Vous êtes ici

EQUIPE DE FRANCE MASCULINE - TQO DE MANILLE 2016

Du bon pied

par Julien Guérineau, à Manille - 05/07/2016
FIBA
En dépit d'un début de match compliqué, l'Equipe de France a su reprendre le contrôle pour écarter les Philippines 93-84 et lancer le TQO de la meilleure des manières.
Disputer un TQO aux Philippines c’est forcément assister à des scènes inédites dans le concert du basket mondial. Comme l’arrivée sur le terrain pour un entre-deux fictif du Président Rodrigo Duterte, élu le 30 juin dernier à la tête du pays et accueilli sous les acclamations d’un public déchaîné. Un joyeux bazar s’en est suivi pour évacuer la nuée de photographes présents pour immortaliser l’instant et l’aréopage présidentiel. Enthousiaste, la salle n’allait pas tarder à exploser, Andray Blatche lançant les hostilités sur une interception et un dunk.
 
Contrôle du rythme et des duels, les deux éléments indispensables pour s’offrir une soirée paisible allaient être totalement absents du premier quart-temps des Bleus. Blatche a beau avoir quitté la NBA il y a quelques années, il n’en demeure pas moins un superbe talent, capable de fondre les plombs à tout moment mais également de dominer les débats offensivement grâce à une combinaison taille-adresse-puissance assez rare. L’ancien Wizard a survolé les dix premières minutes, se fendant de 14 points et offrant aux Philippines la dose de confiance qui peut rendre cette équipe si dangereuse. Terrence Romeo, le roi du dribble croisé, dont le basket tout droit sorti du playground du coin met les fans en transe se joint à la fête et l’écart va enfler jusqu’à 10 unités : 20-30 (10e).
 
Un déluge de points très éloigné des standards habituels de l’Equipe de France qui va cependant procéder aux ajustements nécessaires lors du deuxième quart-temps. Plus agressifs sur les arrières, notamment lors de la montée de balle, plus efficaces sur les changements et les aides et s’appliquant à couper Blatche du ballon, les Bleus vont calmement renverser la vapeur avec un duo Parker-De Colo inspiré. Les deux anciens coéquipiers des Spurs vont inscrire 26 points à la pause à 9/13 aux tirs et 100% aux lancers-francs. En face le basket peu académique des Philippins commence à montrer quelques signes d’essoufflement et malgré un dernier panier de Romeo, la France vire en tête au moment de rejoindre les vestiaires (45-43).
 
Le MVP de l’Euroleague va poursuivre son entreprise de démolition au retour sur le parquet. En pénétration, au shoot, sur la ligne des lancers-francs ou à la passe, De Colo dégage une formidable impression de facilité et de maîtrise. La défense philippine fait preuve d’une grande naïveté, permettant aux Bleus de s’offrir une multitude de paniers faciles près du cercle, à l’image d’un Kim Tillie efficace. Ils bouclent le troisième quart-temps sur un spectaculaire 66,7% de réussite et sans quelques difficultés à totalement verrouiller le contrôle du rebond, l’addition aurait pu être plus corsée pour les locaux (77-66).
 
Mais en bons pistoleros, leur imprévisibilité les rend en permanence menaçants. Pour lancer le money-time, Romeo se lance dans un nouveau numéro de soliste et ramène ses troupes à portée de fusil (81-75). C’est le moment choisi par l’assassin silencieux, Mickaël Gélabale pour enchaîner deux paniers qui donnent un court instant de l’air à la France. Les difficultés au rebond continuent de donner quelques sueurs froides à Vincent Collet mais Boris Diaw veille au grain et Tillie confirme dans les dernières secondes que son rôle sera décisif cette année.