Vous êtes ici

EQUIPE DE FRANCE A FEMININE

La victoire au buzzer

par Julien Guérineau, à Rio - 08/08/2016
Bellenger/IS/FFBB
Après avoir été menée la majeure partie du match, l'Equipe de France s'impose finalement 73-72 face à la Biélorussie sur un tir au buzzer d'Endy Miyem. Sa deuxième victoire en deux matches aux Jeux Olympiques.

 

Si le match d’ouverture avait ressemblé à une guerre de tranchées où chaque panier devait se gagner après une rude bataille, le jeu bien plus enlevé des Biélorusses, fait de courses et de prises de risque dans les tirs extérieurs, a donné un ton radicalement différent à la deuxième rencontre de poule des Bleues. Les demi-finalistes du dernier EuroBasket ont fait parler la poudre pendant le premier quart-temps : 8/11 aux tirs dont 4/5 derrière la ligne à trois-points avec une menace multiple et des inspirations aussi compliquées qu’efficaces.

En face l’Equipe de France a, comme la veille, pêché à la finition y compris sur des prises de position près du cercle. L’écart n’a cessé de croître pour atteindre les 12 unités (16-28) en milieu de deuxième quart-temps. Le moment choisi par Olivia Epoupa pour accélérer le tempo, provoquer des décalages et s’offrir quelques paniers faciles. Une embellie également servie par une agressivité retrouvée défensivement débouchant sur plusieurs ballons volés. Sur un double pas de Valériane Ayayi il semble que la force des rotations françaises va faire la différence (32-34). Mais la capacité des Bélarusses à frapper fort et vite de loin leur permet de conclure la mi-temps sur un 2-8 éclair. Leurs 14 balles perdues auraient dû leur être fatal mais une adresse exceptionnelle (66,7%) compense cette tendance au gâchis.

Elle va cependant leur jouer rapidement des tours et offrir à Sarah Michel et Epoupa l’occasion de lâcher les chevaux tandis qu’Endy Miyem impose sa technique dans la raquette. Les débats vont peu à peu s’équilibrer, Lindsey Harding parvenant à continuer à mettre sur orbite des coéquipières pas forcément capables de se créer leur propre tir mais redoutable une fois placées. L’Américaine, longtemps aux portes de l’équipe nationale, a obtenu sa naturalisation express il y a un an et immédiatement aidé son pays d’adoption à intégrer le dernier carré continental puis à passer l’écueil du TQO. Elle a livré un superbe duel à Olivia Epoupa pour entrer dans le money-time avec un court avantage (60-63, 35e). Cinq minutes marquées une nouvelle fois par l’opportunisme d’Epoupa et l’adresse de Tatsiana Likhtarovich. A 16 secondes de la fin, c’est la meneuse tricolore qui, pleine de sang-froid se stoppe pour un tir soyeux à cinq mètres qui donne l’avantage à son équipe (71-70). Harding ne tremble pas aux lancers-francs (71-72) mais sur l’ultime possession, après un contre sur Isabelle Yacoubou, Epoupa surgit au rebond offensif et sert Miyem qui marque sur le buzzer. Après deux journées, la France est en tête de sa poule avant d’affronter l’Australie, elle aussi invaincue.

close
Envoyer à un ami

Ce contenu a attiré votre attention et vous souhaitez le partager ? Envoyez le lien de cette page à vos amis et collègues en remplissant simplement le formulaire ci-dessous.

*Les champs obligatoires sont signalés par un astérisque

'