LF2 | FFBB

LF2

Ligue Féminine 2 - Finales
Un final en apothéose au Colisée
Après deux premières manches à suspense, Chartres et Toulouse se retrouveront samedi à 20H00 en Eure-et-Loir pour mettre fin aux Finales LF2 2024 et déterminer qui des Bluelights ou des Pionnières rej...
"On a montré un autre visage"
Revenu dans la série grâce à une deuxième mi-temps mémorable au Petit Palais des Sports Compans Caffarelli, le Toulouse Métropole Basket a remis les compteurs à zéro et compte...
Une deuxième manche décisive
Après les échecs de 2017 et de 2023 en finale de Ligue Féminine 2, le C’Chartres Basket Féminin a désormais les cartes en main pour accéder pour la première fois de l’histoire...
"On sait que le plus dur reste à venir"
Avec une victoire à zéro dans la série face à Toulouse, Chartres a réussi à conserver l'avantage de jouer à domicile pour s'approcher un peu plus du rêve des Bluelights. Elise Marié, capitaine de la formation eurélienne, s'est confié sur l'affrontement de samedi dernier...
La première manche pour Chartres
Pour son retour en finale de Ligue Féminine 2, le C’Chartres Basket Féminine s’offre une démonstration de caractère pour tenir en échec Toulouse (74-66) devant plus de 3500 personnes. Désormais, le gr...
Une place dans l’élite en jeu
Ce soir, les Finales de Ligue Féminine 2 s’ouvriront entre le C’Chartres Basket...
« Les filles sont programmées depuis le premier jour »
« On est prêt à en découdre »
Qualification en finale validée pour Toulouse et Chartres

Pages

Un final en apothéose au Colisée

Corps: 

Le C’Chartres Basket Féminin avait imposé sa loi à l’aller, le Toulouse Métropole Basket a montré son caractère au retour, désormais les compteurs sont remis à zéro.

Deux équipes de gladiatrices dans l’arène, quarante minutes de lutte pour déterminer qui méritera le titre de la division et de soulever le trophée. Mais il y a une certitude. Celle que tout s’arrêtera ce soir peu importe le résultat.

Relancées par une deuxième mi-temps exceptionnelle devant leur public du Petit Palais des Sports, les coéquipières de Nicole Enabosi (18,5 points, 11 rebonds de moyenne) auront la dynamique à leur avantage mais côté Bluelights, l’accueil des Pionnières sur les terres aura très certainement une incidence d’autant que la salle annonce déjà sold-out.

Qui succèdera à Charnay ? Réponse samedi soir à Chartres.

Le programme des Finales de Ligue Féminine 2 2024 :

- Samedi 04 mai : C'Chartres Basket Féminin - Toulouse Métropole Basket : 74-66 / Revoir le match
- Dimanche 12 mai : Toulouse Métropole Basket - C'Chartres Basket Féminin : 86-71 / Revoir le match
- Samedi 18 mai : C'Chartres Basket Féminin - Toulouse Métropole Basket (20H00 I Diffusé sur YouTube)

 

 

Retrouvez dès à présent en complément du site Internet lf2.ffbb.com, l'ensemble de l'actualité, des highlights et des coulisses de la Ligue Féminine 2 sur :

- Facebook (https://www.facebook.com/liguefemininedebasket)
- X (https://twitter.com/basketlfb/media)
- Instagram (https://www.instagram.com/basketlfb/?hl=fr)
- TikTok (https://www.tiktok.com/@basketlfb)

Catégorie: 
Surtitre: 
Ligue Féminine 2 - Finales
Auteur: 
Thomas Puentes
Date d’écriture: 
Jeudi, 16. Mai 2024
Vignette: 
Catégorie 2: 
Chapeau: 
Après deux premières manches à suspense, Chartres et Toulouse se retrouveront samedi à 20H00 en Eure-et-Loir pour mettre fin aux Finales LF2 2024 et déterminer qui des Bluelights ou des Pionnières rejoindra l’élite la saison prochaine. *
crédit: 
Yann Retory - FFBB
Pour Newsletter: 
Mise en avant sur l'App mobile FFBB (heighlight): 
Non

"On a montré un autre visage"

Corps: 

Pendant l’espace d’une mi-temps, nous avions l’impression que le schéma de la finale aller allait se reproduire mais finalement, portées par votre public, vous avez réussi à décrocher une ultime rencontre dans ces Finales de Ligue Féminine 2. Quel est le sentiment actuellement ?

Tout d'abord, on est très contentes parce qu’on ne voulait pas perdre à domicile et avoir des regrets déjà à la suite de la première mi-temps qu'on a eu au Colisée. En 2ème mi-temps, on a montré un autre visage. Le public aussi nous a suivi, donc désormais, on a plus qu'à finir le travail samedi et on espère rentrer à Toulouse avec le titre.

Qu’est-ce qui a provoqué ce déclic pour que l’ensemble du collectif se mette au diapason ?

On ne voulait pas comme vous l'avez dit, reproduire le même schéma qu'on avait réalisé la semaine auparavant. On sait que quand on commence à faire des gros stops défensifs, c'est là qu'on arrive à mieux dérouler notre jeu. Donc on s'est dit dès le début du 3ème quart-temps, « il faut démarrer fort » et c'est ce qu'on a fait. Ensuite, on a réussi à dérouler puis creuser l'écart. Juste un regain d'énergie et des grosses défenses, ça nous a permis de revenir devant.

Personnellement, vous livrez une performance très solide (20 points, 5 rebonds, 3 passes) au même titre que Japreece Dean et Nicole Enabosi. Comment vous êtes-vous senti sur la rencontre ? Y-a-t-il une pression particulière à jouer contre son ancienne équipe ?

Je pense que Nicole et moi, qui avons toutes les deux joué à Chartres, on n'a pas forcément de pression mais on est quand même contentes. Ça fait toujours plaisir de jouer contre son ancien club. Au début en première mi-temps, on était un peu passés à travers mais on ne voulait surtout ne pas avoir de regrets et on ne voulait surtout pas les voir gagner dans notre salle et les voir célébrer sur notre terrain. Donc voilà, désormais, on espère faire l'inverse à Chartres.

Quel a été l’impact du public dans votre victoire ?

Quand on voit que la salle est pleine et que le public est derrière nous, cela nous motive encore plus. On a encore plus envie de leur rendre ce qu'il nous donne. Donc, cela nous a beaucoup aidé en tout cas et le fait que le public soit chaud, cela motive d’autant plus.

Désormais, les compteurs sont remis à zéro et tout se jouera sur une rencontre au Colisée de Chartres. Eux auront l’avantage du terrain, vous celui de la dynamique. Quels seront les clés pour offrir un deuxième trophée à Toulouse après 2022 ?

Déjà, ce serait de commencer bien le match directement et ne pas le faire comme on l'a fait en 1ère mi-temps les deux dernières fois. Je pense que si on commence bien et qu’on joue comme on l’a fait dimanche en deuxième période  tout le match, normalement cela devrait bien se passer et on espère que ces ingrédients là, ils nous permettront de de gagner le titre.

Est ce qu'il y a en face des joueuses dont vous vous méfiez plus que d’autres à l’image d’Elise Marié ou encore Uju Ugoka ?

On ne néglige aucune joueuse de l'équipe d'en face. Peu importe les filles, parce qu'on sait que lorsqu'elles rentrent sur le terrain, elles peuvent toutes apporter, que ce soit celles qui jouent le plus ou le moins. On doit se méfier de toutes les joueuses.

Comment vous la préparez cette ultime rencontre face à Chartres ?

Cela ne change pas forcément d'habitude, on l’aborde comme une match habituel, même si on sait que c'est le dernier gros enjeu de la saison. Donc la préparation, c’est comme on le fait d'habitude, on va à l'entraînement, on essaie de revoir quelques tactiques et voilà, il n’y a pas forcément de changement.

Est ce qu'il y aura plus de pression selon vous que sur le match d'avant ?

Je pense que la pression déjà, elle sera des deux côtés parce que ce sera un match à la vie à la mort. Parce que le gagnant forcément, il sera champion et accèdera à l’élite. Après nous, on ne se met pas forcément de pression, on joue comme comme on sait le faire. Mais s'il y a une pression, en tout cas, elle sera positive.

 

Le programme des Finales de Ligue Féminine 2 2024 :

- Samedi 04 mai : C'Chartres Basket Féminin - Toulouse Métropole Basket : 74-66 / Revoir le match
- Dimanche 12 mai : Toulouse Métropole Basket - C'Chartres Basket Féminin : 86-71 / Revoir le match
- Samedi 18 mai : C'Chartres Basket Féminin - Toulouse Métropole Basket (20H00 I Diffusé sur YouTube)

Catégorie: 
Surtitre: 
Ligue Féminine 2 - Interview
Auteur: 
Propos recueillis par Thomas Puentes
Date d’écriture: 
Mercredi, 15. Mai 2024
Vignette: 
Chapeau: 
Revenu dans la série grâce à une deuxième mi-temps mémorable au Petit Palais des Sports Compans Caffarelli, le Toulouse Métropole Basket a remis les compteurs à zéro et compte bien jouer les troubles-fêtes au Colisée. Actrice majeure de la performance toulousaine, Binta Dramé est revenu sur ce match décisif pour les Pionnières.
crédit: 
Adrien Naude / FFBB
Pour Newsletter: 
Mise en avant sur l'App mobile FFBB (heighlight): 
Non

Une deuxième manche décisive

Corps: 

Contenues au Colisée par Chartres et son public, les Pionnières sont désormais dos au mur. Ce sera donc quitte ou double au Petit Palais des Sports de la Ville Rose pour Toulouse. Malgré tout, personne n’a encore réussi à faire tomber le TMB à domicile depuis le début des playoffs. Mondeville, Aulnoye et peut-être Chartres dimanche après-midi. Mais rien n’est moins sûr car lors de leur dernière visite, les joueuses de Benoit Marty s’étaient imposées sur le parquet toulousain de quelques unités.

Ce qui est sûr, c’est vu la physionomie du match aller, on peut s’attendre à des surprises des deux côtés. Même si Chartres mène pour le moment la danse, un retournement de situation n’a rien d’ubuesque dans une salle qui sera chauffée à blanc derrière la formation du Sud-Ouest.

Le programme des Finales de Ligue Féminine 2 2024 :

- Samedi 04 mai : C'Chartres Basket Féminin - Toulouse Métropole Basket : 74-66 / Revoir le match
- Dimanche 12 mai : Toulouse Métropole Basket - C'Chartres Basket Féminin (15H30 I Diffusé sur YouTube)

Belle si besoin
- Samedi 18 mai : C'Chartres Basket Féminin - Toulouse Métropole Basket (20H00 I Diffusé sur YouTube)

Retrouvez dès à présent en complément du site Internet lf2.ffbb.com, l'ensemble de l'actualité, des highlights et des coulisses de la Ligue Féminine 2 sur :

- Facebook (https://www.facebook.com/liguefemininedebasket)
- X (https://twitter.com/basketlfb/media)
- Instagram (https://www.instagram.com/basketlfb/?hl=fr)
- TikTok (https://www.tiktok.com/@basketlfb)

 

Catégorie: 
Surtitre: 
Ligue Féminine 2 - Finales
Auteur: 
Thomas Puentes
Date d’écriture: 
Vendredi, 10. Mai 2024
Vignette: 
Catégorie 2: 
Chapeau: 
Après les échecs de 2017 et de 2023 en finale de Ligue Féminine 2, le C’Chartres Basket Féminin a désormais les cartes en main pour accéder pour la première fois de l’histoire du club eurélien à l’élite français. Mais les Bluelights devront venir à bout du chaudron toulousain et des joueuses de Xavier Noguera.
crédit: 
Yann Retory - FFBB
Pour Newsletter: 
Mise en avant sur l'App mobile FFBB (heighlight): 
Non

"On sait que le plus dur reste à venir"

Corps: 

Pour commencer, vous menez désormais 1-0 dans la série, là pour le moment, qui vous oppose au Toulouse Métropole Basket. Quel est votre sentiment et celui de l'équipe actuellement à la suite de la victoire ?

Bah écoutez, avoir l'avantage du terrain final, c'est avoir la pression sur le premier match donc on a répondu présentes. On a réussi à conserver en fait cet avantage du terrain donc c'est satisfaisant. Mais voilà, on sait que le plus dur reste à venir parce que on l'a vu  sur ces playoffs, ce n'est pas facile d'aller gagner à Toulouse donc on s'attend à un gros match.

La bataille samedi face aux Pionnières pour décrocher la victoire, elle a été compliquée parce que Toulouse, même si elles ont fait preuve de grosses difficultés dans l'adresse, est resté au coude à coude jusqu'au bout du match. Qu'est-ce qui a fait la différence selon vous ?

Je pense que réellement que ce qui fait la différence au bout, c'est la profondeur de banc. Voilà, nous, les 10 joueuses alignées sur la feuille de match ont joué et ont apporté quelque chose. Donc c'est sûr que nous, au niveau de l'intensité, c'est peut-être plus facile pour nous de la maintenir sur 40 minutes alors qu'elles ont eu moins de rotations. Donc forcément, elles ont subi par moment des coups de mou qui nous ont permis de creuser l'écart ou de prendre le large.

Jouer dans une salle remplie comme ça, devant un peu plus de 3800 personnes, qu'est-ce que ça fait ? Est-ce que on se projette un peu déjà sur ce que ça pourrait être la saison prochaine en cas de montée ?

Non pour le moment, on ne se projette pas. Je pense que dans ce genre d'ambiance, il faut savoir vivre le moment présent. C'est vrai que dans le basket féminin, et notamment en Ligue Féminine 2, on n'a pas la chance d'avoir souvent des salles aussi belles et remplies de 3800 personnes. Donc c'est sûr, il faut profiter, il faut profiter de ça et vraiment vivre l'instant présent. L'avenir nous dira ce qu'il en sera la saison prochaine. Mais voilà, on a vraiment profité de de notre moment. Les gens, ils étaient là pour nous, ils ont fait du bruit, ils nous ont poussé et porté vers la victoire, donc c'était c'était vraiment une très bonne soirée pour nous.

Nous avons eu a eu un match accroché du début à la fin mais il y a eu une sorte de bascule dans le dernier quart où le public aussi a donné de la voix. Vous pensez que cela joué inconsciemment sur la fin de match ?

Ouais, c'est sûr, peut-être sur la fin de match ou peut-être sur le début. Cela les a peut-être crispé d'avoir autant de monde, autant de bruit contre elles. Mais voilà, nous, on sait que dans les moments importants, on sait qu'on n'est pas seul sur sur le terrain, y a les supporters qui sont là pour nous soutenir et pour nous pousser. Quand il y a peut-être un petit peu de fatigue, on est tout de suite galvanisée par l'énergie qu'il y a autour donc c'est sûr que c'est un avantage qu'on a eu sur ce premier match. Mais voilà, le match 2 arrive et cet avantage, c'est les Toulousaines qui l'auront. À nous de savoir répondre à ça.

Vous êtes la plus ancienne joueuse du groupe, vous avez connu les deux dernières finales contre Roche Vendée en 2017 et notamment l'année dernière la défaite contre Charnay. Quel est votre regard sur le chemin parcouru ? 

Moi, c'est ma 9ème saison au club donc et ma 3ème finale. J'ai connu des bonnes saisons et j'ai connu des saisons un peu plus compliquées donc on voit toute l'évolution. On a vraiment eu cette année une saison compliquée avec beaucoup de blessures. On a été très peu au complet donc arriver jusqu'en finale avec tout le groupe, c'est formidable ... vraiment, je pense notamment aux deux joueuses qui nous ont aidé à faire ça, qui sont Tye Battle qui est venu en début de saison pour compléter l'effectif pour remplacer Uju (Ugoka) et Maria Blazejewski qui est là avec nous sur la fin de saison. Voilà, ce sont des joueuses qui nous aident et qui nous ont permis en fait d'arriver là où on est et également les jeunes qui s'entraînent avec nous. Voilà, elles font le travail, elles bossent tous les jours avec nous, elles bossent dur et c'est dans l'adversité en fait qu'on devient les meilleures. Ce sont toutes ces choses-là qui, certes, ne sont pas alignées sur la feuille de match pour les matchs de finales, mais qui comptnent et elles ont été importantes pour nous aussi dans la saison. Donc, franchement, je pense qu'on vit une saison compliquée mais dans laquelle on a toujours su relever la tête.

Désormais, vous avez votre destin entre les mains, dimanche dans la Ville Rose. Lors du dernier match au Petit Palais, vous vous étiez imposé de quelques points. Comment vous vous préparez ce match ? 

Je dirais que on prépare ce match comme tous les autres matchs, voilà. On sait ce qu'on doit faire. Il faut qu'on se repose d'abord sur notre défense. Donc voilà, bien préparer notre scouting et et ensuite apporter toute l'énergie qu'on aura à mettre dans la bataille. Je pense qu'il faut qu'on l'aborde comme un match couperet, comme si c'était le dernier match de la saison, et que nous n'avions pas d'autres solutions que de gagner parce que cela peut-être dangereux d'aborder ce match en pensant qu'on a toujours une dernière chance après.

Pour finir, quels ajustements selon vous par rapport au premier match ? En tout cas pour reproduire la performance à savoir un nouveau succès.

Je dirais qu'on leur a laissé quand même pas mal de secondes chances (12 rebonds offensifs), donc ça c'est quelque chose qu'on doit réussir à corriger et également, on leur a donné énormément de lancer-francs durant toute la partie, ce qui, au final, les maintient en vie et nous laisse à portée de fusil. Donc voilà, réussir dès que l'on aura l'occasion de creuser l'écart et éviter de les laisser à nos côtés avec des lancer-francs un peu trop faciles.

 

Le programme des Finales de Ligue Féminine 2 2024 :

- Samedi 04 mai : C'Chartres Basket Féminin - Toulouse Métropole Basket : 74-66 / Revoir le match
- Dimanche 12 mai : Toulouse Métropole Basket - C'Chartres Basket Féminin (15H30 I Diffusé sur YouTube)

Belle si besoin
- Samedi 18 mai : C'Chartres Basket Féminin - Toulouse Métropole Basket (20H00 I Diffusé sur YouTube)

Catégorie: 
Surtitre: 
Ligue Féminine 2 - Interview
Auteur: 
Thomas Puentes
Date d’écriture: 
Vendredi, 10. Mai 2024
Vignette: 
Chapeau: 
Avec une victoire à zéro dans la série face à Toulouse, Chartres a réussi à conserver l'avantage de jouer à domicile pour s'approcher un peu plus du rêve des Bluelights. Elise Marié, capitaine de la formation eurélienne, s'est confié sur l'affrontement de samedi dernier et sur le match à venir, qui sera très certainement le plus important de l'histoire du C'Chartres Basket Féminin.
crédit: 
Yann Retory - FFBB
Pour Newsletter: 
Mise en avant sur l'App mobile FFBB (heighlight): 
Non

La première manche pour Chartres

Corps: 

Le duel attendu a tenu toutes ses promesses. Duel accroché, chaudron plein à craquer, ambiance survoltée … tous les ingrédients y étaient.

Les débuts sont équilibrés. Les locales ouvrent la marque dans le sillage d’Ugoka, mais les Pionnières répondent directement par l’intermédiaire de Dean. Un présage sur le bras de fer qui va suivre. Le tempo s’accélère ensuite au profit des Bluelights. Marié lance la charge derrière l’arc, suivi par Peytour pour lancer un momentum favorable (13-5, 5’). Strunc (16 points, 6 rebonds, 3 passes), qui retrouve un rendez-vous qu’elle a déjà connu avec le club de la Ville rose, remet les siennes en selle pour revenir dans la course (20-16, 10’). Le combat rage. Toulouse, par sa puissance, se relance pour repasser brièvement devant (26-30, 17’). Mais à l’image d’un contre appuyé de Nahan Niaré sur Nicole Enabosi en fin de quart, Chartres fait parler son caractère pour reprendre les rênes avant la mi-temps (37-33, 20’).

La dynamique engagée par les Bluelights continue au retour sur le parquet. Ugoka et Niaré appuient à l’intérieur tandis que Marié et Peytour font pleuvoir les paniers derrière l’arc. Un 14-6 rapide qui offre à Chartres la plus grosse avance du match (51-39, 25’). Mais le retour de Toulouse est immédiat (51-50, 28’). A ce stade du match, impossible de savoir qui s’imposera au bout du compte.

La différence se fera dans le money-time. Galvanisé par son public, Chartres maintient son avance face à une équipe toulousaine poussive mais peu en réussite (32% à 20 sur 61). Le point de bascule viendra de la capitaine eurélienne. D’une flèche décochée derrière l’arc pour enflammer le public du Colisée, Elise Marié (14 points, 8 passes, 4 interceptions) lancera une ultime offensive (68-61, 37’) dont le TMB ne reviendra pas. Incapables d’inverser la vapeur malgré deux paniers signés Dean et De Freitas pour réduire l’écart, en panne d’adresse, Toulouse voit Chartres courir tout droit vers la victoire. Score final : 74-66

Désormais, le C’Chartres Basket Féminin n’est plus qu’à une victoire d’accéder pour la première fois de son histoire à la Ligue Féminine mais la revanche qui s’annonce au Petit Palais ne sera pas des plus aisées.

Catégorie: 
Surtitre: 
Ligue Féminine 2 - Finales
Date d’écriture: 
Samedi, 4. Mai 2024
Vignette: 
Catégorie 2: 
Chapeau: 
Pour son retour en finale de Ligue Féminine 2, le C’Chartres Basket Féminine s’offre une démonstration de caractère pour tenir en échec Toulouse (74-66) devant plus de 3500 personnes. Désormais, le groupe de Benoit Marty n’est plus qu’à une victoire d’accéder à l’élite.
crédit: 
Yann Retory - FFBB
Pour Newsletter: 
Mise en avant sur l'App mobile FFBB (heighlight): 
Non

Une place dans l’élite en jeu

Corps: 

Dès le début de la saison, les deux formations avaient clairement affiché leurs ambitions . Côté Toulouse, à la suite de la descente de LFB lors de la saison 2022-2023, le retour le plus rapide possible à l’étage supérieur était le maître mot. Pour Chartres, suite à la chute contre la Roche Vendée en 2017 et Charnay la saison passée en finale, la volonté était clairement de réussir cette saison à rallier une troisième fois la finale pour transformer enfin l’essai.

Une saison régulière et deux tours de playoffs plus tard, Chartres et Toulouse se retrouvent de nouveau face-à-face. Avec une victoire pour chaque écurie à l’issue de leurs deux affrontements cette saison (53-55 / 65-71), les compteurs sont remis à zéro.

Profitant de leur avantage au classement (3ème) pour ouvrir les hostilités, les Bluelights de Benoit Marty auront à cœur de poursuivre leur série d’invincibilité dans leur nouveau chaudron après la Tronche-Meylan et Montbrison. Et cela, comme Chartres sait bien le faire, passera par l’aspect défensif. S’appuyant sur un collectif complet guidé par Emma Peytour (13 points, 4,3 rebonds, 3 passes), la meilleure défense du championnat compte bien sortir les barbelés et s’imposer dans le combat face une très solide équipe toulousaine. Véritable menace offensive, les Pionnières de Xavier Noguera seront bien au rendez-vous avec la ferme volonté de rééditer la performance de 2022 contre la Tronche-Meylan. Toulouse pourra compter sur son duo de choc Japreece Dean (19,8 points de moyenne sur les playoffs) et Nicole Enabosi (15,5 points, 8,8 rebonds) ainsi qu'un équipe prête à en découdre pour donner du fil à retordre à la formation eurélienne.

Qui arrivera à sortir vainqueur de cette série ? Difficile de prédire ce qui va arriver, d’autant que chacune des deux formations n’a pas perdu un match depuis son entrée en playoffs mais il est sûr que, comme l’exprimait l’entraîneur du C’Chartres Basket Féminin, « cela va être une belle opposition de style et on verra quelle équipe arrivera à imposer le sien. » Une autre certitude, c’est que l’équipe qui s’imposera sur le parquet du Colisée prendra une option certaine pour s’approcher de la tant convoitée montée dans l’élite.

Le programme des Finales de Ligue Féminine 2 2024 :

- Samedi 04 mai : C'Chartres Basket Féminin - Toulouse Métropole Basket (20H00 I Diffusé sur YouTube)
- Dimanche 12 mai : Toulouse Métropole Basket - C'Chartres Basket Féminin (15H30 I Diffusé sur YouTube)

Belle si besoin
- Samedi 18 mai : C'Chartres Basket Féminin - Toulouse Métropole Basket (20H00 I Diffusé sur YouTube)

 

Retrouvez dès à présent en complément du site Internet lf2.ffbb.com, l'ensemble de l'actualité, des highlights et des coulisses de la Ligue Féminine 2 sur :

- Facebook (https://www.facebook.com/liguefemininedebasket)
- X (https://twitter.com/basketlfb/media)
- Instagram (https://www.instagram.com/basketlfb/?hl=fr)
- TikTok (https://www.tiktok.com/@basketlfb)

Catégorie: 
Surtitre: 
Ligue Féminine 2 - Finales
Auteur: 
Thomas Puentes
Date d’écriture: 
Samedi, 4. Mai 2024
Vignette: 
Catégorie 2: 
Chapeau: 
Ce soir, les Finales de Ligue Féminine 2 s’ouvriront entre le C’Chartres Basket Féminin et le Toulouse Métropole Basket en Eure-et-Loir dans un Colisée flambant neuf. L'enjeu : un titre de Champion de France et une accession en Ligue Féminine.
crédit: 
La Fabrique Visuelle - Toulouse Métropole Basket
Pour Newsletter: 
Mise en avant sur l'App mobile FFBB (heighlight): 
Non

« Les filles sont programmées depuis le premier jour »

Corps: 

En début de saison, vous affichiez clairement le fait de vouloir retourner en finale de Ligue Féminine 2 pour pouvoir vous rapprocher une nouvelle fois de l’élite. C’est désormais fait. Quel est votre sentiment actuellement ?

Effectivement, nous avons directement annoncé que nous voulions faire mieux que l’année dernière, donc lorsque l’on fait la finale c’est qu’on veut la gagner, être championnes et monter en Ligue Féminine. Notre sentiment aujourd’hui, c’est la satisfaction du parcours parce qu’il a tout de même été semé d’embûches avec notamment une préparation très perturbée par les blessures avec un retard en début de championnat. Mais derrière, nous avons trouvé notre rythme de croisière. Nous arrivons au moment des playoffs en meilleure forme possible, nous sommes contents du parcours même si notre objectif n’est pas encore atteint.

Quel est votre regard sur votre effectif actuellement et le chemin parcouru ?

Nous avons eu beaucoup de soucis en début de saison entre les blessures, le COVID, notamment sur le secteur intérieur qui a été extrêmement diminué, des joueuses qui n’ont pas joué le début de saison. Notre intérieure étrangère Uju Ugoka n’a pas joué les 11 premiers matchs. Malgré cela, nous nous sommes très vite installés dans le Top 4 puis le Top 3 et nous avons réussi au fur et à mesure à trouver une certaine constance. Notre effectif aujourd’hui est complet et nos 11 joueuses sont disponibles au meilleur moment de la saison.

Pour le moment, vous êtes invaincus depuis le début des playoffs malgré un combat âpre contre Montbrison. Comment avez-vous abordé ces phases finales et pensez-vous que cette invincibilité jouera à votre avantage ?

Nous sommes invaincus mais notre adversaire en finale aussi. Je crois que nous sommes les deux équipes les plus expérimentées à ce moment-là de la saison, que ce soit dans l’effectif avec les joueuses mais aussi avec le staff. Ce sera pour nous la troisième finale mais également la troisième de Toulouse avec Xavier Noguera à sa tête. Ce sont les deux équipes les plus expérimentées qui se sont le mieux sortis de ces séries de playoffs, très différentes dans leur physionomie et à fort enjeu. Les deux dynamiques sont très bonnes même si Toulouse a eu une fin de saison plus compliquée. De notre côté, nous avions réussi à nous imposer contre Aulnoye pour mettre fin à leur série d’invincibilité. Nous abordons cette finale avec un maximum de confiance mais je crois que notre adversaire aussi.

Comment préparez-vous cette finale avec l’enjeu qui va avec ?

On prépare ça comme on a préparé tous nos matchs de la saison. Avec la plus grande minutie, la plus grande concentration. La chance que nous avons dans notre effectif, c’est que nous avons cinq joueuses qui ont déjà joué la finale l’année dernière, cinq joueuses importantes de notre équipe avec cinq autres joueuses qui sont arrivées avec cet objectif de retourner en finale et jouer le titre. Nous abordons cette série avec une grande concentration, nous avons pu préparer correctement ce match avec une semaine complète mais nos habitudes n'ont pas changé depuis le début des playoffs.

Vous retrouverez Toulouse en finale, une équipe qui vous a donné du fil à retordre lors de vos deux rencontres en saison régulière (Défaite aller : 53-55 / Victoire retour : 65-71). Quel votre regard sur cette équipe, ses forces … ?

Effectivement, une victoire partout même si au match aller notre équipe était amputée de plusieurs joueuses majeures notamment dans le secteur intérieur et Toulouse l’avait emporté au buzzer malgré notre avance de 20 points. L’équipe de Toulouse est certainement sur le papier un des plus gros rosters du championnat avec de très fortes individualités dont trois joueuses que l’on connait bien qui sont passées par Chartres (Nicole Enabosi, Binta Drame, Catherine Mosengo-Masa). A côté, Isabelle Strunc est extrêmement expérimentée par exemple, qui a déjà été championne ou encore Margot de Freitas dans un travail plus de l’ombre mais également championne il y a deux ans. C’est un très bel effectif, une équipe plus tournée vers l’attaque. Nous avons également montré que notre effectif était solide, que nous avions un effectif complet avec 10 joueuses capables de jouer. Nous sommes la meilleure défense du championnat et nous l’avons prouvé depuis le début des phases finales. Ça va être une belle opposition de style et on verra quelle équipe arrivera à imposer le sien.

Après 2017 et 2023, quels enseignements avez-vous tiré qui pourront servir à cette troisième participation ?

Des enseignements on en tire plein, chaque saison, pas qu’en finale. Si on analyse les choses avec du recul, il faut retenir la leçon et ce qui nous a manqué l’année dernière à savoir une raquette un peu plus dense en volume et en physique et c’est ce qu’on s’est attaché à faire cette saison. Nous avons vraiment voulu renforcer l’effectif pour qu’il soit plus complet. Maintenant, c’est difficile de comparer ces trois finales, nous sommes très différents, les adversaires aussi mais en tout cas nous sommes prêts pour ce grand rendez-vous et les filles sont programmées depuis le premier jour pour en arriver là. Il n’y a plus qu’à tout donner sur les trois semaines qui nous restent de compétition.

Quelles seront les clés pour venir à bout du Toulouse Métropole Basket ?

La défense. Il faudra stopper leurs velléités offensives, elles ont de la qualité individuelle et il y a depuis janvier, Japreece Dean qui sur les playoffs est la meilleure scoreuse de Toulouse avec de grosses performances individuelles. Nicole Enabosi que nous connaissons très bien a haussé son niveau de jeu également. Nous devons collectivement être en place défensivement et réussir à ne pas leur donner de choses trop faciles. Comme beaucoup de fois dans les matchs de basket, la lutte au rebond sera très importante et c’est un secteur où nous pouvons être dominants et il faudra l’être sur ces finales.

 

Le programme des Finales de Ligue Féminine 2 2024 :

- Samedi 04 mai : C'Chartres Basket Féminin - Toulouse Métropole Basket (20H00 I Diffusé sur YouTube)
- Dimanche 12 mai : Toulouse Métropole Basket - C'Chartres Basket Féminin (15H30 I Diffusé sur YouTube)

Belle si besoin
- Samedi 18 mai : C'Chartres Basket Féminin - Toulouse Métropole Basket (20H00 I Diffusé sur YouTube)

Catégorie: 
Surtitre: 
Ligue Féminine 2 - Interview
Auteur: 
Gustave Pitet
Date d’écriture: 
Jeudi, 2. Mai 2024
Vignette: 
Chapeau: 
Finaliste de Ligue Féminine 2 pour la troisième fois de sa carrière avec le C'Chartres Basket Féminin, Benoit Marty revient sur le parcours des Bluelights cette saison ainsi que le choc en préparation face au Toulouse Métropole Basket.
crédit: 
Ann-Dee Lamour / FFBB
Pour Newsletter: 
Mise en avant sur l'App mobile FFBB (heighlight): 
Non

« On est prêt à en découdre »

Corps: 

En début de saison, vous affichiez clairement le fait de vouloir retourner en Ligue Féminine le plus rapidement possible. Désormais, vous n’êtes plus qu’à deux rencontres de votre objectif. Quel est votre sentiment actuellement ?

On est prêt à en découdre. Nous avions annoncé en début de saison que nous avions des objectifs élevés de retourner en Ligue Féminine même si nous savons que les saisons de LF2 sont longues et denses. Nous sommes heureux d’être en finale et il est temps de démarrer cette nouvelle étape pour atteindre notre objectif.

Racontez-nous un peu votre saison et comment vous l’avez vécue ?

La saison n’est pas la saison espérée sur un plan comptable et la place où nous avons terminé en saison régulière (5ème). Maintenant, en Ligue Féminine 2, on sait que tout se joue au moment des playoffs. L’équipe a réussi à monter en régime sur ces dernières journées de championnat pour arriver prête sur les instants importants de la saison.

Vous parliez en début de saison d’avoir construit une équipe très athlétique, capable de se projeter vite vers l’avant pour notamment répondre à la densité de la Ligue Féminine 2. Quel est votre regard sur votre effectif actuellement et le chemin parcouru ?

Je garde exactement le même regard, nous avons une équipe très dense athlétiquement. Nous avons réussi à rajouter des repères sur des aspects défensifs ainsi que de coopérer et travailler ensemble pour mieux se projeter vers l’avant. On s’est attaché à mettre tout ça en place pour être sur des qualités optimales sur cette période-là.

Pour le moment, vous êtes invaincus depuis le début des playoffs avec notamment une performance remarquée pour contrer le leader incontestable cette saison Aulnoye. Comment avez-vous abordé ces phases finales et pensez-vous que cette invincibilité jouera à votre avantage ?

Je ne pense pas, ça ne change rien puisqu’il faut vite oublier ce qui s’est passé avant et il faut regarder ce qui est devant nous. C’est très bien ce que nous avons fait en quart et en demi-finale face à Aulnoye et Mondeville mais Chartres a fait exactement le même parcours de son côté donc la balle est au centre et nous verrons ce que ça donne ce week-end.

Comment préparez-vous ces finales avec l’enjeu qui va avec ?

On les prépare comme tous les matchs qu’on prépare depuis le début la saison même s’il y a une saveur plus particulière puisque c’est une finale avec l’enjeu important pour nous. Après, nous essayons de travailler exactement de la même façon, de préparer le match comme si c’était un match normal de saison régulière même s’il y aura quelque chose en plus puisque ça donne une accession en Ligue Féminine.

Vous retrouverez Chartres en finale, une équipe qui vous a donné du fil à retordre lors de vos deux rencontres en saison régulière (Victoire aller : 53-55 / Défaite retour : 65-71). Quel votre regard sur cette équipe, ses forces … ?

Chartres est une des meilleures équipes de la Ligue 2 depuis quelques années. C’est une équipe très dense physiquement, très athlétique, très forte dans les 1 contre 1, dure au rebond. Il faudra essayer de contenir ces forces-là et faire valoir nos forces à l’identique à l’opposé. Ça va être un combat très équilibré j’espère, et le résultat sera très difficile à donner.

Quelles seront les clés pour venir à bout du C’Chartres Basket Féminin ?

Les clés seront d’être prêt mentalement, d’accepter ce combat et répondre coup pour coup à ce qui va nous être proposé. De notre côté nous avons également plein de forces qu’il va falloir arriver à mettre en place face aux joueuses adverses.

 

Le programme des Finales de Ligue Féminine 2 2024 :

- Samedi 04 mai : C'Chartres Basket Féminin - Toulouse Métropole Basket (20H00 I Diffusé sur YouTube)
- Dimanche 12 mai : Toulouse Métropole Basket - C'Chartres Basket Féminin (15H30 I Diffusé sur YouTube)

Belle si besoin
- Samedi 18 mai : C'Chartres Basket Féminin - Toulouse Métropole Basket (20H00 I Diffusé sur YouTube)

Catégorie: 
Surtitre: 
Ligue Féminine 2 - Interview
Auteur: 
Gustave Pitet
Date d’écriture: 
Mardi, 30. Avril 2024
Vignette: 
Chapeau: 
Samedi prochain, l'ultime étape des playoffs s'ouvrira au Colisée de Chartres entre le Toulouse Métropole Basket et le C'Chartres Basket Féminin. Pour l'occasion, l’entraineur des Pionnières, Xavier Noguera, revient sur le parcours de son équipe avant d’entamer les finales de Ligue Féminine 2 avec l'espoir de fouler de nouveau les parquets de LFB, une saison après les avoir quittés.
crédit: 
Adrien Naude / FFBB
Pour Newsletter: 
Mise en avant sur l'App mobile FFBB (heighlight): 
Non

Qualification en finale validée pour Toulouse et Chartres

Corps: 

Toulouse - Aulnoye : 76-72 / Revoir le match

Le Toulouse Métropole Basket voulait en finir ce soir et l’a fait en frappant un grand coup au Petit Palais des Sports. Drame lance bien les siennes (6-3, 3’) mais les Félines répondent directement. Aucune envolée ne s’opère malgré les tentatives de Japreece Dean (19 points, 3 passes) et Catherine Mosengo-Masa (15 points, 3 rebonds) en milieu de quart. Aulnoye finit en tête sur une banderille au buzzer d’Enjolvy (20-22, 10’). Le duel est engagé des deux côtés jusqu’à la mi-temps, l’écart ne décolle pas (39-39, 20’). C’est Toulouse qui provoquera la première estocade. Martelant à l’intérieur sur le tandem Mosengo-Masa / Enabosi, les Pionnières s’envolent (62-49, 28’). Une véritable bouffée d’air qui rapproche un peu plus les joueuses de Xavier Noguera de la qualification en finale. Mais Aulnoye ne déposera pas les armes. Passant un 8-0 en entame de dernier quart à Toulouse, les Félines reviennent dans la partie (64-63, 35’). Nicole Enabosi, énormissime (22 points, 16 rebonds, 8 passes, 40 d’évaluation) avec la plus gros performance de la saison, s’oppose en rempart aux nordistes. Le suspense est à son comble jusqu’aux dernières secondes. Astou Gaye viendra même rajouter une dose de pression en recollant à un point dans les cinq dernières secondes (73-72, 39’) sur un trois points décisif. Mais Toulouse ne tremblera pas, s’ouvrant ainsi les portes des finales avec l’objectif de reconquérir le titre glâné en 2022 contre la Tronche-Meylan.

Chartres - Montbrison : 80-61 / Revoir le match

Malgré un score large au bout du bout, toute la rencontre nous aura tenu en haleine. Dès le début, Cooper fait valoir sa présence sous les paniers. En face, le festival commence sur deux flèches primées de Marié (8-2, 2’). Mais progressivement le bras de fer de l’aller se remet en place (10-14, 6’) sous l’impulsion de la jeune Ysaline Saulnier (9 points, 4 rebonds). Des deux côtés, les failles pour accèder le panier sont difficiles à trouver mais le BCMF à l’avantage. Malgré tout, l’entrée en jeu de Marine Debaut offrira un coup d’accélérateur aux Bluelights. Avec huit points consécutifs dont un trois points sur la sirène, l’arrière de Chartres enflamme le Colisée pour lancer les siennes (23-21, 11’). Montbrison reste dans la course, grâce à Villa-Gomis, Sequeira et Soulard tandis qu’Ugoka impose son force dans la raquette. Le tempo s’emballe de nouveau en fin de quart avec Sophia Elenga par deux fois avant que Saulnier ne réduise l’écart au buzzer (38-36, 20’).

Le tournant du match viendra au retour des vestiaires. Tandis que Montbrison résiste pendant quelques minutes, Chartres lance l’offensive dès le milieu du troisième quart. Un 22-10 s’engage avec Elenga en figure de proue. Revenue de blessure récemment, l’ailière eurélienne ne mâche pas son talent (16 points, 6 rebonds). L’écart est fait (60-46, 30’). Benoit Marty et ses joueuses continuent de battre le fer tant qu’il est chaud en appuyant offensivement et en sortant les barbelés en défense. Montbrison tentera de s’accrocher à son rêve d’accrocher une belle mais l’écart est trop important. Chartres se qualifie donc pour une troisième finale de Ligue Féminine 2 après 2017 et 2023.

Les finales de Ligue Féminine 2 seront à suivre en intégralité sur la chaîne YouTube de la Fédération Française de Basketball

Le programme des Finales de Ligue Féminine 2 2024 :

- Samedi 04 mai : C'Chartres Basket Féminin - Toulouse Métropole Basket (20H00 I Diffusé sur YouTube)
- Dimanche 12 mai : Toulouse Métropole Basket - C'Chartres Basket Féminin (15H30 I Diffusé sur YouTube)

Belle si besoin
- Samedi 18 mai : C'Chartres Basket Féminin - Toulouse Métropole Basket (20H00 I Diffusé sur YouTube)

Catégorie: 
Surtitre: 
Ligue Féminine 2 - Demi-finales
Auteur: 
Thomas Puentes
Date d’écriture: 
Jeudi, 25. Avril 2024
Vignette: 
Chapeau: 
Deux manches sèches, c’est ce qu’il aura fallu au Toulouse Métropole Basket et au C’Chartres Basket Féminin pour composter un nouveau ticket pour l’ultime étape des playoffs de Ligue Féminine 2. Tandis que les Pionnières s’en sont sorties au bout du suspense (76-72) contre Aulnoye, les Bluelights ont maîtrisé leur deuxième mi-temps (80-61) face à Montbrison.
crédit: 
Elias Kortmoller / Marc Franz
Pour Newsletter: 
Mise en avant sur l'App mobile FFBB (heighlight): 
Non

Aulnoye et Montbrison n'ont plus le droit à l'erreur

Corps: 

La tâche s’annonce loin d’être aisée pour l’AS Aulnoye Basket ce mercredi. Débarquant dans le chaudron toulousain qui risque d’être chauffé à blanc, les Félines devront retrouver le visage qui leur a permis de régner toute la saison régulière sur la Ligue Féminine 2. Très loin de ces standards (24 balles perdues), le groupe de Mickaël Petipa arrivera très certainement le couteau entre les dents avec la volonté de faire basculer la série à son avantage. Mais il faudra résoudre le problème Japreece Dean (20,0 points de moyenne en 3 matchs), insoluble par Mondeville en quarts de finale puis par Aulnoye le week-end dernier sans oublier Nicole Enabosi (15,5 points, 8,8 rebonds) à l’intérieur et Binta Drame (16,3 d’évaluation) sur les lignes arrières. Après une saison avec plusieurs creux qui l’ont bloqué au final à la 5ème place du classement, l’ancien pensionnaire de l’élite n’a jamais été aussi proche de toucher un peu plus son objectif de remontée du doigt. Encore faudra-t-il réussir à maîtriser Aulnoye une deuxième fois consécutive, chose qu’aucune équipe de la division n’a réussie à faire pour le moment.

En Eure-et-Loir, le Colisée pourra être le témoin de la qualification pour la troisième fois en finale de LF2 du C’Chartres Basket Féminin. Victorieuses dans le combat à Montbrison, les Bluelights de Benoit Marty retrouvent leur nouvel écrin ce soir qu’elles avaient baptisée de la meilleure des manières contre la Tronche-Meylan. Pour que la fête soit belle, la gestion de la menace Kendall Cooper sera la priorité du soir. La MVP du championnat avait été la pierre angulaire de la formation ligérienne pour tenir tête à Chartres. Ce soir, celle-ci devra livrer une de ses plus belles partitions pour faire continuer la belle histoire de Montbrison. Un duel rugueux de défenses denses s’annonce sur le parquet de la nouvelle salle eurélienne. Mais qui sortira vainqueur de ce classico de Ligue Féminine 2 ?

Le programme des demi-finales retour :

Mercredi 24 avril 2024

C'Chartres Basket Féminin - BC Montbrison Féminin (20H00 I Diffusé sur Chartres TV)
Toulouse Métropole Basket - AS Aulnoye Basket (20H00 I Diffusé sur YouTube)

Retrouvez dès à présent en complément du site Internet lf2.ffbb.com, l'ensemble de l'actualité, des highlights et des coulisses de la Ligue Féminine 2 sur :

- Facebook (https://www.facebook.com/liguefemininedebasket)
- X (https://twitter.com/basketlfb/media)
- Instagram (https://www.instagram.com/basketlfb/?hl=fr)
- TikTok (https://www.tiktok.com/@basketlfb)

 

Catégorie: 
Surtitre: 
Ligue Féminine 2 - Demi-finales
Auteur: 
Thomas Puentes
Date d’écriture: 
Mercredi, 24. Avril 2024
Vignette: 
Chapeau: 
Alors que Toulouse et Chartres ont les cartes en main dès ce soir pour clôturer la série à domicile, les deux leaders de la saison régulière devront se transcender pour espérer accrocher une potentielle belle et l’espoir d’une qualification en finale.
crédit: 
ASA Aulnoye Basket
Pour Newsletter: 
Mise en avant sur l'App mobile FFBB (heighlight): 
Non

« La passion du basket est toujours là»

Corps: 

Vous avez gagné de nombreux trophées collectifs et individuels au cours de votre carrière de joueuse, deux fois élue meilleure joueuse française de l’élite en 1995 et 1996, triple championne de France. Quelle saveur a ce trophée de meilleur entraîneur LF2 ?  

C’est particulier parce que j’ai déjà été élue meilleure entraineur en 2005 avec Challes-les-Eaux en NF1, l’équivalent de la Ligue 2 aujourd’hui. On était montés en Ligue féminine cette année-là. Cela fait pratiquement 20 ans. C’est comme si la boucle était bouclée. En 2008, je crois que je finis deuxième (du scrutin) derrière Pierre Vincent. Maintenant, j’ai 61 ans. Cela veut dire beaucoup. La passion du basket est toujours là. La remise en question perpétuelle est toujours là. C’est une forme de reconnaissance qui perdure dans le temps. Ce qui me fait le plus plaisir c’est la centaine de messages que j’ai reçus, parfois d’anciennes coéquipières. Après cela, je me dis que je peux m’arrêter tranquillou (rires).

Que vous inspire cette longévité ?

J’ai commencé le basket à 8 ans. Je n’ai jamais arrêté le basket, jamais un week-end, jamais un été. Je pense que j’étais née pour ça, née pour faire évoluer les gens. C’est ma destinée. Ensuite, je dirais deux choses par rapport au fait d’être une femme, et d’avoir perduré aussi longtemps dans ce milieu. La première, pourquoi une femme ne pourrait pas avoir du caractère et ne pas être d’accord avec tout le monde ? Pourquoi un (Zeljko) Obradovic peut invectiver ses joueurs, les arbitres, etc… et une femme devrait être dans la retenue ? La deuxième chose : j’ai décidé depuis bien longtemps d’être uniquement ce que j’ai envie d’être. Cela m’a fermé des portes au plus haut niveau mais je n’aurais pas pu être différente.

Vous coachez depuis plus de 25 ans. Est-ce que la Corinne Benintendi de 2023-24 a changé des éléments dans son approche ? Êtes-vous une meilleure coach cette saison que vous l’avez été les saisons précédentes ?

Est-ce que je suis meilleure qu’avant ? Je ne suis pas sûre. Je pense que ma façon de voir le basket n’a pas changé. Mon approche, c’est le plus haut niveau possible quel que soit le niveau auquel je coache. Néanmoins, il a fallu que je m’adapte aux générations de maintenant, donc ma façon d’être est différente. Ensuite, cela fait maintenant 11 ans que je suis à Montbrison. Je m’approche de la fin, je veux donner le maximum et je vais à l’essentiel. Je fais abstraction de tous les aspects négatifs qui pourraient me polluer. La différence avec les jeunes coachs, c’est que là actuellement je n’attends rien si ce n’est de me faire plaisir et montrer que Montbrison peut exister à ce niveau-là. 

Votre club possède l’un des plus petits budgets de Ligue 2. De fait, cela vous oblige à être performante pour trouver des perles rares à petit prix ?

Quand je recrute des joueuses, je fais des paris. Des fois, cela ne marche pas comme l’année dernière. D’autres fois, cela marche bien comme cette année ou quand on avait été demi-finaliste de Ligue 2. Bien sûr que j’aimerais avoir de très, très bonnes joueuses. Est-ce qu’on aurait de meilleurs résultats ? Pas sûr. Cette année, la difficulté est plus venue du fait d’avoir changé neuf joueuses. L’année prochaine, ce sera beaucoup aussi. Les gens se servent de Montbrison comme un tremplin. On ne peut pas rivaliser avec les budgets des autres, sachant que les joueuses jouent quand même pour l’argent. À Challes c’était pareil, quand on était en ligue, une ville de 3 000 habitants, ça ne nous a pas empêché de faire la coupe d’Europe. Les petits moyens, cela a toujours été un fil conducteur dans mon parcours. Moi-même je n’ai jamais joué pour l’argent. Je n’ai jamais changé de club pour une histoire d’argent. J’ai eu des propositions pour aller coacher plus haut, avec plus d’argent. J’ai besoin d’être bien dans le lieu où je suis avec les gens qui m’entourent. À Montbrison, on ne me n’ennuie pas et ça n’a pas de prix.

Vous avez déclaré « J’ai vite compris que par rapport aux années précédentes, je n’avais pas des joueuses en face de moi mais des compétitrices ». C’est une caractéristique que l’on ne peut pas vraiment anticiper…

Tout à fait. C’est ce qui fait beaucoup la différence entre les joueuses. Maintenant, ce côté compétitrice, il faut aller le chercher, les challenger à l’entraînement. Si cela répond, tant mieux. Je n’ai pas changé ma façon d’entraîner. S’il y a autant de résultats cette année, c’est grâce aussi aux joueuses. Kendall Cooper, qui finit MVP de Ligue 2, que personne ne voulait, qui a fait cinq ans en France, un an à Nice, un an à Calais et trois ans à Ifs, pourquoi ça passe avec moi ? Parce que je vais chercher des choses qui lui font prendre conscience de certaines choses.

Pouvez-vous décrire l’impact de Kendall Cooper dans la réussite de votre équipe ?

C’est une joueuse qui mérite de jouer en Ligue Féminine. J’espère vraiment qu’un club lui fera confiance parce qu’elle le mérite, et ce sera une très bonne joueuse de Ligue Féminine. Moi qui ai connu énormément de joueuses de haut niveau, c’est une joueuse à part. Les gens me disent, comment tu as fait ? Pour les gens, elle était feignante, elle n’aimait pas bosser, elle ne se donnait jamais à fond. Elle a porté le groupe, en jouant près de 40 minutes. On a besoin qu’elle reste sur le terrain autrement on n’y arrive pas. À un moment donné, elle s’est blessée à la cheville. Le médecin l’avait arrêté un mois et, au bout d’une semaine elle voulait rejouer. Ça n’a pas de prix. Contre Toulouse, elle prend une béquille, neuf joueuses sur dix auraient arrêté de jouer. Elle a joué sur une jambe et elle a été performante. Si elle ne joue pas, on perd. C’est un leader charismatique dans son investissement perso, et au niveau du groupe.

Finalement, vous avez vécu une saison sans accroc, presque une saison de rêve ?

On a perdu deux des trois premiers matchs. Sincèrement, cela m’avait fait beaucoup douter sur le moment et j’en avais parlé à ma présidente. Et puis les filles ont vraiment compris ce que j’attendais d’elles. On s’est mis à bien défendre. Depuis dix-neuf matchs, on n’en a perdu trois. On a continué à gagner malgré l’absence d’Emma Villas-Gomis sur les derniers matchs. Je me fais énormément plaisir.

En 2005, vous êtes élue entraineur de l’année avec Challes et vous montez. Cela serait un beau clin d’œil de récidiver en 2024 ?

Bien sûr. Maintenant, cela ne m’appartient pas. Je ne suis qu’un chef d’orchestre qui essaie que la mélodie passe bien. Ce que l’on fait est déjà tellement exceptionnel que cela me va bien. Mais nous, on veut le titre. On a l’avantage du terrain jusqu’à la finale. Il y a le feu dans notre salle. Quand un groupe a un tel esprit compétiteur, tu ne sais pas jusqu’où cela peut t’amener. Cela me fait dire qu’on peut aller jusqu’en finale, et après…

Catégorie: 
Surtitre: 
Ligue Féminine 2 - Interview
Auteur: 
Antoine Lessard
Date d’écriture: 
Mercredi, 24. Avril 2024
Vignette: 
Chapeau: 
L’ancienne meneuse internationale, Corinne Benintendi (61 ans), a été élue meilleur entraîneur de LF2, après avoir mené l’épatante équipe de Montbrison à la deuxième place du championnat.
crédit: 
Enzo Braillon / FFBB
Pour Newsletter: 
Mise en avant sur l'App mobile FFBB (heighlight): 
Non

Avantage pour Toulouse et Chartres à l’extérieur

Corps: 

Aulnoye – Toulouse : 67-74 / Voir le replay

Les Félines ont malheureusement failli devant leur public. Méconnaissables avec 24 balles perdues enregistrées, le leader de la saison régulière a eu beaucoup de mal à contenir la force de frappe toulousaine. Les débuts sont pourtant équilibrés, jusqu’à que les joueuses de Xavier Noguera s’offrent un premier break (12-20, 9’). Japreece Dean (25 points, 6 passes, 5 interceptions) et Nicole Enabosi (18 points, 8 rebonds) rendent la vie de la défense nordiste pénibles de par leur impact offensif. Malgré tout, l’AS Aulnoye Basket réussira à recoller (27-25, 16’) sous l’impulsion de Mael Gilles et Fleur Devillers. Toulouse repassera en tête au retour des vestiaires, en tenant Mickaël Petipa et ses troupes à distance de quelques unités. Une véritable partie d’échecs dans laquelle les Félines coureront derrière toute la deuxième mi-temps. Une éclaircie dans le ciel aulnoysien apparaîtra sur une bonne série du duo Enjolvy-Hériaud (57-57, 33’), synonyme d’opportunité d’inverser la tendance. Mais Toulouse renversera la dynamique pour mettre les voiles (57-67, 36’). Les Félines batailleront corps et âme pour revenir (65-67, 39’), par l’agressivité en défense mais Dean sera intraitable sur la ligne des lancers-francs (5/6 dans la dernière minute). Un dernier panier en contre-attaque d’Enabosi viendra sceller le sort des Félines. Désormais, Aulnoye est dos au mur. Pour espérer décrocher la belle, il faudra s’imposer en Haute-Garonne mercredi sous peine de revenir un remaker des demi-finales il y a deux saisons.

Montbrison – Chartres : 53-57 / Voir le replay

Une seule victoire, c’est ce qui sépare désormais le C’Chartres de retrouver les finales de la division pour la troisième fois après 2017 et 2023. Cette position, les Bluelights la doivent à une revanche sur Montbrison prise au meilleur moment. Défaites deux fois en saison régulière par les ligériennes, les coéquipières d’Elise Marié ont dû batailler dans un match âpre pour inverser la vapeur. Un match aux allures de montagnes russes où Montbrison aura ouvert les hostilités sur son tempo. Kendall Cooper, imposante, dicte sa loi à la raquette eurélienne (14 points et 7 rebonds à la mi-temps, 24 points et 9 rebonds au final). Mais dès le deuxième acte, la réponse de Chartres se fait sentir pour rééquilibrer la partie (25-28, 20’). La tête de la rencontre sera alors disputée jusqu’aux derniers instants de la rencontre. Tandis que Montbrison prenait les devants, Chartres inversait le momentum à son avantage et vice-versa jusqu’à la 37ème minute où s’opérera très certainement le tournant du match. Cooper, sortie sur sa 5ème faute personnelle, prive le BCMF de son ancrage à l’intérieur en attaque et de dissuasion en défense. Le moment rêvé pour les protégés de Benoit Marty pour enfoncer le clou avec 8 points du duo Ugoka – Mahoutou dans la peinture. Désormais, Chartres a les yeux tournés vers le Colisée où le club bleu et blanc pourra franchir un nouveau tour décisif mercredi soir.

Catégorie: 
Surtitre: 
Ligue Féminine 2 - Demi-finales
Auteur: 
Thomas Puentes
Date d’écriture: 
Lundi, 22. Avril 2024
Vignette: 
Chapeau: 
L’ouverture des demi-finales à domicile n’a pas porté chance à Aulnoye (67-74) et Montbrison (53-57) qui laissent filer la première manche à domicile. Désormais, le Toulouse Métropole Basket et le C’Chartres Basket Féminin ont les cartes en main pour accéder aux finales dès mercredi prochain.
crédit: 
BCMF / Enzo Braillon
Pour Newsletter: 
Mise en avant sur l'App mobile FFBB (heighlight): 
Non

Le dernier carré entre en piste

Corps: 

Loin est la première journée de championnat où Toulouse avait complètement dépassé le futur leader de la division. Vingt-deux victoires et cinq défaites plus tard, Aulnoye est à la place où on l’attendait après le duel âpre face à Nice. Mais la série risque de monter la difficulté encore d'un cran. Même si leur dernier affrontement s’était soldé par un large succès des Félines, Toulouse a l’avantage sur ces playoffs d’arriver dans un gros rythme et plein de confiance après le savon passé à Mondeville. Le duel qui se profile risque d’être très offensif. Côté Aulnoye, il faudra trouver le moyen de négocier avec le trio offensif Drame - Strunc - Dean (52 d’évaluation sur la première manche) tandis que les Pionnières auront en face un collectif où le danger peut venir de partout et en particulier de Fleurs Devillers (18,3 points). Difficile de dire pour le moment de dire qui part favori, seul le terrain parlera.

Dans la Loire, le BC Montbrison recevra une équipe de Chartres qui aura sûrement une très forte envie de revanche. D’une part, contre les joueuses de Corinne Benintendi, auxquelles celles-ci auront laissé leurs deux oppositions en saison régulière et dans un deuxième temps, pour retrouver la finale et effacer l’échec face à Charnay la saison passée. Pour Montbrison, malgré des débuts hasardeux en playoffs, la rythme est enfin là. Kendall Cooper et ses coéquipières sont enfin dedans et auront à cœur de surfer sur la performance de leur dernier match contre Voiron. Mais en face, Chartres, vainqueur de la Tronche-Meylan, arrivera très certainement plus reposé, préparant ce choc depuis mercredi dernier.

Le programme des demi-finales aller

Samedi 20 avril 2024

AS Aulnoye Basket - Toulouse Métropole Basket (20H00 | Diffusé sur Facebook)
BC Montbrison Féminin - C’Chartres Basket Féminin (20H00 | Diffusé sur YouTube)

Retrouvez dès à présent en complément du site Internet lf2.ffbb.com, l'ensemble de l'actualité, des highlights et des coulisses de la Ligue Féminine 2 sur :

- Facebook (https://www.facebook.com/liguefemininedebasket)
- X (https://twitter.com/basketlfb/media)
- Instagram (https://www.instagram.com/basketlfb/?hl=fr)
- TikTok (https://www.tiktok.com/@basketlfb)

Catégorie: 
Surtitre: 
Ligue Féminine 2 - Demi-finales
Auteur: 
Thomas Puentes
Date d’écriture: 
Samedi, 20. Avril 2024
Vignette: 
Chapeau: 
Les demi-finales de Ligue Féminine 2 démarrent ce soir avec deux chocs attendus. D’un côté, Aulnoye recevra Toulouse tandis que Chartres ira défier Montbrison.
crédit: 
La Fabrique Visuelle - Toulouse Métropole Basket
Pour Newsletter: 
Mise en avant sur l'App mobile FFBB (heighlight): 
Non

« Mes progrès sont certainement plus visibles »

Corps: 

En 2023, sous le maillot de Monaco, vous étiez déjà une candidate très sérieuse au trophée de meilleure jeune (8,8 points, 3 rebonds et 2,8 passes). Cette récompense était-elle un objectif personnel cette saison ?

Pas spécialement. J’étais davantage concentrée sur mes performances individuelles et le travail que je devais accomplir pour m’améliorer. Je ne m’attendais pas à gagner ce trophée, c’est un vrai bonus.

Vos statistiques à Nice (9,7 points, 3 rebonds et 2,9 passes) sont finalement assez similaires à celles compilées la saison dernière. Qu’est-ce qui a fait la différence cette année dans l’esprit des votants ?

Peut-être le fait que je joue beaucoup plus au poste 1 cette année. C’était mon ambition en arrivant à Nice, le club est le seul à m’avoir proposé ce projet de double poste. Très clairement, j’avais tout à apprendre des subtilités du rôle de meneuse. C’est aujourd’hui la position où j’évolue le plus et comme ma marge de progression est importante, mes progrès sont certainement plus visibles.

Votre quatrième saison en LF2 est-elle, selon vous, la plus aboutie ?

Je l’ignore, je sais simplement que je progresse et que j’évolue constamment depuis mes débuts en LF2. Je suis encore en apprentissage. Je suis arrière de formation, j’essaie vraiment d’être performante sur les deux postes car cette polyvalence me servira pour la suite de ma carrière.

La défense, c’est également une qualité naturelle qui vous a permis d’obtenir immédiatement des minutes au niveau professionnel ?

Mes missions sont très bien définies. Je dois apporter de l’énergie, de la vitesse et du jeu rapide. C’est vrai, je suis aussi quelqu’un qui aime beaucoup défendre (2,1 interceptions en moyenne). Je me repose sur ce secteur quand l’attaque marche moins bien et que je ne suis pas en réussite. Je peux me servir de mes jambes pour voler des ballons, ça me permet de me projeter plus facilement vers l’avant.

Offensivement, le tir à trois points (7/48 cette saison) semble être le secteur où vous pouvez progresser le plus rapidement…

Oui, absolument. Le shoot, ma lecture de jeu et les changements de rythme sont les trois secteurs du jeu que je travaille le plus actuellement.

Au regard de vos performances, peut-on avancer que vous avez aisément franchi le cap du monde professionnel après votre parcours au Pôle France ?

Ça n’a pas été si facile quand je suis sortie de l’INSEP car je devais assumer un nouveau rôle et respecter des exigences complètement différentes. Avec Monaco puis Nice, j’ai réellement découvert la pression du résultat, qui est naturellement moins forte à l’INSEP. C’est un autre monde, j’ai plus d’autonomie mais également plus de responsabilités sur mes épaules. J’ai eu besoin de quelques mois pour m’adapter complètement.

Comment imaginez-vous la suite immédiate de votre jeune carrière ?

Franchement, je laisse les choses venir à moi. A terme, jouer en LFB est un objectif, c’est certain.

Catégorie: 
Surtitre: 
Ligue Féminine 2 - Interview
Date d’écriture: 
Mardi, 16. Avril 2024
Vignette: 
Chapeau: 
Dans sa (déjà) quatrième saison complète en LF2, la combo Fatoumata Toure (20 ans, 1,72 m) a fait preuve d’une étonnante maturité de jeu dans l’effectif niçois pour s’adjuger le trophée de meilleure jeune du championnat.
crédit: 
Juliette Servant/FFBB
Pour Newsletter: 
Mise en avant sur l'App mobile FFBB (heighlight): 
Non

Logique respectée pour Aulnoye et Montbrison

Corps: 

Aulnoye – Nice : 77-65 / Voir le replay

La hiérarchie a été respectée dans le Nord. Malgré des premières minutes qui laisseront penser à une nouvelle manche âpre entre le leader de Ligue Féminine et le dernier qualifié en playoffs (12-12, 5’), Aulnoye appuie rapidement sur l’accélérateur. Collectivement, les choses sont en place (27 passes décisives au final) et Fleur Devillers, pierre angulaire offensive des Félines sur la série, repart sur les mêmes bases (54-29, 23’). Côté niçois, un momentum favorable offre l’opportunité aux Niss’Angels de revenir à portée de tir (54-43, 28’) mais Alexandre Michailoff et les siennes butteront sur la symbolique barre des dix points. En face, la réponse se fait trembler. Aulnoye rejoindra donc bien le dernier carré pour croiser le fer avec Toulouse.


Montbrison – Voiron : 69-58 / Voir le replay

Les ligériennes auront mis du temps à monter en régime mais une fois lancée, difficile de les arrêter. Portées par une Kendall Cooper en pleine possession des ses moyens (26 points, 11 rebonds pour 35 d’évaluation), la première mi-temps ne laissera place au doute longtemps (41-17, 21’) avec l’apport intéressant offensivement de Jade Gaillard (13 points, 4 rebonds, 2 passes au final) sans oublier le retour aux affaires d’Emma Villa-Gomis. Le moment parfait pour se rebeller côté Voiron. Alexa Middleton (22 points, 5 interceptions) et Chloé Mantelin (14 points, 5 interceptions) sonnent la révolte. Montbrison prend l’eau l’espace d’un quart-temps avec un 30-9 signé PVBC. Les joueuses de Quentin Buffard reviennent dans la partie (53-47, 29’). Mais Cooper et ses coéquipières, portées par leur public, réussiront à retrouver la lucidité nécéssaire pour relancer la machine et reprendre de l’avance. Voiron échoue donc si près du but, clôturant ainsi une saison pleine de promesses pour l’avenir. Pour Montbrison, l’aventure continue et ce sera face à Chartres dans une série qui s’annonce survoltée.

Le bracket des playoffs de Ligue Féminine 2 mis à jour :

 Chartres, Toulouse, Aulnoye et Montbrison seront les demi-finalistes de Ligue Féminine 2 pour la saison 2023-2024

Catégorie: 
Surtitre: 
Ligue Féminine 2 - Quarts de finale
Auteur: 
Thomas Puentes
Date d’écriture: 
Lundi, 15. Avril 2024
Vignette: 
Chapeau: 
Poussés dans leurs retranchements dès le premier tour des playoffs par les promus, les deux leaders de la saison régulière de Ligue Féminine 2 ont finalement passé le cut samedi soir. L’AS Aulnoye Basket et le BC Montbrison Féminin seront au rendez-vous des demi-finales.
crédit: 
Enzo Braillon
Pour Newsletter: 
Mise en avant sur l'App mobile FFBB (heighlight): 
Non

À un match du dernier carré

Corps: 

Logique respectée ou hold-up ? Difficile de prédire l’issue des quarts de Ligue Féminine 2 vu la physionomie des deux premières rencontres. Aulnoye, qui aura peiné pour contrôler Nice à l’aller, n’a rien pu faire au retour. Le promu a mis la barre très haute d’entrée mais arrivera-t-il à tenir sur la durée avec un troisième match en sept jours ? Difficile à dire mais le duel qui se déroulera dans le Nord samedi nous le dira. Mêmes conditions pour Aulnoye qui ne devra manquer le coche sous peine de faire une croix sur une saison exceptionnelle prématurément. Les Félines auront l’avantage du terrain, très certainement un facteur qui pourra faire pencher la balance en sa faveur. Dans la Loire, l’avantage de la dynamique sera en faveur de Voiron. Passé à côté de sa fin de match lors du match 1, le retour n’a pas laissé place au doute plaçant ainsi Montbrison dos au mur. Replacé en haut de la hiérarchie cette saison, le BCMF vit un tout autre exercice avec l’ouverture des playoffs. Les joueuses de Corinne Benintendi devront compter sur la chaude ambiance de son chaudron pour espère continuer la série de victoires à domicile que le club ligérien a lancé en octobre dernier. Sinon, l’aventure s’arrêtera pour laisser une équipe promue pleine de promesses rejoindre le dernier carré.

Le programme des quarts de finale (Belle)

Samedi 13 avril 2024

BC Montbrison Féminin - Pays Voironnais Basket Club (20H00 | Diffusé sur YouTube)
AS Aulnoye Basket - Cavigal Nice Basket 06 (20H00 | Diffusé sur Facebook)

Retrouvez dès à présent en complément du site Internet lf2.ffbb.com, l'ensemble de l'actualité, des highlights et des coulisses de la Ligue Féminine 2 sur :

- Facebook (https://www.facebook.com/liguefemininedebasket)
- X (https://twitter.com/basketlfb/media)
- Instagram (https://www.instagram.com/basketlfb/?hl=fr)
- TikTok (https://www.tiktok.com/@basketlfb)

Catégorie: 
Surtitre: 
Ligue Féminine 2 - Quarts de finale
Auteur: 
Thomas Puentes
Date d’écriture: 
Vendredi, 12. Avril 2024
Vignette: 
Chapeau: 
Chartres et Toulouse déjà qualifiés, les deux dernières places pour rejoindre les demi-finales se joueront entre Aulnoye et Nice en terres nordistes et entre Montbrison et Voiron dans la Loire. Une belle au sommet où l’erreur ne sera pas permise d’un côté de l’autre.
crédit: 
AS Aulnoye Basket
Pour Newsletter: 
Mise en avant sur l'App mobile FFBB (heighlight): 
Non

"Le plus grand accomplissement de ma carrière"

Corps: 

Quelle a été votre réaction quand vous avez appris que vous étiez la MVP de la saison ?

J’ai été choquée. J’essaie de ne faire attention aux stats pendant la saison mais j’avais un bon groupe de coéquipières pour me pousser et me dire que cela pourrait arriver. Donc ce sont mes coéquipières et ma coach qui m’ont mis dans cette position de gagner un prix aussi prestigieux.

Aviez-vous imaginé pouvoir être MVP ?

Oui, parce que la confiance c’est la clé, mais je sais qu’il y a beaucoup de bonnes joueuses dans ce championnat qui auraient pu facilement être dans ma position, donc il a fallu travailler davantage pour y parvenir. C’est le plus grand accomplissement de ma carrière à ce jour. Parce qu’être tout en haut, devant autant de bonnes joueuses, cela reste un grand moment pour moi.

Votre trophée est lié à l’excellent parcours de votre équipe, deuxième du championnat. Comment décririez-vous la saison de Montbrison ?

Cela a été une saison pleine de défis, avec des hauts et des bas. Cela a été difficile parfois, mais en même temps, on a vécu de bons moments. Nous nous apprécions les unes les autres, il n’y a pas eu de problème dans l’équipe. Cette entente nous aide beaucoup dans les moments de moins bien, après des défaites ou même pendant des matchs, parce que nous pouvons rapidement nous relever. Je me souviens qu’après notre première défaite, nous avons eu un moment d’échanges toutes ensemble et cela nous a beaucoup aidé à avancer parce qu’on a pu parler de tout. Chacune aide les autres dans cette équipe donc on trouve souvent le moyen de réagir collectivement pour surmonter ces moments et se remettre sur les rails. Si une joueuse fait de bonnes choses pendant un match, les autres vont la pousser à continuer. Et à l’inverse, si une joueuse est dans le dur, on va l’aider à relever la tête. Cette mentalité collective a produit de super résultats pour nous.

Vous avez connu une entrée en matière délicate en playoffs contre l’équipe de Voiron. Personnellement vous avez été gênée par les fautes et vous n’avez marqué « que » cinq points (avec 9 rebonds et 5 passes), votre plus faible total de la saison. Comment avez-vous vécu ce match ?

Je ne vais pas mentir, j’étais très énervée. Ce n’était pas le reflet de qui je suis. La meilleure chose que je pouvais faire, c’était relever la tête et d’aider mon équipe à décrocher la victoire. En face, elles ont envoyé des prises à deux ou des prises à trois sur moi et je n’ai pas toujours été capable de trouver des solutions. Elles ont fait un super job pour préparer le match. Mais j’aurais dû prendre de meilleures décisions que celles que j’ai prises samedi.

Votre ancien entraîneur à Ifs, Morgan Debrosse, a déclaré qu’il n’était pas surpris de votre réussite cette saison car la Ligue 2 offre plus d’espace que la NF1 et vous convient mieux. Êtes-vous d’accord avec lui ?

Oui, la NF1 est une compétition différente, avec un style de jeu différent. Je crois aussi que j’ai pris une autre direction dans ma tête, pour m’adapter à ce niveau et être plus forte. Mais je le dois aussi à Morgan qui m’a appris beaucoup de choses à Ifs.

Il est difficile d’imaginer que la MVP a passé les trois dernières saisons en NF1. Qu’est-ce qui vous a conduit à Ifs après avoir évolué en LFB (Nice) et LF2 (Calais) au début de votre carrière, et à y rester pendant trois ans ?

Je suis allée à Ifs parce que Morgan avait confiance en moi. Je pensais que c’était un bon coach, et je savais qu’il aidait les joueuses à se développer sur le terrain. C’était important d’avoir un coach qui croyait en moi et qui allait m’aider à aller plus loin. Ensuite, je suis restée parce que je sentais que je m’améliorais au fil des années et que cette stabilité m’allait bien. 

Pourquoi avez-vous décidé de rejoindre Montbrison l’été dernier. Le discours de Corinne Benintendi vous a séduit ?

Oui, Corinne aussi avait confiance en moi et je voulais jouer en Ligue 2. Quand quelqu’un croit en vous, pourquoi ne pas saisir l’opportunité qui se présente. Corinne nous pousse, elle est toujours sur notre dos, mais c’est pour nous aider à être de meilleures joueuses, à être plus fortes mentalement (…) Elle croit beaucoup en moi donc cela m’aide sur le terrain. Elle sait qu’elle peut toujours compter sur moi. On est proches et on a une grande relation de confiance. Je lui donne ce dont elle a besoin et elle m’apporte ce dont j’ai besoin.

C’est votre sixième saison en France. Qu’appréciez-vous en France ?

D’un point de vue basket, le niveau de compétition est toujours bon. Je me suis habituée à ce niveau. Hors basket, j’aime voyager, visiter et c’est très facile parce que Lyon n’est pas loin. Je peux voir différentes villes, différents lieux. Et puis j’aime la nourriture ici !

Vous avez passé votre première saison en LFB à Nice à votre sortie de l’université de Duke. Est-ce un objectif de jouer à nouveau en Ligue Féminine ?

Oui, je crois que j’aimerais jouer au top niveau en France. La LFB est vraiment une bonne compétition donc ce serait fun d’y jouer à nouveau.

Si votre équipe est championne et monte en Ligue Féminine, pourriez-vous rempiler à Montbrison ?

C’est une bonne question. Il faudra voir ce qui se passe. On verra bien…

Catégorie: 
Surtitre: 
Ligue Féminine 2 - Interview
Auteur: 
Antoine Lessard
Date d’écriture: 
Vendredi, 12. Avril 2024
Vignette: 
Chapeau: 
Après trois saisons passées à Ifs en NF1, l’Américaine Kendall Cooper (1,93 m, 28 ans) a réalisé un retour tonitruant en LF2. L’intérieure de Montbrison a porté son équipe sur ses épaules (18,3 points, 9,4 rebonds, 1,3 contre, 22,3 d’évaluation). Avant de retrouver l’élite ?
crédit: 
Enzo Braillon / FFBB
Social_posts: 
Ligue Féminine 2, LF2
Pour Newsletter: 
Mise en avant sur l'App mobile FFBB (heighlight): 
Non
Ligue Féminine 2, LF2

Nice et Voiron font plier les leaders

Corps: 

Nice – Aulnoye :  85-77

Une surprise quand on regarde le classement de la saison régulière, oui. Mais quand on analyse la première manche, pas tant que ça. Les Niss’Angels avaient mené la vie dure aux Félines à l’aller, elles les auront fait chavirer au retour. Menant la rencontre du début à la fin, les joueuses d’Alexandre Michailoff n’ont laissé aucun répit à Aulnoye. Malgré une formation resserrée avec sept joueuses largement utilisées, le retour à domicile dans le Complexe Leyrit a porté ses fruits. Blessing Eijiofor avec le même impact qu’à l’aller (12 points, 12 rebonds), suivie par Cornelia Fondren et la jeune Fimbo (15 points, 5 rebonds, 4 interceptions) auront été les leaders de la formation niçoise dans une véritable démonstration d’adresse longue distance (12 tirs à 3 points à 48%). Désormais les compteurs sont remis à zéro de chaque côté. La belle de samedi s’annonce explosive.

Voiron – Montbrison : 72-64 / Voir le replay

Le PVBC était passé si près de la victoire à l’aller avant de s’incliner de si peu dans les dernières secondes. Quentin Buffard et ses joueuses n’ont pas reproduit deux fois la même erreur. D’entrée, l’écart est créé avant de doucement grossir au fur et à mesure de la rencontre jusqu’à atteindre les 17 unités (69-52, 37’). Kendall Cooper (23 points, 14 rebonds) et Justine Soulard (22 points, 6 rebonds, 6 passes), qui réduira l’écart dans un dernier effort, étaient malheureusement trop esseulées offensivement tandis que la force de frappe longue distance iséroise faisait feu. Alexa Middleton qui aura renfilé le temps d’un instant son costume de MVP (18 points, 3 rebonds) aura conduit ses troupes à un précieux succès. Désormais, les yeux sont tournés vers une troisième manche qui sera décisive. Montbrison, qui accueillera, l’affrontement aura très certainement à cœur de conserver son invincibilité à domicile depuis octobre.

La Tronche-Meylan – Chartres : 51-53 / Voir le replay

Un véritable duel de tranchées s’est tenu au gymnase du Charlaix mercredi soir. Alors que les joueuses de Clément Sanchez connaissaient le sort qui les guettaient si elles ne s’imposaient pas, la Tronche-Meylan a sorti les barbelés en défense. Cela tombe bien car Chartres a fait de même. Malgré une envolée à dix unités (13-23, 14’), les Bluelights ont souffert face à l’éprouvant effort défensif fourni par Aurore Pautou et ses coéquipières à l’image du dernier quart où Chartres subira un trou noir en attaque de près de sept minutes. Possédant les armes pour forcer un match 3, le BCTMF buttera sur l’ultime action de la rencontre grâce à l’intervention de Nahan Niaré au contre. Une libération comme en témoigne les images de liesse des joueuses, qui offre à Chartres une place dans le dernier carré.

Toulouse – Mondeville : 85-54 / Voir le replay

Bis repetita pour les normandes. L’absence d’Ashten Prechtel a semble-t-il encore une fois pesé sur le collectif de l’USOM. D’entrée, les joueuses de Morgan Debrosse n’ont pas existé tandis que le rouleau compresseur toulousain s’enclenchait. Les minutes passeront et l’écart ne cessera de grossir jusqu’à dépasser les trente unités. Une sortie amère pour Mondeville après une saison de renouveau intéressante. Pour les Pionnières, cependant, les bases sont posées dans l’objectif remontée en LFB. Cap désormais sur le prochain tour face au vainqueur de la série entre Aulnoye et Nice.

Catégorie: 
Surtitre: 
Ligue Féminine 2 - Quarts de finale
Auteur: 
Thomas Puentes
Date d’écriture: 
Jeudi, 11. Avril 2024
Vignette: 
Chapeau: 
Les deux promus de Ligue Féminine 2 ont réalisé un véritable tour de force en faisant tomber Aulnoye et Montbrison hier soir, leur permettant d’obtenir une ultime chance de sortir des quarts de finale. Chartres et Toulouse, eux, valident leur ticket pour la suite des playoffs de l’antichambre de l’élite.
crédit: 
Cavigal Nice Basket 06
Pour Newsletter: 
Mise en avant sur l'App mobile FFBB (heighlight): 
Non

Quatre équipes déjà dos au mur

Corps: 

Contrairement à la saison régulière, le couperet en playoffs est soudain et violent. Chaque défaite peut changer le cours d’une série et l’avenir d’une équipe. Cela Mondeville l’a bien compris. Après avoir réussi à prendre le dessus deux fois sur Toulouse en saison régulière, leur troisième rencontre a tourné au drame. Désormais, la seule option est la victoire sous peine partir en vacances dès ce soir. De plus, le duel normand – occitan se déroulera à l’extérieur, difficulté supplémentaire avec laquelle les Lionnes devront négocier pour éviter de sortir dès le premier tour comme la saison passée.

A contrario, le Cavigal Nice Basket 06, le Pays Voironnais Basket Club et le BC la Tronche-Meylan retrouveront leur salle pour renverser la série. Après avoir tenu très largement tête à Aulnoye et Montbrison, les deux promus auront l’opportunité d’écrire une nouvelle page de la belle histoire vécue cette saison. Côté la Tronche-Meylan, la défaite au Colisée devra servir à rebondir en profitant de la chaleur du chaudron isérois pour retrouver le costume d’outsider qui avait propulsé les joueuses du BCTMF en finale des playoffs deux ans en arrière.

Le programme des quarts de finales retour

Mercredi 10 avril 2024

Toulouse Métropole Basket (5) - USO Mondeville Basket (4) (20H00 I Diffusé sur YouTube)
Cavigal Nice Basket 06 (8) - AS Aulnoye Basket (1) (20H00 I Diffusé sur Facebook via Myplay)
BC Montbrison Féminin (2) – Pays Voironnais Basket Club (7) (20H00 I Diffusé sur YouTube)
La Tronche-Meylan Basket (6) - C’Chartres Basket Féminin (3) (20H00 I Diffusé sur Facebook via le Sport Dauphinois

Retrouvez dès à présent en complément du site Internet lf2.ffbb.com, l'ensemble de l'actualité, des highlights et des coulisses de la Ligue Féminine 2 sur :

- Facebook (https://www.facebook.com/liguefemininedebasket)
- X (https://twitter.com/basketlfb/media)
- Instagram (https://www.instagram.com/basketlfb/?hl=fr)
- TikTok (https://www.tiktok.com/@basketlfb)

Catégorie: 
Surtitre: 
Ligue Féminine 2 - Quarts de finale
Auteur: 
Thomas Puentes
Date d’écriture: 
Mercredi, 10. Avril 2024
Vignette: 
Chapeau: 
La seconde manche des quarts des finales de Ligue Féminine 2 débutera ce soir pour les huit équipes encore en lice. Déjà dos au mur, Mondeville, La Tronche-Meylan, Voiron et Nice ont une dernière chance de forcer une belle pour continuer l’aventure, la saisiront-ils ?
crédit: 
Juliette Servant/FFBB
Pour Newsletter: 
Mise en avant sur l'App mobile FFBB (heighlight): 
Non

Chartres très solide à domicile, Toulouse en patron

Corps: 

Aulnoye – Nice : 68-61 / Voir le replay

Bien que l’écart au classement soit important, David n’a pas tremblé contre Goliath. Loin de la Côte d’Azur, les Niss’Angels ont donné du fil à retordre aux Félines dans une première mi-temps très disputée. Assetou Traoré (19 points, 8 rebonds), assistée par Blessing Eijiofor (16 points, 10 rebonds), porte les niçoises à bout de bras pour jouer Aulnoye yeux dans les yeux. Mises à mal en attaque (41,8% au tir), très loin de leurs standards habituels, les joueuses de Mickaël Petipa n’arrivent pas à prendre le large. Un 15-3 passé dans le troisième quart (51-43, 28’) viendra rassurer les troupes nordistes, jusqu’à que Nice revienne à la charge (52-50, 31’). La forteresse aulnoysienne, gardée par Fleur Devillers (20 points, 5 rebonds), tiendra tout de même bon pour aller chercher cette première manche. Mais le promu a indiqué la couleur de la série et la seconde partie au Complexe Leyrit s’annonce déjà très tendue.

Montbrison – Voiron : 61-60 / Voir le replay

Le promu isérois avait déjà surpris le BC Montbrison Féminin lors de la première rencontre de la saison en venant s’imposer en terres ligériennes de quelques unités. La même chanson a failli se répéter samedi soir. Les débuts sont tendus, mais rapidement Voiron prend l’avantage. Fabienne Constant (13 points, 8 rebonds) et Chloé Mantelin (16 points) tiennent les rênes de l’attaque côté PVBC tandis qu’en face, tout est compliqué à l’image de la MVP Kendall Cooper (5 points à 1/9 au tir). Profitant de cela à leur avantage, les joueuses de Quentin Buffard s’offrent une envolée (25-40, 24’). Mais heureusement pour les locales, la jeune garde s’élèvera en rempart pour entamer la remontada. Inès Sequeira (13 points, 6 rebonds, 6 passes) et Ysaline Saulnier (11 points, 3 rebonds, 2 passes) remettront le collectif montbrisonnais sur les rails pour remplir le fossé creusé. Démuni, Voiron, peine à retrouver des sensations pour répliquer au point de perdre la tête de la rencontre (53-52, 35’). Un dernier effort leur permettra d’entrevoir la lumière mais Cooper, transparente à la marque tout le match, viendra sauver la mise à Montbrison en inscrivant le panier pour repasser devant après rebond offensif. Justine Soulard, au contre sur une ultime tentative voironnaise scellera l’issue du match.

Chartres – La Tronche-Meylan : 59-42 / Voir le replay

Première réussie au Colisée pour les Bluelights qui inaugurait leur nouveau chaudron. Mais la Tronche-Meylan ne s’est pas laissé intimider dès le début. Diarisso lance les siennes sur de bonnes bases (0-4, 2’) mais Chartres n’a pas mis longtemps à s’acclimater à ce nouvel environnement. Le show Peytour commence (18 points, 8 rebonds) bien suivi par ses coéquipières. Rapidement l’écart se creuse au profit des locales. Privée de Jade Philipps, sortie après un contact, la Tronche-Meylan n’arrivera jamais à raccrocher le wagon malgré les efforts d’Aurore Pautou (15 points, 4 rebonds, 4 passes).

Mondeville – Toulouse : 40-68 / Voir le replay

La vengeance est un plat qui se mange froid. A deux reprises cette saison, dont lors de la dernière journée, les joueuses de Xavier Noguera se sont pris les pieds dans le tapis contre les normandes. L’adage dit « jamais deux sans trois », pas le Toulouse Métropole Basket. Privées d’Ashten Prechtel, les Lionnes se font rapidement débordées. Le duo Dean-Enabosi (30 points cumulés) lance la charge côté toulousain avec un uppercut éclair (9-27, 10’). Un coup dont les joueuses de Morgan Debrosse ne se relèveront jamais. Et comme si cela ne suffisait pas, Binta Drame et les siennes en profiteront pour rajouter une couche au retour des vestiaires (25-57, 30’). Avec un pareil coup sur la tête, le chemin s’annonce difficile pour Mondeville pour espérer se relancer dans la série. Ce sera quitte ou double à Toulouse mercredi.

Catégorie: 
Surtitre: 
Ligue Féminine 2 - Quarts de finale
Auteur: 
Thomas Puentes
Date d’écriture: 
Lundi, 8. Avril 2024
Vignette: 
Chapeau: 
Le premier acte des quarts de finale de Ligue Féminine 2 a donné le ton pour les playoffs. Alors qu’Aulnoye et Chartres ont fait respecter la hiérarchie, le BC Montbrison Féminin n’est pas passé loin de la correctionnelle contre le promu voironnais tandis que le Toulouse Métropole Basket s’est largement vengé face à Mondeville.
crédit: 
Marc Franz - C'Chartres Basket Féminin
Pour Newsletter: 
Mise en avant sur l'App mobile FFBB (heighlight): 
Non

La course à l’élite commence

Corps: 

Comme certains aiment le dire, les choses sérieuses commencent samedi soir pour les huit formations encore en course. L’occasion de faire un point sur les oppositions qu’offriront ces phases finales de LF2.

AS Aulnoye Basket (1) – Cavigal Nice Basket 06 (8)

Interrogé récemment, Mickaël Petipa annonçait qu’aujourd’hui « le seul adversaire d’Aulnoye, c’est Aulnoye ». Il y en aura un de plus en la personne du promu Nice dès demain soir. Auteur d’une saison exceptionnelle (19V-3D), le club nordiste affiche clairement des ambitions de titre, justifiées vu l’exercice 2023-2024 proposé par les Félines. Meilleure attaque de la division et meilleure équipe à l’évaluation et aux passes décisives, les chiffres affichés impressionnent emmené par un trio arrière Jakovljevic – Devillers – Daramy tout fraîchement récompensé. Mais le promu devra passer outre pour jouer sa chance. Contre vents et marées, le Cavigal Nice Basket 06 (12V-10D), pour son retour dans l’antichambre de l’élite, a réussi à décrocher le dernier spot des playoffs sur la dernière journée en s’offrant Feytiat dans son mythique bastion de la Ville des Anges. Un retour que les joueuses d’Alexandre Michailoff comptent bien fructifier en faisant un coup contre Aulnoye à l’image de Chartres sur la dernière journée.

BC Montbrison Féminin (2) – Pays Voironnais Basket Club (7)

Quelle ascension pour le club ligérien. L’année dernière, Montbrison luttait pour s’offrir le maintien avec une 9ème place difficilement acquise. Après avoir fait quasiment peau neuve avec neuf nouvelles joueuses et toujours l’éternelle Corinne Benintendi aux commandes, le club a entamé une nouvelle ère de son histoire. Propulsé dans les hautes sphères de la division, grâce notamment aux prestations monstrueuses de la MVP du championnat, Kendall Cooper ainsi que l’impact de Laura Oliveira, Justine Soulard ou encore de la révélation Emma Villa-Gomis, le BCMF a tout pour prétendre accrocher un nouveau trophée à son palmarès. En face, Voiron, comme Nice, sort d’une saison tout à fait honorable pour une première en Ligue Féminine 2. Malgré une fin de saison entachée par les blessures, sans laquelle le collectif de Quentin Buffard aurait pu viser plus haut au classement, le PVBC arrivera très certainement gonfler à bloc dans le sillage d’une Fabienne Constant au sommet de son art pour poursuivre sa belle aventure. Avec un victoire dans chaque camp cette saison, la balle est au centre entre les deux formations.

C’Chartres Basket Féminin (3) – BC La Tronche-Meylan Basket (6)

Malgré plusieurs ajustements dans l’effectif qui avait challengé en finale des playoffs Charnay la saison passée dans un finish irrespirable, les Bluelights semble être lancées sur la même dynamique avec l’espoir de ne pas reproduire le faux-pas de la saison passée. Hormis quelques exceptions dont trois courts revers face à Montbrison et Aulnoye, Chartres a été quasiment intouchable cette année grâce à une assise défensive impressionnante (60,5 points encaissés par match). Très certainement galvanisés par la performance de la semaine dernière, en mettant fin à la série de 17 victoires consécutives des Félines de l’ASA, Benoit Marty et ses troupes seront une menace à regarder de très près. Dans l’autre coin du ring, la Tronche-Meylan s’affiche en outsider. Après des débuts tonitruants, les iséroises ont vécu une saison en montagnes en russes en peinant à enchaîner les victoires pour trouver une véritable dynamique. Mais attention, car Clément Sanchez dispose d’éléments qui pourraient changer la donne comme la sérial scoreuse Jade Phillips (17,9 points) ou le duo Pautou-Diarisso à l’intérieur. Autant dire que le BCTMF sera un adversaire à ne pas sous-estimer. Le premier épisode de cet affrontement se déroulera dans un écrin de choix, le nouveau chaudron de Chartres : le Colisée.

USO Mondeville Basket (4) – Toulouse Métropole Basket (5)

Une série qui s’annonce très relevé débutera demain à la Halle Bérégovoy. D’un côté, Mondeville en plein boom. Repartie de quasi-zéro à l’intersaison, la formation alignée par Morgan Debrosse aura eu du mal à trouver son rythme de croisière, enchaînant les séries positives comme les négatives. Mais désormais, les bases sont posées et les normandes montrent qu’elles ont les armes pour faire un gros parcours en playoffs, et pourquoi pas aller au bout. En face, Toulouse a une revanche à prendre. Alors que la saison avait commencé sur les chapeaux de roue pour l’ancien pensionnaire de Ligue Féminine, le changement d’année provoquera une moment de creux qui coûtera aux coéquipières d’Isabelle Strunc leur place plus haut au classement. Ambitieuses de retrouver l’élite, les Pionnières auront à cœur de reprendre leur destin en main contre leur bête noire cette saison. Lors de la dernière journée, les deux équipes nous avaient proposé un aperçu de l’intensité qui règnera dans cette série. Vivement samedi.

 

Le programme des quarts de finales aller

Samedi 06 avril 2024

USO Mondeville Basket (4) – Toulouse Métropole Basket (5) (17H00 I Diffusé sur YouTube)
AS Aulnoye Basket (1) – Cavigal Nice Basket 06 (8) (20H00 I Diffusé sur Facebook)
BC Montbrison Féminin (2) – Pays Voironnais Basket Club (7) (20H00 I Diffusé sur YouTube)
C’Chartres Basket Féminin (3) – BC La Tronche-Meylan Basket (6) (20H00 I Diffusé sur Chartres TV)
 

Retrouvez dès à présent en complément du site Internet lf2.ffbb.com, l'ensemble de l'actualité, des highlights et des coulisses de la Ligue Féminine 2 sur :

- Facebook (https://www.facebook.com/liguefemininedebasket)
- X (https://twitter.com/basketlfb/media)
- Instagram (https://www.instagram.com/basketlfb/?hl=fr)
- TikTok (https://www.tiktok.com/@basketlfb)

Catégorie: 
Surtitre: 
Ligue Féminine 2 - Quarts de finale
Auteur: 
Thomas Puentes
Date d’écriture: 
Vendredi, 5. Avril 2024
Vignette: 
Chapeau: 
La saison régulière terminée, il est désormais temps de tourner les yeux vers les playoffs. Huit équipes sur la ligne de départ, une seule à l’arrivée pour décrocher le titre de Champion de France de Ligue Féminine 2 et le précieux sésame pour accéder à la première division française féminine.
crédit: 
La Fabrique Visuelle - Toulouse Métropole Basket
Pour Newsletter: 
Mise en avant sur l'App mobile FFBB (heighlight): 
Non

"Aujourd’hui, le seul adversaire d’Aulnoye c’est Aulnoye"

Corps: 

Alors que la saison passée, vous abordiez les playoffs en vous qualifiant in extremis à la 8ème place, vous voilà désormais leader au classement avec seulement trois défaites au compteur. Quelles étaient les clés de cette première partie de saison ?

D’abord avoir une équipe où chacun avait un rôle bien défini. Nous avons été constants dans l’effort, surtout à l’entraînement, c’est un groupe qui s’est très bien entraîné toute l’année, hyper agréable et qui ne rechignait pas dans l’effort. La mayonnaise a pris et nous avons eu la capacité de s’adapter à plusieurs types de défenses et enchainer les matchs sans se prendre la tête. Chacune a compris ce qu’on attendait d’elle dans le groupe.

Vous avez commencé la saison par une lourde défaite à Toulouse, c’était ce qu’il fallait à l’équipe pour commencer à dominer la LF2 ?

Nous avons vécu une présaison compliquée avec beaucoup de blessées, une préparation quasiment sans intérieure. Nous sommes donc arrivés à Toulouse pas prêts et ce jour-là, les toulousaines ont été d’une adresse diabolique. On pouvait apercevoir les prémices d’un jeu collectif offensif puisqu’on leur met tout de même 75 points mais défensivement pas en place. Je ne pense pas que c’était un élément déclencheur, ça nous a obligé à travailler dur dès le départ.

Comment mobiliser ses joueuses pour les playoffs malgré le confort et la confiance que peuvent engendrer votre statut désormais ?

Je ne pense pas aujourd’hui que j’ai besoin de les mobiliser plus que ça. Le championnat et les playoffs sont deux choses complètement différentes. Nous les abordons forcément avec la certitude que nous pouvons battre tout le monde puisqu’on l’a prouvé et on l’a fait. Nous n’avons jamais perdu deux matchs consécutivement non plus. Aujourd’hui, nous avons notre destin entre nos mains et la possibilité de jouer un maximum de matchs à domicile. Mobiliser les joueuses sur un truc comme ça : on sait que chaque année, c’est une chance de gagner des titres et on a prouvé des choses cette année même si tout reste à faire. Les filles étaient déjà mobilisées en championnat, je ne pense pas qu’il y ait besoin de rajouter une source de motivation supplémentaire pour les playoffs.

Avec un objectif de montée en LFB, comment vous utilisez votre expérience de la montée de NF1 à LF2 en 2018 ?

L’expérience, c’est surtout mobiliser un club et des supporters puisque c’est vraiment quelque chose qui fait la différence. Je me souviens lors de la montée en NF1, je n’ai jamais vu la salle aussi pleine et un engouement qui pouvait donner du bonheur aux gens, c’est important de le sentir de manière continue.

Vous êtes l’équipe la plus prolifique du championnat, avec la meilleure passeuse et la troisième meilleure marqueuse, est-ce que Aulnoye est pour autant une équipe au style de jeu offensif ?

Non, je pense que nous avons un paquet de match où on a prouvé que nous pouvions tenir nos adversaires à moins de 60 points, même face aux grosses équipes nous sommes capables de réaliser de belles performances défensives. De toute façon, nous aurons besoin de ça en playoffs. Néanmoins, j’ai toujours eu un style de jeu plus tourné vers l’offensif : une fois que les bases défensives sont acquise,s je me tourne un peu plus vers le développement offensif des joueuses. Nous avons également la chance d’avoir une équipe qui tourne bien collectivement et qui est capable de répondre à plusieurs situations défensives avec une maestro (Hélène Jakovljevic) à la mène. De toute façon, pour être premières du championnat il faut être performant des deux côtés du terrain.

Vous avez été arrêté par le COVID en 2020 en étant leader du championnat avant qu’il ne s’arrête, qu’est-ce qui pourrait vous stopper pour cette année ?

Un pangolin (rires) ! Nous, plus simplement. Je pense que nous savons que nous allons devoir produire un meilleur basket que ce qu’on a produit en saison régulière mais on en est capable. Aujourd’hui, le seul adversaire d’Aulnoye c’est Aulnoye.

Catégorie: 
Surtitre: 
Ligue Féminine 2 - Interview
Date d’écriture: 
Jeudi, 4. Avril 2024
Vignette: 
Chapeau: 
Leader incontesté de Ligue Féminine 2 cette saison, l'AS Aulnoye Basket entamera les playoffs samedi dans le costume d'un candidat très sérieux à la montée dans l'élite. Mickaël Petipa, entraîneur de la formation nordiste, revient sur la première place de saison régulière des Félines avant l'entame des phases finales de la division.
crédit: 
Audrey Akakpo/FFBB
Pour Newsletter: 
Mise en avant sur l'App mobile FFBB (heighlight): 
Non

Le palmarès des Trophées LF2 2024 dévoilé

Corps: 

5 MAJEUR LF2 – Saison 2023-2024 :

Hélène JAKOVLJEVIC (Aulnoye - 23 ans / FRA)
Stats en saison régulière : 
22 matches – 7,5 points / 4,9 rebonds / 8,6 passes / 1,9 interceptions / Evaluation : 16,3

Fleur DEVILLERS (Aulnoye - 28 ans / FRA)
Stats en saison régulière : 
21 matches - 16 points / 2,5 rebonds / 2,4 passes / 1,1 interceptions / Evaluation : 11,8

Mariama DARAMY (Aulnoye - 21 ans / FRA)
Stats en saison régulière : 
22 matches - 14,8 points / 5,8 rebonds / 2,6 passes / 2 interceptions / Evaluation : 16,5

Ashten PRECHTEL (Mondeville - 22 ans / USA)
Stats en saison régulière : 
17 matches - 15,4 points / 11,6 rebonds / 1,6 interceptions / 1,5 contres / Evaluation : 20,1

Kendall COOPER (Montbrison - 28 ans / USA)
Stats en saison régulière : 
22 matches - 18,3 points / 9,4 rebonds / 2,2 passes / 1,9 interceptions / 1,3 contres / Evaluation : 22,3

 

MVP LF2 2024 : Kendall COOPER (Montbrison - 28 ans / 1m93)

Après avoir connu l’élite sous les couleurs de Nice (2017-2018) puis la Ligue Féminine 2 avec Calais (2018-2019), l’ancienne intérieure du CB Ifs (NF1) effectue un retour tonitruant en LF2. Poste 4/5 brillante pour imposer sa loi dans la raquette montbrisonnaise, à laquelle peu de défenses auront trouvé une solution cette saison, l’intérieure américaine a marqué la division de son empreinte pour aider le BC Montbrison Féminin a retrouvé les playoffs. La pierre angulaire d’une formation qui se positionne comme un candidat très sérieux au titre national en mai prochain.

Le palmarès du trophée de MVP LF2

2023 - Alexia Middleton (Feytiat Basket 87)

MEILLEUR ENTRAÎNEUR LF2 2024 : Corinne BENINTENDI (Montbrison - 61 ans)

Historique technicienne du BC Montbrison Féminin depuis 2013, avec lequel elle a successivement gravi les échelons pour atteindre la Ligue Féminine 2 en 2015, l’ancienne internationale tricolore a réussi à glisser le nom du club ligérien en haut de l’affiche. Non qualifié pour les playoffs la saison passée (9ème) et repartant de quasiment zéro avec un effectif complétement renouvelé, Montbrison est désormais 2ème au classement général de la saison régulière avec un statut de candidat très sérieux au titre. Une belle histoire pour un club passé à deux doigts de la relégation en 2022-2023 dans laquelle l’expérience de la stratège Corinne Benintendi aura été déterminante.

Le palmarès du trophée de Meilleur Entraîneur LF2

2023 - Cyril Sicsic (Feytiat Basket 87)

MEILLEURE JEUNE LF2 2024 (née en 2004 et après) : Fatoumata TOURE (Nice - 20 ans / 1m72)

Stats en saison régulière : 22 matches – 9,7 points – 3,0 rebonds - 2,9 passes - Evaluation : 9,6

La saison dernière, son nom était déjà dans les débats pour le trophée de Meilleure Jeune. Passée de Monaco à Nice, l’ancienne pensionnaire du Pôle France a prouvé une nouvelle fois qu’elle était une valeur sûre dans ce championnat avec des statistiques en hausse.

Pour sa quatrième saison dans la division à seulement 20 ans, Fatoumata Toure, impressionnante de régularité, est l’une des clés de voûte de la belle saison du Cavigal Nice Basket 06, promu, qui se poursuivra en playoffs.

Le palmarès du trophée de Meilleur Jeune LF2

2023 - Binta Drame (S. Illkirch-Graffenstaden)

 

Vote organisé auprès des joueuses, représentées par les capitaines de chaque équipe de la division, des entraîneurs et d’un panel de médias.

Catégorie: 
Surtitre: 
Ligue Féminine 2 - Trophées de fin de saison
Date d’écriture: 
Mercredi, 3. Avril 2024
Vignette: 
Chapeau: 
À la suite de la fin de la saison régulière de l’antichambre de l’élite du basket féminin français, l’ensemble des lauréats des trophées de Ligue Féminine 2 ont été dévoilé ce jour. Le titre de MVP de la saison régulière a été attribué à la joueuse du BC Montbrison Féminin, Kendall Cooper.
Pour Newsletter: 
Mise en avant sur l'App mobile FFBB (heighlight): 
Non

Le programme des playoffs LF2 est connu

Corps: 

Les résultats de la journée n°22 de Ligue Féminine 2 :

Toulouse Métropole Basket – USO Mondeville Basket : 73-74
BC Montbrison Féminin – BC La Tronche-Meylan Féminin : 62-37
Champagne Basket Féminin – Pôle France Basketball : 91-67
AS Aulnoye Basket – C’Chartres Basket Féminin : 76-82
Pays Voironnais Basket Club – S. Illkirch-Graffenstaden : 80-53
Cavigal Nice Basket 06 – Feytiat Basket 87 : 75-56

Le classement officiel à l'issue de la saison régulière de Ligue Féminine 2**

**sous réserve des procédures en cours auprès la Commission Fédérale 5X5

Playoffs LF2

Les équipes classées de 1 à 8 de la saison régulière participent aux playoffs. Le vainqueur est sacré Champion de France LF2 2024 et accèdera à la Ligue Féminine de Basketball (LFB). *

Chaque tour de play-offs se dispute en 2 matchs gagnants (Aller, Retour et Belle éventuelle) selon l’ordre suivant : 

- Match Aller chez le mieux classé de la phase 1 ;
- Match Retour chez le moins bien classé de la phase 1 ;
- Belle éventuelle chez le mieux classé de la phase 1.

* sous réserve de remplir les conditions d’accession et de validation de l’engagement en Ligue Féminine de Basketball (LFB)

QUARTS DE FINALE – 06 & 10 & 13 AVRIL 2024 (20H00) :

AS Aulnoye Basket (1) – Cavigal Nice Basket 06 (8)
BC Montbrison Féminin (2) – Pays Voironnais Basket Club (7)
C’Chartres Basket Féminin (3) – BC La Tronche-Meylan Féminin (6)
USO Mondeville Basket (4) – Toulouse Métropole Basket (5)

DEMI-FINALES – 20 & 24 & 28 AVRIL 2024 (20H00 et 15h30)

Les demi-finales opposeront les équipes selon l’ordre suivant :

- Vainqueur 1/8 contre Vainqueur 4/5
- Vainqueur 2/7 contre Vainqueur 3/6

FINALE – 04 & 12 & 18 MAI 2024 (20H00)

Retrouvez l’ensemble de l’actualité et des informations concernant la Ligue Féminine 2 sur https://lf2.ffbb.com/ et sur les réseaux sociaux de la Ligue Féminine de BasketBall.

Catégorie: 
Surtitre: 
Ligue Féminine 2 - Playoffs
Date d’écriture: 
Dimanche, 31. Mars 2024
Vignette: 
Chapeau: 
Vingt-deux journées après l’ouverture du championnat, l’antichambre de la Ligue Féminine de Basketball vient de clore sa saison régulière 2023-2024. À l’issue de cette première phase, huit équipes continuent l’aventure pour tenter de remporter le titre de Champion de France de Ligue Féminine 2 et d’accéder à l’élite du basket féminin français*.
Pour Newsletter: 
Mise en avant sur l'App mobile FFBB (heighlight): 
Non

Un duel Nice-Feytiat pour une place en playoffs

Corps: 

Toute la fin de la saison, le Cavigal Nice Basket 06 et le Feytiat Basket 87 auront joué au chat et à la souris pour savoir qui sauverait sa peau. Maintenant que le maintien est assuré à la suite des deux victoires mémorables de la semaine dernière et de la défaite du Champagne Basket Féminin, les deux formations se retrouvent de nouveau face à face. Avec 29 points chacune au compteur, celle qui aura le dernier mot sur le parquet du Complexe Sportif Leyrit continuera l’aventure en playoffs. Pour l’autre, direction les vacances. Nice et Feytiat sont prévenus, ce sera quitte ou double.

Dans le reste des rencontres, il y aura encore des choses à jouer pour se positionner en vue du début des choses sérieuses dès samedi prochain à commencer par Mondeville. En déplacement à Toulouse, les joueuses de Morgan Debrosse peuvent encore espérer s’emparer de la 4ème place détenu par le TMB et profiter de l’avantage du terrain le 06 avril. Peu importe le résultat, il s’agira d’une répétition des deux côtés avant les playoffs. Pour la Tronche-Meylan et Chartres à l’extérieur, la saison régulière se terminera en apothéose face à deux adversaires de haut de tableau avec Montbrison et Aulnoye. Enfin pour Reims et Illkirch-Graffenstaden, ce sera l’heure du dernier tour de piste contre le Pôle France et Voiron.

Le programme de la journée n°22

Samedi 30 avril 2024

Toulouse Métropole Basket – USO Mondeville Basket (20H00 I Diffusé sur YouTube)
BC Montbrison Féminin – BC La Tronche-Meylan Féminin (20H00 I Diffusé sur YouTube)
Champagne Basket Féminin – Pôle France Basketball (20H00 I Diffusé sur Facebook)
AS Aulnoye Basket – C’Chartres Basket Féminin (20H00 I Diffusé sur Facebook)
Pays Voironnais Basket Club – S. Illkirch-Graffenstaden (20H00 I Diffusé sur YouTube)
Cavigal Nice Basket 06 – Feytiat Basket 87 (20H00 I Diffusé sur Facebook via MyPlay)

Retrouvez dès à présent en complément du site Internet lf2.ffbb.com, l'ensemble de l'actualité, des highlights et des coulisses de la Ligue Féminine 2 sur :

- Facebook (https://www.facebook.com/liguefemininedebasket)
- X (https://twitter.com/basketlfb/media)
- Instagram (https://www.instagram.com/basketlfb/?hl=fr)
- TikTok (https://www.tiktok.com/@basketlfb)

Catégorie: 
Surtitre: 
Ligue Féminine 2 - Journée n°22
Auteur: 
Thomas Puentes
Date d’écriture: 
Vendredi, 29. Mars 2024
Vignette: 
Chapeau: 
Clap de fin samedi soir pour la saison régulière de Ligue Féminine 2 avec un dernier acte au sommet pour le 8ème et 9ème au classement. Le résultat de leur affrontement sur la Côte d’Azur déterminera le tableau complet des phases finales de l’antichambre de l’élite.
crédit: 
Cavigal Nice Basket 06
Pour Newsletter: 
Mise en avant sur l'App mobile FFBB (heighlight): 
Non

L’immense Ashten Prechtel

Corps: 

Que la concurrence était rude en cette 20ème journée pour le titre de meilleure joueuse autour de Prechtel. Entre Cornelia Fondren (16 points, 17 rebonds, 6 passes, 4interceptions, 32 d’évaluation), le duo de Feytiat, Amali Montout (23 points, 7 rebonds, 31 d’évaluation) et Caroline Misset-Villeger (22 points, 6 rebonds, 10 passes, 30 d’évaluation) ou encore sa coéquipière Shelby Saint-Juste (18 points, 18 rebonds, 30 d’évaluation), difficile de sortir du lot. Mais c’est bien la poste 5 normande qui a fait exploser les compteurs.

Depuis son arrivée à Mondeville, l’ancienne pensionnaire de l’université de Standford, avec laquelle elle sera championne NCAA en 2021, affole les compteurs semaine après semaine. Frôlant régulièrement les 30 points d’évaluation, la meilleure rebondeuse et contreuse de la division est clairement le facteur X qui aura permis à l’USOM de redresser la barre. Dominante au possible en attaque et arme de dissuasion massive en défense (15,9 points, 11,9 rebonds, 1,8 interceptions, 1,4 contres, 20,3 d’évaluation de moyenne en 29 minutes), Prechtel n’a pas changé de registre contre la jeunesse du Pôle France : 28 points, 17 rebonds, 2 passes et 3 contres pour 33 d’évaluation.

Une première distinction pour la native de Pennsylvanie qui s’affiche clairement dans la course au titre de MVP de la saison régulière.

Catégorie: 
Surtitre: 
MVP LF2 - Journée n°21
Auteur: 
Thomas Puentes
Date d’écriture: 
Mardi, 26. Mars 2024
Vignette: 
Chapeau: 
L’intérieure américaine (1,96m – 22 ans) a écrit un nouveau chapitre de sa domination sur les raquettes de Ligue Féminine 2 avec un double-double monstrueux pour permettre à Mondeville de sortir du piège tendu par le Pôle France.
crédit: 
Simon Abraham/FFBB
Pour Newsletter: 
Mise en avant sur l'App mobile FFBB (heighlight): 
Non

Aventure terminée pour Reims, Nice et Feytiat sauvés

Corps: 

Reims – Montbrison : 58-63 / Voir le replay

Les Pétillantes jouaient leur survie samedi soir mais malheureusement, Montbrison a brisé les espoirs des protégées d’Aurélie Lopez. Déjà que leur sort n’était plus entre leurs mains, dépendant notamment d’une défaite de Nice ou Feytiat pour rester dans la course, ce baroud d’honneur n’aura pas été concluant. Bien que remontées, vu l’enjeu de l’événement et l’absence de cadres sur le terrain en la personne de Danni Williams et Victoria Harris, l’effectif ligérien de Corinne Benintendi mettra les choses au clair dès le deuxième quart. Avec un 23-6 mené par une Laura Oliviera dominante (24 points, 8 rebonds, 6 passes), le break est fait (22-40, 20’). La formation rémoise tentera corps et âme de revenir mais s’échouera à quelques unités d’une chance d’espérer encore. Une défaite qui marque officiellement la fin d’une aventure de plus d’une décennie en Ligue Féminine 2 démarrée sous les couleurs du Reims Basket Féminin.

Nice – Chartres : 89-68

Ce maintien, les joueuses d’Alexandre Michailoff l’ont mérité. Après avoir renversé Voiron la semaine dernière alors que Reims et Feytiat étaient à leurs trousses, les niçoises ont frappé très fort sur leurs terres. Dès la première mi-temps, Chartres n’arrive pas à contenir le feu du Cavigal dirigé par Blessing Ejiofor (23 points) et Cornelia Fondren (18 points, 17 rebonds, 6 passes). En l’espace de vingt minutes, les Bluelights encaissent 55 points. Un fait inédit pour la meilleure défense du championnat qui ne comptait pour le moment que 58,3 points encaissés de moyenne par match. L’écart continuera de grossir dépassant même les 30 unités (68-35, 25’). Une victoire avec la manière pour s’offrir une nouvelle saison en LF2. Maintenant, c’est la qualification en playoffs que les Niss’Angels tenteront d’accrocher la semaine prochaine.

Feytiat – Voiron : 98-63 / Voir le replay

Comme Nice, les planètes étaient alignées pour le Feytiat Basket 87. Même si le premier acte laisse entrevoir une guerre de tranchées entre les deux formations, le deuxième ne laissera pas planer le doute. D’entrée, les joueuses de Cyril Sicsic ne laissent aucune chance à des iséroises encore diminuées. En l’espace de quatre minutes, l’écart bondit de trois unités à quinze (57-42, 24’). Le début d’une démonstration à sens unique où Alexa Middleton (17 points), de retour dans la salle Roger Couderc, aux côtés de Fabienne Constant (18 points), auront tenté de porter les leurs. Sans succès contrairement à Caroline Misset-Villeger qui fleurte avec le triple-double (22 points, 6 rebonds, 10 passes) et une nouvelle sortie très solide d’Amali Montout (31 d’évaluation). Désormais, ce sera quitte ou double samedi prochain si le club de Haute-Vienne veut retrouver les playoffs.

La Tronche-Meylan – Toulouse : 81-70 / Voir le replay

Une sixième place validée avec la manière pour le BCTMF. Même si les débuts sont à l’avantage des toulousaines (2-13, 4’), la balance se rééquilibre très rapidement par une séquence de Margot Bienvenu qui embrase la salle d’une salve de trois banderilles. La Tronche-Meylan est relancé. L’équilibre présent jusqu’à la mi-temps (42-42) se rompra au retour des vestiaires où les iséroises prendront le dessus, appuyant sur le duo intérieur Diarisso – Pautou ainsi que la scoreuse en chef, Jade Philipps (20 points). Le mal est fait. Toulouse, malgré un retour aux affaires, laissera filer la victoire.

Pôle France – Mondeville : 95 – 97 / Voir le replay

Déjà la semaine dernière, les protégées de Cathy Melain et Vincent Bourdeau avaient fait frémir un moment Montbrison. Cette semaine, c’est Mondeville qui a failli plonger. Jouant le meilleur basket de leur saison, les pensionnaires de l’INSEP feront douter l’USOM du début à la fin. Dans le sillage de Nell Angloma (23 points, 15 rebonds), le trio Cléante – Guillet – Loubens (15 points chacune) prend feu. Un momentum qui tiendra dix minutes avant que le raquette normande ne fasse du bruit. Prechtel (28 points, 17 rebonds) et Saint-Juste (18 points, 18 rebonds) font trembler les paniers du complexe Nelson Paillou. Le match se rééquilibrera après la mi-temps sur un coup du Pôle France. Le duel yeux dans les yeux, impossible à départager dès le retour à niveau des coéquipières de Stella Colas, durera jusqu’à la dernière seconde d’une prolongation où Lucile Jérôme libérera les siennes derrière l’arc.

Illkirch-Graffenstaden – Aulnoye : 48-81 / Voir le replay

Pour sa dernière à domicile, la SIG a tenu le leader à proximité pendant vingt minutes avant de faire face au rouleau compresseur nordiste. Logique respectée ainsi en Alsace où Daramy (18 points) et Gaye (17 points) auront tenu la baraque avec une Hélène Jakovljevic toujours aussi précieuse (11 points, 5 rebonds, 9 passes).

Catégorie: 
Surtitre: 
Ligue Féminine 2 - Journée n°21
Auteur: 
Thomas Puentes
Date d’écriture: 
Lundi, 25. Mars 2024
Vignette: 
Chapeau: 
Défait par Montbrison à domicile, le Champagne Basket Féminin est désormais condamné à rejoindre la NF1 la saison prochaine, bloqué à la 10ème place tandis que Nice et Feytiat réagissent au bon moment. Une réaction qui permettra aux deux formations de rempiler dans l’antichambre de l’élite pour une saison de plus.
crédit: 
Teddy Picaudé - Champagne Basket Féminin
Pour Newsletter: 
Mise en avant sur l'App mobile FFBB (heighlight): 
Non

Quand les extrémités se rencontrent

Corps: 

Deux matchs pour espérer continuer l’aventure en Ligue Féminine 2, c’est l’ultimatum imposé par la force des choses à Reims depuis sa défaite de la semaine dernière à Toulouse. L’accueil de Montbrison à René Tys risque pimenter un peu les choses car le collectif rémois aura la lourde tâche de négocier avec la deuxième meilleure défense du championnat. Une formation ligérienne que très peu de d’équipes auront réussi à faire plier, bien que les Pétillantes ne soient pas passées loin à l’aller. Bien que Nice ait pu respirer la semaine dernière, le promu n’est toujours pas sorti d’affaire. Et Chartres ne risque pas de lui rendre le travail facile. Cependant, il est à noter que les joueuses d’Alexandre Michailoff n’ont pas toujours pas concédé de défaite en 2024 sur leurs terres. Une série qu’il faudra continuer face à un effectif eurélien qui arrive en rythme en prévision des playoffs. Pour Feytiat, ce sera Voiron au programme.  Après avoir pris de plein fouet Chartres et Aulnoye, les Diablesses espèrent de tout cœur enfin retrouver le chemin de la victoire avant un match contre Nice la semaine prochaine qui sera décisif pour leur avenir. Voiron sera dans la même posture après le revers concédé à domicile face aux azuréennes du Cavigal.

Dans un autre style, les Félines de l’AS Aulnoye Basket iront défier la SIG pour ce qui s’apparente, très certainement, à leur dernière rencontre à domicile dans la division. L’occasion pour le groupe de Fabien Kaerlé de terminer en beauté avec un hold-up mais le leader ne voudra très certainement couper sa série de seize victoires consécutives. Pour le Pôle France, Mondeville fera le déplacement en Île-de-France. Pour le moment à la 5ème place du classement général, les Lionnes de Morgan Debrosse devront s’imposer pour solidifier leur position en vue des playoffs tandis que la Tronche-Meylan et Voiron restent en embuscade. Pour finir, le BCMTF accueillera dans son fief Toulouse avec l’espoir de réaliser le même match qu’à l’aller.

Le programme de la journée n°21

Samedi 23 mars 2024

BC La Tronche-Meylan Féminin – Toulouse Métropole Basket (20H00 I Diffusé sur Facebook via le Sport Dauphinois)
Pôle France Basketball – USO Mondeville Basket (20H00 I Diffusé sur YouTube)
S.Illkirch-Graffenstaden – AS Aulnoye Basket (20H00 I Diffusé sur YouTube)
Champagne Basket Féminin – BC Montbrison Féminin (20H00 I Diffusé sur Facebook)
Cavigal Nice Basket 06 – C’Chartres Basket Féminin (20H00 I Diffusé sur Facebook via MyPlay)
Feytiat Basket 87 – Pays Voironnais Basket Club (20H00 I Diffusé sur YouTube)


Retrouvez dès à présent en complément du site Internet lf2.ffbb.com, l'ensemble de l'actualité, des highlights et des coulisses de la Ligue Féminine 2 sur :

- Facebook (https://www.facebook.com/liguefemininedebasket)
- X (https://twitter.com/basketlfb/media)
- Instagram (https://www.instagram.com/basketlfb/?hl=fr)
- TikTok (https://www.tiktok.com/@basketlfb)

Catégorie: 
Surtitre: 
Ligue Féminine 2 - Journée n°21
Auteur: 
Thomas Puentes
Date d’écriture: 
Vendredi, 22. Mars 2024
Vignette: 
Chapeau: 
Alors que certains à l’image de Nice, Feytiat ou encore Reims jouent leur vie sur ce dernier sprint de la saison régulière, l’affiche du week-end risque de corser les choses avec un croisement face aux leaders de la division.
crédit: 
Audrey Akakpo/FFBB
Pour Newsletter: 
Mise en avant sur l'App mobile FFBB (heighlight): 
Non

"Je ne me fixe pas de limites"

Corps: 

En 2022, vous reveniez en France et signiez à Feytiat votre premier contrat professionnel. Après cinq années de formation aux Etats-Unis, quels débuts espériez-vous ?

J’étais très contente de rentrer car cinq années à l’étranger, c’est assez long. Je jouais au Texas, dans la banlieue de Dallas et forcément, on se fait un peu oublier du circuit lorsqu’on part si loin. Ma première année chez les pros a plutôt bien commencé mais au fil de la saison, la situation est devenue plus compliquée individuellement. Je n’étais pas performante mais je ne cherche pas de fautif ni ne blâme le coach, je n’entrais simplement pas dans ce qu’il me demandait.

Il y a tout juste un an, lorsque votre rôle commençait à réduire significativement, imaginiez-vous pouvoir inverser la tendance en quelques mois seulement ?

Oui, complètement. Je m’imaginais performer dans une situation différente, simplement car j’ai bossé pour ça. J’ai trimé aux Etats-Unis en m’entraînant jusqu’à trois fois par jour donc je savais que mon travail allait payer. J’attendais la bonne opportunité.

Et c’est donc à Montbrison qu’elle est finalement arrivée…

C’était l’offre la plus concrète en LF2 et la présence de Corinne Benintendi a fait pencher la balance. Elle est très forte pour monter des équipes de joueuses qui ont la hargne ou une revanche à prendre. J’ai signé en tant que remplaçante mais comme je peux évoluer sur les postes 4 et 5, ça offrait potentiellement plus de temps de jeu. Corinne m’avait dit que j’aurais ma chance, j’ai su la saisir.

Concrètement, comment passe-t-on d’une ligne de statistiques anecdotique (2,6 points et 1,7 rebond la saison dernière) à des chiffres de joueuse majeure (12,9 points et 4,8 rebonds) ?

Ça parait un peu aberrant mais c’est simplement grâce à un système qui me convient et dans lequel je peux apporter. Evidemment, tout n’a pas changé en six mois. Ce sont des années de travail qui paient maintenant.

Avez-vous réalisé un travail particulier l’été dernier pour mieux appréhender le basket pratiqué en LF2 ?

Je suis partie m’entraîner aux Etats-Unis, j’ai passé six semaines sur mon ancien campus. Je travaillais individuellement le matin puis avec l’équipe l’après-midi. C’était intense mais au niveau professionnel, on sait que nos saisons se jouent pendant l’été.

Vos statistiques sont valorisées par la 2e place du BCMF au classement. Les ambitions du club sont-elles revues à la hausse ?

Sur le papier, je pense que peu de gens auraient mis une pièce sur nous, même nos dirigeants. Ce groupe est extraordinaire, je n’ai pas les mots pour le décrire. On joue bien au basket ensemble et on s’adore. C’est une chance de vivre une saison comme celle-ci. Aujourd’hui, on vise simplement le plus haut possible. Nous devons rêver de finale car nous travaillons dur pour ça.

Avez-vous esquissé un plan de carrière ? Que souhaitiez-vous en revenant en France ?

L’objectif était clairement de prendre du plaisir en se réadaptant au jeu français. Je ne me fixe pas de limites. J’ai bossé dur pour devenir joueuse professionnelle dans mon pays et je veux profiter de cette situation.

Catégorie: 
Surtitre: 
Interview - Basketball Magazine
Auteur: 
Jérémy Barbier
Date d’écriture: 
Mercredi, 20. Mars 2024
Vignette: 
Chapeau: 
C’est sans aucun doute la révélation de la saison en LF2. Très discrète lors de sa première année professionnelle, l’intérieure Emma Villas-Gomis (1,92 m, 25 ans) est aujourd’hui l’une des meilleures intérieures du championnat à Montbrison.
crédit: 
BC Montbrison Féminin
Pour Newsletter: 
Mise en avant sur l'App mobile FFBB (heighlight): 
Non

Lucile Jérôme brille de mille feux

Corps: 

Un jeu "flashy", beaucoup de culot, un vrai capacité à dégainer derrière l'arc ... un profil familier qui semble nous rappeler une autre joueuse passée par le centre de formation de Mondeville. Pour son premier vrai exercice en Ligue Féminine 2, celle qui fut surnommée dans la presse locale "la petite Johannès" réalise un premier exercice plus qu'honorable dans une équipe renouvelée quasi-intégralement après le départ de l'historique Romain Lhermitte. Rapatriée par Morgan Debrosse en provenance d'Ifs, l'arrière normande fait encore preuve d'irrégularité, normale pour son âge mais a déjà prouvé toute sa valeur. 21 d'évaluation contre Nice, 18 contre Montbrison et désormais un nouveau record en carrière.

Prenant feu pour permettre aux siennes de creuser l'écart dans le deuxième quart, Lucile Jérôme crève l'écran : 19 points, 9 rebonds, 1 passe et 3 interceptions pour 27 d'évaluation.

Véritable facteur x côté normand, l'internationale tricolore U20 sera un des potentiels à suivre sur les playoffs.

Catégorie: 
Surtitre: 
MVP LF2 - Journée n°20
Auteur: 
Thomas Puentes
Date d’écriture: 
Mardi, 19. Mars 2024
Vignette: 
Chapeau: 
En pleine prise de confiance depuis quelques semaines, la championne d'Europe U20 a porté les Lionnes de l'USO Mondeville Basket pour faire fléchir la Tronche-Meylan dans l'ancien Palais des Sports de Caen.
crédit: 
Simon Abraham/FFBB
Pour Newsletter: 
Mise en avant sur l'App mobile FFBB (heighlight): 
Non

Pages

S'abonner à RSS - LF2