundi pour la dernière manche de la finale du championnat russe. Un ultime choc qu'Ekaterinbourg a remporté sur le fil (82-83) pour s'adjuger le onzième titre de son histoire.
crédit: 
(Crédit : Kursk Basket)

"C'était un de mes rêves les plus fous, et je l’ai réalisé"

Corps: 

Quelques jours après votre succès avec Koursk en Euroligue, êtes-vous redescendue de votre petit nuage ?
J’y suis toujours un petit peu. Je réalise petit à petit ce que l’on a vécu. Gagner l’Euroligue était un de mes rêves les plus fous, et je l’ai réalisé ce dimanche. C’est juste énorme ! Il y a un an je gagnais l’Eurocoupe avec Bourges, et c’est année c’est l’Euroligue avec Koursk. C’est vraiment fou ! Je retiens aussi la saison parfaite qu’on a réalisé en Euroligue avec 18 victoires en autant de matches, ce qui est incroyable.

La dernière équipe à avoir remporté l’Euroligue en étant invaincue toute la saison était le Spartak Moscou en 2010. Comment pouvez-vous expliquer cette invincibilité ?
C’est difficile à expliquer. On a une bonne équipe, avec des joueuses qui ont énormément de talent. On s’entend très bien sur le terrain, ça se passe très bien également avec le coach (ndlr, Lucas Mondelo, coach de la sélection espagnole). Chacune a trouvé ses marques et a compris le style demandé par le staff, et l’alchimie a très rapidement pris.

Comment avez-vous abordé avec votre équipe ce Final Four de l'Euroligue, tout en sachant que vous étiez l’équipe à abattre, favorite et invaincue ?
Je n’ai vraiment pas ressenti de pression, j’ai plus senti de la motivation. On avait vraiment à cœur de ne pas perdre un seul match. On s’est tout d’abord uniquement concentré sur la demi-finale contre Prague, et il s’avère qu’on l’a gagnée (ndlr, victoire 87-80 avec 6 points et 6 rebonds pour Ciak). Et de la même façon pour la finale, j’ai vraiment ressenti une énorme motivation et l’envie de vaincre.

Comment a été vécu ce premier succès en Euroligue par le club ?
C’était très important de gagner pour le club, c’est la première fois de son histoire. J’ai vu les dirigeants avoir les larmes aux yeux, c'est immense pour eux. Avant la saison, ils avaient affiché leurs ambitions. Ils ont construit et bâti l’équipe pour gagner l’Euroligue cette année. Donc ça a été un soulagement également pour eux, car il y a eu plusieurs matches difficiles où nous avons failli perdre.  C’était une joie pour eux, ça sautait dans tous les sens, ça criait, ça s’enlaçait…

Vous avez déjà remporté l’Eurocoupe l’an dernier avec Bourges. Vous imaginiez-vous gagné l’Euroligue dès cette année avec Koursk ?
Deux titres européens en deux ans, c’est incroyable. À croire que j’étais au bon endroit au bon moment. Jusqu’à aujourd’hui, j’ai toujours été très contente de mes choix. Et il s’avère que chaque année, je gagne au moins un titre, et pas des moindres. C’est vraiment une joie par rapport à mon passé, où ça a été un peu compliqué par moments, où j’ai eu des périodes de doutes. Mais j’ai su rester la tête sur les épaules, et aujourd’hui c’est une récompense du travail fourni durant toutes ces années.

C’est votre première expérience à l’étranger, et elle est déjà réussie avec ce titre en Euroligue…
J’ai toujours voulu tester et jouer à l’étranger dans ma carrière et j’en ai eu l’opportunité. Quand j’ai eu la proposition de Koursk l’an dernier je n’ai pas longtemps hésité. Je connaissais les objectifs du club, les recrues qui allaient venir… Je savais le rôle qui allait être le mien dans le groupe. C’est pour cela que j’ai saisi cette occasion. Après ça a été un grand changement pour moi : le cadre de vie, le froid, la barrière de la langue, l’éloignement de la France. J’ai eu quelques petits coups de blues parfois… Mais le club a été très accueillant et a tout fait pour que je m’intègre le plus facilement possible. C’est pour cela que la saison a été très positive à tout point de vue.

Maintenant l’Euroligue remportée, il vous reste à vous concentrer sur le championnat russe.
Nous avons terminé à la première place de la saison régulière, et tout s’est bien passé en play-offs jusqu’à présent. On débute les finales ce week-end contre Ekaterinbourg, notre dauphin au classement. C’est le même système qu’en Ligue Féminine, la première équipe qui gagne trois matches est sacrée championne. On reçoit tout d’abord deux fois (23 et 24 avril), puis nous nous déplacerons deux fois (27 et 28 avril). Et la belle éventuelle se déroulera à Koursk (1er mai).

Au vu de cette première saison réussie à Koursk, avec ce titre en Euroligue et la finale du championnat qui approche, cela vous donne-t-il envie de rester en Russie ?
J’arrivais en fin de contrat à la fin du championnat. Je voulais attendre un peu que ce soit en quelque sorte officielle : j’ai signé pour une saison supplémentaire à Koursk. En plus, l’équipe devrait être quasiment la même que cette année donc c’est une bonne nouvelle. 

Surtitre: 
Euroligue féminine
Auteur: 
Propos recueillis par Kévin Bosi (FFBB)
Date d’écriture: 
Mardi, 18. Avril 2017
Vignette: 
Catégorie 2: 
Chapeau: 
Helena Ciak a remporté dimanche avec Koursk l'Euroligue aux dépens du Fenerbahçe de Sandrine Gruda (77-63). L'intérieure française est revenue sur ce sacre historique, pour le club comme pour elle, qui avait déjà remporté l'Eurocoupe l'an dernier avec Bourges.
crédit: 
(Crédit : Bacot/FFBB)

Ciak et Koursk sur le toit de l'Europe

Corps: 

Le duel entre le Koursk d'Helena Ciak et le Fenerbahçe de Sandrine Gruda a tourné à l'avantage du club russe. Les joueuses de Lucas Mondelo, entraîneur par ailleurs de la sélection espagnole, sont venues à bout du club stambouliote (77-63). Helena Ciak termine le match avec 5 points, 4 rebonds et 2 passes tandis que Sandrine Gruda inscrit 5 points et 1 rebond.

Après l'Eurocoupe gagnée l'an dernier avec Bourges, Helena Ciak remporte donc un deuxième titre européen et rentre dans le cercle fermé des françaises vainqueur de l'Euroligue.

Surtitre: 
Euroligue féminine
Auteur: 
Kévin Bosi (FFBB)
Date d’écriture: 
Mardi, 18. Avril 2017
Vignette: 
Catégorie 2: 
Chapeau: 
Dans une finale dominée de bout en bout, Koursk a remporté le premier titre européen de son histoire en dominant Fenerbahçe (77-63).
crédit: 
(Crédit : FIBA)
Social_posts: 
<blockquote class="instagram-media" data-instgrm-captioned data-instgrm-version="7" style=" background:#FFF; border:0; border-radius:3px; box-shadow:0 0 1px 0 rgba(0,0,0,0.5),0 1px 10px 0 rgba(0,0,0,0.15); margin: 1px; max-width:658px; padding:0; width:99.375%; width:-webkit-calc(100% - 2px); width:calc(100% - 2px);"><div style="padding:8px;"> <div style=" background:#F8F8F8; line-height:0; margin-top:40px; padding:50.0% 0; text-align:center; width:100%;"> <div style=" background:url(data:image/png;base64,iVBORw0KGgoAAAANSUhEUgAAACwAAAAsCAMAAAApWqozAAAABGdBTUEAALGPC/xhBQAAAAFzUkdCAK7OHOkAAAAMUExURczMzPf399fX1+bm5mzY9AMAAADiSURBVDjLvZXbEsMgCES5/P8/t9FuRVCRmU73JWlzosgSIIZURCjo/ad+EQJJB4Hv8BFt+IDpQoCx1wjOSBFhh2XssxEIYn3ulI/6MNReE07UIWJEv8UEOWDS88LY97kqyTliJKKtuYBbruAyVh5wOHiXmpi5we58Ek028czwyuQdLKPG1Bkb4NnM+VeAnfHqn1k4+GPT6uGQcvu2h2OVuIf/gWUFyy8OWEpdyZSa3aVCqpVoVvzZZ2VTnn2wU8qzVjDDetO90GSy9mVLqtgYSy231MxrY6I2gGqjrTY0L8fxCxfCBbhWrsYYAAAAAElFTkSuQmCC); display:block; height:44px; margin:0 auto -44px; position:relative; top:-22px; width:44px;"></div></div> <p style=" margin:8px 0 0 0; padding:0 4px;"> <a href="https://www.instagram.com/p/BS9CC2rhHVk/" style=" color:#000; font-family:Arial,sans-serif; font-size:14px; font-style:normal; font-weight:normal; line-height:17px; text-decoration:none; word-wrap:break-word;" target="_blank">Euroleague champion !!!! Je n&#39;arrive toujours pas à y croire ... un grand Merci à ma team , incroyable tout au long de cette saison , au staff , à nos supporters russes , au club , et à tous mes amis français qui m&#39;ont soutenu . C&#39;est juste MAGIQUE !! #Euroleaguewomen2017 #champions #dynamoKursk</a></p> <p style=" color:#c9c8cd; font-family:Arial,sans-serif; font-size:14px; line-height:17px; margin-bottom:0; margin-top:8px; overflow:hidden; padding:8px 0 7px; text-align:center; text-overflow:ellipsis; white-space:nowrap;">Une publication partagée par Helena Ciak (@helena_ciak) le <time style=" font-family:Arial,sans-serif; font-size:14px; line-height:17px;" datetime="2017-04-16T16:52:53+00:00">16 Avril 2017 à 9h52 PDT</time></p></div></blockquote> <script async defer src="//platform.instagram.com/en_US/embeds.js"></script>

Gruda et Ciak, titre en vue...

Corps: 

Dans la première demi-finale, les Turques de Fenerbahçe affronteront ce vendredi à 16h00 l'équipe d'Ekaterinbourg, hôte de ce Final Four. Des retrouvailles particlulières pour Sandrine Gruda avec son ancien club, quitté l'an dernier, et qui avait remporté le sacré européen en 2016.

Dans l'autre demi-finale, Kousk et Helena Ciak, toujours invaincu cette saison en Euroligue, joueront face à Prague à 18h30.

La finale se déroulera dimanche à 16h00.

Demi-finales - vendredi 14 avril 2017
16h00 : Fenerbahçe - Ekaterinbourg
18h30 : Koursk - Prague

Dimanche 16 avril 2017
13h30 : match pour la 3e place
16h00 : finale

Les statistiques en Euroligue cette saison :
Sandrine Gruda : 13,4 points, 6,9 rebonds et 2,0 passes
Helena Ciak : 7,4 points, 4,1 rebonds et 0,9 passes

Surtitre: 
Euroligue féminine
Auteur: 
Kévin Bosi (FFBB)
Date d’écriture: 
Vendredi, 14. Avril 2017
Vignette: 
Catégorie 2: 
Chapeau: 
Si aucun club français ne participe ce week-end au Final Four de l'Euroligue, deux tricolores auront pourtant une occasion de remporter le trophée : Sandrine Gruda avec Fenerbahçe et Helena Ciak avec Koursk.
crédit: 
(Crédit : FIBA)
Social_posts: 
<blockquote class="twitter-tweet" data-partner="tweetdeck"><p lang="fr" dir="ltr">Here we are! Final 4 , first game vs USK Praha Premier match vs Prague , à 21:30 (18:30 heure française)<a href="https://twitter.com/hashtag/DynamoKursk?src=hash">#DynamoKursk</a> <a href="https://twitter.com/EuroLeagueWomen">@EuroLeagueWomen</a> <a href="https://t.co/8lwnMZwUvr">pic.twitter.com/8lwnMZwUvr</a></p>&mdash; Helena ciak (@HelenaCiak) <a href="https://twitter.com/HelenaCiak/status/852807213970104320">April 14, 2017</a></blockquote> <script async src="//platform.twitter.com/widgets.js" charset="utf-8"></script> <blockquote class="twitter-tweet" data-partner="tweetdeck"><p lang="fr" dir="ltr"><a href="https://twitter.com/hashtag/FinalFour?src=hash">#FinalFour</a> is coming. We&#39;ll nee all your support !<br>Le Final Four débute. Vos encouragements seront précieux<a href="https://twitter.com/hashtag/FenerNation?src=hash">#FenerNation</a> <a href="https://twitter.com/hashtag/TeamGruda?src=hash">#TeamGruda</a> <a href="https://t.co/xy73l0WOaS">pic.twitter.com/xy73l0WOaS</a></p>&mdash; Sandrine Gruda (@Sandrine_Gruda) <a href="https://twitter.com/Sandrine_Gruda/status/852552368239652864">April 13, 2017</a></blockquote> <script async src="//platform.twitter.com/widgets.js" charset="utf-8"></script>

Koursk en finale, Schio en demi-finale

Corps: 

En Russie tout d'abord, Koursk a validé son billet pour la finale du championnat en dominant le Dynamo Moscou dans le match 2 (62-98). Helena Ciak a été essentielle et termine la partie avec 17 points et 9 rebonds en 20 minutes de jeu. En finale, Koursk retrouvera Ekaterinbourg. Mais d'abord, les coéquipières de l'intérieure française ont les yeux tournés vers le Final Four de l'Euroligue, qui se joue ce week-end justement à Ekaterinbourg. Compétition dans laquelle le club de Ciak est toujours invaincu cette saison.

Autre française qui jouera aussi le Final Four en fin de semaine, il s'agit de Sandrine Gruda. Et pour faire le plein de confiance, Fenerbahçe et Gruda ont dominé l'Université de Girne lors de l'avant-dernière journée de saison régulière (90-81). L'intérieure tricolore a été éblouissante et signe un double-double avec 23 points et 10 rebonds.

Enfin en Italie, Schio a composté son ticket pour le dernier carré du championnat. Les coéquipières d'Isabelle Yacoubou (14 points, 8 rebonds) et d'Endy Miyem (n'a pas joué) ont éliminé Vigarano sans souci (56-81).

Surtitre: 
Françaises de l'Etranger
Auteur: 
Kévin Bosi (FFBB)
Date d’écriture: 
Mardi, 11. Avril 2017
Vignette: 
Catégorie 2: 
Chapeau: 
Le week-end a souri pour nos françaises aux quatre coins de l'Europe. Ciak et Koursk se qualifient pour la finale du championnat, Schio et le duo Yacoubou/Miyem file dans le dernier carré, et Fenerbahçe s'impose dans le sillage d'une excellente Sandrine Gruda.
crédit: 
(Crédit : Kursk Basket)
Social_posts: 
<blockquote class="twitter-tweet" data-partner="tweetdeck"><p lang="fr" dir="ltr">Dernier match de saison régulière et belle victoire Very happy to win the last season game <a href="https://twitter.com/hashtag/POTANINKRAL%C4%B0%C3%87ELER%C4%B0?src=hash">#POTANINKRALİÇELERİ</a> <a href="https://twitter.com/hashtag/TeamGruda?src=hash">#TeamGruda</a> <a href="https://t.co/cJbAbnZk7E">pic.twitter.com/cJbAbnZk7E</a></p>&mdash; Sandrine Gruda (@Sandrine_Gruda) <a href="https://twitter.com/Sandrine_Gruda/status/850743152222908418">April 8, 2017</a></blockquote> <script async src="//platform.twitter.com/widgets.js" charset="utf-8"></script>

14 points pour Ciak en Russie

Corps: 

Helena Ciak en a profité pour soigner ses statistiques : 14 points (à 5/6 aux tirs) et  6 rebonds en 19 minutes.

De leur côté, Endy Miyem (Schio) et Sandrine Gruda (Fenerbahçe) n'ont pas joué ce week-end.

Surtitre: 
Equipe de France féminine
Auteur: 
Kévin Bosi (FFBB)
Date d’écriture: 
Lundi, 20. Mars 2017
Vignette: 
Catégorie 2: 
Chapeau: 
Débuts en playoffs victorieux pour Koursk et Helena Ciak en Russie. Le club de l'intérieure française a dominé le Spartak Moscou dans le match 1 (60-93).
crédit: 
(Crédit : Kursk Basket)

Pages

S'abonner à RSS - Héléna Ciak
close
Envoyer à un ami

Ce contenu a attiré votre attention et vous souhaitez le partager ? Envoyez le lien de cette page à vos amis et collègues en remplissant simplement le formulaire ci-dessous.

*Les champs obligatoires sont signalés par un astérisque

'