Vous êtes ici

Tony Parker

Le retour de l’enfant prodige

07/06/2002
Vendredi matin, Tony Parker donnait une conférence de presse dans une salle de réception de l’hôtel parisien « Le Bristol ». Devant la cinquantaine de journalistes présents, le meneur de jeu des Spurs et de l’Équipe de France est revenu sur sa saison et a livré ses espoirs avec les Bleus et son club pour la saison prochaine.

Plutôt à son aise, Tony est revenu sur sa très belle première saison au sein de la prestigieuse ligue américaine. Il a évoqué sa fatigue du mois de février et sa blessure à la cheville, contrecoup sûrement de ce changement de rythme par rapport à la saison précédente au Paris Basket Racing. En parlant de son rêve de gosse, ainsi réalisé, le jeune homme de 20 ans a révélé son plaisir d’être reconnu dans la rue lorsqu’il revenait en France, chose nouvelle pour lui. Il s’est également étendu sur ses rapports avec ses nouveaux équipiers, notant l’attitude changeante du leader des Spurs Tim Duncan au fil de la saison. « Il voulait jouer le titre et on lui amène un meneur français de 19 ans. Il était plutôt surpris. » Selon lui, les discutions avec Gregg Popovitch ont amené ce dernier à reconsidérer son influence au sein de son équipe, qui devrait être plus importante lors du prochain exercice. C’est pour cette raison que le coach texan était réticent à l’idée de le voir retourner en France. D’ailleurs, le « French Flyer » (le Français volant) comme l’appelaient les médias américains à ses débuts, a clairement annoncé ses objectifs pour les prochaines années : « Si je veux être un All Star, il n’y a pas de mystères : le travail. » Il a par ailleurs révélé son souhait d’améliorer son shoot extérieur pour être encore plus performant.

Puis, les questions se sont orientées vers l’Équipe de France. Sous les yeux du sélectionneur national Alain Weisz, présent dans la salle, TP a renouvelé son envie sincère de jouer pour le compte de la sélection bleue qui, espère-t-il, affichera le meilleur potentiel possible. Persuadé que le poste de meneur de jeu de la France ne lui est pas encore attribué d’office, il a reconnu que « c’était une grosse responsabilité que d’avoir les clés de la maison. » Dans l’optique de l’Euro 2003, il a clamé haut et fort qu’il serait présent, sauf blessure, au service de l’Équipe de France en Suède. « Même s’il y a de grosses formations dans ce Championnat d’Europe, nous pouvons aller loin, a-t-il affirmé. Pour cela, il faudra que tout le monde tire dans le même sens. »

Retrouvez l'interview audio de Tony Parker : Cliquez ici pour l'écouter

Cet interview est réalisée au format Real Audio. Si vous ne disposez pas du plug-in, vous pouvez le télécharger à l'adresse suivante : www.france.real.com

Tags: 
close
Envoyer à un ami

Ce contenu a attiré votre attention et vous souhaitez le partager ? Envoyez le lien de cette page à vos amis et collègues en remplissant simplement le formulaire ci-dessous.

*Les champs obligatoires sont signalés par un astérisque

'