Vous êtes ici

EQUIPE DE FRANCE A FEMININE

Battue mais deuxième

par Julien Guérineau, à Rio - 14/08/2016
Bellenger/IS/FFBB
Battue par le Japon (71-79), l’Equipe de France féminine termine malgré tout à la deuxième place de sa poule à la faveur du point average. Elle affrontera, en quart de finale, le perdant du match entre le Canada et l’Espagne disputé demain.

La victoire de la Turquie sur le Brésil en double prolongation, juste avant le coup d’envoi du match avait simplifié la donne pour les Bleues qui bénéficiaient d’une certaine marge, y compris dans la perspective d’une défaite, pour conserver leur deuxième place de la poule.

L’adversaire du jour, le Japon, est une valeur montante du basket mondial et le nouveau roi d’Asie. En 2015, en Chine, les Nippones avaient administré une fessée monumentale aux hôtes des lieux (+35) pour se qualifier aux Jeux. Et en début de préparation, elles avaient dominé les Bleues à Angers. Valérie Garnier ne se trompait donc pas en louant les qualités des joueuses de Tomodide Utsumi : "Le Japon est une équipe qui cumule des qualités d’adresse et de passes en ayant maintenant un jeu inspiré de l’Europe, des Etats-Unis et de l’Australie. Alors qu’avant elles avaient un jeu japonais. Cela en fait un challenger important."

L’Equipe de France était donc prévenue mais a néanmoins connu toutes les peines du monde à contrôler le basket des Japonaises. Des écrans en pagaille, de l’agressivité, du tir de loin, leur attaque requiert une attention de tous les instants et la capacité à tenir les duels. Pas forcément le cas sur la surprenante Sanae Motokawa qui trouvera le moyen de passer 17 points à ses vis-à-vis, provoquant au passage bon nombre de fautes. Des irrégularités qui ont envoyé avec constance les Japonaises sur la ligne, un exercice dans lequel elles ignorent le concept de déchet (13/13 à la pause). Les Bleues ont ainsi passé l’intégralité de la première mi-temps à courir après le score, profitant de leur avantage physique pour dominer le rebond et s’offrir des paniers faciles près du cercle.

La tendance va s’accentuer au retour des vestiaires avec le lancement d’un concours de tirs lointains pas forcément favorable à la France, malgré les efforts dans le domaine d’Olivia Epoupa et Amel Bouderra. Lorsque Kaede Kondo commence à prendre feu puis que la capitaine et meneuse Asami Yoshida rentre deux tirs extérieurs avec la planche en fin de troisième quart-temps, on se prend à ressortir les calculettes afin de déterminer avec précision jusqu’où le tableau de marque peut s’affoler (54-63). Son succès 55-39 en ouverture face à la Turquie permettait aux Bleues de pouvoir conserver leur deuxième place de la poule à condition de ne pas s’incliner de plus de 14 unités. Un écart conséquent mais que les nombreuses balles perdues ont rendu tout à coup bien plus réaliste (58-70, 36e). La deuxième place de la poule sera néanmoins préservée grâce à une interception d’Olivia Epoupa et un tir primé de Marine Johannes dans la dernière minute. Reste à regarder le Canada-Espagne de demain pour connaître l’adversaire des Bleues en quart de finale.

close
Envoyer à un ami

Ce contenu a attiré votre attention et vous souhaitez le partager ? Envoyez le lien de cette page à vos amis et collègues en remplissant simplement le formulaire ci-dessous.

*Les champs obligatoires sont signalés par un astérisque

'