Héléna Ciak | Page 4 | FFBB

Héléna Ciak

Les Mots Bleus
Ciak, de la NF3 à l'Equipe de France
Arrivée tardivement au très haut-niveau, Héléna Ciak a très longtemps écumé les parquets de NF3 avec Saran. Fille d'un père international polonais, l'intérieure des Bleues revient sur son pa...
Johannes MVP de la J14
Impériale dans le choc de la journée 14 entre Lyon et Lattes Montpellier, l'arrière de LDLC ASVEL Féminin et de l'Équipe de France est logiquement désignée meilleure...
"On a hâte que ça commence !"
Le TQO débute demain pour les Bleues d'Helena Ciak. L'intérieure française fait un point sur la préparation de l'Equipe de France dans la quête de la qualificat...
Lyon donne la leçon
Vainqueur de Schio avec 37 points d'écart, Lyon, qui surfe désormais sur une vague de trois succès consécutifs en Euroligue, grimpe à la 4ème place du groupe B. Les 3 clubs français engagés dans la compétition sont donc tous en position de se qualifier pour les quarts de finale à quat...
Helena Ciak forfait pour l'Euro 2019
L’intérieure de l’Équipe de France féminine Helena Ciak (1,97m, 29 ans) est contrainte de devoir déclarer forfait pour la suite de la préparation des Bleues et pour l’Euro 2019 qui se déroule du 27 ju...
Ciak et Gruda préservées
Les deux intérieures de l’Équipe de France féminine, Helena Ciak (1,97m, 29 ans)...
Le plus dur reste à faire
La perf de la journée 18
Lattes Montpellier coule à Venise

Pages

"Le haut niveau me faisait peur"

Corps: 

Que représentent les Jeux Olympiques à vos yeux ?
J’ai vu les J.O. de Londres en 2012 à la télévision. Je m’étais dit qu’un jour j’y serai. Pendant quatre années, j’y ai pensé, j’ai travaillé. J’avais toujours dans un coin de ma tête cet objectif. C’est un rêve devenu réalité. Il y a les titres en club, les compétitions internationales, mais les J.O. c’est unique et exceptionnel. Pour en avoir parlé avec certaines, c’est un truc de fou. J’ai toujours eu envie un jour de vivre ça, je m’en suis donné les moyens et ça a été ma motivation première.

En 2012, ce rêve semblait loin de vous tout de même. Vous veniez de terminer une saison en LF2 avec Perpignan, et quatre ans plus tard vous voilà aux Jeux…
Je suis passée par plusieurs étapes. Arriver en Équipe de France, avoir un bagage en Ligue Féminine et en Euroligue. Pour y arriver, il fallait que je bosse à fond. J’ai travaillé avec mes entraîneurs, j’ai essayé de grappiller les échelons, et aujourd’hui me voilà aux Jeux. J’ai toujours été déterminée, j’ai eu des moments très difficiles où j’étais fatiguée mentalement, j’étais sous pression, j’ai eu des doutes parfois. Je me demandais si j’allais y arriver. Il y a des moments où j’ai craqué, où j’ai voulu tout arrêter, mais je ne me suis pas laissée abattre.

 Votre père est un ancien basketteur international en Équipe de Pologne (81 sélections). Vous saviez ce qu’était le haut-niveau, et vous avez refusé l’INSEP, les centres de formation, les Équipes de France jeunes. Qu’est-ce qui vous faisait peur ?
Mon père a connu beaucoup de déceptions par rapport à mon parcours. Ça a été des sujets de disputes d’ailleurs entre nous. Il ne comprenait pas. Je lui disais que si lui avait connu le haut-niveau, moi je n’avais pas envie de faire cela. À cette époque, je voulais rester dans mon cocon orléanais. Faire du basket tous les jours, manger et dormir basket, ça ne m’intéressait pas. Et puis je me suis lancée en 2010, au début ça a été très difficile. Il y avait un énorme écart de niveau, je ne m’attendais pas à ça. J’avais déjà dans un coin de la tête l’Équipe de France à court terme, et les Jeux à plus long terme.

Au-delà de votre progression depuis quatre ans, on peut même remonter en 2010 où vous évoluiez en NF3 avec Saran. C’est incroyable d’être aujourd’hui aux J.O. ?
C’est un truc de fou. Quand j’étais à Saran il y a six ans, jamais je n’aurais cru être là aujourd’hui. À un moment, j’ai eu un déclic. Je m’ennuyais, je ne prenais pas de plaisir à ce niveau. Le haut-niveau me faisait peur, j’avais mes copains et mes copines, ma famille. Je voulais plutôt devenir kinésithérapeute, j’aimerais toujours d’ailleurs. Je faisais mes deux entraînements par semaine, mon petit match le dimanche. Ça m’allait. Et puis j’ai sauté le pas. J’ai eu peur de regretter quelque chose. Il fallait que je me lance. L’histoire a commencé, il y a eu beaucoup de bas. Et puis les hauts sont arrivés.

2016 est une année particulière pour toi. Il y a évidemment les Jeux, mais aussi le choix de partir cet été à l’étranger pour jouer à Koursk en Russie.
Une carrière de basketteuse, ça ne dure pas toute la vie, je n’ai pu trop le temps. Petit à petit j’ai eu des objectifs. Et je voulais aller à l’étranger, tenter une expérience. Koursk s’est présenté, j’ai vraiment hâte. Ce n’est pas donné à tout le monde d’avoir une opportunité comme cela. Il y aura sans doute des moments difficiles. Maintenant que je suis lancée, je n’ai plus peur de rien, j’ai envie de tout découvrir.

Avec quelle ambition se présente l’Équipe de France féminine à Rio ?
Clairement, la médaille. Pourquoi ne pas réitérer ce qui a été fait à Londres il y a quatre ans. Il faudra prendre les matches les uns après les autres, gagner la rencontre d’aujourd’hui puis celle de demain. On a une poule compliquée, il faudra être bien classé pour avoir un croisement favorable en quarts de finale. Et puis voir où cela nous mène. Réécrire une nouvelle histoire olympique, c’est faisable. On a une bonne équipe, un super groupe. On a fait une bonne préparation et un Tournoi de Qualification Olympique à Nantes intéressant. On a les armes, on peut faire quelque chose de bien.

 À titre personnel, quels sont vos objectifs au Brésil ?
Avant tout de prendre du plaisir, de profiter des instants. Après sur le terrain, je dois apporter ce que Valérie Garnier attend de moi : des rebonds, de la défense. Je prends les minutes qui me sont données et je me mets à 200%.

Il y a deux, dans l’émission « Dans Le Cercle » de la Ligue Féminine, vous déclariez vouloir « rattraper le temps perdu ». Y êtes-vous parvenue ?
Oui je pense que depuis mon départ de Saran il y a six ans, j’ai vécu pas mal de choses. Je fais mon chemin, chaque année j’ai de nouveaux challenges et c’est cela que j’apprécie. Les années passent, je ne fais la vieille à 26 ans mais je vois des jeunes pousses qui arrivent comme Marine Johannes et Olivia Epoupa, qui vont faire les Jeux à 21 et 22 ans. J’ai l’impression d’avoir rattrapé le temps perdu, je ne regrette absolument pas mes choix. Mais peut-être que j’aurais pu vivre tout cela plus tôt. Je suis tout de même contente de faire tout cela. Même si je m’y suis mise tard, j’ai réussi à aller où je voulais.

Surtitre: 
Equipe de France féminine - Préparation JO
Auteur: 
Propos recueillis par Kévin Bosi (FFBB)
Date d’écriture: 
Mercredi, 10. Août 2016
Vignette: 
Catégorie 2: 
Chapeau: 
Elle évoluait encore en NF3 en 2010. En 2016, Helena Ciak (26 ans, 1,97m) dispute les Jeux Olympiques de Rio avec les Bleues. Une ascension fulgurante pour celle qui avait jusqu’alors refusé le haut-niveau.
crédit: 
(Crédit : Julien Bacot/FFBB)

A 40 minutes de Rio

Corps: 
L'adversaire
Olivia Epoupa : "Méfiance et vigilance. Un quart de finale n'est jamais facile, il faudra avoir un haut niveau de vigilance. On n'a pas montré une régularité sur 40 minutes, ça sera un challenge."
Valériane Ayayi : "Ce sera un match difficile. Elles sont aussi à 40 minutes de Rio. On doit faire le travail et ça passe par le physique et la défense. Mais il ne suffit pas de le dire, il faut le faire."
Valérie Garnier : "L'Argentine est une équipe qui ne lâche rien, avec un axe 1-5 très fort. Ce sont des joueuses agressives offensivement, avec beaucoup de mobilité, d'énergie. Il faudra être dans le respect de l'adversaire, avec humilité. Ce sont les 40 minutes les plus importantes."
 
L'ambiance avant le quart
Olivia Epoupa : "On se prépare. Le jour de repos hier nous a permis de faire des soins, de voir nos proches. Ce matin on est reparti. Demain ce sera un combat."
Héléna Ciak : "Nous sommes motivées. Il y a une superbe cohésion sur et en dehors du terrain. On a hâte d'être à demain."
 
Rio dans 40 minutes ?
Olivia Epoupa : "On est à 40 minutes de remplir l'objectif. On a envie de franchier l'étape mais il ne faut pas s'emballer. On sourira quand il le faudra."
Valérie Garnier : "C'est ce pour quoi on travaille depuis le début de la préparation."
Sandrine Gruda : "Les JO ça se vit, ça ne se raconte pas."
 
Le public nantais
Héléna Ciak : "Ils sont derrière nous. On a pensé à eux quand on a eu du mal pendant le match. J'espère que demain ils seront encore plus parce qu'on aura besoin d'eux."
Sandrine Gruda : "C'est un public chaleureux. Ca fait toujours plaisir de jouer pour un public qui vibre avec nous sur chaque passe, chaque tir."
 
TQO féminin 2016 - Programme des quarts de finale
 
Vendredi 17 juin
12h30 : Espagne - Corée du Sud
15h00 : Turquie - Cuba
18h00 : Biélorussie - Chine
20h30 : France - Argentine
 
Premières de leur groupe sans trembler, l'Espagne et la Turquie sont concentrées sur leur objectif olympique. La Roja devra se méfier des Asiatiques qui, au-delà d'un mental d'acier, sont de redoutables shooteuses à trois points à l'image de Ajeong Kang (meilleure marqueuse du tournoi avec 20.0pts par match) et ont dans leur rang une pépite, Jisu Park (15.0rbds par match) agée de 17 ans.
 
La Turquie de Lara Sanders partira également favorite. L'intérieure naturalisée devra contrôler la meilleure joueuse cubaine Clenia Noblet (14.0pts et 10.5rbds).
 
Enfin, la confrontation Biélorussie - Chine pourrait être la plus indécise de la journée. Battues par la Corée du Sud mercredi, Yelena Leuchanka et ses partenaires devront hausser leur niveau de jeu. Face à une formation chinoise un peu décevante dans ce TQO, difficile de faire un pronostic.
Surtitre: 
Equipe de France féminine - TQO
Auteur: 
A Nantes, Arnaud Dunikowski
Date d’écriture: 
Jeudi, 16. Juin 2016
Vignette: 
Catégorie 2: 
Chapeau: 
Vendredi (20h30), l'Équipe de France affrontera l'Argentine en quarts de finale du Tournoi de Qualification Olympique féminin 2016. Devant leurs supporters, les Bleues auront besoin d'une victoire pour s'assurer un ticket aux Jeux Olympiques. A la veille de ce match décisif, Valérie Garnier et ses joueuses ont livré leurs sentiments devant les médias à l'occasion d'un point presse.

La Minute Inside avant Croatie-France

Corps: 

Vendredi soir, Valérie Garnier a dévoilé la liste des 12 joueuses qui participeront à la rencontre face aux Croates : Marielle Amant, Valériane Ayayi, Helena Ciak, Céline Dumerc, Olivia Epoupa, Aby Gaye, Marine Johannes, Sarah Michel, Endy Miyem, Paoline Salagnac, Gaëlle Skrela et Ingrid Tanqueray.

Retrouvez la Minute Inside du samedi 20 février avant Croatie/France :

Surtitre: 
Equipe de France féminine - Qualifications Euro 2017
Auteur: 
Kévin Bosi (FFBB)
Date d’écriture: 
Vendredi, 19. Février 2016
Vignette: 
Catégorie 2: 
Chapeau: 
Les Bleues affrontent la Croatie à Slavonski Brod ce samedi après-midi dans leur 3e match des qualifications à l'Euro 2017 (à 17h10 et à vivre en différé sur Ma Chaîne Sport) . Helena Ciak et Gaëlle Skrela nous parlent de cette rencontre importante pour l'Equipe de France féminine afin de rester en tête du groupe B et invaincue.
crédit: 
(Crédit : FFBB)
Social_posts: 
<div id="fb-root"></div><script>(function(d, s, id) { var js, fjs = d.getElementsByTagName(s)[0]; if (d.getElementById(id)) return; js = d.createElement(s); js.id = id; js.src = "//connect.facebook.net/fr_FR/sdk.js#xfbml=1&version=v2.3"; fjs.parentNode.insertBefore(js, fjs);}(document, 'script', 'facebook-jssdk'));</script><div class="fb-video" data-allowfullscreen="1" data-href="https://www.facebook.com/EquipeDeFranceFeminineDeBasketBall/videos/811399698993372/"><div class="fb-xfbml-parse-ignore"><blockquote cite="https://www.facebook.com/EquipeDeFranceFeminineDeBasketBall/videos/811399698993372/"><a href="https://www.facebook.com/EquipeDeFranceFeminineDeBasketBall/videos/811399698993372/">La Minute Inside - 20/02/16 - Ciak et Skrela avant la Croatie</a><p>#LaMinuteInside des Bleues en ce jour de match. Helena Ciak et Gaëlle Skrela (avec la participation de Céline Dumerc) évoquent la rencontre contre les Croates cet après midi à 17h10 (et en différé sur Ma Chaine Sport à 22h30). #EDFBasket</p>Posté par <a href="https://www.facebook.com/EquipeDeFranceFeminineDeBasketBall/">Equipe de France féminine de BasketBall</a> sur samedi 20 février 2016</blockquote></div></div>
La Minute Inside - 20/02/16 - Ciak et Skrela avant la Croatie

#LaMinuteInside des Bleues en ce jour de match. Helena Ciak et Gaëlle Skrela (avec la participation de Céline Dumerc) évoquent la rencontre contre les Croates cet après midi à 17h10 (et en différé sur Ma Chaine Sport à 22h30). #EDFBasket

Posté par Equipe de France féminine de BasketBall sur samedi 20 février 2016

Ayayi voit double

Corps: 
Marielle Amant (Villeneuve d’Ascq) : 10 points (5/8 aux tirs), 2 rebonds, 1 interception en 22 minutes (victoire 92-32 face à Toulouse)
Johanna Gomis (Villeneuve d’Ascq) : 13 points (6/9 aux tirs), 1 rebond et 3 interceptions en 20 minutes (victoire 92-32 face à Toulouse)
Aby Gaye (Villeneuve d’Ascq) : 8 points (3/3 aux tirs), 7 rebonds, 1 interception en 18 minutes (victoire 92-32 face à Toulouse)
 
Valériane Ayayi (Lattes-Montpellier) : 19 points (8/13 aux tirs), 11 rebonds, 2 passes en 30 minutes (victoire 92-54 face à Calais)
Anaël Lardy (Lattes-Montpellier) : 11 points (4/5 aux tirs), 5 passes et 2 rebonds en 22 minutes (victoire 92-54 face à Calais)
Sarah Michel (Lattes-Montpellier): 16 points (7/14 aux tirs), 3 rebonds, 4 passes et 3 interceptions en 30 minutes (victoire 92-54 face à Calais)
Gaëlle Skrela (Lattes-Montpellier) : 19 points (8/11 aux tirs), 4 rebonds, 3 passes, 3 interceptions en 25 minutes (victoire 92-54 face à Calais)
 
Céline Dumerc (Bourges) : 9 points (4/7 aux tirs), 5 passes, 3 intercetions en 24 minutes (victoire 77-48 face à Mondeville)
Paoline Salagnac (Bourges) : 12 points (3/10 aux tirs), 6 rebonds, 8 passes et 5 interceptions en 29 minutes (victoire 77-48 face à Mondeville)
Ingrid Tanqueray (Bourges) : 3 points (1/3 aux tirs), 4 rebonds, 3 interceptions en 20 minutes (victoire 77-48 face à Mondeville)
Héléna Ciak (Bourges) : 19 points (5/8 aux tirs), 8 rebonds et 1 contre en 21 minutes (victoire 77-48 face à Mondeville)
Ana-Maria Filip et Diandra Tchatchouang (Bourges), n’ont pas participé à la rencontre face à Mondeville (victoire 77-48)
 
Olivia Epoupa (Toulouse) n'a pas joué face à Villeneuve d'Ascq (défaite 32-92)
 
Marine Johannes (Mondeville) : 0 points (0/10 aux tirs), 4 rebonds, 2 interceptions en 23 minutes (défaite 48-77 face à Bourges)
Surtitre: 
Les Bleues de LFB
Auteur: 
Sylvain Bourdois Chupin
Date d’écriture: 
Lundi, 26. Octobre 2015
Vignette: 
Valeriane Ayayi
Catégorie 2: 
Chapeau: 
Ce week-end face à Calais, la Montpelliéraine Valériane Ayayi a dominé les débats face à Calais. L'ailière tricolore a réalisé joli double-double et ainsi porté son équipe à la victoire. A Bourges, Héléna Ciak a réussi son retour sous le maillot Tango.

La minute inside - On a montré un autre visage

Corps: 

Images : Stéphane Latzko-Toth / Canal+

Surtitre: 
Equipe de France féminine - EuroBasket Women 2015
Auteur: 
Guillaume Karli / FFBB
Date d’écriture: 
Lundi, 22. Juin 2015
Vignette: 
Chapeau: 
Une blessure de guerre pour Héléna Ciak ? comment Endy Miyem fête la victoire ? les réactions d'Ana Maria Cata-Chitiga et Olivia Epoupa ? Isabelle Yacoubou au milieu des supporters ? Tout ça c'est dans ‪#‎LaMinuteInside‬ !

Le Quiz - Ana Maria Cata-Chitiga vs Héléna Ciak

Corps: 

Surtitre: 
Tournée 2015 - Equipe de France féminine
Date d’écriture: 
Lundi, 18. Mai 2015
Vignette: 
Catégorie 2: 
Chapeau: 
Tous les dimanches jusqu'au 7 juin, le Quiz de la Tournée 2015 oppose deux joueuses de l’Équipe de France féminine. Sujet : l'histoire des Bleues. Principe : la première à trois bonnes réponses remporte la partie. Qui sera la plus cultivée ?

Bourges reste en vie

Corps: 
Euroligue féminine - 1/4 finale retour
 
Bourges - Kursk (RUS) 64-62
Fortes de leur invincibilité à domicile en Euroligue cette saison, les Berruyères prennent le match par le bon bout même si Kursk et ses stars sont là (16-16, 10'). Dans le sillage d'Endy Miyem (19pts), les Tango sont bien en place mais à la pause, ce sont les Russes qui sont devant (31-34).
De retour sur le parquet, la formation du Cher accélère. Héléna Ciak, auteure d'un match stratosphérique avec 14 points et 17 rebonds, montre la voie aux siennes (47-44, 30'). Alors qu'il ne reste que 10 minutes à jouer, Bourges sort les barbelés. L'armada russe se casse les dents sur la défense Tango et les partenaires de Céline Dumerc en profitent pour faire l'écart (62-57, 1'17 à jouer). Milovanovic puis Ogwumike font frissonner les travées (64-62 à 30" du terme). Kursk a la balle de match (ou d'égalisation) en main, Prince se faufile vers le cercle mais manque son double-pas. Le Prado peut exploser.
Bourges revient à égalité dans la série et peut continuer à rêver d'une troisième présence consécutive dans le Top 4 européen.
 
Orenburg (RUS) - Ekaterinbourg (RUS) 75-86
Ekaterinbourg qualifié 2-0
 
Galatasaray (TUR) - Fenerbahce (TUR) 59-57
Série égalité 1-1
 
Prague (CZE) - Salamanque (ESP) 72-43
Prague qualifié 2-0
 
Programme des 1/4 de finale belle
 
Mercredi 11 mars
Kursk (RUS) - Bourges à 17h
Fenerbahce (TUR) - Galatasaray (TUR)
Catégorie: 
Surtitre: 
Coupes d'Europe féminines
Auteur: 
Arnaud Dunikowski (LFB)
Date d’écriture: 
Vendredi, 6. Mars 2015
Vignette: 
Chapeau: 
Elles l'ont fait ! Les filles de Bourges ont remporté avec panache le match retour face au Dynamo Kursk. Portées par Endy Miyem et Héléna Ciak, les Berruyères ont également gagné un nouvel aller-retour en Russie pour un match décisif.

Bourges veut prendre la tête

Corps: 

Programme de la journée 11

Samedi 13 décembre à 20h
Nantes Rezé - Angers en direct sur LFB TV
Villeneuve d'Ascq - Tarbes
Mondeville - Arras
Hainaut Basket - Lattes Montpellier
Bourges - Basket Landes

Dimanche 14 décembre
Toulouse - Lyon à 15h30
Charleville-Mézières - Calais à 16h

Catégorie: 
Surtitre: 
Ligue Féminine - Preview J11
Auteur: 
Arnaud Dunikowski (LFB)
Date d’écriture: 
Vendredi, 12. Décembre 2014
Vignette: 
Catégorie 2: 
Chapeau: 
En recevant le leader Basket Landes samedi soir, Bourges a la possibilité de s'emparer de la première place. En effet, les Tango ne sont qu'à une longueur des Landaises au classement et pourraient les dépasser en cas de victoire. La 11è journée sera également marquée par le derby entre Nantes Rezé et Angers. Cette rencontre sera à suivre en direct sur LFB TV à partir de 19h45.

Pas si simple pour Bourges

Corps: 

Euroligue féminine
 
Mercredi 26 novembre à 20h30
Bourges - Kayseri (TUR) en direct sur Sport+
Battues à Orenburg la semaine dernière, les partenaires de Céline Dumerc voudront se relancer. L'équipe de Kayseri s'appuye sur deux internationales à l'intérieur : la Turque Lara Sanders et l'Espagnole Laura Nicholls. Cette rencontre sera également l'occasion de revoir Lucie Bouthors en France. L'ancienne joueuse de Calais et Reims, passée par le CFBB, évolue en Turquie depuis 2009.

Lattes Montpellier est exempt.

Tous les résultats de l'Euroligue féminine en cliquant ici
 
Eurocoupe féminine
 
Mercredi 26 novembre à 18h30 (match en retard)
Aluinvent Miskolc (HUN) - Charleville-Mézières
En déplacement chez la lanterne rouge du groupe, la formation ardennaise se doit de revenir avec la victoire. Romuald Yernaux comptera beaucoup sur Ana Cata-Chitiga qui monte en puissance ces dernières semaines.
 
Tous les résultats de l'Eurocoupe féminine en cliquant ici

Catégorie: 
Surtitre: 
Coupes d'Europe féminine
Auteur: 
Arnaud Dunikowski (LFB)
Date d’écriture: 
Mercredi, 26. Novembre 2014
Vignette: 
Chapeau: 
Les Berruyères reçoivent mercredi Kayseri (20h30 à suivre en direct sur Sport+). Sur le papier, l'équipe turque est très solide avec notamment Lara Sanders, Laura Nicholls et 3 vieilles connaissances de LFB : Tanisha Wright (ex-Tarbes), Gabriella Marginean (ex-Arras) mais surtout Stella Kaltsidou. La Grecque, qui a porté la tunique Tango pendant 5 saisons, fera son retour au Prado. Charleville-Mézières joue en Eurocoupe mercredi à Miskolc (Hongrie).

Les portes du quart sont ouvertes

Corps: 
France - Brésil 61-48
 
Alors que le Brésil se montre maladroit sous le cercle, et que la star auriverde Souza écope de 2 fautes, les Bleues accélèrent le jeu (6-1, 4'). Les Sud-Américaines ne trouvent des points qu'aux lancers. Des mauvais choix tricolores en attaque permettent aux Brésiliennes de revenir (8-8, 6'). Dans un match à élimination directe, on sent les deux formations très fébriles (12-10, 10').
 
Les Bleues reviennent avec de meilleures intentions à l'image de Sandrine Gruda en périphérie ou Paoline Salagnac en contre-attaque (16-10, 12'). Solide défensivement, la France n'arrive pas à créer un vrai écart. Au combat, Héléna Ciak provoque la 3è faute de Souza puis permet à la France de passer la barre des 10 points (24-13, 17'). Les Tricolores n'ont encaissé que 5 points dans ce quart-temps (26-15 à la pause).
 
De retour sur le parquet, le Brésil tente d'enflammer la partie mais Gaëlle Skrela veille. Endy Miyem marque ses premiers points du Mondial d'un tir au poste sur une nouvelle offrande de Céline Dumerc (33-22, 25'). La France semble prendre la mesure de son adversaire mais rien n'est fait, la vigilance reste de mise (39-24, 27'). En effet, les Brésiliennes vont montrer qu'elles ne lâcheront malgré l'écart (45-30, 30').
 
L'Équipe de France continue de s'appuyer sur son assise défensive pour tenir le Brésil à distance (49-33, 33'). Les Sud-Américaines jouent leur va-tout en augmentant la pression sur le porteur de balle. Option payante puisque le Brésil se rapproche (52-41, 35'). Une perte de balle d'Emilie Gomis et un lancer de Souza entretiennent le suspense (54-44, 2'30 à jouer). Un rush de Dumerc fait respirer le clan tricolore (58-46 à 1'37 de la fin). Les Bleues peuvent enfin souffler, elles s''imposent et se qualifient pour les quarts de finale (61-48).
 
 
Réactions d'après-match :
 
Valérie Garnier : "Notre défense a fait la différence notamment à l'intérieur. Quand on voit que Souza, Clarissa et Dantas marquent aussi peu de points, c'est une performance. On gagne aussi la bataille du rebond, c'est bien. Le premier objectif est atteint. On va jouer, travailler et préparer les USA. C'est un quart de finale, il faudra relever le défi."
 
Endy Miyem : "C'est le top ! J'avais hâte de revenir, de jouer, de partager ces sensations. J'appréhendais un peu quand même mais dans ce genre de match on n'a pas le temps d'avoir peur. Je suis impatiente d'être à vendredi. C'est un quart de finale qui nous attend. Ca va être dur mais c'est ce qui rend ça encore plus excitant."
 
Le programme des 1/4 de finale - Jeudi 2 octobre
 
A Istanbul
Australie - Canada à 14h
Espagne - Chine à 16h15
Turquie - Serbie à 19h
États-Unis - France à 21h15 (20h15 en France)
 
Toutes les informations sur le Championnat du Monde sur www.fiba.com/turkey2014
Surtitre: 
Championnat du Monde féminin 2014
Auteur: 
A Ankara, Arnaud Dunikowski
Date d’écriture: 
Mercredi, 1. Octobre 2014
Vignette: 
Catégorie 2: 
Chapeau: 
En réalisant une performance défensive de haut-niveau face au Brésil, les Bleues ont validé leur billet pour les quarts de finale du Championnat du Monde (61-48). Elles affronteront les États-Unis vendredi à Istanbul.

Pages

S'abonner à RSS - Héléna Ciak