Vous êtes ici

NM1 - Saison 2019-2020

"On a vite senti qu’il pouvait se passer quelque chose"

05/05/2020
Photo: US Avignon Pontet
Invité en NM1 à la dernière minute l’été dernier, l’USAP a surpris tout le monde en allant chercher une place dans le Top 5 de sa poule. François Sence, sur le banc depuis deux saisons, nous parle de la belle saison de son équipe mais aussi des perspectives d’avenir pour le club.

*Propos recueillis le 01/05/2020

Est ce que c’était une surprise de retrouver votre équipe a ce niveau ?
Une surprise d’être dans le Top 5 ? Objectivement oui, si on m’avait dit en début d’année que l’on finirait dans le Top 5 avec le recrutement tardif que l’on a fait et avec le fait d’avoir su très tard notre accession en NM1 j’aurais signé tout de suite. C’est vrai que l’on n’avait pas les noms les plus référencés de la division mais on a réussi à avoir des joueurs complémentaires. La mayonnaise a plutôt bien prise dès le début de la saison, on était à 1 victoire et 2 défaites mais on avait joué Pont de Cheruy chez eux et cela s’est joué dans la dernière minute et on avait bien tenu face à Saint Vallier donc on a vite senti qu’il pouvait se passer quelque chose.
On a réussi à aller arracher quelques résultats à l’extérieur ce qui nous a permis de vivre une saison qui était au delà de nos espérances du début de saison, mais qui était méritée aux vues de ce que l’on a proposé tout au long de l’année.

Quel était l’objectif du club en début de saison ?
On va dire qu’il y a deux objectifs en NM1 : les équipes qui veulent être dans le Top 5 pour jouer la montée et les autres qui veulent éviter de se faire peur et être dans le groupe C. L’objectif c’était de renter dans les 10 pour donner au club le temps de se structurer après une intersaison où l’on a du faire un peu tout dans l’urgence. L’idée était de se maintenir rapidement.

Les attentes vont elles monter la saison prochaine ? Le club se voit-il jouer la montée d’ici quelques années ?
Avant de parler de montée il faut faire les choses par étape. Il faut que le club se stabilise, on a la chance depuis 2 ans d’avoir une dynamique positive à Avignon, on a fait une très bonne saison en NM2, on a fait une très bonne saison en NM1, on sent un petit engouement qui est entrain de se créer au niveau des supporters et des partenaires. J’espère que la crise que l’on traverse actuellement ne va pas trop ralentir cet élan mais la première des choses est de stabiliser ce club de l’USAP en NM1 qui est déjà un très bon niveau où il y a un spectacle de qualité. Si structurellement on avance pourquoi pas aller regarder au dessus mais ce n’est pas la priorité du club pour le moment.

Comment vous avez réagi à l’arrêt des compétitions ? Sûrement un peu de frustration de ne pas jouer les playoffs ?
La première chose c’est le pragmatisme, où l’on se dit que l’aspect sanitaire est bien évidemment prioritaire. Le deuxième point c’est vrai qu’avec la saison que l’on vivait, la bonne dynamique du groupe sur et en dehors du terrain, ce rôle de « petit poucet » du groupe A, c’est vrai que l’on était impatient de se frotter aux gros budgets de la poule A et de voir si on pouvait rivaliser. Il y a une part de frustration de ne pas avoir pu aller au bout de l’aventure mais ce qui prime maintenant c’est la fierté de ce que l’on a réalisé.

Comment en tant que coach vivez-vous cette période ? Il va falloir reconstruire un effectif avec sûrement des inconnus au niveau budgétaire?
Je suis certainement le coach le plus préparé à cela de France. La saison dernière j’ai connu les mêmes incertitudes. Jusqu’au 1er Aout on ne savait pas si on allait évoluer en NM1 ou NM2, j’avais 5 joueurs sous contrat et derrière il fallait faire des plans en fonction des 2 divisions avec des variables budgétaires. Ce que je regarde en premier actuellement c’est de voir les joueurs qui sont sous contrat et essayer de définir des profils de complémentarité, je regarde l’état du marché tout simplement.
C’est vrai que ce n’est pas évident car pour le moment on ne sait pas quand le championnat reprendra, nous n’avons pas pour le moment l’enveloppe budgétaire définitive, donc c’est important d’être à l’écoute de ce qui se fait à droite gauche, et se préparer à être réactif. Il faut prendre son mal en patience et se préparer le mieux possible.

Comment se passe le confinement de votre côté ?
Le gros point qui est différent pour nous sportif de haut niveau c’est de passer plus de temps en famille. Le fait de faire les devoirs avec les enfants, de passer beaucoup de temps à la maison c’est génial. Pendant la saison on est assez souvent sur la route pour des déplacements, il y a les entrainements, c’est un métier passion mais il y a des contraintes de temps. On peut rattraper des moments en famille que l’on ne pouvait pas avoir aussi fréquemment pendant la saison.