Ligue Féminine

Une finale pour les étoiles

Corps: 

Jeudi 29 août aura lieu la première manche de la finale du championnat de WNBA entre New York et Los Angeles. Si, malheureusement, aucune Française n’y participera, la finale aura tout de même une petite touche hexagonale avec la présence dans les deux formations de quatre joueuses ayant évolué ou évoluant encore en LFB. Côté Los Angeles, on notera la participation de la future Berruyère Vedrana Grgin Fonseca, qui n’a pas bénéficié d’un grand temps de jeu cette saison (12 matches, un peu moins de 7 minutes de jeu en moyenne). La Croate possède pourtant des stats tout à fait honorables (2.6 points, 0.7 rebonds). En face, on trouvera le pivot d’Aix-en-Provence Camille Cooper (23 matches), élément important du roulement effectué par le coach new yorkais, tout comme Sue Wicks (30 matches, 3.4 rebonds), ex ailière Strasbourgeoise (1999). On notera également la présence de Vickie Johnson (11.6 points, 2.8 passes, 3.5 rebonds) qui avait porté les couleurs de Tarbes en 1997 et de Bordeaux en 1998.



Le parcours des Équipes

Avant de décrocher leur seconde finale d’affilée, les Los Angeles Sparks ont terminé en tête de la conférence Ouest avec 25 victoires et seulement 7 défaites. Seul Houston a réussi à vraiment poser des problèmes à cette équipe de rêve en la battant à deux reprises en saison régulière. Arrivées en playoff, les Sparks se défaisaient de Seattle en deux manches sèches (78-61 / 69-59) puis faisait de même avec Utah (75-67 / 103-77).

New York a connu légèrement plus de difficultés à arracher son billet pour la finale. Les joueuses de la Big Apple ont pourtant fini en tête de la conférence Est mais ont connu de plus nombreux revers. 18 succès ont couronné leur saison régulière contre 14 défaites. En playoffs, Liberty New York s’est d’abord débarrassé d’Indiana. Après s’être faites surprendre dans la première manche (55-73), elles s’imposaient finalement lors des deux suivantes (84-65 / 75-60). Elles remportaient enfin leur finale de conférence en deux matches (96-79 / 64-57) contre Washington, le club d’Audrey Sauret.



Leurs confrontations directes cette saison

Pour le moment, les formations en question sont à égalité. Elles s’étaient tout d’abord rencontrées le 25 mai pour le premier match de la saison. Sur son parquet, Los Angeles avait fait pencher la balance de son coté en l’emportant (72-64), malgré les 19 points de Vickie Johnson. Le 18 juillet dernier, leur route s’était de nouveau croisée, mais cette fois-ci à New York. Les championnes en titre s’inclinaient face aux joueuses locales (72-59), notamment grâce à une très belle performance de Tamika Whitmore (25 points).



Leurs atouts

Parler de cette finale sans évoquer la participation de Lisa Leslie (notre photo) serait une aberration. Nommée MVP de la saison ainsi que du All Star Game, la joueuse californienne est la figure de proue de son équipe. Cette année, ses stats sont encore impressionnantes (16.9 points, 10.4 rebonds, 2.9 contres, 2.7 passes, 1.48 interceptions) et sont à la hauteur de l’exploit qu’elle a réalisé contre Miami : le premier smash de l’histoire du basket féminin. Cinquième meilleure marqueuse, deuxième rebondeuse, deuxième contreuse de la ligue cette saison, elle se verrais sûrement bien conserver le titre acquis l’an passé. Avec la Parmesane De Lisha Milton (11.3 points, 6.6 rebonds) à ses côtés, les Sparks en ont assurément les moyens.

Mais New York ne l’entend pas de cette oreille et compte bien empêcher L.A. de s’installer en haut de la hiérarchie américaine. Pour cela, l’entraîneur Richie Adubato pourra compter sur Tamika Whitmore, cinquième meilleur marqueuse des playoffs (17.8 points) et en pleine possession de ses moyens tout comme Tari Phillips, juste derrière elle dans ce classement (15.2). A la baguette, l’arrière Teresa Weatherspoon sera également un atout important pour l’outsider. Meilleure passeuse de la ligue américaine (7.5), elle alimentera à nouveau les offensives de son équipe.



Le palmarès

Les Sparks joueront donc la seconde finale de leur histoire (la seconde de suite) et tenteront de conserver leur titre. Quant à New York, il s’agira de sa quatrième finale (le record de Houston est égalé). Pour le moment aucune n’a été victorieuse.

2001 Los Angeles – Charlotte 2-0


75-66 / 82-54

2000 Houston – New York 2-0


59-52 / 79-73 a. p.

1999 Houston – New York 2-1


73-60 / 67-68 / 59-47

1998 Houston – Phoenix 2-1


51-54 / 74-69 a. p. / 80-71

1997 Houston – New York 1-0


65-51



Alexandre CARLIER (FFBB)

Catégorie: 
Surtitre: 
WNBA
Poids: 
-994
Date d’écriture: 
Mardi, 27. Août 2002
Vignette: 
Chapeau: 
Après un été bien rempli, où les seize équipes engagées se sont livrées une féroce bataille, la WNBA s’apprête à vivre une finale de haut niveau. New York Liberty aura la lourde tâche de faire chuter le Champion en titre et favori, les Los Angeles Sparks. Une constellation de stars, parmi lesquelles des joueuses de la Ligue Féminine de Basket (LFB), illuminera cette confrontation.

« Basket Féminin » sur la Toile

Corps: 

La famille Mariotti est un peu particulière. Le papa, Pierre, est le Directeur de la publication, tandis que son fils, Antoine, à l'origine du projet, est Rédacteur en Chef et s’occupe de toute la partie rédactionnelle. Tous les deux, ils sillonnent la France à la recherche de «filles», mais c’est pour la bonne cause, puisqu’ils sont les acteurs principaux du nouveau magazine spécialisé : «Basket Féminin».

Depuis quelques mois Antoine Mariotti et son père, multiplient les contacts tout en réalisant la majeure partie du travail de rédaction. Antoine, passionné par le journalisme, semble avoir transmis le virus à son père afin de faire vivre ce projet ambitieux. Tous les deux ils ont lancé leur site internet, grâce au soutien logistique de «SportProd» qui est un habitué des sites sportifs.

Cathy Melain, la marraine

L’internationale Cathy Melain, qui a déjà réalisé des stages au sein d’une rédaction, notamment au Berry Républicain, et qui aimerait devenir journaliste à l’issue de sa carrière sportive, a accepté d’être la Marraine de «Basket Féminin». Ce magazine "100% basket", qui traite du championnat de la Ligue Féminine de Basket (LFB), des Espoirs, de la NF1, NF2 et NF3, des championnats de jeunes, ainsi que de l’Euroligue, de la NCAA et de la WNBA n’est pas vendu en kiosque, mais seulement sur abonnement. Au prix de 5 Euros par exemplaire ce magazine vous fera plonger au cœur du basket Champion de nos joueuses si vaillantes. Vous pouvez commander en ligne sur www.basket-feminin.net les anciens numéros et même vous abonner.

Bonne chance et bon vent aux varois, amoureux du basket au féminin.



Catégorie: 
Surtitre: 
Un nouveau site internet
Poids: 
-994
Date d’écriture: 
Vendredi, 16. Août 2002
Vignette: 
Chapeau: 
Le petit dernier des magazines spécialisés de notre discipline, «Basket Féminin» qui en est déjà à son 6ème numéro, a ouvert récemment son site internet : www.basket-feminin.net . Nous souhaitons bonne chance aux initiateurs de ce projet ambitieux.

Composition des poules de l'Euroligue

Corps: 

Dans le groupe A, le Champion d’Europe en titre, Valenciennes, rejoint le finaliste de la dernière finale Ronchetti, Tarbes, ainsi que Pecs et Côme.

Dans le groupe B, Bourges aura fort à faire face au vice champion d'Europe Gdynia, Parme 3ème, Ruzomberok 4ème, Sopron quart de finaliste en 2002.

Retrouvez ci-dessous la composition des deux groupes constituant l’Euroligue 2002-03 :

GROUPE A


Polfa Pabianice (Pologne)


Gambrinus BVV Brno (Rép.Tchèque)


UMMC Iekaterinburg (Russie)


Tarbes Gespe Bigorre (FRANCE)


Wuppertal Wings (Allemagne)


Valenciennes Olympic (FRANCE)


MiZo Pecsi (Hongrie)


Societa Gimnastica Comense (Italie)

GROUPE B


Lietuvos Telekomas Vilnius (Lituanie)


SCP Ruzomberok (Slovaquie)


Basketball Investments Gdynia (Pologne)


Famila Schio (Italie)


Ros Caseres Valencia (Espagne)


CJM Bourges Basket (FRANCE)


Gysev Ringa Sopron (Hongrie)


Lavezzini Basket Parma (Italie)

Catégorie: 
Surtitre: 
Euroligue féminine 2002-2003
Poids: 
-994
Date d’écriture: 
Mardi, 6. Août 2002
Vignette: 
Chapeau: 
Le tirage au sort des groupes de l’Euroligue féminine 2002-2003 a eu lieu aujourd’hui, mardi 6 août 2002, à Munich (Allemagne) au siège de la FIBA. Les coéquipières d'Audrey Sauret, Championnes d'Europe 2002, et Tarbes sont dans le groupe A, a priori plus manoeuvrable que la poule B, où le CJM Bourges sera confronté à de gros calibres européens.

Moussard sur son 31

Corps: 

Loëtitia est née le 2 juillet 1971 à Toulouse (Haute-Garonne). Elle évolue depuis cette année à Montpellier Lattes. Ce poste bas a été formé par Alain Jardel, de 1986 à 1995 au cours de son passage remarqué au BAC Mirande (Champion de France en 1988, 1989 et 1990). En 1995, elle quitte son Sud Ouest natal et rejoint Valenciennes Orchies où elle remporte le Tournoi de la Fédération en 1997 et échoue à deux reprises (1996 et 1997) aux portes du titre national.

En 1997, elle va jouer à Tarbes où elle s'octroie la Coupe de France. Relancée dans sa région natale, Loëtitia part de nouveau à l'assaut des titres. De 1998 à 2001, Bourges va lui permettre de remporter à nouveau le Championnat de France et le Tournoi de la Fédération en 1999 et en 2000, et confirmer le poids et l'impact qu'elle a dans toutes les équipes où elle a joué. Elle atteint également les sommets européens en arrivant en finale d'Euroligue féminine en 2000 et en la remportant en 2001, accrochant ainsi le dernier titre qu'il manquait à son riche palmarès.

En équipe de France, la Toulousaine, 178 fois capées !, est un cadre incontournable. A deux reprises Vice championne d'Europe des Nations en 1993 et 1999, elle atteint la 5ème place aux Jeux Olympiques d'Atlanta. En guise de consécration suprême, elle devient en 2001 Championne d'Europe des Nations et s'installe pour toujours comme une des 12 Filles en Or. Elle évolue désormais à Montpellier Lattes où elle amène toute son expérience, sa gentillesse et sa combativité. Pas de doute possible, "Madame" Moussard sera un atout de poids dans la raquette tricolore au Championnat du Monde en Chine.

La Fédération vous souhaite, Loëtitia, un joyeux anniversaire !

Catégorie: 
Surtitre: 
Anniversaire
Poids: 
-994
Date d’écriture: 
Lundi, 1. Juillet 2002
Vignette: 
Chapeau: 
Loëtitia, la pivot tricolore aux 178 sélections internationales fête aujourd'hui ses 31 ans. Nous souhaitons à cette grande dame du basket féminin un heureux anniversaire et de bonnes vacances avant l'échéance chinoise.&#13; <P>

Un week-end chargé

Corps: 

Les semaines se suivent et ne se ressemblent pas pour Audrey Sauret. Présente deux fois d’affilée dans le cinq départ de Washington le week-end dernier, la capitaine de Valenciennes, ne rentre plus au début des rencontres mais garde malgré tout la confiance de son entraîneur, Marianne Stanley. Vendredi, face à Portland (défaite 72-66), elle a joué 11 minutes malgré son manque de réussite (1 passe décisive seulement). Deux jours plus tard, les Mystics recevaient Charlotte. Présente sur le parquet 10 minutes, Audrey se montrait plus à son avantage (2 pts, 1 rb, 1 pd, 1 int) face à son équipière de l’USVO, Allison Feaster. Cette dernière était d’ailleurs un atout important pour son équipe (7 pts, 8 rbs, 4 pd, 2 int), tout comme l’ancienne Tarbaise, Andrea Stinson (14 pts, 4 rbs), mais les deux pensionnaires de clubs hexagonaux ne pouvaient éviter la victoire des « Mystics » de Sauret (56-55).

A Cleveland, Lucienne Berthieu soigne toujours son genou droit. Victime d’une tendinite, elle n’a plus joué depuis maintenant deux semaines. Pendant ce temps, les Rockers continuent leur chemin et s'imposent à New-York (67-58) malgré la très bonne partie de l’ex joueuse de Tarbes (1997) et Bordeaux (1998), Vickie Johnson (14 pts, 4 rbs, 3 pd, 3 int). Cependant, la franchise de Cleveland a aussi connu la défaite dimanche soir contre Utah (79-62). La quasi parfaite Ann Wauters (20 pts, 6 rbs) était bien trop seule pour répondre aux excellentes « Polonaises » de Gdynia Marie Ferdinand (17 pts) et Malgo Dydek (19 pts, 13 rbs). Ces deux filles avaient déjà fourni une grosse performance deux jours plus tôt (16 pts pour Ferdinand, 16 rbs pour Dydek) contre Houston, ne pouvant malgré tout empêcher la défaite (73-57).

Vendredi, Los Angeles était allé s'imposait à Phoenix (84-72). La « Parmesane » DeLisha Milton (13 pts, 14 rbs) et la probable future joueuse de Gdynia, Lisa Leslie (18 pts, 14 rbs) ont mené la danse face à Gordana Grubin, pourtant très bonne (23 pts, 7 rbs). On soulignera également la très belle performance, le lendemain, de Katie Smith, présente au Final Four de l’Euroligue avec Gdynia, 25 points sont venus couronner son match victorieux avec son équipe des Minnesota Lynx contre Orlando Miracles (67-59).

Catégorie: 
Surtitre: 
WNBA
Poids: 
-994
Date d’écriture: 
Dimanche, 30. Juin 2002
Vignette: 
Chapeau: 
Les joueuses de la ligue américaine n’ont pas chômé entre vendredi et dimanche. Quasiment toutes les équipes ont joué deux matches. Lucienne Berthieu n’est toujours pas remise de sa blessure et Audrey Sauret, sortie du cinq de départ, garde la confiance de son entraîneur. De leur côté les étrangères de LFB portent encore haut les couleurs de la France en WNBA.&#13; <P>

Sauret s’installe

Corps: 

Mardi soir, contre Sacramento, Audrey Sauret alignait sa seconde titularisation de suite. Deux jours plus tôt, elle avait débuté la rencontre face à Cleveland devants les 15.000 fans du MCI Center. Lors de ce match, la capitaine de l’U.S.V.O. n’avait cependant pas été décisive puisqu’elle n’avait inscrit que 6 points en 24 minutes, un faible total quand on sait que les marqueuse sont fortement appréciées outre-Atlantique. Elle avait également pris 1 rebond, distribué 3 passes décisives et réussi 1 interception. Dans les rangs des Rockers, Lucienne Berthieu faisait défaut. Sa blessure au genou l’empêche toujours de refouler les parquets.

Face à Sacramento, les Mystics ont gagné (87-86 après prolongations). La Française n’a pas marqué mais a capté un rebond et a beaucoup apporté dans le jeu de son équipe en 29 minutes de temps effectif. Elle a de plus donné 4 passes décisives, réussi 1 interception et 1 contre. Face à elle, les Monarchs pouvaient compter sur Kedra Holland-Korn, la joueuse d’Aix-en-Provence, qui s’est montrée très performante (28 pts, 4 rbs, 3 pd, 3 int, 1 co). Sa coéquipière, l’ex Strasbourgeoise Andrea Nagy a, quant à elle, été plutôt irréguière (en 42 minutes : 9 pts, 4 rbs mais 9 pd).

Du côté de Cleveland, si Berthieu est toujours blessée au genou droit (tendinite), la Valenciennoise Ann Wauters, elle, s’impose de plus en plus. Dans le cinq de départ, mardi contre Miami, elle a grandement participé au succès des siens (71-50), notamment en inscrivant 18 points (8/13) et en prenant 7 rebonds (dont 5 défensifs). Dans le même temps, Utah enchaînait, contre Portland, sa quatrième victoire de rang (86-83), lui permettant de remonter au classement de la conférence Ouest. Au sein de cette équipe, trois filles ont été des pions essentiels derrière l’impériale Adrienne Goodson (30 pts). La Polonaise Malgo Dydek, présente au dernier final Four de l’Euroligue avec Gdynia, a fait jouer sa taille (2.18m) pour prendre 12 rebonds et réussir 6 contres. Elle a également marqué 13 points et servis 4 passes décisives. Marie Ferdinand, qui fait elle aussi parti de l’effectif de Gdynia, a inscrit 14 points, soit un de plus que l’ex Valenciennoise (de 1991 à 1993) Jennifer Azzi.

D’autre part, les Sparks de Los Angeles, qui restent sur sept victoires de rang, sont venus à bout de Phœnix (89-86), en partie grâce à le Parmesane DeLisha Milton (11 pts, 7 rbs, 2 int). Pendant ce temps, l’ex arrière de Tarbes (de 1992 à 1994), Andrea Stinson donnait la mesure de son talent, du haut de ses 35 ans, en marquant 22 points et prenant 8 rebonds. A ses côté, la Valenciennoise Allison Feaster faisait pâle figure (5 pts, 2 rbs, 2 int). Chez l’adversaire, qui enchaîne sa douzième défaite de suite, la Sénégalaise Astou Ndiaye-Diatta, qui jouait deux ans plus tôt à Lattes-Maurin Montpellier et qui évolue aujourd’hui à Schio, faisait son possible pour redresser la barre (14 pts, 7 rbs).

Catégorie: 
Surtitre: 
WNBA
Poids: 
-994
Date d’écriture: 
Jeudi, 27. Juin 2002
Vignette: 
Chapeau: 
La capitaine de Valenciennes reprend petit à petit ses marques au sein des « Mystics Washington ». Elle a fait partie du cinq de départ de sa formation lors des deux dernières rencontres. Même si ses performances ne sont pas vraiment à la hauteur de toutes les espérances, il faut encore digérer la saison avec l’U.S.V.O..

Le chaud et le froid

Corps: 

Bien qu’elles aient chutées sur le parquet des Charlotte Stings (78-64), les filles de Washington sont toujours en tête de la conférence Est. Dans les rangs du club de la capitale, Audrey Sauret éprouve quelques difficultés à retrouver son jeu. Il faut dire qu’après une telle saison, il est impossible de lui demander d’être au top tout de suite. Après avoir tout remporté cette année, la capitaine de l’USVO n’a pas démarré la préparation en même temps que ses équipières outre-Atlantique, ce qui explique qu’elle ne passe pas énormément de temps sur les parquets. Jeudi, elle est entrée en jeu seulement 10 minutes et n’a pu inverser le cours des choses (3 pts, 2 rbs, 1 int). Face à elle, Charlotte avait dans ses rangs deux véritable furies. L’ex-joueuse de Tarbes (de 1992 à 1994) Andrea Stinson a mis le feu à la rencontre (27 pts, 10 rbs), bien épaulée par la Valenciennoise Allison Feaster (16 pts, 8 rbs, 3 int, notre photo) ont placé leur franchise sur les rails du succès.

L’autre française, Lucienne Berthieu, donnerait sûrement cher en ce moment pour avoir le même temps de jeu qu’Audrey Sauret. La future Aixoise a, en effet, été placé sur la liste des blessées depuis maintenant une semaine et ne sait pas encore quand elle pourra rejouer. A cause de cette tendinite au genou droit, l’ailière n’a pu prendre part au match entre Cleveland, sa formation, et Washington vendredi 14 juin pour ce qui aurait constitué un duel de « frenchies ». Elle a également manqué le match contre Orlando mercredi où elle aurait croisé la route de son ancienne partenaire à Old Dominion University, Clarisse Machanguana. Cette dernière n’a pas vraiment été décisive (2 pts, 2 int en 11 minutes), tout comme la Belge de Cleveland, Ann Wauters (Valenciennes) qui a pourtant eu un temps de jeu conséquent mais qui a été muselée par la défense adverse (7 pts, 4 rbs, 2 pd).

Enfin, Sacramento reprend du poil de la bête. L’équipe est toujours accrochée à la dernière place de la conférence Ouest mais vient d’aligner sa deuxième victoire de rang face à Seattle (72-64). L’arrière d’Aix-en-Provence, Kedra Holland-Corn, a pris une large part au succès des siennes (14 pts), tout comme son homologue de Parme Ticha Penicheiro (10 pts, 10 pd, 6rbs), présente au final four de l’Euroligue au mois d’avril dernier. On notera également la présence dans cette équipe de l’ex-Strasbourgeoise (1996) Andrea Nagy. La Hongroise n’a cependant pas beaucoup joué dans cette partie (4 minutes, 1 rbd).

Le programme de Washington et Audrey Sauret :



Le 21 : se déplace à Miami

Le 23 : reçoit Cleveland

Le 25 : se déplace à Sacramento

Le 27 : se déplace à Los Angeles

Le programme de Cleveland et Lucienne Berthieu :

Le 21 : reçoit New-York

Le 23 : se déplace à Washington

Le 25 : reçoit Miami

Le 27 : reçoit Sacramento

Pour en savoir plus, visitez le site de la WNBA.

Catégorie: 
Surtitre: 
WNBA
Poids: 
-994
Date d’écriture: 
Vendredi, 21. Juin 2002
Vignette: 
Chapeau: 
Un doux vent tricolore souffle encore sur la prestigieuse ligue américaine. Si Audrey Sauret et Lucienne Berthieu ont du mal à (re)trouver leurs marques, certaines joueuses étrangères de LFB sont quant à elles des pions essentiels de leur équipe.

L’accent français

Corps: 

A tout seigneur, tout honneur. Audrey Sauret (notre photo), capitaine de Valenciennes, meilleure équipe européenne, se met doucement au diapason de ses équipières américaines à Washington. Face à Houston (victoire des filles de la capitale 70-64), jeudi dernier, elle n’a joué que cinq minutes n’inscrivant que 2 points (1/1). A ses côtés, l’Australienne Annie Burgess, qui évoluera à Reims la saison prochaine, s’est illustrée en distillant 9 passes décisives. Malheureusement pour elle, sa maladresse au shoot (1/7) lui a fait réalisé une performance plutôt moyenne (4 pts). Cela n’a pas empêché Washington de prendre la tête de la conférence Est. L’autre Française, Lucienne Berthieu a joué mardi avec les Cleveland Rockers et a été battu par Miami (74-65). L’ex Rennaise (en 1997) a joué 9 minutes, inscrit 5 points et pris 2 rebonds.

La joueuse d’Aix-en-Provence, Kedra Holland-Corn, a, elle, connu une très grosse semaine. L’arrière de Sacramento a rendu une feuille de stats avec 17 points, 4 rebonds, 5 passes mardi contre Minnesota (défaite 72-63) puis 13 points et 5 rebonds contre New York jeudi (victoire 78-77). Sa coéquipière portugaise, Ticha Penicheiro, qui était présente au Final Four de l’Euroligue à Liévin cette saison avec Parme, a fait encore mieux. Meilleure passeuse de la ligue (7.2 par match), elle a inscrit 16 points, pris 6 rebonds et distribué 5 passes décisives contre Minnesota, puis a affolé les compteurs contre New York (23 pts, 5 rbs, 9 pd). Malgré ces deux éléments forts, les Monarchs n’arrivent pas à décoller et ne comptent qu’un succès en cinq rencontres. Le revers contre Minnesota et une Katie Smith en pleine forme (22 pts, 5 pd) en a été la cruelle illustration. La joueuse de Gdynia, présente elle aussi au Final Four de l’Euroligue, a renouvelé cette performance contre Portland jeudi dernier (17 pts, 6 rbs, 2pd) pour une nouvelle victoire des siens (60-46).

La Valenciennoise Allison Feaster, quant à elle, ne s’est pas illustrée outre mesure sur les parquets de son pays avec les Charlotte Stings. Raisonnable contre Houston (10 pts, 5 rbs, pour une défaite 78-66), elle s’est montrée tout aussi discrète face à Indiana (9 pts, 2rbs, 2 int, pour une victoire 75-64). Cela n’a pas été le cas de l’ancienne Tarbaise (de 1992 à 1994), Andrea Stinson. Celle-ci a inscrit 13 points et pris 7 rebonds face à Houston et a rentré 15 points contre Indiana.

Un peu plus loin de la France, le Polonaise Margo Dydek a survolé la victoire que se disputait son équipe de l’Utah, et New York. Du haut de ses 2.13m, la joueuse de Gdynia a saisi pas moins de 16 rebonds et fait 4 contres. Ses 12 points ajoutés à ceux de sa coéquipière en Pologne et aux Etats-Unis Marie Ferdinand (18) n’ont pas évité la défaite des Starzz (71-68).

Catégorie: 
Surtitre: 
WNBA
Poids: 
-994
Date d’écriture: 
Vendredi, 14. Juin 2002
Vignette: 
Chapeau: 
Sur les seize franchises engagées en WNBA cette saison, douze comptent dans leurs rangs des joueuses qui ont évolué, qui évolue encore ou qui évolueront l’an prochain en LFB. Ces filles sont au nombre de 23. Certaines ont réalisé cette semaine de belles performances.

Débuts timides pour Sauret

Corps: 

Alors que la compétition a débuté depuis déjà une semaine, les deux Françaises présentes aux Etats-Unis, n’avaient pas encore foulé les parquets de la ligue américaine. D’un côté, Washington n’avait pas encore eu de match à disputer, ce qui permettait à Audrey Sauret de récupérer de son éprouvant parcours européen. De l’autre côté, Seattle décidait brusquement de ne pas retenir dans son effectif Lucienne Berthieu et entamait donc la saison sans elle. En fin de semaine dernière, cette dernière recevait tout de même une proposition de Cleveland, qu’elle acceptait sur le champ.

Samedi soir, les deux formations concernées mettaient le bleu de chauffe. Les « Washington Mystics » recevaient, pour leur entrée dans la compétition Orlando. Les filles de la capitale prenaient rapidement les choses en main et géraient une courte avance durant le reste de la partie (92-83). Audrey Sauret, qui n’était pas dans le cinq de départ, a joué 5 minutes. Durant ce court laps de temps, la Française a rentré son seul tir (1/1, 100 %, 2 pts) et desservi 1 passe décisive. Au niveau défensif, elle a saisi 1 rebond et réussi 1 interception.

Lucienne Berthieu, quant à elle, n’est pas entré en cours de match. Sa nouvelle équipe, les « Cleveland Rockers », accueillait Houston et s’est fait surprendre (69-65), notamment grâce à une deuxième mi-temps rondement menée par les « Comets ».

Washington ira à Phœnix lundi soir tandis que Cleveland devra attendre jeudi avant de rejouer face à Detroit.

Catégorie: 
Surtitre: 
WNBA (USA)
Poids: 
-994
Date d’écriture: 
Lundi, 3. Juin 2002
Vignette: 
Chapeau: 
La saison de WNBA a débuté pour Audrey Sauret. La Capitaine de Valenciennes, a entamé la saison avec sa nouvelle équipe de Washington, à domicile face à Orlando, samedi soir. Lucienne Berthieu, quant à elle , découvrait sa nouvelle formation, Cleveland.

Sauret et Berthieu, le rêve américain

Corps: 

En cette fin de semaine, Audrey Sauret, forte de sa saison parfaite avec l'USVO, et Lucienne Berthieu, ex-pensionnaire de l'Université d'Old Dominion, abordent la saison régulière (du 25 mai au 13 août 2002) du Championnat professionnel féminin Nord Américain. La WNBA entre dans sa sixième année d'existence, avec une forte représentation française.

Après avoir vécu sa saison la plus aboutie en France (4 compétitions, 4 titres), Audrey Sauret veut s'imposer dans le championnat Outre Atlantique, au sein des « Washington Mystics ». Créditée de 3 points, à 30% aux tirs, 1.7 passes décisives et 1.7 rebonds lors de la saison 2001, l'Internationale Nordiste a été confirmée dans l'effectif initial de la franchise basée dans la capitale américaine. Pour leur premier match de la saison, les Mystics recevront les Orlando Miracle au MCI Center, le samedi 1er juin 2002.

Quant à Lucienne Berthieu (1.86m, 24 ans), préalablement recrutée par la formation d'Aix en Provence, elle attaque sa première saison WNBA au sein de la franchise des « Seattle Storm ». Elle a été élue Meilleure Joueuse de sa Conférence pour sa dernière année universitaire et a conduit les « Lady Monarchs » de Old Dominion en finale régionale du Tournoi NCAA, battues par le futur vainqueur, Connecticut. A Seattle, Lucienne retrouvera d'ailleurs Sue Bird, la formidable meneuse de « Uconn », tête de liste de la Draft WNBA 2002, et Lauren Jackson l'Internationale Australienne. La jeune Française a déjà pu porter un premier jugement sur le niveau du jeu pratiqué puisqu’elle a participé aux quatre rencontres de préparation. Plutôt imprécise au moment du tir (25 %), elle s’est révélée très précieuse au rebond (2.25 rbs pour un temps de jeu de 8 minutes en moyenne). Pour son match d'ouverture, Seattle accueillera New York, jeudi 30 mai.

Outre les deux françaises, on remarque le fort contingent des joueuses provenant de la Ligue Féminine de Basket (LFB). Ce ne sont pas moins de 26 joueuses qui ont joué ou jouent encore dans l'hexagone. Parmi les plus brillantes, on trouve les deux meilleures joueuses étrangères de la LFB, Ann Wauters (Cleveland) et Allison Feaster (Charlotte), les futures Berruyères Slobodanka Tuvic (Phoenix) et Vedrana Grgin (Los Angeles). Cette forte présence des joueuses "françaises" vient confirmer la qualité du basket féminin pratiqué sur notre territoire et le potentiel de plus en plus reconnu et apprécié des Européennes.

Yann Kappes - Service de Presse FFBB

Catégorie: 
Surtitre: 
WNBA
Poids: 
-994
Date d’écriture: 
Mardi, 28. Mai 2002
Vignette: 
Chapeau: 
La saison de WNBA qui s’est ouverte samedi dernier aura un accent français. Outre Audrey Sauret, déjà présente l’année dernière sous le maillot de Washington, Lucienne Berthieu, draftée en 19ème position, défendra les couleurs de Seattle. Sans compter les autres joueuses qui ont joué cette saison en LFB.

Pages

S'abonner à RSS - Ligue Féminine
close
Envoyer à un ami

Ce contenu a attiré votre attention et vous souhaitez le partager ? Envoyez le lien de cette page à vos amis et collègues en remplissant simplement le formulaire ci-dessous.

*Les champs obligatoires sont signalés par un astérisque

'