Vous êtes ici

Coupe du Monde FIBA 2014

Direction Madrid

Julien Guérineau (à Grenade) - 04/09/2014
Bellenger/IS/FFBB
Après un premier quart-temps raté, l’Equipe de France a corrigé le tir pour obtenir, non sans une dernière frayeur, sa qualification pour les huitièmes de finale de la Coupe du Monde en battant l’Iran (81-76). Elle affrontera la Grèce ou la Croatie samedi à 18h00.
Rentrés à leur hôtel à 1h00 du matin, rarement endormis avant 3h00, les Bleus étaient à nouveau sur le parquet à 18h00 pour affronter l’Iran lors d’un match décisif pour la qualification en huitièmes de finale. Une récupération quasi inexistante qui explique, en partie, 10 premières minutes qui ont donné quelques sueurs froides à leurs supporters. A la fin du premier quart-temps, l’Equipe de France pointait ainsi à -10 (13-23), incapable de ralentir les deux arrières persans Mahdi Kamrani (7 pts) et Samad Nikkhah (11 pts). Stupeur et tremblements donc pour des Tricolores aphones et dispendieux sur la zone. Il faudra l’entrée d’Edwin Jackson et d’Evan Fournier pour dynamiser l’ensemble. Le nouvel arrière du Magic s’est ainsi fendu de 10 points pour ramener les siens alors que la défense montait sérieusement en régime. "J’ai eu des tirs ouverts sur la zone et j’ai eu la chance de les mettre dedans", se félicitait Fournier, clairement sur la pente ascendante depuis trois matches et auteur de son record en carrière jeudi soir. "Il faut que je continue à jouer juste. Déjà le match contre l’Espagne m’a fait du bien. On s’est pris une raclée mais d’un point de vue personnel j’ai pu prendre des tirs qui m’ont mis en confiance."


 
Satisfait de la prestation de la réaction de ses joueurs et déjà concentré sur le huitième de finale de samedi, Vincent Collet ne se focalisait sur l’entame ratée : "La fatigue a joué un grand rôle dans le début de match. Puisqu’on prend 20 points hier les gens oublient qu’il a fallu tout donner pour être longtemps dans le match face à l’Espagne. L’Iran a très bien joué et sur la zone nous avons raté les premiers tirs. Par la suite on a su rééquilibrer les choses." Avec un 1/5 à trois-points et 4 balles perdues, la France a donné le bâton pour se faire battre avant que ses shooteurs ne règlent la mire pour renverser la tendance (26-50 en 20 minutes). "Il n’y a pas eu de panique", insistait Fournier tandis que le capitaine Boris Diaw soulignait les "deux belles armes offensives de l’Iran".
 
Alors que le match semblait définitivement gagné les Bleus ont en effet souffert face au gigantesque Hamed Haddadi (de 79-65 à 79-74), forçant Vincent Collet à remettre ses titulaires sur le terrain pour emballer l’ensemble. La première rencontre en 72 ans a donc tourné à l’avantage de l’Equipe de France qui prendra la direction de Madrid dès demain matin pour y disputer samedi à 18h00 son huitième de finale face à la Grèce ou à la Croatie.
 
close
Envoyer à un ami

Ce contenu a attiré votre attention et vous souhaitez le partager ? Envoyez le lien de cette page à vos amis et collègues en remplissant simplement le formulaire ci-dessous.

*Les champs obligatoires sont signalés par un astérisque

'