Vous êtes ici

EQUIPE DE FRANCE U19 MASCULINE

Sans adresse point de salut

07/07/2017
FIBA
Abandonnée par son adresse (6/28 à trois-points, 9/22 aux LF) la France est éliminée en quart de finale du Mondial U19 masculin par le Canada (73-67).

Rowan Barrett. Un nom familier des fans de basket français. L’ailier canadien avait notamment fait les beaux jours de la JDA Dijon au milieu des années 90. Il était également un incontournable de la sélection nationale, croisant la route des Bleus aux Jeux Olympiques de Sydney. Son fils, RJ, devrait pouvoir viser encore plus haut. Considéré comme le lycéen n°1 de sa classe d’âge il figurait, avant les quarts, à la deuxième place des meilleurs marqueurs du Mondial alors qu’il est deux ans plus jeune que la plupart de ses adversaires. Un phénomène né en 2000, comme Sekou Doumbouya. Et dès les premières minutes du quart de finale contre la France, Barrett a vite fait comprendre pourquoi il devrait figurer parmi les premiers choix de la draft 2019. Monstre athlétique d’une puissance rare, ce gaucher au sens aiguisé du panier et roi de la transition a inscrit 17 des 35 points de son équipe en première mi-temps, ne se reposant que l’espace de 17 secondes.

La tactique canadienne face aux Bleuets était parfaitement en place. Balle à Barrett d’un côté du terrain, défense de zone de l’autre côté. Menés 0-7 les troupes d’Hervé Coudray ont cependant bien réagi dans le sillage de Killian Tillie et Bathiste Tchouaffe (19-20, 13e). Mais sur une nouvelle poussée de fièvre de Barrett le Canada se détachait au cœur du deuxième quart-temps (25-35), profitant de l’incapacité tricolore à rentrer les paniers extérieurs (2/12 à trois-points).

C’est à l’occasion d’un de ses courts passages sur le banc qu’une embellie de loin permet à la France d’espérer. Tchouaffe signe un 2+1 suivi d’un tir primé, imité rapidement par Abdoulaye Ndoye. Un instant agréable mais trop court, vite effacé par le retour de Barrett, transformé en fixateur-distributeur notamment pour l’hyper actif et hyper complet Abu Kigab. La zone un instant abandonnée refait surface et démontre son efficacité même si les U19 parviennent à alimenter Tillie, en ligne de fond ou en tête de raquette. Ils laissent cependant échapper des points précieux aux lancers-francs et sont punis par un Kigab remarquable d’intensité. Avec Barrett, il parvient à maintenir l’écart systématiquement autour de la barre des 10 points. Un ultime effort d’un irréprochable Tillie entretient la flamme (62-67, 39e) mais le Canada ne tremble pas sur la ligne des lancers-francs et rejoint le dernier carré du Mondial.

close
Envoyer à un ami

Ce contenu a attiré votre attention et vous souhaitez le partager ? Envoyez le lien de cette page à vos amis et collègues en remplissant simplement le formulaire ci-dessous.

*Les champs obligatoires sont signalés par un astérisque

'