Soana Lucet

SUPERLEAGUE 3x3 présentée par GRDF
"Commencer la saison avec un titre ça t'apporte de la confiance"
Soana Lucet, coéquipière de Caroline Hériaud en club à la Roche Vendée Basket, a remporté l'Open de France 3x3 à Nantes pour sa première participation. Intégrée parfaitement à l'équipe et dé...
Triplé inédit pour Las Campeonas
Caroline Heriaud, Marié Mané, Victoria Majekodunmi et Soana Lucet ont remporté samedi à Nantes l'Open de France 3x3, présenté par GRDF. Las Campeonas est devenue la premi...
L'art de rebondir
Découvrez les petites histoires qui font la grande histoire de la Ligue Féminine de Basket depuis 1998. Soana Lucet, seule basketteuse néo-calédonienne à avoir percé dans le m...
Roche Vendée y est presque
Pour sa première saison européenne, la formation vendéenne a son destin en mains à la veille de la dernière journée de la saison régulière. Les partenaires de Marielle Amant affrontent Liège mercredi et une victoire les qualifierait pour le tour suivant. En Euroligue, Bourges se rend à Eka...
Solide comme La Roche
Les Vendéennes du RVBC ont dominé Charleville-Mézières ce samedi à l'occasion de la 7ème journée de Ligue Féminine. Dans le même temps, Nantes Rezé s'est imposé au forceps sur le parquet de...

"Commencer la saison avec un titre ça t'apporte de la confiance"

Corps: 

"C'était ma première expérience 3x3. Pour une première, d'avoir été jusqu'au bout c'est quand même quelque chose d'extraordinaire". Soana Lucet a intégré l'effectif des Las Campeonas, déjà double vainqueur en titre de l'Open de France (2018 et 2019), en vue d'un troisième sacre. Nouvelle venue dans une team qui joue ensemble depuis quelques années maintenant, la rookie avait quelques aprioris concernant la pratique : "Caro m'avait déjà parlé du 3x3 et c'est vrai que bêtement j'avais dit non ça ne m'intéresse pas. Ce qui me faisait peur c'est le terrain. Je me suis dit que j'allais me faire mal et je n'ai plus 20 ans." Mais sa coéquipière en club a vu en elle la valeur ajoutée qu'elle pouvait apporter à l'équipe et ne va pas la lâcher : "En fait avec le COVID-19 je n'ai pas pu rentrer en Nouvelle-Calédonie et tout l'été on s'est entrainées ensemble avec Caro. Elle m'a parlé une première fois de l'Open de France et je lui ai dit non ce n'est pas pour moi. Puis elle cherchait quelqu'un et elle est revenue à la charge deux semaines après et elle m'a dit Soana t'es sûre ? Tu sais ça pourrait t'apporter une expérience, tu pourras voir comment ça se passe, ça pourrait t'aider dans ton jeu perso aussi. Je lui ai dit bon écoute physiquement je suis prête et c'est vrai qu'au final tu n'as pas tort, pourquoi pas essayer. J'ai dit d'accord."

La joueuse de la Roche Vendée Basket, qui n'avait encore jamais pu s'essayer au 3x3 ressort de cette expérience convaincue : "Le demi-terrain, le fait de jouer vite, devoir lire tout de suite la situation, ne pas se poser de questions, j'ai vraiment kiffé. Caro m'avait brieffé étant donné que j'avais quand même des pros du 3x3 avec moi. Elle m'avait expliqué que t'as 2-3 secondes max pour analyser si tu peux jouer le 1 contre 1 sinon c'est de la lecture de jeu. Il faut couper, faire des appels, lire les espaces. Le but étant de marquer un panier facile le plus vite possible et de derrière être prête à défendre. Ce côté-là, j'ai vraiment kiffé."

Vainqueur de l'Open de France 2020 avec 5 victoires en 5 matches, Soana Lucet remercie sa coéquipière en club et maintenant en 3x3 de l'avoir poussée : "Je ne regrette pas du tout. Comment pourrais-je regretter ? Nantes, c'était magnifique. J'avais déjà été voir le Grand Éléphant sur l'Île des Machines mais le fait de jouer devant c'était extraordinaire. Parfois quand je regardais les autres matches, je voyais l'éléphant passer derrière et c'était vraiment magique. Franchement je trouve que le spot a vraiment été bien choisi." Une Soana comblée tant sur le plan émotionnel que sportif : "On a commencé les entraînements collectifs avec le RVBC et le fait d'avoir remporté l'Open de France m'a apporté un boost. Le fait de commencer la saison avec un titre ça t'apporte de la confiance. Ca m'a aussi rappelé que je pouvais un peu jouer au poste."

La tâche était délicate pour la joueuse néo-calédonienne qui s'ajoutait à un effectif qui avait déjà beaucoup prouvé sur le circuit. Cependant Soana avait, selon elle, la meilleure aide pour partir au combat : des coéquipières expérimentées et douées en 3x3 : "Comme elles s'y connaissent vraiment, on a l'impression que c'est facile. Elles se connaissent donc tu vois qu'il y a une osmose. Je trouve que les trois filles avec lesquelles j'ai joué (Marie Mané, Victoria Majekodunmi et Caroline Hériaud) sont les meilleures. Je suis encore une novice, mais je les ai trouvées vraiment fortes." De plus, sa relation et le fait qu'elle joue en club avec Caroline Hériaud a grandement facilité les choses : "Caro je la côtoie tous les jours. Depuis le mois de mai on s'entraîne ensemble. Avec Caro c'est facile, donc je savais quand je la regardais que soit elle allait tirer et je devais suivre au rebond, soit je devais venir lui faire écran ou switcher."

Un premier titre, une première expérience : assez pour avoir fait naître une passion et la revoir prochainement sur un terrain 3x3 ? "Je ne ferme pas de portes. Je me dis que si j'ai la possibilité de revenir, bon ça dépendra si les filles veulement me reprendre, mais franchement pourquoi pas ! J'ai vraiment apprécié. J'ai passé un bon moment donc tant que physiquement je suis ok, je ne vois pas pourquoi je ne reviendrais pas. Si les filles me réinvitent je pourrais être de nouveau une Las Campeonas l'année prochaine." Une envie décuplée par le fait de rendre fier sa famille : "Je suis fière d'être la première néo-calédonienne à gagner l'Open de France 3x3. Je sais que ma mère qui me suit à fond s'est levée à 3 heures du matin. Elle se levait toutes les 2 heures pour regarder mes matches. Elle me disait tu me dis quand se déroule le prochain match. Elle était vraiment à fond et les rendre fiers, ça me fait plaisir."

Il faudra donc redoubler de talent à l'Open de France 2021 pour tenter de barrer la route du four-peat au triple vainqueur en titre. Déjà très à l'aise sur le circuit Superleague 3x3 depuis trois ans, Las Campeonas semble avoir trouvé en Soana une corde de plus à son arc.

Revoir la finale femme de l'Open de France 2020 :

Catégorie: 
Surtitre: 
SUPERLEAGUE 3x3 présentée par GRDF
Auteur: 
Ulysse Chedhomme/FFBB
Date d’écriture: 
Vendredi, 21. Août 2020
Vignette: 
Catégorie 2: 
Chapeau: 
Soana Lucet, coéquipière de Caroline Hériaud en club à la Roche Vendée Basket, a remporté l'Open de France 3x3 à Nantes pour sa première participation. Intégrée parfaitement à l'équipe et décisive pendant la compétition, elle revient sur sa belle première expérience 3x3.
crédit: 
BACOT/FFBB
Pour Newsletter: 

Triplé inédit pour Las Campeonas

Corps: 

Toulouse (2018), La Rochelle (2019) et maintenant Nantes, rien ne résiste à Las Campeonas qui plane sur le basket 3x3 français. Les partenaires de Caroline Heriaud n'ont laissé aucune chance à la concurrence au Parc des Chantiers, cadre majestueux de l'édition 2020. Deux victoires autoritaires en phase de poule (14-4 puis 21-8) ont hissé le quatuor estampillé LFB en quarts de finale.

Rennes des Neiges (18-11) puis 3nity en demi-finale (19-11) n'ont pas été en mesure de stopper la machine Las Campeonas. L'autre finaliste, Junko, avec Hortense Limouzin, Maeva Djaldi-Tabdi, Noémie Brochant, Maud Stervinou, pouvait nourrir de grosses ambitions après avoir éliminé l'un des favoris (15-13), Poitiers Medley (Mamignan Touré, Clarince Djaldi-Tabdi, Marie-Eve Paget, Eva Marsac).

Porté par une Caroline Heriaud en feu et désignée MVP, Las Campeonas a rapidement éteint tout suspense. Le score est sévère mais logique (21-12) tant la domination des partenaires de Soana Lucet, qui découvrait le 3x3 en remplacement d'Assitan Koné, membre historique de l'équipe, a été totale lors de magnifique cette journée nantaise.

Catégorie: 
Surtitre: 
Ligue Féminine - Basket 3x3
Auteur: 
Arnaud Dunikowski
Date d’écriture: 
Lundi, 3. Août 2020
Vignette: 
Catégorie 2: 
Chapeau: 
Caroline Heriaud, Marié Mané, Victoria Majekodunmi et Soana Lucet ont remporté samedi à Nantes l'Open de France 3x3, présenté par GRDF. Las Campeonas est devenue la première équipe à graver trois fois de suite son nom au palmarès.
Social_posts: 
<iframe width="560" height="315" src="https://www.youtube.com/embed/QBKo_ANs_hE" frameborder="0" allow="accelerometer; autoplay; encrypted-media; gyroscope; picture-in-picture" allowfullscreen></iframe>
Pour Newsletter: 

L'art de rebondir

Corps: 

Née en 1987 à Nouméa, Soana Lucet découvre le basket sur le tard : "J'avais 15 ans. Ca a commencé lors de ma première année de lycée, on allait jouer lors des intercours. Quand je suis rentrée, j'ai dit à ma mère que j'aimerais bien aller dans un club. Le club près de chez moi s'appelle l'AS 6ème donc j'ai commencé là-bas". Pour continuer à vivre son rêve, elle doit quitter son île mais très peu de basketteurs néo-calédoniens ont franchi ce cap et encore moins chez les filles. "Ça ne se faisait pas. On m'avait dit que je pouvais peut-être aller en N3 mais il n'y avait rien de concret. Je devais prendre mes valises, aller en France où je ne connaissais personne et partir à l'aventure", raconte l'ailière.

Finalement repérée par un coach américain lors d'un tournoi en Nouvelle-Zélande, Soana Lucet fait le grand saut pour les États-Unis où elle intègre le College of Southern Idaho en 2007. Elle y passe deux ans et demi, notamment pour y apprendre l'anglais, et découvre la vie universaire au pays de l'Oncle Sam : "J'arrivais de mon île où l'on joue sur du goudron. Quand il pleut on ne peut pas s'entraîner. J'avais déjà joué sur des terrains en parquet mais quand je vois la machine à shoots, le campus... C'est le rêve américain, grandiose" , se souvient Lucet. Elle rejoint ensuite l'Université d'Arizona où elle compile 12,9 points et 6,1 rebonds lors de ses deux saisons sous le mailot des Wildcats.

Non draftée en WNBA, elle lance sa carrière professionnelle en France, à Arras en 2011. "C'était le premier truc concret que j'ai eu donc j'ai dit ok".  L'aventure chez les Demoiselles tourne court et après seulement huit matches (2,3 points), elle doit déjà faire ses valises. "Ça a été très dur, je ne savais pas comment ça se passait, le business. Je l'ai vécu comme un échec, il faut aussi savoir que j'étais blessée. En plus j'étais loin de tout, seule". Elle prend la direction de Braine (Belgique) où elle donne satisfaction et reste une saison supplémentaire. Elle retente sa chance en Ligue Féminine, à Angers, en 2013.

Les choses ne se passent pas comme prévu puisqu'elle ne joue que 13 matches et doit à nouveau s'éloigner du championnat français : "Je pense qu'on ne se convenait pas mutuellement. Comme le basket est une passion, je me suis toujours dit que si je n'étais pas heureuse, je ne resterais pas dans une telle situation". Elle se relance en Allemagne, à Fribourg puis Wasserburg, décroche des titres (deux championnats et deux coupes nationales) et joue l'Eurocoupe. Dans un championnat "qui est l'équivalent du haut de tableau de la LF2", Soana Lucet retrouve ses sensations. Angers, qui entre-temps a été relégué et a changé d'entraîneur, lui donne une nouvelle chance : "Je ne m'attendais pas à ce qu'on me rappelle même si les dirigeants m'ont toujours appréciée. Le projet sportif m'intéressait et j'avais deux amies, Isis Arrondo et Camille Aubert, qui y étaient. Je n'ai pas hésité même si c'était en Ligue 2".

Ses performances attirent l'oeil du voisin Roche Vendée qui a réussi son baptême en LFB (10e). Elle s'engage en faveur des Tigresses à la rentrée 2018 pour une troisième tentative en Ligue Féminine. Cette fois c'est la bonne, la Néo-Calédonienne trouve sa place dans l'effectif vendéen (10,8 points et 5,1 rebonds) et participe activement à la belle saison du RVBC (5e) qui se qualifie pour l'Eurocoupe. Lors de l'exercice 2019-2020, ses statistiques ont peu bougé (9,0 points et 5,4 rebonds), signe d'une stabilité enfin trouvée en France. "L'environnement n'était pas favorable pour moi à l'époque. Là je me retrouve bien dans ce que Manu (Body) et Jacky (Moreau) proposent, c'est pour ça que ça fonctionne" , analyse celle qui jouera sa troisième saison consécutive en Vendée en septembre prochain. De là à finir sa carrière sur les rives de l'Yon ? "Je me sens bien ici, je suis bien entourée, on a bon petit groupe. Pour l'avenir je ne sais pas, j'ai appris vite dans mes premières années que c'est du business. Si la saison prochaine je ne fais pas le taf, le RVBC ne sera pas favorable à ce que je resigne. C'est comme ça, c'est le business et maintenant j'en suis consciente, je sais comment ça se passe".

Installée dans une équipe de Ligue Féminine, Soana Lucet a atteint son rêve de devenir une basketteuse professionnelle, la première issue de Nouvelle-Calédonie. Quand elle retrouve son île, une fois par an l'été, elle fait forcément la fierté des jeunes filles qui ont désormais un modèle à suivre : "Je suis beaucoup sollicitée par mon club, l'AS 6ème. Il m'a toujours soutenue, c'est une famille. Je fais les entraînements des filles, elles me posent plein de questions, j'essaye de partager le peu de savoir que j'ai". Et beaucoup de persévérance.

Catégorie: 
Surtitre: 
La petite histoire de...Soana Lucet
Auteur: 
Par Arnaud Dunikowski
Date d’écriture: 
Mercredi, 10. Juin 2020
Vignette: 
Catégorie 2: 
Chapeau: 
Découvrez les petites histoires qui font la grande histoire de la Ligue Féminine de Basket depuis 1998. Soana Lucet, seule basketteuse néo-calédonienne à avoir percé dans le milieu professionnel, s'est relevée de deux échecs en LFB en 2011 et 2013 pour devenir un pilier de Roche Vendée.
Pour Newsletter: 

Roche Vendée y est presque

Corps: 

Euroligue féminine - Journée 6

Mercredi 4 décembre

Ekaterinbourg (RUS) - Bourges / 15h - FIBA TV
Requinquées par trois victoires consécutives, les Berruyères s'attaquent à l'Everest du basket européen, Ekaterinbourg. L'édifice russe s'est légèrement fissuré la semaine dernière puisque les partenaires d'Emma Meesseman ont été battues par Riga. Il faudra un Bourges au plus que parfait pour espérer quelque chose dans le froid de l'Oural.

Lattes Montpellier - Fenerbahce (TUR) / 20h - FIBA TV
Troisième du groupe B, le BLMA reçoit le leader Fenerbahce et son phénomène Alina Iagupova (championne LFB avec Villeneuve d'Ascq en 2017). L'Ukrainienne est la meilleure marqueuse de la compétition (20.2pts/match) juste devant la Gazelle Stephanie Mavunga (19.9). De quoi faire des étincelles et offrir un match de gala aux spectateurs.

Jeudi 5 décembre

Lyon - Gdynia (POL) / 20h - FIBA TV
Au coeur d'une mêlée à 5 dans le groupe B (2v-3d), Lyon serait bien inspiré de battre Gdynia jeudi soir pour garder le contact avec le podium. La formation polonaise tourne grâce au duo Allen (14.5pts) - Guelich (12.8pts) et reste sur un succès de prestige à Sopron. Un match à ne pas prendre à la légère pour les Lionnes.

Eurocoupe féminine - Journée 6

Pour la dernière journée de la saison régulière, Basket Landes va tenter de rester invaincu et ainsi filer au Top 16 sans passer par le tour préliminaire des playoffs. Les Landaises accueillent Miskolc qu'elles avaient battu au buzzer en Hongrie. Dans le groupe J, Roche Vendée et Charleville-Mézières se qualifieront en cas de victoire contre Liège et Fribourg. Si les Flammes venaient à perdre, il y aurait alors une égalité à trois (4-2), avec 2 victoires et 2 défaites dans les confrontations directes. Il faudra donc sortir la calculatrice mais avec une différence actuelle de +103 et +27 (contre -34 pour Fribourg), les Flammes et les Tigresses devraient s'en sortir.

Mercredi 4 décembre
Basket Landes - Miskolc (HUN) / 20h - NoA (direct web et box*)
Liège (BEL) - Roche Vendée

Jeudi 5 décembre
Fribourg (SUI) - Charleville-Mézières / 19h30

*Orange 339 / SFR 455 / Free 326 / Bouygues 337

Catégorie: 
Surtitre: 
Coupes d'Europe féminines
Auteur: 
Arnaud Dunikowski (LFB)
Date d’écriture: 
Mardi, 3. Décembre 2019
Vignette: 
Catégorie 2: 
Chapeau: 
Pour sa première saison européenne, la formation vendéenne a son destin en mains à la veille de la dernière journée de la saison régulière. Les partenaires de Marielle Amant affrontent Liège mercredi et une victoire les qualifierait pour le tour suivant. En Euroligue, Bourges se rend à Ekaterinbourg, Lattes Montpellier reçoit Fenerbahce et Lyon accueille Gdynia.

Solide comme La Roche

Corps: 

Ligue Féminine - Journée 7

Mondeville - Nantes Rezé 64-65 / Revoir le match
Au bon premier quart-temps normand (20-15), les Déferlantes ont répondu par un 22-10 leur permettant de mener à mi-parcours (30-37). Très en vue, Briana Day (18pts, 14rbds) n'a pas pu empêcher le retour de l'USOM, porté par son duo canadien Gaucher (24pts) - Thorburn (8pts, 11 passes). Les locales ont eu plusieurs munitions pour l'emporter mais les tirs mondevillais n'ont jamais trouvé la cible. Nantes Rezé peut souffler.

Roche Vendée - Charleville-Mézières 88-71 / Revoir le match
Si le premier acte a été en faveur des Flammes (19-25, 10'), les 20 minutes qui ont suivi ont été à sens unique pour le RVBC. Emmené par Uju Ugoka (24pts), Soana Lucet (18pts) et Mariame Dia (15pts), la formation vendéenne a surclassé son adversaire (70-51, 30'). Un écart qui a tenu jusqu'au bout et qui permet à Roche Vendée de passer devant les Ardennaises au classement. Coté Carolo, Amel Bouderra (19pts, 5 passes) et Haley Peters (12pts) ont perdu 6 balles chacune.

Dimanche 2 décembre
Villeneuve d'Ascq - Lattes Montpellier / 15h00 - LFB TV
Saint-Amand - Bourges / 15h30 - LFB TV
Landerneau - Lyon / 16h30 - LFB TV
Basket Landes - Tarbes / 17h00 - LFB TV

Catégorie: 
Surtitre: 
LFB - Journée 7
Auteur: 
Arnaud Dunikowski (LFB)
Date d’écriture: 
Samedi, 1. Décembre 2018
Vignette: 
Catégorie 2: 
Chapeau: 
Les Vendéennes du RVBC ont dominé Charleville-Mézières ce samedi à l'occasion de la 7ème journée de Ligue Féminine. Dans le même temps, Nantes Rezé s'est imposé au forceps sur le parquet de Mondeville qui reste lanterne rouge. Dimanche, 4 matches sont au programme dont le derby du Sud Ouest entre Basket Landes et Tarbes.
S'abonner à RSS - Soana Lucet