Vous êtes ici

Equipe de France A' féminine

"Préparer leur entrée chez les A à moyen terme"

(Crédit : Presse Sports/Faugere)
Propos recueillis par Kévin Bosi (FFBB) - 18/10/2016
Patrick Beesley, Directeur Technique National, a annoncé la création d’une Équipe de France A’ dès le mois de novembre 2016. Genèse du projet et échéances à venir, le DTN nous explique les objectifs de cette nouvelle sélection nationale.

Pouvez-vous nous expliquer comment est né ce projet d’Équipe de France A’ féminine ?
Nous avons aujourd’hui la volonté de développer un sentiment d’appartenance à l’Équipe de France beaucoup plus fort qu’on l’a peut-être fait ces dernières années. Concernant le secteur féminin, on a constaté que la transition entre les U20 et les A se passe immédiatement pour les joueuses indiscutables. Alors que pour un certain nombre d’autres, il faut plusieurs années avant qu’elles s’intègrent. Désormais, pendant ces années de transition on pourra remplir ce manque en activant un groupe A’, en le mobilisant et en le faisant participer à des compétitions et des confrontations internationales.

Ce projet sur le secteur féminin intervient alors que vous avez annoncé la fin du groupe A’ chez les garçons. Qu’est-ce qui a motivé ce choix ?
Tout d’abord, il y a deux raisons à l’arrêt du projet A’ chez les masculins. Malgré les bons résultats sportifs, la première est que l’objectif visé ces dernières années n’a pas été atteint car la majorité des joueurs A’ sollicités ont déclaré forfait. Nos jeunes ne sont plus dans l’intérêt de la sélection et du maillot bleu, mais dans l’intérêt de leur propre réussite Outre-Atlantique. La deuxième raison est liée au prochain contexte de l’Équipe de France masculine. On va mettre sur pied une sélection pour l’EuroBasket 2017, qui sera largement modifiée en novembre pour les fenêtres de qualification FIBA pendant lesquelles nous ne pourrons pas solliciter les joueurs NBA. Et comme nous n’aurons pas beaucoup de temps de stage en novembre, on veut que le début de la préparation à l’Euro 2017 soit une préparation avec un groupe large qui sera concerné par les deux échéances, en intégrant de nombreux joueurs qui évoluaient en A’ ces dernières années.

12 joueuses ont donc été convoquées en novembre pour un premier stage. Quels sont les objectifs de l’Équipe de France féminine ?
L’intérêt est d’abord de cibler les joueuses qui peuvent être amenées à intégrer l’Équipe de France A à moyen terme, et d’essayer de les accompagner et les préparer. Nous voulons aussi renforcer la proximité avec les clubs, les entraîneurs, pour que leur développement se fasse par rapport aux attentes qu’il y aura en Équipe de France. L’idée c’est de préparer les entrées de ces joueuses chez les A, et que les Bleues qui entreront en Équipe de France dans quelques années aient été profilées et accompagnées pendant cette période de transition après les U20.

Quels sont les liens entre les A et les A’ ?
Ils sont très étroits. Le projet que j’ai confié à Jérôme Fournier se fait en totale collaboration avec Valérie Garnier et le staff des A. Par exemple, la première liste de joueuses sélectionnées a été établie par les deux entraîneurs. Il y aura bien entendu des passerelles entre les deux équipes. Justement, pour développer cette identité commune, l’Équipe de France A’ sera en stage toute la semaine à Chalon-sur-Saône (du 14 au 19 novembre)  en même temps que les A qui préparent leurs rencontres de qualification à l’Euro 2017. Il y aura un scrimmage entre les deux équipes le mercredi 16 novembre et les A’ assisteront à la rencontre des A contre les Pays-Bas le 19 novembre au Colisée. Les A’ seront très certainement mobilisées à nouveau l’été prochain. Nous travaillons en ce moment pour leur trouver une compétition.

 

Onze ans après…

Il ne s’agit pas de la première Équipe de France A’ féminine de l’histoire.  Les A’ féminines ont vu le jour en 2005, avec Joëlle Belmonte (7 sélections) comme entraîneur. Après un stage à Vichy puis en Tunisie et un tournoi en Turquie, elles avaient participé aux Jeux Méditerranéens à Almeria (Espagne). Parmi les joueuses retenues, des jeunes qui connaîtront quelques années plus tard leurs premiers succès chez les A : Clémence Beikes, Emilie Gomis, Paoline Salagnac, Gaëlle Skrela…

close
Envoyer à un ami

Ce contenu a attiré votre attention et vous souhaitez le partager ? Envoyez le lien de cette page à vos amis et collègues en remplissant simplement le formulaire ci-dessous.

*Les champs obligatoires sont signalés par un astérisque

'