Vous êtes ici

COP 21

Le réchauffement climatique, le match qu'il ne faut pas perdre

Kévin Bosi (FFBB) - 01/12/2015
Fortement impliquée dans le développement durable depuis de nombreuses années, la Fédération Française de Basketball a été sollicitée à l’occasion de la Conférence sur le Climat (COP21) qui réunit le monde entier, début décembre à Paris, pour trouver des solutions pour limiter le réchauffement climatique.
Plus de 190 pays présents à Paris avec un seul objectif : lutter contre le réchauffement climatique. Mais ce n’est pas uniquement le monde politique, économique, écologique qui se réunit à Paris du 30 novembre au 11 décembre. Le monde sportif est également impliqué dans le développement durable, notamment la Fédération Française de BasketBall qui a été l’un des moteurs dans le domaine depuis de nombreuses années parmi le mouvement sportif, et que le Ministère des Sports a fortement mis à contribution à l’occasion de cette COP21. "La Fédération Française de BasketBall a été associée à la rédaction de la stratégie nationale de transition écologique dans le développement durable dans le sport, qui sort à l’occasion de la COP 21. Chaque Ministère se l’approprie, et nous avons participé avec celui des Sports pour la rédiger", explique raconte Gérald Nivelon, membre du Bureau Fédéral et président de la Commission Développement Durable. Preuve de l’implication fédérale et de la confiance placée par le Ministère des Sports, c’est la FFBB qui présente le volet sportif  de la stratégie nationale lors de cette conférence sur le climat, et qui représente le mouvement sportif français. "On est reconnu, c’est certain. On a fait partie des premières Fédérations à s’engager sur cette thématique du développement durable en 2007."
 
OPTIMOUV', L'ECO-LOGICIEL POUR OPTIMISER LES DEPLACEMENTS
 Dans le cadre du pavillon "Innovation sur les Transports" où seront également exposés les actions de développement durable de l’Euro 2016 de football, la FFBB présente le logiciel Optimouv’. "C’est un projet qui n’arrivait pas à voir le jour", se souvient Gérald Nivelon. "Et à un moment, Jean-Pierre Siutat, Président de la Fédération, a décidé que la FFBB allait porter le projet auprès du Ministère des Sports. Nous sommes allés chercher des financements, que nous avons trouvés. Nous sommes les porteurs de ce projet pour l’ensemble des Fédérations." L’intérêt de ce logiciel ? Aider les Fédérations dans l’optimisation des déplacements dans les rencontres sportives. "Dans la pratique, le logiciel aide à choisir le lieu d’un évènement par exemple. Il permet également de composer les poules de championnat de façon à ce que ce soit le moins impactant d’un point de vue environnemental, tout en tenant compte  les contraintes sportives. L’objectif est de réduire le nombre de kilomètres parcourus par les clubs et les pratiquants, et donc de limiter les émissions de gaz à effet de serre." De manière globale, cet outil informatique se veut être un outil d’aide à la décision à disposition de l’ensemble des instances sportives organisant les compétitions et les  rassemblements (Fédérations, Ligues Régionales, Comités Départementaux, etc.). Les compétitions nationales ne seront pas les seules à s’engager en faveur du développement durable. Ainsi, début décembre à l’INSEP, Jean-Pierre Siutat est intervenu lors d’une conférence sur les évènements sportifs qui mettent l’accent sur l’écologie. À cette occasion, la FFBB et la FIBA Europe, sollicitée par le président de la Fédération Française de BasketBall, ont signé une convention pour s’engager à organiser les grands évènements sportifs de façon durable et respectueuse de l’environnement.
 
CELINE DUMERC, MARRAINE DES ECO-GESTES
Le Ministère des Sports a lancé une campagne de communication en y associant de nombreux sportifs de haut-niveau afin de sensibiliser le monde du sport sur les gestes du quotidien qui peuvent être faits. "Ce que l’on fait tous les jours à la maison pour lutter contre le réchauffement climatique, il faut le poursuivre lorsqu’on rejoint son club de basket"précise Gérald Nivelon. "Être économe en eau quand on prend sa douche, le tri des déchets, le covoiturage… Autant d’actions à poursuivre par nos pratiquants." Pour mettre en avant ces éco-gestes, le basket sera représenté par Céline Dumerc, capitaine de l’Equipe de France féminine. La tricolore partage l’affiche avec Sébastien Chabal (rugby), Gaël Monfils (tennis) ou encore Tony Estanguet (canoë-kayak). "Quand je suis un club, c’est presque là que c’est le plus simple pour agir dans le cadre du développement durable. Le principe c’est : penser global, agir local. Au quotidien, il faut sensibiliser les gamins. Il y a énormément de choses qui sont faites dans les clubs. Par exemple à Soyaux, ils font des actions de sensibilisation des enfants sur l’eau, la préserver, ne pas trop en utiliser. Les petits gestes que l’on fait chez soi, on les poursuit en club quand on vient jouer au basket. Les choses basiques, il ne faut pas se dire que ça ne sert à rien. C’est grâce à tout ça que ça bouge petit à petit. Et ça permet surtout aux jeunes de prendre conscience qu’il faut toujours être vigilant sur cette thématique de l’écologie. L’avenir se joue avec les enfants d’aujourd’hui. Si on leur apprend les bons automatismes et une manière de vivre écoresponsable, on est sauvé."

 

 Thierry Braillard, Secrétaire d'Etat chargé des Sports :
"Le sport peut être un acteur responsable et positif sur les enjeux du développement durable"

Pouvez-vous mesurer les actions de la FFBB dans le cadre du développement durable ? Sont-elles importantes ?
La FFBB est une des Fédérations les plus engagées dans la démarche de développement durable. Depuis très longtemps elle est impliquée aux côtés du ministère pour promouvoir et développer une démarche de développement durable. Dès 2010, elle a contribué activement à la rédaction de la stratégie nationale de développement durable du sport et s'est de nouveau investie en 2015 dans la rédaction de la nouvelle stratégie nationale de transition écologique et de développement durable du sport. En 2010 toujours, elle s'est mobilisée pour conduire l'étude avec l'ADEME (l'Agence de l'Environnement et de la Maîtrise de l'Énergie) sur l'outil d'optimisation des déplacements. Elle s'est ensuite portée volontaire pour porter le projet "Optimouv", sur le point d'aboutir notamment grâce à elle. La FFBB entretient également une dynamique d'ouverture et d'échanges avec les autres fédérations au sein du "Club des fédérations et ligues professionnelles Sport et Développement Durable".
 
Pourquoi le monde sportif et le basket doivent également s’impliquerdans le développement durable ?
Le sport a une place unique dans nos sociétés et peut jouer un rôle particulier quant aux enjeux de développement durable. Le monde du sport est souvent pris comme exemple, notamment pour nos plus jeunes. Et ce sont notamment à eux que nous devons nous adresser sur les questions liées au développement durable qui vont impacter nos futures
générations. Par sa capacité à canaliser les dynamiques et les moyens, le sport peut être un acteur responsable et positif sur les enjeux du développement durable. La candidature de Paris 2024 à l'organisation des Jeux Olympiques sera ainsi particulièrement exemplaire sur le terrain environnemental. Si Paris organise les Jeux Olympiques et Paralympiques de 2024, ils seront une référence mondiale, tant par la qualité écologique des bâtiments, que par les modes de transports proposés aux athlètes et spectateurs ou le choix d'une économie à circuit court et d'un traitement complet des déchets : voilà l'illustration d'une implication concrète et ambitieuse du sport dans le développement durable.
close
Envoyer à un ami

Ce contenu a attiré votre attention et vous souhaitez le partager ? Envoyez le lien de cette page à vos amis et collègues en remplissant simplement le formulaire ci-dessous.

*Les champs obligatoires sont signalés par un astérisque

'