Vous êtes ici

LF2 - Interview

« On a une cible dans le dos »

16/10/2020
©Elodie Sainte
Pour sa 2ème saison au club, Mélanie Devaux ne vise que la montée avec son équipe du Champagne Basket. Avec 3 victoires en 3 matchs, les pétillantes sont attendues à chaque rencontre.. et ça continue demain avec un déplacement à Strasbourg.

Vous êtes à 3 victoires en 3 matchs, c’est un début de championnat idéal, quelles sont les raisons de ce succès ?
Oui 3/3 beaucoup d’équipes rêvent de cela pour s’assurer des victoires rapidement. De notre côté c’était obligatoire après avoir affiché l’ambition de monter. Comme pas mal d’autres équipes on est pas tout à fait prêtes encore, après des mois sans jouer, le confinement etc, mais on a repris l’entrainement plus tôt et pour moi la clé de ce 3/3 c’est le travail et l’excitation de rejouer, après 7 mois sans match, on avait des fourmis dans les jambes donc forcément beaucoup d’énergie à donner.

Le club a un nouveau nom, un nouveau logo, des nouvelles couleurs, tu ressens de vrais changements dans la dynamique du club par rapport à la saison dernière?
Oui il y a un réel changement, déjà je trouve ça hyper positif de pouvoir  relier les deux « clubs phares » de la ville, s’allier avec les garçons nous donne beaucoup plus de visibilité, ça nous permet également de connaître et comprendre un peu mieux le monde de la Jeep Elite. On sent une dynamique nouvelle oui, en réunion on s’est dit qu’on aimerait bien être « les pétillantes 2.0 » et faire un point à la mi saison pour pourquoi pas devenir les « pétillantes 3.0 ». On sent que le club veut aller de l’avant, les bénévoles, les partenaires, le staff sportif, tout évolue de jour en jour autour de nous et c’est vraiment super.

Toi qui était de la montée avec Charnay il y  a 2 ans, tu penses que Reims peut réaliser le même parcours ?
Clairement j’en rêve, j’ai envie de vivre ça avec Reims, j’ai signé ici pour être plus près de chez moi et si je peux vivre une montée ici ça serait royal. Maintenant ça va être difficile, ça va être la guerre à chaque match, les gens commencent à parler de nous, on a une cible dans le dos car on affiche des ambitions et que mine de rien on est une belle équipe. Même si on a envie de monter, il va falloir qu’on s’en donne les moyens. Tous les matins quand je bois mon café j’y pense, personnellement je donnerai tout et je sais que le reste de l’équipe suivra.

Ce week-end vous jouez à Strasbourg, c’est important pour un club qui est prétendant à la montée de gagner les matchs à l’extérieur ?
Oui, l’objectif premier est de remporter tous les matchs à la maison, on doit être intraitable chez nous. On a eu un match compliqué face à Toulouse mais on a fini par gagner quand même, il va falloir confirmer ce succès à Strasbourg. Si on ne gagne pas demain on n’aura fait cela pour rien. A Strasbourg je n’ai jamais eu un match facile, c’est toujours une guerre de tranchées… Mais mes troupes sont prêtes pour cela. Ça fait partie des matchs qui ne faut pas qu’on laisse passer.