Nicolas Batum

Equipe de France masculine
Comment ça va Nicolas Batum ?
On est allé prendre des nouvelles de Nicolas Batum : les conditions de reprise de l'entrainement à Charlotte, son top 3 des Equipes de France, son regard lucide sur cette saison avec les Hornets,...
"Un moment émouvant dans une carrière"
Pour son premier entraînement avec les Charlotte Hornets à Paris, Nicolas Batum est apparu tout sourire auprès des médias. Particulièrement fier de disputer le premier match N...
Êtes vous prêts pour les finales 2019 ?
A quelques semaines des finales de la Coupe de France, le show se prépare. Les équipes s'organisent, les supporters se chauffent la voix et vous, êtes vous prêts ? Découv...
Charlotte et Batum y croient encore
En s'imposant cette nuit 110 à 106 face à Toronto, les Charlotte Hornets et Nicolas Batum entretiennent l'espoir d'une éventuelle qualification pour les playoffs.
Double-Double pour Nicolas Batum
Cette nuit en NBA, Nicolas Batum a joué un rôle très important lors de la victoire des Hornets face aux Suns (106-102). Joffrey Lauvergne avec Chicago et Alexis Ajinça avec New Orleans se sont égaleme...
Batum frôle le triple-double
Cette nuit, Joffrey Lauvergne est le seul français a avoir connu la victoire, po...
Batum et les Hornets renouent avec la victoire
Un Batum complet mais pas de victoire
Batum le plus en vue

Pages

Triple-double pour Batum

Surtitre: 
Français de NBA
Auteur: 
Sylvain Bourdois Chupin
Date d’écriture: 
Jeudi, 10. Décembre 2015
Vignette: 
Nicolas Batum
Chapeau: 
Cette nuit lors de la victoire de Charlotte face à Miami, Nicolas Batum a confirmé son bon début de saison en réalisant son premier triple-double de l'exercice. Il termine avec 10 points à 3/9 aux tirs, 11 rebonds et 11 passes
Social_posts: 
<iframe width="560" height="315" src="https://www.youtube.com/embed/fK4FfxYL-2I" frameborder="0" allowfullscreen></iframe>

Séjour exceptionnel à San Francisco et Los Angeles

Corps: 
Ce fabuleux séjour se déroule du 24 janvier au 2 février pour un total de 8 nuits (4 à San Francisco et 4 à Los Angeles). A partir de 2 950 euros, vous pourrez ainsi combiner la découverte de la Côte Ouest Américaine avec des matchs NBA à San Francisco et Los Angeles.
 
Matchs inclus:
Golden State Warriors VS San Antonio Spurs le 25 janvier à l'Oracle Arena d'Oakland
 Los Angeles Clippers VS Los Angeles Lakers le 29 janvier au Staples Center de Los Angeles
Los Angeles Lakers VS Charlotte Hornets le 31 janvier au Staples Center de Los Angeles
 
Possibilité d'assister à d'autres matchs en option.
 
Catégorie: 
Surtitre: 
Voyage Basket US
Date d’écriture: 
Lundi, 30. Novembre 2015
Vignette: 
Chapeau: 
Gate-One Voyages et la FFBB vous proposent un voyage Basket US d’exception en janvier-février 2016 sur le Côte Ouest des Etats-Unis ! Au programme : les Spurs de Tony Parker et de Boris Diaw face aux Champions en titre, les Warriors de Golden State, le derby de Los Angeles entre les Lakers et les Clippers et enfin le duel entre Kobe Bryant (LA Lakers) et Nicolas Batum (Charlotte Hornets) !
crédit: 
FFBB/NS

Batum trouve peu à peu ses marques

Corps: 

Dans les autres matches de la nuit, LaMarcus Aldrige s'est rappelé au bon souvenir des fans des Blazers. Les Spurs de Tony Parker (11 points, 5/8 aux tirs, 5 passes en 30') et Boris Diaw (6 points, 4 passes et 5 rebonds en 18 minutes) se sont imposés 113-101 dans l'Oregon.

Nouveau match plein pour Ian Mahinmi (11 points, 2 rebonds, 3 contres) lors de la victoire des Indiana Pacers face aux Boston Celtics.

Alexis Ajinça a été peu utilisé (0 point, 2 rebonds en 9') lors de la défaite des Pelicans face aux Atlanta Hawks.

Surtitre: 
Français de NBA
Auteur: 
Sylvain Bourdois Chupin
Date d’écriture: 
Jeudi, 12. Novembre 2015
Vignette: 
Nicolas Batum
Chapeau: 
Cette nuit face à New York, Nicolas Batum a réalisé l'un de ces meilleurs matches de la saison (24 points, 10/18 aux tirs, 5 rebonds en 36') et permis à son équipe de rester au contact des Knicks et de finalement l'emporter lors d'un final très indécis (panier au buzzer de Porzingis refusé). Autre français en verve, Evan Fournier qui a cumulé 16 points, 6 passes et 5 rebonds lors de la victoire au buzzer du Magic face aux Lakers.
Social_posts: 
<iframe width="560" height="315" src="https://www.youtube.com/embed/Fe9xtxqRH9w" frameborder="0" allowfullscreen></iframe>

Chuter… se relever

Corps: 
France-Serbie. Dimanche au Stade Pierre Mauroy. L’affiche que tout le monde attendait. Mais à 19h00, pour décrocher l’or européen. Les deux équipes qui sont restées invaincues jusqu’aux demi-finales ont trébuché au plus mauvais moment. 24 joueurs traumatisés entreront donc sur le parquet et l’issue de ce match pour le bronze tiendra en partie dans la capacité des uns ou des autres à surmonter la déception. Pour les Bleus, cette rencontre est l’occasion de décrocher une quatrième médaille lors des cinq dernières compétitions internationales. Une perspective loin d’être anecdotique et qui revenait dans tous les discours, vendredi puis samedi. "Les joueurs comprennent les enjeux et sont déterminés à aller jusqu’au bout", estime Vincent Collet. "Ce match est le lancement d’une nouvelle aventure olympique. Le réussir serait un présage favorable."
 
Boris Diaw, le capitaine, s’est efforcé de remobiliser les troupes qui, après avoir eu un peu de temps libre pour panser les plaies, ont replongé dans la préparation d’un adversaire qu’ils connaissent parfaitement pour l’avoir affronté l’an passé en demi-finale de la Coupe du Monde puis à deux reprises en préparation. Des Serbes qui, eux aussi, n’avaient que l’or en tête et dont le leader, Milos Teodosic, est apparu tout aussi marqué que Tony Parker par la défaite en demi. Alors qui de la Serbie ou de la France, qui devrait retrouver une rotation plus large à l’occasion de ce match, aura la tête et les jambes pour finir sur une note positive ? Les Bleus, à l’image de Nicolas Batum, ont déjà trouvé leur source de motivation : "Parce qu’il y a eu aussi beaucoup de travail fait par la Fédération, les bénévoles, le staff pour organiser ici, en moins d’un an, un événement extraordinaire jamais vu auparavant en Europe. Et on ne peut pas repartir sans rien. Par respect pour tout le monde et envers nous-mêmes, on doit gagner ce match, et on le gagnera."
 
Surtitre: 
EuroBasket 2015
Auteur: 
Julien Guérineau, service de presse
Date d’écriture: 
Samedi, 19. Septembre 2015
Vignette: 
Chapeau: 
L’Equipe de France affronte la Serbie, dimanche à 14h00 (en direct sur Canal + Décalé) pour tenter de décrocher la médaille de bronze de l’EuroBasket 2015.
crédit: 
Bellenger/IS/FFBB

Nuit tragique

Corps: 
Il fallait y être. Samedi dernier, un record d’Europe est tombé au Stade Pierre Mauroy de Lille avec 26135 spectateurs. Jeudi, ce total a été dépassé mais c’est surtout dans une ambiance véritablement exceptionnelle que les Bleus ont disputé leur demi-finale de l’EuroBasket. L’Espagne jouit d’une vraie cote d’impopularité auprès du public français et cette animosité a transcendé un public qui a tout tenté pour porter ses joueurs vers la finale et les Jeux Olympiques.
 
Dès les premiers instants, l’Equipe de France a posé sa patte sur une rencontre qui, à coup sûr, occupera une place de choix dans les livres d’histoire du basket tricolore, malgré sa terrrible conclusion. Comme souvent dans cet EuroBasket, Nando De Colo et Rudy Gobert ont frappé les premiers. L’arrière du CSKA aussi à l’aise dans le drive que sur les tirs de loin, le pivot du Jazz dominateur dans le contrôle du rebond. En face seul un Pau Gasol impérial empêchait les siens de sombrer après une interception et un dunk de Nicolas Batum (13-6). Mais un passage en zone et l’entrée du magicien Sergio Rodriguez allaient assez rapidement modifier le cours des choses.
 
Le joueur du Real Madrid a donné le rythme qui manquait à l’attaque de la Roja par sa maîtrise du pick n’roll et la qualité de ses passes. Alors qu’elle semblait dans les cordes, l’Espagne a relevé la tête et rendu les coups. Et lorsque Rudy Fernandez a réglé la mire peu avant la pause, un frisson a parcouru l’échine des 26922 supporters présents dans les tribunes (31-32).
 
La marche triomphale n’aura pas lieu et c’est une guerre des nerfs qu’il faudra gagner. Avec comme héros les soldats de l’ombre. Joffrey Lauvergne entré pour faire souffler Gobert, frappe à deux reprises de loin puis Mickaël Gélabale, touché à la cuisse en quart de finale mais au sang-froid toujours indispensable dans les matchs, permettent aux Bleus de trouver la parade sur la zone press mise en place par Sergio Scariolo. En face Gasol poursuit son entreprise de démolition, provoquant faute sur faute pour alimenter la marque aux lancers-francs (54-44).
 
Si les Bleus ne parviennent jamais à creuser un écart supérieur à cette dizaine d'unités, ils ne lâchent rien en défense, bien aidés également par l'incapacité de leurs adversaires à trouver la distance derrière la ligne primée. Ils payent cependant un lourd tribut aux fautes et petit à petit la Roja grignote son retard. Elle repousse les attaquants français loin du cercle et pendant de longues minutes, ceux-ci restent muets et Gasol, sur un dunk puis un bras roulé refait passer l'Espagne en tête à la faveur d'un 0-10 à deux minutes de la fin. Sur un lay-up de Sergio Rodriguez le pire cauchemar du public semble sur le point de se réaliser (63-66) mais Nicolas Batum décoche un fabuleux tir primé en sortie de temps-mort et Rudy Gobert contre Pau Gasol sur l’ultime possession. Prolongation !
 
Cinq minutes supplémentaires d’un suspense insoutenable où Gobert, héroïque repoussera longtemps Pau Gasol avant de sortir pour cinq fautes. Un coup de sifflet déterminant puisque, menant 75-74, la France encaissera un terrible 6-1 pour finir, manquant au passage six lancers-francs dans la prolongation. Avec 40 points, Pau Gasol est bien le plus grand.
Les réactions
Boris Diaw : "Nous avons respecté notre plan de jeu pendant 37 minutes. Je ne sais pas pourquoi cela s’est arrêté pendant 3 minutes mais cela nous a été fatal. Et bien évidemment les lancers-francs nous ont coûté cher. Mais nous n’aurions pas dû nous retrouver dans cette situation. Maintenant il faut trouver la motivation pour gagner une médaille devant nos fans."
 
Vincent Collet : "Défensivement nous avons fait globalement ce que nous voulions malgré la domination de Pau Gasol. Je pense que la clé a été le troisième quart-temps avec des coups de sifflet qui lui ont donné des lancers-francs. C’était trop facile pour eux de marquer rapidement alors que nous devions aller chercher des paniers. Il y a trop de différence au niveau des fautes. Nous ne sommes pas allés sur la ligne pendant la première mi-temps. Gasol est un joueur fantastique mais la FIBA doit faire en sorte qu’il soit sifflé normalement. Après ce match nous avons besoin de temps… et moi le premier. Si la tristesse est infinie, il ne faut pas abandonner."

Surtitre: 
EuroBasket 2015
Auteur: 
Julien Guérineau, service de presse
Date d’écriture: 
Jeudi, 17. Septembre 2015
Vignette: 
Chapeau: 
L'Equipe de France a vu son rêve se briser en demi-finale de l'EuroBasket face à un Pau Gasol de légende (40 points). Battus 80-75 les Bleus joueront pour le bronze dimanche et devront en passer par un périlleux tournoi de qualification olympique pour aller à Rio.
crédit: 
Bellenger/IS/FFBB

Nos meilleurs ennemis

Corps: 
"Cela aurait été bizarre de ne pas avoir un France-Espagne à cet EuroBasket". Tony Parker en sourit. Jeudi soir, il verra, comme bien souvent ces dernières années, se dresser la Roja sur la route pour la gloire des Bleus. En conférence de presse, les joueurs français ont évoqué la "rivalité", "l’histoire d’amour" mais aussi "le respect" entre les deux formations. "Je n’ai jamais eu de haine contre eux. Simplement je voulais être à leur place. Ils m’ont poussé à revenir chaque été avec l’Equipe de France", glisse Parker. Moins poétiques, dans ce qui aurait pu rester dans l’intimité d’un regroupement de fin de match mais que les caméras de télévision ont capté, les Espagnols ont exprimé une motivation claire "nous sommes venus ici pour battre la France". Une bravade destinée sans aucun doute à un public qui ne les a pas épargnés depuis leur arrivée à Lille.
 
Des fans qui n’ont pas oublié que les troupes de Sergio Scariolo ont souvent brisé les rêves de grandeur des Bleus. En 2009 (quart de finale, EuroBasket), 2011 (finale, EuroBasket) et 2012 (quart de finale, Jeux Olympiques), la balance a systématiquement penché en faveur d’une équipe qui a longtemps dominé le basket européen. "Si on jouait notre meilleur basket et qu’eux jouaient leur meilleur basket, ils gagnaient. Et on le savait", résume Boris Diaw. Mais en 2013 (demi-finale, EuroBasket) et 2014 (quart de finale, Coupe du Monde) la France a repris l’avantage et marqué les esprits l’an passé, à Madrid, lors d’une compétition qui devait couronner une génération. "On a vu la déception du public, la tête des joueurs. On ne veut surtout pas vivre ça", souffle Nicolas Batum. Même handicapée par les absences de Marc Gasol, Ricky Rubio, Jose-Manuel Calderon et Juan-Carlos Navarro, l’Espagne n’en demeure pas moins une bête dangereuse du fait de la présence de Pau Gasol.
 
A 35 ans le pivot des Bulls règne sur l’EuroBasket : 23,6 points à 58,9%, 8,0 rebonds, 3,0 passes décisives, 2,1 contres. Des chiffres de MVP. "Gasol a tout gagné avec l’équipe nationale. Il est revenu cette année pour une raison : nous battre", prévient Vincent Collet. Avec moins de rotations que par le passé, Sergio Scariolo, de retour aux affaires après la parenthèse Orenga, a ralenti le jeu, tout entier construit autour de sa tour de contrôle qu’il protège également contre les fautes en envoyant ses arrières appliquer une pression constante sur les porteurs de ballon adverses. Grâce à sa maîtrise unique du pick n’roll, à la grinta du duo du Real Madrid Sergio Rodriguez-Sergio Llull et à la montée en puissance de Nikola Mirotic l’Espagne est toujours en vie dans et dispute sa 9e demi-finale consécutive dans un EuroBasket ! "Il est important de les craindre mais pas d’avoir peur", conclut Vincent Collet. Le classico reprend, jeudi soir, 21h00.
Surtitre: 
EuroBasket 2015
Auteur: 
Julien Guérineau, service de presse
Date d’écriture: 
Jeudi, 17. Septembre 2015
Vignette: 
Chapeau: 
Jeudi soir à 21h00 (en direct sur Canal + Sport et France 3), l’Equipe de France retrouve l’Espagne en demi-finale de l’EuroBasket. Une rivalité devenue un classique avec, en jeu, une place en finale et un billet direct pour les Jeux Olympiques de Rio.
crédit: 
Bellenger/IS/FFBB

Une mise au point

Corps: 

Six jours après avoir raté dans les grandes largeurs son début de match contre la Finlande, l’Equipe de France avait visiblement à cœur de remettre les pendules à l’heure pour sa première sortie à domicile, bien aidée dans sa tâche par le retour de Nicolas Batum, Nando De Colo et Boris Diaw, absents à Tempere mais alignés dans le cinq majeur au côté de Tony Parker et Rudy Gobert. Un ensemble particulièrement séduisant qui va donner un aperçu du potentiel tricolore. Agressifs défensivement, rapides, altruistes, les Bleus font le show. L’écart va atteindre les 10 unités (19-9) avant que les médaillés d’argent ne haussent le ton dans la dureté, changeant radicalement la physionomie d’un match marqué par les nombreuses rotations utilisées par des entraîneurs qui avaient choisi d’aligner 14 joueurs de chaque côté. Indispensable également pour lutter contre la chaleur étouffante qui s’est abattue sur l’Est de la France.

Dans le sillage du brillant Bogdan Bogdanovic la Serbie va se reposer sur sa réussite de loin pour patiemment recoller au score. Le jeu de transition va peu à peu disparaître pour laisser place à un basket demi-terrain particulièrement pauvre en points. Lors des 7 premières minutes du deuxième quart-temps, le tableau d’affichage reste bloqué, ou presque (de 25-22 à 29-24). Un trois-points  de Bjelica répond à une pénétration de Nando De Colo et à la pause, la France a maintenu l’essentiel de son matelas (33-27).

Désireux de voir son groupe hausser le ton défensivement, Vincent Collet a été entendu. Les champions d’Europe ferment l’accès à leur cercle avec comme vigie Rudy Gobert. Le pivot de Utah s’offre deux contres monumentaux sur ses vis-à-vis au retour des vestiaires et ajoute, de l’autre côté du terrain, un alley-oop qui enflamme le palais des sports Jean Weille. Parker tranchant et efficace à la création, Batum sans déchet et Diaw omniprésent, l’Equipe de France maintient son emprise sur la rencontre. Un moment de flottement en début de quatrième quart-temps permet cependant aux troupes de Sasha Djodjevic de signer un 2-10 dans le sillage du bûcheron Miroslav Raduljica, qui impose sa puissance dans la raquette (64-59).

Vincent Collet choisit de relancer son cinq majeur et le duo Parker-De Colo se charge d'éteindre ce début d'incendie. Si la préparation est encore longue et que la Serbie est privée de son maître à jouer, Milos Teodosic, les Bleus, après leur revers finlandais, ont un message à envoyer à un adversaire direct pour le titre. Ils le délivrent avec efficacité et application avec un succès 78-65, à confirmer dès dimanche contre la Russie, à Villeurbanne.

France bat Serbie 78-65

Nicolas Batum : "Ce n’était pas une mauvaise chose de prendre un coup derrière la tête d’entrée. Cela s’est ressenti tous les jours par la suite à l’entraînement, l’intensité a vraiment monté. La bonne chose ce soir c’est que lorsque la réussite nous a abandonnés, nous avons continué à défendre très fort."

Vincent Collet : "Le début du match était l’inverse de la rencontre en Finlande. Nous avons eu beaucoup de réussite et nous savions que cela n’allait pas durer. En défendant tout terrain et en mettant de gros shoots, ils sont revenus. Nous avons subi leur agressivité et avons perdu notre fluidité. D’autant plus que nous avons cessé de courir. En revanche la constance était là en deuxième mi-temps avec un meilleur apport du banc. C’est avec le deuxième cinq que nous passons à +13. Florent Pietrus, par son engagement, a donné le ton défensivement. Mais à nouveau nous nous sommes arrêtés en attaque et il a fallu des exploits de nos joueurs majeurs pour refaire l’écart. Ce qu’il faut retenir c’est que c’est un pas en avant. Et qui nous promet un match retour particulièrement difficile à  Belgrade. Il y eu de bonnes choses même s’il y a encore de nombreux domaines à améliorer."

Surtitre: 
EQUIPE DE FRANCE MASCULINE - PRÉPARATION À L'EUROBASKET 2015
Date d’écriture: 
Vendredi, 7. Août 2015
Vignette: 
Chapeau: 
L'Equipe de France a livré une prestation de qualité pour dominer la Serbie (78-65) à Nancy et enregistrer sa première victoire lors de sa préparation à l'EuroBasket.
crédit: 
Bellenger/IS/FFBB

12 joueurs pour la Finlande

Corps: 

Ce mercredi, Boris Diaw et Nicolas Batum ont quitté le groupe pour rejoindre Johannesburg (Afrique du Sud) et participer à un match d’exhibition, dans le cadre de l’opération « Basketball Without Borders », organisé par la NBA. Par conséquent les deux joueurs retrouveront le groupe France à Nancy la semaine prochaine et n’effectueront pas la rencontre de préparation en Finlande.

Fabien Causeur, victime d’une infection oculaire à gauche, a dû interrompre sa participation aux entraînements. Le bilan ophtalmologique réalisé à Pau a mis en évidence un risque de surinfection qui nécessite l’arrêt temporaire de toute activité physique et sportive. Fabien Causeur bénéficie d’un suivi régulier et les spécialistes se prononceront la semaine prochaine quand à la date de reprise. Il n’effectuera pas le déplacement avec les Bleus en Finlande.

Nando De Colo, qui souffrait d’une contracture musculaire du mollet droit, a repris l’entraînement collectif sans gêne, ce mercredi matin. Toutefois par mesure de précaution, le staff préfère exempter le joueur du déplacement en Finlande. Il sera de retour avec les Bleus à Nancy le mercredi 5 août.

C’est donc avec un groupe de 12 joueurs, que Vincent Collet quittera le territoire pour la Finlande vendredi matin.

Les 12 joueurs retenus pour Finlande - France à Tampere (Finlande) le 1er août :

Nom Prénom Date de naissance Taille Poste  Club 2014-2015
4 HEURTEL Thomas 10/04/1989 188 1 Anadolu Efes Istanbul (Turquie)
6 DIOT Antoine 17/01/1989 192 2-1 Strasbourg IG
7 LAUVERGNE Joffrey 30/09/1991 210 4-5 Denver Nuggets (NBA)
8 KAHUDI Charles 19/07/1986 197 2 – 3 Le Mans Sarthe Basket
9 PARKER Tony 17/05/1982 186 1 San Antonio Spurs (NBA)
10 FOURNIER Evan 29/10/1992 199 2-1 Orlando Magic (NBA)
11 PIETRUS Florent 19/01/1981 202 4 SLUC Nancy
14 AJINCA Alexis 06/05/1988 216 5 New Orleans Pelicans (NBA)
15 GELABALE Mickaël 22/05/1983 202 2 – 3 Limoges CSP
16 GOBERT Rudy 26/06/1992 215 5 Utah Jazz (NBA)
18 TILLIE Kim 15/07/1988 207 4-5 Vitoria (Espagne)
19 JAITEH Mouhammadou 27/11/1994 206 4-5 JSF Nanterre

 

Le programme de préparation de l'Equipe de France.

Surtitre: 
Equipe de France masculine - Préparation à l'EuroBasket 2015
Auteur: 
Fabrice Canet / FFBB
Date d’écriture: 
Mercredi, 29. Juillet 2015
Vignette: 
Chapeau: 
L’Équipe de France de basket terminera son premier stage de préparation jeudi soir à Pau (64), avant de rejoindre Tampere (Finlande) vendredi dans la matinée en avion. Les Bleus joueront leur premier match de préparation contre les finlandais samedi soir.

Nicolas Batum transféré à Charlotte

Corps: 
"Nicolas Batum est un joueur très talentueux dont la polyvalence va aider notre équipe dans bien des secteurs. C'est un défenseur de grande qualité et un bon shooteur à trois points qui va nous apporter des solutions et de l'expérience", s'est félicité Rich Cho, le manageur général des Hornets.
 
Le contrat de Batum avec Portland expirait en fin de saison prochaine.
 
Charlotte a de son côté cédé à Portland Gerald Henderson et Noah Vonleh.
 
L'opération permet surtout aux Trail Blazers d'être plus actif sur le marché des transferts cet été en récupérant de la masse salariale.
 
Batum, 26 ans, a fait toute sa carrière NBA à Portland qu'il avait rejoint en 2008 après avoir été drafté par Houston.
 
Il affiche des moyennes en saison régulière avec les Trail Blazers de 11,2 points, 5,1 rebonds, 3 passes et 30,8 minutes de jeu par match.
 
Portland a terminé à la 4e place de la conférence Ouest (51 v-31 d) et a été éliminé dès le premier tour des play-offs par Memphis (4-1).
 
Charlotte, dont le propriétaire est la légende du basket NBA Michael Jordan, n'a pas participé aux play-offs cette saison après avoir terminé à la 11e place de la conférence Est (33 v-49 d).
 
Surtitre: 
Français de NBA
Auteur: 
Sylvain Bourdois Chupin avec l'AFP
Date d’écriture: 
Jeudi, 25. Juin 2015
Vignette: 
Nicolas Batum
Chapeau: 
L'international français de Portland Nicolas Batum a rejoint Charlotte qui a de son côté cédé deux joueurs aux Trail Blazers.

Pages

S'abonner à RSS - Nicolas Batum