Equipe de France féminine

Tirage au sort des huitièmes de finale

Corps: 

 

Côte d’Opale Basket Calais (LF2) / Tarbes Gespe Bigorre (LFB)
USO Mondeville Basket (LFB) / Lyon Basket Féminin (LFB)
Angers UFAB 49 (LF2) / Cavigal Nice Basket (LFB)
Saint Amand Hainaut Basket (LFB) / Flammes Carolo Basket Ardennes (LFB)
Toulouse Métropole Basket (LF2) / Roche Vendée BC (LFB)

Les rencontres se dérouleront le samedi 9 décembre 2017 à 20h00 (sous réserve de modifications).

Suivez la Coupe de France sur les Réseaux Sociaux avec #CDFBasket et retrouvez toute l’actualité sur la page Facebook Coupe de France de BasketBall

Catégorie: 
Surtitre: 
Coupe de France féminine - Trophée Joë Jaunay
Auteur: 
À Villeneuve d'Ascq, Kévin Bosi (FFBB)
Date d’écriture: 
Mardi, 14. Novembre 2017
Vignette: 
Chapeau: 
En marge du stage des Bleues à Villeneuve d’Ascq (qui rencontre la Roumanie dans le cadre des qualifications à l’Euro 2019), les joueuses de l’Équipe de France féminine, Endy Miyem et Helena Ciak, ont procédé au tirage au sort des huitièmes de finale de la Coupe de France féminine.
crédit: 
(Crédit : Bosi/FFBB)

Elodie Godin du Tango à l'Orange

Corps: 

Peux-tu nous raconter comment tu es arrivée sur le banc de la sélection des Pays-Bas ?
Lors de la saison dernière, le coach est venu voir Naomi Halman à Montpellier pour un match. Il m'a proposé ce rôle d'assistante car il a remarqué que je communiquais beaucoup avec les joueuses, il a trouvé en moi un leader sur le terrain. Il s'est dit que ça pouvait être parfait dans la communication entre ses joueuses et lui. Au début je ne savais pas trop si je voulais faire ça ou pas et je me suis dit que ça ne coûtait rien d'essayer. Étant retraitée en Équipe de France, j'ai plus de temps l'été. Il fallait essayer et préparer ma reconversion. J'ai eu des responsabilités cet été, ça s'est super bien passé. Après c'est vrai qu'être joueuse et assistante sont deux choses bien différentes.

Comment se passe ton adaptation/intégration ?
Tout se fait en anglais pour l'instant, il va falloir que je me mette au néerlandais. Tout le monde parle couramment anglais donc c'est plutôt simple par rapport à la langue. Après quelques joueuses me connaissaient pour avoir avec ou contre elles donc ça a été facile.

Quel est ton rôle dans le staff ?
A chaque fin d'entraînement je m'occupe du secteur intérieur, j'y suis plus à l'aise de part mon expérience à ce niveau. En général, je suis plus sur la communication entre les joueuses et le coach, donner des conseils notamment en défense, rectifier quelques poses d'écran, des choses techniques. Mais la priorité est sur le secteur intérieur.

Peux-tu nous parler de l'équipe nationale néerlandaise ?
L'équipe est très très jeune, la moyenne d'âge doit être 22-23 ans. La plupart des filles jouent en Allemagne, deux jouent en Pologne et une à Galatasaray (Chatilla Van Grinsven, passée par Arras et Bourges notamment). On a donc qu'une joueuse qui évolue en Euroligue, certaines travaillent et s'entraînent le soir. C'est un autre monde notamment avec la France où on est toutes professionnelles. Le niveau n'est donc pas le même mais les filles en veulent, aiment le maillot de l'équipe nationale.

Les Pays-Bas sont dans le groupe F avec l'Ukraine, l'Espagne et la Bulgarie. Quel est l'objectif ?
Il faut être honnête, si on veut espérer quelque chose il faudra gagner contre l'Ukraine samedi chez nous. Si on perd celui-là on est presque condamné. On est concentré sur ce match car après c'est l'Espagne... Je ne dis pas qu'on ne fait pas le travail mais on sait que c'est un niveau complètement au-dessus et que ce serait un vrai exploit de gagner là-bas. Ce n'est pas notre priorité, d'abord gagner samedi contre l'Ukraine pour avoir une chance de se qualifier.

Est-ce que le métier d'entraîneur est devenu un objectif maintenant ?
Ce n'était pas ma priorité de rester dans le basket mais avec le projet qu'il y a ici pour moi je me dis pourquoi pas. Je suis assistante coach pour l'instant mais après pourquoi pas m'occuper de leur Centre Fédéral sur Amsterdam. Ca serait quelque chose qui pourrait m'intéresser, il y a beaucoup de jeunes talents et du travail à faire ici.

Les Pays-Bas affronteront l'Ukraine samedi 11 novembre à Amsterdam (20h) puis iront défier l'Espagne mercredi 15 novembre à Valladolid (20h00).

Catégorie: 
Surtitre: 
EuroBasket féminin 2019 - Qualifications
Auteur: 
Propos recueillis par Arnaud Dunikowski (LFB)
Date d’écriture: 
Jeudi, 9. Novembre 2017
Vignette: 
Chapeau: 
Capitaine du Bourges Basket et ex-internationale tricolore, Elodie Godin a troqué sa tenue Tango pour le Oranje le temps de la première fenêtre FIBA de la saison. A deux jours du premier match qualificatif à l'Euro 2019, celle qui est désormais assistante en équipe nationale des Pays-Bas nous explique son rôle au sein du staff néerlandais.
Social_posts: 
<blockquote class="twitter-tweet" data-lang="fr"><p lang="nl" dir="ltr">Vandaag kwamen de <a href="https://twitter.com/hashtag/OrangeAngels?src=hash&amp;ref_src=twsrc%5Etfw">#OrangeAngels</a> voor de eerste keer samen in aanloop naar de wedstrijd van zaterdag tegen<br>&gt; <a href="https://t.co/HUX029gPdO">https://t.co/HUX029gPdO</a> <a href="https://t.co/yaYQaNzZ9W">pic.twitter.com/yaYQaNzZ9W</a></p>&mdash; NBB (@BasketballBond) <a href="https://twitter.com/BasketballBond/status/927640181997559808?ref_src=twsrc%5Etfw">6 novembre 2017</a></blockquote> <script async src="https://platform.twitter.com/widgets.js" charset="utf-8"></script>

12 Filles en Or

Corps: 

Pour la première fois de son histoire, l’Équipe de France féminine fut sacrée championne d’Europe en 2001, sur le territoire national, au Mans. Cela eu pour effet de propulser le basket féminin sous les projecteurs médiatiques.

Cette nuit-là, Ilona Kostine s’était retrouvée dans une boîte de nuit du centre du Mans, invitée par ses équipières de Bourges avec qui elle avait gagné l’Euroligue quelques mois auparavant. Seulement le champagne a dû lui paraître bien amer. La Russie venait d’échouer en finale de l’Eurobasket (68-73) et ce sont les Françaises qui riaient, dansaient, savouraient ce moment unique.
En ce début de XXIe siècle, la Russie était encore une référence du basket féminin européen même si elle n’était pas la superpuissance qu’avait constitué feu l’URSS, vingt-et-une fois championne du continent. Ce soir-là, Maria Stepanova, si reconnaissable avec ses jambes interminables qui la propulsent à 2,02m, réalisa un double double (12 points et 10 rebonds), Elena Baranova et Ioulia Skopa scorèrent 14 points chacune, et Ilona Korstine effectua ses habituelles contorsions sous le cercle, mais jamais les Bleues ne furent fébriles, même quand les Russes semblèrent pouvoir revenir à leur hauteur dans le troisième quart-temps.
« Je vais vous surprendre en disant que je n’étais pas plus énervé que d’habitude, que je n’ai pas eu d’inquiétude majeure, même au retour des Russes. C’est étonnant le sentiment de calme que j’avais ce matin, on est allé faire une séance de détente au stade, en plein air, où on s’est bien amusé. Sans crispation. Les filles ont franchi un palier » commentait après coup le coach Alain Jardel.
« C’est toute la confiance qu’on a accumulée depuis 1999. On croit en certaines choses, on espère beaucoup et on a conscience qu’il ne faut plus stresser », surenchérissait Cathy Melain faisant référence au parcours de son équipe à l’Euro précédent et aux JO de Sydney. La première fois, les Françaises avaient butté lors du dernier acte face au pays hôte, la Pologne, la deuxième fois en quart de finale au bénéfice de la Corée du Sud qu’elles auraient probablement battu neuf fois sur dix.

Cathy Melain élue MVP de l’Euro

Sérénité, c’est le mot qui résume tout le parcours de l’Équipe de France, à Orléans et au Mans. Elle remporta ses huit matches et n’a donc jamais démâté même quand les vents étaient défavorables contre l’Espagne. Cette équipe réunissait des joueuses d’âges différents (32 ans pour l’aînée Yannick Souvré, 22 ans pour la benjamine Edwige Lawson), qui n’étaient pas toutes copines en dehors du terrain, mais qui étaient réunies sur un intérêt commun : gagner. « Ce qui m’a le plus marqué, c’est cette osmose. Nous sommes douze joueuses qui sommes interchangeables. Certaines jouent plus que d’autres mais on ne le sent pas. Et c’est rare les équipes où on ne sent pas la différence entre celles qui jouent et celles qui ne jouent pas », faisait remarquer Laure Savasta.
La France s’appuya tout de même sur un cinq particulièrement performant avec Yannick Souvré à la mène, Audrey Sauret et Cathy Melain à l’extérieur, Nicole Antibe et Isabelle Fijalkowski à l’intérieur. Plus Sandra Le Dréan et Edwige Lawson comme principales rotations. Si une tête dépassait du groupe, c’est celle de Cathy Melain au sommet de son art et élue MVP de la compétition. « Elle sait tout faire et ses coéquipières, ses entraîneurs et probablement ses adversaires, vous diront tous que c’est une joueuse complète. Moi qui la connais bien, je dirais totale. Car pour Cathy, le basket c’est sa vie. Pas un magazine, pas un match télévisé ne lui échappe. Elle en mange matin, midi et soir. Pour son plaisir mais également pour son éducation car Cathy est une perfectionniste, une ambitieuse qui voit toujours plus haut », analysa Yannick Souvré.

Sur les chaînes généralistes

Distant lors du quart et de la demi-finale, le public d’Antarès au Mans sut se mobiliser vocalement pour la finale. « C’est ça l’avantage du terrain, le public a su nous encourager et je remercie celui du Mans et tous les autres qui ont compris qu’au-delà d’une aventure sportive, il s’agit d’une aventure humaine », s’enthousiasma Alain Jardel.
De fait, les 12 filles en or ont profondément marqué les esprits. C’était la première fois qu’une Équipe de France de basket était Championne d’Europe. Demi-finale et finale furent diffusées sur France Télévisions ce qui assurait inévitablement une caisse de résonnance supérieure. Les jours suivants, les joueuses et leur coach furent les invités de différentes chaînes de télévision et de stations de radio, les unes aux Mandrake d’Or de Jean-Pierre Foucault, les Valenciennoises à Télé Matin, Yannick Souvré, la plus sollicitée, à On a tout essayé de Laurent Ruquier. « C’est la première année où les médias généralistes s’intéressent à nous et à la Ligue parce que les douze Championnes d’Europe y jouent », nota la capitaine des Bleues.
Le Président de la Fédération, Yvan Mainini, avait également savouré de voir les Françaises investir la plus haute marche du podium. « Il y a des moments comme cela où il y a une forte envie de chialer, quand on entend La Marseillaise parce qu’on se dit qu’on y est quand même un peu pour quelque chose pour en être arrivé là. »

Catégorie: 
Surtitre: 
20 ans LFB
Auteur: 
Texte : Pascal Legendre
Date d’écriture: 
Lundi, 6. Novembre 2017
Vignette: 
Chapeau: 
La Ligue Féminine de Basket fête ses 20 ans. Tout au long de la saison, la LFB vous propose de découvrir ou redécouvrir, les faits marquants, les équipes, les entraîneurs ou encore les joueuses qui ont fait sa légende. Aujourd'hui, et alors que s'ouvre la première fenêtre de qualification à l'Euro féminin 2019, retour sur l'épopée victorieuse des Bleues en 2001.
Social_posts: 
<iframe frameborder="0" width="480" height="270" src="//www.dailymotion.com/embed/video/x7o1cq" allowfullscreen></iframe>

Sandrine Gruda, 3822 jours après

Corps: 

Trois matches sont programmés samedi soir pour les gros bras que sont Charleville-Mézières, Bourges et Villeneuve d'Ascq. Co-leaders, Ardennaises et Berruyeres reçoivent respectivement Mondeville et Nice. L'ESBVA-LM accueille de son côté l'équipe de Tarbes. L'occasion pour Aby Gaye, Championne de France avec le club nordiste la saison dernière, de retrouver le Palacium.

Dimanche, ce sera le tour des clubs européens ayant joué jeudi. Vainqueur à Cegled (76-59), Basket Landes recevra Nantes Rezé qui a été battu à Namur (77-60). Hainaut Basket, qui s'est imposé à Györ (74-62) jouera à Lattes Montpellier. Les Gazelles, qui ont décroché un premier succès en Euroligue mercredi, comptent bien enchaîner pour rester à proximité du Top 4.

Ligue Féminine - Journée 6

Vendredi 3 novembre - 20h00
Lyon - Roche Vendée

Samedi 4 novembre - 20h00
Charleville-Mézières - Mondeville
Villeneuve d'Ascq - Tarbes
Bourges - Nice

Dimanche 5 novembre
Basket Landes - Nantes Rezé (15h00)
Lattes Montpellier - Hainaut Basket (15h30)

Catégorie: 
Surtitre: 
Ligue Féminine - Journée 6
Auteur: 
Texte : Arnaud Dunikowski - Photo : Florent Larronde
Date d’écriture: 
Vendredi, 3. Novembre 2017
Vignette: 
Chapeau: 
10 ans et 5 mois après son dernier match officiel en LFB, une finale de playoffs gagnée avec Valenciennes contre Bourges, Sandrine Gruda va de nouveau fouler un parquet de Ligue Féminine. Avec son nouveau club de Lyon, l'intérieure tricolore affronte ce vendredi le promu Roche Vendée à l'occasion de la sixième journée de championnat.
Social_posts: 
<blockquote class="twitter-tweet" data-lang="fr"><p lang="fr" dir="ltr">Hâte de retrouver la compétition <a href="https://twitter.com/ASVEL_Feminin?ref_src=twsrc%5Etfw">@ASVEL_Feminin</a> <br>La <a href="https://twitter.com/hashtag/TeamASVEL?src=hash&amp;ref_src=twsrc%5Etfw">#TeamASVEL</a> compte sur votre soutien A demain, 20h<a href="https://twitter.com/hashtag/TeamGruda?src=hash&amp;ref_src=twsrc%5Etfw">#TeamGruda</a> <a href="https://twitter.com/hashtag/GameTime?src=hash&amp;ref_src=twsrc%5Etfw">#GameTime</a> <a href="https://t.co/j7xxdd3n3w">pic.twitter.com/j7xxdd3n3w</a></p>&mdash; Sandrine Gruda EM (@Sandrine_Gruda) <a href="https://twitter.com/Sandrine_Gruda/status/926143146702069760?ref_src=twsrc%5Etfw">2 novembre 2017</a></blockquote> <script async src="https://platform.twitter.com/widgets.js" charset="utf-8"></script>

Sandrine Gruda autorisée à jouer

Corps: 

Après 10 ans d'exil (Ekaterinbourg, Fenerbahce), Sandrine Gruda est de retour en France. L'intérieure martiniquaise, formée au Centre Fédéral, rejoint le grand club de Valenciennes pour ses débuts professionnels. Avec l'USVO (2005-2007), elle réalise le doublé coupe-championnat en 2007. MVP française et espoir pendant ses deux années en LFB, elle prend la direction de la Russie où elle fait le bonheur d'Ekaterinbourg. Le succès est au rendez-vous pour Gruda qui remporte l'Euroligue (2013, 2016) et plusieurs coupes et championnats de Russie. Son talent traverse également l'Atlantique puisqu'elle a à son compteur six saisons en WNBA (145 matches joués) et un titre en 2016 avec Los Angeles.

7ème meilleure marqueuse de l'histoire des Bleues (2049 points), elle décroche plusieurs médailles avec la sélection nationale dont le titre européen en 2009 et l'argent aux Jeux Olympiques de Londres en 2012.

Le retour de Sandrine Gruda en Ligue Féminine est une vraie chance pour la LFB qui voit revenir sur le sol national l'une des meilleures joueuses du basket français.

Jean-Pierre Siutat, Président de la FFBB : "C'est une grande nouvelle pour le basket féminin français de revoir Sandrine en France et dans un club LFB. Elle a joué dans les plus grands clubs européens et il y a quelques jours encore une finale WNBA. Elle fait également son retour parmi les Bleues en vue de la prochaine fenêtre FIBA de qualification à l’Euro féminin 2019. Plus de 80% de ces joueuses évoluent en LFB et c’est un vrai plus pour l’image et l’attractivité de notre Ligue."

Philippe Legname, Président de la LFB : "C'est une vraie chance pour le basket français que de voir Sandrine Gruda revenir en Ligue Féminine. Après deux saisons de très haut-niveau avec Valenciennes alors qu'elle n'a que 18 ans, elle a pu progresser durant ses années à l'étranger pour devenir une référence mondiale à son poste. Son arrivée à Lyon prouve que les clubs français peuvent attirer des joueuses reconnues. Cela va mettre en lumière notre championnat et nous devrons profiter de sa présence pour accroître la visibilité de la LFB."

Catégorie: 
Surtitre: 
Ligue Féminine
Auteur: 
Arnaud Dunikowski (LFB)
Date d’écriture: 
Mercredi, 25. Octobre 2017
Vignette: 
Chapeau: 
L'internationale tricolore Sandrine Gruda (161 sélections) a été autorisée à participer au championnat de Ligue Féminine par la Commission de Contrôle de Gestion. Elle pourra jouer son premier match avec son nouveau club, Lyon ASVEL Féminin, dès samedi contre Montbrison en Coupe de France.
Social_posts: 
<blockquote class="twitter-tweet" data-lang="fr"><p lang="fr" dir="ltr">Communiqué - L&#39;internationale française <a href="https://twitter.com/Sandrine_Gruda?ref_src=twsrc%5Etfw">@Sandrine_Gruda</a>, nouvelle Lionne !<br>➡️ <a href="https://t.co/FbXCzXfZr1">https://t.co/FbXCzXfZr1</a><a href="https://twitter.com/hashtag/TeamASVEL?src=hash&amp;ref_src=twsrc%5Etfw">#TeamASVEL</a> <a href="https://twitter.com/hashtag/NouveauChapitre?src=hash&amp;ref_src=twsrc%5Etfw">#NouveauChapitre</a> <a href="https://t.co/I5f2UxgmcS">pic.twitter.com/I5f2UxgmcS</a></p>&mdash; Lyon ASVEL Féminin (@ASVEL_Feminin) <a href="https://twitter.com/ASVEL_Feminin/status/921445281455050752?ref_src=twsrc%5Etfw">20 octobre 2017</a></blockquote> <script async src="//platform.twitter.com/widgets.js" charset="utf-8"></script>

Céline Dumerc lauréate 2017

Corps: 

Avec ses 12,8 points, 4,0 rebonds et 6,6 passes décisives de moyenne en LFB, Céline Dumerc a livré le meilleur exercice statistique de sa carrière et aura été déterminante dans le parcours des Bleues jusqu’en finale de l’EuroBasket Women. Sa popularité et son impact sur les réseaux sociaux sont aussi à souligner. Cap’s a ainsi largement dominé le vote du public organisé sur le site de la Fédération. Encore en LF2 il y a cinq ans, la première saison d’Helena Ciak a l’étranger a visiblement marqué les esprits. Meilleur marqueur français en NBA et meilleur marqueur des Bleus à l’EuroBasket, Evan Fournier complète le podium 2017.

Classement du vote du Trophée Alain Gilles 2017
Céline Dumerc 79 points (6 - 1ère place)
Helena Ciak 56 points (3 - 1ère place)
Evan Fournier 49 points (2 - 1ère place)
Nando De Colo 44 points (1 - 1ère place)
Rudy Gobert 42 points (3 - 1ère place)
Edwin Jackson 15 points
Endy Miyem 14 points
Marine Johannes 7 points
Boris Diaw 7 points
Olivia Epoupa 7 points
Antoine Diot 5 points
Moustapha Fall 5 points

Le jury 2017
Jean-Pierre Siutat (représentant FFBB), Patrick Beesley (DTN), Philippe Legname (LFB), Alain Béral (LNB), Isabelle Fijalkowski (Club des Internationaux), Stephen Brun (personnalité), Yann Ohnona (L’Equipe), François Bontoux (AFP), Michaël Rigollet (Le Journal de Saône et Loire), Régis Schneider (Dernières Nouvelles d’Alsace), Yann Casseville (Basket), David Cozette (SFR Sport), Pascal Legendre (basketeurope.com), Gabriel Pantel Jouve (bebasket.com), le public.

Catégorie: 
Surtitre: 
Trophée Alain Gilles
Date d’écriture: 
Vendredi, 13. Octobre 2017
Vignette: 
Chapeau: 
Le Trophée Alain Gilles, récompensant le meilleur joueur français ou la meilleure joueuse française de la saison 2016-2017, a été décerné à la capitaine de l'Equipe de France Céline Dumerc.
Social_posts: 
<iframe width="560" height="315" src="https://www.youtube.com/embed/QqR3KiG95hY" frameborder="0" allowfullscreen></iframe> <iframe width="560" height="315" src="https://www.youtube.com/embed/gWVq_PoxesM" frameborder="0" allowfullscreen></iframe>

Ciak et Koursk raflent la SuperCoupe

Corps: 

En remportant ce match, le club russe succède à Ekaterinbourg au palmarès de cette compétion et montre qu'il sera l'un des favoris à sa propre succession en Euroligue. 

Pour revoir le match de la SuperCoupe c'est ici :

Catégorie: 
Surtitre: 
Françaises de l'Etranger
Auteur: 
Sylvain Bourdois Chupin
Date d’écriture: 
Vendredi, 6. Octobre 2017
Vignette: 
Chapeau: 
Le Dynamo Koursk, vainqueur de l'Euroligue 2017, a remporté (84-73) hier soir la SuperCoupe européenne face au club turc Yakin Dogu Universitesi, vainqueur de l'EuroCup. Une saison qui commence bien pour la Française Héléna Ciak et ses partenaires.
Social_posts: 
<iframe width="560" height="315" src="https://www.youtube.com/embed/y33XyFO5Gws" frameborder="0" allowfullscreen></iframe> <blockquote class="twitter-tweet" data-lang="fr"><p lang="en" dir="ltr">.<a href="https://twitter.com/KurskBasket?ref_src=twsrc%5Etfw">@KurskBasket</a> add SuperCup Women in their cabinet after defeating <a href="https://twitter.com/YDU_Melekleri?ref_src=twsrc%5Etfw">@YDU_Melekleri</a> 84-73! <a href="https://twitter.com/hashtag/EuroLeagueWomen?src=hash&amp;ref_src=twsrc%5Etfw">#EuroLeagueWomen</a><br><br> <a href="https://t.co/Z44wo7Kg2f">https://t.co/Z44wo7Kg2f</a> <a href="https://t.co/2sJ3f3huMw">pic.twitter.com/2sJ3f3huMw</a></p>&mdash; EuroLeague Women (@EuroLeagueWomen) <a href="https://twitter.com/EuroLeagueWomen/status/916015243951828993?ref_src=twsrc%5Etfw">5 octobre 2017</a></blockquote> <script async src="//platform.twitter.com/widgets.js" charset="utf-8"></script> <blockquote class="twitter-tweet" data-lang="fr"><p lang="en" dir="ltr">2017 <a href="https://twitter.com/hashtag/EuroLeagueWomen?src=hash&amp;ref_src=twsrc%5Etfw">#EuroLeagueWomen</a> and <a href="https://twitter.com/hashtag/EuroCupWomen?src=hash&amp;ref_src=twsrc%5Etfw">#EuroCupWomen</a> champs square-off for the SuperCup ! <a href="https://twitter.com/annacruz_15?ref_src=twsrc%5Etfw">@annacruz_15</a> <a href="https://twitter.com/QHollingsworth9?ref_src=twsrc%5Etfw">@QHollingsworth9</a> <br><br><a href="https://t.co/FJjs5qTQpS">https://t.co/FJjs5qTQpS</a> <a href="https://t.co/BftFKF2pqI">pic.twitter.com/BftFKF2pqI</a></p>&mdash; EuroLeague Women (@EuroLeagueWomen) <a href="https://twitter.com/EuroLeagueWomen/status/915894354887163904?ref_src=twsrc%5Etfw">5 octobre 2017</a></blockquote> <script async src="//platform.twitter.com/widgets.js" charset="utf-8"></script>

Céline Dumerc, l’idole des Jeux

Corps: 

Depuis ses exploits personnels et la médaille d’argent aux Jeux Olympiques de Londres avec l’Équipe de France, Céline Dumerc est la figure emblématique de la Ligue Féminine et l’une des sportives françaises les plus médiatisées.

Que représentait la Ligue quand vous étiez à l’INSEP ?
Ça représentait le haut niveau, le côté professionnel d’une passion que j’avais depuis que j’étais toute petite. Jouer en Ligue, c’était le Graal du basket. A partir du moment où tu avais l’opportunité de jouer en Ligue, tu faisais partie des grandes.

A partir de quand avez-vous imaginé gagner votre vie en jouant au basket ?
J’ai réalisé ça assez tard. A mon époque, quand j’ai commencé le basket, il y avait quand même un petit peu moins de médiatisation, très peu de matches à la télé. Même s’il y avait déjà une équipe féminine en première division à Tarbes, je n’avais pas conscience que l’on puisse faire de sa passion un métier. Ce n’est pas quelque chose qui m’a animée. C’est à l’issue de l’INSEP, quand il a fallu commencer à discuter pour trouver un club où là, concrètement, tu allais négocier ton premier salaire, que j’ai pris conscience que j’allais être rémunérée pour vivre de ma passion, que j’allais en faire mon métier.

Qu’est-ce qui a le plus changé en 20 ans ? Les structures dans les clubs, la qualité des entrainements, le niveau des joueuses ?
Ce ne sont plus les mêmes personnes ! (rires) Il y a vingt ans, j’étais toute jeune et maintenant je suis la plus vieille. Ce qui a le plus changé c’est le professionnalisme dans tous les secteurs et dans tous les clubs. De meilleures structures, plus de suivi, un public présent. Une amélioration à tous les niveaux. Je n’ai que trois clubs à mon actif dans le championnat de France mais quand on en discute avec les filles, le sentiment c’est que les clubs se sont vraiment développés dans le bon côté des choses.

« Au niveau international, on a des résultats et ça passe aussi par les saisons que l’on a en club »

Aujourd’hui, beaucoup de joueuses françaises ont eu au moins une médaille en jeune, c’est la preuve que le niveau s’est considérablement élevé ?
Tout à fait. Je pense sincèrement que le niveau s’est élevé, je dirais s’est homogénéisé. Je n’aime pas trop comparer le basket d’il y a trente ans et même d’il y a dix ans. Mais en tous les cas, il y a de plus en plus de bonnes joueuses. Peut-être y a t-il moins d’éléments qui sortent du lot, comme par exemple aux Etats-Unis où il y a des joueuses de niveau mondial, nous c’est davantage dans le milieu de ce niveau mondial, mais c’est homogène. Au niveau international, on a des résultats et ça passe aussi par les saisons que l’on a en club.

Le regard des gens sur vous, femmes faisant du basket, a t-il changé durant cette période ?
Je pense, dans le sens que l’on est véritablement reconnues comme sportives de haut niveau. Très peu de gens demandent si on est professionnelles, si on a un métier à côté. Ils se rendent compte que même si on est des femmes et que ce sport-là est un petit peu moins médiatisé, les résultats, notamment de l’Équipe de France depuis quelques années, nous ont mis un peu sur les écrans. Les gens connaissent mieux le basket féminin et on est un peu plus reconnues.

Avez-vous discuté du professionnalisme avec d’autres sportives ?
Oui, on en discute quand on a l’occasion de se croiser. Je me rends compte que l’on est très privilégié au niveau du basket. Notre fédération fait beaucoup d’efforts pour que l’on soit au même niveau que les garçons, que l’on ait les mêmes conditions de travail en Équipe de France. On se rend compte qu’au niveau des clubs on est assez en avance, privilégiées, car il y a beaucoup de sportives qui ne sont pas professionnelles alors que quand on discute de leurs journées, elles ont des entraînements quotidiens en plus du boulot qu’elles ont à côté. Nous, on a un sacré confort, on a juste à prendre nos baskets, c’est du luxe.

Jouer au basket, en Équipe de France, en Euroligue, en championnat, s’entraîner, se déplacer, laisse-t-il du temps pour faire autre chose ?
C’est vrai qu’être en Équipe de France, d’être engagée avec son club, plus de faire une Coupe d’Europe, ça ne laisse pas beaucoup de temps. Certaines arrivent à concilier ça avec des études notamment par correspondance, mais il faut vraiment être très motivée. C’est vrai que je ne suis pas trop comme ça. J’ai l’impression que si je me lance dans un autre projet, je ferais les choses à moitié. Même si parfois on ne s’entraîne qu’une fois, la récupération fait aussi partie de notre activité et c’est sûr que les journées sont très chargées. C’est difficile d’avoir un métier ou de faire des études parallèlement si on veut se donner toutes les chances pour essayer de performer au plus haut niveau.

« J’ai eu très peu de blessures et je pense que c’est aussi dû à mon hygiène de vie »

Faut-il prendre soin de son corps en permanence ?
Carrément ! Le corps, c’est notre outil de travail. Au début, on fait quelques bêtises de jeunesse, on veut un peu trop profiter de la vie comme des jeunes qui vont à l’université qui font la fête le jeudi soir. Ça laisse des séquelles. Je l’ai vécu. C’est compliqué de demander à de jeunes athlètes d’être vigilantes. Il faut savoir faire des erreurs pour après rectifier le tir et savoir à quel point l’hygiène de vie est importante pour perdurer à haut niveau. Quand on est en forme, c’est plus facile de faire de bons matches que quand on a fait des excès alimentaires ou autres car la performance est impactée. J’ai fait des erreurs et j’en ai tiré des enseignements. J’ai eu très peu de blessures et je pense que c’est aussi dû à mon hygiène de vie.

Quelle situation préférez-vous, celle avant les Jeux de Londres ou après ?
Sans hésitation, après les Jeux. Ça été un chamboulement personnel avec les retombées médiatiques, il y a eu un véritable engouement pour le basket et j’en ai été un peu la tête d’affiche. Mais après, quand on se déplace dans les salles avec son club et qu’elles sont pleines, que les gens viennent voir « Les Braqueuses », c’est un plus. Quand les gamins et les gamines viennent à la fin des matches demander des autographes avec des étoiles plein les yeux, c’est génial. Certes on ne fait pas du basket pour être reconnu, pour être dans les médias, mais quand on a de la reconnaissance, surtout des plus jeunes, c’est un sacré clin d’œil. C’est plaisant et absolument pas pesant.

Cliquez ici pour accéder à la fiche de Céline Dumerc (16 saisons LFB - 423 matches joués au 5 oct. 2017)

Catégorie: 
Surtitre: 
20 ans LFB
Auteur: 
Pascal Legendre
Date d’écriture: 
Jeudi, 5. Octobre 2017
Vignette: 
Chapeau: 
La Ligue Féminine de Basket fête ses 20 ans. Tout au long de la saison, la LFB vous propose de découvrir ou redécouvrir, les faits marquants, les équipes, les entraîneurs ou encore les joueuses qui ont fait sa légende. Aujourd'hui, zoom sur Céline Dumerc et ses 16 saisons en Ligue Féminine.
Social_posts: 
<blockquote class="twitter-tweet" data-lang="fr"><p lang="fr" dir="ltr"><a href="https://twitter.com/hashtag/20ansLFB?src=hash&amp;ref_src=twsrc%5Etfw">#20ansLFB</a> - Légende Céline Dumerc (<a href="https://twitter.com/capsule19?ref_src=twsrc%5Etfw">@capsule19</a>) l&#39;idole des Jeux. Interview par <a href="https://twitter.com/P_Legendre?ref_src=twsrc%5Etfw">@P_Legendre</a> à lire sur <a href="https://t.co/YiLi0m9wdF">https://t.co/YiLi0m9wdF</a> <a href="https://t.co/LolnxW08mi">pic.twitter.com/LolnxW08mi</a></p>&mdash; LFB (@basketlfb) <a href="https://twitter.com/basketlfb/status/915929506426359808?ref_src=twsrc%5Etfw">5 octobre 2017</a></blockquote> <script async src="//platform.twitter.com/widgets.js" charset="utf-8"></script>

Quatre anciennes joueuses à l'honneur

Corps: 

Julie Barennes (11 saisons LFB - 303 matches)
Née le 9 février 1986 à Agen (47)

Issue de la filière de formation du Centre Fédéral, Julie Barennes débute sa carrière professionnelle à Nice. Après trois saisons sur la Côte d’Azur, elle prend la direction du Pas-de-Calais et Arras, séduit par son jeu polyvalent et sa science du placement. Elle retrouve son Sud-Ouest natal en 2009, année où elle s’engage avec Basket Landes. Une histoire d’amour qui durera sept saisons, entrecoupée en 2012-2013 d’une infidélité avec Angers en Ligue Féminine 2. Julie Barennes est maintenant entraîneur assistante dans son club de cœur dans les Landes.

Parcours
Avant 2000 Layrac Astaffort
2000-2001 Centre Fédéral Toulouse
2001-2004 Centre Fédéral
2004-2007 Nice
2007-2009 Arras
2009-2012 Basket Landes
2012-2013 Angers (LF2)
2013-2017 Basket Landes

Palmarès
Médaillée de bronze au Mondial U21 en 2007
Championne d’Europe U20 en 2005
Médaillée d'argent à l'Euro U20 en 2004
Médaillée de bronze à l’Euro U20 en 2006
Championne d’Europe U16 en 2001
Championne de France LF2 en 2013

Aurélie Bonnan (18 saisons LFB - 392 matches)
Née le 1er août 1983 à La-Teste-de-Buch (33) - Internationale A (24 sélections)

Agée d’à peine 15 ans lors de sa première saison LFB en 1998 sous le maillot de Tarbes, Aurélie Bonnan est devenue l’une des intérieures les plus fiables de la Ligue. Rebondeuse hors pair dotée d’une vision du jeu rare pour son poste, elle fait le bonheur de nombreux clubs LFB : Bordeaux, Mondeville, Lattes Montpellier, Nantes Rezé, Charleville-Mézières et enfin Basket Landes. Dans l’histoire de la Ligue Féminine, aucune joueuse n’a participé à plus de saisons qu’elle (18). Aurélie Bonnan est aussi, pour le moment, à la troisième place du nombre de matches joués en LFB (392).

Parcours
1998-2002 Tarbes
2002-2003 Bordeaux
2003-2006 Mondeville
2006-2007 Salamanque (ESP) puis Tarbes
2007-2009 Lattes Montpellier
2009-2011 Mondeville
2011-2012 Nantes Rezé
2012-2013 Charleville-Mézières
2013-2015 Nantes Rezé
2015-2016 Basket Landes

Palmarès
Médaillée de bronze à l’Euro en 2011
Médaillée de bronze au Mondial U21 en 2003
Médaillée de bronze à l'Euro U20 en 2002
Médaillée de bronze à l'Euro U16 en 1999
Vainqueur du Challenge Round LFB en 2012
Vainqueur du trophée de l'Avenir en 1999

Sandra Dijon (12 saisons LFB - 294 matches)
Née le 10 janvier 1976 à Fort-de-France (Martinique) - Internationale A (133 sélections)

Passée professionnelle à 24 ans avec Bourges, Sandra Dijon est un modèle de longévité en Ligue Féminine. Après plusieurs saisons à l’étranger (Espagne, Corée du Sud, Lettonie), elle revient en France pour porter les maillots de Lattes Montpellier, Arras, Mondeville et Bourges. Sa carrière se termine donc là où elle a commencé. Joueuse très physique, son mètre 92 lui permet de batailler férocement sous les paniers LFB et sur les terrains de 3x3. Cet été, elle a participé, avec l’Équipe de France, à la Coupe du Monde organisée à Nantes.

Parcours
2001-2004 Bourges
2004-2006 Puig d'en Valls (Espagne)
Eté 2006 Shinshan (Corée du Sud)
2006-2008 Lattes Montpellier
2008-2009 Cesis (Lettonie)
2009-2012 Lattes Montpellier
2012-2013 Arras
2013-2015 Mondeville
Oct-Nov 2015 Bourges

Palmarès
Championne d'Europe en 2001
Vainqueur de la Coupe de France en 2011
Championne de Lettonie en 2009
Championne de France NF1 en 2000

Yacine Sene (15 saisons LFB - 342 matches)
Née le 18 mars 1982 à Orléans - Internationale A (25 sélections)

Formée à Bourges, elle fait partie du groupe vainqueur de l’Euroligue en 2001. Passée ensuite par Reims, Aix-en-Provence, Clermont-Ferrand et Mondeville, elle termine sa carrière à Charleville-Mézières. Sa polyvalence aux quatre coins du terrain a permis aux Flammes de passer un cap en Ligue Féminine. Joueuse au grand cœur, elle s’occupe désormais de « Flammes de Cœur », le programme social du club ardennais.

Parcours
1999-2002 Bourges
2002-2004 Reims
2004-2005 Aix-en-Provence
2005-2006 Stade Clermontois
2006-2009 Aix-en-Provence
2009-2011 Mondeville
2011-2015 Charleville-Mézières

Palmarès
Médaillée de bronze à l'Euro U20 en 2002
Vainqueur de l'Euroligue en 2001
Championne de France en 2000
Vainqueur du Tournoi de la Fédération en 2000 et 2001
Championne de France Espoirs en 1998, 1999 et 2000

Catégorie: 
Surtitre: 
Open LFB 2017
Date d’écriture: 
Samedi, 30. Septembre 2017
Vignette: 
Chapeau: 
Dans le cadre de l’Open LFB, quatre joueuses emblématiques de la Ligue Féminine de Basket ont été honorées suite à l’arrêt de leur carrière : Julie Barennes, Aurélie Bonnan, Sandra Dijon et Yacine Sene.

La relève est assurée

Corps: 

Équipe de France féminine A’ : vainqueur des Jeux de la Francophonie 2017

Cet été, la Côte d’Ivoire a accueilli, à Abidjan, la 8ème édition des Jeux de la Francophonie. Composée de jeunes joueuses aux portes de l’Équipe de France A, la sélection A’ a remporté ses six matches sans jamais être inquiétée. En finale, les partenaires de Marième Badiane ont dominé l’équipe du Canada-Québec 73-53.

Les vainqueurs des Jeux de la Francophonie 2017 : Marième Badiane, Lisa Berkani, Romane Bernies, Christelle Diallo, Margaux Galliou-Loko, Adja Konteh, Marie Mané, Marie-Michelle Milapie, Catherine Mosengo-Masa, Marie-Eve Paget, Lidija Turcinovic, Angélina Turmel.
Entraîneur : Jérôme Fournier - Assistants : Grégory Morata, Isabelle Fijalkowski et Damien Leroux

Équipe de France U18 féminine : médaillée de bronze à l’Euro 2017

Troisième de son groupe après le premier tour, avec deux victoires - dont une contre la Belgique qui remportera la compétition - et une défaite, les Bleuettes ont changé de visage lors des matches couperets.

Sur les ailes d’une Tima Pouye en confiance, les filles de Cathy Melain ont d’abord éliminé la Russie (63-60) puis l’Espagne (51-45) lors de rencontres au scénario haletant. En demi-finale contre la Serbie, elles ont mené pendant 31 minutes avant de craquer (48-66). Elles ont su se reprendre dès le lendemain, face à la République Tchèque, pour décrocher une belle médaille de bronze (55-48).

Les médaillées de bronze à l’Euro U18 féminin 2017 : Noémie Brochant, Nabala Fofana, Caroline Germond, Maria Guramare, Hélène Jakovljevic, Romane Jeanneaux, Sixtine Macquet, Maelys Martinet, Naomi Mbandu, Océane Monpierre, Tima Pouye, Kadiatou Sissoko.
Entraîneur : Cathy Melain - Assistants : Xavier Noguera, Johan Ziolowski, Romain Leroy

Catégorie: 
Surtitre: 
Open LFB 2017
Date d’écriture: 
Mercredi, 27. Septembre 2017
Vignette: 
Chapeau: 
A l’occasion de l’Open LFB, les Équipes de France féminines A’ et U18 ont été mises à l’honneur sur le parquet de Coubertin. Cet été encore, les jeunes Bleues ont brillé lors des différentes compétitions continentales.
Social_posts: 
<iframe src="https://www.facebook.com/plugins/post.php?href=https%3A%2F%2Fwww.facebook.com%2Fffbasketball%2Fphotos%2Fa.106041782995.91175.32140172995%2F10155677655917996%2F%3Ftype%3D3&width=500" width="500" height="614" style="border:none;overflow:hidden" scrolling="no" frameborder="0" allowTransparency="true"></iframe>

Pages

S'abonner à RSS - Equipe de France féminine
close
Envoyer à un ami

Ce contenu a attiré votre attention et vous souhaitez le partager ? Envoyez le lien de cette page à vos amis et collègues en remplissant simplement le formulaire ci-dessous.

*Les champs obligatoires sont signalés par un astérisque

'