Vous êtes ici

EQUIPES DE FRANCE 3X3

"Je sais que sur le terrain, je suis la meilleure"

Clément Daniou (FFBB) - 19/06/2020
FIBA
Un été complètement fou. C’est ce qu’ont vécu Migna Touré et ses coéquipières de l’Équipe de France 3x3 en 2019. Déterminée à qualifier les Bleues pour les Jeux Olympiques de Tokyo, l’ex-joueuse de Basket Landes ne va pas s’arrêter et tout donner pour parvenir à ses fins.

En enchaînant une Coupe du Monde, dix étapes des Women’s Series à travers le monde et une Coupe d’Europe avec l’Équipe de France 3x3 lors de l’été 2019, Migna Touré n’a pas vraiment fait dans la dentelle. Déjà bien occupée au cours de la saison avec son ancien club de Basket Landes avec qui elle jouait l’EuroCup Women en plus du championnat national, la joueuse de 25 ans a testé ses limites physiques en enchaînant directement après avec l’Équipe de France 3x3. "On a eu la chance de commencer l’été par une étape des Women’s Series, celle de Chengdu en Chine. On a vite compris que l’été allait être compliqué. On est arrivé là-bas hors de forme. On avait terminé notre saison 5x5 et la transition vers le basket 3x3 a été compliquée étant donnée la différence des efforts." 5e du tournoi derrière la Chine, les Pays-Bas, le Japon et l’Australie, les Bleues et Migna Touré n’ont pas réellement brillé sur le sol chinois. Pour autant, ces déboires n’ont pas affecté le mental de cette arrière scoreuse. "Ça nous a permis de nous mettre à jour et de voir ce qu’il nous restait à faire d’un point de vue physique. Personnellement, j’ai enchaîné des blocs de prépa, de cardio spécifiques au 3x3. J’en ai aussi profité pour prendre soin de moi dès que j’avais un peu de temps. Être très vigilante sur la récupération, les étirements, la mobilité, tout ce qui me permet au final d’arriver en forme et de tenir tout l’été."

Le sens du sacrifice. C’est assurément une qualité que Migna Touré a su mettre en valeur lors de l’été 2019. Avec un nombre incalculable de matchs joués avec l’Équipe de France 3x3 entre le mois de juin et celui de septembre, le basket a occupé une place très importante dans sa vie personnelle. "Il n’y avait pas un week-end où on n’avait rien. Il y avait toujours un stage, un tournoi en France ou à l’étranger. C’était vraiment chargé mais c’est le 3x3, c’était avant tout du plaisir." Avec l’objectif de se qualifier directement aux Jeux Olympiques de Tokyo, initialement prévu en 2020 à cette période, le groupe France n’avait pas d’autre choix que de jouer un maximum pour obtenir le nombre de points nécessaires et permettre à la France de truster les premières places du ranking FIBA. "On n’a pas réfléchi. On savait qu’il fallait mettre le paquet au niveau des participations et des tournois, être le plus performant possible. On a fait le nécessaire, c’était un sacrifice." À Amsterdam, Migna Touré, Ana Maria Filip, Laëtitia Guapo et Marie-Eve Paget vont tomber sur un os en demi-finale de la Coupe du Monde face à la Hongrie. Invaincues jusque-là, les Bleues voient leur rêve de titre mondial partir en fumée. Déterminées, elles vont faire preuve d’une belle force mentale pour renverser l’Australie et remporter la médaille de bronze. "C’est ce que je retiens de la compétition. Cette faculté qu’on a eu de vite rebondir et se préparer à jouer l’Australie. C’est une très belle équipe. Avec du recul ça n’a vraiment pas été facile et on a su le faire avec brio."

Cette compétition, c’est aussi l’avènement du groupe France. Entre les filles et les garçons la symbiose est totale aux Pays-Bas. "On était vraiment soudés. Quand ils jouaient on était là, le contraire aussi. C’était vraiment sympa de partager ces moments et c’était marrant de les voir dans les tribunes." Avec classe, Migna Touré va éclabousser la compétition de son talent. Habile balle en main, cette scoreuse naturelle est devenue un élément indispensable des bons résultats de l’Équipe de France 3x3. Alors qu’elle joue au chat et à la souris avec sa coéquipière Laëtitia Guapo pour s’accaparer la place de numéro 1 mondial au ranking FIBA, Migna Touré assure pourtant ne pas chercher à reprendre sa place sur le trône. À sa manière. "Le ranking individuel c’est quelque chose qui bouge énormément donc je n’en fais pas un objectif premier. Sans prétention, je sais que sur le terrain je suis la meilleure." En quête d’un nouveau challenge à l’étranger, Migna Touré a récemment signé à Braine en Belgique pour la prochaine saison. Là-bas, elle disputera l’EuroLeague Women et tentera de faire remporter au club son 8e titre national consécutif. Une belle opportunité d’exporter ses talents.

Le replay du match pour la 3e place