Vous êtes ici

EQUIPE DE FRANCE MASCULINE - PRÉPARATION À L'EUROBASKET 2015

Une mise au point

Bellenger/IS/FFBB
07/08/2015
L'Equipe de France a livré une prestation de qualité pour dominer la Serbie (78-65) à Nancy et enregistrer sa première victoire lors de sa préparation à l'EuroBasket.

Six jours après avoir raté dans les grandes largeurs son début de match contre la Finlande, l’Equipe de France avait visiblement à cœur de remettre les pendules à l’heure pour sa première sortie à domicile, bien aidée dans sa tâche par le retour de Nicolas Batum, Nando De Colo et Boris Diaw, absents à Tempere mais alignés dans le cinq majeur au côté de Tony Parker et Rudy Gobert. Un ensemble particulièrement séduisant qui va donner un aperçu du potentiel tricolore. Agressifs défensivement, rapides, altruistes, les Bleus font le show. L’écart va atteindre les 10 unités (19-9) avant que les médaillés d’argent ne haussent le ton dans la dureté, changeant radicalement la physionomie d’un match marqué par les nombreuses rotations utilisées par des entraîneurs qui avaient choisi d’aligner 14 joueurs de chaque côté. Indispensable également pour lutter contre la chaleur étouffante qui s’est abattue sur l’Est de la France.

Dans le sillage du brillant Bogdan Bogdanovic la Serbie va se reposer sur sa réussite de loin pour patiemment recoller au score. Le jeu de transition va peu à peu disparaître pour laisser place à un basket demi-terrain particulièrement pauvre en points. Lors des 7 premières minutes du deuxième quart-temps, le tableau d’affichage reste bloqué, ou presque (de 25-22 à 29-24). Un trois-points  de Bjelica répond à une pénétration de Nando De Colo et à la pause, la France a maintenu l’essentiel de son matelas (33-27).

Désireux de voir son groupe hausser le ton défensivement, Vincent Collet a été entendu. Les champions d’Europe ferment l’accès à leur cercle avec comme vigie Rudy Gobert. Le pivot de Utah s’offre deux contres monumentaux sur ses vis-à-vis au retour des vestiaires et ajoute, de l’autre côté du terrain, un alley-oop qui enflamme le palais des sports Jean Weille. Parker tranchant et efficace à la création, Batum sans déchet et Diaw omniprésent, l’Equipe de France maintient son emprise sur la rencontre. Un moment de flottement en début de quatrième quart-temps permet cependant aux troupes de Sasha Djodjevic de signer un 2-10 dans le sillage du bûcheron Miroslav Raduljica, qui impose sa puissance dans la raquette (64-59).

Vincent Collet choisit de relancer son cinq majeur et le duo Parker-De Colo se charge d'éteindre ce début d'incendie. Si la préparation est encore longue et que la Serbie est privée de son maître à jouer, Milos Teodosic, les Bleus, après leur revers finlandais, ont un message à envoyer à un adversaire direct pour le titre. Ils le délivrent avec efficacité et application avec un succès 78-65, à confirmer dès dimanche contre la Russie, à Villeurbanne.

France bat Serbie 78-65

Nicolas Batum : "Ce n’était pas une mauvaise chose de prendre un coup derrière la tête d’entrée. Cela s’est ressenti tous les jours par la suite à l’entraînement, l’intensité a vraiment monté. La bonne chose ce soir c’est que lorsque la réussite nous a abandonnés, nous avons continué à défendre très fort."

Vincent Collet : "Le début du match était l’inverse de la rencontre en Finlande. Nous avons eu beaucoup de réussite et nous savions que cela n’allait pas durer. En défendant tout terrain et en mettant de gros shoots, ils sont revenus. Nous avons subi leur agressivité et avons perdu notre fluidité. D’autant plus que nous avons cessé de courir. En revanche la constance était là en deuxième mi-temps avec un meilleur apport du banc. C’est avec le deuxième cinq que nous passons à +13. Florent Pietrus, par son engagement, a donné le ton défensivement. Mais à nouveau nous nous sommes arrêtés en attaque et il a fallu des exploits de nos joueurs majeurs pour refaire l’écart. Ce qu’il faut retenir c’est que c’est un pas en avant. Et qui nous promet un match retour particulièrement difficile à  Belgrade. Il y eu de bonnes choses même s’il y a encore de nombreux domaines à améliorer."