Vous êtes ici

EQUIPE DE FRANCE A MASCULINE

Pas si loin

par Julien Guérineau, à Rio - 14/08/2016
Bellenger/IS/FFBB
L’Equipe de France, privée de Tony Parker ménagé, a tenu tête aux Etats-Unis pour conclure la phase de poule (97-100). Elle attend désormais de connaître son adversaire en quart de finale.

Alors que dans les tables de presse on se perd en conjectures pour démêler l’infini champ des possibles dans un groupe B sans dessus-dessous, la situation dans le groupe A était-elle bien plus limpide, la perspective de voir l’Equipe de France pulvériser les Etats-Unis de 33 points pour s’emparer de la première place paraissant hautement improbable. Restait celle de surprendre des Américains bousculés par l’Australie et ainsi de changer l’ordonnancement du classement.

Dimanche soir, Vincent Collet avait décidé de modifier son cinq majeur, laissant Tony Parker sur le banc. Une position assise que le leader des Bleus, ménagé par le staff, allait conserver l’intégralité de la rencontre. L’option s’avérait plutôt payante, le duo Euroleague Thomas Heurtel-Nando De Colo semant la zizanie dans une défense US par moment particulièrement naïve. Mais de l’autre côté du terrain, les pistoleros Kevin Durant-Klay Thompson, loin de leur meilleur niveau depuis le début du tournoi ont cette fois réglé la mire. En dépit d’un bon passage de Joffrey Lauvergne agressif et efficace (22-021), lorsque la France rentre pleinement dans ses rotations, elle se fait rapidement décrocher (22-30).

Par la suite les débats s’équilibraient et les Bleus pourront même nourrir quelques regrets de regagner les vestiaires avec 9 points de retard. Deux mauvaises inspirations sur des fautes commises sur des tirs à trois-points et une technique à Vincent Collet contribueront à l’écart alors que Nando De Colo s’appliquait à démontrer que son passage en NBA avec les Spurs puis les Raptors ne reflétait pas son réel potentiel. 48 heures après la démonstration de Milos Teodosic, un autre arrière du CSKA Moscou a donc donné des maux de crâne à Tom Thibodeau, le gourou de la défense US. Tout en fluidité, De Colo a terminé les 20 premières minutes à 14 points, 3 rebonds et 5 passes décisives, ramenant un instant ses coéquipiers à 40-44.

Mais face aux Etats-Unis tout peut aller vite. Très vite. Surtout lorsque Klay Thompson redevient celui qui est sans doute le meilleur shooteur du Monde. Alors qu’il pointait jusqu’à présent à 4/26 aux tirs dont 3/16 à longue distance, le joueur des Warriors s’est lancé dans une éblouissante série au-delà de la ligne primée. Cinq réussites en l’espace de quatre minutes, certaines avec une main contre le visage, pour se donner de l’air (62-78) d’autant plus que l’Equipe de France devait composer sans De Colo, sorti suite à un coup reçu au-dessus du genou droit.

Et pourtant, les troupes de Vincent Collet ont trouvé les ressources et un cinq inédit pour relancer l’intérêt du match à la faveur d’un spectaculaire 12-4 au début du quatrième quart-temps, ponctué par un dunk à deux mains de Joffrey Lauvergne (81-85, 35e). Quelques lancers-francs et des rebonds offensifs abandonnés empêcheront cependant les Bleus de rêver plus longtemps à l'exploit. Leurs esprits sont désormais entièrement tournés vers le quart de finale, mercredi.