Vous êtes ici

ÉQUIPES DE FRANCE JEUNES

"J’ai engueulé le Président Siutat !"

Julien Guérineau - 26/07/2020
FIBA
En 2017, Bourges accueille l’Euro U16. L’Equipe de France est programmée pour remporter le titre même si son entraîneur essaye de préserver ses troupes de toute pression.

Arnaud Guppillotte avait parfaitement préparé sa bulle. Son expérience lors du Mondial U17 2010 organisé à Rodez et Toulouse lui avait servi de modèle pour l’Euro U16 2017 à Bourges. Alors qu’habituellement les jeunes ont, à quelques exceptions près, l’habitude d’évoluer devant quelques membres de la famille dans des salles aux travées dégarnies, une compétition à domicile modifie la donne. Le Palais des Sports de Toulouse avait ainsi affiché guichets fermés pour la finale contre les Etats-Unis et le coach tricolore conserve des étoiles dans les yeux quand il reparle de l’enceinte toulousaine. "C’était le Pana ! Les filles étaient perdues. J’avais des frissons. L’expérience m’a vraiment été utile pour Bourges."

Avant de rejoindre le Cher, Arnaud Guppillotte a clairement défini ses objectifs : "prendre les énergies positives sans tomber dans les pièges." Initiative rare chez les jeunes et encore plus dans la catégorie U16, il fait appel au service communication de la FFBB. Sylvain Bourdois-Chupin, attaché de l’Equipe de France féminine à l’époque, intervient auprès des joueuses pour les familiariser aux sollicitations médiatiques et à l’utilisation des réseaux sociaux. Un protocole de fin de match très précis est mis en place afin d’éviter que l’équipe ne se disperse après les rencontres. Les U16 sont en ordre de marche, ambitieuses mais protégées. Tout est sous contrôle mais un matin, au petit déjeuner, alors que la compétition va débuter, le Berry Républicain choisit de consacrer sa Une à une interview du Président Jean-Pierre Siutat qui annonce sans détour : "L’Equipe de France doit être championne d’Europe." Une sortie qui ne cadre pas avec la préservation d’un groupe de jeunes filles encore tendres. "Je l’ai engueulé !", sourit Arnaud Guppillotte. "Gentiment… mais je l’ai quand même engueulé. Je n’étais pas certain qu’elles aient la maturité pour affronter ça. Bien sûr on visait le titre. C’était une conviction. Mais il n’y a jamais de certitudes."

Ses joueuses vont cependant rapidement le rassurer. Elle survole la phase de poule en remportant trois larges victoires (30,3 pts d’écart en moyenne) puis enchaîne lors de la phase finale. +43 en huitièmes de finale, +34 en quarts, +17 en demi. La Hongrie va gêner ce rouleau compresseur pendant une mi-temps en finale mais doit baisser les armes face au festival de loin de Zoé Wadoux, auteur de six tirs primés. La France est championne d’Europe devant 3000 spectateurs réunis au Prado. La shooteuse du Nord est retenue dans le cinq idéal de la compétition en compagnie d’Iliana Rupert, élue MVP après avoir tourné à 13,7 points et 10,5 rebonds en seulement 22 minutes. L’autre pépite de la sélection, Marine Fauthoux, blessé en préparation, n’a disputé que les quatre dernières rencontres, symbole d’une équipe qui a dû faire face à de nombreuses blessures sans jamais dévier de son objectif. "Pour certaines cela restera certainement le plus beau souvenir de leur vie", conclut Arnaud Guppillotte. "J’ai souvent les joueuses au téléphone. Et à chaque fois elles en parlent. Elles ne parlent que de ça. Je leur avais dit qu’un titre nous relierait à vie."