Vous êtes ici

EQUIPE DE FRANCE A FEMININE

Parole à la défense

par Julien Guérineau, à Rio - 06/08/2016
Bellenger/IS/FFBB
Dix minutes de flottement avant de renverser la tendance. L'Equipe de France féminine a dominé la Turquie 55-39 pour son entrée dans le tournoi olympique.

Si les féminines ont vécu un rêve éveillé lors de la cérémonie d’ouverture, leur entrée dans la compétition a, elle, viré au cauchemar. Il leur aura fallu attendre 5’45 interminables avant que Valériane Ayayi ne parvienne, enfin, à débloquer les compteurs. 1/8 aux tirs et 3 balles perdues, le tableau pouvait difficilement être plus sombre pour des Bleues crispées et qui ont longtemps buté sur la zone mise en place par Ekrem Memnun. Un entraîneur qui avait eu le temps de réviser ses classiques lors de la préparation, les deux équipes ayant disputé deux rencontres mi-juillet en Slovénie.

Son objectif ? Cadenasser la raquette et rayer de la carte le duo Gruda-Yacoubou. Un exercice parfaitement réussi et servi par l’absence totale de réussite dans les tirs extérieurs des Tricolores. Valérie Garnier va alors pianoter sur son banc pour tenter de trouver l’étincelle. Mais c’est finalement le retour aux affaires de deux titulaires qui va changer la donne. Olivia Epoupa entreprenante multiplie les pénétrations et parvient à desserrer l’étau. Endene Miyem en profite à la finition et patiemment, la France recolle au score, faisant subir à son adversaire un sort comparable à celui vécu en premier quart-temps. Les joueuses au croissant vont rester bloquées à trois unités pendant dix minutes, voyant disparaître l’écart précédemment creusé.

Une nouvelle fois la défense est l’assurance tous risques des Bleues avec leur profondeur de banc et leur impact physique. Sandrine Gruda et Isabelle Yacoubou longtemps en échec, c’est Sarah Michel qui fait office d’artificière en chef pour prendre le contrôle du match en fin de troisième quart-temps et prendre définitivement le contrôle du match. La puissance de Yacoubou près du cercle finit par peser et les coéquipières d’une Yilmaz trop esseulée ne parviennent plus à trouver de solutions.

Dans une poule équilibrée et après le choc du forfait de dernière minute de Céline Dumerc, l’Equipe de France a parfaitement rempli son objectif et se lance idéalement sur la route des quarts de finale.

close
Envoyer à un ami

Ce contenu a attiré votre attention et vous souhaitez le partager ? Envoyez le lien de cette page à vos amis et collègues en remplissant simplement le formulaire ci-dessous.

*Les champs obligatoires sont signalés par un astérisque

'