Vous êtes ici

EQUIPE DE FRANCE A FEMININE

Les quarts en poche

par Julien Guérineau, à Rio - 11/08/2016
Bellenger/IS/FFBB
L’Equipe de France féminine s’est qualifiée pour le top 8 olympique en dominant le Brésil (74-64). Elle jouera la deuxième place de la poule samedi face au Japon.

La quatrième journée du tournoi féminin promettait de figer un peu plus les positions dans le groupe A. Pour le Brésil, il s’agissait même du match de la dernière chance. Défaites à trois reprises jusqu’à présent, les hôtes des lieux n’avaient donc plus qu’une alternative pour ne pas quitter leurs Jeux Olympiques dès le premier tour. Une pression supplémentaire qui allait, comment ne pas s’y attendre, offrir un supplément d’âme à une équipe en grande difficulté depuis le début du tournoi. Troublant mimétisme, 48 heures après le show Penny Taylor, les Bleues ont été à nouveau victime d’une spectaculaire poussée de fièvre individuelle. Damiris Dantas a fait parler la poudre, passant 12 points à 5/5 aux tirs et 2/2 aux lancers-francs lors des dix premières minutes. Elle fera, à elle seule ou presque, monter l’écart à +7 (12-19). Mais le Brésil a payé, depuis le début du tournoi, un certain laisser-aller défensif et les Tricolores vont parfaitement l’exploiter, par Endy Miyem par exemple, ou par Amel Bouderra, totalement seule pour équilibrer les débats à la fin du premier quart-temps.

En insistant à l’intérieur sur Souza puis en retrouvant Dantas, le Brésil reprendra temporairement sa marche en avant, profitant d’un passage moyen des joueuses du banc pour se donner un peu d’air (24-29). C’est le moment que choisissaient les Bleues pour largement hausser leur investissement défensif. Comme souvent Olivia Epoupa donnait le ton par sa vitesse et son extraordinaire capacité à perturber le bon ordonnancement des systèmes adverses. De quoi signer un 11-0 autoritaire en cinq minutes (35-29).

Mardi soir, à l’issue de la défaite contre l’Australie, Valérie Garnier se félicitait du rendement en hausse de Sandrine Gruda. Jeudi, la future intérieure de Fenerbahçe a confirmé son renouveau. Un tir retrouvé, une présence imposante au rebond, un contre plein d’autorité. C’est son impact et le rendement de Laetitia Kamba qui feront la différence au cœur du troisième quart-temps, avant que Gruda ne se tourne légèrement la cheville et ne soit contrainte de sortir (50-37, 27e).

Bien en place offensivement, adroites de loin à l’image de Gaëlle Skrela, auteur de son record en carrière (18 pts), inspirées dans le partage du ballon, dominatrices près du cercle, les Françaises ont continué à dérouler efficacement leur basket, n'étant à aucun moment inquiétées. Elles s'assurent ainsi d'une qualification en quarts de finale. Reste désormais à déterminer dans quelle position : 2, 3, 4 ? Réponse samedi face au Japon.

close
Envoyer à un ami

Ce contenu a attiré votre attention et vous souhaitez le partager ? Envoyez le lien de cette page à vos amis et collègues en remplissant simplement le formulaire ci-dessous.

*Les champs obligatoires sont signalés par un astérisque

'