Vous êtes ici

Que deviens-tu...Polina Tzekova ?

"Je ne dormais pas deux jours avant"

Propos recueillis par Arnaud Dunikowski - 16/06/2020
Polina Tzekova est arrivée dans l'hexagone en 1995 à Tarbes. A l'exception d'un intermède de trois saisons à Mourenx, la pivot franco-bulgare, double MVP étrangère du championnat, n'a porté que le maillot du TGB durant sa carrière en LFB (10 saisons, 248 matches joués). Un endroit qui lui plaît puisqu'elle vit et travaille toujours au pied des Pyrénées.

Bonjour Polina, que deviens-tu ?
J'habite toujours à Tarbes. Je travaille au Conservatoire, l'école de musique. Ca me plaît énormément, je vais entamer ma septième année. C'est comme le sport qui exige de la discipline, de la rigueur sauf qu'à la place d'avoir un ballon dans les mains, tu as un instrument. On a autour de 1000 élèves, le plus jeune a 4 ans. J'admire ce que font les gosses. On créé du lien avec eux, les parents.

Suis-tu toujours la Ligue Féminine ?
Oui bien sûr. Quand je peux je vais voir des matches. C'est dommage que ça se soit fini comme ça cette année. Peut-être que c'est bien aussi pour Tarbes parce qu'elles étaient un peu en difficulté. Je vais régulièrement aux matches puisque j'ai décidé d'arrêter le basket. J'entraînais une équipe séniors garçons en pré-nationale, j'ai pris du recul. Je me suis rendue compte que je m'investis à 100% sans avoir le même retour. Peut-être qu'avec mon passage au haut-niveau, le mot "amuser" n'existe pas trop. Pour moi c'est la compétition. Le samedi je peux donc aller aux matches du TGB, de l'Union (Tarbes-Lourdes, club évoluant en NM1). J'ai du temps libre.

Quelle est l'adversaire la plus coriace que tu as rencontrée ?
Je n'aimais pas, avec mon plus grand respect, jouer contre Isabelle Fijalkowski. C'est une très bonne joueuse, avec son petit shoot, le jeu dos au panier et ses coudes qui faisaient mal. Elle les plaçait au bon moment, les arbitres ne le voyait pas et c'était ça le plus énervant. J'ai adoré les matches contre Isabelle et en même temps j'avais peur.

La coéquipière la plus fantasque...
Il y en a une qui nous faisait rire c'était Gunta Basko, à l'époque. Sinon l'Américaine Katryna Gaither (joueuse de Tarbes de 2003 à 2006), elle était malade, avec la fièvre, elle toussait, elle avait le rhume, elle avait mal. Elle était toujours à l'entraînement, elle ne cherchait pas d'excuse. Elle ne se la "pétait" pas comme on dit. Un jour je lui ai dit "toi, tu n'es pas une Américaine". On l'appelait Maya l'abeille, elle était partout, elle faisait un boulot monstre.

Quel match aimerais-tu rejouer ?
Les matches que j'adorais, pour revivre l'adrénaline, l'ambiance, le public, c'était contre Bourges et Valenciennes au Quai de l'Adour. Tout le monde attendait ces matches avec impatience. Ca frittait, c'était physique, je ne dormais pas deux jours avant, tu sentais cette boule à l'estomac. J'aimerais revivre ça pour une journée.

Et celui que tu ne voudrais pas rejouer ?
Un match m'a beaucoup marquée à l'époque contre Strasbourg, qui était dernier et qui n'avait pas gagné un match. On a perdu de 20 poins à la maison. C'était une déception pas possible, à ce moment-là j'avais honte, je n'ai pas dormi de la nuit. Et bien sûr on a eu entraînement le dimanche matin à 8 heures. On a été bien secouées par l'entraîneur, le Président.

Quelle coéquipière aimerais-tu revoir ?
Toutes ! J'ai partagé quelque chose avec chacune.

Quelle personne a marqué ta carrière ?
Tout le monde a marqué ma carrière. Chacun m'a enseigné un petit quelque chose même s'il y avait des choses contradictoires, entre un entraîneur une année et un autre l'année d'après par exemple. Tout ça a été un bagage qui a rempli mon expérience.

Son parcours en LFB
1995-1998 Tarbes (NF1A)
1998-2005 Tarbes
2005-2008 Mourenx
2008-2009 Tarbes

Son palmarès
Championne WNBA en 1999
Vainqueur de la Coupe Ronchetti en 1996
Vainqueur de la Coupe de France en 1996, 1997 et 1998
MVP étrangère de LFB en 1999 et 2000