Ligue Féminine

"Rendre le sport plus inclusif et équitable"

Corps: 

Comment ça va et ou es-tu en ce moment ?
Je vais bien. J’habite à Montreal et je travaille pour le Comité Olympique canadien.

Qu'as-tu fais depuis que tu as quitté la France ?
Depuis mon retour je me suis impliquée dans le sport ici au Canada. J’ai retrouvé l’hiver, ma famille et mes amis. Je fais du ski et je profite de la neige. Comme bénévole, j’introduis les programmes de basket dans des communautés autochtones dans les régions du nord. Je fais des conférences de motivation dans des écoles et des entreprises. Enfin, je travaille pour le Comité Olympique canadien dans le service des fédérations nationales de sport. Nous avons 55 sports olympiques et panaméricains, dont hiver et été, et je travaille avec eux pour le rendre plus sûr pour les participants, inclusif, équitable pour les femmes, et pour de meilleures organisations.

Suis-tu encore le championnat LFB et une équipe en particulier ?
Je suis les Canadiennes et mes amies qui jouent dans la ligue. Si j’ai la chance de suivre un match, je le fait. Sinon, c’est plutôt des updates dans nos chats Whatsapp.

As-tu des ami(e)s qui jouent toujours en France ?
Yes ! Toutes les Canadiennes, Ana Filip, Romana Hejdova, Kristen Mann et des amis qui sont maintenant des coachs.

Quel est ton meilleur souvenir en LFB ?
Tous les supporters et les enfants dans les clubs où j’ai joué, le soutien pour le basket féminin est incroyable. Les connections avec les partenaires et les bénévoles, surtout à Angers, ont été très spéciales pour moi. Ma deuxième saison à Angers et la saison à Aix-en-Provence avec Bruno Blier où on avait une équipe très amusante sont mes préférées.

Et le pire ?
Les retours en minibus très très long après un mauvais match.

Son parcours en LFB

Jan-Mai 2012 Tarbes
2012-2013 Pays d’Aix
2013-2017 Angers

Son palmarès en LFB

MVP étrangère de LFB en 2015

Catégorie: 
Surtitre: 
Que deviens-tu...Lizanne Murphy ?
Auteur: 
Propos recueillis par Arnaud Dunikowski
Date d’écriture: 
Mercredi, 8. Avril 2020
Vignette: 
Catégorie 2: 
Chapeau: 
En 6 saisons et 125 matches joués, la Canadienne Lizanne Murphy a laissé un souvenir impérissable en Ligue Féminine et notamment à Angers où son talent, son accent et sa bonne humeur ont fait l'unanimité. Désormais retraitée des parquets, elle est retournée dans son pays natal pour y développer le sport.

"Les plus belles années de ma vie"

Corps: 

Comment vas-tu Magali?
On n'a pas vraiment le choix, c'est pour la bonne cause. On se plie aux règles en espérant que la situation se rétablisse vite et qu'il y ait le moins de décès possible. Cette situation rend triste.

Que deviens-tu ?
Je suis cadre technique fédéral pour la Ligue PACA, je suis responsable du pole espoirs masculins secteur Provence. J'y suis depuis 2016, c'est très intéressant, ça me plaît énormément. C'est vraiment ce à quoi je m'attendais. On forme des jeunes, c'est cool.

Sur une échelle de 1 à 10, à quel niveau suis-tu encore le championnat de Ligue Féminine ?
8. C'est toujours intéressant de voir les matches, les joueuses même si je n'ai pas connu ou rencontré celles de la nouvelle génération. Je suis toujours passionnée par le basket en général donc il n'y a pas de raison d'arrêter.

Quel est ton plus beau souvenir de LFB ?
Il y a mes expériences avec l'Équipe de France, le titre de championne d'Europe avec Aix-en-Provence (vainqueur de l'Eurocoupe en 2003), des rencontres humaines, avoir pu cotoyer des cultures différentes, découvrir d'autres personnes, d'autres pays. Ca a été une chance et ça restera les plus belles années de ma vie.

Et le moins bon ?
Ma blessure au ligament croisé en 2002 mais ça a été une force derrière. Quelques mois après j'étais sur les terrains mais sur l'instant ça a été très dur d'accepter la chose, d'imaginer tout le travail à faire pour revenir. Mais ça m'a permis de revenir encore plus forte dans la tête et dans la notion de travail, d'engagement. Dur sur le coup mais positif dans la suite.

As-tu encore des échanges avec certaines joueuses ?
Oui quand je les rencontre. Les dernières en date ce sont Lucienne Berthieu et Loetitia Moussard. Ca fait toujours plaisir de revoir les joueuses et de papoter du bon vieux temps, c'est toujours agréable.

Son parcours

1996-1997 Clermont-Ferrand
1997-1998 Limoges
1998-2001 Mondeville
2001-2004 Aix-en-Provence
2004-2005 Calais
2005-2009 Aix-en-Provence
2009-2011 Challes-les-Eaux
2011-2012 Charleville-Mézières

Son palmarès

En Équipe de France (14 sélections A)
Médaille de bronze au Mondial Espoirs en 2003
Médaille d'argent à l'Euro Juniors en 2002
Médaille de bronze à l'Euro Cadettes en 1999

En club
Vainqueur de l'Eurocoupe en 2003
Vainqueur de la Coupe de France en 1999
Championne de France de N1B en 1993

Catégorie: 
Surtitre: 
Que deviens-tu...Magali Lacroix ?
Auteur: 
Propos recueillis par Arnaud Dunikowski
Date d’écriture: 
Vendredi, 3. Avril 2020
Vignette: 
Chapeau: 
Retirée des parquets de Ligue Féminine depuis 2012, Magali Lacroix en a vécu le lancement en 1998 lorsqu'elle jouait à Mondeville. L'intérieure a passé la moitié de sa carrière LFB (14 saisons, 347 matches joués) en Provence, à Aix. Une région qu'elle arpente désormais pour son travail de cadre technique pour la Ligue PACA de basket.

"Aider les gens dans un projet de vie"

Corps: 

Comment vas-tu Elodie ?
Ca va bien. Le confinement se passe bien. C'est chargé car il y a deux enfants à la maison, c'est un peu sport. Je suis maîtresse, éducatrice de jeunes enfants (rires).

Que deviens-tu ?
Je suis conseillère en immobilier chez IAD France. J'avais plusieurs idées pour ma reconversion et l'immobilier m'a toujours passionnée. Quand je changeais de club, c'était un plaisir de pouvoir, même en location, trouver une maison. Si tu n'es pas bien chez toi, tu ne peux pas être bien dans ta vie de tous les jours. Mon cocon, même pour 8 mois, était super important. C'est l'endroit où tu peux te ressourcer. J'ai toujours eu un côté casanier, me retrouver au calme chez moi. J'aime l'échange avec les gens, les aider dans un projet de vie. Chaque bien, chaque client est différent ce qui permet de changer d'univers plusieurs fois dans une journée. C'est génial !

Sur une échelle de 1 à 10, à quel niveau suis-tu encore le championnat de Ligue Féminine ?
Je le suis vraiment le championnat donc on va dire 8-9. Je ne suis pas allée voir de match de Ligue Féminine cette année, le basket me manque beaucoup. J'habite toujours à Tarbes, je suis bénévole pour le club des garçons qui joue en NM1 pour garder un pied dans le basket.

Quel est ton plus beau souvenir de LFB ?
Ca pourrait être le titre de championne d'Europe ma première année avec Valenciennes, c'était fantastique. Il y a aussi Perpignan même si c'est de la Ligue Féminine 2. On a eu des moments très compliqués dans ce club. L'année de LF2 (saison 2013-2014), on est remontées, les filles étaient super soudées, il n'y a pas eu une embrouille de la saison. On s'entendait toutes bien. On avait un seul objectif, gagner. Une année extraodinaire, vraiment. Ca restera un de mes plus beaux souvenirs.

Et le moins bon ?
Clairement c'est quand je me suis blessée au ligament croisé au TGB parce que ma carrière ne s'est pas terminée comme prévue, beaucoup trop rapidement.

As-tu encore des échanges avec certaines joueuses ?
Je dois voir Claire Tomaszewski tous les 15 jours car elle est sur Tarbes. Adja Konteh aussi, on s'envoie des vidéos des enfants. Je suis aussi en contact avec des étrangères. Je suis restée proche d'Abby Bishop et Angie Bjorklund. Bérangère Dinga-Mbomi, Elodie Godin de temps en temps par message, Pauline Krawczyk. Je profite des occasions pour prendre des nouvelles, discuter un moment. On garde un lien.

Son parcours

1999-2002 Centre Fédéral
2002-2004 Valenciennes
2004-2005 Bourges
2005-2009 Lattes Montpellier
2009-2011 Villeneuve d'Ascq
2012-2014 Perpignan (LFB puis LF2)
2014-2015 Roquebrune Cap Martin (NF1)
2015-2017 Tarbes (LF2 puis LFB)
2017 Lyon
2018 Angers (LF2)

Son palmarès

En Équipe de France jeunes
Médaille de bronze au Mondial Espoirs en 2003
Médaille d'argent à l'Euro Juniors en 2002
Médaille de bronze à l'Euro Cadettes en 1999

En club
Vainqueur de l'Euroligue en 2004
Championne de France LFB en 2003 et 2004
Vainqueur de la Coupe de France en 2003
Vainqueur du Tournoi de la Fédération en 2003 et 2004
Vainqueur de l'Open LFB en 2002 et 2003
Championne de France LF2 en 2014 et 2016
MVP du Final Four LF2 en 2014

Catégorie: 
Surtitre: 
Que deviens-tu...Elodie Bertal-Christmann ?
Auteur: 
Propos recueillis par Arnaud Dunikowski
Date d’écriture: 
Mercredi, 1. Avril 2020
Vignette: 
Chapeau: 
Joueuse emblématique de Ligue Féminine avec 12 saisons et 255 matches à son compteur, Elodie Bertal-Christmann a rangé ses baskets et vit désormais à Tarbes où elle travaille dans l'immobilier. Une reconversion logique selon l'intérieure passée par sept clubs en LFB dont Valenciennes, Lattes Montpellier ou encore Villeneuve d'Ascq.

"J'ai un Master 1 de Manager Général"

Corps: 

Comment vas-tu Krissy ?
Ça va plutôt bien, je vis ce confinement avec ma famille dans le Nord.

Que deviens-tu ?
J’ai arrêté après la saison 2014/15 à Aulnoye Aymeries en LF2. J’ai 2 enfants et j’ai travaillé à Arras de 2016 à 2019 en tant que Manager Directrice Sportive en LF2. J’ai eu mon Master 1 Manager Général au CDES de Limoges en novembre 2019 et je termine mon titre professionnel d’assistante comptable en juin. Je suis à la recherche d’un nouveau challenge sportif dans ma région.

Sur une échelle de 1 à 10, à quel niveau suis-tu encore le championnat de Ligue Féminine ?
Je suis à 6/10 la LFB. J’essaye de suivre les grosses affiches généralement et les finales.

Quel est ton plus beau souvenir de LFB ?
Les titres de Coupe de France en 2007 et 2012 sans hésitation car on est sur terrain neutre à Bercy, une salle mythique, et ça se joue sur un match. Il faut être prêt.

Et le moins bon ?
La demi-finale des playoffs perdue en 2008 avec Valenciennes (contre Lattes Montpellier) car cela signifiait la mort du club de l’USVO.

As-tu encore des échanges avec certaines joueuses ?
J’échange encore de temps en temps avec d’anciennes coéquipières mais on parle moins de basket qu'avant. J’essaye de leur apporter mon soutien, de prendre du recul face à certaines situations que l’on peut vivre dans une saison. Je leur dit de profiter au maximum et de préparer doucement la sortie de piste. C’est important pour bien vivre la fin de carrière.

Son parcours en LFB

1998-1999 Rennes
1999-2002 Villeneuve d'Ascq
2002-2004 Lattes Montpellier
2004-2006 Mondeville
2006-2008 Valenciennes
2010-2013 Arras

Son palmarès en LFB

Championne de France LFB en 2007
Vainqueur de la Coupe de France en 2007 et 2012

Catégorie: 
Surtitre: 
Que deviens-tu...Krissy Badé ?
Auteur: 
Propos recueillis par Arnaud Dunikowski
Date d’écriture: 
Lundi, 30. Mars 2020
Vignette: 
Chapeau: 
Formée en Seine-et-Marne puis passée par le Centre Fédéral, Krissy Badé a débuté sa carrière professionnelle lors de la première saison LFB en 1998 avec Rennes. Elle a ensuite joué pour Villeneuve d'Ascq, Lattes Montpellier, Mondeville, Valenciennes et Arras (12 saisons et 320 matches en Ligue Féminine). Elle est restée attachée au Nord puisqu'elle y vit désormais.

Décision définitive le 10 avril

Corps: 

La Fédération a consulté, tout au long de la semaine : l'ensemble des comités départementaux et ligues régionales, les 52 clubs de Haut Niveau (Ligue Féminine de Basket, Ligue Féminine 2 et Nationale Masculine 1), la Ligue Nationale de Basket et, autour de la Ministre des Sports, l’ensemble du sport professionnel français (football, rugby, basketball, handball, volleyball et cyclisme), la Fédération Internationale, d’autres fédérations de sports collectifs de salle, dont le handball et le volleyball, différents réseaux de collectivités locales, dont l’AMF, l’ANDES et France Urbaine, enfin, à plusieurs reprises, le Ministère des Sports. Suite à cette consultation, la FFBB a pris la décision d'arrêter définitivement toutes les compétitions pour la saison 2019-2020, sauf la Ligue Féminine de Basket.

Au regard des enjeux sportifs et économiques, la Fédération estime nécessaire de tout mettre en oeuvre pour terminer ce championnat ; elle travaillera sur l’ensemble des solutions possibles, liées essentiellement à l’évolution de la crise sanitaire et des mesures gouvernementales qui seront prises. La Fédération décide donc de maintenir la suspension de ce championnat jusqu’au 10 avril 2020, date à laquelle il sera statué définitivement.

Si le championnat ne peut pas reprendre 

Pas de titre de champion, pas de relégation. En cas de poule incomplète, application du ranking fédéral pour faire accéder autant d’équipes de LF2 que nécessaire, sous réserve du respect des obligations liées à l’accession en LFB.

Compétitions européennes

Euroligue Féminine (par ordre préférentiel) : Lyon-ASVEL Féminin, Bourges puis Lattes-Montpellier ;
Eurocup Féminine (par ordre préférentiel) : Basket Landes, Landerneau, Flammes Carolo, et si possible Roche Vendée, puis Villeneuve d’Ascq.

Catégorie: 
Surtitre: 
Ligue Féminine
Date d’écriture: 
Dimanche, 29. Mars 2020
Vignette: 
Catégorie 2: 
Chapeau: 
La crise sanitaire mondiale liée au Coronavirus COVID-19 a entraîné la suspension de toutes les activités sportives dès le 13 mars dernier. Le Premier Ministre venant très récemment de prolonger la période de confinement, la FFBB a pris un certain nombre de décisions concernant ses compétitions. Ayant toujours eu pour objectif de préserver la santé de ses licenciés, la Fédération a pris la décision d’arrêter l’ensemble de ses championnats (départementaux, régionaux et nationaux) et Coupes (Coupe de France notamment) pour la saison en cours. Concernant la Ligue Féminine de Basket, la décision définitive sera prise le 10 avril.

"On a gagné devant une foule en délire"

Corps: 

Comment ça va et où es-tu en ce moment ?
Tout va bien. Je suis retraitée depuis deux saisons maintenant et je vis à Toledo dans l'Ohio. Je suis assistante dans l'équipe de basket à l'Université de Toledo. La première saison s'est bien passée avec un bilan de 21-12 et cette saison se déroulait bien, on s'est qualifié pour les demi-finales de conférence du championnat puis tout s'est arrêté.

Qu'as-tu fais depuis que tu as quitté la France ?
Depuis ma dernière saison à Bourges, j'ai atteint plusieurs buts. Juste après la saison 2015-2016, j'ai joué pour pour l'Équipe de Serbie aux Jeux Olympiques de Rio 2016 où on a gagné la médaille de bronze. Après ça, j'ai pris une saison off pour subir une opération du genou. Je suis revenue en 2017-2018 à Sopron (Hongrie). On a eu une saison réussie avec une deuxième place en Euroligue et le titre de championn de Hongrie. C'est après cette saison que j'ai décidé qu'il était temps de prendre ma retraite puis j'ai accepté ce poste d'assistante à l'Université de Toledo.

Suis-tu encore le championnat et une équipe en particulier ?
Je suis toujours la ligue française. Plus particulièrement les résultats de Bourges et Basket Landes parce que je connais tellement de personnes dans ces clubs.

As-tu des ami(e)s qui jouent toujours en France ?
J'ai beaucoup d'amis qui jouent toujours dans la ligue. Olivier Lafargue a été l'un des entraîneurs pour lequel j'ai le plus aimé joué dans ma carrière donc j'aime regarder son équipe jouer et voir les résultats. Julie Barennes était ma coéquipière à Basket Landes pendant quelques saisons, elle a basculé du côté du coaching et je suis fière du succès qu'elle a eu dans cette transition. Je suis toutes mes anciennes coéquipières qui jouent toujours en LFB.

Quel est ton meilleur souvenir en LFB ?
J'ai quelques bons moments en Ligue Féminine. A Basket Landes, en 2013-2014, on a eu cette série assez folle de 12 victoires de suite en fin de saison régulière qu'on a terminé à la deuxième place. L'alchimie dans cette équipe n'avait rien à voir avec tout ce que j'avais eu comme expériences dans le basket professionnel avant. Et l'année d'après à Basket Landes, on a joué un match de playoffs contre Bourges qu'on a gagné devant une foule en délire à Mont-de-Marsan. Il y a aussi la saison 2015-2016 quand je jouais à Bourges, on a battu Villeneuve d'Ascq et gagné l'Eurocoupe à domicile.

Et le pire ?
Mon pire souvenir c'est en 2015-2016, à Bourges. On a perdu à Montpellier en finale et j'ai fait un match complètement horrible. Un sentiment d'avoir laissé tomber mes coéquiîères et entraineurs sur ce match. Mais j'ai eu beaucoup plus de bons moments que de mauvais en France. J'ai eu la chance de jouer avec et pour des gens tellement incroyables que ça m'a aidée à grandir en tant que basketteuse et personne. J'ai conscience de la valeur du temps que j'ai passé en France. C'est un pays magnifique, avec un bon basket et des gens encore meilleurs. J'espère pouvoir y revenir dans le futur.

Son parcours en LFB

2011-2012 Challes-les-Eaux
2012-2013 Lyon
2013-2015 Basket Landes
2015-2016 Bourges

Son palmarès en LFB

Vainqueur du Match des Champions LFB en 2015
MVP étrangère de LFB en 2014

Catégorie: 
Surtitre: 
Que deviens-tu...Danielle Page ?
Auteur: 
Propos recueillis par Arnaud Dunikowski
Date d’écriture: 
Vendredi, 27. Mars 2020
Vignette: 
Catégorie 2: 
Chapeau: 
MVP étrangère de LFB en 2014, Danielle Page a marqué les esprits en Ligue Féminine (5 saisons, 144 matches joués). Arrivée en France par Challes-les-Eaux, elle a ensuite connu Lyon, Basket Landes et Bourges. Retraitée des parquets, elle est désormais assistante dans l'équipe féminine des Rockets de l'Université de Toledo.

"Des sentiments forts pour la France"

Corps: 

Comment ça va et où es-tu en ce moment ?
Comme vous le savez peut-être, j'ai pris ma retraite et je suis retournée en Grèce. J'ai commencée ma carrière d'entraîneur. J'étais avec l'Équipe de Grèce féminine U16 comme assistante l'été dernier (12ème sur 16) et maintenant je suis assistante dans une équipe masculine de deuxième division (Maroussi). Ces dernièrs jours, je reste à la maison et suis les consignes pour stopper la propagation du coronavirus.

Qu'as-tu fais depuis que tu as quitté la France ?
Après avoir quitté la France (en 2016), je suis rentrée en Grèce où j'ai joué pour Olympiacos pendant deux saisons. Puis je suis allée en Pologne à Polkowice. Ma dernière saison en tant que joueuse. C'était très intéressant, une bonne saison. Après ça j'ai annoncé ma retraite et maintenant mon but est de continuer en tant qu'entraineur et travailler dur pour atteindre le plus haut niveau.

Suis-tu encore le championnat LFB ?
Oui bien sûr ! Je n'ai jamais arrêté de suivre la Ligue Féminine. Je pense que c'est l'une des meilleures et plus intéressantes ligue d'Europe.

As-tu des amies qui jouent toujours en France ?
Bien sûr ! Tout d'abord ma meilleure amie, Céline Dumerc. Puis Romy (Romane Bernies), Diandra (Tchatchouang), Endy (Miyem), Johanne Gomis, Laetitia Kamba, Pao (Salagnac) et j'en oublie d'autres. Joueuses, entraineurs, kinés...tellement de belles personnes. J'ai passé beaucoup de temps en France et rencontré à peu près toutes les joueuses françaises. J'ai des contacts avec beaucoup d'entre elles.

Quel est ton meilleur et ton pire souvenir en LFB ?
Pour être honnête, je n'ai pas de pire souvenir. Certaines personnes me rappeleront mes blessures au ligament croisé que j'ai eues deux saisons de suite à Bourges mais je ne le prend pas comme ça. En fait j'ai eu de la chance d'être entourée de gens qui m'ont soutenue et facilité les choses en tant qu'étrangère. Mon français n'était pas terrible à cette époque. Je pense spécialement à la kiné de Bourges (Noëlle Matichard) qui m'a aidée pour tout ce dont j'avais besoin, les opérations, le centre de rééducation. Toutes mes coéquipières et le staff étaient là pour moi. Et bien sûr je suis chanceuse d'avoir été opérée par l'un des meilleurs chirurgiens, le Dr. Sonnery-Cottet. Donc je n'ai que des bons souvenirs de la France. Parmi eux, je choisirais la standing ovation des 3000 spectateurs à Bourges quand je suis revenue après ma deuxième blessure. C'est un sentiment que je n'oublierai jamais. En tant qu'étrangère, recevoir tout ce respect et cette reconnaissance des fans est le meilleur sentiment qu'un athlète puisse avoir. C'est incomparable ! J'ai des sentiments forts pour la France et les Français, c'est un peu comme ma deuxième maison.

Son parcours en LFB

2009-2013 Bourges
Fév.-mai 2014 Bourges
Mars-mai 2015 Tarbes
2015-2016 Villeneuve d'Ascq

Son palmarès en LFB

Championne de France LFB en 2011, 2012 et 2013
Vainqueur de la Coupe de France en 2010
Vainqueur du Challenge Round LFB en 2015

Catégorie: 
Surtitre: 
Que deviens-tu...Stella Kaltsidou ?
Auteur: 
Propos recueillis par Arnaud Dunikowski
Date d’écriture: 
Mercredi, 25. Mars 2020
Vignette: 
Catégorie 2: 
Chapeau: 
Avec 7 saisons et 136 matches joués en LFB, Styliani "Stella" Kaltsidou est la joueuse grecque la plus marquante de l'histoire de la Ligue Féminine. Arrivée en 2009 à Bourges, elle a également porté les maillots de Tarbes et Villeneuve d'Ascq.

"Ma vie tourne autour du basket"

Corps: 

Comment vas-tu Caroline ?
Ca va j'ai la chance d'avoir une maison et un grand jardin. Les enfants sont là. On n'a pas trop l'impression d'être confinés. Mon boulot fait que, sans les déplacements, je peux bosser de la maison. Ca ne me change pas énormément.

Que deviens-tu ?
Après ma carrière de joueuse j'ai d'abord entraîné le centre de formation de Nantes Rezé pendant deux ans avec Damien Leroux puis j'ai fait deux ans d'assistanat en LFB avec Manu Coeuret. J'ai pu passer mes diplômes, DAVB et DES*. Après la LFB, j'avais prévu de faire une année plus tranquille pour profiter des enfants et j'ai eu la possibilité d'être embauchée chez Comsport. Jérémy Medjana cherchait quelqu'un sur le secteur féminin pour l'épauler un peu, pour proposer les mêmes services et se développer. Je suis à temps plein depuis peu. Je viens d'obtenir le diplôme d'agent qui officialise les choses. Avant, j'étais dans un rôle de conseil, de prospection, de recrutement. Une dernière formation obligatoire a été reportée donc je vais devoir attendre un peu pour avoir le droit d'exercer en tant qu'agent.

Sur une échelle de 1 à 10, à quel niveau suis-tu encore le championnat de Ligue Féminine ?
Je n'ai jamais quitté le milieu. Mon métier m'oblige à suivre mais je ne me vois pas vivre sans le basket. Même si j'avais eu un métier en dehors, j'aurais continué à suivre, à aller voir des matches. Je joue encore un peu, ma fille commence à s'y mettre.

Quel est ton plus beau souvenir de LFB ?
J'ai eu deux périodes dans ma carrière, une à Mondeville et l'autre à Nantes. C'est dur de trouver un moment. A Mondeville, je me souviens d'un match que l'on gagne contre Tarbes et qui nous qualifie pour l'Euroligue. C'était en 2005 ou 2006 je ne sais plus. A Nantes, c'est mon dernier match à domicile quand je savais que j'allais arrêter. C'était pour moi un grand moment.

Et le moins bon ?
Ma première blessure au ligament croisé. Il y a eu un avant et un après. Je revenais d'une année blanche puisque j'avais donné naissance à ma fille et là une deuxième année sans rien... J'ai galéré à revenir. C'est vraiment un mauvais souvenir. Après je me suis "pétée" une deuxième fois mais c'était sur mon dernier match de carrière. Ca reste anecdotique et n'a eu aucun impact sur la suite. Je ne l'ai pas mal vécu contrairement à la première.

As-tu encore des échanges avec certaines joueuses ?
J'en ai beaucoup. Mon métier fait que je créé des liens avec certainees que je connaissais peut être moins. J'ai encore des contacts avec énormément de filles comme Lenae Williams aux États-Unis, Aurélie Bonnan dont je suis très proche, des joueuses qui jouent encore comme Sarah Michel, Marielle Amant, Isis Arrondo. Ma vie tourne autour du basket de toute manière.

Son parcours

Joueuse
1990-1996 Montpellier
1996-1997 Montferrand
1997-2000 Aix-en-Provence
2000-2001 Université de Colorado (NCAA, USA)
2001-2003 Montpellier
2003-2008 Mondeville puis Ekaterinbourg (Russie)
2009-2010 Mondeville
2010-2014 Nantes Rezé

Entraîneur
2014-2016 Nantes Rezé (U18, espoirs)
2016-2018 Nantes Rezé (assistante LFB)

Son palmarès

Joueuse
Vainqueur de la Coupe de France en 2000
Vainqueur du Challenge Round LFB en 2011 et 2012
Championne de France Espoirs LFB en 1999
Vainqueur du trophée de l'Avenir en 1998 et 1999

Entraîneur
Championne de France Espoirs LFB en 2016

*DAVB : Diplôme d'Assistant Vidéo de Basket
*DES : Diplôme d'Entraîneur Supérieur

Catégorie: 
Surtitre: 
Que deviens-tu...Caroline Aubert ?
Auteur: 
Propos recueillis par Arnaud Dunikowski
Date d’écriture: 
Lundi, 23. Mars 2020
Vignette: 
Chapeau: 
Légende de la Ligue Féminine (14 saisons, 328 matches) dont elle fut cinq fois la meilleure passeuse, Caroline Aubert travaille pour la société Comsport en tant qu'agent. Elle n'a donc jamais quitté le milieu.

"Ma mère me résume les matches"

Corps: 

Comment vas-tu Anaël ?
Ca va très bien, dans les conditions actuelles. Je suis très épanouie dans ma nouvelle vie.

Que deviens-tu ?
Avant que ma carrière ne s'arrête j'avais déjà anticipé. J'ai passé mon diplôme de coach sportif pendant la dernière année. Avec mon copain, alors rugbyman à Leucate, on avait un projet commun d'ouvrir une salle de sport. Ma dernière saison a été très compliquée avec des grosses blessures et notamment une à l'épaule qui m'a fait souffrir. J'ai eu ce diplôme puis on a commencé à chercher une salle à nous. On l'a ouverte à Sévrier, à côté d'Annecy en Haute-Savoie.

Sur une échelle de 1 à 10, à quel niveau suis-tu encore le championnat de Ligue Féminine ?
C'est mieux d'être honnête ou pas ? On va dire 2 (rires). J'ai pas mal de nouvelles de certaines joueuses, je suis un peu sur les réseaux sociaux mais ça s'arrête là. C'est plutôt ma mère qui me résume les matches, elle est encore à fond. Je suis tellement prise par ma salle que c'est compliqué. Étant à la fois gérante et coach ça fait beaucoup de boulot. Je suis allée cette année à l'Open mais pas encore à Lyon. Je suis assez pris en fait.

Quel est ton plus beau souvenir de LFB ?
Bizarrement ce n'est même pas un titre. Ce serait plutôt lors de ma saison à Challes-les-Eaux, on avait joué un match de playoffs à la salle polyvalente. C'était particulier parce qu'il y avait toute ma famille dans les tribunes. C'était au-delà du basket, au niveau émotion c'était énorme. Certainement l'un de mes plus beaux souvenirs. Si on veut parler de titre, celui de championne d'Europe en 2009.

Et le moins bon ?
Mes pires souvenirs ce sont les non-sélections en l'Équipe de France les deux années des Jeux Olympiques.

As-tu encore des échanges avec certaines joueuses ?
Oui je pense à Marion Laborde, Gaëlle Skrela. En plus jeune il y a Ornella Bankolé. Je ne les ai pas régulièrement mais de temps en temps. Je suis un peu une sauvage aussi et je n'ai pas trop le temps. Heureusement qu'il y a les audios qui existent, c'est bien pratique.

Son parcours

2003-2005 Centre Fédéral
2005-2009 Clermont-Ferrand
2009-2011 Bourges
2011-2012 Challes-les-Eaux
2012-2013 Prague (Rép. Tchèque)
2013-2014 Arras
2014-2018 Lattes Montpellier

Son palmarès

En Équipe de France
Championne d’Europe en 2009
Médaillée d'argent à l'Euro en 2013 et 2015
Médaillée de bronze au Mondial Espoirs en 2007
Médaillée de bronze à l’Euro Espoirs en 2006
Médaillée de bronze à l’Euro Juniors en 2005

En club
Championne de France LFB en 2011 et 2016
Vainqueur de la Coupe de France en 2010, 2015 et 2016
Vainqueur du Match des Champions LFB en 2016
Championne de République Tchèque en 2013

Catégorie: 
Surtitre: 
Que deviens-tu...Anaël Lardy ?
Auteur: 
Propos recueillis par Arnaud Dunikowski
Date d’écriture: 
Jeudi, 19. Mars 2020
Vignette: 
Chapeau: 
Joueuse de Ligue Féminine de 2005 à 2018 (334 matches), Anaël Lardy a rangé ses basket voilà bientôt deux ans. Elle vit désormais en Haute-Savoie où elle gère et anime une salle de sport avec son compagnon.

"Un mélange de joie et de frustration"

Corps: 

Bonjour Frédéric, comment ça va ?
Je vais très bien, je suis chez moi à Villeneuve d'Ascq avec ma famille. J'ai été prof des écoles pendant un an puis prof d'EPS, je le redeviens un peu avec mes enfants qui ont 5 et 8 ans. On fait les devoirs, on s'occupe comme on peut.

Votre équipe de Braine a été désignée championne de Belgique sans que les playoffs ne soient joués. Dans ces conditions, ce titre a t-il une saveur différente ?
C'est un mélange de joie et de frustration, de ne pas l'avoir gagné sur des playoffs mais surtout avec les joueuses et le public, autour d'une célébration. J'ai quitté les joueuses jeudi avant le match contre Valence (1/4 de finale d'Eurocoupe, ndlr), on a été averti à 10h30 qu'on ne jouerait pas le soir. On pensait se revoir ce lundi et en fait non. J'ai appris qu'on était champion samedi matin. Avec les recommandations de confinement, on n'a pas pu fêter ça avec les partenaires, les supporters, les joueuses. C'est une fin de saison bizarre. Sur la saison régulière, on est devant assez largement et c'est mérité pour Braine.

Comment s'est passée cette première expérience à l'étranger ?
Même si Braine n'est qu'à une heure de route de chez moi, ça reste une culture assez différente. J'ai été confronté de plein fouet à la séparation entre les Flamands et les Wallons. En championnat, le nombre d'européennes n'est pas limité donc j'avais deux Belges, une Française et les sept autres joueuses ne parlaient pas un mot de français. C'est une culture basket différente, il a fallu s'adapter.

La saison prochaine, vous serez toujours à Braine ?
Oui. J'avais signé jusqu'en 2021 et j'ai été prolongé d'un an, jusqu'en juin 2022.

Quelles différences y a-t-il entre le chapionnat belge et la Ligue Féminine ?
Le style de jeu n'est pas le même qu'en France, c'est beaucoup basé sur le un contre un, sur le jeu rapide, c'est moins structuré. On va dire que le championnat est divisé en deux avec 6 clubs assez organisés et les 6 autres sont plutôt semi-professionnels. Braine est le plus gros budget de Belgique mais serait le plus petit en LFB. Le club prend le risque de jouer l'Euroligue avec une salle non homologuée donc on doit aller à Charleroi (à 45km de distance, ndlr). En termes de structure c'est mois développé qu'en France par contre il y a des projets intéressants. Il y a une vraie culture de tirer le maximum que l'on peut avec les moyens que l'on a. Personne ne se plaint. On a beaucoup de choses contrariantes mais on passe au-dessus de tout ça.

Avez-vous suivi le championnat LFB cette saison ?
J'avoue que j'ai moins suivi que d'habitude, forcément. C'est clair que trois équipes se détachent avec Bourges, Lattes Montpellier et Lyon. Charleville est vraiment pas loin aussi. Le championnat est hiérarchisé de manière assez claire. Mais ça reste un championnat homogène, comme tous les ans, et un moment de déconcentration ou des problèmes de blessures peuvent vite conduire à des défaites inattendues.

Catégorie: 
Surtitre: 
A l'étranger
Auteur: 
Propos recueillis par Arnaud Dunikowski
Date d’écriture: 
Mercredi, 18. Mars 2020
Vignette: 
Catégorie 2: 
Chapeau: 
Frédéric Dusart, entraîneur de Villeneuve d'Ascq de 2012 à 2019, a découvert le championnat belge avec Braine cette saison. Les Castors viennent d'être sacrées championnes de Belgique à l'issue de la saison régulière, les playoffs ayant été annulés en raison de l'épidémie Covid-19.

Pages

S'abonner à RSS - Ligue Féminine
close
Envoyer à un ami

Ce contenu a attiré votre attention et vous souhaitez le partager ? Envoyez le lien de cette page à vos amis et collègues en remplissant simplement le formulaire ci-dessous.

*Les champs obligatoires sont signalés par un astérisque

'