Vous êtes ici

FIBA 3x3 World Tour

Le retour de Jeddah

Christina Ly/FFBB - 05/11/2019
Il n’y a pas longtemps, dans une galaxie lointaine située en Arabie Saoudite, nos Jedis français Raphaël Wilson, Sammy Girma, Hervé Touré et Raphaël Giaimo se sont confrontés à la mission du FIBA 3x3 World Tour Jeddah 2019. Sammy Girma nous raconte l’aventure.

C’est à bord d’un vaisseau Boeing 777 que Sammy Girma et ses coéquipiers, formant la team Lyon, ont parcouru les 4427 km reliant Paris à Jeddah pour aller affronter les autres meilleures équipes interplanétaires. Ils sont arrivés deux jours avant le début des affrontements de cette étape du World Tour 2019 qui a eu lieu du 18 au 19 octobre. "On a pris le temps d’arriver deux jours avant pour s’entraîner, s’acclimater, etc."

Pour Sammy Girma, si chaque membre de la team Lyon devait être un personnage de Star Wars, Raphaël Wilson représenterait Luke Skywalker : "C’est un killer. C’est un très bon joueur offensif." ; Hervé Touré incarnerait Maître Yoda : "C’est la force tranquille. Il a une expérience du basket de haut-niveau qui fait du bien." ; Raphaël Giaimo aurait l’âme de Chewbacca : "Sa force c’est son impact à l’intérieur." ; et lui serait Han Solo : "Je fais le lien entre tout le monde dans l’équipe, je fais beaucoup jouer les autres."

Notre Han Solo n’était jamais allé à Jeddah. Cette terre inconnue est apparue au final très hospitalière : "C’était magnifique. L’hôtel [ndlr : Jeddah Hilton sur Corniche Road] était incroyable, il a d’ailleurs été élu meilleur hôtel du monde en 2016. Les gens étaient d’une gentillesse. Le terrain aussi était magnifique. Sur tous les World Tour qu’on a fait, je pense qu’on ne pouvait pas faire mieux. Je parlais aussi avec Ignacio Soriano [ndlr : le FIBA 3x3 Event Manager] qui me disait que c’était le mieux qu’ils pouvaient faire cette année : le terrain, l’endroit, l’organisation, tout cela était vraiment au top !"

Pour les habitants de Jeddah, l’événement de la FIBA 3x3 était une grande première : "C’était fou ! Surtout, on a senti qu’il y aurait pu avoir des tribunes de 10 000 personnes, ça aurait été plein de la même manière. Tout simplement parce que les saoudiens n’avaient jamais vu ça. C’était un événement qui n’avait jamais existé dans leur pays."

C’est sur le terrain que les choses se sont compliquées pour la team Lyon. Pour son premier match, la team Lyon se voit affronter la meilleure équipe 3x3 de la planète : Riga (Lettonie). Nos Jedis français perdent cette première bataille. Mais, ils se relèvent lors de leur deuxième match contre Balanga Chooks (Philippines) : "On a retrouvé un peu de jeu collectif et d’automatisme ce qui nous a fait du bien." Ils réussissent ainsi à se qualifier pour les quarts de finale. Malheureusement, c’est une autre défaite face à ceux qui seront finalistes de cette étape : Piran (Slovénie). Une défaite qui marque la fin de ce World Tour pour la team Lyon.

"Avant Jeddah, on n’avait pas joué pendant un mois et dix jours. On n’a pas pu faire de Challenger, ni de Master. Entre temps, dans l’équipe, on avait repris le 5x5. Du coup, on est arrivé à Jeddah, on n’avait plus de rythme, on n’avait plus de réflexe 3x3. On a galéré dans le jeu qu’on a proposé et, on s’est rendu compte qu’au final, à ce niveau-là quand on va sur le World Tour donc au plus haut niveau mondial, on ne peut pas ne pas jouer pendant un mois alors que toutes les autres équipes ont fait 2 ou 3 Challengers et 1 Master." Une fin qui était donc attendue.

Pas de quoi passer du côté obscur de la Force pour Sammy Girma qui relativise et tire des enseignements de cette étape tel un bon padawan : "Jouer au plus haut niveau mondial, c’est très enrichissant, dans la victoire comme dans la défaite. C’est notre première saison où on joue sur World Tour. On finit 23e dans le classement du World Tour, c’est super positif mais c’est aussi super décevant de perdre en quarts sachant qu’on peut faire beaucoup mieux. Et le dernier enseignement qu’on tire c’est qu’on a tout pour se pérenniser sur le circuit du World Tour, mais il faut qu’on se donne les moyens d’être accompagné pour ne jamais avoir de trou de 1 mois, pour jouer toutes les deux semaines soit un Challenger soit un Master. C’est la seule façon d’arriver et de performer, il n’y a pas de secret. Le 3x3 c’est vraiment une histoire d’automatisme, de rythme et de connaissance de ses coéquipiers."

Pour Sammy et ses coéquipiers, le scénario de la revanche c’est "d’y retourner, s’y requalifier et faire mieux que les quarts de finale !" Une prochaine saison avec un nouvel espoir pour la suite. Que la Force soit avec eux !

close
Envoyer à un ami

Ce contenu a attiré votre attention et vous souhaitez le partager ? Envoyez le lien de cette page à vos amis et collègues en remplissant simplement le formulaire ci-dessous.

*Les champs obligatoires sont signalés par un astérisque

'