Equipe de France masculine

Retour en vidéo sur la première édition

Surtitre: 
Lab France BasketBall
Auteur: 
Kévin Bosi (FFBB)
Date d’écriture: 
Mercredi, 2. Septembre 2020
Vignette: 
Chapeau: 
104 joueurs des Equipes de France jeunes 5X5 et 3X3, 28 entraîneurs nationaux, des cadres des Equipes de France A, le tout sous l'égide de Vincent Collet et Valérie Garnier. Retour en vidéo sur la 1ère édition du Lab France BasketBall qui s'est déroulé la semaine dernière à l'INSEP.
Social_posts: 
<iframe width="560" height="315" src="https://www.youtube.com/embed/DHu_7jh7-_8" frameborder="0" allow="accelerometer; autoplay; encrypted-media; gyroscope; picture-in-picture" allowfullscreen></iframe>
Pour Newsletter: 

Lab France BasketBall, symbole du retour au jeu

Corps: 

Aucune compétition internationale. C’est la réponse logique que la FIBA a donné à la pandémie de COVID-19 qui sévit encore sur notre planète. Étapes cruciales des Équipes de France 5x5 et 3x3, séniors et jeunes, ces compétitions rythment les étés de la Fédération. Cette dernière a donc cherché à innover en mettant en place le Lab France BasketBall, nouveau rendez-vous qui devrait devenir un incontournable de la vie fédérale.

Une grande première

"Nous sommes une nation forte du basket mondial. Et le travail de la Direction Technique Nationale est de préparer l’avenir et d’apporter toutes les évolutions techniques nécessaires pour nous maintenir au plus haut niveau. Pendant le confinement nous avons réfléchi à la meilleure manière de reprendre le jeu." Les mots d’Alain Contensoux, Directeur Technique National et Directeur Général de la Fédération Française de BasketBall sont forts. Alors que le monde vit une période particulièrement difficile et que le sport semble relégué au second plan, les hautes instances de la FFBB  réfléchissent à la meilleure manière de reprendre le chemin des parquets. La réponse est alors vite trouvée. Elle se nomme le Lab France BasketBall. Pendant quatre jours, et pour la première fois, les Équipes de France jeunes (U16, U17, U18, U20) et 3x3 (A, U23, U18) se sont donc réunies dans le temple des sports olympiques, à l’INSEP. "Le Lab avait trois objectifs. Le premier c’est la transmission des valeurs d’attachement au maillot des Équipes de France. Le second de réunir les Équipes de France jeunes pour préparer les futures échéances. Le troisième les rencontres intergénérationnelles", précise Jacques Commères, le Directeur de la Performance et des Équipes de France.

Le Lab au jour le jour

Le rassemblement a débuté dès dimanche pour tous les staffs techniques, réunis en séminaire autour de Valérie Garnier et Vincent Collet. "Valérie et Vincent nous ont fait partager leur vision du basket de demain et nous ont fait part des axes de travail sur lesquels nous devions nous concentrer pour préparer les olympiades 2024, 2028 et 2032. C’était un moment très fort et très riche en enseignements", note Alain Contensoux.
Les joueuses et les joueurs des différentes Équipes de France jeunes et 3x3 sont arrivés lundi après-midi, apportant bonne humeur et sourire de tous les instants lors des traditionnels shooting photos et vidéos. Ils étaient ainsi plus d’une centaine à prendre leur marque avant de débuter mardi matin un travail par poste dirigé par Valérie Garnier et Vincent Collet, entraîneurs des Équipes de France A. Pendant près de 4h les jeunes joueuses et joueurs ont pu s’aguerrir au contact de ce qui se fait de mieux en France, profitant de conseils techniques qu’ils devraient mettre à profit lors de leur retour en club. Direction ensuite le stade de football de l’INSEP pour une photo symbole en plein air afin de mieux respecter la distanciation physique. Perché sur une nacelle en hauteur, le photographe Hervé Bellenger réalisait le cliché iconique. Gestes barrières toujours en tête les 150 acteurs de ce rendez-vous, n’enlevaient leur masque qu’au moment du déclenchement. L’après-midi, les jeunes des Équipes de France profitaient d’un moment de partage là encore inédit. Boris Diaw, ancien capitaine emblématique et désormais General Manager des A était présent pour aiguiller les jeunes masculins dans leur prise de parole aux côtés de Florent Pietrus, Frank Ntilikina, Axel Toupane et Lahaou Konaté alors que Céline Dumerc, Sandrine Gruda, Olivia Epoupa, Endy Miyem et Alexia Chartereau faisaient de même avec les féminines.
Mercredi et jeudi jusqu’à midi, le Lab continue de battre son plein aux abords du bois de Vincennes entre colloques et entraînements. Plus qu’une réussite, cette première édition prouve que le retour au jeu est attendu de tous. "L’objectif du Lab France BasketBall, c’était de partager ensemble. C’est une première dans le basket français et sans doute dans le sport collectif français d’avoir l’ensemble des Équipes de France jeunes, des entraîneurs A et de jeunes, des internationaux A qui travaillent et réfléchissent ensemble à l’avenir du basket français" conclut Alain Contensoux.

Surtitre: 
LAB FRANCE BASKETBALL
Auteur: 
Clément Daniou
Date d’écriture: 
Mercredi, 26. Août 2020
Vignette: 
Chapeau: 
Sevrée de compétitions internationales cet été, la Fédération Française de BasketBall a mis en place le Lab France BasketBall à l’INSEP pendant quatre jours. Une première réussie.
crédit: 
Bellenger/IS/FFBB
Social_posts: 
<iframe width="560" height="315" src="https://www.youtube.com/embed/DHu_7jh7-_8" frameborder="0" allow="accelerometer; autoplay; encrypted-media; gyroscope; picture-in-picture" allowfullscreen></iframe>
Pour Newsletter: 

Exploit à Novi-Sad – L’EuroBasket 2005

Corps: 

En match de barrage, les Français ont réussi contre toute attente à éliminer les favoris serbes. Il s’agit alors d’un des plus grand exploit de l’histoire des Bleus. Malgré l’immense déception de la demi-finale, l’équipe de France masculine se mobilise pour aller chercher face aux Espagnols la troisième place synonyme de premier podium européen depuis 1959.

Les joueurs : Sacha Giffa, Jérôme Schmitt, Mamoutou Diarra, Cyril Julian, Frédaric Fauthoux, Antoine Rigaudeau, Frédéric Weis, Boris Diaw, Tony Parker, Mickaël Gelabale, Florent PIetrus, Mickaël Pietrus
Entraineur : Claude Bergeaud

Catégorie: 
Surtitre: 
EuroBasket 2005
Date d’écriture: 
Vendredi, 17. Juillet 2020
Vignette: 
(Bellenger/IS/FFBB)
Chapeau: 
Cruelles 43 dernières secondes de la demi-finale France-Grèce…un match que les Français semblaient avoir en main avec 7 points d’avance et que l’équipe Grecque remportera pourtant avant d’aller conquérir le titre…Un des souvenir les plus durs pour les supporters français…Et pourtant, ce Championnat d’Europe est un grand cru pour l’équipe de France…
Pour Newsletter: 

Comment ça va Nicolas Batum ?

Corps: 

Comment s’est passé la reprise pour les Hornets ?
On a repris mardi 2 juin. Le gouverneur de Caroline du Nord avait tout bloqué jusqu’à présent, pour de bonnes raisons. Le plus important c’est la santé publique. Les choses sont très limitées, très sécurisées, avec pas mal de règles. Nous ne pouvons jouer que 45 minutes, avec quatre joueurs et un coach maximum présent sur le terrain. Mais ça permet de revoir les gars et retrouver quelques sensations.

Les conditions ont l’air extrêmement strict…
Effectivement. Il faut se changer chez soi, prendre sa douche chez soi. Pas le droit de s’arrêter sur le chemin de la salle. Ensuite il faut faire voiture-terrain, terrain-voiture sans croiser personne, escorté par un membre du staff médical. Le tout masqué.

A quoi ressemblent ces entraînements ?
Nous n’avons pas accès à la musculation. Donc ils ont amené le matériel nécessaire sur le terrain. Il y en a un pour le physique et un pour le shoot.

Avais-tu pu jouer à domicile pendant le confinement ?
J’ai un demi-terrain dans le jardin avec un panier. C’était pas mal. J’ai de la chance, j’ai au moins pu jouer avec mon fiston pendant deux mois.

Cela a dû être particulier ce changement de rythme…
C’était le grand point positif du confinement. De dormir quasiment trois mois de suite dans le même lit. Cela a été assez rare dans ma carrière. Ne pas bouger. Ne pas prendre l’avion. Etre à la maison avec ma femme et mon fils. Profiter de moments que nous n’avons pas l’habitude d’avoir entre la NBA et l’Equipe de France où le rythme est assez dingue. Se dire que demain tu ne pars pas pendant un mois. Sans calendrier. C’était un bon moment.

Tu avais adressé une lettre ouverte aux fans de Charlotte il y a quelques mois pour évoquer votre situation. Dans quel but ?
Ce n’était pas forcément une lettre ouverte. Un journaliste local m’a demandé si j’étais d’accord pour une interview. Que les choses se passent bien ou mal je n’ai jamais rien caché, toujours parlé ouvertement. Pendant 15 ans j’ai vécu beaucoup de bons moments mais depuis 18 mois je fais face à une situation pas évidente. Cela fait partie du métier. J’ai répondu à ses questions. Cela n’a pas tourné comme je le souhaitais, comme le club et les fans le souhaitaient. C’est de ma faute même s’il y a plusieurs facteurs. Ça arrive. Mais ça ne remettra pas en cause ces 15 ans. Je ne pensais pas que cet article entraînerait autant de réactions. Le lendemain le coach et le general manager m’ont dit qu’il respectait mon attitude. Ils m’ont dit qu’il était rare que les joueurs restent positifs dans ces circonstances. J’essaye d’être là quand même et de contribuer. La franchise a pris une autre direction. Je le comprends et je l’ai vécu dans l’autre sens quand j’étais jeune et que les vétérans étaient poussés vers la sortie. C’est la vie, ce n’est pas grave. Je gagne bien ma vie et je n’ai pas à me plaindre.

En quoi ton rôle de dirigeant de LDLC ASVEL a-t-il influencé ton analyse de la situation ?
C’est marrant. Je fais beaucoup de réunions et je vais enchaîner deux heures comme dirigeant puis deux heures comme joueur. Je change de casquette. Dans un rôle je dois prendre en compte un certain côté du business. Et dans un autre je ne peux pas accepter certaines choses. Je dois jongler. Un peu schizophrène.

A quoi ressemble le marché ?
Je reste parfois debout jusqu’à deux heures du matin pour regarder, fouiner, parler de l’équipe. On échange énormément avec tout le staff pour mettre sur pieds la meilleure équipe possible. Pour l’instant cela se passe plutôt bien.

Tu es de plus en plus actif sur les réseaux sociaux et sur le e-sport.
J’aime tellement le basket que j’essaye de rester à son contact de différentes façons. J’ai fait quelques interviews avec First Team et nous avions évoqué l’idée de faire une sorte de radio libre une fois par mois pour parler de tout et de rien. Pendant le confinement nous avions tous du temps libre. Parler basket en apportant ma vision différente et mon expérience c’est intéressant. Discuter, débattre, partager c’est cool. Le e-sport c’est tout frais mais c’est le début de nouveaux projets.

Cela permet de réunir des sportifs de tous les horizons…
L’idée est géniale. Rudy Gobert a commencé avec Evan Fournier, Frank Ntilikina et Vincent Poirier. Tony Parker a ouvert à d’autres sportifs et d’autres univers. C’est amusant de mettre de côté nos activités habituelles et que tout le monde puisse assister à ça.

Avec le report des Jeux Olympiques, comment envisages-tu la compétition en 2021 ?
C’est dommage pour cet été. Nous étions dans une bonne dynamique. Mais je ne m’inquiète pas. Vincent Collet et son staff ont été reconduits. C’est bien, on ne change pas une équipe qui gagne. L’aventure était belle à la Coupe du Monde même si nous n’avons pas réussi à réaliser ce qu’on souhaitait accomplir. Nous ne sommes que 4 à avoir vécu les Jeux en comptant Thomas Heurtel. Cela va être une première pour beaucoup. Et il n’y a rien au-dessus des Jeux en tant qu’athlète. L’expérience sera inoubliable et en plus on a la chance d’avoir Paris 2024 dans la poche. On fera tout pour décrocher la médaille qui nous manque depuis 20 ans.

Tu as 11 ans d’expérience en Equipe de France. S’il fallait comparer les campagnes, comment les classerais-tu ?
J’ai toujours dit que 2011 était la meilleure équipe. L’EuroBasket était particulier. On arrivait enfin où on devait être. Le top 4. La finale contre l’Espagne. C’était la campagne la plus aboutie. Nous sommes tous assez d’accord. On n’avait pas le droit de se tromper. Rater les Jeux 2012 aurait été compliqué. Cela a permis d’enchaîner. En 2013 nous sommes champions en faisant trois bons derniers matches. 2014 c’était la surprise. 2015 la désillusion et 2016 l’enchaînement. Cela m’a fait du bien de faire une coupure ensuite. Mon top 3 c’est 2011, 2019, 2013.

As-tu évoqué la victoire en Coupe du Monde sur les Etats-Unis avec tes coéquipiers des Hornets ?
En fait dans le bus, après avoir battu les Américains on s’est dit : on vient de créer une super team. Ils vont revenir surmotivés avec une armada assez folle. Le monde entier le sait. Après on a des arguments. C’est comme au début des années 2010 avec le mélange des générations. Nando et moi arrivons à terme (il rigole). Evan Fournier et Rudy Gobert sont les patrons, les tauliers. J’ai aimé ce qu’Evan a fait. Le patron des 10 prochaines années c’est lui. En 2006 nous étions 5e et heureux. En 2019 nous étions médaille de bronze et pas contents. Cela montre l’évolution du basket français. Et derrière il y a encore beaucoup d’atouts autour. Cela s’est vu avec les qualifs, la France reste compétitive même sans les joueurs Euroleague ou NBA.

Une question concernant le documentaire The Last Dance, tu as préféré ne pas trop te mouiller à propos de la comparaison Michael Jordan-LeBron James ?
Ce sont les deux premiers. C’est clair. Même si Kareem Abdul-Jabbar n’est pas loin. De 4 à 10 on peut parler ensuite. Mon argument c’est de dire qu’il est injuste de juger LeBron James alors qu’il n’a pas terminé sa carrière. Pour l’instant Jordan est numéro un et il le restera peut-être. Parce que quoi que LeBron fasse, ce sera sans doute moins « iconic » comme on dit aux Etats-Unis que ce que Jordan a pu faire. Mais on ne peut pas juger tant qu’il n’a pas fini.

Au sujet des Bulls on a souvent souligné vos similarités avec Scottie Pippen. Qu’as-tu pensé du traitement qui lui était réservé dans The Last Dance ?
C’est mon idole. Depuis que j’ai 7-8 ans. Il faut remettre dans le contexte de l’époque des Bulls. Ce que j’ai aimé c’est d’avoir compris comment Rodman s’est comporté. Comment Pippen s’est comporté. S’il a vraiment agi comme le documentaire l’a montré par rapport à ses négociations de contrat, sa blessure et bien ça ne change rien au fait qu’il reste mon idole. Ça ne remet pas en cause ses 17 ans de carrière, ses deux médailles olympiques ou son passage aux Blazers que j’ai adoré.
 

Interview complète :

Surtitre: 
Equipe de France masculine
Date d’écriture: 
Jeudi, 11. Juin 2020
Vignette: 
Chapeau: 
On est allé prendre des nouvelles de Nicolas Batum : les conditions de reprise de l'entrainement à Charlotte, son top 3 des Equipes de France, son regard lucide sur cette saison avec les Hornets, son idole Scottie Pippen dans The Last Dance, les Jeux Olympiques en 2021 et bien d'autres sujets.
Pour Newsletter: 

Les JO de Tokyo du 23 juillet au 8 août 2021

Corps: 

Le président du comité d'organisation japonais Yoshiro Mori a dévoilé ce lundi lors d'une conférence de presse à Tokyo, les dates des Jeux Olympiques de Tokyo 2020 qui se dérouleront donc du 23 juillet au 8 août 2021. Prévus cet été 2020, les J.O. ont été reportés il y a quelques jours en raison du COVID-19 et de la situation sanitaire mondiale.

"L'humanité se trouve à présent dans un noir tunnel", a déclaré le président du CIO Thomas Bach dans son communiqué annonçant les nouvelles dates. "Ces JO seront la lumière au bout du tunnel".

Surtitre: 
Equipes de France
Auteur: 
Kévin Bosi (FFBB)
Date d’écriture: 
Lundi, 30. Mars 2020
Vignette: 
Chapeau: 
Les organisateurs des Jeux de Tokyo ont annoncé ce lundi les nouvelles dates des J.O. 2020 : ils se dérouleront du vendredi 23 juillet au dimanche 8 août 2021.

Soutenez la pratique du sport partout dans le monde

Corps: 

« Avec le sport, mon état physique s’est beaucoup amélioré. Aujourd’hui, je me considère comme
une joueuse de basket en fauteuil roulant (...) Je sais que je suis l’égale des autres, avec les mêmes
droits et les mêmes obligations. La seule différence est mon mode de locomotion, la façon dont je
me déplace.
» Larissa Blasco Leme, 14 ans, Brésil

Qu’est-ce que le droit au sport ?
Pour grandir et se développer, un enfant a besoin de temps libre pour nourrir son imagination et sa
créativité, mais aussi de jouer, de courir, de faire du sport... C’est l’un des droits de la Convention
internationale des droits de l’enfant (CIDE) !

Pourquoi tous les enfants dans le monde ne peuvent-ils pas s’amuser ?
Dans les pays en développement, beaucoup d’enfants n’ont pas accès à des activités récréatives, à
cause de la pauvreté et des guerres. L’école est aussi souvent un lieu de jeux et d’activités, mais
beaucoup d’enfants ne vont pas à l’école car ils doivent travailler pour assurer la survie de leur
famille.

Que fait l’UNICEF ?
L’Unicef distribue du matériel ludoéducatif/sportif
à la fois dans les situations d’urgence et pour des programmes de développement.

Vous souhaitez faire un don ? Rendez-vous sur le post Facebook ci-dessous. 

Plus d'informations sur le site de UNICEF France

Catégorie: 
Surtitre: 
Partenariat FFBB - UNICEF
Date d’écriture: 
Jeudi, 13. Février 2020
Vignette: 
Chapeau: 
Dans le cadre du match de Qualification à l'EuroBasket 2021 du Team France Basket, le 24 février au Vendéspace, la FFBB et l'UNICEF France organisent une grande collecte de fonds pour favoriser la pratique du sport pour tous les enfants du Monde. Vous avez jusqu'au 25 février pour réaliser un don.
Social_posts: 
<iframe src="https://www.facebook.com/plugins/post.php?href=https%3A%2F%2Fwww.facebook.com%2Fffbasketball%2Fposts%2F10158145542557996&width=500" width="500" height="723" style="border:none;overflow:hidden" scrolling="no" frameborder="0" allowTransparency="true" allow="encrypted-media"></iframe>

Florent Pietrus et Freddy Lepercq ambassadeurs de l'autorité positive

Corps: 

Echanger et sensibiliser une cinquaine de collégiens à l’autorité positive étaient les objectifs de cette journée. Le duo Arbitre / Joueur, composé de Freddy Lepercq et Florent Pietrus, a d'abord participé à un temps d'échange avec les jeunes avant de se tester au quiz pédagogique et ludique sur l'arbitrage et l'autorité. Dans un 2e temps, l'ex-international tricolore, Florent Pietrus a enfilé la chemise d'arbitre pour participer à une mise en situation dans le gymnase du collège avant de se prêter avec plaisir à une longue séance de dédicaces.

Catégorie: 
Surtitre: 
Journées Nationales de l'Arbitrage
Date d’écriture: 
Lundi, 25. Novembre 2019
Vignette: 
Chapeau: 
A l'occasion des Journées Nationales de l’arbitrage 2019, Freddy Lepercq, arbitre international Jeep Elite, et Florent Pietrus, Joueur professionnel de basket, se sont rendus au collège Gerard Philipe de Saint Priest (69) pour un débat avec les élèves sur le thème de "L'autorité positive".

Rudy Gobert remporte le Trophée Alain Gilles 2019

Corps: 

Meilleur défenseur NBA pour la deuxième saison consécutive, élu dans le troisième cinq NBA, le pivot du Utah Jazz a également remporté une médaille de bronze à la Coupe du Monde avec l’Équipe de France. Il y a un an, Rudy Gobert avait terminé deuxième à l’élection du joueur français de l’année. Cette fois il a convaincu le panel de 16 votants.

Chaque membre du jury était invité à présenter son tiercé de tête afin de distribuer les 10 points (1ère place), 7 points (2e place) et 5 points (3e place). Les performances des joueurs et des joueuses lors de la saison de club 2018/19 et lors des compétitions internationales 2019 ont été prises en compte pour déterminer l’identité du lauréat. Quatrième rebondeur (12,9 prises), troisième contreur (2,3 blocks) et joueur le plus adroit (66,9%) de NBA, Rudy Gobert a en outre été déterminant dans la conquête du bronze mondial par les Bleus, livrant notamment une prestation remarquable en quart de finale pour éliminer les Etats-Unis (21 points, 16 rebonds, 3 contres).

Il devance dans le classement deux autres internationaux, Nando De Colo, vainqueur de l’Euroleague avec le CSKA Moscou, et Evan Fournier, élu dans le cinq idéal de la Coupe du Monde, dans une élection qui s’est avérée relativement serrée.

Les résultats des votes
Joueur                            Points       Première place
Rudy Gobert                   114           6
Nando De Colo               81             5
Evan Fournier                 75             2
Sandrine Gruda              57             2
Marine Johannes            15             1

Le jury 2019
Jean-Pierre Siutat (représentant FFBB), Jacques Commères (DTN), Alain Béral (LNB), Philippe Legname (LFB), Isabelle Fijalkowski (Club des Internationaux), Boris Diaw (personnalité), Xavier Colombani (L’Equipe), François Bontoux (AFP), Barbara Youinou (Ouest France), Yann Casseville (Basket), Cyril Méjane (SFR Sport), Pascal Legendre (www.basketeurope.com), Gabriel Pantel Jouve (www.bebasket.com), Christophe Remise (Le Figaro), Julien Lesage (Le Parisien), le public.

Le Palmarès
2019     Rudy Gobert                 Utah Jazz
2018     Fabien Causeur            Real Madrid
2017     Céline Dumerc              Basket Landes
2016     Nando De Colo             CSKA Moscou
2015     Nando De Colo             CSKA Moscou

Catégorie: 
Surtitre: 
Trophée Alain Gilles
Date d’écriture: 
Vendredi, 11. Octobre 2019
Vignette: 
Chapeau: 
Le nom du vainqueur du Trophée Alain Gilles, récompensant le meilleur basketteur français de l’année, a été dévoilé ce jour lors de l’Assemblée Générale de la FFBB à Vittel. Rudy Gobert (2,16 m, 27 ans) succède à Fabien Causeur.

Nouveaux séjours Basket US !

Corps: 

 

Voici les séjours Basket US 2019-2020 proposés par la FFBB et Gate One :

Séjour New York - Black Friday du 28 novembre au 02 décembre :
A partir de 1 100 euros par personne
Télécharger le doc complet.

Séjours San Francisco - Los Angeles en février 2020 :
3 séjours possibles : du 19 au 25 février, du 19 au 27 février et du 21 au 27 février
A partir de 1 325 euros par personne
Télécharger le doc complet.

Séjours New York - Boston en février-mars 2020 :
2 séjours possibles : du 28 février au 8 mars et du 1er au 8 mars
A partir de 1 690 euros par personne
Télécharger le doc complet.

Séjours New York en mars 2020 :
2 séjours possibles : du 1er au 8 mars et du 3 au 8 mars
A partir de 1 150 euros par personne
Télécharger le doc complet.

Séjour New York - Philadelphie du 03 au 10 avril 2020
A partir de 1 550 euros par personne
Télécharger le doc complet.

Les séjours comprennnent les vols aller/retour ay départ de Paris, les places de matches (principalement en tribune basse), la découverte des villes avec un accompagnateur et les nuits en hôtel 4*.

Contact Gate One Voyages : contact@gate-one.fr / 09 54 81 81 51

Catégorie: 
Surtitre: 
Voyages
Date d’écriture: 
Jeudi, 26. Septembre 2019
Vignette: 
Chapeau: 
Après la superbe médaille de bronze des Bleus lors de la Coupe du Monde en Chine, la FFBB et son agence de voyages Gate One vous proposent des séjours exceptionnels aux Etats-Unis pour aller voir certains joueurs de l'Equipe de France en NBA !
Social_posts: 
<iframe src="https://www.facebook.com/plugins/post.php?href=https%3A%2F%2Fwww.facebook.com%2Fgateonevoyages%2Fposts%2F2579235155448055&width=500" width="500" height="757" style="border:none;overflow:hidden" scrolling="no" frameborder="0" allowTransparency="true" allow="encrypted-media"></iframe>

Suzuki nouveau fournisseur officiel

Corps: 

À compter du 29 juillet 2019, la marque Suzuki France sera présente sur chaque rencontre des Équipes de France masculine et féminine de basket-ball et lors des Finales de la Coupe de France. En tant que fournisseur officiel, Suzuki France s’affichera sur les dispositifs LED en bord de terrain et sur l’ensemble des supports de communication de la fédération.

Ce partenariat s’inscrit dans une stratégie globale de Suzuki France de développement et de visibilité de la marque japonaise qui se retrouve pleinement dans les valeurs véhiculées par la FFBB (Proximité, Engagement, Performance). En accompagnant la Fédération Française de BasketBall, Suzuki France pourra activer l’ensemble de son réseau avec plus de 200 points de vente automobile en France !

Forte de 710 970 licenciés et 2,5 Millions de pratiquants, la FFBB renforce son portefeuille de partenaires dans un timing idéal en vue de la Coupe du Monde 2019 en Chine, des Jeux Olympiques de Tokyo 2020 et du Championnat d’Europe 2021.

Cet accord de partenariat a été conclu par l’intermédiaire de l’agence SEVEN, représentée par ses Co-fondateurs et Directeurs Associés, Quentin Bravet et François Gandolfi.

Tomoyuki Shimazaki, Président de Suzuki France :
« En signant ce partenariat avec la Fédération Française de BasketBall, Suzuki France s’engage dans le sport en soutenant à la fois les Équipes de France de basketball masculine et féminine et en apportant sa collaboration au développement des activités de la FFBB. Engagé depuis 2006 dans la voile avec La Solitaire Urgo Le Figaro, la course-référence en solitaire, Suzuki France est également partenaire depuis 2013 de La Grande Odyssée Savoie Mont Blanc, la course en chien de traineau la plus exigeante en Europe. Suzuki France poursuit ainsi sa politique de partenariat sportif dynamique et diversifié, avec le deuxième sport collectif le plus pratiqué en France et de surcroît le 1er sport collectif féminin.
Nous remercions la FFBB pour la confiance qu’elle nous accorde et nous tenons à souligner que l’association entre la FFBB et Suzuki France démontre  notre attachement commun à des valeurs fortes telles que l’intégrité, l’humilité, le respect et l’esprit d'équipe. Nous aurons à cœur de mettre toute notre énergie dans ce nouveau partenariat avec le même esprit de proximité qui nous anime à l’égard de notre réseau de concessionnaires. »

Jean-Pierre Siutat, Président de la Fédération Française de BasketBall :
« Suzuki devient fournisseur officiel des Équipes de France. C’est un signe de confiance de la part d’une marque mondiale et je tiens à remercier personnellement son président, Monsieur Shimazaki ainsi que les équipes de Suzuki France avec lesquelles nous avons élaboré ce partenariat. Le basket connait une progression importante en terme de pratique dans le monde et en France en particulier, les chiffres de la FFBB le démontrent. Je souhaite d’ailleurs que nous travaillons avec Suzuki au-delà même des Équipes de France et je pense que notre maillage territorial ainsi que le réseau de Suzuki en France y contribueront.»

François Gandolfi, Directeur Associé de Agence SEVEN :
« Ce partenariat démontre une nouvelle fois la capacité de l’agence à être à l’écoute et à comprendre les enjeux des annonceurs. Nous avons eu beaucoup de plaisir à travailler avec les équipes de Suzuki et de la FFBB pour trouver la meilleure formule de partenariat et nous avons hâte de lancer le programme d’activations ! »

Catégorie: 
Surtitre: 
Partenaires de la FFBB et des Equipes de France
Date d’écriture: 
Lundi, 29. Juillet 2019
Vignette: 
Les joueurs de l'Equipe de France lors du partenariat Suzuki
Chapeau: 
Tomoyuki Shimazaki, Président de Suzuki France et Jean-Pierre Siutat, Président de la Fédération Française de BasketBall annoncent ce jour un accord pluriannuel entre Suzuki France et la Fédération Française de BasketBall.

Pages

S'abonner à RSS - Equipe de France masculine