Vous êtes ici

Amicale des Internationaux

Le trophée de l’AFCAM pour Mathieu Thierry

Anne Seigner - Amicale des Internationaux - 10/04/2014
Mathieu Thierry, 20 ans, vient de recevoir le trophée de l’AFCAM (Association Française du Corps Arbitral Multisports). Une récompense réservée au jeune arbitre tous sports confondus qu’apprécie le quimpérois qui a découvert l’arbitrage « pour dépanner ».

« J’étais d’abord un joueur, j’ai ensuite arbitré pour dépanner. Je suis allé à l’école d’arbitrage à l’UJAP. J’ai assisté aux séances et je me suis pris au jeu », raconte Mathieu Thierry. A 16 ans il est à la fois arbitre région et joueur en cadet région. Après avoir convaincu ses parents en réussissant sa seconde, il rejoint le centre régional des jeunes arbitres à Saint-Brieuc en première. « J’étais en internat avec 8 heures d’arbitrage par semaine, de la théorie et de la pratique. Patrick Taffin était le responsable de la formation ». Organisé pour mener de front les études et l’arbitrage, il obtient un bac S. Il est aujourd’hui en licence staps, spécialité basket à Brest. A l’université il arbitre également, « le directeur me l’a proposé. J’arbitre 3 tournois par an : le niveau 2, Elite et le championnat de France des Grandes écoles ».

Le 7 mars il est récompensé à Paris. « Je ne savais pas que ce trophée existait, c’est sympa d’avoir une reconnaissance, ça fait plaisir ».

Le jeune arbitre n’oublie pas de remercier Nicole Sanchez de l’Amicale des Internationaux de basket qui l’a aidé à obtenir une bourse financée par la FISF en 2009. « L’aide de l’Amicale et de la Ligue de Bretagne m’ont permis d’aller au pôle espoir », insiste Mathieu Thierry.
Les prochaines échéances de l’arbitre sont le championnat de France des Grandes Ecoles début avril à Lyon, le championnat Elite à Boulazac fin mai et le niveau 2 début juin à Gravelines. Il sera arbitre sur les deux premiers rendez-vous, formateur sur le dernier. Il sera aux côtés d’Abdel Hamzaoui, responsable de la formation universitaire, avec qui il s’entend bien. 
Comment imagine t’il l’avenir ? « Je rêve d’arbitrer les Jeux Olympiques », avoue celui qui pense qu’un bon arbitre doit faire preuve d’humilité et savoir reconnaître ses erreurs.

close
Envoyer à un ami

Ce contenu a attiré votre attention et vous souhaitez le partager ? Envoyez le lien de cette page à vos amis et collègues en remplissant simplement le formulaire ci-dessous.

*Les champs obligatoires sont signalés par un astérisque

'