Vous êtes ici

EQUIPE DE FRANCE A MASCULINE

Les quarts sans trembler

par Julien Guérineau, à Rio - 13/08/2016
Bellenger/IS/FFBB
Sérieuse et appliquée l’Equipe de France n’a laissé aucune chance au Venezuela (96-56) et se qualifie pour les quarts de finale des Jeux Olympiques, logiquement à la 3e place de sa poule.

En battant la Chine lors de la précédente journée, le Venezuela s’était offert ce qu’il était venu chercher à Rio : la possibilité de jouer une place en quart de finale en cas de victoire. Pour la France plusieurs scenarios se présentaient. Une victoire l’envoyait directement en quart de finale, sans doute à la 3e place de la poule. Une défaite inférieure à 13 points et c’est la 4e place qui se présenterait à elle. Un plus lourd revers l’aurait condamnée à un exploit face aux Etats-Unis pour ne pas terminer 5e.

Des comptes d’apothicaire que les Bleus ont voulu s’épargner. Ils auront malgré tout mis quasiment un quart-temps pour véritablement s’installer défensivement dans la rencontre. Dix minutes terminées sans commettre la moindre faute, preuve d’une agressivité insuffisante face au physique de panzer de Gregory Echenique. Le cubique pivot vénézuélien fait mal mais son manque de mobilité profite au duo Tony Parker-Nando De Colo, qui signe 12 des 14 premiers points tricolores. Elément rassurant dans les face-à-face avec un adversaire supposé plus faible, c’est avec un cinq de remplaçants que l’Equipe de France va créer le premier écart, sous l’impulsion du rythme imposé par Thomas Heurtel et grâce à l’efficacité de Joffrey Lauvergne, auteur de 8 points consécutifs (29-22, 14e).

L’enseignement de la première mi-temps c’est également que Tony Parker est en jambes. Très en jambes. Absent depuis le TQO afin de rester auprès de son épouse pour son accouchement, l’état de forme du meneur des Spurs était bien évidemment un sujet d’inquiétude avant le début des Jeux Olympiques. Sa poussée de fièvre face à l’Australie avait été un premier point rassurant. Ses raids au milieu de la raquette sud-américaine et surtout son sublime spin move passé juste avant la pause auront terminé de convaincre les sceptiques.

Vendredi soir, à la Carioca Arena, les Bleus ont déroulé un basket efficace et collectif, limitant les pertes de balles et trouvant régulièrement le coéquipier démarqué pour un panier facile. Irrémédiablement, ils ont décroché le Venezuela tout en ouvrant très largement le banc. Leur ratio passes décisives/balles perdues (25/5) ravira n’importe quel puriste. Et très vite, l’affrontement a tourné à la démonstration Même si l’opposition sera toute autre dimanche contre les Etats-Unis (passés près de la correctionnelle contre la Serbie) puis en quart de finale, la sortie face au Venezuela est incontestablement une base de travail intéressante.