Vous êtes ici

Top 8 - Arena Loire Trélazé

Strasbourg en gros bras

25/03/2018
Bellenger/IS/FFBB
Trois ans après son premier titre en Coupe de France, Strasbourg est de retour en finale. La SIG a dominé Nanterre 92 (79-71) et défiera Boulazac le 21 avril.

L’ASVEL n’avait pas existé samedi soir à Trélazé. L’impression de puissance laissée par la SIG avait marqué les esprits et transformé les Alsaciens en épouvantail absolu. Mais Nanterre 92 aime les défis. Et si la machine bien huilée de Vincent Collet a semblé se mettre en branle avant la fin du premier quart-temps (19-13), les Franciliens ont rapidement répondu à l’impact physique de leur adversaire pour proposer un duel de très haut niveau. L’intensité n’a jamais quitté le parquet et si Strasbourg est rentré aux vestiaires avec un léger avantage (39-35), il l’a dû à des passages plus fréquents sur la ligne des lancers-francs, fruit d’une volonté permanente d’amener la balle près du cercle (22 points dans la raquette à la pause).

Mais c’est en trouvant un peu de réussite extérieure par l’intermédiaire de David Logan que la SIG est parvenue à creuser un écart plus conséquent. Une problématique pour Nanterre 92, couplée aux fautes de Johan Passave-Ducteil, dont la dureté à cruellement manqué à Pascal Donnadieu, et à la blessure de Lahaou Konate. En début de quatrième quart-temps, alors que Strasbourg durcissait le ton défensivement, Levi Randolph, muet jusqu’alors faisait mouche à deux reprises à longue distance. Zack Wright poursuivait de son côté ses attaques permanentes du cercle (61-50) tandis que Louis Labeyrie s’imposait à l’intérieur. Le match avait choisi son vainqueur mais Shuler puis Wilson relançaient le suspense à deux minutes du buzzer (72-69). Cependant le quintuple finaliste du championnat de France ne tremblait pas et allait chercher sur la ligne sa qualification pour l’AccorHotels Arena.

Strasbourg bat Nanterre    79-71


Jérémy Leloup (Strasbourg) : "Quand on a l’effectif pour cela permet de jouer à fond la Coupe de France. C’est la meilleure façon de préparer le quart de finale de BCL mercredi."

Vincent Collet (Strasbourg) : "Nous avons été très dominateurs dimanche dernier en championnat. Ce soir les deux équipes présentaient la même intensité. Cela nous a perturbés. Jamais nous n’avons pu nous détacher mais nous sommes restés sérieux. Je ne sais pas si nous sommes plus forts qu’il y a deux ans mais je trouve que nous avons des joueurs de caractère. J’ai dit qu’en première mi-temps cela ressemblait à un match de playoffs… et pas du premier tour."

Johan Passave (Nanterre) : "On s’est battus dans un match avec beaucoup d’intensité. Malheureusement on a eu trop de déchets alors que Strasbourg a bien récité son basket et nous a usés. En face c’est un rouleau compresseur. On perd en plus Lahaou Konate qui est un peu le général de la défense."

Pascal Donnadieu (Nanterre) : "Ce soir on a été héroïques. J’ai un grand sentiment de fierté ce soir. Nous avons repoussé nos limites. Il ne faut pas pleurnicher, les blessures font partie du jeu. Etre capables de les tenir par rapport à leurs qualités, je n’arrive pas à être vraiment déçu. On aurait pu faire un hold-up et je salue le courage de mes joueurs."

close
Envoyer à un ami

Ce contenu a attiré votre attention et vous souhaitez le partager ? Envoyez le lien de cette page à vos amis et collègues en remplissant simplement le formulaire ci-dessous.

*Les champs obligatoires sont signalés par un astérisque

'