flux-rss-actus

Lien voir
Corps
Parmi les joueurs appelés, il y avait des nouveaux venus dans le groupe France comme Léopold Cavalière, qui a remporté cet été l’Open de France 3x3 à Nantes. « Le 3x3 m’apporte énormément de plaisir parce que c’est plus dans l’intensité et dans le combat, explique l’ailier fort de la SIG. Deux notions qui me tiennent à cœur et dont je suis spécialiste. Je manque encore un peu d’expérience dans le 3x3, mais je sais que ce jeu me plait. » pensionnaire reconnu de Jeep Elite, Léo Cavalière affichait néanmoins un état d’esprit plein d’humilité : « Je suis là pour progresser. J’ai eu la chance de jouer hier avec Charly (Pontens) et on sent qu’il maîtrise. Il est cohérent dans ce qu’il met en place, dans ses conseils et moi ça me plait. C’est vers ça que je veux tendre. Je sais que ça prendra du temps mais j’ai bien prévu de m’investir à fond par rapport à ça. »Un état d’esprit que recherche Richard Billant et son staff. « On analyse les petits détails qui amènent à la performance, précise Yann Julien, membre du staff technique des Equipes de France. Ce sont tous des joueurs expérimentés, on ne va pas leurs apprendre à jouer au basket. Par contre on peut leurs apprendre à bien jouer ensemble. On essaie d’apporter du mental, du management. On n’est pas que sur les aspects techniques ou tactiques. On essaie d’aborder les choses dans leur globalité. C’est ce genre de choses-là qu’on essaie de mettre en place pendant ces rassemblements. » Autre joueur qui fait presque office de nouveau, le revenant Mérédis Houmounou, qui avait fait partie de la toute première équipe de France à la Coupe du Monde 3x3 en 2012, avant de se mettre en retrait jusqu’à cet été. « C’est un pur plaisir de pouvoir revenir dans le groupe France, assure le meneur du SLUC Nancy, heureux de retrouver les sensations et l’ambiance des sélections 3x3. Je suis motivé parce que ça fait des années que je ne suis pas là. Je suis le petit nouveau, je suis un peu comme le petit jeune qui arrive, ils ont tous plus d’expérience que moi dans le 3x3 maintenant, mais j’ai envie de montrer que j’ai toujours des qualités pour le haut-niveau. » Même s’il affiche la même humilité que Léopold Cavalière, Houmounou n’en reste pas moins un compétiteur : « je suis content parce que je pensais que ce serait plus difficile pour moi de rattraper le niveau, mais finalement quand on a l’envie tout est possible. Mon objectif ? je joue ma place à fond donc s’il y a une place pour je ne sais quelle compétition je serai là à postuler, c’est sûr ! »[[{"fid":"119448","view_mode":"wysiwyg","fields":{"format":"wysiwyg"},"link_text":null,"type":"media","field_deltas":{"1":{"format":"wysiwyg"}},"attributes":{"height":1365,"width":2048,"style":"height: 233px; width: 350px;","class":"media-element file-wysiwyg","data-delta":"1"}}]]Nœuds dans le cerveau en perspective pour le staff de l’Equipe de France qui voit de plus en plus de talents à chaque nouveau rassemblement. « On est à un moment un peu particulier de l’année parce qu’on est à distance des échéances estivales, dont la plus importante : le TQO en mai, explique Yann Julien. On en profite pour faire une revue d’effectif assez large. Richard prend du recul pendant le stage, il est dans l’observation pour voir les choses avec un œil extérieur. Karim et moi, on essaie de comprendre les rouages de la performance. On essaie de voir lesquels matchent le mieux mentalement, techniquement, stratégiquement, et de voir si les profils des joueurs vont ensemble. Parce que même si on a deux ou trois très bons joueurs, si les pièces du puzzle ne s’emboitent pas, ça ne peut pas fonctionner. Il y a des entretiens individuels qui sont formalisés, mais il y a aussi des entretiens informels tout au long du stage. La petite discussion qu’on peut avoir au bord du terrain, c’est aussi ça. »Les règles d’éligibilité des joueurs au TQO et aux Jeux de Tokyo 2021, étant assez strictes, il n’y aura pas beaucoup de marge de manœuvre pour le staff de l’Equipe de France dans sa sélection pour l’été prochain. Mais en rassemblant autant de profils différents et de générations de joueurs, Richard Billant et son équipe voient plus loin et se projettent déjà sur des échéances à moyen et long termes.
Auteur
Guillaume Karli/FFBB
Date de publication 11/30/2020 - 18:00
Nid 74978
Lien voir
Corps
Les victoires sont rares dans le vécu des pensionnaires du Pôle France, alors autant en profiter. Chaque semaine face à des adversaires plus expérimentées, plus athéltiques, plus aguerries, les jeunes pousses du PFBB progressent certes à vitesse grand V, mais ne s'imposent que très peu. Ce samedi en LF2, les joueuses de Grégory Halin ont concrétisé leur travail depuis le début de saison par un succès à domicile contre la Tronche Meylan (65-64)."C'est une victoire méritée" analyse Greg Halin. "Nous avons mené toute la première mi-temps, avec une défense solide et des choix offensifs judicieux. Malheureusement, nous avons eu un gros passage à vide au retour des vestiaires : pertes de balle, rebonds offensifs concédés, notre adversaire a en alors profité pour reprendre les commandes et nous mettre sous pression. Mais après quelques bonnes séquences de jeu rapide et un état d’esprit retrouvé, nous avons su rester en vie et faire douter les joueuses adverses". À 13 secondes de la fin, les joueuses du PFBB ont le ballon entre les mains et l'occasion d'égaliser ou de passer devant. À 7 dixièmes du terme (vidéo ci-dessous), Leïla Lacan (12 points, 3 passes) déclenche derrière la ligne des 6,75m pour offrir le succès à ses coéquipières. Bien aidées par Sara Roumy au scoring (17 points), les joueuses du Pôle France se déplacent à Chartres ce samedi (20h) avec la volonté de poursuivre dans leur dynamique.LF2 / Pôle France-La Tronche Meylan : 65-64
Auteur
Kévin Bosi (FFBB)
Date de publication 11/30/2020 - 15:59
Nid 74971
Lien voir
Corps
Modifié en raison de la crise sanitaire, le calendrier de Ligue Féminine compte à ce jour 26 rencontres reportées, que les clubs vont rejouer en décembre et janvier. Le calendrier a été établi comme suit :Samedi 12 décembre 2020Lyon – Nantes Rezé (J4) à 18hRoche Vendée – Charleville-Mézières (J4) à 20hLanderneau – Bourges (J2) à 20h30Mercredi 16 décembre 2020Bourges – Lattes Montpellier (J5) à 20hSamedi 19 décembre 2020Villeneuve d’Ascq – Bourges (J6) à 18hLyon – Saint-Amand (J2) à 19hLanderneau – Charnay (J6) à 20h30Samedi 9 janvier 2021Villeneuve d’Ascq – Landerneau (J8) à 18hLattes Montpellier – Lyon (J8) à 19hRoche Vendée – Tarbes (J8) à 20hNantes Rezé – Saint-Amand (J8) à 20hBasket Landes – Bourges (J10) à 20h30Mercredi 13 janvier 2021Lyon – Villeneuve d’Ascq (J7) à 19hSaint-Amand – Bourges (J7) à 19hCharleville-Mézières – Basket Landes (J7) à 20hLanderneau – Roche Vendée (J7) à 20h30Samedi 16 janvier 2021Lattes Montpellier – Tarbes (J7 inversée) à 19hCharnay – Nantes Rezé (J7) à 20h30Samedi 23 janvier 2021Charnay – Lattes Montpellier (J3) à 20hMercredi 27 janvier 2021Tarbes – Bourges (J4) à 20hNantes Rezé – Basket Landes (J11) à 20hSamedi 30 janvier 2021Villeneuve d’Ascq – Lattes Montpellier (J11) à 18hSaint-Amand – Charleville-Mézières (J11) à 20hLanderneau – Tarbes (J11) à 20hBasket Landes – Lyon (J5) à 20hCharnay – Roche Vendée (J5) à 20hLa phase retour de la saison régulière reprendra après la fenêtre internationale prévue du 31 janvier au 8 février 2021, soit le mercredi 10 février 2021 (journée 12). Elle se terminera le mercredi 6 avril* (journée 22). La formule et les dates des phases finales (playoffs et playdowns) seront communiquées ultérieurement.Tous les matches se joueront sous réserve que la situation sanitaire, dans les effectifs de Ligue Féminine, le permette et seront diffusés en direct sur LFB TV.*sous réserve de modifications ultérieures
Auteur
Date de publication 11/30/2020 - 14:35
Nid 74964
Lien voir
Corps
+46, c’est peut-être le chiffre du week-end en Ligue Féminine 2. A domicile, et une semaine après sa défaite à La Tronche Meylan, Aulnoye s’est rassuré en dominant une équipe de Chartres sans réponse. Shanavia Dowdell a encore une fois été stratosphérique avec 24 points et 18 rebonds pour 46 d’évaluation, elle a bien été épaulée par Stepha M’Baye, 24 points également. Côté CCBF, ce sera une soirée à oublier : 32% aux tirs, 27 balles perdues.. Les joueuses de Benoit Marty sont toujours 5e au classement avec un match de retard.Le vrai choc du week-end se passait du côté de Reims où les pétillantes accueillaient Angers, seule équipe invaincue du championnat. Dans un match rythmé c’est l’UFAB qui s’impose de 7 points, 60-67, et préserve donc son invincibilité. Isis Arrondo a porté son équipe avec 16 points et 6 rebonds, en face, c’est Melanie Devaux qui a assuré le scoring : 18 points en 31 minutes.  Angers est toujours 2e mais compte un match de moins pour le moment.Toujours dans les rencontres, le Pôle France s’est offert sa première victoire de la saison à domicile face à La Tronche Meylan. Un succès par la plus petite des marges grâce à un panier à 3pts de Leila Lacan à 1 seconde de la fin : 65-64, mais qui vient récompenser la progressions des joueuses de Gregory Halin. Sara Roumy, leader offensive du PFBB ne s’est pas cachée avec 17 points à 6/9 aux tirs.Calais relève la tête petit à petit. Après un début de championnat compliqué, le COB décroche une seconde victoire et cette fois à l’extérieur. A Montbrison, c’est le trio Stervinou (19pts), Saint Juste (17pts) et Devillers (16pts) qui a permis aux Seagirls de s’imposer après un match où le COB a mené de bout en bout. Les 2 équipes affichent un bilan de 2 victoires et 5 défaites.Dans la dernière rencontre du week-end, Strasbourg enchaine une 3e victoire de rang, en s’imposant sur ses terres ; 75-69 face à une équipe de Rezé qui n’aura pas réussi le come-back victorieux. Menés de 19 points dans le 2e quart, Florine Basque (20pts) et ses coéquipières reviennent petit à petit en 2e période mais seront trop justes. Stephany Skrba a encore été décisive pour la SIG : 24 points, 12 rebonds.
Auteur
Date de publication 11/30/2020 - 14:00
Nid 74963
Lien voir
Corps
A situation exceptionnelle, solutions exceptionnelles. La FIBA a profondément modifié le format de l'Euroligue afin de faire face à la pandémie qui sévit partout sur le continent. Exit les deux groupes de 8 équipes, place à quatre groupe de 4 équipes. Pour éviter les nombreux déplacements aux quatre coins de l'Europe, des bulles ont été mises en place.Lors de cette première fenêtre, les équipes joueront la phase aller de la saison régulière. Les matches retour se dérouleront eux du 17 au 23 janvier 2021 (deuxième bulle - lieux à définir), les quarts de finale du 14 au 20 mars (troisième bulle - lieu à définir) puis le Final 4 du 16 au 18 avril.Groupe A (à Istanbul - Turquie)Kursk (RUS), Salamanque (ESP), Izmit (TUR), Orenburg (RUS)Touché par la Covid-19, Izmit ne participera pas au premier hub.Groupe B (à Istanbul - Turquie)Fenerbahce (TUR), Lyon, Gydnia (POL), Prague (CZE)Mardi 1er décembreFenarbahce - Prague à 15h00Lyon - Gdynia à 18h00Jeudi 3 décembreGdynia - Fenerbahce à 15h00Prague - Lyon à 18h00Vendredi 4 décembreFenerbahce - Lyon à 15h00Gdynia - Prague à 18h00Groupe C (à Gérone - Espagne)Ekaterinbourg (RUS), Riga (LAT), Schio (ITA), Gérone (ESP)Groupe D (à Sopron - Hongrie)Bourges, Galatasaray (TUR), Basket Landes, SopronTouché par la Covid-19, Galatasaray ne participera pas au premier hub.Mardi 1er décembreBourges - Sopron à 18h00Jeudi 3 décembreBasket Landes - Bourges à 18h00Vendredi 4 décembreBasket Landes - Sopron à 16h30Tous les matches à suivre en direct sur FIBA TV.
Auteur
Date de publication 11/30/2020 - 11:56
Nid 74954
Lien voir
Corps
Attablé à un restaurant sévillan avec sa famille lundi, Yakuba Ouattara a été quelque peu pris de court par l’appel des dirigeants de la FFBB. Son déjeuner vite expédié, il a sauté dans un avion pour rejoindre l’Equipe de France à Pau, mardi dans l’après-midi, d’abord comme 13e homme, puis finalement avec l’assurance de disputer les rencontres, Axel Toupane ayant dû quitter ses coéquipiers prématurément. Dimanche, il a dynamité la défense allemande, terminant à 24 points à 9/16 aux tirs. "Ce n’est pas la première fois que ça arrive", souriait Vincent Collet à propos de la réussite des renforts de dernière minute. "Quand nous avions fait la sélection Yakuba était blessé et on ne savait pas quand il serait en mesure de revenir. Aujourd’hui il a été important, non seulement par ses points mais aussi par l’énergie qu’il a apportée."Pour sa 14e sélection l’ancien élève du centre de formation de Chalon a pulvérisé son record de points en Equipe de France. Une sélection qu’il avait fréquentée pour la première fois lors de la préparation à l’EuroBasket 2017. Après avoir par la suite flirté avec la NBA en signant un two-way contract avec Brooklyn avant de retrouver Monaco, Ouattara a découvert cette année le championnat espagnol avec le Betis Séville. Bien installé dans la rotation andalouse (8,7 pts en 20’), il n’a cependant disputé six des douze rencontres de Liga Endesa du fait de sa blessure. Revenu sur les terrains le 31 octobre, sa parenthèse internationale devrait l’aider à poursuivre sa montée en puissance : "Ça valait le coup de venir. Je suis super content d’avoir été appelé et je voulais montrer que même si j’étais le dernier je pouvais performer… C’est un peu conte de fée."Ancien vainqueur du concours de dunks du All Star Game LNB, athlète d’une explosivité exceptionnel, Ouattara a encore agressé le cercle avec efficacité face aux Allemands tout en signant deux paniers primés qui ont largement contribué à faire le break. "Le coach nous a rappelé que nous avions perdu le match aller comme ça. La première mi-temps ce n’était pas notre vrai visage défensivement", commentait le héros du soir, satisfait d’avoir laissé le jeu venir à lui. "Je me suis dit que je devais faire ce pour quoi Vincent m’a convoqué. Il me connaît très bien."A 8 mois des Jeux Olympiques, Ouattara a pleinement conscience que la concurrence est rude à l’arrière. Mais il sait également que le staff porte un regard attentif aux productions des mobilisés des fenêtres FIBA. "J’espère faire partie de la préparation. Je donnerai le meilleur de moi-même et ensuite ça sera le choix du coach." Un coach qui en a fait son energizer dimanche, appréciant le coup de chaud de celui qui est allé chercher son record de points au milieu d’un quatrième quart-temps incandescent (11 pts). "Je savais… on sait des choses comme ça", concluait-il dans un sourire.
Auteur
Par Julien Guérineau
Date de publication 11/29/2020 - 19:00
Nid 74927
Lien voir
Corps
35 joueurs différents ont participé pour la France aux qualifications pour la Coupe du Monde ou à l’EuroBasket. Pour un bilan de 13 victoires et 3 défaites. Aucun autre pays européen ne peut se prévaloir d’une telle réussite et ce bilan souligne la grande qualité des joueurs français et la profondeur du réservoir tricolore. Les défaites de la Grèce, de l’Espagne, de la Lituanie et de la Serbie lors de cette nouvelle fenêtre démontrent à quel point l’exercice est périlleux pour les meilleures nations du Continent.Il y aurait beaucoup à dire sur la pertinence de ces phases de qualification en plein cœur de la saison. Et beaucoup a été dit. Si l’idée d’offrir au public (en temps normal) la possibilité de voir son équipe nationale évoluer à domicile est louable, la mise en pratique se heurte aux réalités d’un basket mondialisé dont les rapports de force sont bien éloignés de ceux du football, qui met en pause ses championnats pour que Neymar, Mbappe et autre Messi rejoignent leur sélection.L’Equipe de France a parfaitement su s’adapter à des circonstances particulières et ceux qui l’ont représentée à Pau ont, une nouvelle fois, parfaitement rempli leur mission. A deux rencontres de la fin des qualifications, la route pour l’EuroBasket est dégagée. Il faudrait un effondrement dans les grandes largeurs pour que les Bleus ne voient pas la compétition continentale dans 22 mois, même si la victoire de la Grande-Bretagne sur le Monténégro rend la chose légèrement plus incertaine.Contre l’Allemagne, comme en février dernier, les Tricolores ont attaqué la rencontre sur un tempo assez éloigné de leurs standards. Après sept minutes de jeu, ils affichaient un 9/11 aux tirs tandis que l’Allemagne pointait à 8/12. Une orgie offensive peu en phase avec le discours sur l’identité défensive tenu par le staff technique. Si Andrew Albicy à l’extérieur et Mathias Lessort dans la raquette faisaient du petit bois de leur adversaire direct, les Français souffraient tout autant dans les duels.En difficulté pour tenir leurs vis-à-vis, parfois inattentifs dans le contrôle du rebond, ils laissaient les homme d’Henrik Rödl installer relativement paisiblement leurs systèmes. Ces derniers restaient constamment dans la roue avec une belle répartition des points et une confiance retrouvée après leur défaite vendredi contre le Monténégro.Les murs des vestiaires ont quelque peu tremblé à la pause (42-41) et sans surprise les débats se durcissaient. Les arrières français montaient d’un cran leur intensité sur les porteurs de balle et de l’autre côté du terrain, Lessort continuait d’imposer sa puissance près du cercle. Seules ses difficultés aux lancers-francs (3/8) l’empêchaient de faire totalement fructifier son travail de sape.Les courses et la fluidité envolées, les passages sur la ligne se multipliaient lors du troisième quart-temps. Un exercice dans lequel la France laissait échapper trop de munitions pour espérer créer le moindre écart (61-59, 30’). C’est un passage en mode char d’assaut de Jerry Boutsiele qui allait faire la différence. Le pivot du CSP se fendait de 7 points consécutifs pour lancer le money-time. Après la puissance, c’est l’adresse qui prenait le relais, servie par Yakuba Ouattara. L’appelé de dernière minute, débarqué de Séville mardi, enchaînait dunk et tir primé pour donner de l’air à son équipe (75-65). Il poursuivait son chef d'oeuvre pour terminer à 24 points, son record international. Un moment bousculée, l'Equipe de France a trouvé les ressources pour quitter Pau le coeur léger. L'EuroBasket lui tend les bras.
Auteur
Par Julien Guérineau
Date de publication 11/29/2020 - 16:51
Nid 74912
Lien voir
Corps
Ligue Féminine - Journée 10Nantes Rezé - Charleville-Mézières 66-79 / Revoir le matchDistancées à la pause (35-49), les Déferlantes ont eu le mérite de ne pas lâcher à l'image de Sasa Cado (23pts) et Marie Mané (14pts). Après la pause, l'écart a encore grandi en faveur des Flammes bien emmenées par les indispensables Amel Bouderra (10pts, 9 passes) et Evelyn Akhator (16pts). Quand tous les espoirs étaient envolés (44-63, 30'), le NRB a réagi en revenant sous la barre des 10 points dans le quatrième quart-temps. Malheureusement trop tard pour les locales.Villeneuve d'Ascq - Tarbes 75-69 / Revoir le match Il était écrit que même diminué, le TGB donnerait du fil à retordre à son adversaire. Les Guerrières ont pourtant parfaitement débuté (20-6, 6') mais Tarbes a su faire le dos rond, porté par Ana Tadic (14pts, 8rbds, 5 passes). Avec 16 points d'avance (63-47, 30'), les partenaires de Haley Peters (17pts) pensaient passer un dernier quart-temps tranquille. Grave erreur puisque Tarbes, déchaîné, a recollé (71-67, 38'). Un coup de stress sans gravité pour les Nordistes qui ont gardé la main jusqu'au bout et un grand regret dans le camp bigourdan.Lattes Montpellier - Roche Vendée 74-78 / Revoir le matchLa pièce aurait pu tomber d'un côté comme de l'autre. Les deux équipes ont livré une bataille de tous les instants, sans compter leurs efforts, à l'image de l'ex-Gazelle Ornella Bankolé (17pts, 8rbds, 5 passes). Si le début de match a été à l'avantage du BLMA (18-14, 10'), ce sont bien les Tigresses qui ont rejoint les vestiaires en tête (35-36). Julie Allemand (15pts, 10 passes) a remis son équipe sur les rails sauf que le RVBC a fait de la résistance par l'intermédiaire de Tiffany Clarke (21pts). Lattes Montpellier avait encore la main à une minute du terme (72-71) mais c'est bien Roche Vendée qui a mieux maîtrisé le jeu dans la dernière ligne droite pour l'emporter.Charnay - Saint-Amand 72-73 / Revoir le matchDerrière pendant toute la rencontre, Charnay est passé tout près du hold up. Les Pinkies de Promise Amukamara (21pts) ont eu la balle de match après avoir compté neuf unités de retard dans la dernière période (61-70, 36') mais leur tentative a échoué. Bousculée sur le rebond, Jasmine Bailey a ensuite réussi un lancer sur deux et offrir la victoire à son équipe. La formation nordiste, qui a enregistré le précieux retour d'Uju Ugoka (16pts, 8rbds), remporte sa première victoire de la saison.Déjà jouéLyon - Landerneau 77-82A jouerBasket Landes - Bourges
Auteur
Date de publication 11/28/2020 - 22:09
Nid 74897
Lien voir
Corps
Il y a neuf mois, à Vechta, l’Equipe de France avait dérapé lors de sa première sortie des qualifications pour l’EuroBasket 2022. Face à l’Allemagne, elle s’était trompée de film, oubliant ses vertus défensives pour encaisser 83 points. Un revers particulier puisque subi contre une équipe déjà assurée de participer au rendez-vous continental. L’EuroBasket connaîtra son dénouement à Berlin le 18 septembre 2022, après une première phase à Cologne, Tbilissi (Géorgie), Milan (Italie) et Prague (République Tchèque).Les troupes de l’ancien champion NCAA avec North Carolina et champion d’Europe avec la Mannschaft en 1993, Henrik Rödl, n’ont rien à jouer lors de ces fenêtres mais peuvent largement influer sur l’identité des qualifiés. "C’est une situation très particulière que je ne comprends pas trop", estime Vincent Collet, l’entraîneur des Bleus. "J’entends aisément qu’ils puissent participer, il est normal qu’une équipe hôte puisse disputer des matches avant une compétition. Mais leurs résultats ne devraient pas être pris en compte. On le savait depuis le début et notre objectif était de gagner les matches contre nos adversaires directs, ce que l’on a fait avec des point average importants."Cependant, Collet comme son staff n’ont pas oublié la défaite de février : "on a montré aux joueurs le match. Et la comparaison avec l’énergie déployée vendredi soir est vraiment flagrante." A l’époque, le pivot Malik Zirbes (8 pts, 8 rbds) et l’arrière Joshiko Saibou (19 pts, 6 rbds) avaient pesé sur les débats. Ils ne seront pas à Pau dimanche et la France voudra se concentrer sur le danger Robin Benzing (22 pts à l’aller) et globalement afficher l’agressivité qui a totalement déréglé l’attaque britannique vendredi.Le retour d’Andrew Albicy en sélection offre automatiquement cette option. Contre la Grande-Bretagne, le compteur du meneur de Gran Canaria est resté bloqué à deux points mais son impact aura été remarquable. "C’est la première lame de notre organisation défensive" insiste Vincent Collet qui n’a de cesse de souligner que c’est bien de ce côté du terrain que tout se joue du fait du format si particulier de ces qualifications. "Il est difficile de bien attaquer après trois jours de vie commune. Les erreurs sont compréhensibles. Et encore plus dans ce contexte de bulle où la durée des entraînements a encore été raccourcie."
Auteur
Par Julien Guérineau
Date de publication 11/28/2020 - 14:34
Nid 74869
Titre: Triple Axel
Lien voir
Corps
Produire en un minimum de temps est désormais le quotidien d’Axel Bouteille. En rejoignant, en cours de saison dernière, l’Unicaja Malaga après un spectaculaire début d’exercice avec Bilbao, l’ancien chalonnais et limougeaud a changé de standing. Le club andalou n’est pas programmé pour faire de la figuration. "En EuroCup on veut aller jusqu’au bout. Les deux finalistes sont qualifiés pour l’Euroleague et c’est ce que le club recherche", explique Bouteille. "Je joue moins mais nous avons des objectifs plus élevés et plus de joueurs. Je fais moins de pointes à plus de 25 points comme avec Bilbao mais j’essaye surtout de rester régulier."Alors, lorsqu’il entre sur le terrain, le jeune homme de 25 ans sait qu’il doit immédiatement impacter le jeu. Et il le fait jusqu’à présent avec une régularité métronomique : 11,8 points en 21 minutes en EuroCup, 11,6 points en 20 minutes en ACB et un total de 16 matches sur 18 au-dessus de la barre des 10 unités. Remarquable. "Je comprends qu’en Equipe de France les attentes ne sont plus les mêmes", remarquait le joueur avant sa première sortie face à la Grande-Bretagne.Un rendez-vous qu’il n’a pas manqué, signant son record de points, rebonds, passes et évaluation avec la sélection (15 points, 6 rebonds, 2 passes décisives, 18 d’évaluation). Si Amath M’Baye a incontestablement été le grand homme de la soirée, Vincent Collet n’a pas manqué d’avoir un mot pour son scoreur en conférence de presse. Peu en réussite lors de la fenêtre de février (2/14 aux tirs) alors qu’il marchait sur l’eau dans le championnat espagnol, Axel Bouteille a cette fois fait parler la poudre (5/6 à longue distance). Le fruit d’un nouveau statut en club : "On ne me connaissait pas quand je suis arrivée en ACB. J’ai dû faire mes preuves mais à partir de la mi-saison j’ai senti la différence. J’ai toujours eu confiance en moi mais la saison dernière j’ai franchi un cap. Le coach a mis le ballon dans mes mains dans les matches serrés et ma confiance a encore grandi. Je sais ce que je suis capable de faire et maintenant j’essaye de le faire à un niveau encore plus élevé."
Auteur
Par Julien Guérineau
Date de publication 11/27/2020 - 21:45
Nid 74843
Lien voir
Corps
Sur le papier, la France et la Grande-Bretagne ne boxe pas dans la même catégorie. Mais la remise en place depuis trois ans des qualifications pour la Coupe du Monde et l’EuroBasket disputées sans les joueurs NBA et Euroleague peuvent parfois lisser les écarts. Les Bleus ont cependant mis un point d’honneur à faire respecter la hiérarchie en signant un K.-O. d’entrée face aux Britanniques. Cinq minutes pour envoyer son adversaire au tapis par la grâce d’un 15-0 cinglant.Même si la France a légèrement peiné à verrouiller son rebond défensif, elle a totalement contrôlé l’attaque de Team GB et sa belle réussite du premier quart-temps a privé les Anglais d’un jeu rapide qui constitue habituellement une part prépondérante de son arsenal. Incapables de trouver une solution sur jeu placé ils débutaient par un catastrophique et surréaliste 2/20 aux tirs. En face, les Bleus déroulaient patiemment leur basket pour trouver des positions pour Axel Bouteille de loin ou servir Amath M’Baye. L’un des trois médaillés de bronze de la dernière Coupe du Monde a souvent impressionné lors des entraînements de la semaine et n’a pas tardé à confirmer une fois les choses sérieuses lancées.Sa capacité à scorer de loin comme de près en font le poste 4 moderne par excellence. Au-delà des 6,75 m, à mi-distance ou au dunk, le joueur de Karsiyaka a livré une partition presque parfaite pour lancer son équipe. Si le deuxième quart-temps sera plus poussif, marqué par de nombreuses balles perdues qui, si elles ont déréglé la mécanique tricolore, n’ont pas eu de conséquences au tableau de marque. Un simple moment de flottement vite effacé par M’Baye, à nouveau, qui bouclait le premier acte à 16 points, 3 rebonds, 1 interception, 1 contre et une belle séquence de trash-talking avec Ashley Hamilton.A +26 à la pause, difficile de ne pas baisser en intensité et en concentration. Un relâchement de deux minutes au retour des vestiaires mais que M’Baye (auteur de son record de points en Equipe de France), toujours, et un Isaïa Cordinier aérien se chargeaient d’effacer. Si l’issue ne faisait plus aucun doute depuis de très longues minutes, l’essentiel était ailleurs. Impliquer le banc, travailler ses systèmes et garder son flegme face aux quelques provocations des hommes de Marc Steutel. Les Britanniques avaient promis un combat à leur adversaire du soir. Ils n’avaient cependant pas vraiment les moyens de leurs ambitions.Pendant qu’ailleurs en Europe, la Turquie, la Lituanie et la Grèce se prenaient les pieds dans le tapis, la France faisait régner sa loi. Vainqueur de ses deux concurrents pour une place à l’EuroBasket 2022 sur des scores fleuves (+19 et +23), elle a fait le grand pas vers la compétition que Vincent Collet appelait de ses vœux en début de semaine.
Auteur
Par Julien Guérineau
Date de publication 11/27/2020 - 19:38
Nid 74839
Lien voir
Corps
Les équipes qualifiées pour les 8e de finale de la Coupe de France sont :1 club de NM1 : Le Havre1 club de Pro B : Blois14 clubs de Jeep® Élite :Le vainqueur du match : Orléans - Boulazac qui aura lieu le 8 décembre 2020Les clubs issus des 16e de finale : Roanne, Gravelines-Dunkerque, Le Mans, Châlons-ReimsLes clubs engagés en Coupe d'Europe : Monaco, ASVEL, Boulogne-Levallois, Dijon, Bourg-en-bresse, Cholet, Nanterre, Limoges, Strasbourg Le programme des 8e de finaleMardi 9 février 2021Gravelines-Dunkerque (Jeep® ÉLITE) – Châlons-Reims (Jeep® ÉLITE)Roanne (Jeep® ÉLITE) – Le Mans (Jeep® ÉLITE)Boulogne-Levallois (Jeep® ÉLITE) – Blois (Pro B)Dijon (Jeep® ÉLITE) – Nanterre (Jeep® ÉLITE)Lyon-Villeurbanne (Jeep® ÉLITE) – Bourg-en-Bresse (Jeep® ÉLITE)Limoges (Jeep® ÉLITE) – Le Havre (NM1)Orléans (Jeep® ÉLITE) ou Boulazac (Jeep® ÉLITE) – Monaco (Jeep® ÉLITE)Cholet (Jeep® ÉLITE) – Strasbourg (Jeep® ÉLITE) Dates des prochains tours de la Coupe de FranceDateTourÉquipes concernées20/03/2021Top 8 – Quarts de finale8 équipes qualifiées du tour précédent21/03/2021Top 8 – Demi-finales4 équipes qualifiées du tour précédent24/04/2021Finale2 équipes qualifiées du tour précédentSuivez la Coupe de France sur les Réseaux Sociaux avec #CDFBasket et retrouvez toute l’actualité sur la page Facebook Fédération Française de BasketBall
Auteur
Date de publication 11/27/2020 - 12:44
Nid 74819
Lien voir
Corps
Ligue Féminine - Journée 10La soirée de samedi débutera avec Nantes Rezé et Charleville-Mézières. Battues de justesse à Bourges mercredi, les Flammes chercheront à rebondir au plus vite. Côté Déferlantes, le besoin de victoire devient pressant puisque le NRB dispose d'un bilan défavorable (1-5). Dans la même situation comptable, Tarbes se déplacera à Villeneuve d'Ascq. Dans le Nord, les Bigourdanes devront faire sans Jazmine Jones dont le contrat a été rompu d'un commun accord entre le club et la joueuse. C'est donc un TGB en mode commando qui va tenter de faire chuter les Guerrières.Défait en Bretagne il y a une semaine, Lattes Montpellier voudra se rattraper dans sa salle contre Roche Vendée. Les Tigresses sont elles sur une pente descendante (4 revers de suite) et le déplacement sur le parquet des Gazelles ne s'annonce pas comme une partie de plaisir.Outre leur position au classement, un autre point commum relie Charnay et Saint-Amand. Ces deux équipes ont récemment fait trembler Basket Landes. Et si à chaque fois elles se sont inclinées de peu (-3 pour les Pinkies, -6 pour les Green Girls), leur performance tout au long du match a laissé place à l'espoir de jours meilleurs. Malheureusement il n'y aura qu'un seul vainqueur.Samedi 28 novembreNantes Rezé - Charleville-Mézières à partir de 17h45 sur LFB TVVilleneuve d'Ascq - Tarbes à 18h30 sur LFB TVLattes Montpellier - Roche Vendée à partir de 18h45 sur LFB TVCharnay - Saint-Amand à partir de 19h45 sur LFB TVDéjà jouéLyon - Landerneau 77-82A jouerBasket Landes - Bourges
Auteur
Date de publication 11/27/2020 - 11:27
Nid 74814
Lien voir
Corps
Londres est bien loin. 2012 et les Jeux Olympiques avaient constitué une apothéose pour le basket anglais. Sept ans plus tôt, afin de prouver à la FIBA sa compétitivité, la Grande Bretagne renaissait de ses cendres pour la première fois depuis 1992. Portée à bout de bras par la star des Bulls Luol Deng, elle allait participer à l’EuroBasket en 2009 (0v-3d) puis en 2011 (2v-3d), avant d’évoluer devant son public pour les Jeux. De cette aventure, Daniel Clark (2,08 m, 32 ans) en sera le seul rescapé à Pau. Malgré ce coup de projecteur, l’équipe nationale n’a guère évolué sur le plan international (42e au ranking FIBA) et n’est pas parvenue à se qualifier pour la dernière Coupe du Monde.Elle présente cependant un degré de dangerosité à ne pas prendre à la légère. Les basketteurs anglais s’exportent et leurs deux premières sorties des qualifications, en février dernier, appellent à la prudence. A Podgorica, ils étaient revenus sur les talons des Monténégrins en fin de rencontre (-7) dans le sillage d’Ovie Soko (18 pts, 9 rbds) et Myles Hesson (20 pts, 7 rbds). Trois jours plus tard, à Newcastle, Soko toujours (18 pts, 10 rbds) et l’arrière de Göttingen Luke Nelson (26 pts) avaient fait plier l’Allemagne. "Les leaders de l’équipe ne jouent pas en Grande-Bretagne. Et avec la France c’est l’équipe la plus athlétique de la poule", note Vincent Collet. "Ovie Soko , Myles Hesson ou Gabriel Olaseni ont une valeur athlétique intéressante qui déteint sur le jeu anglais, avec beaucoup de relances et de courses. Cette équipe a posé beaucoup de problèmes à l’Allemagne défensivement en switchant énormément grâce à leur polyvalence. Il faut s’attendre à un combat face à une équipe très engagée. Soyons prêts."Soko, l’intérieur du Mans, ne sera finalement pas sur le parquet du Palais des Sports vendredi soir et ce forfait est une aubaine pour les Bleus dont le secteur intérieur apparaît comme plutôt dense. L’autre atout français est habituellement une défense imperméable et Vincent Collet a insisté sur la nécessité d’afficher, dans ce domaine, "une agressivité plus forte qu’en février", notamment pour limiter le jeu rapide des Britanniques. Pour ce faire l’entraîneur tricolore compte sur l’influence de son nouveau capitaine, Andrew Albicy. "Il est le premier rideau de notre système défensif", insiste-t-il. "Andrew doit montrer l’exemple dans ce domaine."L’Allemagne qualifiée d’office pour l’EuroBasket 2022, la France doit laisser derrière elle la Grande-Bretagne ou le Monténégro. Vainqueur de ce dernier en février, une victoire vendredi soir la placerait dans une position idéale.
Auteur
Par Julien Guérineau
Date de publication 11/26/2020 - 17:19
Nid 74776
Lien voir
Corps
Fin juin 2019, Sya Plaucoste, alors joueur du Pôle France BasketBall Yvan Mainini, est sur le point de s’engager avec l’ADA Blois Basket 41, club pensionnaire de Pro B. Premier aspirant stagiaire de l’histoire du club, cette signature doit lui permettre d’évoluer avec le groupe professionnel mais aussi avec les jeunes du centre de formation en Nationale 3. Ce poste 2 ultra-athlétique sort d’un cursus de trois ans à l’INSEP, "institu" dans lequel il va faire une rencontre qui pourrait bien avoir aidé sa carrière à décoller, le 3x3. Lors des traditionnels Fast Track, il va crever l’écran, s’imposant comme un joueur taillé pour la discipline. Richard Billant, actuel sélectionneur des Équipes de France 3x3 A, se souvient des premiers pas de Plaucoste. "Il n’était pas toujours en totale réussite dans le 5x5 mais en revanche quand on l’a vu jouer pour la première fois lors d’un Fast Track, on s’est très vite rendu compte qu’il avait une véritable efficacité et de grosses qualités pour le 3x3. Il nous a bluffés."Le futur du basket 3x3Très vite ajouté à une liste de joueurs susceptibles d’être convoqués avec les U18 afin de prendre part au aux différentes échéances internationales, Sya Plaucoste va s’imposer comme une évidence pour le staff des Bleuets lors de l’été 2019. D’abord performant lors des Qualifiers à Voiron, il continue son ascension vers les sommets en dominant le championnat d’Europe 3x3. En Géorgie, la France monte sur le podium et glane une belle médaille d’argent. Plaucoste n’y est pas étranger. Ses statistiques : 33 points marqués, deuxième meilleur scoreur de la compétition, une sélection dans le Trois All-Star et un nombre incalculable de dunks et alley-oops ravageurs. Pour sa première compétition internationale 3x3 l’arrière est conquis, même si la défaite en finale lui reste en travers de la gorge. "On était sur une bonne lancée donc c’est toujours dur de perdre en finale. Après, il y avait vraiment une belle ambiance. Face à la Géorgie en poule, les supporters étaient derrière leur équipe même si on menait de beaucoup. J’ai vraiment aimé ça." Pour Richard Billant, son adaptation éclair n’a rien d’une surprise. "C’est un joueur très efficace sur le terrain. Il peut marquer de loin, il a une vraie capacité de pénétration, il est très athlétique et il peut prendre des rebonds", note le sélectionneur. Avant d’enchaîner. "La défense est aussi un de ses atouts. Il a toutes les qualités requises pour le 3x3 et ce côté spectaculaire qui plaît énormément aux spectateurs." Spectaculaire c’est le mot. Sya Plaucoste pourrait même facilement être comparé à un homme volant, tant ses qualités athlétiques lui donnent cette impression de flotter dans les airs. Des qualités que la FIBA n’a pas tardé de mettre en exergue sur ses réseaux sociaux, définissant Plaucoste comme le futur du basket 3x3.[[{"fid":"119339","view_mode":"default","fields":{"format":"default"},"link_text":null,"type":"media","field_deltas":{"1":{"format":"default"}},"attributes":{"height":270,"width":480,"class":"media-element file-default","data-delta":"1"}}]]Un choix cornélien"C’est un joueur que l’on va garder dans nos rassemblements", indique Richard Billant. "C’est pour cette raison qu’il a été convoqué pour le prochain rassemblement à la fin du mois. C’est une grande revue d’effectif mais un jeune comme Sya a largement le niveau pour concurrencer les plus vieux." Même si une place dans l’effectif final pour les Jeux Olympiques de Tokyo relève encore de l’utopie, Richard Billant ne ferme pas les portes au jeune talent. "Il n’y a pas de barrière d’âge, s’il a le talent pour gagner sa place il peut très bien se retrouver avec les A." Avant toute chose, Sya Plaucoste rappelle que le dunk fait partie de ses qualités, mais que ce n'est pas la seule. "J’ai plein d’autres qualités, je n’ai pas que le jump. Des dunks en match je n’en mets pas quinze, je fais autre chose." Pour le jeune joueur, la saison 2020/2021 s’annonce sous les meilleurs auspices.LE PFBB, RÉSERVOIR INFINIHistoriquement, les Équipes de France 3x3 ont toujours pu compter sur les jeunes du Pôle France BasketBall pour agrémenter leurs effectifs. Un renfort de poids.Depuis l’arrivée de la nouvelle discipline olympique sur la scène internationale en 2012, les Équipes de France 3x3 ont toujours trouvé leur bonheur chez les joueuses et joueurs composant les différentes équipes du Pôle France BasketBall. Véritable réservoir à talents où sont regroupés les meilleurs potentiels français, le PFBB n’a pas tardé à devenir une mine d’or pour les sélectionneurs et entraîneurs des Équipes de France 3x3, des catégories U18 aux catégories séniors. Richard Billant, principal artisan de cette mouvance n’a pas eu d’autres choix pour lancer la machine. "Lorsque Jean-Pierre De Vincenzi m’a demandé si j’étais intéressé pour reprendre ce projet en 2012, j’ai tout de suite été conquis", note-t-il. "Mais comment bien faire les choses avec le minimum de moyens ? Pour moi c’était évident, et notamment dans les catégories U18, qu’il fallait piocher dans les joueuses et joueurs du Pôle France."Ces derniers sont les meilleurs jeunes de leur génération et offrent un avantage indéniable à la Fédération : ils sont à l’INSEP et déjà sur place pour les différents rassemblements. Richard Billant fait alors jouer son réseau, lui qui connaît déjà la plupart de ces jeunes pousses. "Je travaillais avec eux sur le plan individuel donc c’était très facile pour moi de les recruter. Les premières années, les Équipes de France U18 n’étaient composées qu’exclusivement ou presque de jeunes du PFBB." Et pas des moindres : Damien Inglis, Killian Tillie, Baptiste Tchouaffé, Lucas Dussoulier ou Charly Pontens chez les garçons, Alexia Chartereau, Lisa Berkani, Marie-Michelle Milapie ou Clarince Djaldi-Tabdi chez les filles. Au total, ce sont 41 joueuses et joueurs passés par le Pôle France BasketBall qui ont participé à une compétition internationale avec une Équipe de France 3x3. 31 sont revenus médaillés, pour un total de 54 médailles cumulées. Un chiffre ahurissant qui montre l’importance qu’a eue le PFBB dans le bon développement de la discipline en France.Un constat partagé par Richard Billant, même si pour lui la logique a été respectée. "Ce serait inquiétant que ce soit l’inverse" admet l’entraîneur. "On a quand même la chance de récupérer les meilleurs talents." Aujourd’hui, les choses ont quelque peu évolué. Depuis quelques années, l’effectif a été ouvert aux joueuses et joueurs évoluant dans les différents championnats professionnels français. Avec la même réussite.
Auteur
Clément Daniou (FFBB)
Date de publication 11/26/2020 - 16:32
Nid 74771
Lien voir
Corps
Dans le calendrier perturbé du basket international, le chiffre est loin d’être anecdotique. Depuis ses débuts en Equipe de France le 30 novembre 2018, à l’occasion d’un déplacement en République Tchèque, Amath M’Baye n’a plus manqué un seul rassemblement des Bleus. Qualifications, préparation, Coupe du Monde, Vincent Collet a systématiquement fait appel à l’élégant poste 4 de Karsiyaka. Mieux, même avec la présence de la cavalerie NBA et Euroleague en Chine, le Bordelais était titulaire dans la raquette, au côté de Rudy Gobert et a ramené une médaille de bronze dans ses bagages.A Pau, il est le troisième international le plus capé derrière Andrew Albicy (62 sélections) et Mathias Lessort (22) et le seul élément né dans les années 80. "On m’a rappelé plusieurs fois que j’étais le joueur le plus âgé du groupe. Ça commence à m’énerver !" Une nouvelle réalité pour un globe-trotter passé par la NCAA, le Japon, l’Italie et la Turquie. Des voyages qui lui ont permis de découvrir trois des quatre coupes européennes : l’Euroleague, la FIBA Europe Cup et la Champions League, remportée en 2018/19 avec la Virtus Bologne. Une compétition qu’il dispute encore cette saison avec Karsiyaka, actuellement 4e du championnat turc.Son parcours, nombreux sont les journalistes à le qualifier d’atypique. Interrogé une nouvelle fois sur le sujet à l’occasion du point presse du jour, M’Baye a répondu dans un sourire. "C’est le seul parcours que je connaisse donc pour moi il est normal. Il est atypique pour les autres. Au final c’est une carrière qui me plaît beaucoup." Une trajectoire qui a fini par croiser celle des Bleus dans des circonstances particulières. Appelé pour pallier à une blessure il a frappé fort d’entrée (18 pts) et n’a plus quitté le groupe depuis au point de faire désormais partie des leaders. "Mais je suis plus du genre à montrer par l’exemple plutôt que par la parole", précise-t-il avant de souligner que son accession à l’Equipe de France est "un des accomplissements les plus importants de ma vie."
Auteur
Par Julien Guérineau
Date de publication 11/26/2020 - 13:37
Nid 74757
Lien voir
Corps
Ligue Féminine - Journée 8Charnay - Basket Landes 69-72 / Revoir le matchAprès Saint-Amand, c'est un autre mal classé qui a donné du fil à retordre à Basket Landes. Bien que distancées dès les premières minutes par un adversaire sur un nuage (17-32, 10'), Charnay n'a pas paniqué. S'appuyant sur sa pivot Vionise Pierre-Louis (27pts, 9rbds), le CCBS est revenu petit à petit en profitant des largesses landaises. Mieux, les Pinkies ont pris 3 unités d'avance alors que les deux équipes faisaient leur entrée dans le money time (69-66, 39'). Mais l'expérience de Miranda Ayim (20pts) et deux contres décisifs d'Aby Gaye ont permis à Basket Landes de pousser un ouf de soulagement lorsque le buzzer a retenti.Bourges - Charleville-Mézières 72-68 / Revoir le matchPorté par une Isabelle Yacoubou  au top (15pts, 8rbds), Bourges s'en est sorti au terme d'une rencontre captivante. Si les locales ont mené toute la rencontre, à l'exception d'un court passage au milieu du premier quart-temps, elles n'ont jamais été à l'abri. En effet, les Flammes d'Evelyn Akhator (18pts) sont restées en embuscade jusqu'au bout et auraient pu repartir dans les Ardennes avec un succès. Mais dans ce genre de match, ce sont les détails qui font la différence. Et bien qu'ayant remporté la bataille du rebond (38-29), Charleville-Mézières a été pénalisé par sa réussite lointaine (6/23 à 3-pts contre 8/17 pour Bourges).Ligue Féminine - Journée 11Lyon - Roche Vendée 86-61 / Revoir le matchDisputé en première mi-temps (43-38), le match a tourné en faveur des Lionnes après le repos. Plus en jambes, elles ont laissé le RVBC sur le côté de la route (70-47). Helena Ciak (18pts, 8rbds) et Ingrid Tanqueray (13pts, 9 passes) ont fait mal aux Tigresses tout comme la polyvalente Aleksandra Crvendakic (13pts, 7rbds, 5 passes). Roche Vendée est parvenu à se ressaisir dans la dernière période mais l'écart était déjà fait. Ornella Bankolé (15pts) et Océane Monpierre (10pts) ont été les plus en vue dans le camp vendéen. Cette troisième victoire de rang va permettre à Lyon de débuter l'Euroligue avec une bonne dose de confiance.
Auteur
Date de publication 11/25/2020 - 22:29
Nid 74740
Lien voir
Corps
Suite à l’allocution du Président de la République précisant les mesures concernant le sport :• L’autorisation des activités extrascolaires, en plein air à compter du samedi 28 novembre puis le 15 décembre en salle, avec des règles strictes ;• La réouverture des salles de sports le 20 janvier, pour les seniors, si la situation liée à la pandémie s’améliore ;Le Ministère des sports devra maintenant décliner ces décisions sanitaires gouvernementales et chaque fédération et ligue professionnelle devront les adapter à leurs propres compétitions.La Ligue Nationale de Basket communiquera demain sa décision concernant les clubs de Jeep®Elite, Pro B et championnats Espoirs.Les clubs des trois plus hautes divisions fédérales (LFB, LF2 et NM1) ont été consultés hier et aujourd’hui.Considérée comme sport pro féminin, la LFB (Ligue Féminine de Basket) aura droit aux mesures gouvernementales de soutien au sport professionnel ; considérées comme divisions semi-professionnelles, la NM1 et la LF2, n’auront droit qu’à une partie de ce soutien qu’il conviendra de préciser.Après avoir consulté les fédérations de hand et de volley, et pris l’attache des réseaux des collectivités locales pour un soutien à l’ouverture des équipements sportifs pendant les vacances de Noël, le Bureau Fédéral, sous réserve du décret final du Ministère, a pris les décisions suivantes :1. LFB : Dès aujourd’hui, rattrapage des matches en retard afin de poursuivre la saison, si possible normale, dès le 30/01/2021 ;2. LF2 : Dès aujourd’hui, poursuite de la compétition ;3. NM1 : Dès aujourd’hui, rattrapage des matches en retard afin de poursuivre la saison, si possible normale, dès le 09/01/2021 ;4. Reprise des championnats de France seniors (dont NM2, NM3, NF1, NF2, NF3) le week-end du 13/02/2021 – sauf si détérioration des conditions sanitaires ; avec la possibilité, pour les clubs d’avancer des rencontres.5. Reprise harmonisée, dans chaque région métropolitaine, des championnats territoriaux seniors (13/02/2021) – sauf si détérioration des conditions sanitaires ; avec la possibilité, pour les clubs d’avancer des rencontres.6. Votes, en comité directeur fédéral du 11/12/2020, des nouvelles dispositions règlementaires qui permettront aux compétitions de se tenir avec un calendrier et un format adaptés pour chaque division, pour une fin au plus tard le week-end du 26/06/2021, en tenant compte des contraintes internationales.7. Création, au sein de la fédération, d’une « taskforce » dédiée aux clubs pour leur faciliter la prise en compte des mesures gouvernementales de soutien au sport amateur.8. Le basket est un sport qui se pratique aussi en extérieur ; la fédération mobilisera son réseau de ligues régionales et comités départementaux, ainsi que les clubs volontaires, pour participer, dès le début du mois de décembre, à des animations, en extérieur, autour du basket 5x5 ou 3x3 ; plus de précisions à venir.9. Une communication sera faite ultérieurement sur les compétitions de jeunes.Le Bureau Fédéral rappelle le rôle important joué par les dirigeants du basket français dans l’arbitrage des annonces du Président de la République le 17 novembre dernier. Le décret précisant ces annonces devant être publié très bientôt, la fédération, par le biais de la « taskforce » dédiée, accompagnera chacune des mesures afin que chaque club éligible puisse être soutenu.Au titre du fonds Retour au Jeu, disponible jusqu’au 31/12/2020 et doté de 1 million € pour les clubs, 713 clubs ont bénéficié de ce soutien pour un montant global 392 650€.
Auteur
Date de publication 11/25/2020 - 19:14
Nid 74737
Lien voir
Corps
Attablé avec le staff de l’Equipe de France dimanche soir, Axel Toupane est attentif au debriefing des coaches de la rencontre Monaco-Limoges disputée la veille. Et lorsque Vincent Collet et Ruddy Nelhomme évoquent le cas de Jerry Boutsiele, le pivot limougeaud, l'ancien strasbourgeois laisse échapper un soupir. "Il est costaud lui…" Quatre mots qui résument bien le sentiment de ceux qui croisent la route d’un intérieur de 2,07 et 118 kilos qui réalise un remarquable début de saison avec le CSP : 11e marqueur (16,0 pts), 5e rebondeur (7,7 rbds) et 13e évaluation (16,8) de Jeep®Elite.Une production qui lui a permis d’être convoqué pour les qualifications à l’EuroBasket 2022. Une première absolue pour Boutsiele qui n’a jamais connu les Equipes de France jeunes. Et pour cause. Sa première licence, il la signe à quelques semaines de son 18e anniversaire avec Courcouronnes, dans l’Essonne. Une découverte tardive qui n’empêche pas Nanterre de le recruter un an plus tard alors que le club vient d’être sacré champion de France Pro B et doit mettre sur pied une équipe espoirs. "Frédéric Donnadieu, le frère de Pascal, avait vu quelque chose en moi… Et aujourd’hui encore je ne sais toujours pas quoi", sourit le colosse qui découvre au fil des mois un monde bien éloigné du championnat départemental de ses débuts. "J’étais tout léger. Et la première année a été compliquée. Les gabarits, l’intensité je n’étais vraiment pas habitué. Quand j’ai commencé à m’entraîner avec les pros je me faisais martyriser à chaque entraînement par Jo Passave-Ducteil. J’ai réalisé que j’avais quelques caps à passer avant de pouvoir espérer opposer un peu de résistance dans la raquette."L’expérience, il ira la chercher en Pro B à Rouen puis à Denain où Jean-Christophe Prat a choisi de miser sur de jeunes espoirs français. William Howard, Yakuba Ouattara ou encore Isaïa Cordinier, tous membres du Team France, ont ainsi fait leurs classes dans le Nord. Efficace dans l’antichambre en 2015-16 (7,5 pts, 6,4 rbds en 21’), il fait ensuite plus que confirmer à Cholet avant de rejoindre Limoges en 2018. Son explosion en ce début de saison, Boutsiele l’attribue notamment à un nouveau physique. Moins lourd mais plus puissant, il a perdu près d’une dizaine de kilos pendant la période estivale avec la volonté de se rapprocher des standards des pivots Euroleague qui constituent désormais sa référence. Un niveau que son compère de la raquette tricolore, Mathias Lessort, a déjà fréquenté. Le duo de costauds pourrait s'avérer déterminante dans la conquête d'un billet pour l'Euro.
Auteur
Par Julien Guérineau
Date de publication 11/25/2020 - 11:09
Nid 74718
Lien voir
Corps
Une enquête du MIPROF (Mission interministérielle pour la protection des femmes contre les violences et la lutte contre la traite des êtres humains) révèle une forte hausse des appels au 3919 durant la première période de confinement. La plateforme a reçu 44 235 appels et a déclenché une prise en charge pour 15 610 d'entre eux. Les appels pour violences conjugales ont triplé par rapport à 2019 sur la même période. Le nombre d’appels des victimes a diminué au profit des appels de l’entourage, ce qui illustre l’importance de la vigilance collective.  Des numéros gratuits d’écoute et d’accompagnement des victimes existent :Le 3919, écoute, informe et oriente les femmes victimes de violences, ainsi que les témoins de violences faites à des femmes.Le 119, numéro national dédié à la prévention et à la protection des enfants en danger ou en risque de l'être.Il est également possible de dénoncer des faits sur internet ou par sms :La plateforme arretonslesviolences.gouv.fr , disponible 7/7 et 24h/24, permet de signaler des faits anonymement en ligne que vous en soyez victime ou témoin.Le 114, numéro d’appel d’urgence pour les personnes sourdes et malentendantes.Par ailleurs, la FFBB met en place une adresse mail signalement@ffbb.com pour signaler les faits dans votre pratique, que vous soyez victime ou témoin de violences. Votre demande sera traitée en toute confidentialité.Pour sensibiliser, prévenir et signaler des violences, rendez-vous sur la page dédiée : http://www.ffbb.com/violences-dans-le-sport. 
Auteur
Date de publication 11/25/2020 - 10:16
Nid 74715

Pages

S'abonner à flux-rss-actus