Vous êtes ici

EUROBASKET 2015

Net et sans bavure

Bellenger/IS/FFBB
Julien Guérineau, service de presse - 06/09/2015
L’Equipe de France a remporté sa deuxième victoire en autant de matchs à l’EuroBasket en dominant largement la Bosnie 81-54, sans avoir été menée une seule seconde.
87 points concédés à la Finlande, un total qui fait toujours tâche pour une Equipe de France habituée à étouffer ses adversaires défensivement. Vincent Collet espérait sans doute une mise au point de la part de ses troupes. Mais si Rudy Gobert et Nicolas Batum donnaient le ton en signant deux contres autoritaires tôt dans la rencontre, quelques largesses laissées aux shooteurs et quelques rebonds échappés permettaient à la Bosnie de ne pas décrocher pendant une dizaine de minutes, alors que Dusko Ivanovic, pas forcément désireux d’épuiser ses troupes contre un adversaire a priori au-dessus, rentrait rapidement dans des rotations qu’il n’avait pas utilisées face à la Pologne.
 
Le vrai changement de visage interviendra au deuxième quart-temps avec, comme souvent, Florent Pietrus comme chef de meute. Le doyen des Bleus reste unique dans sa capacité à modifier le cours d’une rencontre en durcissant les débats et en entraînant tous ses coéquipiers derrière lui. La Bosnie s’est heurtée à un mur et a plié contre une escouade de soldats désireux de se partager la balle pendant que les cadres, très sollicités la veille, soufflaient quelque peu. Rentré en jeu à peine deux minutes face à la Finlande, Léo Westermann en profitait pour lancer sa compétition par deux tirs à trois-points qui contribuaient largement à creuser l’écart. L’entente avec ses anciens coéquipiers de l’Equipe de France U20, médaillée de bronze à l’Euro 2011, Evan Fournier et Joffrey Lauvergne faisait également quelques dégâts, tout autant que le passage de Charles Kahudi. L’ailier du Mans a incontestablement franchi un cap cette saison et s’impose de plus en plus comme un élément important de la rotation de Vincent Collet. Toujours aussi intense défensivement, l’Homme utilise désormais sa puissance de l’autre côté du terrain. Son volume de jeu est plus important et son impact s’en ressent.
 
Les remplaçants ayant lancé les Bleus, le cinq majeur allait se charger de tuer définitivement le match tout en faisant le show pour les 10.212 spectateurs de la Montpellier Arena. Passes lasers, back-door, alley-oop, tirs de loin tout y passait pour signer un 30-10 du plus bel effet. Quand elle peut courir la France est intenable, surtout face à une équipe pas du tout équipée pour freiner ses athlètes. Plusieurs classes d’écart séparent Français et Bosniens et Vincent Collet en a profité pour faire tourner son effectif, tous les joueurs en profitant pour engranger de la confiance. Le chemin vers la première place de la poule se poursuit pour l'Equipe de France qui devrait cependant rencontrer une opposition bien plus consistante demain, lundi, face à la Pologne, elle aussi invaincue.

Les réactions

Vincent Collet : "Soirée idéale je ne sais pas mais c’est une bonne soirée. Nous en avions besoin même si je suis conscient que la Bosnie n’a pas joué à fond tout le match. En première mi-temps nous avons fait des efforts défensifs malheureusement nous n’avons pas concrétisé parce que nous étions trop impatients. En deuxième mi-temps c’était plus sérieux et le cinq majeur a élevé son niveau pour faire le break. Je suis aussi satisfait de l’apport du banc. La dureté de Charles Kahudi nous fait beaucoup de bien. Evan Fournier, s’il a été malheureux aux tirs, a fait de bonnes choses et Leo Westermann a lancé son match avec deux tirs à trois-points, ce qui m’a permis de donner plus de repos à Tony Parker qu’hier. Joffrey a fait un match plein et Florent Pietrus a retrouvé son énergie légendaire. Il ne faut pas oublier que l’EuroBasket est long et que nous allons jouer un troisième match en trois jours. Et c’est un match qui sera une vraie bataille. Le record de points de Tony Parker (ndlr : qui a égalé Nikos Galis, meilleur marqueur de l’histoire de l’EuroBasket) ? Je pensais que 11 points étaient suffisants. Je n’ai pas eu la bonne info, désolé. Mais le remettre et risquer une blessure n’avait pas de sens. C’est une chose inévitable. On jouera peut-être la première attaque pour lui demain."
 
Léo Westermann : "J’ai eu beaucoup de choses à assimiler en très peu de temps. Mes coéquipiers m’ont mis dans de superbes conditions et j’ai senti que j’avais progressé dans la confiance en l’espace de 24 heures. Rentrer son premier shoot est toujours important. C’est un signe du destin que la première passe dans un championnat officiel vienne d’Evan Fournier. Avec Joffrey Lauvergne je joue avec mes deux meilleurs amis. Que demander de plus ?"
 
Florent Pietrus : "Dans cette équipe il y a 12 mecs capables de jouer. Pour le coach c’est important parce qu’on sait que dans les matchs de poule il faut faire tourner. Tout le monde est impliqué et se sent en confiance. Le coach a insisté sur la défense. Si on veut être champions d’Europe cela passera par là. Nous avons des qualités athlétiques hors normes et il faudra les utiliser. L’EuroBasket a vraiment commencé pour nous ce soir."