Nando De Colo

Equipe de France masculine - Préparation Coupe du Monde 2019
De Colo et Toupane préservés
À la suite des examens médicaux pratiqués dimanche et lundi à l’INSEP (Paris), le staff tricolore a décidé de préserver par mesure de précaution, Nando De Colo (1,96m, 32 ans) et Axel Toupane (2,03m,...
De Colo et Westermann sacrés avec le CSKA Moscou
Ce week-end, le CSKA Moscou de Nando De Colo et Léo Westermann a remporté la VTB League. En finale, le club moscovite a battu le Khimki Moscou Region 95-84.
3 français au Final Four
Le Final Four 2018 de l'Euroleague aura lieu ce week-end à Belgrade, l'invité surprise, le Zalgiris Kaunas d'Axel Toupane, ne se mesure au tenant du titre le Fe...
De Colo mène le CSKA à la victoire
Auteur d'une nouvelle performance de haut vol avec 25 points, 5 rebonds et 4 passes, Nando de Colo a permis au CSKA de battre l'Olympliacos lors de la 27e journée d'Euroleague. Les Russes confortent leur première place à 3 journées de la fin de la saison régulière.
De Colo fait la couv de Basket Le Mag
Dans son dernier numéro sortie en kiosque aujourd'hui, Basket Le Mag présente l'EuroBasket qui débute ce jeudi. La rédaction vous propose une longue interview de Nando De Colo et un entretie...
De Colo champion et MVP
Sans surprise le CSKA Moscou a décroché hier soir un nouveau titre en remportant...
De Colo vise le doublé
Nando De Colo au Final Four
De Colo et Moscou forcent la décision

Pages

De Colo sans forcer

Corps: 
Euroleague
Nando De Colo (CSKA Moscou) : 17 points (à 7/11 aux tirs), 3 rebonds, 1 passe en 20 minutes (victoire 100-69 face au Maccabi Tel Aviv)
Rodrigue Beaubois (Strasbourg) : 17 points (à 6/11 aux tirs), 4 rebonds, 1 passe en 23 minutes (défaite 59-81 face à l'Etoile Rouge de Belgrade)
Ali Traoré (Limoges) : 12 points (à 5/8 aux tirs), 6 rebonds en 28 minutes (défaite 77-89 face à Efes Pilsen)
Nobel Boungou-Colo (Limoges) : 12 points (à 5/9 aux tirs), 2 passes, 2 interceptions en 29 minutes (défaite 77-89 face à Efes Pilsen)
Jérémy Leloup (Strasbourg) : 11 points (à 4/8 aux tirs), 6 rebonds et 1 passe en 26 minutes (défaite 59-81 face à l'Etoile Rouge de Belgrade)
Thomas Heurtel (Efes Pilsen) : 10 points (à 3/7 aux tirs), 15 passes, 3 rebonds et 1 interception en 29 minutes (vcitoire 89-77 face à Limoges)
Léo Westermann (Limoges) : 8 points (à 3/5 aux tirs), 3 rebonds, 2 passes en 25 minutes (défaite 77-89 face à Efes Pilsen)
Fabien Causeur (Vitoria) : 6 points (à 2/5 aux tirs), 3 rebonds, 4 passes en 31 minutes (défaite 76-78 face à Milan)
Edwin Jackson (Malaga) : 3 points (à 1/6 à trois-points), 2 rebonds en 16 minutes (victoire 76-71 face à Bamberg)
Kim Tillie (Vitoria) : 3 points (à 1/2 aux tirs), 4 rebonds, 2 passes en 15 minutes (défaite 76-78 face à Milan)
 
Plus d'infos sur l'Euroleague : www.euroleague.net
 
EuroCup
Mouhammadou Jaiteh (Nanterre) : 14 points (à 7/12 aux tirs), 14 rebonds en 36 minutes (victoire 76-73 face à Bilbao)
Mickaël Gélabale (Le Mans) : 13 points (à 6/10 aux tirs), 2 rebonds, 1 passe en 21 minutes (défaite 74-79 face à Gran Canaria)
Adrien Moerman (Banvit) : 8 points (à 3/10 aux tirs), 9 rebonds en 24 minutes (défaite 70-83 face à Podgorica)
Florent Pietrus (Nancy) : 4 points (à 2/4 aux tirs), 6 rebonds, 2 passes en 40 minutes (défaite 71-74 face à Valence)
Antoine Diot (Valence) : n'a pas joué contre Nancy (victoire 74-71)
 
Plus d'infos sur l'EuroCup : www.eurocupbasketball.com
Surtitre: 
Les Bleus en Coupes d'Europe
Auteur: 
Sylvain Bourdois Chupin
Date d’écriture: 
Vendredi, 16. Octobre 2015
Vignette: 
Nando De Colo
Chapeau: 
L'EuroLeague et l'EuroCup ont débuté cette semaine, petit tour d'horizon des prestations de nos Bleus. Avec le CSKA Moscou, Nando De Colo a confirmé sa bonne forme de l'EuroBasket lors de cette première journée face au Maccabi Tel Aviv. En EuroCup, la JSF Nanterre de Mam Jaiteh a réalisé un joli coup en s'imposant face à Bilbao.
Social_posts: 
<blockquote class="twitter-tweet" data-partner="tweetdeck"><p lang="fr" dir="ltr">Qui sera là ? <a href="https://twitter.com/hashtag/EuroleagueStart?src=hash">#EuroleagueStart</a> <a href="https://twitter.com/hashtag/beaublanc?src=hash">#beaublanc</a> <a href="https://twitter.com/hashtag/Csp?src=hash">#Csp</a> <a href="http://t.co/ivpUrTm8Sy">pic.twitter.com/ivpUrTm8Sy</a></p>&mdash; Westermann Léo (@lwestermann) <a href="https://twitter.com/lwestermann/status/654926973291122689">October 16, 2015</a></blockquote> <script async src="//platform.twitter.com/widgets.js" charset="utf-8"></script>

Nando De Colo, basketteur français de l'année

Corps: 
Le mercredi 30 septembre dernier, un jury de 11 personnes s’est réuni au siège de la FFBB. 5 représentants des médias et 6 représentants des institutions du basket ont élu, à la quasi-unanimité, Nando De Colo basketteur français de la saison 2014/15 suite à ses performances avec son club du CSKA et en Équipe de France. Le Nordiste a recueilli 10 premières places sur 11 possibles et, avec 107 points, devance Rudy Gobert (72 pts), Sandrine Gruda (58 pts) et Adrien Moerman (5 pts).

 

Elu dans la All-Euroleague second team, qualifié pour le Final Four de la compétition, vainqueur et MVP de la VTB League, médaillé de bronze et élu dans le cinq idéal de l’EuroBasket 2015, Nando De Colo a particulièrement brillé pour son retour en Europe, après deux saisons passées en NBA.
 
L’annonce du lauréat a été effectuée à l’occasion de l’Assemblée Générale de la FFBB, à Nantes. Le joueur, qui a reçu le Trophée Alain Gilles des mains du Président Jean-Pierre Siutat à Moscou, a adressé un message vidéo à tous les congressistes présents à la Cité des Congrès.
 
Nando De Colo Nando De Colo : "Cette élection représente beaucoup pour moi parce que ce trophée réunit tous les basketteurs et les basketteuses français en club et en Équipe de France. Cela prouve qu’on a su aider nos différentes équipes dans toutes les compétitions. Ma saison 2014/15 a commencé avec une blessure suite à un coup reçu à la main. J’ai été sur la touche pendant près de deux mois. Le CSKA a parfaitement accepté cette situation et m’a fait comprendre que j’aurais le temps de bien récupérer. Derrière, tout s’est enchaîné. Je savais dès le début que j’allais avoir de nouvelles responsabilités avec un coach qui avait une idée très précise de la manière de m’utiliser. On passe à côté d’une victoire en Euroleague, ce qui nous a fait très mal, mais nous remportons malgré tout le titre de VTB League. L’EuroBasket 2015 a ensuite été un moment extraordinaire au niveau des émotions que l’on a pu ressentir. Bien sûr nous n’étions pas venus pour une médaille de bronze mais cela reste un podium et c’est ce qu’il faut retenir. Désormais l’objectif est de reproduire, voire d’améliorer tout ce que j’ai pu faire depuis que je suis à Moscou. Aller chercher une victoire en Euroleague, une deuxième VTB League et évidemment se qualifier pour Rio et ramener une médaille olympique avec l’Équipe de France."
 
Trophée Alain Gilles - Le classement complet
  1ère place 2e place 3e place Total points
Nando De Colo 10 1 - 107
Rudy Gobert 1 6 4 72
Sandrine Gruda - 4 6 58
Adrien Moerman - - 1 5

Les votants 2015 : L’Equipe, Basket Hebdo, Le Populaire du Centre, Les Dernières Nouvelles d’Alsace, AFP, LFB, LNB, Direction Technique Nationale, Clubs des Internationaux, FFBB, Personnalité (Emmeline Ndongue).

 

Surtitre: 
Trophée Alain Gilles
Auteur: 
Service de presse FFBB
Date d’écriture: 
Vendredi, 16. Octobre 2015
Vignette: 
Nando De Colo et Jean-Pierre Siutat
Chapeau: 
L’arrière du CSKA Moscou et de l’Équipe de France, Nando De Colo, est le premier lauréat du Trophée Alain Gilles, qui récompensera chaque année le basketteur ou la basketteuse français de la saison.
Social_posts: 
<iframe frameborder="0" width="480" height="270" src="//www.dailymotion.com/embed/video/k7JmhwwX8GC2fCdoFLa" allowfullscreen></iframe><br /><a href="http://www.dailymotion.com/video/k7JmhwwX8GC2fCdoFLa" target="_blank">Nando De Colo 1er laur&eacute;at du Troph&eacute;e Alain Gilles</a> <i>par <a href="http://www.dailymotion.com/FFBB" target="_blank">FFBB</a></i>

Nando De Colo 1er lauréat du Trophée Alain Gilles par FFBB

Sans l'ombre d'un doute

Corps: 
Ce n’est qu’un pas. Mais quel pas. Malgré son statut de championne d’Europe, ses stars NBA et son bilan parfait après la phase de poule, la France pouvait nourrir quelques craintes compte tenu de l’enjeu d’un huitième de finale disputé à domicile dans un écrin inédit et grandiose. 26.135 spectateurs ont pris d’assaut le Stade Pierre Mauroy, un chiffre unique dans l’histoire du basket européen, et ont créé une atmosphère exceptionnelle qui a, dans un premier temps, porté les Bleus dans un début de match maîtrisé avec un duo Rudy Gobert-Nando De Colo prompt à rassurer tout le monde. Un dunk de Batum en contre-attaque ajoutait à cette belle partition qui produisait rapidement un écart de 7 points (17-10). Le temps pour Ergin Ataman de lancer une défense de zone qui a souvent fait le succès de la Turquie par le passé et qui a laissé l’attaque tricolore aphone. De loin avec Tony Parker comme de près par Joffrey Lauvergne, les Bleus ont enchaîné les échecs  tandis que Bobby Dixon et Ersan Ilyasova trouvaient la distance pour ramener leurs troupes à hauteur puis prendre l’avantage devant à la faveur d’un 0-10 faisant passer quelques frissons dans la salle.
 
Un moment de flottement vite oublié par la grâce d’une nouvelle génération inspirée à l’image de l’association du futur et pour ce jour du présent, Joffrey Lauvergne-Rudy Gobert. Pendant plus de cinq longues minutes, les hommes au croissant sont restés muets, exception faite d’un maigre lancer-franc de Semih Erden. De l’autre côté du terrain Evan Fournier se chargeait d’agresser le cercle pendant que Lauvergne écœurait Ilyasova en le prenant à son propre jeu, celui de l’alternance intérieure-extérieure sur le poste 4. Alors que la Turquie n’existe que par les performances d’un cinq majeur, la France a trouvé les solutions sur son banc pour renverser la vapeur, signer un 14-0 qui la propulse en tête à la pause (36-26).
 
Elle ne regardera plus vers l’arrière. Ce qui sépare les bonnes équipes des grandes équipes réside bien souvent dans la variété de ses solutions offensives. Les Bleus en comptent un grand nombre et lorsque Tony Parker puis Mickaël Gélabale ont également réglé la mire, le choc a vite tourné au massacre. Présents sur les lignes de passes, intimidateurs près du cercle, adroits de loin, les Tricolores ont déroulé un basket séduisant en attaque et implacable en défense. Nando De Colo, encore une fois éblouissant, a porté l'estocade en fin de troisième quart-temps, tandis que Fournier se régalait à longue distance. 
La France poursuit son chemin. Il lui reste trois matchs à gagner pour atteindre son but. Prochaine étape mardi soir, face à la Lettonie.
 
Les réactions
Mickaël Gélabale : "Il a fallu 15 minutes pour se lancer mais dans les 5 dernières minutes de la première mi-temps nous étions plus libérés. La chance qu’on a c’est de pouvoir ouvrir le banc. Vincent a vite fait tourner alors qu’en face ce n’était pas le cas. 27.000 personnes qui chantent la Marseillaise, je n’avais jamais entendu un hymne aussi fort ! Ils nous poussent vers le haut."
 
Nicolas Batum : "Nous avons fait le boulot. Maintenant il faudra le refaire en quart avec 12 mecs qui étaient prêts à jouer ce soir. Tony et Boris ont pris des fautes et n’ont pas pu trouver leur rythme mais le banc a pris le relai et cela montre la force de cette équipe. L’équipe manquait d’ailleurs de rythme en première mi-temps mais quand nous avons commencé à faire des stops nous avons lâché les chevaux."
 
Evan Fournier : "La salle était incroyable ce soir. Donc je remercie vraiment les fans. Franchement quand on s’est entraîné hier j’étais presque déçu. Mais quand nous sommes sortis des vestiaires et que j’ai vu la salle pleine avec les drapeaux et cette lumière sur les tribunes c’était impressionnant. Quand tu es poussé par tout un peuple tu as la sensation de jouer pour un pays."
 
Nando De Colo : "On savait que si on restait agressif pendant tout le match, au bout d’un moment, physiquement et mentalement ils allaient craquer parce qu’on a plus de banc qu’eux. J’ai même dit au deuxième cinq après le premier quart-temps que tous leurs titulaires avaient déjà joué 10 minutes. C’est la force d’une équipe dans un EuroBasket."
 
Vincent Collet : "Nous avons débuté avec la bonne attitude. On savait qu’il n’avait pas la même profondeur de banc et c’est justement notre banc, par son énergie et son scoring, qui a fait la différence. A la pause nous étions déjà à +10 alors qu’ils avaient beaucoup tiré sur leurs titulaires. On sait où on veut aller et c’est une première étape. Mardi doit déjà être dans nos têtes même si nous avons savouré, quelques minutes à la fin, cette ambiance. Et quelle ambiance. Cette salle est magique et nous voulons y passer beaucoup de temps." 
 
Joffrey Lauvergne : "C’est le genre de matchs que j’aime. Je ne sais pas pourquoi mais c’est ça qui me motive tous les jours pour jouer au basket. Pour certains c’est de la pression, moi ça me pousse. Les sensations sont vraiment différentes."
Surtitre: 
EuroBasket 2015
Auteur: 
Julien Guérineau, service de presse
Date d’écriture: 
Samedi, 12. Septembre 2015
Vignette: 
Chapeau: 
Portée par sa nouvelle génération et un Nando De Colo plein de maîtrise, l’Equipe de France a fermement écarté la Turquie (76-53) de son chemin pour se qualifier pour les quarts de finale de l’EuroBasket. Elle y retrouvera la Lettonie, mardi à 21h00.
crédit: 
Bellenger/IS/FFBB

Ne retenir que l’essentiel

Corps: 
L’EuroBasket réserve systématiquement surprises et retournements de situation. La journée de mercredi  en a été la parfaite illustration et les résultats inattendus de l’après-midi ont offert aux Bleus un match totalement dépourvu d’enjeu. Victoire ou défaite, la première place de la poule se jouera face à Israël, vainqueur de la Pologne lors de la dernière soirée. Restait cependant à bien faire le travail pour ne pas casser la dynamique d’une des trois seules équipes encore invaincue, avec la Serbie et la Grèce.
 
Une ambition contrariée par un début de match catastrophique. Apathiques et en manque total d’agressivité défensive (2 fautes en dix minutes) les Bleus ont traversé le premier quart-temps comme des ombres, laissant toute latitude à Vitaly Fridzon pour faire apprécier la précision de son tir. Les 10.564 spectateurs de l’Arena de Montpellier (record d’affluence) grondaient légèrement tandis que les Russes, déjà éliminés, poursuivaient leur cavalier seul en offrant du temps de jeu au banc et à l’arrière banc.
 
Le gigantesque Andreï Desiatnikov, habitué à évoluer dans le championnat de deuxième division de son pays, qui n’avait pas joué la moindre seconde lors de la compétition, se permettait ainsi de conclure trois pick n’roll d’école dans le deuxième quart-temps, dont un d’un monumental dunk à deux mains sur la tête de la défense tricolore. L’écart montera à -13 (18-31) avant que quelques séquences défensives de qualité et le trio Gélabale-De Colo-Gobert ne le ramènent à des proportions plus raisonnables au retour aux vestiaires.
 
Ceux qui espéraient une ferme mise au point après la pause en seront pour leur frais. L’ogre français a bien montré les crocs quelques instants avec des éclairs signés Gobert et Batum, mais pour s’assoupir à nouveau dans une rencontre décidément sans rythme et sans vie. Vincent Collet admettait aisément, après le succès face à la Pologne, que ses troupes n’ont pas, pour le moment, le niveau d’un futur champion. Elles ont, en revanche, toujours trouvé le moyen de faire en sorte que tous les avertissements reçus depuis le début de l’EuroBasket, restent sans conséquences.
 
Il en a été de même contre la Russie par la grâce d’un ultime effort de Charles Kahudi et de Joffrey Lauvergne, soudainement efficace alors qu’à cinq minutes de la fin les Russes faisaient toujours la course en tête (58-64). Un 16-3 scellait le sort d'un match peu convaincant. La France attend toujours de trouver de la constance et de la dureté sur 40 minutes. Elle serait inspirée de le faire face à Israël pour s'assurer de la première place de la poule avant les huitièmes de finale qui l'opposeront à l'Allemagne ou à la Turquie.
 
Les réactions
Vincent Collet : "C’était un match particulier on ne peut pas dire le contraire. Quand on roulait pour venir à la salle on espérait être premiers ce soir. Cela n’a pas été le cas et forcément, même s’il faut garder le rythme tout le monde craint ces matches en trompe l’œil. Heureusement qu’à la fin du nous avons trouvé un cinq efficace et original avec Rudy Gobert et Joffrey Lauvergne à l’intérieur, Evan Fournier et CharlesKahudi sur l’aile et Nando De Colo en meneur. Ils ont fait la différence lors des cinq dernières minutes et c’est le seule moment où on a vraiment dominé l’équipe russe. Je ne voulais pas trop tirer sur les cadres sachant que le résultat de ce soir n’avait pas d’impact sur le classement. Malgré tout nous voulions gagner et je suis content qu’un cinq ait fait le travail. Le capitaine vient de dire dans les vestiaires que nous voulons être une équipe où personne ne se soucie de sa propre contribution. C’est le cas ce soir où des joueurs qui sont parfois moins à l’honneur ont été décisifs et c’est important qu’ils engrangent de la confiance pour la suite."
 
Charles Kahudi : "J’ai connu des compétitions avec moins de temps de jeu et aujourd’hui j’essaie juste de me tenir prêt. Je sais très bien ce que l’entraîneur attend de moi, que ce soit sur un match sans enjeu ou pas. Mon rôle est de rester concentré le plus possible. Nous étions sans doute trop cools au début parce qu’on savait que ce match n’était pas si important. Il y a 12 mecs qui peuvent jouer et on a montré avec le deuxième cinq qu’on voulait gagner. Quand tu viens du banc c’est important de toucher le ballon pour être prêt pour la suite. Demain c’est un 1/16e de finale et c’est ce qu’on s’est dit dans les vestiaires."
 
Florent Pietrus : "J’espère que demain nous montrerons une meilleure image parce ce soir on les a laissés jouer et ça gâche un peu la victoire. Sur le banc je voulais réveiller mes coéquipiers et changer le rythme du match. Demain on joue la première place et c’était un bon exercice aujourd’hui."
 
Nicolas Batum : "Les mecs du banc ont fait un gros boulot. L’essentiel est fait grâce à eux. Inconsciemment nous étions peut-être moins concentrés. Demain il faudra être prêt dès le début et les détruire d’entrée. Je comprends la déception de Flo qui a poussé un petit coup de gueule à la mi-temps. On voit que dans la poule B ça joue très bien au basket et il faudra envoyer un message pour montrer que nous sommes capables de faire bien plus."
 
Joffrey Lauvergne : "J’étais vexé de ne pas être bien rentré dans le match. Je me suis réveillé au bon moment et il faudra être comme ça dès le début. J’aime beaucoup jouer avec Rudy et je me sens bien au poste 4 où j’ai un avantage physique. Après je le répète, je suis en Equipe de France pour jouer poste 5 parce que devant il y a Boris Diaw et Florent Pietrus. Ça ne me pose aucun problème. Nous sommes humains et quand tu as deux équipes qui n’ont rien à jouer, c’est dur de se motiver."
 
 
Surtitre: 
EuroBasket 2015
Auteur: 
Julien Guérineau, service de presse
Date d’écriture: 
Mercredi, 9. Septembre 2015
Vignette: 
Chapeau: 
L’Equipe de France a longtemps couru après le score au cours d’un match contre la Russie sans enjeu et sans rythme qu'elle a plié dans les cinq dernières minutes.
crédit: 
Bellenger/IS/FFBB
Social_posts: 
<iframe width="560" height="315" src="https://www.youtube.com/embed/5wGJeHLDixY" frameborder="0" allowfullscreen></iframe>

Bousculés mais vainqueurs

Corps: 
Après une promenade de santé face à la Bosnie, la France savait que le niveau d’opposition monterait d’un cran pour le troisième des cinq actes qui doivent l’amener invaincue et première de son groupe à Lille. Contre une équipe puissante mais également pourvue d’athlètes capables de rivaliser, un temps du moins, avec les avions de chasse tricolores, la bande annonce promettait beaucoup. Et puisque le film s’est avéré aussi bon qu’annoncé, il ne pouvait débuter autrement que par le panier du héros attendu du soir. En inscrivant les deux premiers points français lundi, Tony Parker est devenu le meilleur marqueur de l’histoire de l’EuroBasket. Une performance qui installe un peu plus le meneur des Bleus dans la légende du basket européen. Un moment salué chaleureusement par le public qui lui réservera également une standing ovation entre le premier et le deuxième quart-temps. Mais un moment anecdotique au cœur d’une rencontre indécise.
 
Un match débuté par une série de tirs manqués des deux côtés (2/13 cumulés), y compris près du cercle, là où les Bleus avaient tenté de porter le fer. La bonne exécution des troupes de Mike Taylor pour libérer Marcin Gortat commençait ensuite à porter ses fruits et lorsque Zamojski et Ponitka ajoutaient leur pierre à l’édifice, la Pologne creusait le premier écart conséquent (16-23, 14e). Une nouveauté dans cet EuroBasket pour des Bleus habitués à mener les débats. Leur réponse n’en sera que plus rassurante dans le sillage d’une triplette d’anciens choletais. Nando De Colo tout d’abord, d’une précision redoutable depuis le début de la compétition et qui frappe à deux reprises de loin. Mickaël Gélabale ensuite dans un rôle de monsieur propre qu’il tient depuis 10 ans en bleu. Rudy Gobert enfin, intimidateur et aspirateur à rebond. De quoi se fendre d’un 12-0 bienvenu peu avant de rentrer aux vestiaires.
 
L’Equipe de France a poursuivi son œuvre au début du troisième quart-temps avec un Tony Parker décidé à prendre les affaires en main, le travail poste bas de Boris Diaw sur Aaron Cel, ancien espoir du Mans et international français chez les jeunes, ne donnant pas les résultats espérés. L’accélération du patron aurait pu être fatale à la Pologne mais Adam Waczynski, en feu depuis le début de l’EuroBasket, enfilait trois tirs primés en un éclair pour maintenir les siens dans la course (48-44, 28e). Il faudra un nouveau excellent passage de De Colo à la mène, épaulé par un Gélabale efficace dans le jeu en post-up, pour mettre les accrocheurs coéquipiers de Gortat au pas. Quelques imprécisions permettront cependant à Slaughter d'entretenir le suspense jusqu'au bout, Gortat ayant même le tir de l'égalisation. Sans conséquence. La France poursuit sa série.
Les réactions
Tony Parker : "Il faut féliciter la Pologne. Ils ont très bien joué et nous ont rendu les choses difficiles. Même quand nous ne mettions pas les tirs nous avons continué à bien défendre et à nous montrer patients. Pour moi c’est un honneur de devenir le meilleur scoreur de l’histoire et devancer tous ces grands joueurs : Petrovic, Galis, Gasol, Nowitzki. Je dois remercier tous mes coaches et mes coéquipiers parce que c’est grâce à eux que j’ai pu atteindre ce niveau. Ce sera encore plus grand si nous parvenons à remporter le tournoi."
 
Boris Diaw : "On joue avec beaucoup d’énergie avec les ambitions que l’on a et nous sommes fatigués. Ce jour de repos va faire du bien. Cette victoire nous qualifie pour les huitièmes de finale maintenant l’objectif sera de sécuriser la première place."
 
Mickaël Gélabale : "Les deux équipes ont bien défendu. Et la Pologne a de la qualité et très complète. Ils ont un meneur, des shooteurs et un pivot avec des éléments référencés en NBA ou en Europe. Venir du banc c’est plus difficile que de jouer avec Tony, Boris ou Nico. Ce n’est pas évident mais je dois m’adapter et arriver frais. Aujourd’hui on avait besoin de mes points. Charles l’a fait lors des deux premiers matchs et on va se relayer à deux pour faire souffler Nicolas Batum. Si la fatigue s’est fait sentir moi j’étais bien."
 
Nando De Colo : "On a besoin de la journée de repos, physiquement comme mentalement. Contre nous toutes les équipes veulent faire un gros match et dans ces cas-là, le travail d’équipe fait la différence. Personnellement j’essaye de conserver le rythme que j’avais en préparation, l’équipe a besoin de mon agressivité. Tony et moi sommes capables de monter le ballon ce qui permet d’amener plus de rythme."
 
Vincent Collet : "Défensivement je trouve que l’on progresse. Notre performance en première mi-temps était très intéressante. Offensivement nous avions les jambes lourdes et les deux équipes ont eu du mal à trouver le rythme. Même en NBA on ne joue pas trois fois en trois jours. Les Polonais ont bien joué le coup en étant très protecteurs de leur panier alors que nous n’avions pas d’adresse. Ce qui est positif c’est la continuité et la patience dans le jeu. C’était important parce que le peu de pertes de balles (6) nous font gagner le match avec quelques paniers faciles en quatrième quart-temps qui sont le résultat d’un vrai travail collectif… Ce soir le facteur X c’est Mike Gélabale. Il a marqué beaucoup de paniers en poste bas. C’est une bonne nouvelle. Les solutions qui viennent du banc ne sont pas toujours les mêmes. A +3 sur la dernière possession, nous voulions faire faute et je pense que c’est avant tout un problème de communication. Si nous nous retrouvons dans la même situation, croyez-moi nous ferons faute."

Surtitre: 
EuroBasket 2015
Auteur: 
Julien Guérineau, service de presse
Date d’écriture: 
Lundi, 7. Septembre 2015
Vignette: 
Chapeau: 
En difficulté en première mi-temps et maladroite globalement, l'Equipe de France a bien réagi défensivement et collectivement pour dominer la Pologne (69-66). Après un troisième succès consécutif, les Bleus bénéficieront d'un jour de repos mardi avant d'affronter la Russie mercredi soir.
crédit: 
Bellenger/IS/FFBB

Les Bleus sur le fil

Corps: 
Pour lancer l’EuroBasket 2015 il fallait une ambiance de fête et un match de qualité. L’Equipe de France a connu les deux samedi soir, dans une superbe Montpellier Arena, même si elle n’avait sans doute pas prévu d’être poussée à la prolongation dès l’ouverture de la compétition par une formation dont le style ne lui réussit décidément pas du tout. Concentrés, déterminés les Bleus ont vite évacué la pression d’un premier match à domicile en frappant les premiers, dans le sillage d’un Nando De Colo, meilleur marqueur de l’équipe en préparation et qui continue d’impressionner par son aisance balle en main et sa facilité à aller au cercle. L’écart montera ainsi à 9 points au cœur du premier quart-temps (22-13) avant l’apparition d’un invité surprise. 
 
Vincent Collet et les siens craignaient particulièrement Petteri Koponen. Mais plutôt bien tenu par Nicolas Batum, c’est finalement sa doublure, Jamar Wilson, qui mettait le feu, compilant 11 points à 5/5 aux tirs en 5 minutes seulement. Le natif du Bronx n’est pas un des naturalisés de convenance qui chassent le cachet en équipe nationale. Marié à une ancienne internationale finlandaise il a passé avec succès le test linguistique indispensable à l’obtention de son passeport, plusieurs années après sa demande initiale. Entré en jeu alors que son équipe frisait la rupture, il a, à lui seul, relancé les débats à la faveur d’un 2-9 salutaire. 
 
Tout était donc à refaire pour les Tricolores. Objectif rapidement rempli grâce à l’incontournable De Colo et Nicolas Batum, inspiré à mi-distance (42-30). De l’autre côté du terrain, Wilson était momentanément calmé par un contre monumental de Charles Kahudi avant de réapparaitre juste avant de rentrer aux vestiaires. Adroite et séduisante offensivement, l’Equipe de France devait ainsi se contenter d’une avance modeste à la pause (45-37), la faute notamment à quelques approximations (7 balles perdues) et un rebond pas tout à fait verrouillé (9 rebonds offensifs pour la Finlande).
 
Le scenario bien en place n’allait pas subir de modification majeure. Discret jusqu’alors, Tony Parker changeait de braquet se fendant de 11 points dans le troisième quart-temps. Sur un tir primé d’Evan Fournier la France prenait à nouveau le large (63-47). Mais la Finlande, samedi soir, ne voulait pas mourir, portée par près de 3000 fans qui ont contribué à faire tomber le record d’affluence de l’Arena de Montpellier. A -16 c’est Sasu Salin, de loin qui relançait la machine. Parker décidé à en finir en remettait une couche mais le duo Koponen-Wilson ne levait pas le pied alors que le jeu collectif français se délitait minute après minute. Moins de rythme, moins de passes, le doute s’insinuait insidieusement dans les esprits et gagnait les tribunes. Un doute transformé en trouille absolue lorsque Huff égalisait dans les dernières secondes, imité ensuite par Salin à trois-points.
 
Si Parker manquait ensuite le tir de la gagne, la prolongation allait être mieux gérée par des Bleus sans doute désireux de s'éviter tout frayeur supplémentaire. Lancés par De Colo et Diaw, rassurés par Lauvergne près du cercle leur défense provoquait plusieurs pertes de balles leur offrant quelques paniers faciles et un gigantesque ouf de soulagement.

Les réactions

Boris Diaw : "Nous avons commis beaucoup d’erreurs, dans les détails, pas dans l’engagement. Parfois nous étions tous ensemble en même temps et parfois on s’oublie. On dit depuis le début que ce sera très difficile. Ce soir en est la preuve. On pouvait s’attendre à ce type de match. Quand tu as un relâchement contre eux tu as toujours un joueur qui sort des écrans et qui met des shoots de fou."
 
Joffrey Lauvergne : "On ne peut pas empêcher tous les shooteurs de shooter… C’est très bien d’avoir commencé par cette équipe."
 
Vincent Collet : "Cette soirée a été victorieuse et c’était important. Après c’est une performance moyenne et on ne peut pas se satisfaire de notre prestation défensive. On ne peut pas être rassurés quand une équipe vient arracher une prolongation. Attention au péché de suffisance. L’Equipe de France performante elle commence ses matchs en défense, contre les équipes les plus fortes comme contre celles moins réputées. Il va falloir corriger le tir. Nous devons hausser le ton dans les jours qui viennent. Dans le dernier quart-temps ils sont montés en agressivité et nous avons été attentifs et avons joué sur place. Notre capacité à scorer a fait qu’on ne s’est longtemps pas inquiétés. Mais c’est jouer avec le feu. Nous avions déjà eu un ou deux rappels à l’ordre et celui de ce soir nous a fait du bien. Je connais mes joueurs et je suis certain qu’ils vont réagir. Dans la dureté défensive l’entame a été très sympathique et si on veut aller au bout il faudra être plus durs que ça."
Surtitre: 
EUROBASKET 2015
Auteur: 
Julien Guérineau, service de presse
Date d’écriture: 
Samedi, 5. Septembre 2015
Vignette: 
Chapeau: 
Face à une équipe finlandaise qui n’a jamais baissé les bras, l’Equipe de France s’est fait très peur avant de bien gérer une prolongation inattendue et de s’imposer 97-87 pour lancer son EuroBasket. Un avertissement sans frais.
crédit: 
Bellenger/IS/FFBB

12 joueurs pour la Finlande

Corps: 

Ce mercredi, Boris Diaw et Nicolas Batum ont quitté le groupe pour rejoindre Johannesburg (Afrique du Sud) et participer à un match d’exhibition, dans le cadre de l’opération « Basketball Without Borders », organisé par la NBA. Par conséquent les deux joueurs retrouveront le groupe France à Nancy la semaine prochaine et n’effectueront pas la rencontre de préparation en Finlande.

Fabien Causeur, victime d’une infection oculaire à gauche, a dû interrompre sa participation aux entraînements. Le bilan ophtalmologique réalisé à Pau a mis en évidence un risque de surinfection qui nécessite l’arrêt temporaire de toute activité physique et sportive. Fabien Causeur bénéficie d’un suivi régulier et les spécialistes se prononceront la semaine prochaine quand à la date de reprise. Il n’effectuera pas le déplacement avec les Bleus en Finlande.

Nando De Colo, qui souffrait d’une contracture musculaire du mollet droit, a repris l’entraînement collectif sans gêne, ce mercredi matin. Toutefois par mesure de précaution, le staff préfère exempter le joueur du déplacement en Finlande. Il sera de retour avec les Bleus à Nancy le mercredi 5 août.

C’est donc avec un groupe de 12 joueurs, que Vincent Collet quittera le territoire pour la Finlande vendredi matin.

Les 12 joueurs retenus pour Finlande - France à Tampere (Finlande) le 1er août :

Nom Prénom Date de naissance Taille Poste  Club 2014-2015
4 HEURTEL Thomas 10/04/1989 188 1 Anadolu Efes Istanbul (Turquie)
6 DIOT Antoine 17/01/1989 192 2-1 Strasbourg IG
7 LAUVERGNE Joffrey 30/09/1991 210 4-5 Denver Nuggets (NBA)
8 KAHUDI Charles 19/07/1986 197 2 – 3 Le Mans Sarthe Basket
9 PARKER Tony 17/05/1982 186 1 San Antonio Spurs (NBA)
10 FOURNIER Evan 29/10/1992 199 2-1 Orlando Magic (NBA)
11 PIETRUS Florent 19/01/1981 202 4 SLUC Nancy
14 AJINCA Alexis 06/05/1988 216 5 New Orleans Pelicans (NBA)
15 GELABALE Mickaël 22/05/1983 202 2 – 3 Limoges CSP
16 GOBERT Rudy 26/06/1992 215 5 Utah Jazz (NBA)
18 TILLIE Kim 15/07/1988 207 4-5 Vitoria (Espagne)
19 JAITEH Mouhammadou 27/11/1994 206 4-5 JSF Nanterre

 

Le programme de préparation de l'Equipe de France.

Surtitre: 
Equipe de France masculine - Préparation à l'EuroBasket 2015
Auteur: 
Fabrice Canet / FFBB
Date d’écriture: 
Mercredi, 29. Juillet 2015
Vignette: 
Chapeau: 
L’Équipe de France de basket terminera son premier stage de préparation jeudi soir à Pau (64), avant de rejoindre Tampere (Finlande) vendredi dans la matinée en avion. Les Bleus joueront leur premier match de préparation contre les finlandais samedi soir.

Nando De Colo remporte la VTB League

Corps: 

Nando De Colo a conclu hier soir sa saison au CSKA Moscou de la plus belle des manière en remportant la VTB League, compétition dont il avait été élu MVP il y a quelques jours.

En finale le CSKA n'a pas fait de détail remportant ces trois matches avec une 23,3 points points d'écart face au Khimky Moscou.

 

Surtitre: 
Français de l'étranger
Auteur: 
Sylvain Bourdois Chupin
Date d’écriture: 
Mardi, 9. Juin 2015
Vignette: 
Nando De Colo
Chapeau: 
Le CSKA Moscou a logiquement remporté la VTB League. En finale, la formation de Nando De Colo a "sweepé" (3-0) un autre club russe, le Khimki Moscou.
Social_posts: 
<blockquote class="twitter-tweet" data-partner="tweetdeck"><p lang="en" dir="ltr">CSKA wins championship! <a href="http://t.co/8l0GV5GpUQ">http://t.co/8l0GV5GpUQ</a> <a href="https://twitter.com/hashtag/VTBFinals?src=hash">#VTBFinals</a> <a href="https://twitter.com/CSKABasketball">@CSKABasketball</a> <a href="http://t.co/rGZTOgw4ls">pic.twitter.com/rGZTOgw4ls</a></p>&mdash; VTB United League (@VTBleagueCom) <a href="https://twitter.com/VTBleagueCom/status/608009404705873920">June 8, 2015</a></blockquote> <script async src="//platform.twitter.com/widgets.js" charset="utf-8"></script>

De Colo MVP de la VTB League

Corps: 
Surtitre: 
Français de l'Etranger
Auteur: 
Sylvain Bourdois Chupin
Date d’écriture: 
Vendredi, 22. Mai 2015
Vignette: 
Chapeau: 
En Russie, Nando De Colo a été élu MVP de la VTB League. Ce trophée qui lui a été remis par l'ex-berruyère Illona Korstine vient récompenser la saison exceptionnelle de l'arrière tricolore.
Social_posts: 
<iframe frameborder="0" width="480" height="270" src="//www.dailymotion.com/embed/video/x2q289x" allowfullscreen></iframe><br /><a href="http://www.dailymotion.com/video/x2q289x_les-mots-bleus-nando-de-colo_sport" target="_blank">Les Mots Bleus : Nando De Colo</a> <i>par <a href="http://www.dailymotion.com/FFBB" target="_blank">FFBB</a></i>

Les Mots Bleus : Nando De Colo par FFBB

"Aller encore plus loin"

Corps: 

Les joueurs de l'Equipe de France se racontent dans une série de portraits : "Les Mots Bleus". L'arrière tricolore Nando De Colo se plie à cet exercice.

Surtitre: 
Les Mots Bleus
Auteur: 
Sylvain Bourdois Chupin
Date d’écriture: 
Mercredi, 13. Mai 2015
Vignette: 
Chapeau: 
Partez à la découverte de Nando De Colo avant sa participation, avec son club le CSKA Moscou, au Final Four de l'Euroleague ce week-end à Madrid. Nando De Colo se raconte dans ce nouveau numéro des Mots Bleus.
crédit: 
Bereflex/FFBB

Pages

S'abonner à RSS - Nando De Colo