Clermont-Ferrand

Que deviens-tu...Claire Tomaszewski ?
"J'ai très peu retouché un ballon"
Passée par le Centre Fédéral, Claire Tomaszewski est arrivée dans le monde professionnel au milieu des stars de Valenciennes en 2000. Après 12 saisons et 257 matches joués pour l'USVO, Tarbes, Cl...
"L'impression d'être un extraterrestre"
A même pas 20 ans, Yacine Sene était déjà championne de France LFB et championne d'Europe avec Bourges. Ses 15 saisons de Ligue Féminine (346 matches) l'ont mené aux...
Bourges encore au rendez-vous
Pour la septième année de suite, Bourges participera à la finale de la Coupe de France féminine et défendra son titre sur le parquet de l'AccorHotels Arena en avril proch...
Tarbes défiera Bourges
Vainqueur du Petit Poucet toulousain, Bourges a été la première équipe du plateau de Clermont-Ferrand à se qualifier. Les Tango ont été rejoint un peu plus tard dans la soirée par Tarbes, tombeur de Landerneau dans un final haletant. Les deux équipes se retrouveront dimanche à 15h30 pour u...
Les clubs LFB disparus
La Ligue Féminine de Basket fête ses 20 ans. Tout au long de la saison, la LFB vous propose de découvrir ou redécouvrir, les faits marquants, les équipes, les entraîneurs ou encore les joueuses qui on...

"J'ai très peu retouché un ballon"

Corps: 

Comment vas-tu Claire ?
Ca va. J'ai la chance de pouvoir continuer à bosser en télétravail. Je ne vois pas le temps passer. Ca va aussi bien que ça peut aller dans cette période bizarre.

Que deviens-tu ?
A l'arrêt de ma carrière (en 2012), j'ai repris des études dans l'hôtellerie-tourisme. J'ai fait ça pendant un an et ensuite j'ai intégré une école de commerce sur Tarbes pour préparer un bachelor (Bac+3). Comme j'ai trouvé ma voie, j'ai continué à l'école de commerce à Pau où j'ai passé et obtenu un master en expertise-comptable début 2018. Et à la suite j'ai intégré un cabinet comptable.

Est-ce que tu joues encore au basket ?
Plus du tout. Je ne regrette absolument pas la carrière que j'ai fait et mes choix, j'ai arrêté au bon moment. J'ai très peu retouché un ballon depuis. Ca ne m'a pas manqué plus que ça.

Sur une échelle de 1 à 10, à quel niveau suis-tu encore le championnat de Ligue Féminine ?
Pour être honnête, je suis de plus en plus loin la LFB. Je vais dire que je suis à 5/10. Je suis le TGB et Basket Landes mais comme je connais de moins en moins de joueuses... Je continue toujours à m'intéresser mais moins qu'avant.

Quel est ton plus beau souvenir de carrière ?
Il y en a beaucoup. Mes années à Valenciennes, le titre d'Euroligue en 2002 à Liévin, c'étaient mes premières années pro. J'ai cotoyé les plus grandes joueuses du moment, j'en garde des supers souvenirs, on s'entendait vraiment très bien. Cette année-là on a eu la chance de gagner le titre de champion de France mais aussi l'Euroligue qui nous avait échappée l'année d'avant. Devant notre public, en France, c'était génial.

Et le moins bon ?
Ce sont mes blessures qui ont freiné mon évolution. Mon premier (ligament) croisé avant d'arriver à Valenciennes et le deuxième quand j'étais à Clermont-Ferrand. Quand ça arrive tu te fais une raison, c'était écrit, il fallait que ça se passe comme ça. En plus cette année à Clermont, on était dans une situation assez inconfortable, le club était en péril, on n'a pas été payés pendant plusieurs mois. 

As-tu encore des échanges avec certaines joueuses ?
Elodie Bertal forcément parce qu'on vit dans la même ville et on se côtoie régulièrement. Au-delà, j'ai encore des contacts avec Céline Dumerc. Le truc c'est que je ne suis pas vieille mais pas trop jeune (rires)... Les filles qui jouent actuellement, il y en a de moins en moins que j'ai côtoyées. J'ai des contacts avec certaines qui ont arrêté récemment comme Sylvie Gruszczynski, Naura El Gargati, Penda Sy. Je vais régulièrement à Mont-de-Marsan donc je vois Julie Barennes. On a la chance de toutes être plus ou moins dans le sud ouest donc c'est assez sympa de se retrouver régulièrement.

Son parcours

1998-2000 Centre Fédéral
2000-2003 Valenciennes
2003-2007 Tarbes
2007-2009 Clermont-Ferrand
2009-2012 Pays d’Aix

Son palmarès

En Équipe de France (4 sélections A)
Médaillée de bronze au Mondial Espoirs en 2003
Médaillée de bronze à l’Euro Espoirs en 2002

En club
Vainqueur de l’Euroligue en 2002
Championne de France LFB en 2001, 2002 et 2003
Vainqueur de la Coupe de France en 2001, 2002 et 2003
Vainqueur du Tournoi de la Fédération en 2002 et 2003
Vainqueur de l’Open LFB en 2002

Catégorie: 
Surtitre: 
Que deviens-tu...Claire Tomaszewski ?
Auteur: 
Propos recueillis par Arnaud Dunikowski
Date d’écriture: 
Mercredi, 20. Mai 2020
Vignette: 
Chapeau: 
Passée par le Centre Fédéral, Claire Tomaszewski est arrivée dans le monde professionnel au milieu des stars de Valenciennes en 2000. Après 12 saisons et 257 matches joués pour l'USVO, Tarbes, Clermont-Ferrand et Aix-en-Provence, la native de Lorraine a tiré sa révérence en 2012 à seulement 30 ans.
Pour Newsletter: 

"L'impression d'être un extraterrestre"

Corps: 

Comment vas-tu Yacine ?
Dans les circonstances actuelles tout va bien, on est en bonne santé. La famille va bien.

Que deviens-tu ?
J'ai arrêté en 2015. J'avais anticipé et fini mes études de droit pendant ma carrière. Je me suis laissée une année pour passer un examen en école d'avocat et j'ai eu un enfant en même temps. J'ai travaillé dans un tribunal comme assistante de justice puis juriste dans une association d'aide aux victimes. Depuis le 1er avril j'ai un nouveau travail, je suis chargée de mission sport et action sociale de proximité au Conseil Départemental des Ardennes. J'ai aussi été élue conseillère municipale à Charleville-Mézières et je suis toujours très investie aux Flammes Carolo avec l’association Flammes de Coeur.

Est-ce que tu joues toujours au basket ?
Bien sûr ! J'avais vraiment coupé pendant un an et demi. Puis après la naissance de ma fille, avec une bande de copines dont ma belle-soeur qui m'a dit "Viens, on va faire une équipe de mamans !", c'est parti comme ça. On a toutes un peu le même profil.

Sur une échelle de 1 à 10, à quel niveau suis-tu encore le championnat de Ligue Féminine ?
Comme mon compagnon est le coach des Flammes, je suis forcément plus. Je ne suis pas au fait de tout donc on va dire 7/10. Je ne suis pas à fond.

Quel est ton plus beau souvenir de LFB ?
A 18 ans, c'est le Final 4 de l'Euroligue avec Bourges à Messine (Italie). J'étais la dixième joueuse, je complétais l'équipe. Avoir vécu ça de l'intérieur c'était incroyable. Je me disais "waouh". Dans mes souvenirs de jeune joueuse, ça m'a impacté de voir ces filles. J'étais dans l'équipe mais j'avais l'impression d'être un extraterrestre, j'observais les comportements, l'intensité. Puis il y a ma première sélection en Équipe de France (le 10/07/2008). Ce n'était pas un but dans ma vie et c'était très fort. On reprenait de zéro avec Pierre Vincent, c'est un très bon souvenir aussi.

Et le moins bon ?
C'est à Mondeville. On avait la finale de Coupe de France un mois après la fin du championnat, de notre dernier match. On a perdu contre Lattes Montpellier (en 2011). C'est tout le contexte, avoir eu un mois de battement, on se préparait mais c'était très étrange. Puis de perdre ce match qu'on avait à notre portée.

As-tu encore des échanges avec certaines joueuses ?
Oui bien sûr. Certaines ne sont plus dans le basket donc ce n'est pas notre sujet de conversation. Il y a Clémence Beikes, Emmeline Ndongue, Ana Filip, Anaïs Deas, Valeriya Berezhnyska. Moins régulièrement j'ai Céline Dumerc et Clarisse Costaz. On essaye de se tenir au courant.

Son parcours

1999-2002 Bourges
2002-2004 Reims (LFB/NF1)
2004-2005 Aix-en-Provence
2005-2006 Stade Clermontois
2006-2009 Aix-en-Provence
2009-2011 Mondeville
2011-2015 Charleville-Mézières

Son palmarès

En Équipe de France (25 sélections A)
Médaillée de bronze à l'Euro Espoirs en 2002

En club
Vainqueur de l'Euroligue en 2001
Championne de France LFB en 2000
Vainqueur du Tournoi de la Fédération en 2000 et 2001
Championne de France Espoirs en 1998, 1999 et 2000

Catégorie: 
Surtitre: 
Que deviens-tu...Yacine Sene ?
Auteur: 
Propos recueillis par Arnaud Dunikowski
Date d’écriture: 
Jeudi, 16. Avril 2020
Vignette: 
Chapeau: 
A même pas 20 ans, Yacine Sene était déjà championne de France LFB et championne d'Europe avec Bourges. Ses 15 saisons de Ligue Féminine (346 matches) l'ont mené aux quatre coins de la France (Reims, Aix, Clermont-Ferrand, Mondeville et Charleville-Mézières). Installée dans les Ardennes, elle s'investit pleinement dans la vie locale avec toujours un pied dans le basket.

Bourges encore au rendez-vous

Corps: 

Coupe de France féminine - Demi-finale (à Clermont-Ferrand)

Bourges (LFB) - Tarbes (LFB) 77-42

Comme hier, Alexia Chartereau pour Bourges et Tima Pouye côté TGB assurent le scoring (4-4, 3'). Les deux équipes peinent à trouver du rythme, la réussite n'est pas au rendez-vous. Les premières rotations Tango font leur effet mais Tarbes s'accroche (13-10, 10'). Ce que l'on pressentait en fin de 1er QT se confirme, les Berruyères mettent petit à petit la main sur le match avec Dubié à la baguette (27-13, 15'). Physiquement plus frais, Bourges s'envole alors que le TGB va devoir trouver un second souffle s'il veut continuer à exister (38-24, 20').

Marissa Coleman s'illustre dès la reprise avec 4 points de suite puis Sarah Michel met son équipe au chaud de loin (46-24, 23'). Tout l'effectif bigourdan tire la langue et paye ses efforts de la veille. En s'appuyant sur une défense qui n'a laissé que 5 points au TGB dans ce quart-temps, Bourges file vers la victoire (53-29, 30'). Les 10 dernières minutes ne changent rien à la physionomie d'une rencontre que les Berruyères auront dominé de la tête et des épaules. Pour la septième fois de suite, la formation du Cher se qualifie pour la finale de la Coupe de France féminine (77-42).

Réactions d'après-match

François Gomez (entraineur de Tarbes) : "Il y a deux classes d'écart entre les équipes. L'une va jouer un quart de finale d'Euroligue, l'autre se bat pour le maintien. On débute bien mais on explose sur 2-3 temps-forts de Bourges."

Tima Pouye (joueuse de Tarbes) : "On paye un peu le match d'hier. On aurait pu tout faire mieux, c'est un long travail. Le championnat revient, il faudra travailler encore plus."

Olivier Lafargue (entraineur de Bourges) : "On était intenses, bien dans la tête. On veut voyager loin et s'améliorer. Défensivement on a franchi un cap, on n'a pas eu de temps faible ce soir."

Alexia Chartereau (joueuse de Bourges) : "Le contrat est bien rempli, ce week-end pouvait être piège. On a fait un match plus complet aujourd'hui. On va d'abord célébrer avant de penser à la finale."

Programme et résultats des plateaux quarts et demi-finales

CLERMONT-FERRAND* (63)

Samedi 15 février 2020
Toulouse MB (LF2) – Tango Bourges Basket (LFB) : 60-89
Landerneau BB (LFB) – Tarbes GB (LFB) : 69-71

Dimanche 16 février 2020
Tango Bourges Basket (LFB) – Tarbes GB (LFB) : 77-42

VANNES* (56)

Samedi 15 février 2020
Roche Vendée BC (LFB) – LDLC ASVEL Féminin (LFB) : 73-92
Lattes-Montpellier BA (LFB) – Basket Landes (LFB) : 59-53

Dimanche 16 février 2020
LDLC ASVEL Féminin (LFB) – Lattes-Montpellier BA (LFB) : 86-74

LES FINALES 2020 À L’ACCORHOTELS ARENA À PARIS

Finales Coupe de France 2020

Programme des Finales Coupe de France 2020* :

Vendredi 24 avril 2020 
18h00 : Finale Trophée féminin
20h30 : Finale Trophée masculin

Samedi 25 avril 2020
10h00 : Finale U18 féminines
12h30 : Finale U17 masculins
15h00 : Finale Pros féminines (Trophée Joë Jaunay)
17h30 : Finale Pros masculins (Trophée Robert Busnel)

*sous réserve de modifications TV

 

Catégorie: 
Surtitre: 
Coupe de France 2020
Auteur: 
A Clermont-Ferrand, Arnaud Dunikowski
Date d’écriture: 
Dimanche, 16. Février 2020
Vignette: 
Catégorie 2: 
Chapeau: 
Pour la septième année de suite, Bourges participera à la finale de la Coupe de France féminine et défendra son titre sur le parquet de l'AccorHotels Arena en avril prochain. Ce dimanche à Clermont-Ferrand, les Tango ont dominé Tarbes (77-42).

Tarbes défiera Bourges

Corps: 

Coupe de France féminine - Quarts de finale (à Clermont-Ferrand)

Bourges (LFB) - Toulouse MB (LF2) 89-60

Porté par l'adresse de Noémie Brochant, Toulouse joue sa chance sans complexe en début de rencontre (10-10, 5'). Les rotations berruyères, avec notamment Dabovic et Rupert, font leur effet puisque les Tango s'échappent au tableau d'affichage à la faveur d'un 15-0. Après 10 minutes de jeu, le score est de 27 à 15 pour le pensionnaire de LFB. Poussé par son public venu en nombre, Bourges a solidement la main sur le match à l'image d'une Alexia Chartereau bien en jambes (40-21, 15'). Isabelle Strunc puis Noémie Brochant permettent au TMB de réduire un peu l'écart (42-28, 17') mais à mi-parcours, le triple tenant du titre a repris ses aises (55-32).

Bien que dominé, Toulouse ne se laisse pas abattre et peut compter sur l'adresse de Sarah Halejian en attaque (65-39, 25'). Appliqué, Bourges continue d'avancer et passe la barre des 30 points d'avance sur une contre-attaque d'Elodie Godin (71-40, 27' puis 77-44, 30'). Le dernier quart-temps permet à Olivier Lafargue de faire tourner son effectif alors que côté toulousain,  Noémie Brochant saisit sa chance dès qu'elle le peut (81-55, 36'). Sans trembler, Bourges bat Toulouse et se qualifie pour la demi-finale.

Xavier Noguera (entraineur de Toulouse) : "Ca va nous servir car notre équipe est jeune. Elles vont prendre de l'expérience."
Lucie Carlier (joueuse de Toulouse) : "On a eu de belles séquences mais quand Bourges a acceléré, ça s'est compliqué."
Olivier Lafargue (entraîneur de Bourges) : "Il fallait être vigilant. Dès que Toulouse a fatigué, on a fait le trou. Il faudra êre meilleur demain."
Ana Filip (joueuse de Bourges) : "Dans l'ensemble, on a été supérieures. On a respecté l'adversaire."

Landerneau (LFB) - Tarbes (LFB) 69-71

Ashley Bruner et ses partenaires prennent rapidement les devants. Que ce soit en percussion ou à la passe, l'Américaine est dans les bons coups (16-9, 6'). Tarbes a du mal à mettre son jeu en place et la sortie précoce de Marine Fauthoux (2 fautes) n'a pas aidé. Laure Resimont, à la sirène et depuis le parking, permet au TGB de rester dans la course (22-19, 10'). Landerneau repart comme en début de rencontre et oblige François Gomez à rappeler ses joueuses (29-19, 13'). Alors que l'on pensait le LBB lancé, deux tirs lointains remettent les Violettes à l'endroit. Au buzzer, c'est au tour de Virginie Brémont de transpercer le filet de très loin (41-32, 20').

Si dans le jeu, Tarbes est toujours aussi approximatif, le tir à 3 points est lui au rendez-vous. Et quand la connexion Berezhynska-Halvarsson se met en route, le TGB va forcément mieux (44-42, 24'). A 10 minutes du terme, le suspense reste entier entre Bretonnes et Bigourdanes (53-50, 30'). Marine Fauthoux sort de sa boîte avec un 3+1 pour mettre son équipe devant mais Landerneau serre les rangs derrière Ashley Bruner et reprend sa marche. Le final s'annonce haletant (61-55, 34') d'autant que les fautes commencent à peser pour les deux équipes. Tarbes s'accroche grâce à Tima Pouye (68-68, 39'). Louice Halvarsson, de loin et après un système bien exécuté, donne 3 longueurs d'avance au TGB. Le club du Finistère ne s'en relèvera pas.

Stéphane Leite (entraîneur de Landerneau) : "On avait tout pour gagner ce soir. Le 16/33 aux lancers-francs c'est catastrophique. La déception est là."
Marie Butard (joueuse de Landerneau) : "On est décues, c'était un objectif du club. La logique n'a pas forcément été respectée ce soir."
François Gomez (entraîneur de Tarbes) : "C'est le basket ! La différence s'est faite sur le sang-froid. C'est bien pour la notoriété du club d'être en demi-finale."
Marine Fauthoux (joueuse de Tarbes) : "On voulait revenir mieux après une mauvais première mi-temps. On a surtout haussé notre niveau physique."

Dimanche 16 février

Demi-finale - 15h30
Bourges - Tarbes

Catégorie: 
Surtitre: 
Coupe de France 2020
Auteur: 
A Clermont-Ferrand, Arnaud Dunikowski
Date d’écriture: 
Samedi, 15. Février 2020
Vignette: 
Catégorie 2: 
Chapeau: 
Vainqueur du Petit Poucet toulousain, Bourges a été la première équipe du plateau de Clermont-Ferrand à se qualifier. Les Tango ont été rejoint un peu plus tard dans la soirée par Tarbes, tombeur de Landerneau dans un final haletant. Les deux équipes se retrouveront dimanche à 15h30 pour une place en finale.

Les clubs LFB disparus

Corps: 

Séquence nostalgie avec un éclairage sur les clubs qui ont fait la gloire de la Ligue Féminine et qui ont depuis cédé leurs places.

Isabelle Fijalkowski, Sandrine Gruda, Edwige Lawson, Sandra Le Dréan, Audrey Sauret, Ann Wauters… La liste des joueuses de renom qui ont porté le maillot de l’Union Sportive Valenciennes Olympic est interminable. Normal, ce club a été deux fois champion d’Europe (2002 et 2004), deux fois finaliste (2001 et 2003) et sept fois champion de France. Le public de l’USVO a été élu deux fois meilleur public de France et la venue du rival berruyer était la garantie de soirées électriques. Valenciennes a disparu du paysage du basket national en étant englouti dans la fusion avec l’Union Saint-Amand Porte du Hainaut pour former l’Union Hainaut Basket. C’était au printemps 2008. Ce sont des supporters qui récupérèrent une partie des trophées qui allaient finir à la poubelle et qui les offrirent à l’ancien coach, Laurent Buffard.

L’ASPTT Aix-en-Provence devenu Pays d’Aix Basket 13 du président Guy Boillon fut longtemps également un pilier de la Ligue Féminine. Le club provençal fut exposé particulièrement par la présence en son sein de 1986 à 1994 d’Odile Santaniello, au total neuf fois MVP française, et par sa victoire en Eurocoupe en 2003 sous la conduite du coach Abdou Ndiaye. C’est en mai 2013 que le club des Bouches-du-Rhône se retira de la Ligue Féminine en demandant sa relégation en LF2 suite notamment à une baisse de 50% da la subvention municipale.

Autre club prestigieux, celui de Challes-les-Eaux Basket, niché dans la banlieue de Chambéry. Ce fut le premier club français a participer au Final Four de l’Euroligue –appelée alors Coupe d’Europe des clubs champions. C’était en 1993. Corinne Benintendi, Frédérique Venturi, Chantal Julien –qui devint ensuite l’une des meilleures arbitres au monde-, Isabelle Fijalkowski, Carole Force et encore les Russes Elena Koudachova et Olga Soukharnova sont passées par la Savoie. Après une première rétrogradation, Challes parvint à rebondir et à revenir en Ligue Féminine pour disparaître de nouveau de l’élite en 2011.

Au cours de son riche parcours, Isabelle Fijalkowski a également fait partie un temps de l’aventure du SCAB 63, un club de Clermont-Ferrand qui a fait perdurer pendant six saisons en LFB la tradition mise en place en ville par l’AS Montferrand et le Clermont Université Club.

Deux autres clubs, du sud-ouest, ont également laissé une trace en Ligue Féminine. Waïti Bordeaux y tint sa place cinq saisons avec des personnalités comme Edwige Lawson, Nicole Antibe, Emmanuelle Hermouët et Marie-Sophie Obama, l’actuelle président de l’ASVEL féminin. Quant au Mourenx Basket Club de coach Valéry Demory, il est devenu célèbre pour avoir attiré 8000 spectateurs au Palais des Sports de Pau, le 12 février 2006, pour le derby contre Tarbes. Un record d’Europe pour du basket féminin en termes d’affluence à cette époque.

Catégorie: 
Surtitre: 
20 ans LFB
Auteur: 
Texte : Pascal Legendre - Visuel : Chloé Bérard
Date d’écriture: 
Lundi, 8. Janvier 2018
Vignette: 
Catégorie 2: 
Chapeau: 
La Ligue Féminine de Basket fête ses 20 ans. Tout au long de la saison, la LFB vous propose de découvrir ou redécouvrir, les faits marquants, les équipes, les entraîneurs ou encore les joueuses qui ont fait sa légende. Aujourd'hui, zoom sur ces clubs qui ont fait l'histoire de la Ligue mais qui ont disparu du plus haut niveau.
Social_posts: 
<blockquote class="twitter-tweet" data-lang="fr"><p lang="fr" dir="ltr"><a href="https://twitter.com/hashtag/20ansLFB?src=hash&amp;ref_src=twsrc%5Etfw">#20ansLFB</a> - Continuons de parcourir l&#39;histoire de la <a href="https://twitter.com/hashtag/LFB?src=hash&amp;ref_src=twsrc%5Etfw">#LFB</a> avec aujourd&#39;hui la mise en avant de clubs historiques mais malheureusement disparus <a href="https://t.co/tZfY1jLl3K">https://t.co/tZfY1jLl3K</a> <a href="https://twitter.com/hashtag/USVO?src=hash&amp;ref_src=twsrc%5Etfw">#USVO</a> <a href="https://twitter.com/hashtag/PABA13?src=hash&amp;ref_src=twsrc%5Etfw">#PABA13</a> <a href="https://twitter.com/hashtag/Mourenx?src=hash&amp;ref_src=twsrc%5Etfw">#Mourenx</a> <a href="https://twitter.com/hashtag/WaitiBordeaux?src=hash&amp;ref_src=twsrc%5Etfw">#WaitiBordeaux</a> <a href="https://twitter.com/hashtag/ChallesLesEaux?src=hash&amp;ref_src=twsrc%5Etfw">#ChallesLesEaux</a> <a href="https://twitter.com/hashtag/SCAB63?src=hash&amp;ref_src=twsrc%5Etfw">#SCAB63</a> <a href="https://t.co/9LQWBe6jS6">pic.twitter.com/9LQWBe6jS6</a></p>&mdash; LFB (@basketlfb) <a href="https://twitter.com/basketlfb/status/950371199816790016?ref_src=twsrc%5Etfw">8 janvier 2018</a></blockquote> <script async src="https://platform.twitter.com/widgets.js" charset="utf-8"></script>
S'abonner à RSS - Clermont-Ferrand