Vous êtes ici

Championnat du Monde féminin 2014

Une victoire dans la douleur

A Ankara, Arnaud Dunikowski - 30/09/2014
Dans un groupe B dominé par la Turquie, la France et le Canada s'affrontaient pour la place de dauphin. Et ce sont les Bleues qui occuperont cette position après une victoire acquise dans les dernières minutes (63-59). Les partenaires d'Emilie Gomis affronteront le Brésil mercredi à 19h (18h en France) lors d'un 1/8e de finale éliminatoire.
France - Canada 63-59
 
Les intérieures tricolores s'illustrent d'abord puis Emilie Gomis prend le relai (8-4, 3'). Les Bleues ont du mal à mettre leur jeu en place à l'image de ces quatre pertes de balles consécutives. La défense du Canada n'est pas étrangère aux approximations françaises. Lardy parvient à égaliser (11-11, 7'). Sur un rebond mal contrôlé par Héléna Ciak, les Canadiennes prennent l'avantage (15-17, 10').
 
Les Nord-Américaines mènent la danse mais les Bleues restent au contact (18-20, 12'). Céline Dumerc, de loin, redonne les commandes à la France (22-20, 15') qui profite d'une baisse de régime canadienne. Les soeurs Plouffe prennent les choses en mains pour revenir à hauteur (26-26, 18'). Dominatrice au rebond, l'Équipe de France perd en revanche trop de balles et n'a qu'un point d'avance à la pause (31-30).
 
Un tir primé de Gaëlle Skrela puis un bon passage de Marielle Amant obligent coach Thomaidis à prendre un temps-mort (38-32, 23'). Sur la ligne, Sandrine Gruda donne une avance de 10 points aux Bleues (42-32, 25'). Un matelas que la France voit fondre sur des offensives signées Fields et M. Plouffe (44-43, 28').  C'est à nouveau Gaëlle Skrela de loin qui offre un peu d'air aux siennes (47-43, 30').
 
La France continue de garder le contrôle mais le Canada n'est jamais bien loin (49-46, 32'). La fin de match s'annonce tendue. Les efforts de Sandrine Gruda sous le cercle ne sont pas récompensés. La néo-Arrageoise Michelle Plouffe égalise à 53-53. Skrela intercepte et file au panier (55-53, 2'30 à jouer). Céline Dumerc verrouille la victoire tricolore aux lancers-francs mais que ce fut difficile (63-59).
 
 
Réactions d'après-match :
 
Valérie Garnier (entraîneur) : "On est dans un Championnat du Monde, toutes les équipes sont proches. On s'est mis en danger tout seul. On se fait chahuter, on doit évoluer dans la dureté. Demain ça sera encore pire avec le Brésil, ça va être intense."
 
Marielle Amant : "Quand on joue, on veut toujours gagner. Il fallait prendre le match au sérieux, sans faire de calculs. Face à ce genre d'équipe, on ne peut pas décrocher. On doit corriger ça pour la suite. Il y a encore des automatismes à acquérir. Le Brésil sera un adversaire sérieux, il faudra être prêtes en jouant sur nos qualités."
close
Envoyer à un ami

Ce contenu a attiré votre attention et vous souhaitez le partager ? Envoyez le lien de cette page à vos amis et collègues en remplissant simplement le formulaire ci-dessous.

*Les champs obligatoires sont signalés par un astérisque

'