reconversion | FFBB

reconversion

Solidarité et reconversion
« Nous les aidons à se révéler »
Depuis que le Club des Internationaux a été relancé en 2005 par Jacky Chazalon, la commission solidarité et reconversion animée par Alain Vincent et Annick Hector-Travart y a trouvé sa place en y joua...
Sportail Community partenaire du Club des Internationaux
La signature d’un partenariat avec la société Sportail Community présidée par Paoline Ekambi s’est déroulé en décembre 2020. La démarche de cette société est de favoriser la m...
La Caisse d'Epargne avec la FFBB pour la reconversion des athlètes
La Caisse d’Epargne, avec les Fédérations Françaises de BasketBall et de Handball, a lancé hier un dispositif inédit en faveur de la reconversion des athlètes de haut niveau e...
Une formation adaptée aux sportifs en reconversion
Pour la première fois, la FFBB propose un DE.JEPS spécialement adapté aux joueurs et joueuses pour assurer leur reconversion professionnelle et engager une démarche de réflexion conduisant à l’activité d’entraîneur, en multipliant d’une part les mises en situation pédagogiques et en struct...

« Nous les aidons à se révéler »

Corps: 

C’est parti d’un constat très simple dès les premières réunions du club. Alain Vincent en charge de la commission solidarité et reconversion se rappelle : « On s’est aperçu rapidement que quelques anciens internationaux avaient quelques soucis pour continuer leur carrière, des soucis notamment de revenus qui n’étaient forcément plus les mêmes, mais pas que… Repartir à zéro sur un autre métier c’est un peu dur. » Un constat partagé par Annick Hector-Travart : « On croisait souvent d’anciens joueurs relativement démunis par rapport à la reconversion. C’est-à-dire qu’il n’avait pas du tout anticipé la fin de leur carrière sportive. On s’aperçoit qu’ils sont pris dans un cocon, de 15 ans à 30 et quelques années, et ils ont du mal à en sortir pour devenir des papillons autonomes. »

Les profils et les besoins présentés sont très variés mais « En général, les joueurs de haut niveau ne connaissent pas le monde du travail d’une part et ils se connaissent eux même très peu. » précise Annick Hector-Travart. « En fait, ils ont des capacités, des qualités et des compétences qui, parfois, peuvent intéresser des entreprises et ça ils ne le savent pas. Ils n’en ont pas conscience. Même si elles n’ont pas de connaissances techniques dans les domaines qu’ils ou qu’elles veulent aborder, ils ont des capacités personnelles, un savoir-être, que l’on peut tout à fait valoriser. Alain et moi, nous les aidons à se révéler et à prendre connaissance de la façon dont il faut aborder ce monde. »

Alors comment les aider, les accompagner ? Dans un premier temps, l’idée du réseau s’impose d’elle-même d’autant que « On n’est ni des recruteurs, ni même des entrepreneurs mais certains d’entre-nous avons fait des carrières dans des grands groupes, moi chez Capgemini, Christian Baltzer au Comptoirs Modernes du Mans… Donc le premier petit geste que l’on pouvait faire c’était de faire un réseau d’anciens, joueurs et joueuses, qui ont des positions intéressantes dans différents métiers pour, si nécessaire, discuter et accompagner des basketteurs en fin de carrière. Ça a commencé un petit peu comme ça » souligne Alain Vincent.

Le club fait également un gros travail de sensibilisation en amont et n’hésite pas à aller à la rencontre des joueuses et des joueurs lors des rassemblements des Equipes de France pour leur parler de leurs actions. « Du coup on a été pas mal sollicité, notamment par les filles. Elles sont plus réalistes par rapport à leur devenir et plus attentives effectivement à leur reconversion. Nous ne sommes pas des professionnels de la reconversion. On y va avec notre bienveillance et c’est tout. Il faudrait peut-être mettre en place toute une organisation pour arriver à monter quelque chose qui soit vraiment avec un retour, avec un suivi, une approche. Il y a un vrai besoin de la part des internationaux. » conclu Annick Hector-Travart

Soucieux d’apporter un véritable coup de pouce aux joueurs et joueuses qui le sollicitent, le club n’hésite pas, grâce au travail de sa commission et à la force de son réseau, à s’associer à des gens dont le recrutement c’est le métier. Ainsi l’ancienne internationale, Niedzy Kpokpoya, reconvertit dans les ressources humaines en Angleterre, a été la première à offrir ses services. « Niedzy proposait un bilan de compétence et une étude des trajectoires possibles selon les affinités de la personne et le club finançait ce bilan de 8 à 10 séances au joueur ou à la joueuse qui en avait fait la demande. On a ainsi accompagné sur ce volet des joueuses comme Emilie Gomis ou encore Emmeline Ndongue qui ont suivi un véritable coaching personnalisé » rapporte Alain Vincent. Ensuite, c’est avec la Fondation Adecco, qui a un programme à destination des sportifs, que le Club va faire équipe. Héléna Ciak, Ingrid Tanqueray ou encore Sandrine Gruda profiteront de ce partenariat.

En lançant, Sportail Community, un portail de mise en relation entre les sportifs et les entreprises, Paoline Ekambi relaie parfaitement l’action du Club des Internationaux, et sa commission reconversion et solidarité, qui peut à nouveau se consacrer à son rôle de réseau.

Aujourd’hui, fédérations, clubs, agents, syndicats et même le gouvernement se sont emparés du sujet de la reconversion des sportifs. « Nous avons moins de demandes, car c’est peut-être un peu plus rentré dans les têtes. Il y a un peu plus de réponse d’un peu partout. » constate Alain Vincent. Ce dernier reste persuadé que le club des internationaux à un rôle à jouer. « Nous restons un réseau, si on peut donner un coup de main ou mettre le pied à l’étrier on le fera. » C’est aussi ça le lien entre les générations.

Contactez la commission solidarité et reconversion
Annick Hector/Travart : 06 07 18 51 87 - annicktravart@free.fr
Alain Vincent : 06 09 10 12 94 - avincent9@free.fr

Catégorie: 
Surtitre: 
Solidarité et reconversion
Date d’écriture: 
Lundi, 14. Mars 2022
Vignette: 
Chapeau: 
Depuis que le Club des Internationaux a été relancé en 2005 par Jacky Chazalon, la commission solidarité et reconversion animée par Alain Vincent et Annick Hector-Travart y a trouvé sa place en y jouant pleinement son rôle de réseau « d’anciens ».
Pour Newsletter: 

Sportail Community partenaire du Club des Internationaux

Corps: 

Son offre Offline est axée sur du conseil sur-mesure pour accompagner les entreprises dans leur démarche de recrutement des sportifs, les grandes écoles et les organismes de formation professionnelles à promouvoir leurs programmes et dispositifs auprès des sportifs, les institutionnels du sport pour la mise en place de programme d'insertion professionnelle des sportifs.

Ce partenariat  permettra d’étoffer l’offre d’accompagnement des Internationaux entrant dans la démarche d’après carrière.

Catégorie: 
Surtitre: 
Club des Internationaux
Date d’écriture: 
Vendredi, 24. Janvier 2020
Vignette: 
Chapeau: 
La signature d’un partenariat avec la société Sportail Community présidée par Paoline Ekambi s’est déroulé en décembre 2020. La démarche de cette société est de favoriser la mise en relation (Online et Offline) entre les sportifs de haut niveau, professionnels ou semi professionnels et le monde de l’entreprise, de la formation et du recrutement. Ce partenariat rentre pleinement dans le cadre de la commission aides et reconversion.

La Caisse d'Epargne avec la FFBB pour la reconversion des athlètes

Corps: 

Pour la première fois, une entreprise a réuni l’ensemble des parties prenantes du monde du sport – fédérations sportives, joueurs, agents et clubs – pour construire un dispositif destiné à accompagner dans leur seconde carrière les sportifs professionnels en reconversion, et à former aux métiers bancaires les jeunes en centres de formation sportifs. Richard Dacoury, qui a lui-même dû se former pendant sa carrière et a connu une reconversion réussie, est le parrain de la première promotion du dispositif.

L’immense majorité des joueurs et joueuses professionnels de basket et de hand ne peuvent vivre de leur sport une fois leur carrière terminée. Partant de ce constat, la Caisse d’Epargne, très impliquée aux côtés des deux fédérations sportives qu’elle soutient, a réuni l’ensemble des acteurs du basket-ball et du handball pour concevoir un dispositif qui va bien plus loin que le simple « parrainage de communication » généralement proposé par les marques.

« Pour la Caisse d’Epargne, être la banque des jeunes, c’est, au-delà de l’offre bancaire, concevoir un dispositif inédit qui créé une passerelle entre le monde du sport, des jeunes, et celui de l’entreprise » explique Cédric Mignon, directeur du développement Caisse d’Epargne.

Parrainage des sportifs professionnels en reconversion
Partenaires du dispositif, les fédérations, les agents, les syndicats de joueurs et les clubs, remonteront auprès de la Caisse d’Epargne les profils de joueurs en fin de carrière motivés par le dispositif.

Chaque année, 24 joueurs et joueuses pros de basket et de hand (soit 25 % des handballeurs et handballeuses prenant leur retraite) seront sélectionné(e)s et bénéficieront de l’accompagnement qui comprend :

- Un système de parrainage - Les équipes des Caisses d'Epargne aideront les sportifs en reconversion à réfléchir sur leur avenir, à prendre conscience de leurs points forts et leurs axes de progression avec un coaching en quatre étapes :

  • Définir le projet professionnel
  • Aider à intégrer les codes de l'entreprise
  • Redonner confiance
  • Préparer les entretiens de recrutement

- De la mise en relation - Ancrées dans leur territoire, les 16 Caisses d'Epargne sont en mesure d'aider à la constitution du réseau professionnel. En fonction du projet, des qualifications et du profil de l'athlète, il pourra être mis en relation localement avec des chefs d'entreprise, des collectivités locales et même trouver un emploi à la Caisse d'Epargne.

« Je suis heureux d’avoir bénéficié du dispositif Caisse d’Epargne. Mon parrain a facilité ma reconversion en me permettant de créer mon réseau professionnel, de confronter mon projet aux réalités de l’entreprise et de le concrétiser » témoigne Bastien Lamon, ancien Capitaine de l’équipe de hand de Dunkerque, un des premiers à avoir bénéficié du dispositif. Il vient d’intégrer la Caisse d’Epargne Hauts de France.

Blandine Jamin, directrice du développement RH, de la Gestion des Dirigeants & Potentiels du Groupe BPCE, confirme « notre démarche vise à nous rapprocher d’un milieu qui est a priori éloigné du monde bancaire et nous permet de « sourcer » des profils atypiques dont les compétences et les valeurs correspondent à ce que nous recherchons ».

« Pour être les plus performants possible, les joueurs doivent être sereins et confiants dans leur avenir. Avec cette initiative, la Caisse d’Epargne répond à ce besoin essentiel pour l’attractivité de notre sport », ajoute Joël Delplanque, Président de la Fédération Française de Handball.

Formation diplomante adaptée aux contraintes des jeunes en centre de formation sportif
La Caisse d’Epargne met, par ailleurs, en place une formation diplômante avec le Centre de Formation de la Profession Bancaire (CFPB). Afin de tenir compte des contraintes particulières inhérentes au sport de haut niveau, elle s’adaptera à l’emploi du temps (entrainements, compétitions…) des jeunes qui entrent en centre de formation de clubs de basket et de hand.

Il s’agit de permettre à ces jeunes talents de poursuivre leur rêve de sport de haut niveau, tout en s’assurant un avenir en se formant aux métiers de la banque.

« La formation des jeunes est essentielle, c’est pourquoi la FFBB investit fortement depuis toujours sur un dispositif de formation reconnu dans le monde entier et accompagne les jeunes espoirs du basket jusqu’à l’obtention de leur baccalauréat. Le dispositif proposé par la Caisse d’Epargne vient utilement compléter et poursuivre le nôtre » précise Jean-Pierre Siutat, Président de la Fédération Française de BasketBall.

Stéphane Cambriels, Manager Général du Pays d’Aix UC Handball, confirme qu’ « il est rassurant, tant pour le jeune joueur du centre de formation, que pour ses parents, de savoir qu’il pourra vivre son rêve de joueur professionnel tout en suivant parallèlement une formation professionnelle qu'il pourra activer à l'issue de sa carrière ou en cas de difficulté de réalisation de son projet sportif  ».

Un dispositif opérationnel et utile
« Je suis heureuse d’être une des premières à avoir mis en place le dispositif en région. Il constitue une nouvelle possibilité pour notre Caisse d’accompagner le développement des talents sur notre territoire. Partenaire du CNOSF, la Caisse d’Epargne élargira progressivement le dispositif à d’autres disciplines olympiques. C’est déjà le cas dans la Caisse d’Epargne Hauts de France qui a intégré en alternance Jimmy Gressier, espoir de l’athlétisme français. Ce dernier, ainsi que Bastien Lamon, apportent à la CEHDF toutes leurs compétences et les valeurs du sport de haut niveau », ajoute Christine Goeury, mandataire social en charge des ressources humaines de la Caisse d’Epargne Hauts de France.

Richard Dacoury, conclut « je suis fier d’être le premier parrain de ce dispositif qui, selon mon expérience personnelle, sera utile tant aux jeunes en formation qu’aux joueurs en reconversion. J’aurais rêvé pouvoir en bénéficier au cours de ma vie de basketteur pro ».

Catégorie: 
Surtitre: 
Partenariat
Auteur: 
Communiqué Caisse d'Epargne
Date d’écriture: 
Vendredi, 22. Septembre 2017
Vignette: 
Chapeau: 
La Caisse d’Epargne, avec les Fédérations Françaises de BasketBall et de Handball, a lancé hier un dispositif inédit en faveur de la reconversion des athlètes de haut niveau et de la formation des jeunes sportifs.

Une formation adaptée aux sportifs en reconversion

Corps: 

La formation a pour objectif d’amener les stagiaires à une double qualification DEJEPS/DEFB.

Le 1er regroupement s’est tenu les 25 et 26 janvier 2017 et le dernier du 25 au 27 juin 2018, soit 18 mois de formation au total.

13 personnes se sont présentées aux tests de sélection des 20&21 décembre 2016.

11 stagiaires (9 hommes et 2 femmes) ont été retenus :
- Raphaël Desroses (Fos sur Mer - Pro B)
- Mamadou Dia (Fos sur Mer - Pro B)
- Sandra Dijon (Douvres NF3)
- Steeve Essart
- Philippe Haquet (Oullins Ste Foy - NM2)
- Damien Jean Joseph (Metz - NM2)
- Paccelis Morlende (Pornic NM2)
- Maleye N'Doye (Paris-Levallois - Pro A)
- Pierric Poupet (Denain - Pro B)
- Elise Prodhomme (Calais - LF2)
- Maxime Zianveni (Boulazac - Pro B)

Catégorie: 
Surtitre: 
DEFB et DEJEPS
Auteur: 
Pôle Formation
Date d’écriture: 
Lundi, 30. Janvier 2017
Vignette: 
Chapeau: 
Pour la première fois, la FFBB propose un DE.JEPS spécialement adapté aux joueurs et joueuses pour assurer leur reconversion professionnelle et engager une démarche de réflexion conduisant à l’activité d’entraîneur, en multipliant d’une part les mises en situation pédagogiques et en structurant d’autre part, l’ensemble de leurs connaissances acquises de par leurs nombreuses expériences. Le ruban pédagogique a été fortement individualisé en fonction de la disponibilité des joueurs et joueuses dont la plupart sont encore en activité.
S'abonner à RSS - reconversion