Turquie

Préparation Coupe du Monde 2019
Une base de travail
L’Equipe de France a débuté, à Pau, sa série de matches amicaux par une défaite face à la Turquie (69-74)
Première esquisse
L’Equipe de France affronte la Turquie lundi soir à Pau (20h30). La première rencontre de préparation sur la route de la Coupe du Monde.
La France s'incline face à la Turquie
A Rennes, les joueuses de l’Equipe de France s’inclinent lors de leur 3e match de préparation, face à la Turquie 65-74. Maladroites et dominées défensivement les joueuses de V...
Sur courant alternatif
Lors du tournoi de Sakarya qui se déroulait cette semaine en Turquie, l'Equipe de France U16 masculins a eu du mal à faire preuve de régularité. En enregistrant 2 victoires et 3 défaites lors de leur premier rendez-vous international, les jeunes tricolores ont cependant laissé entrevo...
Un barrage bien négocié
Les Bleues ont parfaitement négocié leur rendez-vous avec la Turquie en barrages. Sérieuses du début à la fin, les coéquipières de Sandrine Gruda (20 points) ont validé leur billet pour les quarts de...
Ça passe ou ça casse
La défaite face au Canada hier mardi (71-60) a privé les Bleues d’une place dire...
Les U20 enchaînent à Istanbul
Garnier sacrée en Turquie
Valérie Garnier rejoint Fenerbahçe

Pages

Une base de travail

Corps: 

Thomas Heurtel, Evan Fournier, Nicolas Batum, Adrien Moerman et Rudy Gobert. C’est le cinq majeur cinq étoiles que Vincent Collet a aligné pour lancer la campagne 2019 de l’Equipe de France. Ce qui se fait de mieux en NBA et en Euroleague réuni sous le maillot bleu. Une escouade clinquante mais encore en phase de réglages. Quelques balles échappées, des lancers égarés, des difficultés à suivre le shooteur Mahmutoglu dans ses slaloms entre les écrans en étaient les signes, même si l’adresse d’Adrien Moerman permettait aux Bleus de rester dans le sillage de la Turquie (15-17). En ouvrant son banc, Vincent Collet trouvait un duo Vincent Poirier-Louis Labeyrie séduisant et efficace. Les anciens compères de Levallois initiaient un 7-0 en trois minutes pour clore le quart-temps et virer en tête.

La suite était plus poussive, la France ne parvenant à inscrire qu’un seul panier en six minutes. Une longue disette finalement stoppée par Thomas Heurtel mais qui illustrait les difficultés tricolores à réciter leurs systèmes offensifs. Un côté du terrain qui n’était pas la priorité de Vincent Collet pour cette première sortie. Avec les NBAers Korkmaz et Osman tenus à 4/15 aux tirs les efforts défensifs s’avéraient plutôt convaincants mais quelques balles perdues supplémentaires (11 à la pause) offraient des paniers faciles aux Turcs qui rentraient aux vestiaires avec une longueur d’avance (33-34).

L’Equipe de France faisait ensuite un peu mieux vivre la balle mais au détriment de son intensité défensive. Korkmaz et Osman retrouvaient quelques libertés et le staff technique avait tôt fait de rappeler les spécialistes Gobert et Ntilikina pour changer le ton. Opération réussie et facilitée par la sortie des deux principales menaces d’Ufuk Sarica. Une éclaircie insuffisante pour faire un écart (53-48), le maigre matelas disparaissant aussi vite qu’il était apparu. La faute aux shooteurs turcs, parfaitement mis en valeur par des systèmes bien exécutés et pas assez contestés par des Bleus qui encaissaient un violent 15-3 (56-63). La pluie de tirs de loin ne s’arrêtait plus de tomber. Pas assez pour rafraîchir un Palais des Sports écrasé par la chaleur mais suffisante pour mettre au pas une Equipe de France qui a désormais 48 heures pour recharger les batteries et hausser le ton mercredi soir à Toulouse, contre la Tunisie.

Turquie bat France  74-69

Réactions
Rudy Gobert : "Il y a du bon et du mauvais. C'est une équipe qui joue bien au basket même si ils ont des absents. Ils ont bien bougé la balle. Ils se sont bien sentis et quand tu te sens bien, les tirs rentrent. Nos pertes de balle leur ont permis de prendre confiance. Personnellement je me sens bien. Collectivement on doit trouver notre groove en attaque avec des joueurs qui n'ont pas le même rôle qu'en club. Mais je ne suis pas inquiet."

Vincent Collet : "Je pense que nous avons été globalement dominés. Ils ont été meilleurs et surtout exactement dans ce qu'ils voulaient faire : jouer longtemps, utiliser les écrans. Plusieurs fois les shooteurs sont sortis avec de l'avance alors que nos écrans , de notre côté, étaient insuffisants. C'est un premier match qui nous permet de voir ce qui a été travaillé. En attaque nous devons être plus rigoureux pour utiliser l'espace et trouver par exemple Rudy Gobert près du cercle. Il y avait des efforts mais souvent gâchés par de petites erreurs et un relâchement au rebond offensif. Certaines séquences ont été vraiment bonnes et des joueurs ont montré des choses. Mais collectivement nous devons faire mieux. Le groupe restera inchangé à Lyon et nous ne sommes pas pressés quant à la constitution du groupe. Parfois c'est une bonne chose de se faire piquer d'entrée."

Surtitre: 
Préparation Coupe du Monde 2019
Date d’écriture: 
Lundi, 5. Août 2019
Vignette: 
Chapeau: 
L’Equipe de France a débuté, à Pau, sa série de matches amicaux par une défaite face à la Turquie (69-74)
crédit: 
Julien Bacot/FFBB

Première esquisse

Corps: 

Après une semaine intense d’entraînements, l’Equipe de France disputera le premier de ses huit matches amicaux avant le début de la Coupe du Monde face à la Turquie. Un adversaire éliminé, comme les Bleus, en huitièmes de finale du dernier EuroBasket.

Coachés par l’ancien international Ufuk Sarica, les Turcs peuvent compter sur 3 de leurs 4 stars NBA, le nouveau pivot des Celtics, Enes Kanter, étant persona non grata au pays du fait de ses prises de position politiques. La sélection est emmenée par le shooteur Furkan Kormaz (22 ans, Sixers) et le très complet Cedi Osman (24 ans, Cavaliers). Le vétéran Ersan Ilyasova (32 ans, Bucks) effectue son retour à l’intérieur. Une nécessité tant le basket turc peine à se renouveler dans un contexte où les joueurs locaux ont peu de place pour s’exprimer dans les clubs les plus huppés, Fenerbahçe et Anadolu Efes, tous les deux présents au Final Four de l’Euroleague. A l’Anadolu, le meilleur marqueur turc dans la compétition reine et seul membre de la rotation était le 10e homme Dogus Balbay (2,0 pts par match). Au Fenerhahçe, Melih Mahmutoglu se sent bien seul dans son rôle de tireur d’élite (5,6 pts).

Mais l’identité de ses adversaires importe cependant peu à l’Equipe de France. Le match de lundi vient à la fois comme une récompense pour des joueurs qui n’ont pas ménagé leur peine à l’entraînement et comme une base de travail pour le staff. "C’est un moment toujours important dans une préparation", note Vincent Collet. "C’est un démarrage qui donne des enseignements sur le travail effectué. Je souhaite avoir des informations sur notre niveau défensif. On ne fera pas de scouting pour les joueurs. Volontairement. Pour les obliger à travailler sur nos principes et sur la communication. Les informations que nous allons recueillir vont nous permettre de construire les prochaines séances. Même si l’impression laissée est bonne il y aura matière à travailler."

Depuis son installation à Pau comme camp de base, la France a systématiquement lancé ses campagnes par une victoire. Parfois dans les grandes largeurs (+62 contre le Canada en 2011), parfois de manière plus poussive (+14 contre la Tunisie en 2017). "Parfois ces rencontres peuvent être trompeuses. Les joueurs ont envie d’être bons, de briller. Demain l’adversité sera forte ce qui est une bonne chose", estime Vincent Collet qui devra se passer de Nando De Colo et Axel Toupane, qui n’ont pas participé aux entraînements cette semaine, tandis que Mathias Lessort a été ménagé hier et aujourd’hui suite à une légère entorse de la cheville.

Le programme du tournoi de Pau-Toulouse :
Lundi 5 août - Palais des Sports de Pau - 20h30 : France-Turquie | billetterie 
Mardi 6 août - Palais des Sports de Pau - 19h00 : Tunisie-Turquie | billetterie
Mercredi 7 août - Palais des Sports de Toulouse - 20h30 : France-Tunisie | billetterie

Toutes les infos sur la préparation à la Coupe du Monde ici

 

Surtitre: 
Team France Basket - Préparation Coupe du Monde 2019
Auteur: 
Julien Guérineau/FFBB
Date d’écriture: 
Dimanche, 4. Août 2019
Vignette: 
Chapeau: 
L’Equipe de France affronte la Turquie lundi soir à Pau (20h30). La première rencontre de préparation sur la route de la Coupe du Monde.
Social_posts: 
<blockquote class="twitter-tweet"><p lang="fr" dir="ltr">[COUPE DU MONDE 2019] Premier match de préparation : <br>FranceTurquie ce soir<br>20h30 à Pau<br><br><a href="https://t.co/N2Lder1Kmd">https://t.co/N2Lder1Kmd</a><br><br>Prêts à soutenir les Bleus ?<a href="https://twitter.com/hashtag/TeamFranceBasket?src=hash&amp;ref_src=twsrc%5Etfw">#TeamFranceBasket</a> <a href="https://twitter.com/hashtag/Coupedumonde?src=hash&amp;ref_src=twsrc%5Etfw">#Coupedumonde</a> <a href="https://twitter.com/hashtag/Equipedefrance?src=hash&amp;ref_src=twsrc%5Etfw">#Equipedefrance</a> <a href="https://twitter.com/hashtag/basketball?src=hash&amp;ref_src=twsrc%5Etfw">#basketball</a> <a href="https://twitter.com/hashtag/FIBAWC?src=hash&amp;ref_src=twsrc%5Etfw">#FIBAWC</a> <a href="https://t.co/LO9RKLYbY5">pic.twitter.com/LO9RKLYbY5</a></p>&mdash; Team France Basket (@FRABasketball) <a href="https://twitter.com/FRABasketball/status/1158281466746478592?ref_src=twsrc%5Etfw">August 5, 2019</a></blockquote> <script async src="https://platform.twitter.com/widgets.js" charset="utf-8"></script>

La France s'incline face à la Turquie

Corps: 

Les Tricolores connaissent une entame plus que délicate. En panne d’adresse et dominées au rebond, les joueuses de Valérie Garnier subissent et prennent un premier éclat dans le premier quart-temps : 13-21.

La défense de zone très agressive des Turques continue d’annihiler le jeu d’attaque des Bleues. Les nombreux changements sont sans effet immédiat et l’écart gonfle (15-32, 17 pts de retard à la 15e !). Il faut alors un tir à 3 pts de Marine Johannes pour stopper un fâcheux 0/8 à 3 pts, bien suivi par Sara Chevaugeon, pour ramener les françaises à 11 longueurs à 4’46 de la pause : 21-32. Plus en place défensivement et avec un meilleur rythme, la France fait enfin jeu égal et rejoint les vestiaires avec seulement 8 pts de retard, grâce notamment à un tir au buzzer, façon Marine Johannes (qui termine meilleure marqueuse de la rencontre avec 15 pts, 4 rebonds et 3 passes en 28 min), à 3 pts : 29-37.

En 3e période la défense turque est de nouveau en place et l’adresse semble de nouveau échapper aux Tricolores qui peinent à scorer alors que tout semble plus facile pour les coéquipières d’Alben, qui reprennent le large à la fin du 3e quart : (+14) 43-57.

Dans l’ultime période, malgré son retard au score conséquent, la France ne lâche rien. Les Bleues se battent sur toutes les balles à l’image d’Olivier Epoupa, auteure d’une action d’éclat sur interception. Malgré un rapprochement dans les dernières minutes la maîtrise est Turque ce soir et la France s’incline pour la première fois dans cette préparation sur le score de 65 à 74.

L’intérieure Turque, Kiah Stokes est élue MVP Pierre Lannier de cette rencontre (10 pts en 25 min - 5/7 aux tirs - 10 rebonds) 

France - Turquie : 65 à 74 (Glaz Arena : 3212 spectateurs)

Valérie Garnier, entraîneur de l'Equipe de France féminine : "Comme je l’ai dit aux joueuses, on a oublié nos valeurs ce soir. On n’a pas été efficace dans notre sélection de tirs. Ils faut retrouver notre identité, celle qu’on a essayé de mettre en place depuis le début de la préparation. Il faut retrouver des ressources défensives et notamment aux rebonds où Stokes nous a dominé. On a été gênée par leur alternance défensive. C’est la première fois depuis le début de la préparation qu’on est en difficulté. C’est un avertissement mais ce match doit rester une piste de travail intéressante."

Marine Johannès : "On a déjoué ce soir, ce n’était pas l’Ukraine en face. On n’a pas fait un bon match mais c’est mieux que ça arrive maintenant que pendant l’Euro.
Notre sélection de shoot n’était pas bonne, avec beaucoup de tirs compliqués, pas dans le bon timing. Les Turques font un bon match mais nous nous sommes mises toutes seules en difficulté."

 

Serbie - Russie : 67-76
Lors de la première rencontre du tournoi de Rennes, c’est la Russie qui l’emporte face à la jeune équipe Serbe : 76-67. Après avoir pris un bon départ les joueuses de Vladan Cubric se laissent remonter par la Serbie de Marina Maljkovic qui prend 7 longueurs d’avance à la pause sur un tir au buzzer : 42-35. En seconde mi-temps les Russes font la différence sur de l’adresse et sur l’agressivité offensive, qui offre un nombre important de lancers-francs (24/27) et permet à la Russie de l’emporter de 9 points.

Samedi 15 juin, la France jouera à 20h30 contre la Russie. 18h00 : Serbie / Turquie

Billetterie : cliquez ici

Surtitre: 
Equipe de France féminine - Prépa Euroféminin
Auteur: 
Fabrice Canet / FFBB sur place à Rennes
Date d’écriture: 
Vendredi, 14. Juin 2019
Vignette: 
Catégorie 2: 
Chapeau: 
A Rennes, les joueuses de l’Equipe de France s’inclinent lors de leur 3e match de préparation, face à la Turquie 65-74. Maladroites et dominées défensivement les joueuses de Valérie Garnier devront réagir demain face à la Russie à 20h30 à la Glaz Arena de Cesson-Sévigné.

Sur courant alternatif

Corps: 

Un premier match et une belle première victoire contre la Serbie, une victoire que les Français ont été chercher. En début de rencontre, ils ont été malmenés par des Serbes plein de lucidité (11-1). En s'appuyant sur des rotations efficaces, Bernard Faure a réussi à donner un nouveau souffle à ses troupes plus présentes au rebond. L'écart se réduit peu à peu (51-51, 30'). Impactants physiquement, les Français ont pris finalement le dessus sur leur adversaire après n'avoir mené au score que pendant les 9 dernières minutes de la rencontre. De bon augure pour la suite.

Face à une équipe de Turquie euphorique, la France n'a pas pu rivaliser. Maladroits dans le tir extérieur et aux lancer-francs, les hommes de Bernard Faure n'ont pas de solution à proposer face à l'abattage d'Abembona et ses partenaires qui ont fait le show pour le plus grand plaisir des spectateurs. Malgré une réelle envie, la France n'a pas trouvée de solutions, l'écart n'a cessé d'augmenter et les fautes se sont multipliées. A la fin l'écart est important (-33) mais ce match reste riche d'enseignements.

La France retrouvait la Turquie, mais ce sont les U15 qui se présentaient devant eux. Malgré leur jeune âge, ces joueurs sont pris très au sérieux après avoir battu la Croatie. Les Français sont appliqués malgré un début de match accroché. Adroits à trois-points (5/8), Bal et ses partenaires ont pris peu à peu à la mesure de leur adrversaire. Malgré quelques erreurs de jeunesse, les Bleus ont assuré en trouvant notamment un gros point d'ancrage dans la raquette offrant une vrai domination au rebond. Résultat, la France a empoché un large succès (110-49), bon pour la confiance.

Lors du quatrième jour de compétition, la France s'est faite surprendre par la Croatie. Battus par la Turquie U15, les Croates ont montré un tout autre visage et profité des approximations tricolores. Ivisic domine la raquette en première mi-temps. Relégués à 9 longueurs, les hommes de Bernard Faure réagissent collectivement et ont réussi à inverser la tendance en reprenant même l'avantage à quelques minutes de la fin du match (67-63). Quelques erreurs (22 balles perdues) et une défense délicate ont redonné confiance aux joueurs du drapeau à damier qui finissent par l'emporter 71 à 67.

Pour leur dernier match du tournoi, les Français ont rapidement été dépassés par des Ltuaniens bien emmenés par Butkus (18 points). A la mi-temps, l'écart est déjà conséquent (44-28), pourtant les joueurs de Bernard Faure ont bien tenté de réagir grâce notamment à Armel Traoré (8 points). Mais ce cinquième match en cinq jours semble laisser des traces et la fatigue se fait sentir, la Lituanie s'impose 75 à 56.

Points des Français

Nom Serbie Turquie Turquie U15 Croatie Lituanie Moy.
Meniandi 13 10 3 21 5 10,4
Y. Traoré 7 15 9 12 8 10,2
Bal 9 3 16 12 7 9,4
A. Traoré 6 2 15 0 8 6,2
Balfourier 4 4 10 5 6 5,8
Dessert 5 4 7 6 6 5,6
Dieng 0 0 14 5 7 5,2
Kasiama 9 2 12 0 2 5,0
Manet 8 2 8 2 3 4,6
Desseignet 7 0 6 3 2 3,6
Crespin 2 5 4 1 0 2,4
Rupert 2 0 6 0 2 2,0
Total 72 47 110 67 56 70,4

Du 28 janvier au 1er février : Tournoi de Sakarya (Turquie)
Lundi 28 janvier : France - Serbie : 72-66 - Revoir le match
Mardi 29 javiner : France - Turquie : 47-80 - Revoir le match 
Mercredi 30 janvier : Turquie U15 - France : 49-110 - Revoir le match
Jeudi 31 janvier : Croatie - France : 71-67 - Revoir le match
Vendrei 1er février : Lituanie - France : 75-56 - Revoir le match

Surtitre: 
Equipe de France U16 masculins
Date d’écriture: 
Vendredi, 1. Février 2019
Vignette: 
Chapeau: 
Lors du tournoi de Sakarya qui se déroulait cette semaine en Turquie, l'Equipe de France U16 masculins a eu du mal à faire preuve de régularité. En enregistrant 2 victoires et 3 défaites lors de leur premier rendez-vous international, les jeunes tricolores ont cependant laissé entrevoir une belle marge de progression. De bon augure pour l'Euro qui aura lieu en août prochain à Udine (Italie).

Un barrage bien négocié

Corps: 

Pas le temps de cogiter après le revers face au Canada que les Bleues sont de retour sur le parquet face à la Turquie dans un match de barrage délivrant un billet pour les quarts de finale de la Coupe du Monde. La partie commence par un mano a mano entre Sandrine Gruda et Quanitra Hollingsworth dans la raquette. À ce petit jeu, c'est la tricolore qui domine : elle marque les 10 premiers points français pour lancer la machine. Miyem dans la peinture et Bernies dans le corner confirment la bonne entame de match, alors qu'Hollingsworth a marqué à elle seule les 10 points turcs (19-10).

Les Tricolores poursuivent leur domination au rebond dans cette partie tandis que la défense reste hermétique face à une Turquie en grande difficulté pour trouver la faille. Ciak par deux fois, Bernies, Ayayi puis Chartereau passent un 10-0 pour commencer le 2e acte et asseoir la domination française. La Turquie sonne la révolte derrière l'arc par Senyurek, Alben et Yalcin mais Tchatchouang et Miyem répondent de l'autre côté. À la mi-temps, les Bleues ont fait la moitié du travail et mènent (38-27).

Comme la veille, les Françaises ratent leur retour sur le parquet. La Turquie passe un cinglant 7-0 qui oblige Valérie Garnier à prendre un temps-mort pour replacer ses troupes. Il faut la grinta de Gruda en attaque qui reprend son festival et un 2+1 réussi par Marine Johannes pour retrouver le chemin du filet. Après un temps faible en début de période, les Bleues ont retrouvé de l'allant et la 4e faute de Quanitra Hollingsworth change la physionomie du combat dans la raquette. Les intérieures françaises en profitent : Ciak par deux fois puis Chartereau concluent le 3e acte d'une Equipe de France qui a refait le trou (58-47).

Même distancée, la Turquie ne lâche rien à l'image de Canitez de loin et d'Hollingsworth encore à son avantage dans la raquette. Mais les Tricolores assurent l'essentiel en fin de partie, par Miyem sur une oeuvre collective initiée par Epoupa et Johannes. La Turquie a lâché : le coach est exclu après deux fautes techniques, son assistant qui le remplace est également averti, et Senyurek écope d'une faute antisportive. Concentrées, les Françaises ne se laissent pas impressionner et filent vers un succès mérité. La France se qualifie donc pour les quarts de finale de la Coupe du Monde 2018. Les joueuses de Valérie Garnier accèdent au Top 8 du rendez-vous planétaire pour la cinquième fois d'affillée, et tenteront d'atteindre le dernier carré pour la première fois depuis 1953.

France bat Turquie : 78-61

Surtitre: 
Equipe de France féminine
Auteur: 
À Tenerife, Kévin Bosi (FFBB)
Date d’écriture: 
Mercredi, 26. Septembre 2018
Vignette: 
Catégorie 2: 
Chapeau: 
Les Bleues ont parfaitement négocié leur rendez-vous avec la Turquie en barrages. Sérieuses du début à la fin, les coéquipières de Sandrine Gruda (20 points) ont validé leur billet pour les quarts de finale où elles affronteront à la Belgique vendredi (horaire à déterminer).
crédit: 
(Crédit : Bacot/FFBB)
Social_posts: 
<iframe width="560" height="315" src="https://www.youtube.com/embed/XdiWL147Bng" frameborder="0" allow="autoplay; encrypted-media" allowfullscreen></iframe> <blockquote class="twitter-tweet" data-partner="tweetdeck"><p lang="fr" dir="ltr">Les Bleues sont en quarts de finale de la <a href="https://twitter.com/hashtag/FIBAWWC?src=hash&amp;ref_src=twsrc%5Etfw">#FIBAWWC</a> après leur succès face à la Turquie en barrages <a href="https://twitter.com/hashtag/FRATUR?src=hash&amp;ref_src=twsrc%5Etfw">#FRATUR</a> <a href="https://t.co/KUywDklMID">pic.twitter.com/KUywDklMID</a></p>&mdash; Equipe France Basket (@FRABasketball) <a href="https://twitter.com/FRABasketball/status/1045013078084120578?ref_src=twsrc%5Etfw">September 26, 2018</a></blockquote> <script async src="https://platform.twitter.com/widgets.js" charset="utf-8"></script>

Ça passe ou ça casse

Corps: 

La déception pouvait se lire sur les visages français à l’issue du revers canadien. Les Tricolores ont manqué une qualification directe pour les quarts de finale. Mais le chemin vers le podium ne s’arrête pas là. Une étape de plus se dresse sur la route bleue avec ce match de barrage contre la Turquie (3e de la poule B avec 1 victoire et 2 défaites).

Quatrièmes du dernier Mondial en 2014 qu’elles avaient joué chez elles, les Turques ont perdu de leur superbe ces dernières années. Cinquièmes l’an dernier à l’Euro, sixièmes aux Jeux de Rio 2016, les médailles continentales de 2011 et 2013 sont très loin désormais. Le pays d’Asie mineure a donc entamé sa reconstruction autour d’une nouvelle génération, mais toujours entourée par des cadres comme Caglar ou l’emblématique meneuse Isil Alben, coéquipière d’Olivia Epoupa à Galatasaray cette saison. Moins attendue que par le passé, la Turquie n’en reste pas moins imprévisible et les Bleues devront monter la garde. Ce n’est pas Valérie Garnier, arrivée en cours de saison à Fenerbahçe pour sortir de sa torpeur le club et le conduire au titre de champion, qui dira le contraire, elle qui retrouvera d’ailleurs plusieurs de ses joueuses en club ce soir.

France-Turquie, à 18h30 en direct sur Canal + Sport

Surtitre: 
Equipe de France féminine
Auteur: 
À Tenerife, Kévin Bosi (FFBB)
Date d’écriture: 
Mercredi, 26. Septembre 2018
Vignette: 
Catégorie 2: 
Chapeau: 
La défaite face au Canada hier mardi (71-60) a privé les Bleues d’une place directe pour les quarts de finale de la Coupe du Monde. Mais la compétition est loin d’être terminée pour l’Equipe de France, qui dispute un barrage ce mercredi contre la Turquie (18h30 en direct sur Canal + Sport). Une nouvelle chance de rallier le Top 8.
crédit: 
(Crédit : Bacot/FFBB)
Social_posts: 
<blockquote class="twitter-tweet" data-partner="tweetdeck"><p lang="fr" dir="ltr"><br>Barrage pour les quarts de finale<br> 26.09.2018<br> 18h30<br> <a href="https://twitter.com/hashtag/FIBAWWC?src=hash&amp;ref_src=twsrc%5Etfw">#FIBAWWC</a> <br> Tenerife<br> Canal+Sport<br> <a href="https://twitter.com/hashtag/FRATUR?src=hash&amp;ref_src=twsrc%5Etfw">#FRATUR</a> <a href="https://t.co/ntcUUkwnqd">pic.twitter.com/ntcUUkwnqd</a></p>&mdash; Equipe France Basket (@FRABasketball) <a href="https://twitter.com/FRABasketball/status/1044894216655187968?ref_src=twsrc%5Etfw">September 26, 2018</a></blockquote> <script async src="https://platform.twitter.com/widgets.js" charset="utf-8"></script>

Les U20 enchaînent à Istanbul

Corps: 

Avec un bilan d'une seule victoire en Espagne face à l'Allemagne, les Bleuts de Jean-Aimé Toupane devront rectifié le tir dès demain lors du Tournoi d'Istanbul. En Turquie, Jean-Aimé Toupane s'appuiera sur un groupe de 14 joueurs. Absent en Espagne, le limougeaud Timothée Bazille retrouvera le groupe France alors qu'Adam Mokoka et Joshua MBalla ne sront pas du voyage.

Le groupe U20 masculins pour le tournoi d'Istanbul

NOM

Prénom

Date de naissance

Taille

Poste

Club

BAZILLE Timothée 15/05/1999 207 4-5 Limoges CSP

BLANC

Yanik

11/06/1999

189

2

POITIERS BASKET 86 (Pro B)

DESSEIGNET

Thibault

15/09/1998

182

1

JL BOURG BASKET

DIAWARA

Digué

03/10/1998

204

3 - 4

ASVEL LYON VILLEURBANNE

FEVRIER

Ivan

08/02/1999

204

4

LEVALLOIS METROPOLITANS

FLOSSE Matthias 06/12/1998 209 5 BCM GRAVELINES

GOUDOU-SINHA

Enzo

26/11/1998

183

1

SLUC NANCY BASKET (Pro B)

GOULMY Quentin 15/01/1998 207 4 SIG STRASBOURG
LORNG Christian 14/09/1998 203 4 HARGRAVE (HS, USA)

NDOYE

Abdoulaye

09/03/1998

199

2

CHOLET BASKET

RAMBAUT

Jules

06/04/1998

200

4 - 5

CHALONS-REIMS BASKET

TCHOUAFFE

Bathiste

19/05/1998

196

2

NANTERRE 92

VAUTIER

Bastien

15/11/1998

210

5

SLUC NANCY (Pro B)

WOGHIREN Warren 23/10/1998 213 5 CHOLET BASKET
Entraîneur: Jean-Aimé Toupane
Assistants: Laurent Vila, Dounia Issa
 
Tournoi de Barakaldo (Espagne) du 29 juin au 1er juillet 2018
Vendredi 29 Juin - 18h00 : France - Espagne : 48-54
Samedi 30 Juin - 20h00 : Sélection du Pays Basque - France : 74-60
Dimanche 1er Juillet - 10h30 : Allemagne - France : 50-72
 
Tournoi à Istanbul (Turquie) du 3 au 7 juillet 2018
Mardi 3 juillet - 14h00 : France -  Monténégro
Mercredi 4 juillet - 16h30 : Lituanie - France
Jeudi 5 juillet - 19h00 : Turquie - France
Vendredi 6 juillet -16h30 : France - Italie
Samedi 7 juillet - 13h00 : France - Serbie

Matches à suivre en live sur Youtube

Stage à Chemnitz (Allemagne) du 11 au 13 juillet 2018

 
Championnat d'Europe à Chemnitz (Allemagne) du 14 au 22 juillet 2018
Samedi 14 juillet à 20h15 : France - Croatie
Dimanche 15 juillet à 15h45 : Espagne - France
Lundi 16 juillet à 13h30 : Ukraine - France
Mercredi 18 juillet : Huitièmes de finale
Jeudi 19 juillet : Quarts de finale
Samedi 21 juillet : Demi-finales
Dimanche 22 juillet : Finale
Surtitre: 
Equipe de France U20 masculins
Date d’écriture: 
Lundi, 2. Juillet 2018
Vignette: 
Chapeau: 
Tout juste revenue après avoir disputé un tournoi en Espagne en demi-teinte, l'Equipe de France participera à partir de demain au tournoi international ''Turgut Atakol'' à Istanbul. Au programme : 5 matches en 5 jours face à des équipes européennes de premier ordre : Turquie, Italie, Monténégro, Lituanie et Serbie.
crédit: 
FIBA

Garnier sacrée en Turquie

Corps: 

Débarquée en Turquie fin mars, l'entraîneur des Bleues Valérie Garnier a réussi son pari. Alors que Fenerbahçe n'était pas au mieux en championnat et avait été sorti en quarts de finale de l'Euroligue, le club stambouliote a réagi et a terminé la saison sur les chapeaux de roue. Après avoir éliminé Besiktas en quart puis Hatay en demi-finale du championnat turc, les joueuses de Valérie Garnier ont réussi l'exploit de vaincre l'ogre Yakin Dogu en finale (3-1), club où évolue d'ailleurs l'intérieure tricolore Sandrine Gruda. Fenerbahçe remporte ainsi le 13ème titre de champion de son histoire.

 

Surtitre: 
Equipe de France féminine
Auteur: 
Kévin Bosi (FFBB)
Date d’écriture: 
Mardi, 22. Mai 2018
Vignette: 
Catégorie 2: 
Chapeau: 
Arrivée en cours de saison à Fenerbahçe, Valérie Garnier a redressé la barre du club turc et termine la saison auréolée du titre de championne de Turquie.
Social_posts: 
<blockquote class="twitter-tweet" data-lang="fr"><p lang="tr" dir="ltr">ŞAMPİYON <a href="https://twitter.com/hashtag/POTANINKRAL%C4%B0%C3%87ELER%C4%B0?src=hash&amp;ref_src=twsrc%5Etfw">#POTANINKRALİÇELERİ</a>! <a href="https://t.co/hAdm57zW76">pic.twitter.com/hAdm57zW76</a></p>&mdash; Fenerbahçe SK (@Fenerbahce) <a href="https://twitter.com/Fenerbahce/status/998611454495518720?ref_src=twsrc%5Etfw">21 mai 2018</a></blockquote> <script async src="https://platform.twitter.com/widgets.js" charset="utf-8"></script>

Valérie Garnier rejoint Fenerbahçe

Corps: 

Libre depuis la fin de saison dernière, Valérie Garnier devient donc le nouvel entraîneur du club de Fenerbahçe, en remplacement de Firat Okul. Fenerbahçe fait partie des tous meilleurs clubs d’Europe : présent six fois de rang au Final Four de l’Euroligue entre 2012 et 2017, 12 fois champion de Turquie et 11 fois vainqueur de la Coupe de Turquie.

Retrouvez une interview exclusive de Valérie Garnier, qui livre ses impressions quelques instants avant de décoller pour la Turquie

Valérie Garnier, née le 9 janvier 1965 à Cholet
Parcours d’entraîneur en club
1995-2002 : Carqueiranne
2002-2005 : Lattes-Montpellier
2005-2008 : Le-Temple-sur-Lot (NF1)
2008-2011 : Toulouse (NF1 puis LFB)
2011-2017 : Bourges (LFB)
2018-… : Fenerbahçe (Turquie)

Palmarès d’entraîneur en club
Coupe de France 2017 et 2014, Eurocoupe 2016, Championne de France LFB en 2015, 2013 et 2012, Match des Champions LFB en 2015 et 2014

Parcours d’entraîneur en Équipe de France
2004-2006 : Assistante Équipe de France féminine
2012-2013 : Assistante Équipe de France féminine
2014-… : Équipe de France féminine

Palmarès d’entraîneur en Équipe de France
Argent à l’Euro 2017 et 2015, Argent à l’Euro 2013 et aux JO 2012 (Assistante)

Jean-Pierre Siutat, Président de la Fédération Française de BasketBall : « Je suis très heureux pour Valérie Garnier. Elle rejoint un club historique, prestigieux, à la hauteur de ses compétences et de son professionnalisme. Quand elle m’a appelé pour échanger sur le sujet, j’ai immédiatement donné mon accord de principe pour qu’elle rejoigne ce projet ambitieux compatible avec notre projet autour de l’Équipe de France féminine. Elle va découvrir de nouvelles structures, un nouveau championnat, et je suis convaincu qu’elle réussira dans ce nouveau challenge qui pourra également être un plus pour l’Équipe de France féminine, dont elle reste bien entendu l’entraîneur ».

Jacques Commères, Directeur de la Performance et des Équipes de France : « Tout d’abord, je tiens à souhaiter à Valérie Garnier la plus grande réussite avec son nouveau club. C’est une grande fierté pour le basket français de voir que des entraîneurs tricolores peuvent exporter leur talent au sein des plus grands clubs d’Europe. Nos joueuses et joueurs français font partie des meilleures équipes européennes, et le fait que des techniciens soient également engagés dans ces clubs démontre toute la qualité de notre formation de cadres ».

 

Surtitre: 
Equipe de France féminine
Auteur: 
Kévin Bosi (FFBB)
Date d’écriture: 
Mercredi, 28. Mars 2018
Vignette: 
Catégorie 2: 
Chapeau: 
L’entraîneur des Bleues Valérie Garnier a décidé de rejoindre le prestigieux club turc de Fenerbahçe en Turquie. La coach tricolore prend dès aujourd’hui les rênes du club stambouliote, avec lequel elle s’est engagée jusqu’en 2019, tout en conservant ses fonctions d’entraîneur de l’Équipe de France féminine.
crédit: 
(Crédit : Bellenger/IS/FFBB)
Social_posts: 
<blockquote class="twitter-tweet" data-partner="tweetdeck"><p lang="tr" dir="ltr">FENERBAHÇE&#39;YE HOŞ GELDİN VALERIE GARNIER! <a href="https://t.co/RLcT2h3F0Z">pic.twitter.com/RLcT2h3F0Z</a></p>&mdash; Fenerbahçe SK (@Fenerbahce) <a href="https://twitter.com/Fenerbahce/status/978903475475054594?ref_src=twsrc%5Etfw">March 28, 2018</a></blockquote> <script async src="https://platform.twitter.com/widgets.js" charset="utf-8"></script>

Les premiers mots de Valérie Garnier avant de partir pour Fenerbahçe

Corps: 

Vous rejoignez donc le club de Fenerbahçe en Turquie. Comment votre signature dans ce club s’est-elle déroulée ?
J’ai reçu un coup de téléphone de mon agent samedi, tard dans la soirée. La question était de savoir si j’étais intéressée de partir là-bas pour le mois et demi de championnat qu’il restait. J’ai répondu que je l’étais, à la seule condition de pouvoir continuer le travail la saison prochaine. Les négociations ont commencé. J’en ai ensuite discuté avec Jean-Pierre Siutat, pour savoir si cela était possible vis-à-vis de la Fédération, étant donné que l’Équipe de France reste ma priorité. Il m’a donné son accord, et nous avons conclu le contrat avec Fenerbahçe mercredi soir.

Avez-vous hésité à rejoindre un club de cette envergure ?
On ne réfléchit pas très longtemps lorsqu’un grand club comme Fenerbahçe vous sollicite. Ce qui était important pour moi, c’était de poursuivre la saison prochaine également, et à partir du moment où ils se sont montrés d’accord, on ne réfléchit pas. Fenerbahçe est l’une des plus grosses écuries européennes, un club qui est très souvent au rendez-vous. Je suis très contente de cette opportunité qui est rare pour un entraîneur français, je l’apprécie vraiment à sa juste valeur.

Le fait d’aller entraîner une équipe à l’étranger faisait-il partie de vos projets ?
Oui, c’était quelque chose qui me trottait dans la tête depuis quelques temps. C’est une nouvelle expérience. J’ai eu la chance de vivre six saisons au Bourges Basket, ça a été quelque chose de très fort dans ma carrière. J’ai aussi la chance d’être à la tête de l’Équipe de France. Et aujourd’hui, je trouvais que partir à l’étranger était intéressant pour notamment sortir de ma zone de confort et travailler au contact de joueuses étrangères, d’être immergée dans une autre approche de notre sport et dans une autre culture également. J’ai aussi la chance que cela se fasse à Fenerbahçe, un club omnisports qui a aussi une équipe masculine de basket de très haut-niveau qui joue l’Euroligue, coachée par l’immense Zeljko Obradovic au palmarès immense.

Vous rejoignez également un club avec des supporters très présents et très exigeants…
On connaît tous la ferveur du peuple turc et des supporters de Fenerbahçe notamment. J’espère qu’ils me réserveront le meilleur accueil possible. C’est un public très exigeant, qui veut des résultats. Il y aura forcément beaucoup d’émotion lors du premier match. J’ai hâte d’y être.

Comment Jean-Pierre Siutat (Président de la Fédération Française de BasketBall) a accueilli cette nouvelle lorsque vous avez échangé avec lui ?
Il a été très favorable bien évidemment. Il m’a dit que c’était une opportunité incroyable pour moi d’aller entraîner une équipe à l’étranger. Je le remercie, ainsi que la Fédération, de me faire confiance et de me permettre de rejoindre Fenerbahçe. Ma priorité dans les négociations avec mon nouveau club a été d’avoir un contrat qui me libère lors des rassemblements en Équipe de France (ndlr, pour la Coupe du Monde 2018 fin septembre en Espagne et pour les matches de qualification à l’Euro 2019 en novembre 2018).

Surtitre: 
Equipe de France féminine
Auteur: 
Propos recueillis par Kévin Bosi (FFBB)
Date d’écriture: 
Mercredi, 28. Mars 2018
Vignette: 
Catégorie 2: 
Chapeau: 
L’entraîneur des Bleues Valérie Garnier s’est engagée avec le prestigieux club turc de Fenerbahçe jusqu’en 2019. Libre de tout contrat depuis la fin de son expérience à Bourges en fin de saison dernière, Valérie Garnier a livré son ressenti en exclusivité au site de la Fédération, quelques instants avant de s’envoler pour la Turquie.
crédit: 
(Crédit : Loic Lhuiller/FFBB)

Pages

S'abonner à RSS - Turquie
close
Envoyer à un ami

Ce contenu a attiré votre attention et vous souhaitez le partager ? Envoyez le lien de cette page à vos amis et collègues en remplissant simplement le formulaire ci-dessous.

*Les champs obligatoires sont signalés par un astérisque

'