Vincent Collet

Equipes de France
Vincent Collet et Valérie Garnier confirmés jusqu'en 2021
Le président de la Fédération Française de BasketBall, Jean-Pierre Siutat et le Directeur Technique National, Alain Contensoux, ont annoncé ce jour la prolongation des contrats de Vincent Collet et Va...
Les entraîneurs s’adaptent
Valérie Garnier et Vincent Collet ont réagi au report des Jeux Olympiques de Tokyo à l’été 2021.
Entraînement avant le grand départ
Ce 19 février, les 12 joueurs sélectionnés par Vincent Collet se sont réunis pour leur dernier jour d’entraînement avant leur premier match de qualification contre l’Allemagne...
Premier clinic entraîneurs NBA/FFBB
A l'occasion du match Charlotte / Milwaukee de vendredi prochain à l'AccorHotels Arena de Paris, la NBA et la FFBB organisaient le premier rendez-vous d'une semaine dédiée au basket dans la Capitale. Joe Prunty (coach NBA) et Vincent Collet (entraîneur de l'Equipe de Fr...
12 joueurs retenus
L’entraineur de l’Équipe de France masculine, Vincent Collet et le Général Manager des Bleus, Patrick Beesley, ont communiqué ce vendredi 17 janvier, les noms des 12 joueurs qui participeront aux matc...
Comment se qualifier pour l'EuroBasket 2021 ?
Le vendredi 21 février prochain en Allemagne l'Equipe de France débutera sa...
Plongés au coeur de la SIG
"Retirer l'idée que nous sommes déjà qualifiés"
"Avoir perdu nous oblige à réagir"

Pages

Vincent Collet invité de la Grande Soirée sur MCS

Corps: 
Avec les consultants Claude Bergeaud et Makan Dioumassi, ils évoqueront ensemble le début de saison de Strasbourg en Pro A et en Euroleague, mais aussi l’équipe de France.
Et comme d’habitude, la team basket de MCS reviendra sur les résultats de la dernière journée de championnat, images et statistiques à l’appui.
 
Un rendez-vous basket à ne pas manquer lundi 9 novembre à 19h45 en exclusivité sur MCS.
Surtitre: 
Equipe de France masculine
Date d’écriture: 
Vendredi, 6. Novembre 2015
Vignette: 
Vincent Collet
Chapeau: 
Lundi prochain, Vincent Collet, entraîneur de Strasbourg et sélectionneur de l’équipe de France, sera l’invité exceptionnel de La Grande Soirée Basket présentée par Patrice Dumont.

Chuter… se relever

Corps: 
France-Serbie. Dimanche au Stade Pierre Mauroy. L’affiche que tout le monde attendait. Mais à 19h00, pour décrocher l’or européen. Les deux équipes qui sont restées invaincues jusqu’aux demi-finales ont trébuché au plus mauvais moment. 24 joueurs traumatisés entreront donc sur le parquet et l’issue de ce match pour le bronze tiendra en partie dans la capacité des uns ou des autres à surmonter la déception. Pour les Bleus, cette rencontre est l’occasion de décrocher une quatrième médaille lors des cinq dernières compétitions internationales. Une perspective loin d’être anecdotique et qui revenait dans tous les discours, vendredi puis samedi. "Les joueurs comprennent les enjeux et sont déterminés à aller jusqu’au bout", estime Vincent Collet. "Ce match est le lancement d’une nouvelle aventure olympique. Le réussir serait un présage favorable."
 
Boris Diaw, le capitaine, s’est efforcé de remobiliser les troupes qui, après avoir eu un peu de temps libre pour panser les plaies, ont replongé dans la préparation d’un adversaire qu’ils connaissent parfaitement pour l’avoir affronté l’an passé en demi-finale de la Coupe du Monde puis à deux reprises en préparation. Des Serbes qui, eux aussi, n’avaient que l’or en tête et dont le leader, Milos Teodosic, est apparu tout aussi marqué que Tony Parker par la défaite en demi. Alors qui de la Serbie ou de la France, qui devrait retrouver une rotation plus large à l’occasion de ce match, aura la tête et les jambes pour finir sur une note positive ? Les Bleus, à l’image de Nicolas Batum, ont déjà trouvé leur source de motivation : "Parce qu’il y a eu aussi beaucoup de travail fait par la Fédération, les bénévoles, le staff pour organiser ici, en moins d’un an, un événement extraordinaire jamais vu auparavant en Europe. Et on ne peut pas repartir sans rien. Par respect pour tout le monde et envers nous-mêmes, on doit gagner ce match, et on le gagnera."
 
Surtitre: 
EuroBasket 2015
Auteur: 
Julien Guérineau, service de presse
Date d’écriture: 
Samedi, 19. Septembre 2015
Vignette: 
Chapeau: 
L’Equipe de France affronte la Serbie, dimanche à 14h00 (en direct sur Canal + Décalé) pour tenter de décrocher la médaille de bronze de l’EuroBasket 2015.
crédit: 
Bellenger/IS/FFBB

Lettons sur le chemin de l’or

Corps: 
Un match fermé à double tour en 2009, un concours de shoots de loin en 2011 et une orgie offensive en 2013, les rencontres entre la France et la Lettonie sont devenues un classique à l’EuroBasket. Pour la quatrième fois consécutive les Bleus retrouvent les Baltes dans cette compétition. Mais cette fois l’enjeu est plus important : une place en demi-finale.
 
De cette équipe lettone, les Bleus se souviennent avant tout du spectaculaire festival longue distance de Janis Blums en 2011 : 32 points à 6/9 à trois-points. "On avait eu chaud aux fesses", résume Charles Kahudi en souriant. Mais depuis, si plusieurs éléments sont toujours présents en sélection, le style a radicalement évolué. "L’idée qu’ils se font de la Lettonie c’est celle d’une équipe de shooteurs", a précisé Vincent Collet à propos de ses troupes, avant de les convier à décortiquer à la vidéo le jeu de leur adversaire. "C’était une équipe qui jouait sur un rythme endiablé en se servant de son adresse et de son potentiel offensif. Elle a radicalement changé de style cette année, avec les mêmes joueurs. Elle a énormément diminué le nombre de possessions jouées et propose un basket d’Euroleague. Il faut qu’on soit prêt à défendre longtemps." 70,2 points marqués (19e attaque de l’Euro), 29,1% de réussite à trois-points (20e), un rapide bilan chiffré vient balayer la réputation de fous de la gâchette qui colle à la peau de la Lettonie. Une équipe qui, en revanche, n’encaisse que 67,5 points, pas si loin du rendement français (64,7 pts).
 
Avec une rotation à 9 joueurs et une marque très répartie avec ces 9 éléments entre 3 et 10 points par match, le danger n’est pas circonscrit à une ou deux stars. Et l’adresse plutôt absente depuis le début de l’EuroBasket peut refaire surface. "On sait qu’à certains moments ils vont avoir des moments où ils vont mettre 4-5 paniers d’affilée", prévoit Boris Diaw. "Après il faudra gagner sur la longueur avec une rotation et une pression défensive qui nous permettra de prendre l’avantage." Mardi soir, la France affrontera une Lettonie qui a déjà réussi son EuroBasket et qui retrouve un top 8 européen qu’elle n’avait plus fréquenté depuis 2001 lorsque leur coach, Ainars Bagatskis terrorisait les défenses adverses. Sans pression les Lettons n’en seront que plus redoutables. Mais des statuts, favori ou outsider, Vincent Collet n’en a cure : "On veut gagner contre une Lettonie pas bonne, on veut gagner contre une Lettonie moyenne, on veut gagner contre une Lettonie forte. Peu importe."
 
Surtitre: 
EuroBasket 2015
Auteur: 
Julien Guérineau, service de presse
Date d’écriture: 
Mardi, 15. Septembre 2015
Vignette: 
Chapeau: 
L’Equipe de France affronte la Lettonie ce soir à 21h00 au Stade Pierre Mauroy de Lille (en direct sur Canal + Sport). Une équipe qu’elle a affrontée, et battue, lors des trois dernières compétitions continentales.
crédit: 
Bellenger/IS/FFBB

Acte 3 : Pologne

Corps: 
Les forces en présence le laissaient penser avant de débuter l’EuroBasket. Dans le groupe A, la Pologne s’annonçait comme le plat de résistance pour les Bleus. Elle a, pour l’instant, confirmé ce statut en s’imposant face à la Bosnie puis la Russie, sans forcément convaincre d’ailleurs (+4 et +3). La route de la phase finale s’est donc dégagée et les hommes du coach américain Mike Taylor aborderont la rencontre face aux Français avec l’esprit libéré. "On va monter d’un cran dans l’adversité", prévoit Vincent Collet. "La Pologne et Israël sont clairement nos deux adversaires désignés pour la première place. Il faut se préparer à un match d’un tout autre calibre que celui de dimanche. La Pologne a, je trouve, un cinq majeur qui tient la route avec Marcin Gortat bien sûr, des ailiers percutants et Slaughter qui, s’il n’est pas un vrai meneur, amène de la créativité."
 
Sous le cercle, le pivot des Wizards Marcin Gortat est la plaque tournante du dispositif polonais. La surprise vient du rendement d’Adam Waczynski qui marche sur l’eau depuis le début de l’EuroBasket (19,0 pts à 60% à longue distance). En revanche l’ancien chalonnais AJ Slaughter peine à régler la mire (8,5 pts à 35,3%) alors que le costaud Damian Kulig, révélation de l’Euroleague cette saison, passe totalement au travers (2,5 pts à 14,3%). A surveiller également le bondissant et complet Mateusz Ponitka (11,5 pts, 4,0 rbds, 5,0 pds).
 

 

Surtitre: 
EuroBasket 2015
Date d’écriture: 
Lundi, 7. Septembre 2015
Vignette: 
Chapeau: 
A 21h00 ce lundi (en direct sur Canal + Sport) l’Equipe de France dispute son troisième match en trois jours face à une équipe qui, comme elle, s’est imposée lors de ses deux premières sorties : la Pologne.
crédit: 
Ceretti/FFBB

"Nous avons tout de suite pensé à lui"

Corps: 
 
"Jacky Commères qui est là depuis 11 ans dit ne pas se souvenir d’une préparation sans heurts. Pendant longtemps cette année nous avons été épargnés et les coups durs sont venus lors du sprint." Vincent Collet en sourirait presque. Depuis sa prise de fonction en 2009 il a souvent dû faire face à des forfaits, désistements, blessures. 2015 ne dérogera pas à la règle et comme l’an passé à la Coupe du Monde, avec le remplacement la veille du début de la compétition de Ian Mahinmi par Kim Tillie, c’est cette fois la blessure d’Antoine Diot qui a contraint le staff des Bleus à revoir ses plans. Doublement d’ailleurs puisque c’est Thomas Heurtel qui était attendu à Montpellier. "Nous avons alerté le joueur et fait les démarches nécessaires auprès de son club. Mais dans les premières heures on ne peut pas parler de bonne volonté de la part d’Anadolu Efes et nous avons perdu un temps précieux." Malgré les interventions au plus haut niveau de Jean-Pierre Siutat, aucune solution n’a pu être trouvée et jeudi après-midi le club stambouliote a fait parvenir un dossier médical à la FFBB indiquant que le joueur n’était pas apte à jouer. Faute de temps pour effectuer une contre-expertise, le staff tricolore a donc choisi de faire appel à Léo Westermann. "Je tiens d’ailleurs à remercier Frédéric Forte qui a fait le nécessaire pour que Léo arrive ce matin à Montpellier", indiquait Patrick Beesley.
 
A 13h00 le meneur du CSP était donc sur le parquet et a passé de longues minutes à discuter placements avec Vincent Collet : "Léo Westermann se rapproche d’Antoine Diot. C’est un meneur organisateur qui a cette capacité à faire jouer les autres. Il s’inscrit bien dans le jeu qu’on pratique et avait fait la préparation avec nous en 2013. Vu la situation c’est la meilleure solution surtout que sa capacité à s’intégrer est très bonne. Il peut compenser le handicap de ne pas avoir fait la préparation par son intelligence de jeu. Face aux difficultés de Thomas Heurtel, nous avons tout de suite pensé à lui. Il va s’entraîner cet après-midi et va revoir les principales formes de jeu. Très vite on souhaite le mettre en situation de pouvoir jouer. Si ce n’est pas demain, ce sera dimanche." Désireux de ne pas bousculer l’ordre établi, Vincent Collet a échangé avec Westermann tard dans la nuit de jeudi à vendredi pour reconduire un modèle auquel il tient avec un vrai meneur de métier derrière Tony Parker et un Nando De Colo plutôt positionné en poste 2. "J’espère que Tony n’aura pas à jouer plus que nécessaire. Tout cela n’est que supposition. L’important est de gagner les matchs et finir premiers du groupe, tout en ménageant nos joueurs majeurs pour arriver dans les meilleures conditions possibles en huitièmes de finale."
 
A peine débarqué du train Léo Westermann a fait un crochet par l’hôtel des Bleus le temps de croiser la presse et d’exprimer sa confiance quant à la suite des opérations : "J'ai appris la nouvelle à plus de minuit. J'ai reçu avant des textos de Mike Gélabale et de Joffrey Lauvergne. Et j'ai discuté avec Evan Fournier donc je me doutais que quelque chose se tramait. Je suis heureux bien sûr même si je n'ai pas le temps de réfléchir. J'ai une pensée pour Antoine Diot, c'est quelqu'un que j'adore et ce qu'il vit est très dur. Je connais beaucoup de joueurs de ce groupe. Je sais ce que veut Vincent Collet donc l'intégration va être rapide. Cela ne me fait pas peur".
 
 

 

Surtitre: 
EQUIPE DE FRANCE MASCULINE - EUROBASKET 2015
Date d’écriture: 
Vendredi, 4. Septembre 2015
Vignette: 
Chapeau: 
Lors de la dernière conférence de presse avant le début de l’EuroBasket, samedi (France-Finlande à 21h00 sur Canal + Sport), Patrick Beesley et Vincent Collet sont revenus sur le remplacement à la dernière minute d’Antoine Diot par Léo Westermann.
crédit: 
Bellenger/IS/FFBB

"Ce match a contribué dans notre réussite finale"

Corps: 

Surtitre: 
Mémoires de coach - Episode 9
Auteur: 
Kévin Bosi (FFBB)
Date d’écriture: 
Jeudi, 27. Août 2015
Vignette: 
Chapeau: 
Les Bleus retrouvent l'Allemagne à Strasbourg vendredi soir, dans un match au sommet contre l'un des prétendants au podium à l'EuroBasket 2015. En 2013, les Français avaient chuté d'entrée contre les Allemands, avant d'être sacré champions d'Europe quelques jours plus tard pour la 1ère fois de leur histoire. Vincent Collet se souvient de cette rencontre.

"La Géorgie, un autre style de basket"

Corps: 

Surtitre: 
Mémoires de coach - Episode 7
Auteur: 
Kévin Bosi (FFBB)
Date d’écriture: 
Jeudi, 20. Août 2015
Vignette: 
Chapeau: 
La France va rencontrer la Géorgie à Rouen pour son septième match de préparation. Vincent Collet se rappelle du passage géorgien lors du tournoi de préparation d'Antibes en 2013, et nous raconte l'intérêt d'affronter cette équipe avant l'EuroBasket 2015. #SeSouvenirDouOnVient

"Tout gagner en phase de poule ne présente aucune garantie"

Corps: 

Surtitre: 
Mémoires de coach - Episode 5
Auteur: 
Kévin Bosi (FFBB)
Date d’écriture: 
Jeudi, 13. Août 2015
Vignette: 
Chapeau: 
Les Bleus retrouvent l'Ukraine ce vendredi soir à Nantes. Vincent Collet se souvient de la défaite de l'Equipe de France contre les Ukrainiens à l'Euro 2001 en phase de poule, qui n'avait pas empêché les Tricolores de se qualifier pour la suite de la compétition

"Novi Sad en 2005 ? Un exploit qui semblait impossible"

Corps: 

Surtitre: 
Mémoires de coach - Episode 4
Auteur: 
Kévin Bosi (FFBB)
Date d’écriture: 
Mardi, 11. Août 2015
Vignette: 
Chapeau: 
En déplacement à Belgrade pour un match de préparation qui s'annonce chaud bouillant, Vincent Collet se souvient de la victoire historique à Novi Sad des Bleus lors de l'Euro 2005.

"L'Euro 2011 a été notre plus belle compétition"

Corps: 

Surtitre: 
Mémoires de coach - Episode 3
Auteur: 
Kévin Bosi (FFBB)
Date d’écriture: 
Samedi, 8. Août 2015
Vignette: 
Chapeau: 
Les Bleus retrouvent les Russes ce dimanche à Villeurbanne pour la 1ère fois depuis la demi-finale de l'Euro 2011. Une compétition que les Tricolores avaient terminé avec l'argent autour du cou. Le coach des Français, Vincent Collet, se souvient de cette compétition.

Pages

S'abonner à RSS - Vincent Collet