Vous êtes ici

EQUIPE DE FRANCE MASCULINE - EUROBASKET 2015

"Nous avons tout de suite pensé à lui"

Bellenger/IS/FFBB
04/09/2015
Lors de la dernière conférence de presse avant le début de l’EuroBasket, samedi (France-Finlande à 21h00 sur Canal + Sport), Patrick Beesley et Vincent Collet sont revenus sur le remplacement à la dernière minute d’Antoine Diot par Léo Westermann.
 
"Jacky Commères qui est là depuis 11 ans dit ne pas se souvenir d’une préparation sans heurts. Pendant longtemps cette année nous avons été épargnés et les coups durs sont venus lors du sprint." Vincent Collet en sourirait presque. Depuis sa prise de fonction en 2009 il a souvent dû faire face à des forfaits, désistements, blessures. 2015 ne dérogera pas à la règle et comme l’an passé à la Coupe du Monde, avec le remplacement la veille du début de la compétition de Ian Mahinmi par Kim Tillie, c’est cette fois la blessure d’Antoine Diot qui a contraint le staff des Bleus à revoir ses plans. Doublement d’ailleurs puisque c’est Thomas Heurtel qui était attendu à Montpellier. "Nous avons alerté le joueur et fait les démarches nécessaires auprès de son club. Mais dans les premières heures on ne peut pas parler de bonne volonté de la part d’Anadolu Efes et nous avons perdu un temps précieux." Malgré les interventions au plus haut niveau de Jean-Pierre Siutat, aucune solution n’a pu être trouvée et jeudi après-midi le club stambouliote a fait parvenir un dossier médical à la FFBB indiquant que le joueur n’était pas apte à jouer. Faute de temps pour effectuer une contre-expertise, le staff tricolore a donc choisi de faire appel à Léo Westermann. "Je tiens d’ailleurs à remercier Frédéric Forte qui a fait le nécessaire pour que Léo arrive ce matin à Montpellier", indiquait Patrick Beesley.
 
A 13h00 le meneur du CSP était donc sur le parquet et a passé de longues minutes à discuter placements avec Vincent Collet : "Léo Westermann se rapproche d’Antoine Diot. C’est un meneur organisateur qui a cette capacité à faire jouer les autres. Il s’inscrit bien dans le jeu qu’on pratique et avait fait la préparation avec nous en 2013. Vu la situation c’est la meilleure solution surtout que sa capacité à s’intégrer est très bonne. Il peut compenser le handicap de ne pas avoir fait la préparation par son intelligence de jeu. Face aux difficultés de Thomas Heurtel, nous avons tout de suite pensé à lui. Il va s’entraîner cet après-midi et va revoir les principales formes de jeu. Très vite on souhaite le mettre en situation de pouvoir jouer. Si ce n’est pas demain, ce sera dimanche." Désireux de ne pas bousculer l’ordre établi, Vincent Collet a échangé avec Westermann tard dans la nuit de jeudi à vendredi pour reconduire un modèle auquel il tient avec un vrai meneur de métier derrière Tony Parker et un Nando De Colo plutôt positionné en poste 2. "J’espère que Tony n’aura pas à jouer plus que nécessaire. Tout cela n’est que supposition. L’important est de gagner les matchs et finir premiers du groupe, tout en ménageant nos joueurs majeurs pour arriver dans les meilleures conditions possibles en huitièmes de finale."
 
A peine débarqué du train Léo Westermann a fait un crochet par l’hôtel des Bleus le temps de croiser la presse et d’exprimer sa confiance quant à la suite des opérations : "J'ai appris la nouvelle à plus de minuit. J'ai reçu avant des textos de Mike Gélabale et de Joffrey Lauvergne. Et j'ai discuté avec Evan Fournier donc je me doutais que quelque chose se tramait. Je suis heureux bien sûr même si je n'ai pas le temps de réfléchir. J'ai une pensée pour Antoine Diot, c'est quelqu'un que j'adore et ce qu'il vit est très dur. Je connais beaucoup de joueurs de ce groupe. Je sais ce que veut Vincent Collet donc l'intégration va être rapide. Cela ne me fait pas peur".