Jeux Olympiques

Equipes de France
Les JO de Tokyo du 23 juillet au 8 août 2021
Les organisateurs des Jeux de Tokyo ont annoncé ce lundi les nouvelles dates des J.O. 2020 : ils se dérouleront du vendredi 23 juillet au dimanche 8 août 2021.
Quiz : Qui sont les internationales françaises aux Jeux Olympiques ?
L’Équipe de France féminine n’a participé qu’à trois reprises aux Jeux Olympiques. À Sydney, Londres et Rio. 32 internationales seulement ont connu les frissons olympiques, sa...
"Les Jeux Olympiques représentent un bel objectif"
Nouvel arrivant en Équipe de France 3x3, Antoine Eïto devait participer au tournoi de qualification olympique initialement organisé à Bangalore (Inde) du 18 au 22 mars prochai...
Yohan Rosso continue son ascension
Désigné parmi les arbitres pour les Jeux Olympiques de Tokyo, le Français Yohan Rosso enchaîne les compétitions prestigieuses.
Double France-Espagne à Paris à l'Accor Arena le 10 juillet
Au cours d’une conférence de presse exceptionnelle, qui s’est déroulée à l’INSEP à Paris ce mardi, la Fédération Française de BasketBall a dévoilé les programmes de préparation aux Jeux Olympiques de...
Tokyo! Les Bleues arrivent!
En s’imposant face au Brésil ce soir, les françaises ont validé leur qualificati...
Les plus mystérieuses
Les plus déterminées : le Brésil
La France et les Jeux

Pages

Les JO de Tokyo du 23 juillet au 8 août 2021

Corps: 

Le président du comité d'organisation japonais Yoshiro Mori a dévoilé ce lundi lors d'une conférence de presse à Tokyo, les dates des Jeux Olympiques de Tokyo 2020 qui se dérouleront donc du 23 juillet au 8 août 2021. Prévus cet été 2020, les J.O. ont été reportés il y a quelques jours en raison du COVID-19 et de la situation sanitaire mondiale.

"L'humanité se trouve à présent dans un noir tunnel", a déclaré le président du CIO Thomas Bach dans son communiqué annonçant les nouvelles dates. "Ces JO seront la lumière au bout du tunnel".

Surtitre: 
Equipes de France
Auteur: 
Kévin Bosi (FFBB)
Date d’écriture: 
Lundi, 30. Mars 2020
Vignette: 
Chapeau: 
Les organisateurs des Jeux de Tokyo ont annoncé ce lundi les nouvelles dates des J.O. 2020 : ils se dérouleront du vendredi 23 juillet au dimanche 8 août 2021.

Quiz : Qui sont les internationales françaises aux Jeux Olympiques ?

Corps: 

Auteur: 
FFBB
Date d’écriture: 
Jeudi, 26. Mars 2020
Vignette: 
Chapeau: 
L’Équipe de France féminine n’a participé qu’à trois reprises aux Jeux Olympiques. À Sydney, Londres et Rio. 32 internationales seulement ont connu les frissons olympiques, saurez-vous les retrouver.

"Les Jeux Olympiques représentent un bel objectif"

Corps: 

Le meneur du Mans a exprimé toute sa frustration sur Twitter à l’annonce du déplacement du TQO en raison de l’épidémie du virus COVID-19 qui touche le monde entier. Touché par la nouvelle et forcément déçu, il rêvait depuis longtemps de porter le maillot de l’Équipe de France. La dernière fois, c’était en 2008 avec l’Équipe de France U20 lors du Championnat d’Europe. Et Richard Billant était déjà son sélectionneur…


Vous aviez impressionné pour vos débuts au 3x3 à Voiron lors du Big Twelve en juin 2019. Peut-on dire que l’aventure Jeux Olympiques a commencé à ce moment ?

On a gagné et c’était vraiment énorme de battre les Américains. C’est marrant parce que c’est moi qui ai fait la démarche d’envoyer un mail à Richard Billant pour savoir comment ça fonctionnait, si ça pouvait l’intéresser. Je lui ai dit que j’avais envie de découvrir la pratique et il m’a invité à Voiron. Très vite il m’a dit que je devais faire des points pour être éligible aux Jeux Olympiques.

D’ailleurs, porter le maillot Bleu est une obsession chez vous…

C’est quelque chose de viscéral pour moi. Comme je le dis souvent en rigolant, si je pouvais le porter en faisant du twirling bâton, je le ferais. C’est une obsession car c’est le pays dans lequel j’ai grandi. N’ayant jamais été convoqué pour les fenêtres internationales avec les A, il fallait absolument que je trouve un moyen de porter ce maillot et ça a été l’occasion avec l’Équipe de France 3x3. Les Jeux Olympiques représentent un putain d’objectif.

La ranking FIBA, le nombre de points pour être éligible aux Jeux Olympiques, tout cela peut paraître compliqué pour un joueur qui débute dans le 3x3. Avez-vous pris connaissance en amont de toutes ces subtilités ?

J’ai été obligé. Ça a commencé avec Sammy Girma et Raphaël Wilson de la Team Blacklist avec qui j’ai fait quelques tournois. Richard Billant et Karim Souchu m’ont définitivement mis au parfum et je savais qu’il me fallait au minimum 5.400 points afin d’avoir une chance d’aller aux Jeux Olympiques. J’en ai obtenu plus de 10.000. Ce sont eux qui m’ont poussé à faire le plus de tournois possible afin de récolter le maximum de points parce qu’ils ont vu que ça me plaisait, que j’étais impactant.

Comment s’est passé votre intégration express en Équipe de France 3x3 lors du stage de février. Ça n’a pas été une épreuve délicate de se retrouver avec des joueurs qui se côtoient déjà depuis plusieurs années ?

L’intégration s’est très bien passée parce que  je suis resté moi-même. J’ai beaucoup échangé avec les gars. J’étais roommate avec Kevin Corre qui est quand même le numéro 1 français et qui joue sur le World Tour. C’était très intéressant. L’état d’esprit général était très bon mais ça reste une sélection donc on a quand même senti une certaine nervosité.

Comment avez-vous abordé vos débuts dans la discipline ?

J’ai abordé le 3x3 comme un rookie. Je me suis très vite dit que j’arrivais et que je n’étais personne. C’est une pratique vraiment différente, qui demande du cardio tout en étant  costaud et adroit. C’est comme si un mec qui fait de l’athlétisme se met subitement à faire du javelot. Maintenant, il va falloir que je m’adapte avec des joueurs de 3x3 encore plus forts. Je sais que j’ai de gros avantages sur les situations de 1 contre 1 ou dans la création mais je suis loin de connaître toutes les subtilités du 3x3. J’ai encore besoin de progresser mais j’apprends en regardant des joueurs comme Dominique Gentil, Charly Pontens, Lucas Dussoulier ou Kevin Corre.

Vous allez rencontrer des équipes comme la Slovénie ou la République Dominicaine lors du TQO (dates encore méconnues suite à l’annonce du déplacement du TQO, ndlr). N’est-ce pas compliqué de se lancer à l’assaut d’une compétition à l’aveugle, avec des joueurs probablement méconnus pour vous ?

Non parce qu’il faut respecter tout le monde. Je suis toujours parti du principe que peu importe l’adversaire, tu respectes et tu joues à fond. Ce n’est pas un problème au contraire.

Votre club du Mans n’avait pas été difficile à convaincre ?

C’est un club intelligent avec des personnes qui me connaissent par cœur. C’est un peu la famille. Mon Président et mon directeur sportif savent à quel point c’est dans les tripes pour moi. Je devais partir après le match face à Cholet le 14 mars pour Paris afin de décoller le lendemain. Même si ça ne va pas se faire, je tiens sincèrement à les remercier pour leurs efforts.

Antoine Eïto et le 3x3 c’est déjà une histoire qui marche, que peut-on espérer pour le futur ?

Une semaine après Voiron, j’ai travaillé sur mon shoot avec Steve Sir qui fait partie de l’équipe d’Edmonton, un des meilleurs shooteurs all-time en NCAA. J’ai même failli jouer avec eux au Hoopfest, un tournoi à Spokane (États-Unis) afin de faire un maximum de points. On peut dire que j’ai déjà cette possibilité et les gens ont vu ce qui s’est passé à Voiron, que j’avais été très performant pour ma première compétition internationale 3x3. Il devrait y avoir des opportunités. Le World Tour c’est 14 week-ends dans l’année. Je ne veux pas me cramer et je suis toujours sous contrat pendant trois ans avec Le Mans. Je ne partirai pas avant. J’ai trois enfants, une famille, il faut partir en vacances. Je vais avoir 32 ans donc il ne faut pas faire n’importe quoi.

Catégorie: 
Surtitre: 
ÉQUIPE DE FRANCE 3X3 MASCULINS
Auteur: 
Clément Daniou (FFBB)
Date d’écriture: 
Jeudi, 5. Mars 2020
Vignette: 
Chapeau: 
Nouvel arrivant en Équipe de France 3x3, Antoine Eïto devait participer au tournoi de qualification olympique initialement organisé à Bangalore (Inde) du 18 au 22 mars prochain. Reporté à une date ultérieure en raison du virus COVID-19, il espère malgré tout faire de son rêve olympique une réalité.

Yohan Rosso continue son ascension

Corps: 

Déjà nominé sur la finale de la Coupe du Monde 2019 en Chine entre l'Espagne et l'Argentine, Yohan Rosso confirme sa montée en puissance dans le monde de l'arbitrage international avec sa désignation pour les Jeux Olympiques de Tokyo. Après la finale de la Coupe du Monde féminine en 2018 ou encore le Final Four de la FIBA Basektball Champions League, le Francilien opérera cet été sur la plus belle des compétitions internationales. 

Il succède ainsi à Eddie Viator, présent lors des Jeux Olympiques de Rio en 2016. 

La Fédération Française de BasketBall et toute la famille de l'arbitrage français s'unissent pour féliciter Yohan Rosso.

Catégorie: 
Surtitre: 
JEUX OLYMPIQUES TOKYO 2020
Auteur: 
Clément Daniou (FFBB)
Date d’écriture: 
Lundi, 2. Mars 2020
Vignette: 
Chapeau: 
Désigné parmi les arbitres pour les Jeux Olympiques de Tokyo, le Français Yohan Rosso enchaîne les compétitions prestigieuses.

Double France-Espagne à Paris à l'Accor Arena le 10 juillet

Corps: 

Pour la première fois lors d’une conférence de presse, les entraîneurs des Équipes de France 5x5 et 3x3 étaient réunis sur un même lieu afin d’aborder leurs perspectives olympiques mais également rappelé le volet formation du basket tricolore.

Face aux journalistes présents, le Président de la FFBB, Jean-Pierre Siutat, a rappelé la récurrence des résultats de très haut niveau du basket français en qualifiant trois fois de suite ses deux équipes 5x5 au Jeux Olympiques. Il a également reprécisé l’investissement de la fédération dans la formation et a présenté, pour la première fois, le documentaire « Pôle France BasketBall » qui présente la structure accueillant les joueurs et joueuses potentiels, basée à l’INSEP à Paris.

Le DTN, Alain Contensoux a détaillé les chiffres clefs du Pôle France BasketBall avec notamment, 58 joueuses en Équipe de France féminine, 32 joueurs en Équipe de France masculine, 9 joueuses en WNBA, 12 joueurs en NBA, 64 joueuses en EuroLeague Women et 38 joueurs en EuroLeague. Il a également rappelé le double projet sportif, encadré par 9 techniciens qui cumulent 25 médailles internationales, dont 8 en Or et scolaire avec 100% de réussite au baccalauréat depuis 2010.

Le Directeur de la performance, Jacques Commères a, lors de son intervention, salué le travail de coordination des programmes techniques entre les différents staffs des équipes nationales et loué le travail réalisé dans les différents pôles espoirs pour atteindre au final la très haute performance. 

Les entraîneurs des Équipes de France 3x3, Richard Billant et Karim Souchu ont présenté le programme de préparation et la formule du Tournoi de Qualification Olympique en 3x3 qui se déroulera à Bangalore en Inde du 18 au 22 mars prochain.

Enfin, Valérie Garnier (entraîneure de l’Équipe de France féminine 5x5), Patrick Beesley (Général Manager du Team France Basket) et Vincent Collet (entraîneur de l’Équipe de France masculine 5x5) ont détaillé leur programme de préparation avec comme point d’orgue, un rendez-vous historique lors d’une double confrontation France / Espagne des deux sélections, le vendredi 10 juillet prochain à l’Accor Arena de Paris. La France accueillera dans la plus belle salle de l’hexagone le Champion du Monde et les Championnes d’Europe en titre.

Le programme de préparation de l'Equipe de France féminine
Le programme de préparation de l'Equipe de France masculine

 

Surtitre: 
Equipes de France
Auteur: 
Service de Presse FFBB
Date d’écriture: 
Mardi, 18. Février 2020
Vignette: 
Chapeau: 
Au cours d’une conférence de presse exceptionnelle, qui s’est déroulée à l’INSEP à Paris ce mardi, la Fédération Française de BasketBall a dévoilé les programmes de préparation aux Jeux Olympiques de Tokyo des deux équipes nationales 5x5 avec comme point d’orgue un double France-Espagne à Paris. En effet, l’Équipe de France féminine et l’Équipe de France masculine affronteront leurs homologues espagnols (championnes d’Europe et champions du Monde en titre) à l’Accor Arena le vendredi 10 juillet 2020. Lors de cette conférence de presse, la FFBB a également présenté en exclusivité le documentaire sur le Pôle France BasketBall.
crédit: 
(Crédit : Bacot/FFBB)
Social_posts: 
<blockquote class="twitter-tweet" data-partner="tweetdeck"><p lang="fr" dir="ltr">Conférence de presse exceptionnelle ce mardi à l&#39;<a href="https://twitter.com/INSEP_PARIS?ref_src=twsrc%5Etfw">@INSEP_PARIS</a> en présence des coachs des Equipes de France 5X5 et 3X3. Le programme de préparation pour les J.O. a été dévoilé ( d&#39;infos : <a href="https://t.co/lX4pd5xd6u">https://t.co/lX4pd5xd6u</a>) <a href="https://twitter.com/hashtag/ObjectifTokyo?src=hash&amp;ref_src=twsrc%5Etfw">#ObjectifTokyo</a> <a href="https://t.co/aSvK1JWJKq">pic.twitter.com/aSvK1JWJKq</a></p>&mdash; FFBB (@ffbasketball) <a href="https://twitter.com/ffbasketball/status/1229790648410263552?ref_src=twsrc%5Etfw">February 18, 2020</a></blockquote> <script async src="https://platform.twitter.com/widgets.js" charset="utf-8"></script>

Tokyo! Les Bleues arrivent!

Corps: 

Après leur victoire face à l’Australie pour le début du TQO, les françaises affrontaient, ce soir, le Brésil dans un Palais des Sports du Prado à guichets fermés. L’enjeu était simple pour les bleues, une victoire et les portes du Japon s’ouvraient alors que les brésiliennes devaient absolument s’imposer pour rester en vie dans ce TQO où les trois premiers obtiendront le graal olympique.

Dans un Palais des Sports du Prado chauffé à blanc et prêt à jouer son rôle de 6ème homme, les françaises ont réalisé un départ tonitruant dans le sillage d’une Sandrine Gruda omniprésente avec 10 points dans ce premier quart-temps. Puis le relais a été pris dans le secteur extérieur par Marine Johannes et Endy Miyem qui ont fait mouche à longue distance (QT1 : 22-15). Le début du second quart-temps était plus équilibré mais le retour de Sandrine Gruda après son passage sur le banc a encore fait la différence. L’intérieure française a cumulé 16 points en 12 minutes dans cette première mi-temps. Puis dans les derniers instants avant de rejoindre les vestiaires, les tricolores ont fait le forcing pour creuser l’écart. La combativité d’Olivia Epoupa et Sarah Michel a offert des secondes chances aux françaises qui ont profité à Helena Ciak et ses coéquipières. (MT : 27-38).

Le début de la deuxième mi-temps était plus difficile pour les tricolores. Alors qu’elles avaient absolument besoin d’une victoire, les brésiliennes ont donné le tout pour le tout et sont parvenues à réduire l’écart pour revenir à quatre petits points. Mais les bleues avaient de la ressource et dominaient les débats dans la raquette. Puis avec ses qualités de combattante, Helena Ciak a pris le relais de Sandrine Gruda pour creuser un nouvel écart et aborder le dernier acte avec 14 longueurs d’avance (QT3 : 60-46).

Dans ce dernier quart-temps, rien n’a changé. Les brésiliennes étaient généreuses mais elles ne pouvaient rien faire face au talent de Sandrine Gruda et ses coéquipières, impériales ce soir au Palais des Sports du Prado. Dans une ambiance exceptionnelle, les bleues l’on fait, elles ont obtenu leur qualification pour les Jeux Olympiques de Tokyo.

La France bat le Brésil 89-72

Jean-Pierre Siutat (Président de la Fédération Française de BasketBall) : « Quelle fierté que notre Équipe de France féminine rejoigne celle des garçons aux Jeux Olympiques et Paralympiques de Tokyo 2020 ! Pour la troisième fois consécutive après Londres en 2012 et Rio en 2016, nos deux sélections nationales représenteront le basket français dans cette compétition phare que sont les Jeux. Nos Bleues ont parfaitement assumé leur statut dans ce TQO organisé à domicile à Bourges en validant leur ticket dans un Palais des Sports à guichets fermés ce samedi. Je tiens tout d’abord et sincèrement remercier celles et ceux qui ont rendu possible de tournoi en France, en particulier le ministère des sports, la ville de Bourges, le département du Cher et la région du Centre Val de Loire. Je tiens à féliciter le groupe autour de Valérie Garnier, qui au vu de l’état d’esprit remarquable et de la qualité de ses prestations, ira à Tokyo avec de réelles ambitions. Place maintenant à nos Équipes de France de 3x3, qui participeront au TQO à Bangalore (Inde) du 18 au 22 mars prochain. Nous rêvons tous que la grande famille du basket français parte réunie à Tokyo ».

Valérie Garnier (entraîneur de l’Equipe de France féminine) : « Qualifier à nouveau l’Équipe de France féminine pour les J.O., c’est un sentiment indescriptible ! C’est tellement puissant, tant d’émotions qui vous traversent… Après le TQO de Nantes en 2016 où nous avions déjà connu le bonheur de nous qualifier pour les Jeux Olympiques, la Fédération a réalisé un travail formidable pour que nous puissions revivre cela en 2020 devant notre public, en organisant le Tournoi de Qualification Olympique au Palais des Sports de Bourges. Je suis heureuse pour les joueuses, le staff, la Fédération et son Président, qui méritent cette qualification après avoir énormément travaillé pour valider ce ticket olympique. Les supporters présents à Bourges nous ont galvanisé dans cette quête, nous pouvons savourer cette qualification si importante pour le basket et le sport français, avant de nous remettre au travail dans quelques mois afin de se présenter avec des ambitions à Tokyo ».

L’autre match : Australie – Porto Rico

Face à la surprenante équipe de Porto Rico, l’Australie a déroulé une rencontre parfaite en faisant étalage de sa puissance offensive. Comme attendu, Liz Cambage a largement dominé le jeu dans le secteur intérieur des deux côtés du terrain en cumulant pas moins de 31 points et 6 rebonds. Mais si les portoricaines ont été rapidement devancées au score, elles n’ont pas démérité. L’arrière Jazmon Gwathmey a notamment inscrit 30 points. Cette victoire des australiennes leur permet de revenir à auteur de Porto Rico après deux matches (1 victoire – 1 défaite). Les deux équipes tenteront de valider leur billet pour Tokyo demain lors de leur dernière rencontre dans ce TQO à Bourges.

L’Australie bat Porto Rico 100-74

Surtitre: 
Equipe de France Féminine
Auteur: 
À Bourges, Justin Burgevin (FFBB)
Date d’écriture: 
Samedi, 8. Février 2020
Vignette: 
Catégorie 2: 
Chapeau: 
En s’imposant face au Brésil ce soir, les françaises ont validé leur qualification pour les Jeux Olympiques 2020 de Tokyo où elles accompagneront leurs homologues masculins du 5x5, déjà qualifiés grâce à leur médaille de bronze à la Coupe du Monde 2019 en Chine.
crédit: 
(Crédit : Bacot/FFBB)
Social_posts: 
<blockquote class="twitter-tweet"><p lang="fr" dir="ltr">BOURGESTOKYO <a href="https://twitter.com/hashtag/FIBAOQT?src=hash&amp;ref_src=twsrc%5Etfw">#FIBAOQT</a> <a href="https://t.co/vIhcNOiFCI">pic.twitter.com/vIhcNOiFCI</a></p>&mdash; Equipes de France de Basket (@FRABasketball) <a href="https://twitter.com/FRABasketball/status/1226257322651136005?ref_src=twsrc%5Etfw">February 8, 2020</a></blockquote> <script async src="https://platform.twitter.com/widgets.js" charset="utf-8"></script>

Les plus mystérieuses

Corps: 

Il s’agira du match qui clôturera ce TQO à Bourges : la France rencontrera Porto Rico le dimanche 9 février à 16h30. Si les Bleues connaissent une seule défaite pendant leurs deux premiers matches face aux Australiennes ou aux Brésiliennes, leur dernier face à face pourrait s’avérer décisif afin d’éviter le jeu dangereux des points average.

Actuellement 23e au classement FIBA, l’équipe portoricaine "sera un peu une inconnue" selon Valérie Garnier. Elle n’a encore jamais participé aux Jeux Olympiques. En 2018, elle a pris part pour la première fois à la Coupe du Monde, finissant à la dernière place. Plus présente lors des compétitions continentales avec 11 participations à l’Americup (dont 2 médailles de bronze) et 4 participations aux Jeux Panaméricains (dont 1 médaille d’or et 1 médaille de bronze), elle a réussi à se qualifier au TQO avec l’espoir de réaliser pour la première fois son rêve olympique.

Pour ce TQO, l’entraîneur Gerardo « Jerry » Batista a sélectionné 12 joueuses :
• Jennifer O’Neil – Artego Bydgoszcz (Pologne)
• Pamela Rosado – Atenienses de Manati
• Dayshalee Salamán – IK Eos Boras (Suède)
• Deanna Kuzmanic – Atenienses de Manati
• Allison Gibson – Gigantes de Carolina
• Daneichka Canales – Gigantes de Carolina
• Jazmon Gwathmey – Atenienses de Manati
• Isalys Quinones – Dartmouth (NCAA)
• Sofia Roma – Duke  (NCAA)
• Sabrina Lozada – Vitoria Guimaraes (Portugal)
• Tayra Meléndez – Rhode Island (NCAA)
• Yolanda Jones –

Cette sélection met en vedette le retour de la pivot Yolanda Jones qui avait pris sa retraite après la Coupe du monde 2018. "Son intégration dans l’équipe nous donnera beaucoup d’expérience et nous aidera dans ce type de tournoi"¸ a déclaré l’entraîneur. Il comptera aussi sur la capitaine Pamela Rosado pour mener l’équipe vers l’objectif olympique. "Nous allons vers un tournoi historique avec l’opportunité de se qualifier aux Jeux Olympiques. Les filles sont très concentrées. Nous sommes très satisfaits de la sélection de ces joueuses qui tiennent un engagement réel de représenter le pays", a-t-il ajouté. Jerry Batista et ses joueuses ont rallié la France le 29 janvier pour poursuivre leur préparation jusqu’au jour-J, le 6 février, où elles disputeront le match d’ouverture contre le Brésil.

Surtitre: 
TQO 2020 – Les adversaires des bleues (3/3)
Auteur: 
Christina Ly/FFBB
Date d’écriture: 
Mercredi, 29. Janvier 2020
Vignette: 
Catégorie 2: 
Chapeau: 
Pour aller défendre les couleurs de la France aux côtés de l’équipe masculine cet été à Tokyo, les joueuses de Valérie Garnier devront affronter l’Australie, le Brésil et Porto Rico lors du TQO qui se déroulera à domicile du 6 au 9 février prochain. Pour comprendre ce qui attend nos bleues, fin de notre tour d’horizon avec leurs dernières adversaires : les Portoricaines.
crédit: 
FIBA

Les plus déterminées : le Brésil

Corps: 

Le 8 février prochain à 16h30, les bleues disputeront leur deuxième match du TQO face aux Brésiliennes, actuellement 15e au classement FIBA (pour rappel, la France est 5e). Depuis 2011, où elle avait combiné l’or à l’AmeriCup et le bronze aux Jeux Panaméricains, l’équipe brésilienne a un peu perdu de sa superbe, connaissant une longue période de retrait sur les compétitions internationales : elle n’avait pas atteint les quarts de finale du TQO en 2016, éliminée par la France, et elle n’avait pas non plus participé à la dernière Coupe du Monde en 2018.

Mais, en 2019, elle s’est relevée en brillant sur ses dernières compétitions : elle s’est emparée du bronze à la dernière AmeriCup, en battant notamment l’équipe portoricaine qu’elle retrouvera au prochain TQO, et elle a remporté l’or aux Jeux Panaméricains. Deux belles performances qui sont venues garnir le palmarès suivant :
• 7 participations aux Jeux Olympiques dont 1 médaille d’argent et 1 médaille de bronze
• 16 participations en Coupe du Monde dont 1 médaille d’or et 1 médaille de bronze
• 14 participations à l’AmeriCup dont 5 médailles d’or, 4 médailles d’argent et 3 médailles de bronze
• 16 participations aux Jeux Panaméricains dont 4 médailles d’or, 4 médailles d’argent et 4 médailles de bronze

Ces dernières réussites, la Confédération Brésilienne de Basketball les doit à l’arrivée du nouvel entraineur, José Neto, en juin 2019. "Nous avons entamé un processus pour que le basketball féminin puisse rejouer dans une compétition de niveau mondial. Nous avons atteint ce but, mais nous suivons maintenant un objectif encore plus grand. Nous allons continuer notre préparation pour aller chercher une place aux Jeux Olympiques de Tokyo. Ce sera une compétition difficile, mais nous sommes très motivés et prêts à affronter ces difficultés lors de cette étape" a-t-il exprimé.

Pour atteindre ce nouvel objectif, José Neto a rassemblé 16 joueuses :
• Alana da Silva – Santo André / Apaba
• Débora Costa – SESI Araraquara
• Lays da Silva – Vera Cruz Campinas
• Isabela Ramona – Uninassau
• Patricia Teixeira – Vera Cruz Campinas
• Taina Paixao – Sampaio Basquete
• Raphaella Monteiro – Ituano
• Tatiane Pacheco – Ituano
• Jeanne Flausino – Vera Cruz Campinas
• Damiris Dantas – Busan BNK Sum KOR
• Mariana Dias – Vera Cruz Campinas
• Vitoria Domingos – Sampaio Basquete
• Erika de Souza – San Sebastian
• Jennifer Calixto – Pro Esporte Sorocaba
• Juliana Souza – Vera Cruz Campinas
• Maria Carolina Oliveira – Pro Esporté Sorocaba

Prévue initialement dans la composition, la pivot du LDLC ASVEL Féminin, Clarissa dos Santos, celle qui devait représenter l'atout de cette équipe brésilienne avec Erika de Souza et Damiris Dantas, se blesse quelques semaines après l'annonce de l'entraineur, l'empêchant de participer à ce TQO. Malgré tout, José Neto et ses joueuses sont déterminés à prendre l’une des trois premières places qui leur permettra de participer aux Jeux de Tokyo.

"Nous savons que ce seront des matchs très difficiles et nous espérons bien faire, non seulement dans le match contre Porto Rico qui sera compliqué, mais aussi contre la France et l’Australie" a indiqué la joueuse Taina da Paixao. Sa coéquipière Patricia Ribeiro a tenu le même discours : "Le Pré-Olympique est très fort, avec les meilleures équipes, mais nous sommes déterminés à poursuivre notre objectif à la recherche d’une place. Nous ferons de notre mieux, nous mettrons en pratique ce que nous avons mis en place lors du dernier championnat."

Avec 37 séances d’entraînement prévues avant de s’envoler pour l’Europe le 27 janvier prochain, la seleçao brésilienne est bien déterminée à battre la France et ses autres adversaires pour décrocher sa place pour les JO de cet été.

Surtitre: 
TQO 2020 – Les adversaires des bleues (2/3)
Auteur: 
Christina Ly/FFBB
Date d’écriture: 
Mercredi, 22. Janvier 2020
Vignette: 
Catégorie 2: 
Chapeau: 
Pour défendre les couleurs de la France aux côtés de l’équipe masculine cet été aux Jeux de Tokyo, les joueuses de Valérie Garnier devront affronter l’Australie, le Brésil et Porto Rico lors du TQO qui se déroulera à Bourges du 6 au 9 février prochain. Tour d’horizon sur leurs adversaires. Après l’équipe féminine d’Australie, zoom sur celle du Brésil.
crédit: 
FIBA

La France et les Jeux

Corps: 

Le basket féminin a fait son apparition aux Jeux Olympiques en 1976, à Montréal, 40 ans après le basket masculin. L’Equipe de France féminine a longuement patienté avant de goûter à l’ivresse des cimes olympiques puisqu’elle a dû attendre 2000 pour disputer son premier tournoi. Au total, les Bleues n’ont participé qu’à trois éditions sur les onze organisées depuis 1976. A Sydney, elle avait obtenu directement son ticket grâce à son statut de championne d’Europe, à Londres puis Rio elle était passée par un Tournoi de Qualification Olympique, comme celui qui se prépare à Bourges.

 Au total, 32 joueuses ont participé à une campagne et 4 l’ont fait à deux reprises : Edwige Lawson-Wade (2000, en photo, et 2012), Isabelle Yacoubou, Endéné Miyem et Sandrine Gruda (2012-2016). Ces deux dernières ont la possibilité, en cas de qualification, de réaliser la passe de trois. Une performance que seuls deux athlètes ont réalisée dans l’histoire du basket français : Jean-Paul Beugnot et Robert Monclar en 1952, 1956 et 1960.

Sans surprise les trois intérieures tricolores trustent le classement des meilleures marqueuses aux Jeux Olympiques. Sandrine Gruda (150 points) devancent ainsi Isabelle Yacoubou (149 pts) par la plus petite des marges tandis qu’Endéné Miyem suit à distance respectable (134 pts). Céline Dumerc aurait pu occuper la première place après son coup de chaud londonien (14,3 pts de moyenne) mais sa blessure à la cheville à la veille de Rio l’a coupée dans son élan (114 pts). Cathy Melain, qui présente la meilleure moyenne de points française sur une édition (14,9) est cinquième (104 pts).


Au total, l’Equipe de France a disputé 23 rencontres olympiques avec un bilan de 16 victoires et 7 défaites. La compétition est la chasse gardée des Américaines qui ont remporté 10 médailles en 11 participations (les Etats-Unis ont boycotté les Jeux de Moscou en 1980), dont 8 en or. Elles affichent un bilan effrayant de 66 victoires en 69 matches dont 49 succès consécutifs, série en cours.

 

Places à partir de 10 euros pour venir soutenir les Bleues au Prado de Bourges pendant le TQO.
Tarifs préférentiels pour les clubs, groupes/CE (à partir de 10 places)

Toutes les offres sont sur :
https://billetterie.ffbb.com

 

Surtitre: 
Equipe de France féminine
Auteur: 
Par Julien Guérineau (FFBB)
Date d’écriture: 
Lundi, 20. Janvier 2020
Vignette: 
Catégorie 2: 
Chapeau: 
Dans 17 jours l’Equipe de France féminine tentera de se qualifier pour la quatrième fois de son histoire aux Jeux Olympiques. Une compétition qu’elle a mis longtemps à apprivoiser.

Les plus redoutables : l'Australie

Corps: 

Les Australiennes seront les premières adversaires des Bleues avec un match prévu le jeudi 6 février à 20h30. Surnommées les « Opals » (en référence à la pierre précieuse), elles occupent actuellement le deuxième rang mondial (la France étant cinquième) avec un riche palmarès à leur actif :
9 participations aux Jeux Olympiques dont 3 médailles d’argent et 2 médailles de bronze
15 participations en Coupe du Monde dont 1 médaille d’or, 1 médaille d’argent et 3 médailles de bronze
15 fois championnes d’Océanie en 15 participations, la concurrence étant cependant très limitée
2 participations en Coupe d’Asie dont 1 médaille d’argent et 1 médaille de bronze

En vue de ce TQO, 12 joueuses australiennes ont été retenues pour composer l’équipe :
Rebecca Allen – Arka Gdynia / New York Liberty
- Elizabeth Cambage – Shanxi Xing Rui Flame / Las Vegas Aces 
- Katie-Rae Ebzery – Perth Lynx
Cayla George – Deakin Melbourne Boomers
Ezi Magbegor – Deakin Melbourne Boomers
Leilani Mitchell – Jayco Southside Flyers
Lauren Nicholson – Adelaide Lightning
Jenna O’Hea (capitaine de l’équipe) – Jayco Southside Flyers
Nicole Seekamp – Adelaide Lightning
Alanna Smith – Incheon Shinhan Bank S-Birds / Phoenix Mercury
Stephanie Talbot – Adelaide Lightning / Minnesota Lynx
Marianna Tolo – University of Canberra Capitals

Une composition qui regroupe des joueuses cadres (Elizabeth Cambage, Alanna Smith, Jenna O’Hea, Rebecca Allen, Nicole Seekamp, Stephanie Talbot), accompagnées par les nouveaux talents du basket australien (Ezi Magbegor, Lauren Nicholson…).

"Nous avons choisi un groupe bien équilibré, polyvalent et solide qui est, surtout, constitué de joueuses en bonne forme. Cela sera vital pour la préparation limitée que l’on aura pour nous mener à ces matchs importants", a expliqué la coach Sandy Brondello.

Mais depuis cette annonce, la capitaine Jenna O’Hea a été touchée par une blessure au poignet qui l’empêchera de participer au TQO. Sara Blicavs (Jayco Southside Flyers) a été nommée pour la remplacer.

Face à une telle équipe, la France a déjà prouvé par le passé qu’elle pouvait être à la hauteur. Elle avait réalisé un exploit mémorable lors des Jeux de Londres en 2012 lors d’une demi-finale remportée en prolongation. Les Bleues étaient alors devenue la première équipe, exceptée les Etats-Unis, à battre l’Australie lors d’un tournoi olympique. Quatre ans plus tard, à Rio, l’issue avait été moins favorable, la défense des joueuses de Valérie Garnier sombrant 89-71 face au festival de Penny Taylor (31 points et 9 passes).

Surtitre: 
TQO 2020 – Les adversaires des Bleues (1/3)
Auteur: 
Christina Ly/FFBB
Date d’écriture: 
Mercredi, 15. Janvier 2020
Vignette: 
Catégorie 2: 
Chapeau: 
Pour défendre les couleurs de la France aux côtés de l’équipe masculine cet été aux Jeux de Tokyo, les joueuses de Valérie Garnier devront affronter l’Australie, le Brésil et Porto Rico lors du TQO qui se déroulera à Bourges du 6 au 9 février prochain. Tour d’horizon de leurs adversaires avec un premier focus sur les « Opals » d’Australie.
crédit: 
FIBA

Pages

S'abonner à RSS - Jeux Olympiques