Vous êtes ici

EuroBasket 2015

Chuter… se relever

Bellenger/IS/FFBB
Julien Guérineau, service de presse - 19/09/2015
L’Equipe de France affronte la Serbie, dimanche à 14h00 (en direct sur Canal + Décalé) pour tenter de décrocher la médaille de bronze de l’EuroBasket 2015.
France-Serbie. Dimanche au Stade Pierre Mauroy. L’affiche que tout le monde attendait. Mais à 19h00, pour décrocher l’or européen. Les deux équipes qui sont restées invaincues jusqu’aux demi-finales ont trébuché au plus mauvais moment. 24 joueurs traumatisés entreront donc sur le parquet et l’issue de ce match pour le bronze tiendra en partie dans la capacité des uns ou des autres à surmonter la déception. Pour les Bleus, cette rencontre est l’occasion de décrocher une quatrième médaille lors des cinq dernières compétitions internationales. Une perspective loin d’être anecdotique et qui revenait dans tous les discours, vendredi puis samedi. "Les joueurs comprennent les enjeux et sont déterminés à aller jusqu’au bout", estime Vincent Collet. "Ce match est le lancement d’une nouvelle aventure olympique. Le réussir serait un présage favorable."
 
Boris Diaw, le capitaine, s’est efforcé de remobiliser les troupes qui, après avoir eu un peu de temps libre pour panser les plaies, ont replongé dans la préparation d’un adversaire qu’ils connaissent parfaitement pour l’avoir affronté l’an passé en demi-finale de la Coupe du Monde puis à deux reprises en préparation. Des Serbes qui, eux aussi, n’avaient que l’or en tête et dont le leader, Milos Teodosic, est apparu tout aussi marqué que Tony Parker par la défaite en demi. Alors qui de la Serbie ou de la France, qui devrait retrouver une rotation plus large à l’occasion de ce match, aura la tête et les jambes pour finir sur une note positive ? Les Bleus, à l’image de Nicolas Batum, ont déjà trouvé leur source de motivation : "Parce qu’il y a eu aussi beaucoup de travail fait par la Fédération, les bénévoles, le staff pour organiser ici, en moins d’un an, un événement extraordinaire jamais vu auparavant en Europe. Et on ne peut pas repartir sans rien. Par respect pour tout le monde et envers nous-mêmes, on doit gagner ce match, et on le gagnera."