Vous êtes ici

Préparation Coupe du Monde 2019

Sur la bonne voie

16/08/2019
Bellenger/IS/FFBB
Les Bleus ont livré une excellente deuxième mi-temps pour venir à bout du Brésil (86-72) lors de la deuxième journée du tournoi de Villeurbanne.

Malgré sa victoire en ouverture du tournoi de Villeurbanne, l’Equipe de France ne pouvait se contenter du contenu de sa prestation face au Monténégro. Contre un adversaire d’un calibre supérieur il lui fallait hausser le ton pour être enfin à la hauteur de sa réputation. Dès les premières minutes, elle était appliquée dans ses intentions : Courir, faire bouger la balle, impliquer Rudy Gobert. La feuille de route était claire et globalement respectée. Mais un 0/6 à trois-points ne lui permettait pas concrétiser les opportunités qu’elle se créait tandis que le Brésil enfilait les paniers de loin comme des perles. Le tout sans ses titulaires habituels.

Le bilan du bombardement était assez lourd (12-23) et c’est du banc qu’allait jaillir l’étincelle tricolore. Théo Malédon donnait du rythme, Vincent Poirier verrouillait l’accès au cercle, Louis Labeyrie écartait le jeu au poste 4 et Axel Toupane confirmait ses promesses de la veille. Un 10-0 en deux minutes inversait la tendance avant que quelques coups de sifflet discutables et la roublardise de l’ancien sixième homme de l’année en NBA, Leandro Barbosa, ne stoppent ce bel élan. Des Bleus sur courant alternatif repartaient à -11 (29-40) avant d’offrir quelques éclairs, limitant la casse à la pause (38-43).

L’Astroballe avait parfois grondé en première mi-temps suite à quelques oublis, elle rugira de plaisir au retour des vestiaires en voyant Rudy Gobert puis Nicolas Batum s’envoler au contre, donnant le ton d’un effort défensif plus consistant. L’Equipe de France peut être redoutable lorsqu’elle dévie des ballons et s’offre des paniers faciles en transition. En cinq minutes éblouissantes elle a laissé le Brésil totalement muet et retrouvé du rythme et de l’adresse, à l’image d’Amath M’Baye enchaînant deux tirs primés consécutifs pour signer un 13-0 décisif. Les Sud-Américains prenaient l’eau, Barbosa étant le seul à trouver des ouvertures.

Outre sa défense, les Bleus retrouvaient également Nando De Colo. Bloqué à une unité avant le dernier quart-temps, le vainqueur de l’Euroleague brillait, au tir ou à la passe, pour maintenir l’écart autour des 10 points. Après ses dix bonnes minutes contre le Monténégro, la France en a disputé vingt excellentes face au Brésil. Le puzzle prend forme.

France bat Brésil  86-72

Les réactions

Vincent Poirier : "Même s’il y avait encore trop d’erreurs, quand on a élevé notre niveau de jeu en défense, on les a étouffés. On voulait passer la balle à l’intérieur pour ressortir la balle et avoir des espaces. On l’a plutôt bien fait. Ce genre de match permet de trouver du rythme, c’est très positif. A ce niveau-là les exploits individuels fonctionnent une fois sur cinq. La meilleure façon de jouer c’est de se passer la balle."

Vincent Collet : "Hier la terre ce soir nous ne sommes pas devenus une équipe hors norme. Il y a encore plein de choses à améliorer. Au début on a simplement raté des tirs. Amath par exemple rentre les tirs qu’il a eus au début. On fait 27 passes décisives et ce soir il y avait plus d’application. En première mi-temps les Brésiliens mettaient dedans à chacune de nos erreurs. Nos attitudes ont été excellentes par la suite. Globalement l’attaque est en progrès. Cela doit nous encourager à aller dans cette bonne direction avec beaucoup plus d’altruisme. On a profité de la soirée pour tester des associations et donner quelques minutes de Nando De Colo en meneur. Il n’a que deux jours d’entraînement dans les jambes. Il a encore deux semaines pour monter en puissance. J’ai aussi beaucoup apprécié le match d’Evan Fournier dans sa capacité à trouver ses partenaires. C’est un symbole."

Premier match
Les deux perdants de jeudi soir ouvraient le bal à l’Astroballe. Dans la chaleur étouffante de la salle de la banlieue lyonnaise, Gabriel Deck était le premier à prendre les devants pour les Argentins. L’intérieur du Real Madrid scorait les 7 premiers points et mettait son équipe sur de bons rails. Cependant, les joueurs de Zvezdan Mitrovic faisaient preuve d’une redoutable force de réaction. Alors que Vucevic était bien ciblé poste bas, les shooteurs Petar et Sead Popovic s’offraient des espaces et sortaient de leur boîte. À eux deux, ils permettaient au Monténégro de rentrer au vestiaire avec un maigre avantage.  La deuxième mi-temps voyait les deux équipes jouer au chat et à la souris. Facundo Campazzo et Nicolas Laprovittola prenaient les choses en main et l’Argentine faisait le premier break. Malgré tout, un très bon passage du pivot Marko Todorovic remettait les Monténégrins dans le match. C’était sans compter sur le génie et la vista de Campazzo, qui inscrivait plusieurs tirs primés et régalait d’offrandes dont lui seul à le secret ses coéquipiers.

Argentine bat Monténégro  85-77

close
Envoyer à un ami

Ce contenu a attiré votre attention et vous souhaitez le partager ? Envoyez le lien de cette page à vos amis et collègues en remplissant simplement le formulaire ci-dessous.

*Les champs obligatoires sont signalés par un astérisque

'