Héléna Ciak

Ligue Féminine - MVP
Johannes MVP de la J14
Impériale dans le choc de la journée 14 entre Lyon et Lattes Montpellier, l'arrière de LDLC ASVEL Féminin et de l'Équipe de France est logiquement désignée meilleure joueuse du week-end. Sur...
"On a hâte que ça commence !"
Le TQO débute demain pour les Bleues d'Helena Ciak. L'intérieure française fait un point sur la préparation de l'Equipe de France dans la quête de la qualificat...
Lyon donne la leçon
Vainqueur de Schio avec 37 points d'écart, Lyon, qui surfe désormais sur une vague de trois succès consécutifs en Euroligue, grimpe à la 4ème place du groupe B. Les 3 clu...
Helena Ciak forfait pour l'Euro 2019
L’intérieure de l’Équipe de France féminine Helena Ciak (1,97m, 29 ans) est contrainte de devoir déclarer forfait pour la suite de la préparation des Bleues et pour l’Euro 2019 qui se déroule du 27 juin au 7 juillet en Lettonie et en Serbie, en raison de sa blessure à la cheville droite co...
Ciak et Gruda préservées
Les deux intérieures de l’Équipe de France féminine, Helena Ciak (1,97m, 29 ans) et Sandrine Gruda (1,94m, 31 ans), sont préservées par le staff médical des Bleues pour les deux matches de préparation...
Le plus dur reste à faire
En ballottage favorable après sa victoire de trois points sur le parquet de Giro...
La perf de la journée 18
Lattes Montpellier coule à Venise
La perf de la journée 8

Pages

14 points pour Ciak en Russie

Corps: 

Helena Ciak en a profité pour soigner ses statistiques : 14 points (à 5/6 aux tirs) et  6 rebonds en 19 minutes.

De leur côté, Endy Miyem (Schio) et Sandrine Gruda (Fenerbahçe) n'ont pas joué ce week-end.

Surtitre: 
Equipe de France féminine
Auteur: 
Kévin Bosi (FFBB)
Date d’écriture: 
Lundi, 20. Mars 2017
Vignette: 
Catégorie 2: 
Chapeau: 
Débuts en playoffs victorieux pour Koursk et Helena Ciak en Russie. Le club de l'intérieure française a dominé le Spartak Moscou dans le match 1 (60-93).
crédit: 
(Crédit : Kursk Basket)

Deux françaises au Final Four

Corps: 

Poussés au match 3 par une équipe de Salamanque accrocheuse, Sandrine Gruda et Fenerbahce ont fait le nécessaire (victoire 87-80) hier soir pour se qualifier pour le Final Four. L'intérieure tricolore a été l'une des pièces maitresses de l'équipe turque et termine la partie avec 16 points (8/11 aux tirs), 6 rebonds et 2 passes en 28 minutes.

Helena Ciak et Kursk avaient décroché leur qualification en deux manches face au Bourges Basket.

Surtitre: 
Euroligue Féminine
Auteur: 
Sylvain Bourdois Chupin
Date d’écriture: 
Jeudi, 16. Mars 2017
Vignette: 
Sandrine Gruda
Catégorie 2: 
Chapeau: 
Après sa victoire 87-80 hier soir face à Salamanque, Fenerbahce a décroché son billet pour le Final Four de l'Euroligue féminine (14 et 16 avril prochains). Sandrine Gruda y retrouvera une autre française, Helena Ciak également qualifiée avec le club russe de Kursk. Prague et Ekaterinbourg complètent le plateau.
Social_posts: 
<iframe width="560" height="315" src="https://www.youtube.com/embed/OHi0osu46c0" frameborder="0" allowfullscreen></iframe>

Ciak à la limite du double-double

Corps: 

Helena Ciak a d'ailleurs pu compter sur un soutien de choc dans les tribunes. L'international français Nobel Boungou-Colo, également expatriée en Russie cette saison du côté du Khimki Moscou, est venu assister à la rencontre.

 

En Turquie, Fenerbahçe s'est incliné à domicile contre Agü Spor (74-79). Les coéquipières de Sandrine Gruda (auteur d'un très bon match avec 15 points et 7 rebonds en 36 minutes) restent 2e au classement.

En Italie, Schio l'a emporté devant son public contre Naples (81-59). Endy Miyem a inscrit 6 points, pris 4 rebonds et délivré 2 passes en 20 minutes.

Surtitre: 
Françaises de l'Etranger
Auteur: 
Kévin Bosi (FFBB)
Date d’écriture: 
Lundi, 20. Février 2017
Vignette: 
Catégorie 2: 
Chapeau: 
Face au MBA Moscou, Koursk a livré une prestation solide pour s'imposer (59-83). À l'intérieur, Helena Ciak a fait parler son talent dans la raquette. L'intérieure tricolore termine la partie avec 16 points (à 7/13 aux tirs) et 9 rebonds en 21 minutes.

Ciak et Koursk déroulent

Corps: 

Du côté du championnat italien, Schio (toujours privé d'Isabelle Yacoubou) a concédé sa 3e défaite de la saison. Les coéquipières d'Endy Miyem (8 points, 5 rebonds, 2 passes et 1 contre en 24  minutes) s'inclinent à domicile contre San Martino (65-72).

En Turquie, Fenerbahçe s'est aussi incliné contre Besiktas (62-60). Sandrine Gruda n'a pas joué.

Surtitre: 
Françaises de l'Etranger
Auteur: 
Kévin Bosi (FFBB)
Date d’écriture: 
Lundi, 13. Février 2017
Vignette: 
Chapeau: 
Helena Ciak et Koursk n'ont eu aucun mal à se défaire de Ienisseï (87-57). L'intérieure française termine le match avec 7 points et 6 rebonds en 14 minutes.
crédit: 
(Crédit : Kursk Basket)

Ciak et Miyem s'imposent

Corps: 

En Russie, Koursk et Helena Ciak n'ont eu aucune difficulté à se défaire de Vologda (54-85). L'intérieure tricolore termine la partie avec 4 points et 4 rebonds en 14 minutes.

Du côté de l'Italie, Schio et Endy Miyem ont aussi gagné. Les coéquipières de l'intérieure française (2 points, 1 rebond en 11 minutes) se sont tranquillement imposées face à Vigarano (88-46).

Enfin en Turquie, Fenerbahçe s'est incliné à l'extérieur contre l'Université d'Istanbul (74-73). Une défaite sans conséquence pour Sandrine Gruda (11 points, 5 rebonds, 3 passes en 30 minutes) et les siennes qui restent leader au classement.

Surtitre: 
Françaises de l'Etranger
Auteur: 
Kévin Bosi (FFBB)
Date d’écriture: 
Lundi, 30. Janvier 2017
Vignette: 
Catégorie 2: 
Chapeau: 
Helena Ciak et Endy Miyem se sont respectivement imposées avec leurs clubs en Russie et en Italie. Moins de réussite en revanche pour Sandrine Gruda qui s'incline avec Fenerbahçe à l'extérieur.
crédit: 
(Kursk Basket)

Le carton de Koursk et Ciak

Corps: 

L'intérieure française en a d'ailleurs profité pour inscrire 7 points et 2 rebonds en 12 minutes. Koursk reste dauphin d'Ekaterinbourg, toujours invaincu.

En Turquie, Gruda et Fenerbahçe caracolent toujours en tête. Les coéquipières de Sandrine Gruda (10 points, 6 rebonds et 3 passes en 30 minutes) se sont imposées des justesse contre Botas (64-60).

Enfin en Italie, Schio disputait les quarts de finale de la Coupe d'Italie. Endy Miyem (8 points, 9 rebonds) et les siennes ont dominé Naples (86-54) et joueront Venise en demi-finale.

Surtitre: 
Françaises de l'étranger
Auteur: 
Kévin Bosi (FFBB)
Date d’écriture: 
Lundi, 16. Janvier 2017
Vignette: 
Catégorie 2: 
Chapeau: 
Si le championnat russe n'est pas la plus homogène des compétitions continentales, Koursk et Helena Ciak ont atomisé le Spartak Moscou ce week-end (49-109).

Les Bleues prennent possession de Clermont

Corps: 

 

Vous pouvez encore réserver vos places pour le match contre la Croatie mercredi 23 novembre à 20h30 à Clermont-Ferrand : cliquer ici

 

Surtitre: 
Equipe de France féminine - Qualifications Euro 2017
Auteur: 
À Clermont-Ferrand, Kévin Bosi (FFBB)
Date d’écriture: 
Lundi, 21. Novembre 2016
Vignette: 
Catégorie 2: 
Chapeau: 
Parties de Chalon dimanche, les Bleues ont pris part à leur premier entraînement ce lundi matin à la Maison des Sports de Clermont-Ferrand. Elles y affronteront la Croatie mercredi à 20h30 (en direct sur SFR Sport 2).
Social_posts: 
<blockquote class="twitter-tweet" data-lang="fr"><p lang="fr" dir="ltr"><br>J6 Qualifs Euro 2017<br> 23/11<br>20H30<br> Maison des Sports (Clermont-Fd)<br> <a href="https://twitter.com/hashtag/EDFBasket?src=hash">#EDFBasket</a> <a href="https://twitter.com/hashtag/EuroBasketWomen2017?src=hash">#EuroBasketWomen2017</a><br>➡ <a href="https://t.co/aZePafS2sb">https://t.co/aZePafS2sb</a> <a href="https://t.co/o1ydAd54w3">pic.twitter.com/o1ydAd54w3</a></p>&mdash; Equipe France Basket (@FRABasketball) <a href="https://twitter.com/FRABasketball/status/800402080624091137">20 novembre 2016</a></blockquote> <script async src="//platform.twitter.com/widgets.js" charset="utf-8"></script>

Ciak is back

Corps: 
Euroligue féminine - Journée 3
 
Invaincu après deux journées, Bourges sera en déplacement en Hongrie pour y affronter Sopron. Les Tango y croiseront une figure connue du championnat, Cayla George passée par Aix et Nantes Rezé, et devront surveiller de près Yvonne Turner (23.0pts en moyenne). Lattes Montpellier accueillera Kursk et son armada taillée pour le titre (Vadeeva, Ogwumike, McCoughtry, Prints). Un défi de taille pour les Gazelles. Enfin Villeneuve d'Ascq cherchera à décrocher une première victoire. Ce ne sera pas chose facile face à Salamanque, équipe invaincue et qui a fait chuter Ekaterinbourg.
 
Mercredi 9 novembre
Sopron (HUN) - Bourges - 18h00
Lattes Montpellier - Kursk (RUS) - 20h00
Villeneuve d'Ascq - Salamanque (ESP) - 20h00
 
Les matches sont à suivre en direct sur www.youtube.com/fiba
 
 
Eurocoupe féminine - Journée 3
 
Les quatre formations françaises engagées joueront toutes mercredi soir. 3ème du groupe E, Nantes Rezé ne devra pas se faire surprendre par Namur qui n'a pas encore gagné cette saison. Dans le groupe G, Nice affrontera le leader invaincu Venise pendant que Basket Landes sera sur le terrain du dernier Fribourg. Enfin, Charleville-Mézières visera un troisième succès de rang en Eurocoupe avec la réception des Allemandes de Wasserburg, qui présentent le même bilan (2v-0d) que les Ardennaises.
 
Mercredi 9 novembre
Nice - Venise (ITA) - 19h00
Fribourg (SUI) - Basket Landes - 19h30
Charleville-Mézières - Wasserburg (GER) - 20h00
Nantes Rezé - Namur (BEL) - 20h00
 
Catégorie: 
Surtitre: 
Coupes d'Europe féminines
Auteur: 
Arnaud Dunikowski (LFB)
Date d’écriture: 
Mardi, 8. Novembre 2016
Vignette: 
Chapeau: 
Exilée à Kursk depuis maintenant deux mois, l'intérieure tricolore Héléna Ciak sera de retour en France mercredi pour un match face à Lattes Montpellier, un de ses anciens clubs. Les Gazelles, qui joueront pour la première fois à domicile en Euroligue cette saison, auront du pain sur la planche face à la formation russe.

Ciak et Koursk toujours invaincus

Corps: 

Après deux saisons dans le Berry, Helena Ciak s'est envolée pour la Russie pour rejoindre le club de Koursk. L'intérieure tricolore a encore réalisé un match complet ce week-end face à Orenbourg (victoire 69-65) avec 10 points (à 4/7 aux tirs), 6 rebonds et 2 interceptions en 31 minutes.

Anciennement à Koursk, Endy Miyem a elle pris la direction de l'Italie. En l'absence d'Isabelle Yacoubou ce week-end, présente à l'Assemblée Générale de la FFBB à Dijon afin d'être honorée, Schio n'a pas tremblé contre La Spezia (victoire 97-54). Miyem termine la partie avec 12 points, 7 rebonds, 2 interceptions et 1 contre en 29 minutes.

Aux Etats-Unis, le titre WNBA se jouera sur l'ultime match jeudi prochain. Après quatre rencontres, les deux finalistes que sont les Sparks de Los Angeles et le Lynx de Minnesota n'ont pas réussi à se départager. Sandrine Gruda aura l'occasion avec L.A. de remporter le sacre et d'être la 2e française de l'histoire vainqueur de la WNBA après Sabrina Palie en 2006.

Surtitre: 
Françaises de l'étranger
Auteur: 
Kévin Bosi (FFBB)
Date d’écriture: 
Lundi, 17. Octobre 2016
Vignette: 
Catégorie 2: 
Chapeau: 
Partie cet été en Russie, Helena Ciak impressionne pour ses premières sorties avec sa nouvelle équipe de Koursk, qui n'a pas encore perdu après quatre journées de championnat.
crédit: 
(Crédit : Kursk Basket)

"Le haut niveau me faisait peur"

Corps: 

Que représentent les Jeux Olympiques à vos yeux ?
J’ai vu les J.O. de Londres en 2012 à la télévision. Je m’étais dit qu’un jour j’y serai. Pendant quatre années, j’y ai pensé, j’ai travaillé. J’avais toujours dans un coin de ma tête cet objectif. C’est un rêve devenu réalité. Il y a les titres en club, les compétitions internationales, mais les J.O. c’est unique et exceptionnel. Pour en avoir parlé avec certaines, c’est un truc de fou. J’ai toujours eu envie un jour de vivre ça, je m’en suis donné les moyens et ça a été ma motivation première.

En 2012, ce rêve semblait loin de vous tout de même. Vous veniez de terminer une saison en LF2 avec Perpignan, et quatre ans plus tard vous voilà aux Jeux…
Je suis passée par plusieurs étapes. Arriver en Équipe de France, avoir un bagage en Ligue Féminine et en Euroligue. Pour y arriver, il fallait que je bosse à fond. J’ai travaillé avec mes entraîneurs, j’ai essayé de grappiller les échelons, et aujourd’hui me voilà aux Jeux. J’ai toujours été déterminée, j’ai eu des moments très difficiles où j’étais fatiguée mentalement, j’étais sous pression, j’ai eu des doutes parfois. Je me demandais si j’allais y arriver. Il y a des moments où j’ai craqué, où j’ai voulu tout arrêter, mais je ne me suis pas laissée abattre.

 Votre père est un ancien basketteur international en Équipe de Pologne (81 sélections). Vous saviez ce qu’était le haut-niveau, et vous avez refusé l’INSEP, les centres de formation, les Équipes de France jeunes. Qu’est-ce qui vous faisait peur ?
Mon père a connu beaucoup de déceptions par rapport à mon parcours. Ça a été des sujets de disputes d’ailleurs entre nous. Il ne comprenait pas. Je lui disais que si lui avait connu le haut-niveau, moi je n’avais pas envie de faire cela. À cette époque, je voulais rester dans mon cocon orléanais. Faire du basket tous les jours, manger et dormir basket, ça ne m’intéressait pas. Et puis je me suis lancée en 2010, au début ça a été très difficile. Il y avait un énorme écart de niveau, je ne m’attendais pas à ça. J’avais déjà dans un coin de la tête l’Équipe de France à court terme, et les Jeux à plus long terme.

Au-delà de votre progression depuis quatre ans, on peut même remonter en 2010 où vous évoluiez en NF3 avec Saran. C’est incroyable d’être aujourd’hui aux J.O. ?
C’est un truc de fou. Quand j’étais à Saran il y a six ans, jamais je n’aurais cru être là aujourd’hui. À un moment, j’ai eu un déclic. Je m’ennuyais, je ne prenais pas de plaisir à ce niveau. Le haut-niveau me faisait peur, j’avais mes copains et mes copines, ma famille. Je voulais plutôt devenir kinésithérapeute, j’aimerais toujours d’ailleurs. Je faisais mes deux entraînements par semaine, mon petit match le dimanche. Ça m’allait. Et puis j’ai sauté le pas. J’ai eu peur de regretter quelque chose. Il fallait que je me lance. L’histoire a commencé, il y a eu beaucoup de bas. Et puis les hauts sont arrivés.

2016 est une année particulière pour toi. Il y a évidemment les Jeux, mais aussi le choix de partir cet été à l’étranger pour jouer à Koursk en Russie.
Une carrière de basketteuse, ça ne dure pas toute la vie, je n’ai pu trop le temps. Petit à petit j’ai eu des objectifs. Et je voulais aller à l’étranger, tenter une expérience. Koursk s’est présenté, j’ai vraiment hâte. Ce n’est pas donné à tout le monde d’avoir une opportunité comme cela. Il y aura sans doute des moments difficiles. Maintenant que je suis lancée, je n’ai plus peur de rien, j’ai envie de tout découvrir.

Avec quelle ambition se présente l’Équipe de France féminine à Rio ?
Clairement, la médaille. Pourquoi ne pas réitérer ce qui a été fait à Londres il y a quatre ans. Il faudra prendre les matches les uns après les autres, gagner la rencontre d’aujourd’hui puis celle de demain. On a une poule compliquée, il faudra être bien classé pour avoir un croisement favorable en quarts de finale. Et puis voir où cela nous mène. Réécrire une nouvelle histoire olympique, c’est faisable. On a une bonne équipe, un super groupe. On a fait une bonne préparation et un Tournoi de Qualification Olympique à Nantes intéressant. On a les armes, on peut faire quelque chose de bien.

 À titre personnel, quels sont vos objectifs au Brésil ?
Avant tout de prendre du plaisir, de profiter des instants. Après sur le terrain, je dois apporter ce que Valérie Garnier attend de moi : des rebonds, de la défense. Je prends les minutes qui me sont données et je me mets à 200%.

Il y a deux, dans l’émission « Dans Le Cercle » de la Ligue Féminine, vous déclariez vouloir « rattraper le temps perdu ». Y êtes-vous parvenue ?
Oui je pense que depuis mon départ de Saran il y a six ans, j’ai vécu pas mal de choses. Je fais mon chemin, chaque année j’ai de nouveaux challenges et c’est cela que j’apprécie. Les années passent, je ne fais la vieille à 26 ans mais je vois des jeunes pousses qui arrivent comme Marine Johannes et Olivia Epoupa, qui vont faire les Jeux à 21 et 22 ans. J’ai l’impression d’avoir rattrapé le temps perdu, je ne regrette absolument pas mes choix. Mais peut-être que j’aurais pu vivre tout cela plus tôt. Je suis tout de même contente de faire tout cela. Même si je m’y suis mise tard, j’ai réussi à aller où je voulais.

Surtitre: 
Equipe de France féminine - Préparation JO
Auteur: 
Propos recueillis par Kévin Bosi (FFBB)
Date d’écriture: 
Mercredi, 10. Août 2016
Vignette: 
Catégorie 2: 
Chapeau: 
Elle évoluait encore en NF3 en 2010. En 2016, Helena Ciak (26 ans, 1,97m) dispute les Jeux Olympiques de Rio avec les Bleues. Une ascension fulgurante pour celle qui avait jusqu’alors refusé le haut-niveau.
crédit: 
(Crédit : Julien Bacot/FFBB)

Pages

S'abonner à RSS - Héléna Ciak