Open LFB

Opération "parraine ta copine"
Les premiers ballons distribués à l'Open
La Ligue Ile de France de Basket et la Fédération Française de BasketBall s’associent pour proposer aux jeunes licenciées franciliennes une opération de parrainage, avec le soutien du programme FDJ Sp...
La logique est respectée
C’est dans une atmosphère festive que commence la deuxième journée du MAIF Open LFB, les deux équipes pouvant compter sur la mobilisation de leurs supporters. Dans ce match da...
Lyon impressionne d'entrée
Comme chaque année depuis 14 ans, toutes les équipes de Ligue Féminine sont réunies à Paris pour le MAIF Open LFB, le lancement officiel du championnat. Lors de la première re...
20 ans d'événements
La Ligue Féminine de Basket fête ses 20 ans. Tout au long de la saison, la LFB vous propose de découvrir ou redécouvrir, les faits marquants, les équipes, les entraîneurs ou encore les joueuses qui ont fait sa légende. Aujourd'hui, zoom sur les événements basket féminin organisés sur...
L’Open, événement phare de la ligue
La Ligue Féminine de Basket fête ses 20 ans. Tout au long de la saison, la LFB vous propose de découvrir ou redécouvrir, les faits marquants, les équipes, les entraîneurs ou encore les joueuses qui on...
Trois dates clés à retenir
Alors que la saison régulière de Ligue Féminine bat son plein, nous vous inviton...
Un Open exclusivement féminin
Montpellier a du caractère
Le Lyon nouveau est arrivé

Pages

Les premiers ballons distribués à l'Open

Corps: 

Pour la deuxième année consécutive, la FFBB, la Ligue Ile de France de Basket et la FDJ avec son programme FDJ Sport pour elles ont mis en place l'opération parraine ta copine. De jeunes licenciées entre 6 et 11 ans ont participé cette opération, elles ont ainsi parrainé une de leur copine voulant s’inscrire au basket ! 1000 ballons sont à gagner pour les 500 premières inscrites avec leur marraine ! Il est encore temps de vous inscrire jusqu’au 31 octobre 2018.

Votre club doit remplir le formulaire suivant pour valider l’inscription, cliquez ici
Les 100 premières* inscrites (50 marraines – 50 filleules) ont été invitées à l’OPEN de la Ligue Féminine et ont reçu leur ballon sur le terrain !
Pour les suivantes, les ballons seront envoyés dans les comités départementaux à partir du 31 octobre 2018.

Catégorie: 
Surtitre: 
Opération "parraine ta copine"
Date d’écriture: 
Jeudi, 11. Octobre 2018
Vignette: 
Catégorie 2: 
Chapeau: 
La Ligue Ile de France de Basket et la Fédération Française de BasketBall s’associent pour proposer aux jeunes licenciées franciliennes une opération de parrainage, avec le soutien du programme FDJ Sport pour Elles. Les premières bénéficiaires de l’opération "Parraine ta copine" sont aujourd’hui récompensées, les marraines et leur filleule se sont vues remettre sur le parquet du Stade Pierre de Coubertin un ballon aux couleurs de la Ligue Féminine de Basket.
Social_posts: 
<iframe src="https://www.facebook.com/plugins/video.php?href=https%3A%2F%2Fwww.facebook.com%2Fffbasketball%2Fvideos%2F2368865809795374%2F&show_text=0&width=560" width="560" height="315" style="border:none;overflow:hidden" scrolling="no" frameborder="0" allowTransparency="true" allowFullScreen="true"></iframe>

La logique est respectée

Corps: 

Dès le début de la rencontre, les intentions des Bretonnes sont claires : s’appuyer sur leur puissant trio intérieur Cooper (1,88m) Stepanova (1,93m) Diaby (1,93m) en attaque et cadenasser la raquette en défense. La stratégie s’avère payante et les joueuses de Stéphane Leite font jeu égal avec le Basket Landes de Cathy Melain. Céline Dumerc (7 points, 2 passes et 1 interception dans le premier quart) est obligée de s’employer pour garder son équipe au contact dans le premier quart-temps, bien secondé par Mamignan Touré au scoring (9 points dans le quart). 21-21 à la fin d’un premier quart au rythme élevé.
A la reprise du deuxième quart, Stéphane Leite ouvre son banc et est immédiatement sanctionné par le jeu collectif Landais avec Pokk à 3 points, superbement servie par Dumerc, puis Hejdova dans le corner à 2 points. 26-23 et temps-mort pour Landerneau. La machine Landaise et la profondeur de banc use petit à petit les joueuses de Landerneau. Cousseins-Smith et la joueuse américaine étiquetée WNBA, Maggie Lucas (13 points, 2 passes, 2 interceptions au final), sont obligées de réaliser des exploits individuels pour ramener Landerneau à hauteur de Basket Landes. Les deux équipes se rendent coup pour coup et rentrent aux vestiaires avec un léger avantage aux Landaises, 40-38. Stéphane Leite a beaucoup tiré sur son cinq majeur, n’utilisant les rotations que pour faire souffler ses titulaires. Reste à voir si cette stratégie est tenable sur toute la durée du match.

Malgré une Diaby injouable (18 points, 7 rebonds) dans les premiers instants de la deuxième mi-temps la diversité des solutions proposées par Basket Landes fait la différence, et un premier écart se fait après deux minutes de jeu : 52-46. Il faut toute la classe de Maggie Lucas à 3 points d’abord, puis avec une interception et une passe pour Cousseins-Smith, pour permettre à Landerneau de recoller au score à 3 minutes de la fin du troisième quart-temps, 52-52.
Les joueuses de Cathy Melain montent d’un cran l’intensité défensive et en profite pour creuser l’écart : Dumerc, Aubert, Hejdova et Ayim, servie par une passe laser de Dumerc encore, font le break 65-56 après moins de deux minutes de jeu dans le dernier quart. Les Bretonnes baissent de pied physique et c’est le moment que l’incontournable Céline Dumerc (18 points, 10 passes, 2 interceptions au final) choisit pour prendre le match à son compte : l’ancienne internationale se démultiplie, sert ses coéquipières, transperce la défense et crucifie finalement les Bretonnes à 3 points deux fois de suite à trois minutes de la fin du match pour donner onze longueurs d’avance à Basket Landes. La rencontre est pliée, la digue Bretonne lâche, Landerneau ne reviendra plus dans le match.

Le promu aura bien résisté, mais le talent et la profondeur de banc des Landaises auront eu raison de ces belles intentions. La logique est respectée, Basket Landes s’impose 84-68.

Catégorie: 
Surtitre: 
MAIF Open LFB 2018
Auteur: 
Guillaume Karli/FFBB
Date d’écriture: 
Dimanche, 14. Octobre 2018
Vignette: 
Catégorie 2: 
Chapeau: 
C’est dans une atmosphère festive que commence la deuxième journée du MAIF Open LFB, les deux équipes pouvant compter sur la mobilisation de leurs supporters. Dans ce match dans le match, petit avantage au promu dont l’arrivée dans l’élite a créé un véritable engouement en Bretagne. En guise de bienvenue dans le grand bain la rencontre les oppose à une place forte du basket féminin : le Basket Landes de Céline Dumerc.
crédit: 
Cédric Lecocq/FFBB
Social_posts: 
<blockquote class="twitter-tweet" data-lang="fr"><p lang="fr" dir="ltr">Intenable en fin de rencontre, <a href="https://twitter.com/capsule19?ref_src=twsrc%5Etfw">@capsule19</a> a été cet après-midi le facteur X de <a href="https://twitter.com/BasketLandes?ref_src=twsrc%5Etfw">@BasketLandes</a>. Elle est élue MVP <a href="https://twitter.com/Pierre_Lannier?ref_src=twsrc%5Etfw">@Pierre_Lannier</a> de la rencontre <a href="https://t.co/3qFIy9cBrE">pic.twitter.com/3qFIy9cBrE</a></p>&mdash; LFB (@basketlfb) <a href="https://twitter.com/basketlfb/status/1051464296985702401?ref_src=twsrc%5Etfw">14 octobre 2018</a></blockquote> <script async src="https://platform.twitter.com/widgets.js" charset="utf-8"></script> <iframe src="https://www.facebook.com/plugins/video.php?href=https%3A%2F%2Fwww.facebook.com%2Fliguefemininedebasket%2Fvideos%2F504807153261216%2F&show_text=0&width=267" width="267" height="476" style="border:none;overflow:hidden" scrolling="no" frameborder="0" allowTransparency="true" allowFullScreen="true"></iframe> <iframe src="https://www.facebook.com/plugins/video.php?href=https%3A%2F%2Fwww.facebook.com%2Fliguefemininedebasket%2Fvideos%2F1119281861570585%2F&show_text=0&width=267" width="267" height="476" style="border:none;overflow:hidden" scrolling="no" frameborder="0" allowTransparency="true" allowFullScreen="true"></iframe>

Lyon impressionne d'entrée

Corps: 

Pas de round d’observation dans cette entame de match. Les anciennes internationales Tricolores, Paoline Salagnac et Ingrid Tanqueray, lancent les hostilités d’entrée, rapidement imitées par la recrue vedette de l’ASVEL, Alysha Clark. L’intensité défensive et le rythme imprimé par les Lyonnaises sonnent littéralement les joueuses du TGB, qui encaissent un premier éclat après 5 minutes de jeu : 6-14. L’adresse des Tarbaises est en chute libre (3/15 dans le premier quart-temps) et l’intérieur de Tarbes, Aby Gaye, esseulée à l’intérieur, n’arrive pas à se défaire de la défense agressive et étouffante de Sacko et Dos Santos. 22-9 à la fin du premier quart pour Lyon-ASVEL.

Plutôt que de baisser de pied dans le deuxième quart-temps, les joueuses de Valéry Demory enfoncent le clou sous l’impulsion de leur star américaine, référencée en Euroligue et championne WNBA cet été. Clark intenable assure à la fois le scoring et la distribution du jeu (16 points, 4 passes et 3 interceptions à la mi-temps). Les joueuses de François Gomez restent sans réponse et traversent le quart-temps en mode fantôme : 4 points au total et quasiment 9 minutes sans marquer. A la mi-temps, les Lyonnaises regagnent le vestiaire avec 27 points d’avance, 40-13.

Après le festival Alysha Clark en première mi-temps c'est au tour de Michelle Plouffe de reprendre le flambeau à la marque (19 points au final, dont 9 dans 3e quart-temps). L’écart au tableau d’affichage se stabilise au fil du match mais sur le terrain la différence de niveau est très nette. Il y a dans ce match une classe d’écart entre les deux équipes et l’impression de puissance collective et individuelle, des deux côtés du terrain, dégagée par Lyon laisse entrevoir de belles choses pour le reste de la saison. Une prestation à la hauteur des ambitions affichées par le club du président Tony Parker.

Lyon bat Tarbes GB 68-40

Catégorie: 
Surtitre: 
MAIF Open LFB 2018
Auteur: 
Guillaume Karli/FFBB
Date d’écriture: 
Samedi, 13. Octobre 2018
Vignette: 
Catégorie 2: 
Chapeau: 
Comme chaque année depuis 14 ans, toutes les équipes de Ligue Féminine sont réunies à Paris pour le MAIF Open LFB, le lancement officiel du championnat. Lors de la première rencontre, Tarbes, équipe surprise de la saison passée tombée avec les honneurs en finale du championnat face à Bourges, ouvrait sa saison face à l’ambitieuse ASVEL et son nouveau coach, Valéry Demory, deux fois champion de France avec Montpellier.
crédit: 
Crédits : Bellenger/IS/FFBB
Social_posts: 
<blockquote class="twitter-tweet" data-lang="fr"><p lang="fr" dir="ltr">Impériale l&#39;américaine Alysha Clark est élue MVP <a href="https://twitter.com/Pierre_Lannier?ref_src=twsrc%5Etfw">@Pierre_Lannier</a> de la rencontre. <a href="https://twitter.com/hashtag/MAIFOpenLFB?src=hash&amp;ref_src=twsrc%5Etfw">#MAIFOpenLFB</a> <a href="https://t.co/2hQdf3OtjQ">pic.twitter.com/2hQdf3OtjQ</a></p>&mdash; LFB (@basketlfb) <a href="https://twitter.com/basketlfb/status/1051134876286640131?ref_src=twsrc%5Etfw">13 octobre 2018</a></blockquote> <script async src="https://platform.twitter.com/widgets.js" charset="utf-8"></script> <iframe src="https://www.facebook.com/plugins/video.php?href=https%3A%2F%2Fwww.facebook.com%2Fliguefemininedebasket%2Fvideos%2F243857136480672%2F&show_text=0&width=267" width="267" height="476" style="border:none;overflow:hidden" scrolling="no" frameborder="0" allowTransparency="true" allowFullScreen="true"></iframe> <iframe src="https://www.facebook.com/plugins/video.php?href=https%3A%2F%2Fwww.facebook.com%2Fliguefemininedebasket%2Fvideos%2F779099315759351%2F&show_text=0&width=267" width="267" height="476" style="border:none;overflow:hidden" scrolling="no" frameborder="0" allowTransparency="true" allowFullScreen="true"></iframe>

20 ans d'événements

Corps: 

La France est une terre de basket féminin reconnue en Europe et aussi partout dans le monde. La Fédération a toujours souhaité multiplier l’organisation d’épreuves afin de favoriser le destin de ses équipes nationales et aussi développer la médiatisation de notre sport notamment sur le plan télévisuel.

Depuis vingt ans, la France a été riche en organisation d’événements nationaux et internationaux, originaux, variés, souvent solidement implantés dans le paysage de la balle orange, quelque fois éphémères. Il y a bien sûr l’Open LFB dont nous vous avons parlé et aussi les finales de la Coupe de France qui réunissent sur un week-end à l’AccorHôtels Arena de Paris, filles, garçons, jeunes, pros et amateurs. Bourges en a remporté un record de huit éditions sur les deux dernières décennies.

Les étoiles européennes se sont également rassemblées sur le territoire nationale pour un All-Star Game et trois Final Four.
Après Pecs, Valence et Moscou, c’est au Stade Pierre de Coubertin à Paris que fut organisée le 8 mars 2009 -Journée de la Femme- la 4ème édition du All-Star Game européen de la FIBA. Seules les joueuses d’Euroleague étaient sélectionnables. Six de la LFB y furent conviées : Céline Dumerc, Cathy Melain, Alessandra Santos (Bourges), Géraldine Robert (Villeneuve d’Ascq), Sheana Mosch (Lattes Montpellier) et Bernadette Ngoyisa (Hainaut) plus le coach berruyer, Pierre Vincent. Ce sont les internautes qui avaient constitué les 5 Majeurs et un jury d’experts qui avait complété le tableau. La sélection européenne l’emporta 101 à 78 sur le reste du monde notamment grâce à la… Russe Becky Hammon qui avec 24 points fut élue MVP. Mais le clou du spectacle fut le dunk réalisé en plein match par l’Américaine Sylvia Fowles.

Après Bourges en 1998, deux Final Four de l’Euroligue furent organisés en France, l’un à Liévin en 2002 et l’autre de nouveau à Bourges l’année suivante.
L’USVO alias Valenciennes triompha à Liévin. Une heure de route sépare les deux villes. L’Américaine multi-médaillée olympique, Teresa Edwards, eut ce commentaire : « Franchement, quand j’ai vu tous ses supporters, je me suis dit qu’on se devait absolument de l’emporter ! » Ils étaient de fait 4 500 fans de VO dans le Stade Couvert de Liévin qui accompagnèrent les filles de Laurent Buffard jusqu’au titre dans une atmosphère assourdissante.
L’année suivante au Prado de Bourges, Valenciennes échoua en finale face à Ekaterinbourg, 82-84, et la fête fut gâchée pour les Berruyères avec les blessures de Yannick Souvré, Cathy Melain, Luba Drajlaca, Jacqueline Gody et Boba Tuvic. On pouvait se demander si elles n’avaient pas été maraboutées !

Les Filles en or avant les Braqueuses

Le plus grand événement de ces vingt ans sur le territoire a eu lieu en 2001 à Orléans et au Mans lorsque l’Équipe de France fut pour la première fois de son histoire sacrée championne d’Europe. Huit matches autant de victoires avec un succès prestigieux en finale sur la Russie, 73-68. C’est pourquoi cette équipe-là hérita du surnom de « 12 Filles en or ». Le documentaire qui fut tourné à cette occasion par Nicolas De Virieu demeure un collector.

Après sa médaille d’or en 2009 et l’argent olympique en 2012, la génération de Céline Dumerc comptait bien réaliser le triplé en 2013 à Orchies. Le quart de finale face à la Suède fut homérique. Portées par les soeurs Eldebrink, Elin et Frida, les Scandinaves tinrent tête avec bravoure aux Françaises tout le match. Ce sont trois paniers à trois-points de Céline Dumerc qui les sortirent du guêpier. Malheureusement, en finale, l’Équipe de France buta sur son éternelle rivale espagnole, 69-70. En pleurs, Emmeline Ndongue, qui honorait sa dernière sélection en bleu, s’excusa de cet échec : « Là, c’est vraiment difficile. C’est tellement cruel. Je suis désolée pour tous ceux qui sont là, qui sont venus nous encourager. Je suis désolée pour la Fédération qui a organisé cet Euro pour nous. » Le coach Pierre Vincent rappela l’essentiel : « Je suis très fier de mon équipe. On était au niveau dans l’intensité. C’est un match de basket, on ne contrôle pas tout. On a fait notre maximum. »
Les Braqueuses qui étaient encore actives et aussi toute une nouvelle génération de joueuses purent profiter de l’avantage du terrain, à Nantes Métropole, pour se qualifier pour Rio 2016 à l’occasion du Tournoi de Qualification Olympique.

Le territoire national a aussi réussi aux jeunes. Aux U21 à l’Euro en 2004 à Saint-Brieuc, Vannes et Quimper (génération Elodie Godin, Paoline Salagnac, Florence Lepron, Fati Sacko), médaillées d'argent. Aux U19 au championnat du Monde en 2010 à Toulouse et Rodez (Olivia Epoupa, Valériane Ayayi, Aby Gaye, Marième Badiane), également en argent. Et aux U16 en 2017 à Bourges (Iliana Rupert, Marine Fauthoux) qui ont conquis l’or devant un public en pamoison.

Deux épreuves qui ne sont plus d’actualité ont eu leurs moments de gloire. Le All-Star Game LFB qui fut organisé de 1999 à 2003 et surtout le Tournoi de la Fédération né en 1991 et clos en 2008. Réservée aux quatre meilleures équipes de la saison régulière, l’épreuve se déroulait sur un week-end dans un lieu différent. Preuve de leur domination nationale, Bourges en remporta 7 éditions et Valenciennes… 8.

Catégorie: 
Surtitre: 
20 ans LFB
Auteur: 
Texte : Pascal Legendre - Visuel : Chloé Bérard
Date d’écriture: 
Lundi, 4. Juin 2018
Vignette: 
Catégorie 2: 
Chapeau: 
La Ligue Féminine de Basket fête ses 20 ans. Tout au long de la saison, la LFB vous propose de découvrir ou redécouvrir, les faits marquants, les équipes, les entraîneurs ou encore les joueuses qui ont fait sa légende. Aujourd'hui, zoom sur les événements basket féminin organisés sur le sol français.

L’Open, événement phare de la ligue

Corps: 

Depuis 2005, l’Open de la Ligue réunit l’ensemble des équipes de la Ligue Féminine à Paris dans le cadre de la première journée de championnat. Un Match des Champions oppose désormais le Champion de France au vainqueur de la Coupe de France de la saison précédente mais lui ne compte pas pour le championnat.
Ce principe de compétition dans la capitale, mixé avec des affiches décalées, des séances photos, une rencontre avec les médias et la remise de récompenses à des personnalités et des joueuses ont fait le succès de l’Open qui est devenu la vitrine de la Ligue Féminine de Basket.

Jean-Pierre Siutat explique la genèse de l’Open

L’actuel président de la FFBB fut auparavant celui de la Ligue Féminine de 2001 à 2009 et il est à l’origine de la création de l’Open de Paris.

Quelle a été la plus grande difficulté pour organiser un Open à Paris ?
Le challenge de l’Open c’était de sortir les équipes de leur première journée de championnat et de challenger un opposant sur un terrain neutre. Accepter de perdre de l’argent, du partenariat pour créer un événement sur lequel on est sur une vraie compétition. Un match de sport ne vit que par l’incertitude du résultat et l’émotion et si c’est un match amical, vous avez déjà perdu la moitié des conditions du succès. L’émotion, on l’a par le fait de supporter son équipe dans une vraie compétition. La vraie compétition, c’était de la faire à Paris, sur terrain neutre, dans un endroit où il n’y a pas d’équipe de basket. On a fait un test au Temple-sur-Lot avec des matches amicaux, ce n’était pas bon du tout.

Y avait-il des exemples d’une compétition similaire à l’étranger ?
L’Italie l’avait fait. J’avais appelé le Président de la Fédération italienne qui était un président de club qui avait organisé depuis deux ans un Open lors de la première journée de championnat mais dans un club différent. J’avais trouvé l’idée intéressante et le challenge c’était d’en faire un événement à part à Paris. 

Le plus difficile, c’était donc de convaincre les clubs d’abandonner un match à domicile ?
Bien sûr. On est parti du principe que l’on allait indemniser les clubs. Chaque club donnait 1 000 euros de participation pour ça et après on donnait une indemnité de compensation du manque de recettes à ceux qui devaient recevoir. Et on changeait, une équipe qui recevait l’année 1 était en déplacement l’année 2.

Quel est votre regard aujourd’hui sur l’Open ?
Je ne regrette pas de l’avoir inventé parce que quelque part on a été copié. J’avais créé ça sur le plan national et j’avais demandé qu’on le fasse sur le plan régional pour que l’on reproduise ce positionnement du basket féminin. Beaucoup d’Open régionaux existent et le premier qui a été créé c’est le lyonnais. Beaucoup de pays ont cherché à faire la même chose mais n’ont pas réussi.

Peut-être parce que la France a une capitale où tout est centralisé et donc les clés du succès sont plus évidents ?
L’Italie peut le faire à Rome, la Hongrie à Budapest, d’ailleurs elle l’a fait. Même la WNBA était venue et m’avait dit que c’était un truc super. C’est un événement qui est facilement transportable si on a envie de le faire mais il faut avoir vraiment envie. D’autres sports nous ont aussi copié sur le dossier comme le volley. Aujourd’hui, c’est difficile de faire autre chose. S’il y avait eu un club de basket à Paris, je pense que ça ne s’imposait pas. On est peut-être dans la redondance mais on aime bien quand même passer quarante-huit heures pour voir les équipes en présence, les nouvelles joueuses. Et quand vous êtes Américaine, Australienne, c’est l’occasion de se voir. L’unité de lieu, l’unité d’espace, c’est la tragédie grecque.

La parole aux actrices de l’Open

Fatimatou Sacko (Lattes Montpellier), Paoline Salagnac (Lyon), Isis Arrondo (Angers, LF2) et Gaëlle Skrela, désormais retraitée, sont les joueuses qui ont disputé le plus grand nombre d’éditions de l’Open. Aussi, on leur a demandé leur avis sur la question.

Que représente pour vous l’Open de la Ligue ?
Fatimatou Sacko : Ça représente la rentrée, la reprise. Le fait de pouvoir voir tout le monde, savoir où tout le monde joue. On a beaucoup d’amies dans les équipes et c’est le seul moment où on peut se rencontrer.
Isis Arrondo : L’Open c’est la fête du basket féminin français. C’est l’occasion de toutes se retrouver le temps d’un week-end et de promouvoir le basket féminin.
Paoline Salagnac : C’est le lancement de la saison, c’est retrouver la réalité du championnat. Après l’été, on a hâte de ça. C’est aussi un grand moment pour le basket féminin d’avoir toutes les équipes au même endroit à Paris. Ça a toujours été de très bons moments même si les quatre premiers Open je les ai tous perdus ! Il m’a donc fallu quelques années pour l’apprécier (rires).
Gaëlle Skrela : C’est une fête, le lancement de la saison. Ça a toujours été de bons moments partagés même si parfois on repart avec une défaite.

Quel est le souvenir de toutes les éditions qui vous revient en mémoire ?
Fatimatou Sacko :C’est pour moi toujours un bon week-end car je vois les gens que j’aime. J’aime cette période de la saison où il faut aller à l’Open. La séance photos, ce n’est pas trop pour moi, je le fais parce qu’il faut le faire, mais en les regardant ensuite, on voit notre évolution !
Isis Arrondo : C’est un souvenir malheureux. Lors de mon premier Open, avec mon équipe de Mourenx, qui n’est plus en Ligue, on avait pris 50 points par la grande équipe de Valenciennes. Je me suis dit que l’on était arrivé à haut niveau et qu’il y avait une grosse marche à franchir. Je m’en rappelle comme si c’était hier.
Paoline Salagnac : C’est vrai que les premières années, je disais que j’étais vraiment le chat noir puisque j’en avais perdu deux avec Clermont puis deux avec Mondeville. En arrivant à Bourges, j’avais dit aux filles que si on perdait c’est vraiment que l’Open ne me réussissait pas.
Gaëlle Skrela : A partir du moment où il y a eu le Match des Champions, ça nous a permis de décaler un peu le début de la saison d’une semaine. Et en 2016 ça nous a permis de gagner un premier titre, c’était plutôt chouette !

Est-ce que ça change quelque chose dans l’approche du match de se retrouver sur terrain neutre ?
Fatimatou Sacko : Ce qui est embêtant, c’est de jouer sur terrain neutre quand le match devrait être chez nous. Sur terrain neutre, on n’a pas forcément tous nos repères, on n’a pas notre public.
Isis Arrondo : Si on fait un match « à domicile », c’est un peu pénalisant car on n’a pas l’avantage que l’on aurait dans notre salle. Ce qui est sûr c’est que dans tous les cas, tout le monde est un peu plus excité, pressé de jouer. Ce week-end-là génère pas mal de pression. Toutes les équipes s’observent un peu.
Paoline Salagnac : Forcément, ça change quelque chose car on n’est pas chez nous, on n’a pas nos repères. Il y a aussi pas mal de public, toutes les équipes sont là. Au début, j’abordais l’Open de façon un peu plus stressée, plus tendue. On sort de notre cadre habituel, on est un peu moins chez nous.
Gaëlle Skrela : Il faut arriver à faire un peu le vide autour de soi le jour du match car on peut vite s’éparpiller entre le monde que l’on connaît, les médias. Il ne faut pas oublier pourquoi on est là, pour lancer la saison et pour gagner le match.

Catégorie: 
Surtitre: 
20 ans LFB
Auteur: 
Texte : Pascal Legendre - Visuel : Chloé Bérard
Date d’écriture: 
Mercredi, 9. Mai 2018
Vignette: 
Catégorie 2: 
Chapeau: 
La Ligue Féminine de Basket fête ses 20 ans. Tout au long de la saison, la LFB vous propose de découvrir ou redécouvrir, les faits marquants, les équipes, les entraîneurs ou encore les joueuses qui ont fait sa légende. Aujourd'hui, zoom sur l'Open LFB créé en 2005.
Social_posts: 
<blockquote class="twitter-tweet" data-lang="fr"><p lang="fr" dir="ltr"><a href="https://twitter.com/hashtag/20ansLFB?src=hash&amp;ref_src=twsrc%5Etfw">#20ansLFB</a> - Créé en 2005, l&#39;<a href="https://twitter.com/hashtag/OpenLFB?src=hash&amp;ref_src=twsrc%5Etfw">#OpenLFB</a> est devenu au fil des ans l&#39;événement phare de la <a href="https://twitter.com/hashtag/LFB?src=hash&amp;ref_src=twsrc%5Etfw">#LFB</a>. Avec <a href="https://twitter.com/jpsiutat?ref_src=twsrc%5Etfw">@jpsiutat</a> <a href="https://twitter.com/paotte?ref_src=twsrc%5Etfw">@paotte</a> <a href="https://twitter.com/KmyAubert?ref_src=twsrc%5Etfw">@KmyAubert</a> <a href="https://twitter.com/miniskrelle?ref_src=twsrc%5Etfw">@miniskrelle</a> et Fati Sacko, revivez la genèse et les anecdotes de l&#39;Open <a href="https://t.co/IPTYSknFu7">https://t.co/IPTYSknFu7</a> par <a href="https://twitter.com/P_Legendre?ref_src=twsrc%5Etfw">@P_Legendre</a> <a href="https://t.co/HSeTLiCZl1">pic.twitter.com/HSeTLiCZl1</a></p>&mdash; LFB (@basketlfb) <a href="https://twitter.com/basketlfb/status/994202479519821826?ref_src=twsrc%5Etfw">9 mai 2018</a></blockquote> <script async src="https://platform.twitter.com/widgets.js" charset="utf-8"></script>

Trois dates clés à retenir

Corps: 

Soirée des Trophées du Basket : 16 mai 2018
C’est un moment historique que va vivre le basket profesionnel français puisque la Soirée des Trophées du Basket réunira, à la salle Gaveau (Paris 8ème), les plus grandes stars des championnats LFB et LNB. Cliquez ici pour plus d'informations.

Soirée de gala des 20 ans : 29 mai 2018
La Ligue Féminine a souhaité réunir toutes les personnalités qui ont fait son histoire à l’occasion d’une soirée exceptionnelle le mardi 29 mai 2018. Cet événement permettra de mettre à l’honneur les Championnes de France LFB 2018 mais aussi tous les personnages emblématiques qui, année après année, ont permis à la LFB de grandir pour devenir l’une des ligues les plus structurées du continent. A cette occasion, vous découvrirez les deux « 5 majeurs » des 20 ans.

Open LFB : 13 et 14 octobre 2018
L’Open LFB est un événement incontournable dans le paysage du basket français. Il lance, depuis 2005, la saison de Ligue Féminine de Basket. La 14ème édition de l’Open LFB se tiendra le samedi 13 et dimanche 14 octobre à Paris. Le Stade Pierre de Coubertin, écrin historique de l’Open, devrait de nouveau accueillir l’élite du basket féminin français.

En conséquence, les Pré-Open LFB seront organisés la semaine qui précède, à savoir le samedi 6 et dimanche 7 octobre. Les tournois Pré-Open ont lieu simultanément sur le territoire, sous l’égide de la LFB, et regroupent toutes les équipes de Ligue Féminine à une semaine de l’ouverture officielle de la saison. Ils servent de répétition générale aux joueuses à quelques jours de l’Open LFB.
Les trois organisateurs restent les mêmes à savoir la Ligue Régionale d’Aquitaine (Boé) ainsi que les Comités Départementaux d’Indre-et-Loire (Tours) et de l’Aube (Saint-Julien-les-Villas).

Catégorie: 
Surtitre: 
LFB - Agenda
Date d’écriture: 
Mardi, 20. Février 2018
Vignette: 
Catégorie 2: 
Chapeau: 
Alors que la saison régulière de Ligue Féminine bat son plein, nous vous invitons à vous projeter et à retenir dès à présent les prochaines échéances de la LFB.
Social_posts: 
<blockquote class="twitter-tweet" data-lang="fr"><p lang="fr" dir="ltr">Philippe Legname, Président de la LFB, rencontre en ce moment les médias. Au programme : projets en cours, <a href="https://twitter.com/hashtag/20ansLFB?src=hash&amp;ref_src=twsrc%5Etfw">#20ansLFB</a> et <a href="https://twitter.com/hashtag/OpenLFB?src=hash&amp;ref_src=twsrc%5Etfw">#OpenLFB</a> 2018. + d&#39;infos à venir <a href="https://t.co/4xbSnk6151">pic.twitter.com/4xbSnk6151</a></p>&mdash; LFB (@basketlfb) <a href="https://twitter.com/basketlfb/status/965911099332800512?ref_src=twsrc%5Etfw">20 février 2018</a></blockquote> <script async src="https://platform.twitter.com/widgets.js" charset="utf-8"></script>

Un Open exclusivement féminin

Corps: 

13 arbitres féminins du Haut Niveau ont pu officier sur l’ensemble des 6 rencontres, avec une recherche permanente de performance sur le terrain. 3 arbitres potentiels étaient présentes et ont pu échanger avec leurs ainées, associant observations des matches et partage de vécu avec les plus expérimentées. Le projet mis en place lors des dernières saisons permet de détecter, d’augmenter le nombre et la qualité des arbitres féminins. Pour la première fois les rencontres de Ligue Féminine étaient arbitrées par trois arbitres, une des nouveautés de la saison 2017-2018. Ce stage était dirigé par Chantal Julien, responsable technique du HNO, en charge de la mise en place de ce projet pour le Haut Niveau.

Catégorie: 
Surtitre: 
Arbitrage
Auteur: 
HNO
Date d’écriture: 
Jeudi, 5. Octobre 2017
Vignette: 
Chapeau: 
Dans le cadre du plan de féminisation de l’arbitrage du basket français, le Haut Niveau des Officiels (HNO) a organisé, comme tous les ans, un stage d’arbitres féminins à l’occasion de l’Open de la LFB, qui s’est déroulé à Paris (Coubertin) le week-end du 29 et 30 septembre dernier.

Montpellier a du caractère

Corps: 

Pas de round d’observation, les Flammes sont les premières à se mettre en ordre de marche sous l’impulsion de Kalis Loyd (13 points, 3 rebonds) et leur capitaine Amel Bouderra (19 points et 8 passes). Montpellier ne reste pas sans réagir, l’arrière italienne Giorgia Sottana (25 points et 4 passes) ne tarde pas à se montrer. Le match est équilibré, sur un lancer de Romy Bär (18 points, 7 passes, 5 rebonds), les Héraultaises ne sont plus qu’à un point (18-19, 8’).

Un mano à mano s’engage et les solistes s’en donnent à cœur joie. Romy Bär et Courtney Hurt (17 points et 8 rebonds) derrière l’arc pour Montpellier, et la vitesse et la persécution du duo Bouderra-Chevaugeon pour les Flammes. Ornella Bankole (5 points, 3 rebonds) signe un passage remarqué qui permet au BLMA de prendre l’avantage et oblige Romuald Yernaux a stoppé l’hémorragie. La défense de zone perturbe les plans de Rachid Meziane et ses joueuses et en attaque Amel Bouderra s’occupe de tout (19 points à la mi-temps). Au moment de rejoindre les vestiaires, il n’y a que trois points d’écart en faveur des Flammes carolo.

Dès le retour sur le parquet, Montpellier parvient à trouver les failles dans la défense ardennaise. Courtney Hurt à trois-points ou près du cercle, Giorgia Sottana à la distribution ou au tir, Charleville est dans les cordes (56-48) même Amel Bouderra ne trouve pas la solution. Malgré quelques actions bien inspirées et un trois-points au buzzer de Valeriya Berezhynska (8 points et 4 rebonds), Montpellier est toujours devant (63-61, 30’).

Les deux équipes se répondent coup pour coup et profitent de la moindre erreur pour sanctionner son adversaire. Panier plus la faute pour Romy Bär (+7, 71-64), et Montpellier pense avoir pris l'ascendant mais Berezynska à trois-points ramène encore une fois les Flammes. La fin de match est indécise, deux flèches à trois-points de Giorgia Sottana font définitivement pencher la balance pour Montpellier, victoire 83 à 73

Lattes-Montpellier bat Charleville Mézières : 83-73

Romuald Yernaux (Charleville-Mézières) : "Il y a de la déception d'avoir perdu, même si on savait que ce serait dur. Quand l'adversaire fait des choix, on recule en attaque et en défense. On a manqué de coéhésion, il y a eu trop d'entreprises individuelles là où il faut davantage s'appuyer sur le collectif."

Amel Bouderra (Charleville-Mézières) : "On sait que la clé de ce genre de match est défensive. On est à 41 points encaissés à la pause, c'est beaucoup trop. On a essayé de se rassurer plus offensivement que défensivement, alors qu'on aurait dû faire l'inverse."

Romane Bernies (Lattes-Montpellier) : "C'était très important pour nous. On a eu déjà un gros match mardi, on savait que ce face-à-face contre Charleville allait être très important aussi. On est sur une bonne lancée, on doit maintenant gagner à la maison mardi contre l'équipe hongroise pour valider notre ticket pour l'Euroligue."

Rachid Meziane (Lattes-Montpellier) : "Giorgia Sottana a répondu là où on l'attendait. On a des joueuses de talent, capables de créer. On a su durcir en 2e mi-temps et limiter l'apport offensif d'Amel Bouderra en seconde période. Avec ce qu'on a proposé ce soir, on a emmagasiné de la confiance dans l'optique du match de mardi."

Retrouvez toutes les infos et les coulisses de l'Open LFB sur les réseaux sociaux (Facebook, Twitter, Instagram et Snapchat...)

Catégorie: 
Surtitre: 
Open LFB 2017
Auteur: 
Sylvain Bourdois Chupin
Date d’écriture: 
Samedi, 30. Septembre 2017
Vignette: 
Catégorie 2: 
Chapeau: 
Le choc de cet Open LFB entre Lattes-Montpellier, finaliste du championnat, et Charleville-Mézières, deuxième de la saison régulière, a tenu toutes ses promesses. Dans le sillage d'une Giorgia Sottana décisive et MVP de la rencontre, ce sont les Héraultaises qui l'ont emporté 83 à 73.
Social_posts: 
<blockquote class="twitter-tweet" data-lang="fr"><p lang="fr" dir="ltr"> Le beau lay-up d&#39;Amel Bouderra qui a livré une très belle performance en 1ère MT : 19 pts et 5 pds ! <a href="https://twitter.com/hashtag/OpenLFB?src=hash&amp;ref_src=twsrc%5Etfw">#OpenLFB</a> <a href="https://twitter.com/FlammesCarolo?ref_src=twsrc%5Etfw">@FlammesCarolo</a> <a href="https://t.co/O6yZEG38m6">pic.twitter.com/O6yZEG38m6</a></p>&mdash; LFB (@basketlfb) <a href="https://twitter.com/basketlfb/status/914218334127837184?ref_src=twsrc%5Etfw">30 septembre 2017</a></blockquote> <script async src="//platform.twitter.com/widgets.js" charset="utf-8"></script> <blockquote class="twitter-tweet" data-lang="fr"><p lang="fr" dir="ltr">Le 3 pts décisif de @Gio_Skir, la MVP <a href="https://twitter.com/Pierre_Lannier?ref_src=twsrc%5Etfw">@Pierre_Lannier</a> du match <a href="https://twitter.com/BasketLMA?ref_src=twsrc%5Etfw">@BasketLMA</a> - <a href="https://twitter.com/FlammesCarolo?ref_src=twsrc%5Etfw">@FlammesCarolo</a> <a href="https://twitter.com/hashtag/OpenLFB?src=hash&amp;ref_src=twsrc%5Etfw">#OpenLFB</a> <a href="https://t.co/SKP7rJPQib">pic.twitter.com/SKP7rJPQib</a></p>&mdash; LFB (@basketlfb) <a href="https://twitter.com/basketlfb/status/914232479782965251?ref_src=twsrc%5Etfw">30 septembre 2017</a></blockquote> <script async src="//platform.twitter.com/widgets.js" charset="utf-8"></script> <blockquote class="twitter-tweet" data-lang="fr"><p lang="fr" dir="ltr">A l&#39;issue d&#39;un match intense, <a href="https://twitter.com/BasketLMA?ref_src=twsrc%5Etfw">@BasketLMA</a> s&#39;impose 83-73 contre les <a href="https://twitter.com/FlammesCarolo?ref_src=twsrc%5Etfw">@FlammesCarolo</a> dans le dernier match de la 13e édition de l&#39;<a href="https://twitter.com/hashtag/OpenLFB?src=hash&amp;ref_src=twsrc%5Etfw">#OpenLFB</a> <a href="https://t.co/i3uZYqo6a1">pic.twitter.com/i3uZYqo6a1</a></p>&mdash; LFB (@basketlfb) <a href="https://twitter.com/basketlfb/status/914229022854406147?ref_src=twsrc%5Etfw">30 septembre 2017</a></blockquote> <script async src="//platform.twitter.com/widgets.js" charset="utf-8"></script> <blockquote class="twitter-tweet" data-lang="fr"><p lang="fr" dir="ltr">Avec 25 points et 4 pds, <a href="https://twitter.com/Gio_Skirt?ref_src=twsrc%5Etfw">@Gio_Skirt</a> s&#39;est montrée décisive et est donc élue MVP <a href="https://twitter.com/Pierre_Lannier?ref_src=twsrc%5Etfw">@Pierre_Lannier</a> de cette rencontre <a href="https://twitter.com/hashtag/OpenLFB?src=hash&amp;ref_src=twsrc%5Etfw">#OpenLFB</a> <a href="https://t.co/nqH6B3UVXN">pic.twitter.com/nqH6B3UVXN</a></p>&mdash; LFB (@basketlfb) <a href="https://twitter.com/basketlfb/status/914231286990065664?ref_src=twsrc%5Etfw">30 septembre 2017</a></blockquote> <script async src="//platform.twitter.com/widgets.js" charset="utf-8"></script> <iframe src="https://www.facebook.com/plugins/video.php?href=https%3A%2F%2Fwww.facebook.com%2Fliguefemininedebasket%2Fvideos%2F10155244701054620%2F&show_text=0&width=560" width="560" height="315" style="border:none;overflow:hidden" scrolling="no" frameborder="0" allowTransparency="true" allowFullScreen="true"></iframe>

Le Lyon nouveau est arrivé

Corps: 

Dès l’entame de la rencontre, c’est Marième Badiane (15 points,  dont 3/3 à trois points et 11 rebonds) qui a montré la marche à suivre face à une équipe de Tarbes atypique avec le trio Gaye-Plouffe-Diallo intronisé dans le cinq. Malgré la présence de ces grands gabarits, l’intérieure tricolore inscrit les 7 premiers points de son équipe.

Mise à part une balle perdue, bien exploité par Suarez (5 points) et Diallo (8 points, 3 rebonds), Lyon ne laisse rien passer et décroche rapidement son adversaire du jour. 12 à 2 suite à un tir primé de Haley Peters (9 points, 5 rebonds, 3 passes), imiter quelques instants plus tard par Paoline Salagnac (6 points, 3 rebonds et 3 passes) dans la zone intermédiaire. Cela en est trop pour François Gomez qui stoppe le jeu après 5 minutes de jeu.

Grâce à une belle circulation de la balle, Lyon poursuit son chantier en trouvant Djene Diawara (17 points, 5 rebonds) dans la raquette ou Rebecca Allen (13 points et 6 rebonds) en périphérie (+15, 23-8). Aby Gaye (10 points et 6 rebonds), Christelle Diallo ou encore la jeune Tima Pouye (2 points et 3 passes) trouvent quelques espaces mais Lyon maitrise son sujet. Au moment de rejoindre les vestiaires, les Lyonnaises comptent déjà 20 points d’avance (40 à 20).

On ne change pas une équipe qui gagne, Allen continue son festival de tirs extérieurs pendant que Djéné Diawara se joue de ses vis-à-vis dans la raquette. L’écart est conséquent, Demory en profite pour reposer ses cadres. Tarbes marque par deux fois de loin avec Bjorklund (3 points et 6 rebonds) et Mbandu (5 points) mais on est encore loin du compte (-17, 56-39, 30’).

Le TGB reste pendant plus de 9 minutes sans le marquer le moindre point. Lyon ne l'attend pas et s'envole au tableau d'affichage grâce à l'adresse extérieure d'Ingrid Tanqueray (9 points, 4 rebonds, 8 passes) et de la Suissesse Evita Herminjard (3 points) fait des ravages +32 (71-39). Il reste trois minutes à jouer, Valéry Demory fait participer ses jeunes pousses à la fête avec l'entrée en jeu de Coline Franchelin et le retour de Prescilla Lezin.

Lyon bat Tarbes : 74-45

Déclarations d'après match
Valéry Demory (Lyon) : "On a su aborder ce match comme une finale. On a bien bossé cette semaine et on a rattrapé une partie du déficit qu'on avait en préparation. Sur le plan défensif, tout le monde a été impliqué, c'est positif."

Paoline Salagnac (Lyon) : "Le match de l'Open est toujours particulier. On avait à cœur de bien commencer, ça nous a rendu le match facile et on a pu prendre du plaisir. Il y avait des attentes autour de ce premier match. On savait que ce serait un gros combat, il a fallu se battre pour l'emporter."

Aby Gaye (Tarbes) : "Je n'ai pas trop d'explication. On était pas prêtes à rentrer dans ce match contrairement à Lyon. On a fait une faute professionnelle et ce n'est pas normal. Il faudra réagir mercredi pour le prochain match."

François Gomez (Tarbes) : "J'espère que c'est un accident de parcours, 30 points ça fait lourd. On a manqué de dureté, de vitesse. On était 10km/h en dessous de Lyon. Il nous reste du travail. On a été dominé, et on n'a pas trouvé de réponse hormis dans le 3ème quart temps".

Toute l'actualité et les coulisses de l'Open LFB sur les réseaux sociaux

Catégorie: 
Surtitre: 
Open LFB 2017
Auteur: 
Sylvain Bourdois Chupin
Date d’écriture: 
Samedi, 30. Septembre 2017
Vignette: 
Catégorie 2: 
Chapeau: 
Lyon ASVEL féminin était attendu pour ses débuts officiels de l’ère Parker. Les joueuses de Valéry Demory ont répondu avec la manière en s’imposant facilement face à Tarbes (74-45). Marième Badiane a été une des chefs de file de l'équipe lyonnaise et a été élue MVP Pierre Lannier du match.
Social_posts: 
<blockquote class="twitter-tweet" data-lang="fr"><p lang="fr" dir="ltr"> Le beau jeu collectif de l&#39;<a href="https://twitter.com/ASVEL_Feminin?ref_src=twsrc%5Etfw">@ASVEL_Feminin</a>, conclu par un panier de Djene Diawara <a href="https://twitter.com/hashtag/OpenLFB?src=hash&amp;ref_src=twsrc%5Etfw">#OpenLFB</a> <a href="https://t.co/SCAIvALH4c">pic.twitter.com/SCAIvALH4c</a></p>&mdash; LFB (@basketlfb) <a href="https://twitter.com/basketlfb/status/914179297245646848?ref_src=twsrc%5Etfw">30 septembre 2017</a></blockquote> <script async src="//platform.twitter.com/widgets.js" charset="utf-8"></script> <blockquote class="twitter-tweet" data-lang="fr"><p lang="fr" dir="ltr">La magnifique passe de Julie Allemand pour Djene Diawara (17 pts et 5 rbds) en 2e MT <a href="https://twitter.com/hashtag/OpenLFB?src=hash&amp;ref_src=twsrc%5Etfw">#OpenLFB</a> <a href="https://t.co/V8k3fNDVtq">pic.twitter.com/V8k3fNDVtq</a></p>&mdash; LFB (@basketlfb) <a href="https://twitter.com/basketlfb/status/914193571112251392?ref_src=twsrc%5Etfw">30 septembre 2017</a></blockquote> <script async src="//platform.twitter.com/widgets.js" charset="utf-8"></script> <blockquote class="twitter-tweet" data-lang="fr"><p lang="fr" dir="ltr">L&#39;<a href="https://twitter.com/ASVEL_Feminin?ref_src=twsrc%5Etfw">@ASVEL_Feminin</a> frappe fort d&#39;entrée et remporte son duel face à <a href="https://twitter.com/TarbesBF?ref_src=twsrc%5Etfw">@TarbesBF</a> de 29 points (74-45) ! <a href="https://twitter.com/hashtag/OpenLFB?src=hash&amp;ref_src=twsrc%5Etfw">#OpenLFB</a> <a href="https://t.co/rLkJvMgZW7">pic.twitter.com/rLkJvMgZW7</a></p>&mdash; LFB (@basketlfb) <a href="https://twitter.com/basketlfb/status/914189199414349825?ref_src=twsrc%5Etfw">30 septembre 2017</a></blockquote> <script async src="//platform.twitter.com/widgets.js" charset="utf-8"></script> <blockquote class="twitter-tweet" data-lang="fr"><p lang="fr" dir="ltr">Avec un joli double-double (15 pts et 11 rbds), Marieme Badiane est élue MVP <a href="https://twitter.com/Pierre_Lannier?ref_src=twsrc%5Etfw">@Pierre_Lannier</a> du match <a href="https://twitter.com/ASVEL_Feminin?ref_src=twsrc%5Etfw">@ASVEL_Feminin</a> <a href="https://twitter.com/TarbesBF?ref_src=twsrc%5Etfw">@TarbesBF</a> <a href="https://twitter.com/hashtag/OpenLFB?src=hash&amp;ref_src=twsrc%5Etfw">#OpenLFB</a> <a href="https://t.co/9PIyD0QN8r">pic.twitter.com/9PIyD0QN8r</a></p>&mdash; LFB (@basketlfb) <a href="https://twitter.com/basketlfb/status/914190140607750145?ref_src=twsrc%5Etfw">30 septembre 2017</a></blockquote> <script async src="//platform.twitter.com/widgets.js" charset="utf-8"></script> <iframe src="https://www.facebook.com/plugins/video.php?href=https%3A%2F%2Fwww.facebook.com%2Fliguefemininedebasket%2Fvideos%2F10155244405439620%2F&show_text=0&width=560" width="560" height="315" style="border:none;overflow:hidden" scrolling="no" frameborder="0" allowTransparency="true" allowFullScreen="true"></iframe>

Bienvenue chez les ch'tis

Corps: 

Cathy Melain aurait certainement rêvé d'un meilleur début pour son entrée dans la cour des grands, la coach de Basket Landes s'est inclinée cet après-midi lors de son premier match officiel à la tête d’une équipe professionnelle. Face au Hainaut, l’ancienne capitaine des Bleues a pourtant pu compter en début de match sur l’efficacité de l’axe Dumerc-Ayim pour créer rapidement un premier écart (22-10). L’adresse longue distance de Jenny Fouasseau (9 points dont 3/3 à trois-points) a permis au Hainaut de rester dans le match.

Ce sont alors les étrangères landaises qui ont pris les choses en main. C’est d’abord la Serbe, Maja Skoric (9 points et 7 rebonds) qui a fait étalage de son adresse, puis l’américaine Cierra Bravard qui n'est pas passée inaperçue (12 points et 5 rebonds). L’intérieure à la chevelure violette se montre dominante dans la raquette et adroite derrière l’arc, portant l’avance des Landaises à +11 (27-16, 12’). Plus agressif en défense et porté par l’internationale lituanienne, Egle Sulciute (17 points, 7/14 aux tirs, 8 rebonds) et l’opportuniste slovaque Katarina Tetemondova (12 points, 9 rebonds) en attaque, le Hainaut inflige un terrible 18 à 7 à Céline Dumerc (2 points, 6 passes, 4 rebonds) et ses copines. Les Nordistes virent même en tête au tableau d’affichage juste avant la pause (34-33, 20’) grâce à un nouveau panier primé de Tetemondova (12 points, 9 rebonds et 2 passes).

La pause ne semble pas avoir été bénéfique aux joueuses du sud-ouest complètement engluée dans la défense agressive des joueuses de Fabrice Fernandes. L’américaine Ashley Bruner (8 points, 3 rebonds, 2 passes) profite de plusieurs ballons volés pour faire le break (44-35, 26’). L’Espagnole Queralt Casas (10 points, 8 rebonds, 4 passes) sonne la révolte pour les Landaises mais sa compatriote Laura Garcia (10 points, 3 rebonds) lui répond pour le Hainaut qui a toujours 8 points d’avance avant le dernier quart-temps (49-41).

L’intérieur compacte du Hainaut, Ashley Bruner, se joue alors tour à tour de Milapie et Ayim pour confirmer la mainmise des Nordistes sur le match (54-43, 32’). En manque de réussite, les joueuses de Cathy Melain ne parviennent pas à inverser le cours du match. Les green girls ne baissent pas le rythme, Jenny Fouasseau et Laura Garcia de loin mettent fin au suspense (65-47, 37'). 

Le Hainaut bat Basket Landes : 67-53

Déclarations d'après-match
Jenny Fouasseau (Le Hainaut) : "On a très mal démarré le match, on s'est laissé endormir. Après on a réussi à courir et on a montré ce dont on était capable. En préparation, on a été capables de créer des surprises et on a poursuivi sur notre dynamique ici à l'Open en en créant une nouvelle contre Basket Landes."

Fabrice Fernandes (Le Hainaut) : "On savait que ça allait être compliqué avec ce début de calendrier. Prendre ce match de Basket Landes c'est très bien, surtout que l'on va enchaîner contre Charleville et Villeneuve."

Céline Dumerc (Basket Landes) : "On a été très maladroites aujourd'hui et on a laissé cette équipe du Hainaut développer son jeu. On a douté, on n'a pas joué juste. Après, ça reste un premier match. La saison n'est pas finie, elle ne fait que commencer."

Cathy Melain (Basket Landes) : "On n'avait pas eu de moment difficile en préparation, je redoutais que ça arrive à l'Open, et c'est ce qu'il s'est passé. Charge à nous de rétablir le navire pour les prochains matches car ça s'enchaîne rapidement."

Suivez l'actualité et les coulisses de l'Open LFB sur les réseaux sociaux (Facebook, Twitter, Instagram, Snapchat...)

Catégorie: 
Surtitre: 
Open LFB 2017
Auteur: 
Sylvain Bourdois Chupin
Date d’écriture: 
Samedi, 30. Septembre 2017
Vignette: 
Catégorie 2: 
Chapeau: 
C'est la surprise du chef de cet Open, Fabrice Fernandes et ses green girls ont joué cet après-midi un bien vilain tour au Basket Landes de Cathy Melain. Dans le sillage d'étrangères bien inspirées, les Nordistes ont montré qu'il ne faudra pas les sous-estimer à l'image de la MVP de la rencontre Katarina Tetemondova.
Social_posts: 
<blockquote class="twitter-video" data-lang="fr"><p lang="fr" dir="ltr"> Le panier poste bas de Ashley Bruner lors de la 1ère MT du match <a href="https://twitter.com/BasketLandes?ref_src=twsrc%5Etfw">@BasketLandes</a> - <a href="https://twitter.com/Hainaut_Basket?ref_src=twsrc%5Etfw">@Hainaut_Basket</a> <a href="https://twitter.com/hashtag/OpenLFB?src=hash&amp;ref_src=twsrc%5Etfw">#OpenLFB</a> <a href="https://t.co/7morRycZav">pic.twitter.com/7morRycZav</a></p>&mdash; LFB (@basketlfb) <a href="https://twitter.com/basketlfb/status/914134679326007296?ref_src=twsrc%5Etfw">30 septembre 2017</a></blockquote> <script async src="//platform.twitter.com/widgets.js" charset="utf-8"></script> <blockquote class="twitter-tweet" data-lang="fr"><p lang="fr" dir="ltr">Après un match relativement contrôlé, <a href="https://twitter.com/Hainaut_Basket?ref_src=twsrc%5Etfw">@Hainaut_Basket</a> se défait de <a href="https://twitter.com/BasketLandes?ref_src=twsrc%5Etfw">@BasketLandes</a> 65-48 <a href="https://twitter.com/hashtag/OpenLFB?src=hash&amp;ref_src=twsrc%5Etfw">#OpenLFB</a> <a href="https://t.co/DFfNEkWa1u">pic.twitter.com/DFfNEkWa1u</a></p>&mdash; LFB (@basketlfb) <a href="https://twitter.com/basketlfb/status/914147080393953280?ref_src=twsrc%5Etfw">30 septembre 2017</a></blockquote> <script async src="//platform.twitter.com/widgets.js" charset="utf-8"></script> <blockquote class="twitter-tweet" data-lang="fr"><p lang="fr" dir="ltr">Avec 12 pts et 9 rebonds, Katarina Tetemondova est élue MVP <a href="https://twitter.com/Pierre_Lannier?ref_src=twsrc%5Etfw">@Pierre_Lannier</a> du match <a href="https://twitter.com/BasketLandes?ref_src=twsrc%5Etfw">@BasketLandes</a> <a href="https://twitter.com/Hainaut_Basket?ref_src=twsrc%5Etfw">@Hainaut_Basket</a> <a href="https://twitter.com/hashtag/OpenLFB?src=hash&amp;ref_src=twsrc%5Etfw">#OpenLFB</a> <a href="https://t.co/lpdVg0UkS9">pic.twitter.com/lpdVg0UkS9</a></p>&mdash; LFB (@basketlfb) <a href="https://twitter.com/basketlfb/status/914148564334497792?ref_src=twsrc%5Etfw">30 septembre 2017</a></blockquote> <script async src="//platform.twitter.com/widgets.js" charset="utf-8"></script> <iframe src="https://www.facebook.com/plugins/video.php?href=https%3A%2F%2Fwww.facebook.com%2Fliguefemininedebasket%2Fvideos%2F10155244004539620%2F&show_text=0&width=560" width="560" height="315" style="border:none;overflow:hidden" scrolling="no" frameborder="0" allowTransparency="true" allowFullScreen="true"></iframe>

Pages

S'abonner à RSS - Open LFB
close
Envoyer à un ami

Ce contenu a attiré votre attention et vous souhaitez le partager ? Envoyez le lien de cette page à vos amis et collègues en remplissant simplement le formulaire ci-dessous.

*Les champs obligatoires sont signalés par un astérisque

'