Vous êtes ici

Coupe du Monde 2019

Amath, roi des premières

Bellenger/IS/FFBB
Par Julien Guérineau, à Shenzhen - 01/09/2019
Amath M'Baye, titulaire surprise des Bleus au poste 4, a battu son record de points en sélection pour ses grands débuts en compétition internationale.

Il avait été appelé en dernier recours ou presque en novembre 2018. Ses performances avec la Virtus Bologne et les blessures lui avaient ouvert une porte. En République Tchèque, pour sa première sélection en Equipe de France, à 28 ans, Amath M’Baye s’était fendu de 18 points. 10 mois plus tard, le Bordelais est toujours de la partie. Sur la plus grande des scènes. A la Coupe du Monde. Et M’Baye n’a pas eu peur des trois coups. Encore une fois : 21 points à 8/12 en 25 minutes et un début de rencontre qui a permis à son équipe de mettre l’Allemagne dans les cordes. "Il a été un déclencheur offensif en aérant le jeu tout en participant à la qualité défensive du début de match", s’est réjoui Vincent Collet.

La blessure en préparation d’Adrien Moerman a propulsé l’inconnu d’hier dans la lumière. Seuls quelques spécialistes avaient suivi le parcours de l’ancien espoir du Havre en NCAA (Wyoming, Oklahoma), au Japon puis en Italie. La saison prochaine, il poursuivra son tour du Monde en Turquie, à Karsiyaka. Et cette fois il sera sans doute attendu, ce qui n’est pas encore le cas au plus haut niveau mondial. "Amath n’est pas encore très connu des autres équipes", analyse Evan Fournier. "Quand Nando ou moi drivions, le poste 4 venait beaucoup aider. Il les a sanctionnés. Et c’est tout bénéfice parce que désormais cela va nous donner plus d’espaces. C’est un joueur clé pour nous."

M’Baye, lui, savoure ses nouvelles responsabilités tout en restant tout en retenu. "Je ne me prends pas la tête. Les ego sont ton ennemi. Jamais je ne vais être pas content parce que je ne joue pas assez. Pas content parce que je n’ai pas assez la balle. Il faut trouver comment contribuer, comme être fort dans son rôle", expliquait-il à la veille du coup d’envoi de la Coupe du Monde, listant la défense et le rebond comme ses prérogatives principales. Face à l’Allemagne, c’est pourtant de l’autre côté du terrain qu’il a le plus brillé. "Je pense que j’ai quand même défendu un peu !", souriait-il à la sortie du parquet. "Jouer avec ces joueurs rend le basket tellement facile. Quand tu es ouvert on te donne la balle. C’est un plaisir… C’est une énorme marque de confiance d’être dans le cinq. Vincent ne me demande pas grand-chose à part shooter et défendre. C’est un rôle dans lequel je me sens bien et que je veux vraiment bien faire. Ce soir j’étais pas mal." Plus que ça même.

En 2009, Amath M’Baye avait décroché une médaille d’argent à l’Euro U20 dans un rôle mineur aux côtés d’Antoine Diot, Edwin Jackson ou Kevin Séraphin. Dix ans plus tard, il rêve d’une conclusion similaire. Avec une participation plus significative : "J’espère que ça ne sera pas juste la performance d’une première", a-t-il glissé avant de filer aux vestiaires.

close
Envoyer à un ami

Ce contenu a attiré votre attention et vous souhaitez le partager ? Envoyez le lien de cette page à vos amis et collègues en remplissant simplement le formulaire ci-dessous.

*Les champs obligatoires sont signalés par un astérisque

'