Vous êtes ici

Coupe de France masculine

Strasbourg en patron

Bellenger/IS/FFBB
21/04/2018
Strasbourg a remporté sa deuxième Coupe de France en quatre ans, s’imposant largement face à Boulazac, 82-62.

Personne ne les attendait à pareille fête. Mais le club de Boulazac a su profiter des occasions présentées à lui pour se frayer un chemin jusqu’à Paris malgré son avant-dernière place au classement de la Jeep Elite. Et pendant de longues minutes les joueurs de Claude Bergeaud ont fait souffler un vent de folie sur l’AccorHotels Arena, imprimant un rythme endiablé qui n’était pas sans rappeler celui de décembre dernier ponctué par une victoire 109-102 du BBD sur Strasbourg.

A 16-23 après le premier quart-temps, Vincent Collet trouvait les mots pour remettre son équipe, sur une mauvaise série depuis son élimination en quart de finale de la Champions League FIBA, dans le droit chemin. Les mots et surtout l’impact de Florent Pietrus. A 38 ans, l’intérieur aux 230 sélections en Equipe de France n’a pas son pareil pour changer le rythme d’une rencontre. En durcissant le ton il a totalement fait dérailler l’attaque de Boulazac, qui restera muette pendant près de six longues minutes. Les temps-morts n’y changeront rien et un terrible 24-8 plaçait le BBD dans les cordes.

Une situation qui n’évoluait pas au retour des vestiaires, David Logan écartant le jeu à longue distance avant que Damien Inglis et Louis Labeyrie ne punissent Boulazac près du cercle. La remarquable réussite à trois-points des joueurs de la Dordogne laissait cependant planer le doute quant à l’identité du vainqueur. La variété des options strasbourgeoises, leur impact défensif et l’adresse de Logan s’avéraient cependant décisifs. L’écart final s’avérait assez sévèrement pour un valeureux BBD qui ne boxe cependant pas dans la même catégorie que le vainqueur du jour qui s’adjuge un nouveau trophée, en attendant celui de champion de France qui lui échappe toujours.

Déclarations d'après match

David Logan (MVP de la finale et joueur de Strasbourg) : "C'est un honneur de gagner un titre, quelque soit le titre. Après nos trois défaites, cette victoire nous permet de rester positif et de remobiliser les troupes. On est ravi de cette victoire !"

Vincent Collet (coach de Strasbourg) : "Il faut féliciter Boulazac pour le match qu'il a réalisé. Ils nous ont posé des problèmes, avec un jeu très aggressif et une réussite étonnante (9/14 à 3pts à la fin du 3e QT). On a eu un départ laborieux, avec trop de pertes de balles, mais on a installé un niveau défensif intéressant qui nous a permis d e provoquer des pertes de balle. Notre aggréssivité défensive leur a interdit la raquette. Malgré tout, il a fallu lutté et qu'on soit combattif, et on l'a été."

Arnaud Kerckhof (capitaine de Boulazac) : "C'est dommage, on avait à coeur de jouer un gros match. Le reflet de cette défaite de 20pts nous fait mal, à notre orgueil, car il ne reflète pas la physionomie de la rencontre. On fait ce qu'il faut au 1er QT, puis on se prend un gros écart de 16pts et on subit la pression strasbourgeoise."

Claude Bergeaud (coach Boulazac) : "Ce qu'il nous manque, c'est un jeu intérieur plus performant, tant sur le plan défensif qu'offensif. Offensivement, notre pourcentage intérieur est à 7 sur 30. On a aussi ramassé sur le secteur défensif. On a eu la bonne attitude, mais on dérape dans le 2e QT."


 

close
Envoyer à un ami

Ce contenu a attiré votre attention et vous souhaitez le partager ? Envoyez le lien de cette page à vos amis et collègues en remplissant simplement le formulaire ci-dessous.

*Les champs obligatoires sont signalés par un astérisque

'